L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

L'Audace déliée [Katherine, Alexender] [25/04/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Nombre de messages : 379
Date d'inscription : 11/03/2008
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: L'Audace déliée [Katherine, Alexender] [25/04/42] Dim 31 Jan - 22:17

[HRP/ Suite du rp "Âtre dévorant et nouveaux plans"/HRP]

Les chevaux avaient piaffé d'impatience toute la soirée. Récupérés et harnachés par Nathan, dont la situation financière et sociale avait permis leur location dans un village voisin, ils avaient senti autour d'eux une excitation peu commune. C'est que les Hunters qui les dirigeaient maintenant s'apprêtaient à faire une nouvelle action d'éclat...

Par un trou dans le rideau noir du véhicule, Alexender observait les trottoirs et tentait de discerner s'il y avait encore des promeneurs du soir. Ses doigts s'agrippaient au bord graisseux de la fenêtre, comme s'il craignait que quelque chose ou quelqu'un ne veuille l'en décrocher.
Il était trop nerveux.
En soit, il était déjà presque 21h et le temps n'était pas des plus agréables. Qui irait se promener dans ces ruelles mal éclairées? Et puis, Coldbath Fields était un bâtiment un peu isolé des beaux quartiers et, malgré les nombreuses rondes du Yard, l'obscurité et les précautions qu'ils avaient prises devaient les garder en vie.


- Alex...Christopher le regardait depuis plusieurs minutes et commençait à s'échauffer. Alex, répéta-t-il plus fort, tout va bien se passer...

L'aristocrate déchu se redressa et lui jeta un regard étrange, entre celui d'un adulte qui ne supporte pas qu'un plus jeune tente de le rassurer et celui d'un enfant qui en a pourtant besoin.

- Ça va...Je le sais. On a tout calculé.

Ses yeux d'ambre se posèrent dans ceux de Katherine qui était assise en face de son camarade et lui-même. A ses côtés, Nathan l'observait lui aussi d'un air inquiet. Alexender esquissa alors un sourire mi-figue mi-raisin et soupira. Ses traits étaient étrangement creusés par le stress et la fatigue. La veille, ils avaient tout organisé en long, en large et en travers, sans s'arrêter une minute, et cela l'avait quelque peu anéanti. En plus des tensions qu'ils avaient eu à calmer entre-eux, de sa honte d'avoir clairement été entendu en compagnie de Katherine dans sa chambre, (sans compter cette scène ridicule dans le salon où il s'était retrouvé nu devant tout le monde), et des discussions qui ne cessaient de revenir au sujet du départ de Raphaël, cette expédition le rendait malade.
Et s'ils échouaient? Et s'ils se faisaient attraper? Tout serait terminé. Ils n'auraient plus jamais aucune chance de mettre la main sur le Comte pour lui faire la peau ni de retrouver Sarah.
Il fallait que tout soit parfait.


- Bien...On récapitule une dernière fois. Fit-il en ramenant ses deux mains sur ses oreilles avant de les plaquer sur ses genoux joints devant lui. Une fois que nous serons arrivés, Michael ne fera que ralentir le pas des chevaux et nous descendrons rapidement pour nous faufiler comme des ombres le long du mur Sud de la prison. Il n'y aura qu'un gardien, ton gardien Christopher, et il nous laissera emprunter une porte normalement condamnée pour nous laisser entrer. Nathan et toi prendrez à gauche dans le second couloir, Katherine et moi irons à droite. Nous aurons les clés, enfin je l'espère...ajouta-t-il en fronçant les sourcils en direction de Christopher. Ce dernier leva les yeux au plafond et grogna un "Puisque je te le dis!" avant de croiser les bras sur son poitrail d'un air mécontent. N'oubliez pas que même si nous ouvrons les cellules avec les clés, il faut abîmer les serrures et redonner un coup de clé dans le vide pour faire croire que nous les avons forcées.

- J'espère que nos couteaux seront efficaces...marmonna Nathan en tâtant la poche de son pantalon.

- Bah, il suffira de rayer un peu le métal et de tordre un peu le mécanisme. Lança Alexender d'une voix rauque.

- Mouai...fit son compagnon, plus sceptique que lui.

- N'oubliez pas de rendre les clés au gardien surtout. Ajouta Christopher en décroisant ses bras.

- Oui, une fois que les cellules seront ouvertes, que les filles seront sorties et que nous aurons malmené les serrures, il faudra rendre les trousseaux au gardien. Michael sera là pour accueillir les filles et les faire monter dans le fiacre. Il les emmènera directement hors de la ville, dans la résidence de Katherine. Nous, c'est Seamus qui nous récupère avec un autre fiacre.

Christopher soupira. Ils avaient déjà tout calculé, pourquoi Alexender se buttait-il à tout leur rappeler? A force, il contaminait tout le monde avec ses craintes. Décidément, il n'était pas doué pour gérer les actions. Soit il fonçait tête baissée, soit il paniquait pour un oui ou pour un non. Quelque part, c'était compréhensible aux vues de son passé, mais c'était tout de même agaçant.

