L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Quand les Ombres se frôlent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Adhéna
Modérateur
avatar
Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 04/11/2007
Race : Vampire
Classe sociale : Bourgeoise
Emploi/loisirs : aller dans des salons, ou des galeries d'art,...
Age : 44
Age (apparence) : 17
Secte : Sabbat
Clan : Tzimisces
Rang Pyramidal : ordinaire
MessageSujet: Quand les Ombres se frôlent Mer 17 Sep - 13:54

[HRP// Suite de l'Eglise St Jame's: Etrange rencontre]

Le théâtre, lieu apprécié des bourgeois, l'était aussi de la classe Vampirique. Seul le jeu de nuit leur était malheureusement permis, car les pièces étaient aussi représentées pendant que l'astre Solaire flamboyait haut dans le ciel. Ils devaient s'en contenter, peu désireux de subir les brulures mortelles des rayons sur leurs beau blanchâtres. Ces aristocrates de goût, auraient aussi pu se rendre sur les bords opposés de la tamise, dans les théâtres de rue de la populace. Il auraient eût des places de choix et des pièces magnifiquement jouées. Se glisser parmi les roturiers n'était pas le problème, ce qui pourrait s'avérer gênant était les chasseurs qui rôdaient, où simplement l'ennui de ne pas être parmi les gens de leur pointure.

Un cocher ouvrit la porte d'une voiture et une magnifique demoiselle se fit voir, souriante mais distante. Son serviteur lui tendit la main, elle la prit sans même lui adresser un regard et descendit sur les pavés. Devant elle se dressait, fier et majestueux: le Théâtre de Londres. La voiture repartit, laissant cette jeune personne seule parmis la foule de bourgeois, mais celle-ci ne se sentait nullement dépaysée.
Adhéna se mit en marche et monta l'escalier qui menait à la grande entrée. Une fois en haut, elle sortit le billet qu'un homme lui avait remit et après l'avoir montré aux hommes qui géraient les entrées, elle pénétra dans le théâtre.
Des sculptures trônaient sur leurs socles de pierre, représentant hommes et femmes dans des positions parfois extravagantes. Mais cela ne choquait personne. L'art était quelque chose d'intouchable. Sur chacun des murs, il y avait des moulures, formant parfois des frises. Et le plafond était remplit d'une toile à même la pierre, digne de celle faites dans les pièces de Versailles.
La Vampire s'avança, connaisseuse et prit le premier escalier qui se présenta à elle. Ensuite, elle marcha dans un couloir noir de monde et ouvrit la porte n°07, elle la referma derrière elle, puis se retourna. Par chance, il n'y avait encore personne. Elle prit place sur son siège et après quelques secondes, elle se releva et passa la tête par dessus la balustrade. Il y avait une nombre incalculable de gens pour cette première représentation. Adhéna espérait qu'elle la divertirait comme il se doit, car elle n'avait pas déboursé autant d'argent pour voir une maudite pièce mal jouée.
En reprenant place, la Vampire jeta un oeil à son carton, il y était noté : Phèdre de Racine, mise en scène pas Pauly Sertrovsky. 20h/23h. Une pièce française, réadaptée en anglais et jouée par des Polonais. C'était d'un genre douteux, mais on lui en avait dit grand bien. Alors l'essai était de mise.
Bientôt, il serait l'heure. Mais avant cela, les quelques sièges qui se trouvaient près de la demoiselle se verraient attribuées à des personnes. Inconnue pour la plupart. Elle l'espérait tout du moins, car si la pièce lui plaisait elle ne voulais être dérangée sous aucun prétexte, quel qu'il soit. Et le Monde sait, que chez les bourgeois on aime faire la conversation, alors que rien n'empêche de faire silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fye Flowrith
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 19/03/2008
Race : Loup-garou
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Historien /visiter les loups
Age : 316
Age (apparence) : 24
Résistance mentale : 3 sur 5
MessageSujet: Re: Quand les Ombres se frôlent Sam 20 Sep - 16:50

(En provenance de Nuit au Spirit)

Un jeune homme s’arrêta devant le théâtre qui commençait à être remplit de gens désireux de voir cette nouvelle pièce française qui venait de faire son apparition à Londres. Fye n’était pas un fervent adorateur de théâtre, mais en cette belle soirée où l’astre lunaire était en phase gibbeuse ce qui annonçait l’arriver d’une pleine lune d’ici à peine une nuit, le théâtre semblait bien attrayant.