Quelques minutes plus tard, le fiacre ralentit et trois coups brefs furent donnés depuis le siège de cocher. Les Hunters se regardèrent tous d'un air grave: l'heure était venue d'agir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katherine Thornes
Modératrice
avatar
Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 29/08/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Comédienne / Huntress
Age : 140 ans
Age (apparence) : 24 ans
Proie(s) : Criminels, vampires, loup-garous, homonculus, bref toutes les créatures de la nuit!
Entité n°2 : Léopard, Syrya, fauve parsemé de rosettes noires...
Crédit Avatar : Value practice by chaosringen sur Deviantart.
MessageSujet: Re: L'Audace déliée [Katherine, Alexender] [25/04/42] Dim 14 Fév - 10:53

Qui l’aurait cru ? Après leur mini coup d’état, tous les Hunters avaient fini par se mettre d’accord. Ils iraient récupérer les jeunes prostituées qui avaient été prises dans les filets du Scotland Yard. Tout cela à cause de qui ? D’un prétentieux pervers monstrueux vampire, le Comte Keïsuke. Si ces monstres n’avaient jamais existé, rien de tout cela ne serait jamais arrivé. Raphaël avait donc quitté le petit groupe de résistants. Depuis, Katherine n’en avait plus entendu parler. Du moins, malgré les discussions sur son départ, elle n’avait plus vu l’ombre de ce vampire à la chevelure blanchâtre. Elle en voulait légèrement à Michael. Elle comprenait sa manière de penser et sa réaction, si elle avait été seule à ce moment-là peut-être aurait-elle réagi de la même manière avec légèrement plus de réflexion ? Elle tentait de ne pas foncer tête baissée comme les hommes, son instinct de conservation était encore, et pour le moment, intact.

La mission s’était donc préparée en deux jours. De jours de joie, d’excitation à l’idée de réussir mais aussi de stress, d’angoisse, d’anxiété. Tout était fin prêt pour leur venir en secours. Ils avaient pu se procurer des chevaux bien que Katherine en possède déjà quelques-uns cependant elle y tenait assez pour leur éviter de servir de montures pour cette mission. Et si cela venait à mal tourner ?
Assise dans le fiacre la jeune femme avait croisé les jambes. Son pantalon épousait assez bien ses formes malgré le fait qu’il lui aille légèrement grand. Elle portait également une chemise sombre bleutée sous laquelle elle cachait non pas un corset mais un bandage fermement serré pour que sa poitrine ne lui fasse pas mal si elle devait courir. Enfin, la jeune Hongroise avait attaché ses longs cheveux ténébreux en un chignon déstructuré maintenu par deux pics d’acier aiguisés. En face d’Alexender elle l’observait se perdre dans ses pensées. Il était troublé, ailleurs. Etait-il angoissé ? Elle pouvait percevoir ses doigts agripper la portière. A côté d’elle se tenait Nathan et en face elle posait observer avec attention Christopher, mignon il fallait bien le dire. Et eux ? Ils étaient tous bien trop muets à son goût mais étrangement… Elle n’arrivait pas à parler non plus. Comme si toute cette tension s’abattait sur elle, qu’ils lui transmettaient leur nervosité. Finalement sortant son pistolet à percussion, elle vérifia qu’il était bien chargé avant d’esquisser un léger sourire. Un tintement métallique se fit lorsque le chien claqua sous ses doigts. Les écoutant parler elle releva la tête et arrangea sa coiffure pour éviter que des mèches ne s’y échappent contre sa volonté ou bien que les pics ne se défassent de son chignon. Décroisant les jambes elle vérifia que son équipement léger était bien en place avant de lancer d’une voix presque timide :

- Ne t’en fais pas Alexender, tout se passera bien, nous avons tout mûrement réfléchi, nous ne devrions pas avoir trop de problèmes et dans le pire des cas nous ne sommes pas seuls, Michael pourra toujours intervenir en cas d’urgence.

Soutenant son regard elle lui adressa un sourire agréable. Ce n’était pas un homme mauvais, légèrement infidèle mais brave tout de même. Cette Sarah en avait de la chance, un homme l’aimait et était prêt à tout pour pouvoir la retrouver et la sortir de cet Enfer. Michael serait-il prêt à la même chose pour elle ? L’aimait-il vraiment ou bien n’avait-elle de lui qu’une convoitise de l’argent ? Serrant les poings faiblement à cette pensée elle relia finalement ses doigts entre eux et attendit que le fiacre change d’allure. Michael avait tiré légèrement les rênes vers lui faisant ralentir les chevaux, un chapeau haut de forme masquant ses traits. Le majordome était inquiet, c’était là la première fois qu’elle agissait en compagnie d’autres hunters et surtout… Qu’elle ne faisait pas équipe avec lui. Il ne pourrait pas être là si les choses tournaient mal précipitamment. Donnant trois coups brefs afin de prévenir les Hunters il tourna légèrement la tête guettant la sortie de Katherine. La jeune femme s’était redressée, ses traits joyeux s’effacèrent comme s’ils n’avaient jamais existé et soudainement son visage prit un teint plus grave. La jeune femme mesquine et extravagante semblait avoir totalement disparu, à la place de cela, le sérieux assombrit ses yeux qui se firent plus durs. Ses doigts agrippèrent la poignée de la porte qu’elle tira vers elle afin de l’ouvrir. Jetant un coup d’œil aux alentours elle sauta du véhicule en marche. Un signe de la main bref de sa part rassura Michael qui eut un léger sourire. Non elle ne craignait rien, elle était avec leurs nouveaux alliés, des hommes responsables, du moins il l’espérait.

La jeune femme qui avait mis pied à terre se retourna légèrement pour voir si elle était bien suivie par ses collègues et en effet ils étaient bien là, à descendre rapidement pour la rejoindre. Longeant le mur avec la discrétion d’un félin, ses bottes ne produisant aucun bruit. Ses mains gantées se posèrent sur le mur comme pour s’assurer qu’il était bien à ses côtés lorsqu’il lui fallut jeter un coup d’œil des deux côtés pour pouvoir passer l’angle du bâtiment. Faisant confiance à ses compagnons, elle avança prudemment jusqu’à percevoir l’uniforme du gardien, le seul qui gardait, cette nuit-là, l’entrée de la prison. L’homme les aperçut. Pas très grand il dépassait tout de même Katherine d’une tête. Ne voulant pas que l’on puisse la reconnaître en tant que la Comtesse Thornes et que cette information devienne une petite fuite… Elle détourna le regard et resta près d’Alexender. Alors que quelques regards s’échangeaient et que les deux hommes concernés, Christopher et le gardien, s’arrangeaient silencieusement, l’homme à l’uniforme leur montrait le passage. Une porte normalement condamnée allait les mener jusqu’à leur but. Silencieuse comme dès le début la belle s’infiltra à la suite d’Alexender et n’eut pas de réel problème en ce qui concernait l’obscurité brouillant les lieux. Ses capacités de félin qu’elle utilisait régulièrement lui permettaient de percevoir plus nettement les contours et les formes ainsi qu’une certaine luminosité. Il fut bientôt temps de se séparer. Un sourire éclaira soudainement son visage et elle fit un petit signe de la main à Christopher et Nathan avant de poursuivre avec Alexender à droite pour arriver dans un autre couloir. Le gardien leur avait fourni des clés, arriveraient-ils à atteindre leur but sans encombre ?

Il était bien étrange pour la belle d’être ainsi en mission avec d’autres compagnons, toute sa vie elle n’avait fait équipe qu’avec Michael. Le seul qui avait su capturer sa confiance. Il pouvait en être fier. Malgré ses nouvelles alliances et sa sociabilité des plus marquées… la jeune femme se méfiait tout de même de tous ces hommes. Elle ne les connaissait finalement que très peu et n’avait jamais mis à l’épreuve leur loyauté. Viendraient-ils l’aider si elle venait à avoir un problème ou bien partiraient-ils sans elle ? Certes, dès sa première rencontre avec le rouquin elle avait prévenu qu’elle ne s’amuserait pas à venir à leur secours à tous cependant elle ne l’avait jamais réellement pensé. Elle était une femme indépendante mais qui s’en voudrait si elle les abandonnait un jour. C’était peut-être… l’arrogance qui avait parlé pour elle ce jour-là ? Son orgueil démesuré presque masculin qui avait pris le dessus ? Elle se sentait en ce moment-même incapable de respecter cette certaine distance qu’elle avait instauré entre eux. Souriant doucement elle posa sa main sur celle d’Alexender en signe d’assurance avant de caresser furtivement ses doigts puis finalement elle lui passa devant sortant son pistolet à percussion qu’elle garda collé contre sa cuisse. Simple précaution si quelques agents se pointaient et qu’il fallait agir vite. Observant les cellules elle finit par s’arrêter devant en apercevant quelques demoiselles. L’une d’entre elles lui parut bien familière et elle se rapprocha. Un sourire illumina son visage et serrant un peu plus son arme elle se retourna vers Alexender :

- Ici. Je crois que ce sont elles, fit-elle à voix basse mais avec une certaine satisfaction et excitation dans le fond.

Un soupir de contentement s’échappa de ses lèvres tandis qu’elle attendit que le jeune homme arrive pour ouvrir la cellule. Oui maintenant elle en était sûre, elle avait aperçu au moins l’une d’entre elles chez Romerta. Alors que le Hunter ouvrit la cellule et s’occupa des demoiselles, la Hongroise sortit un couteau qu’elle glissa dans la serrure à la place de la clé. Donnant quelques coups brefs pour abîmer l’intérieur puis casser les rouages elle rangea sa lame et souffla :

- Je te laisserai le soin de donner un coup ou deux.

Faisant un signe pour que toutes les demoiselles restent calmes et silencieuses qu’il n’y ait pas d’effusion de joie dans les couloirs, elle leur souffla de longer le couloir à contresens, la liberté n’était pas loin. La belle voulait simplement vérifier qu’il n’y ait pas eu de changement de cellule entre temps. Que l’une des catins ne se soit pas retrouvée à l’écart un peu plus loin. Le soulagement l’envahissait, ils étaient arrivés jusque-là, ils n’avaient plus qu’à sortir et à rejoindre les fiacres pour s’éloigner de la prison. Elle se retourna vers Alexender et à peine eut-elle le temps de lui souffler que c’était bientôt fini, que c’était réussi elle se retrouva plaquée contre le mur, un petit rire s’échappant de ses lèvres déjà emprisonnées entre celles du jeune homme. Lentement elle glissa ses bras par-dessus ses épaules pour se presser contre lui. Quelle spontanéité ! Cela ne lui déplaisait cependant pas, bien au contraire ! Que n’aurait-elle pas donner pour faire mine de s’enfermer avec lui par accident et de rester là quelques minutes… Oups… La jeune femme posa finalement sa main sur sa joue et remonta jusqu’à ses cheveux, refusant de le lâcher, un peu de réconfort dans cette obscurité qu’elle n’appréciait guère. Il lui fallut quelques secondes de plus pour lui accorder un peu de répit entre deux baisers pour éviter de l’étouffer. Après tout, elle resterait bien des heures comme ça, mais la situation ne le leur permettait pas. Un sourire empli de joie illumina ses traits et elle murmura :

- Ça y est… On a presque réussi. !

La fraicheur du mur la fit frissonner puis doucement elle se décolla en prenant la main de son nouvel amant. Elle l’emmena vérifier les deux, trois cellules d’à côté avant de retourner vers la leur, le regarder abîmer un peu plus la cellule puis parcourir les couloirs à ses côtés. L’angoisse disparaissait presque de son cœur. Encore quelques mètres… Quelques pas et ils arriveraient à la sortie !

Michael attendait déjà devant la porte, le fiacre attendait à quelques mètres de là un peu plus dans l’ombre. Il ne fallait surtout pas être vu en train de stationner devant la prison, cela ne ferait qu’attirer plus les regards. Lorsque le compte fut bon, il s’exclama de manière claire et précise pour être entendu de toutes mais tout de même silencieuse :

- Suivez-moi.