Le jeune homme blond avança, montant les marches qui menaient à la grande entrée, il chercha quelques minutes dans sa poche de veste son billet que quelques minutes plus tôt avait faillit se noyer dans la mer dût au manque d’intérêt de son possesseur.
Maintenant qu’il était devant la billetterie, vêtue proprement, mais simple, Fye tendit son billet en souriant. L’homme qui était en charge de généré l’entrée regarda Fye étrangement avant de lui permettre d’entrer dans le majestueux théâtre de Londres.
Le loup-garou marcha lentement, admirant les sculptures magnifiques qui ornaient cette antre d’artistes renommés.

L’égyptien se fraya un chemin entre la foule de gens beaucoup mieux habillés que lui, il monta quelques marches puis arriva dans un couloir remplit de nobles et de bourgeois qui se racontaient leurs dernières pièces vue. Fye entra dans une porte numéroté d’un 07, il resta quelques instants muet à la grandeur du théâtre, il ni était jamais entrée, de peur que des vampires reconnaissent en lui un monstre qui fallait à tout prit faire disparaître de la terre. Car malgré le fait que le jeune loup-garou restait en dehors de toutes ses histoires et querelles il était au courant de tout ce qui se passait. Fye se trouvait chanceux de ne pas avoir été chasser par un vampire lors de ses incontrôlables nuits de pleine lune.

Fye prit place à quelques banc d’une belle jeune demoiselle, une grimace de douleur apparût sur son visage lorsqu’il adossa son dos sur le banc de velours du théâtre. Il n’avait que quelques vague souvenirs de cette nuit de pleine lune où il avait rencontré une jeune chasseuse manipulant le feu. Malgré le manque de souvenir, son dos lui en gardait le souvenir et malgré la régénération rapide de ses tissus cette brûlure n’avait pas guérie comme les autres, le pauvre homme souffrait le martyr et sa pour un meurtre dont il ne se souvenait que le corps ensanglanté de la jeune danseuse.
Fye soupira puis attendit que la pièce commence, l’esprit douloureusement torturé par toutes ses actes qu’il commettait sans vraiment le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkness.darkbb.com/index.htm
Adhéna
Modérateur
avatar
Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 04/11/2007
Race : Vampire
Classe sociale : Bourgeoise
Emploi/loisirs : aller dans des salons, ou des galeries d'art,...
Age : 44
Age (apparence) : 17
Secte : Sabbat
Clan : Tzimisces
Rang Pyramidal : ordinaire
MessageSujet: Re: Quand les Ombres se frôlent Mer 1 Oct - 9:35

Finalement assise, Adhéna attendit patiemment le commencement de la pièce, mais à peine eût elle fermé les yeux en pensant à la prochaine pleine Lune qu'elle entendit la porte s'ouvrir. Il n'y avait pas eût de grincement, aucun bruit, seul un mouvement d'air. C'était bien assez pour avertir la vampire qu'un humain avait pénétré dans la pièce. Gardant les yeux clos, elle attendit que cette personne prenne place, faisant comme si elle ne l'avait pas remarquée, trop absorbée par ses pensées.
Il s'était arrêté derrière elle. Comment savait-elle que c'était un mâle? Rien de plus simple: une femme aurait été accompagnée, où aurait cherché la compagnie d'une autre femelle. Les bourgeoises et les nobles sont rarement différents sur ce point, ils aiment se faire voir et qu'on les entende parler, à moins que leur passe temps favorit soit en fait de s'entendre eux-même parler. Allez savoir! Adhéna n'était qu'une Ombre de bourgeoise, elle jouait son rôle, comme il le fallait pour accomplir ses méfaits la nuit venue.
Une idée lui vint alors à l'esprit. depuis deux jour maintenant, elle n'avait pas bu ne serait-ce qu'une goutte de sang et ce précieux brevage commencait à lui manquer. Peut-être, si la soirée s'y prettait, rejoindrait-elle cet homme derrière elle, pour le dépouiller de sa vie. Ou simplement s'amuser un peu avec lui.
Mais trêve de machinations, la pièce allait bientôt débuter. Adhéna se dit alors, que tout dépendrait de cette pièce. Si elle lui plaisait réellement, elle s'en irait, sans faire de mal à personne. Si ce n'était pas le cal, si cette tragédie était médiocre, elle n'aurait plus qu'à chercher un lot de consolation. Un sourire désireux s'étendit sur ses lèvres couleur fraise, découvrant l'une de ses canine de jeune louve.
Puis, pensant de nouveau à cet homme, elle tourna la tête vers lui, avide de savoir à qui elle avait à faire. Ce n'était en fait qu'un jeune homme, créature souvent corruptible avec la plus grande facilité. Peut-être lui donnerait-il du fil à retordre. Même si la blondeur de ses cheveux n'était pas pour lui pleire, elle remarqua que son visage était avenant, bien que cet homme miniature soit un peu trop maigre à son goût. Trop peu d'argent pour manger à sa faim peut-être? Ou encore malade?
En se retournant vers la scène, Adhéna grimaça. Puis, reprit son visage neutre. Tout allait dépendre de Phèdre.


[hrp// désolée, je manque un peu d'imagination et de temps T.T je tenterais de faire mieux la prochaine fois! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fye Flowrith
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 19/03/2008
Race : Loup-garou
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Historien /visiter les loups
Age : 316
Age (apparence) : 24
Résistance mentale : 3 sur 5
MessageSujet: Re: Quand les Ombres se frôlent Mer 22 Oct - 0:27

Fye ne semblait pas savoir qu’il était observé, à moins qu’il le sache, mais faisant semblant de rien regardait la scène vide où bientôt il y aurait un pièce qui pourrait peut-être lui faire oublier ses souffrances secrètes et ses tourments voilés pars un léger sourire pâlot qui animait le visage blanc du jeune loup-garou. La pièce n’allait pas tardé cependant la salle où était assis les deux êtres surnaturel semblait ne pas vouloir se remplir de monde, pourtant à son entré Fye avait aperçu un nombre incalculable de gens richement habillés pour la première de cette pièce fort bien vanté pars ses collègues au Bristish Museum. Le jeune bourgeois n’avait pas l’habitude des foules, aimant mieux se retrouver seul dans ses livres que se soit dans son bureau ou dans son modeste appartement, se remémorant sa vie humaine en Égypte. Elle était bien loin l’enfance heureuse au Caire et les longs trajets de la caravane, allant de ville en ville pour offrir au plus fortunés des hommes des bijoux magnifiques et des armes redoutables. Sa familles avait même eux affaire aux conseillers du Pharaon.

Fye sortit de ses pensées vieille de 300 ans et posa son regard sur la jeune femme devant lui, des long cheveux brun magnifiquement coiffé, elle portait un jolie chapeau qui s’assortissait avec merveille à sa robe rouge. Ne la voyant que de dos il ne saurait dire si elle était vraiment jolie, mais de toute façon il s’était interdit les relations humaines et avec regret. La dernière fois Fye avait malheureusement retrouvé sa compagne tuer par lui-même, une vrai boucherie, il y avait bientôt 45 ans de cela. Mais depuis quelques temps un jolie visage flottait dans sa mémoire, le visage d’une jeune femme à la compagnie très agréable qui recherchait dans le zoo de Londres une créature étrange. Elle n’avait pas trouvée la bonne, mais en avait trouvée bien une, et dire que s’était la veille de la pleine lune ce jours là. Fye avait été encore plus étrange qu’à l’habitude, il avait dût quitter la douce demoiselle avec regret et depuis ce temps il pensait souvent à elle, une erreur de plus se disait-il, Fye devait absolument l’oublier.
Les lumières s’éteignirent et la pièce débuta, le jeune bourgeois aperçu que la salle où il s’était assis s’était remplit depuis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkness.darkbb.com/index.htm
Adhéna
Modérateur
avatar
Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 04/11/2007
Race : Vampire
Classe sociale : Bourgeoise
Emploi/loisirs : aller dans des salons, ou des galeries d'art,...
Age : 44
Age (apparence) : 17
Secte : Sabbat
Clan : Tzimisces
Rang Pyramidal : ordinaire
MessageSujet: Re: Quand les Ombres se frôlent Mer 19 Nov - 18:39