Quelques pas plus loin, les chevaux les attendaient. Ouvrant la portière et installant les petits escaliers pour qu’elles puissent monter, il les aida à prendre place et referma derrière elles. Il attendit d’apercevoir l’un des Hunter une fois sur le banc du cocher pour mettre en marche les chevaux et quitter les lieux le plus vite possible et le plus discrètement. Toutes ses pensées étaient dirigées vers Katherine… Katherine qui était encore là-bas dans la prison… Seule avec… Alexender ! Rha quelle plaie ! Pourquoi fallait-il que ce soit lui encore ?! Sa jalousie l’emportait sur ses priorités. Il la savait friande des caresses et volage mais lui… c’était une certaine amitié qui s’installait entre eux. Un jour il le vaincrait en duel, il le fallait, pour récupérer sa dame et montrer à quel point il tenait à elle. Qu’aurait dit James s’il avait vu sa fille se comporter ainsi ?



"Parce qu’on se sent quelques fois seul, délaissé, abandonné, rejeté. On pense alors à la seule échappatoire possible : la mort. On manque de cran, on a peur. Et on finit par y renoncer en choisissant la facilité : tuer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Nombre de messages : 379
Date d'inscription : 11/03/2008
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: L'Audace déliée [Katherine, Alexender] [25/04/42] Dim 28 Fév - 11:37

Christopher et Katherine avaient beau tenter de le rassurer, Alexender n'en menait pas large. Son esprit, fatigué et tendu, ne cessait d'imaginer le pire. Il sentait sous sa chemise la large cicatrice qui lui balafrait le thorax, magnifique cadeau d'un des sbires du Comte lorsqu'il était entré comme un demeuré dans le théâtre. Elle lui rappelait avec cynisme ses derniers « exploits » face à la volonté du Vampire et il ne pouvait s'empêcher de passer en revu tous les échappatoires qui leur seraient possible d'emprunter si la situation tournait mal.
Et s'ils étaient attendus par des Vampires ? Et s'ils se jetaient dans un piège grossier ? Christopher faisait confiance au gardien qu'il avait soudoyé pour leur ouvrir la voie, mais il était tout à fait probable que ce dernier ait reçu une somme plus alléchante venant du Comte ! Laisser ainsi leurs vies entre les mains d'un parfait inconnu, en tous cas de lui, le mortifiait. Il ne voulait pas perdre un élève de plus, ni risquer de tenir dans ses bras le corps sanglant de Katherine...

A cette pensée, son regard d'ambre se posa sur la Huntress assise en face de lui, et son visage s'illumina un peu. Même vêtue en homme, elle était d'une beauté sans pareille. Ses grands yeux d'un bleu azuré brillaient dans l'obscurité du fiacre et son sourire rayonnait malgré la situation. Elle était en train de vérifier son équipement et son chignon tout en lui rappelant qu'ils avaient tout organisé et que Michael pourrait toujours venir les secourir si la réussite de leur opération était compromise. Alexender lui sourit brièvement et soupira :


- Je sais...Je sais...

Une pointe de jalousie lui perça le cœur. Ce « Michael » le gênait. C'était plus fort que lui. Il était trop proche de Katherine, à son goût du moins, et sa brutalité mêlée d'un mutisme excessif lui donnait envie de le frapper. C'était à cause de son tempérament violent qu'ils avaient « perdu » Raphaël. Même si de savoir que le Vampire était désormais loin le rassurait plus qu'autre chose, Alexender en voulait au Lycanthrope. Il avait gâché toute une soirée de compromis et d'efforts mutuels pour s'accepter les uns les autres, et il avait sans doute arraché de leurs atouts des pouvoirs qui auraient pu leur être d'une grande utilité. De savoir que leurs vies à tous dépendrait peut être uniquement du bon vouloir de ce majordome impulsif le tuait. Au fond, il savait que s'il avait à choisir entre Katherine et l'ensemble des membres de leur groupe, il les abandonnerait pour sauver sa maîtresse...

- Ben j'espère que Michael ne fera pas l'imbécile...marmonna le Hunter en ramenant son regard sur la rue qu'il apercevait à peine derrière le rideau qu'il tirait vers lui.

Quelque part, le rouquin savait que si Marguerite et Suzanne, ses propres domestiques, avaient été de la partie, la situation aurait été la même. Pourquoi blâmer la relation que ces deux-là pouvaient bien avoir ? C'était ridicule.

Enfin, après de longues minutes d'une attente insupportable, le fiacre avait ralenti et l'opération avait débutée. Tous les Hunters étaient descendus comme prévu et ils s'étaient mis à longer les murs de la prison pour atteindre l'entrée qu'ils avaient choisie. A la file indienne, vérifiant tous les alentours, ils atteignirent rapidement leur lieu de rendez-vous avec le gardien. Christopher entra alors en scène et sa discussion avec l'homme fut des plus efficaces. Au bout de quelques secondes, les deux groupes qu'ils avaient formés se retrouvèrent en possession des clés nécessaires à la libération des prostituées et ils pénétrèrent dans le bâtiment. Les couloirs lugubres, à peine éclairés de quelques torches, les accueillirent à bras ouvert. Aucun autre gardien ne faisait le guet, comme cela avait été convenu avec leur complice, et les quatre compagnons se séparèrent pour partir deux à deux dans les directions opposées qu'ils devaient emprunter pour délivrer toutes les jeunes femmes.

Heureux d'être avec Katherine, Alexender pressa le pas jusqu'à ce que la jeune femme ne pose sa main sur la sienne. Il laissa la belle lui passer devant, tout en répondant à sa caresse par une petite pression de ses doigts autour de sa paume fraîche. Alors Katherine s'arrêta et, après quelques brefs coups d'oeil alentour, elle sembla sûre d'avoir trouvé la bonne cellule. Alexender se faufila derrière elle et plissa les yeux pour tenter de discerner les silhouettes qui bougeaient derrière les barreaux noirs qui s'imposaient maintenant à eux.


- Oui...ce sont elles ! fit le Hunter en sortant de sa poche le trousseau de clés que le gardien lui avait remis. Lucy... ? Anya... ? C'est moi...On va vous sortir d'ici.

Les prostituées reconnurent la voix d'Alexender et celles qui étaient allongées sur les couchettes ou à même le sol se levèrent en s'exclamant. Heureusement, Katherine intervint pour leur intimer le silence et, une fois que la grille eut pivoté sur ses gonds rouillés, les jeunes femmes se mirent à sortir le plus silencieusement du monde. En passant près d'Alexender, deux d'entre-elles l'embrassèrent sur la joue en gloussant un peu avant de suivre leurs compagnes sous les injonctions de leur ami.

- Vite les filles...sinon je ne donne pas cher de notre peau.

Katherine s'occupa de donner à la serrure l'apparence d'une serrure forcée par un couteau tandis que le Hunter indiquait aux prostituées le chemin à suivre pour sortir. Puis, ils inversèrent leurs rôles et Alexender en termina avec la serrure. Il fallait donner l'illusion qu'aucune clé n'avait été utilisée.
Enfin, les filles s'éloignèrent et les deux aristocrates se retrouvèrent seuls. Alexender se redressa après avoir terminé de refermer légèrement la cellule et il fit face à Katherine. Sa joie explosa alors et il ne put s'empêcher de saisir la belle par la taille pour la plaquer au mur le plus proche avant de s'emparer de ses lèvres. Si la situation le leur avait permis, sans doute le jeune homme aurait-il de nouveau laissé sa fougue conduire ses gestes plus avant...Mais il fallait maintenant se dépêcher de retourner à l'entrée pour s'assurer que les filles étaient montées dans le fiacre conduit par Michael et pour retrouver celui avec lequel que Seamus était censé les ramener au QG.


- Oui !...presque ! souffla le Hunter en laissant ses mains trouver la poitrine généreuse de son amante. ...Il faut...y aller...

Le souffle chaud de la Huntress et sa façon de le tenir par les cheveux rendait fou le jeune aristocrate en manque de tendresse. Depuis leur première étreinte, il ne cessait de se rappeler son corps nu contre lui et d'espérer qu'il pourrait de nouveau y goûter.

Lorsqu'ils se retrouvèrent dehors, Christopher et Nathan étaient en train d'aider les dernières prostituées à suivre Michael qui était parti devant avec les autres. Une fois que toutes les femmes eurent disparu à l'angle de la rue, ils se regardèrent tous, plein de joie et d'appréhension.


- Elles sont toutes là ! C'est bon ! s'exclama doucement Nathan, trop heureux qu'ils aient réussi à sauver les jeunes femmes.

- Donnez-moi les clés. Je vais les rendre au gardien. Vite ! Allez là-bas, près de la baraque à la porte fendue, Seamus ne devrait pas tarder.

Alexender poussa Katherine devant lui en exerçant une légère pression sur sa hanche, signe évident qu'il la désirait, et suivit Nathan qui s'était élancé en premier. Profitant de ce qu'ils étaient très proches l'un de l'autre, le Hunter glissa son nez dans les cheveux de la Lycanthrope et lui murmura dans le creux de l'oreille quelques mots :

- Si nous nous en sortons, Katherine, j'espère que tu ne me laisseras pas dormir seul...

Nathan entendit cet échange mais fit mine du contraire. Au fond de lui, il était heureux de voir que son ami reprenait du poil de la bête, mais il désespérait de constater que son cœur était décidément des plus inconstants.

Un hennissement les fit presque tous sursauter lorsqu'ils tournèrent au coin de la rue. Ils avaient effrayé les cheveux que Seamus étaient en train de calmer le long d'un trottoir. En les voyant arriver, le jeune homme leur fit signe de se hâter.


- Mais qu'est-ce que vous fichiez ?! Dépêchez-vous non de Dieu ! Montez!

Alexender ouvrit la porte et laissa Katherine et Nathan monter. Seamus reprit sa place de cocher et tous attendirent le retour de Christopher avec anxiété. Mille et un scénarios traversa l'esprit du rouquin tandis qu'il s'impatientait debout près du véhicule, la main sur la poignée de la porte grande ouverte. C'est alors que des pas précipités retentirent dans la rue. Seamus arma le chien de son pistolet et Alexender se prépara à sauter dans le fiacre. Mais ce furent les cheveux en bataille de Christopher qui apparurent à l'angle de la rue et tous poussèrent un soupir de soulagement.

- Grouille-toi ! pesta Alexender en lui indiquant l'intérieur du véhicule. Qu'est-ce que tu trafiquais encore !?

- Vous avez oublié qu'il fallait ligoter le gardien ! répondit le jeune homme en grognant entre ses dents tout en tâchant de reprendre son souffle. C'est pas possible ça !

Seamus éclata de rire depuis son perchoir et bientôt la porte se ferma sur les Hunters et les cheveux partirent en trombe.

***************

Le retour au QG fut, ce soir-là, un véritable triomphe. Les Hunters laissèrent Seamus s'occuper du fiacre pendant qu'ils retrouvaient ceux qui étaient restés sur place. Isaac les accueillit avec de grands éclats de voix, pressé de connaître le résultat de leur périlleuse expédition. Tout s'était déroulé comme prévu et les filles devaient bientôt arriver dans la résidence secondaire de Katherine. Ils n'avaient plus qu'à attendre le retour de Michael pour être certains d'avoir réellement remporté cette bataille. Mais, du point de vue de tous, l'opération était déjà un véritable succès. Alphonse attrapa Christopher par la taille et manqua de lui pleurer dessus tant il était content de revoir son « grand frère » vivant. Cela amusa énormément tout le monde, d'autant que Christopher détestait ce genre d'effusion sentimentale.
La table fut chargée de victuailles et l'alcool coula à flot. Le saucisson, le fromage et le pain, mêlés des rires des Hunters réunis, donnèrent à ce dîner une allure de banquet orgiaque. Alexender raconta à Isaac et Alphonse leurs aventures en les enrobant un peu d'extravagance, ce qui fit que Nathan le reprit une paire de fois, faussement outré par ses « écarts d'ivrogne » d'autant plus qu'il profitait clairement de l'absence de Michael pour prendre Katherine sur ses genoux et l'embrasser dans le cou à la dérobée.
La joie, la fierté et l'espoir brillaient dans le regard de chacun. Seul Christopher semblait un peu plus sérieux, comme à son habitude. En vérité, il se demandait où pouvait bien être passé Raphaël...