Alors que le temps s'écoulait, Adhéna restait de marbre, comme accablée par la lenteur des humains qui agissaient à allure réduite, par rapport à eux, les suprêmes Vamires. Un à un, les femmes et les hommes entraient, s'asseyant de façon éparse dans la salle et certains comme il n'en pouvait être autrement, prirent place près de la demoiselle irritée. Comme le voulait la bienséance, elle leur rendit leurs sourires, fit quelques brides de conversation, mais en resta là. Certains se demandaient certainement ce qu'une "Mademoiselle" faisait seule, sans un chaperon, sans une mère pour l'accompagner, d'autres ne firent qu'admirer son maintien et son joli minois. D'autres encore l'ignorèrent, trop étourdis pour faire pretter attention à ses nombreux atouts.
Même si Adhéna n'aimait les hommes que pour ce qu'ils pouvaient lui apporter, et rien d'autre, elle se vêxait souvent de ne pas être au centre des regards, sans avoir besoin de bouger le moindre petit doigt. La vanité d'une coquette était décuplé dans les actions de la Vampire, comme si c'était l'une des seule choses qu'elle avait gardé de son humanité, encore que ce ne fusse pas le pire de ces vices.
Cette longue attente fut récompensée par le levé de rideau et la toute première réplique donnée par Hyppolyte, ce cher et tendre fils de Thésé, qui a ravi le coeur de sa belle-mère au premier regard. Théâtre Racinien, coup de foudre et jeu des Dieux. Et ici bas, les divinitées avaient étées remplacées par eux: les Vampires, qui s'amusaient aux aussi des chétifs hommes. Pour se divertir seulement.
Les actes s'enchainèrent avec brio, les acteurs jouaient leur rôle comme s'ils étaient les personnages eux mêmes. Et pourtant, Adhéna ne fut touchée qu'au moment où Phèdre supplie qu'on lui transperce le corps pour ses actions, ses sentiments qu'elle ne peut réfreiner. A cet instant, la demoiselle éprouva de la pitié pour cette pauvre femme, trop illuminée par l'amour qu'il la rendait aveugle. La suite n'en fut que pire. C'était une tragédie, il ne fallait plus en douter, morts, deuils et solitude, sans compter tous ces gens qui tapottaient leurs yeux autour de la Vampire.
Prise d'une soudaine rage, alors que les autres spectateurs se levaient et applaudissaient avec fracas, Adhéna se mit debout avec grâce et quitta la pièce dignement, sans s'empierger, ni applaudir cette chose qu'elle était venue voir. Pourquoi, au juste, était-elle venue perdre son temps dans cet endroit, qui lui plaisait pourtant? Etait-ce pour ne pas trouver satisfaction et finalement trouver une raison de boire le sang? Non, elle n'avait pas besoin de fausses excuses pour se laisser aller à ses envies. Et pourtant, tout ceci ne lui donnait toujours pas son but.
En poussant un soupir, elle passa la porte qui conduisait au couloir et se sentie alors bien mieux. Alors, peut-être que... Oui, il se pouvait qu'elle aît été décontenancée par toute cette odeur de chair et de sang qui s'était aglutinée autour d'elle. D'habitude, il y avait bien moins de monde. Sans oublier que par le passé, elle prennait quand même soin de se faire un repas avant de se montrer en grand public. Si elle ne s'était pas retenue, cette pièce aurait certainement été grandiose. La Vampire se reprocha alors d'avoir négligé sa nourriture et cela la fachat beaucoup.
Ce soir, une autre Tragédie aurait lieu et celle-là, aucun spectateur ne pourrait en dire la fin, car personne n'en réchapperait. A cette pensée, la demoiselle se mit à rêver à sa prochaine dégustation, tout en regardat avec une certaine avidité les figures qui sortaient de la salle assombrie et bondée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fye Flowrith
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 19/03/2008
Race : Loup-garou
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Historien /visiter les loups
Age : 316
Age (apparence) : 24
Résistance mentale : 3 sur 5
MessageSujet: Re: Quand les Ombres se frôlent Mar 25 Nov - 16:04