[HRP/Fin du RP avec Alexender. Suite dans Lettre à Eulalia Grey puis dans La Crainte d'un espoir/HRP]


Dernière édition par Alexender Von Ravellow le Jeu 9 Juin - 20:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katherine Thornes
Modératrice
avatar
Nombre de messages : 292
Date d'inscription : 29/08/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Comédienne / Huntress
Age : 140 ans
Age (apparence) : 24 ans
Proie(s) : Criminels, vampires, loup-garous, homonculus, bref toutes les créatures de la nuit!
Entité n°2 : Léopard, Syrya, fauve parsemé de rosettes noires...
Crédit Avatar : Value practice by chaosringen sur Deviantart.
MessageSujet: Re: L'Audace déliée [Katherine, Alexender] [25/04/42] Sam 12 Mar - 18:55

Quel tension dans ce fiacre ! Katherine n'aurait jamais imaginé qu'une telle angoisse aurait assailli son compagnon. Elle apprenait à le connaître au fur et à mesure… Elle qui s'attendait à plus d'excitation… C'était raté. Il craignait de perdre cette partie, ce combat, alors que tous avaient foi en leur réussite. Il fallait qu'il se reprenne ! Il n'y avait que peu de raisons d'échouer à commencer par la trahison du garde mais… Il fallait avoir confiance en Christopher et en ses qualités de négociant. Si la confiance entre eux n'était pas installée, tout pourrait s'effondrer et cela avait causé en partie la perte de Raphaël. Aurait-il été d'une grande efficacité dans cette mission ?
Sans savoir pourquoi, la comtesse hongroise aperçut le visage du hunter s'illuminer. Reprenait-il du poil de la bête ? Il en avait besoin, il fallait que tous se donnent à fond pour que la mission réussisse. Ces pauvres prostituées n'allaient tout de même pas croupir en prison en prison indéfiniment si ? Leur liberté reposait sur les actes de ces jeunes gens. En l'entendant elle répondit à son sourire et posa sa main sur son genou pour y exercer une légère pression. C'était un geste de réconfort, tout se passerait bien, de toutes les manières ils n'avaient pas le choix. C'était la réussite ou la mort. De son côté, la demoiselle était presque totalement détendue. Elle allait reprendre du servir et même si elle s'inquiétait pour le déroulement de leur mission, une certaine excitation la faisait rayonner. Elle allait enfin pouvoir être utile, sans compter qu'elle n'allait pas tuer du vampire mais aider des jeunes femmes presque innocentes à s'échapper. Depuis l'accident chez Romerta, Katherine s'en voulait. Elle aurait du rester pour les aider quitte à se faire arrêter également. Quoique… Aurait-elle pu être sauvée en même temps qu'Alexender ? Non, peut-être pas. Une évasion était déjà assez compliquée, alors deux ?

Observant les autres jeunes gens la jeune femme ne put s'empêcher de laisser s'échapper un petit rire. Tant de sérieux… Pourquoi n'étaient-ils pas aussi joyeux qu'elle ? Il fallait se détendre ! S'ils étaient trop tendus, stressés, angoissés, comment réussiraient-ils la mission sans encombre. Elle croyait en la capacité de réussite avec le sourire. Mais après n'étaient-ils pas encore bien jeunes ? Peut-être le comprendraient-ils plus tard… Elle l'avait déjà compris de plus longtemps. La vie était une chienne et bousillait chaque instant joyeux. Il fallait lui rire au nez, lui montrer que malgré sa barbarie les humains ne se laisseraient pas aller à la mélancolie, à la tristesse, à la peur. Et puis si jamais ils se faisaient tuer ? Ils seraient morts en héros aux yeux de ces demoiselles afin de les aider à s'échapper. N'était-ce pas une belle mort ? Mourir pour quelque chose de juste ? Soudainement la jeune femme fronça les sourcils :


- Michael a fait une erreur, cela ne se reproduira plus. N'oublie pas que j'aurais pu faire la même chose si tu ne m'avais pas mise au courant. Cela fait de nombreuses années qu'il est dans ce métier, il m'aide dans tout et jamais je n'ai eu à me plaindre de ses services. Il nous aidera à mener notre objectif jusqu'au bout et sans encombre. Ce qui compte pour moi compte pour lui, j'ai confiance en lui.

Alexender se méfiait de Michael et à sa place elle ressentirait la même chose. Mais il était son compagnon depuis cent ans, jamais encore il ne lui avait fait faux bond. Il avait toujours été à ses côtés, prêt à la soutenir, à l'aider lorsqu'un problème se présentait. Elle ne s'inquiétait pas pour cette mission. Michael connaissait la gravité de la chose et même s'il pouvait paraître brutal il n'en était pas moins très professionnel. Alexender ne le connaissait pas, il ne pouvait pas comprendre la confiance qu'elle pouvait avoir en cet homme. Il serait toujours là pour elle, pour eux, elle en était presque certaine…

Peu après que ce-dernier ait ralenti le fiacre, tous les Hunters étaient sorti afin de pénétrer dans la forteresse. Les entités de Katherine s'éveillaient, l'excitation les gagnait également et lui offrait encore plus d'adrénaline. Laissant Christopher se charger du garde, ils finirent finalement tous par se glisser par la petite porte de service ouverte grâce à ses services. Il ne leur fut pas bien longtemps pour parcourir le long couloir et ils se séparèrent à la première intersection. Katherine était restée avec Alexender. Son coeur battait la chamade. Ils devaient réussir, après tout, aucun vampire ne devrait leur sauter à la gorge… Cette mission était tout à fait à leur portée. Cependant, il ne fallut pas non plus traîner, qui savait ce qui pouvait arriver ? A tout moment, une garde pouvait débarquer et faire état des lieux. A coup sûr ils se feraient canarder… Ils auraient bien peu de chance à ce moment là de s'en sortir, les couloirs n'étaient que trop étroits et les Hunter connaissaient mal les lieux. De plus, ils auraient bien du mal à se cacher et riposter leur serait bien difficile. Passant devant Alexender, la jeune femme avait posé sa main sur la sienne. La réponse de son compagnon lui réchauffa doucement le coeur. Tant d'obscurité en ces lieux, un peu de réconfort ne faisait de mal à personne. Une fois arrivée devant une cellule qui contenait des jeunes femmes Katherine lui avertit qu'elle pensait que celle-ci était la bonne. Bien entendu, elle ne connaissait pas ces demoiselles mais elle était presque persuadée d'en avoir croisé au moins une chez Romerta. Sa vision ne semblait pas la tromper puisque quand le jeune homme arriva il les reconnut ! Quel soulagement ! Ils étaient arrivés jusque là ! Ils étaient sur le bon chemin pour réussir entièrement leur objectif.

Désirant éviter qu'elles ne fassent trop de bruit en voyant Alexender, la jeune hongroise leur intima le silence calmement, il ne fallait pas qu'elles bousillent tous leurs efforts maintenant par pur excès de joie. Satisfaite de voir qu'elle avait été comprise, Katherine aida quelques catins à sortir de leur cellule et sourit en les voyant embrasser Alexender sur la joue. Il était bien populaire ! Secouat la tête moqueusement elle s'occupa de bousiller la serrure afin que les prochains gardiens croient à une attaque sauvage. Des cliquetis métalliques retentirent tandis que les filles s'en allaient en catimini afin de rejoindre la sortie, leur liberté. Laissant le reste à Alexender puisqu'il semblait être naturellement plus musclé qu'elle, elle se chargea de donner quelques recommandations aux dernières demoiselles qui sortaient en indiquant bien qu'un homme les y attendait et qu'il les emmènerait en lieu sûr. Son coeur se réchauffait. Elle était heureuse pour ces femmes qui allait retrouver leur liberté, leur vie… quelle tristesse qu'elles se soient retrouvées en ces lieux… Au fond d'elle, la comtesse se sentait bel et bien coupable de leur arrestation. Une fois qu'elles disparurent de son champs de vision, Katherine se retourna vers Alexender. Il avait achevé la serrure. Parfait.

S'en réellement s'y attendre, la jeune femme se retrouva plaquée contre le mur, ses lèvres emprisonnées contre celles de son nouvel amant. Glissant ses mains dans ses cheveux afin d'approfondir le baiser et refusant de le laisser s'échapper elle lui avait murmuré quelques mots avant de se tortiller doucement contre lui. Ses mains avaient trouvé le chemin de sa poitrine. Son sourire ne pouvait désormais plus s'effacer. Finalement surprise elle papillonna des yeux quand il lui murmura qu'il fallait s'en aller et doucement elle lui répondit :


- Oh… Euh, oui...

Attrapant doucement sa main, elle sortit avec lui de la prison, la poitrine soulevée par l'excitation de leur réussite mais aussi par leur baiser fougueux. Que dirait Michael s'il la voyait ainsi auprès d'Alexender ? Oh… Au diable Michael ! Il n'avait qu'à être là ! Heureuse de l'effet qu'elle lui faisait, elle finit par sortir par la porte, bien vite suivie du jeune homme. Le lâchant pour ne pas l'incommoder face aux autres hunter elle observa Michael s'éloigner en compagnie des prostituées et ses autres compagnons revenir vers eux. Qu'elle avait envie de leur sauter dans les bras par pure joie ! Elle réussit finalement à se contenir et hocha la tête en entendant Nathan. Finalement elle lui offrit une petite tape sur l'épaule avant d'avancer vers la « baraque » poussée légèrement par Alexender. Le contact de ses doigts sur sa hanche la fit frissonner aussi bien qu'elle tourna légèrement la tête. Une envie de lui sauter dessus traversa son corps impitoyablement mais elle se retint. Les mots de son compagnon la firent le désirer un peu plus. Qu'il était cruel de lui murmurer ça comme ça alors qu'elle devait brider ses envies ! Finalement elle laissa sa main atteindre sa joue et lui répondit ses lèvres à quelques millimètres des siennes :

- Je n'en avais pas l'intention...

Un petit sourire étira ses lèvres. Décidément ils s'étaient bien trouvés. Elle avait eu du mal à le dompter, le jeune homme avait tout d'abord refusé tout contact trop intime avec elle en présence des autres jeunes gens et voilà que désormais c'était lui qui prenait des initiatives et venait lui faire des avances en pleines missions non loin de leurs compagnons ! Sursautant en entendant hennir les chevaux elle se demanda un instant s'ils étaient bien de la mission ou bien s'ils faisait parti de la cavalerie du Scotland Yard. Soupirant de soulagement elle s'excusa d'une voix presque inaudible et monta dans le fiacre sans plus attendre. Finalement elle observa Alexender qui était debout près de la portière. Et si les chevaux venaient à s'emballer à cause d'une intervention des forces de l'ordre, le Hunter arriverait-il à monter à temps ? Et Christopher ? Que faisait-il ? Il traînait bien trop et la demoiselle commençait à se faire du soucis pour lui. Pourvu qu'il ne lui soit rien arrivé...