Fye sentit soudain l’irritation le gagner, un homme et une femme étaient maintenant assis à ses côté et malgré qu’il essayait d’être le plus humain possible la présence d’odeurs humaines trop prêt de lui l’incommodait.
Ne voulant pas se faire remarquer pour son manque de courtoisie le jeune bourgeois salut les deux personnes assises près de lui. Il reconnu un de ses collègues et le remercia gentiment de lui avoir recommandé la pièce qui allait maintenant débuter.
Un homme le regarda un instant comme si Fye sortait d’une tombe, il était vrai que le bourgeois avait la peau irréellement blanche, mais de là à ce faire dévisager. La pièce débuta et l’homme cessa de regarder le jeune bourgeois qui pu apprécier la pièce comme la plupart des gens dans la salle.

Fye admira la pièce, la mythologie l’intéressait au plus au point, surtout dût au fait qu’il en avait fait un peu partit. La pièce était magnifique, les acteurs jouaient parfaitement leurs rôles et les décors étaient magistraux. Pour une foie dans sa vie d’être surnaturel il pût admirer le travail des humains sans pour autant en être triste, sa vie d’avant lui manquait réellement, mais durant la pièce il oublia tout ses tourments.
Le jeune homme se leva lentement à la fin de la pièce et applaudissait comme tout le monde sans pour autant en montrer un très grand enthousiasme, la vie reprenait maintenant son cour normal et le rêve était interdit de nouveaux. Une vie d’éternelle solitude et de poursuites endiablées avec une certaine jeune femme qui ne voulait que sa mort, il ne savait même pas les motifs, peut-être un amant massacré ou une famille assassinée, à moitié dévoré par le loup-garou blanc.

Fye attendit un instant que tout le monde sortent de la pièce, il se sentit alors beaucoup mieux quand il resta seul dans la petite pièce qui à peine quelques secondes étaient encore bondées de monde. Il respira un grand coup et sortit par la porte principale, affichant à contre cœur un petit sourire sur son visage. Il replaça ses cheveux blonds, son habit simple et remit son manteau noir. La pièce était fini et il devait maintenant retourner dans ses bouquins. Il resta à l'entré de la salle quelques secondes, se demandant ce qu'il allait faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkness.darkbb.com/index.htm
Adhéna
Modérateur
avatar
Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 04/11/2007
Race : Vampire
Classe sociale : Bourgeoise
Emploi/loisirs : aller dans des salons, ou des galeries d'art,...
Age : 44
Age (apparence) : 17
Secte : Sabbat
Clan : Tzimisces
Rang Pyramidal : ordinaire
MessageSujet: Re: Quand les Ombres se frôlent Mar 9 Déc - 10:03

Une toute dernière personne sortit de la salle. Adhéna reconnu le jeune homme blond qu'elle avait remarqué avant que la pièce ne débute et ses précdentes pensées à son égard refirent surface.
La jeune femme s'avança vers lui et remarquant qu'il avait l'air quelque peu perdu, elle lui fit un sourire charmeur avant d'engager la conversation.

- N'avez-vous pas trouvé cette pièce grandiose? Demanda la Vampire, en feignant d'être époustouflée, et sans lui laisser le temps de répondre, elle ajouta: Mon Dieu, c'était si touchant, j'en suis toute retournée! Quelle tristesse tout de même, que ce soit une tragédie...