Christopher apparut alors au coin de la rue. Un petit rire s'échappa de la gorge de la belle. Il était bien décoiffé, on aurait presque cru qu'il s'était battu. Mais non, ils avaient tous simplement oublié de s'occuper du gardien et c'était lui qui s'en était chargé tout seul. Lui tendant la main elle l'aida à grimper dans le fiacre et embrassa sa joue avant de le laisser s'installer en compagnie d'Alexender. Finalement elle poussa un soupir de soulagement. Ils avaient réussi. Enfin ! Une première mission avec eux et voilà qu'ils la réussissaient. Elle avait de grands espoirs en leur alliance, elle se voyait déjà à leurs côtés vaincre les vampires de Londres. Ils se concentraient sur le Comte Keïsuke parce qu'il faisait parler de lui et apportait certains problèmes aux Hunters cependant il n'était pas le seul à tirer les ficelles dans Londres. Une autre bonne poignée était là, tapie dans l'ombre, à attendre peut-être l'opportunité de prendre le pouvoir...


***************


Michael était parti avec les jeunes prostituées. Elles avaient besoin d'un logement tout d'abord et c'était la bonté de sa maîtresse qui avait encore fait parler d'elle. Décidément il ne pouvait s'empêcher de l'admirer. Son meilleur ami avait une fille formidable, une pointe de tristesse le transperça, James n'avait pas eu le temps de voir sa fille devenir une très belle femme. Il était mort de chagrin. Mort trop tôt pour une femme qui finalement ne le méritait pas. Après une petite heure, la petite troupe arriva dans la vaste cour d'une imposante villa. Elle n'était pas ce qui avait de plus riche mais c'était une maison assez grande et majestueuse pour une aristocrate mais surtout… Elle respirait la campagne, la nature. Entourée de bosquets et d'arbres non taillés, elle se faisait envahir par les plantes grimpantes que nul n'oserait toucher. Katherine veillait à cette ambiance sauvage. Elle ne voulait pas que cette demeure finisse comme l'une des maisons victoriennes de Londres. Cette villa était destinée au repos, à une éventuelle famille, à des séjours chaleureux.
Ouvrant la portière, le majordome guida les demoiselles à l'intérieur de la demeure pour les faire visiter avant de leur montrer les chambres ainsi que les salles d'eau. Il n'y avait aucun domestique pour le moment puisque la Comtesse n'y vivait pas. Enfin, il partit en cuisine et prit quelques minutes de son temps pour leur faire bouillir des légumes ainsi que des pommes de terre. Heureusement, elle était entretenue et les vivres qui y logeaient avaient été mis à disposition un jour auparavant afin que les jeunes femmes ne meurent pas de faim. Enfin, il fit cuire de la viande. Les laissant prendre place il demanda à l'une d'entre elle de s'occuper de la cuisson du repas qu'il avait déjà mis en route. Il devait rentrer. Leur laissant le fiacre, Michael sella un cheval et s'en alla vers Londres afin de retrouver la femme qu'il aimait tant.

Katherine, elle, était déjà rentrée en compagnie de ses nouveaux compagnons. Il fallait fêter cette réussite si belle à leurs yeux. Accueillis par Isaac et Alphonse, tous se rassemblèrent et racontèrent leurs exploits. L'élan de joie du jeune garçon fit rire la jeune femme qui se tourna vers Alexender. Décidément, il avait des amis bien touchants. C'était bien la première fois qu'elle voyait un jeune homme agir ainsi. Prenant tous place autour de la table, chacun put prendre la parole, boire et manger à volonté. La jeune femme ne se priva pas, elle qui aimait tant manger. De plus elle en était déjà à son quatrième verre. Ses joues rosées et ses yeux brillants montraient bien qu'elle était déjà pompette. Assise sur les genoux d'Alexender, elle en profitait, tandis qu'il racontait leur expédition d'une manière chevaleresque aux absents de la mission, pour lui murmurer quelques mots aguicheurs à l'oreille et passer l'une de ses mains sur son torse puis sa cuisse. Gênée ? Absolument pas, enfin l'alcool n'arrangeait rien. Les baisers du Hunter dans son cou non plus. Finalement elle se mit à rire avec eux sans retenue et s'exprima à son tour tentant de mettre certaines limites à se que racontait son amant. Finalement elle se leva en un éclair lorsque Michael revint de sa mission. Se jetant dans ses bras elle embrassa ses joues puis ses lèvres avant de le mener à table pour le servir et le féliciter d'avoir réussi. Cependant ce n'était pas sur son majordome qu'elle avait repris place mais bien sur Alexender.  Michael avait eu le coeur serré durant toute la soirée. Elle était vraiment frivole… Malgré tout il ne put s'empêcher de sourire. Il existait bien peu de moments comme ceux-là où la jeune hongroise se permettait de rire et de boire sans craindre un quelconque malheur dans le domaine des Thornes. Ils n'étaient pas seuls. Pour la première fois, Michael tenta de se sociabiliser, prenant part, rarement tout de même, à certaines discussions et riant avec les jeunes gens.

Le soir même, Katherine ne vint pas le retrouver. Il s'y attendait bien de toutes les manières. Elle l'avait rejoint à lui. Oh comme il le haïssait !


[HRP/Fin du RP avec Katherine. Suite à venir./HRP]



"Parce qu’on se sent quelques fois seul, délaissé, abandonné, rejeté. On pense alors à la seule échappatoire possible : la mort. On manque de cran, on a peur. Et on finit par y renoncer en choisissant la facilité : tuer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'Audace déliée [Katherine, Alexender] [25/04/42]

Revenir en haut Aller en bas

L'Audace déliée [Katherine, Alexender] [25/04/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» La presse bling-bling rivalise d'audace» Audace au cirque Bouglione» L'audace est une royauté sans couronne. (15/10-15h32)» Le courage est une chose, l'audace en est une autre! ft. Dwalin» Katherine Pierce
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Regent's park et Marylebone :: Coldbath Fields Prison-