Elle soupira d'un air attendrit et laissa ses yeux courir sur le sol, comme si elle était perdue dans quelque réminiscence. Alors qu'en ce moment même, elle se demandait de quelle manière elle allait pouvoir attirer ce jeune homme dans ses bras et en faire un pantin docile, un jouet sans âme, une outre de déciles.
Alors que la Vampire faisait un nouveau pas vers le joli coeur, les yeux braqué sur les siens, irradiant d'envie indescriptible, elle ressentit une menace non loin. Un grondement lointain et inopiné. Et pourtant il se rapprochait vite, si elle comptait faire de sa proie une coquille vide, elle devrait s'y remettre à plus tard, quand elle serait certaine de ne plus être gênée, cose qu'elle écoutait plus que de se battre contre ce Vampire plusieurs fois centenaire qu'elle connaissait si bien, pour avoir déjà eût quelques différents avec lui.
Nouvelle contrariété pour la jeune demoiselle, qui trouvait que cette soirée était vraiment des plus ennuyante. Tout aurait pu être si bon, si plaisant, mais il en devait être autrement.
A travers les murs du théâtre se fit entendre le clocher de l'Eglise voisine, qui faisait aller à tout va les notes de minuit. C'était une chance.

- Oh mon Dieu! Il est déjà si tard! Veuillez m'excuser, je suis en retard, Maman va me gronder si elle voit que je ne suis pas rentrée bientôt! Elle fit mine d'être effrayée. Je vous laisse mon cher, excusez moi de cette sortie incongrue.

Elle s'inclina, puis dans un froissement de robe se rendit vers la sortie. Une fois dehors, elle prit une petite ruelle et suivit un chemin détourné et sombre pour retourner vers la maison familiale. Cependant, alors qu'elle marchait depuis quelques minutes, elle sentit qu'on la suivait.
Un sourire inattendu étira les lèvres de la Vampire. Il l'attendait et savait qu'elle se dirigeait vers lui. Courir ne servait plus à rien maintenant.

[Suite à Casse-croûte au Zoo Londonnien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fye Flowrith
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 19/03/2008
Race : Loup-garou
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Historien /visiter les loups
Age : 316
Age (apparence) : 24
Résistance mentale : 3 sur 5
MessageSujet: Re: Quand les Ombres se frôlent Mer 10 Déc - 23:41

S’étant enfin décidé à sortir du théâtre, le jeune homme ne peut faire un pas qu’une jolie demoiselle s’approcha et commença à lui parler de la pièce. Il n’eût le temps de répondre à sa première question qu’elle continua, ses en l’écoutant parler que Fye découvrit que s’était la jeune femme qu’il avait observé avant que la pièce débute. Maintenant qu’il pouvait lui mettre un visage elle était des plus séduisante, le jeune bourgeois n’eût le temps de poursuivre ses pensées qu’un silence souligné d’un soupir lui indiqua qu’elle avait fini de vanter la pièce. Il lui répondit avec un magnifique sourire et quelques paroles affirmant les dires de la demoiselle.

- Une pièce magnifique en effet, tragique, mais pourtant ce sont les tragédies qui touchent le plus le cœur des gens.

Fye laissait paraître un sourire charmeur et même un peu provocateur, mais au fond de lui-même il savait qu’il ne pouvait aller plus loin qu’une nuit de belle paroles et de doux baisers volés à la hâte. La jeune femme devant lui avait vraiment une beauté magnifique, s’il n’écouterait que ses émotions il partirait avec elle dès ce soir, mais il était trop prudent pour oser. Ses là qu’elle se mit à avancer vers lui, braquant son regard dans ses yeux bleus saphir. Fye se sentit désarçonné, il resta là, sans bouger, attendant un moment pour s’échappé subtilement comme il le faisait toujours, ses à ce moment que la belle jeune femme prit la parole à nouveau. Le jeune bourgeois fût soulagé des paroles prononcées par la jeune femme et lui répondit avec un ton désolé.

-Alors j’espère vous revoir car je n’ai point eu le temps de vous demander vôtre prénom.

Fye accompagna ses paroles d’un sourire doux, il regarda la demoiselle sortir avec toute la grâce qui lui était dût. Il lâcha un soupir puis sortit à son tour en repensant à cette soirée et à la nuit de demain, car demain se sera pleine lune.

(Suite à Pleine lune mortelle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://darkness.darkbb.com/index.htm
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quand les Ombres se frôlent

Revenir en haut Aller en bas

Quand les Ombres se frôlent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Quand les Ombres se frôlent» 03. Quand les sangs se mêlent» Quand le bateau est trop lent...» Quand les ombres t'envahissent...» Quand les plantes s'enmêlent [PV: Awena]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Soho et Trafalgar Square :: Grand Théâtre-