L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Sir Calum Adhémar Corviney _ [-En-Cours-]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sir Calum A. Corviney
Nouveau membre
Date d'inscription : 23/11/2016
Nombre de messages : 2
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Baronnet
Emploi/loisirs : Lawyer-Barrister & Juge à Croydon/Généalogie & Héraldisme
Age : 95 ans
Age (apparence) : 45/50 ans
Entité n°2 : Ushor est un hibou Grand Duc
Crédit Avatar : A venir
MessageSujet: Sir Calum Adhémar Corviney _ [-En-Cours-] Mer 23 Nov - 11:30



Sir Calum A.   Corviney




~ D’apparence ou de réalité, un état de nature n’en fait qu’une situation éternellement changeante ~



Fiche d'identité




Prénoms : °Calum, Adhémar
Nom : °°°Corviney
Surnom : L’incertain
Sexe : Masculin et hétérosexuel..
Âge réel : 95 ans
Âge d’apparence : 45/50 ans
Origine : La famille est écossaise depuis son tri-aïeul, mais elle est issue d’une famille huguenote fuyant la France à la révocation de l’Edit de Nantes, les Lassalle de Corvinet.
Classe sociale : D'origine bourgeoise, il a été anobli et élevé au titre de Baronnet.
Emploi :  Avocat-Plaideur ( Barrister ), très récemment intégré au sein du "Sergeant 's Inn" comme l'un des nouveaux "serjeants-at-law". Il œuvre également en tant que juge du tribunal de Croydon, rattaché aux ''Courts of England and Wales'' en attendant d’être appelé en la Haute Cour de Justice, ou mieux encore, celle de la Cour Suprême du Royaume-Uni.




Race: LYCANTHROPE



Première entité : Un énorme loup noir (Canis Lupus Fuscus), tel est l’apparence d’Itar, sauvage et prédateur, cette première entité représente le bras de la justice tout en maîtrisant cet instinct destructeur et vengeur, pour n’être guère plus qu’un instrument de vengeances exigées. Pour être honnête, Calum n’a que peu d’attrait pour cette forme, tant sa nature profonde est loin de celle belliqueuse de son entité de clan, la première. Tout juste, y voit-il le plaisir d’être le dominant, le mâle alpha dans la meute familiale où son frère occupe le rôle de bêta.
Toutefois, c’est sous cette forme que l’aspect protecteur excessif vis-à-vis de sa sœur est la plus apparente, tout comme son frère, ce dont leur jeune sœur qui recherche encore et toujours l’amour de sa vie, qui se doit d’être un lycanthrope, bien évidemment...

Deuxième entité : En ce qui concerne Ushor, la seconde entité animale de Calum, elle s’affiche sous les traits d’un hibou grand duc, symbolisant la sagesse, la réflexion et l’intelligence de sa face animale. Très en retrait à observer de loin les déambulations humaines dans leur cacophonie des successions de gouvernance.
(animal, nom, caractère)




Description physique



Taille : 6 feet & 1 inch (soit  ~1 m 85), constant…
Poids : 197 livres (~90 kilos), évoluant à la hausse selon ses excès alimentaires !
Yeux : Vert très clair, constant…
Cheveux ( selon son apparence pour les sept ans à venir ! ) : °Blond-blanc, avec une chevelure clairsemée et constitué de cheveux si fin que l’on aperçoit le teint rosé de son cuir chevelu.

Description détaillée : Sous son apparence actuelle, l’honnête et vertueux baronnet Calum  Corviney affiche un début d’en bon point que sa grande et forte stature dissimule assez correctement. Ayant fais le choix d’une chevelure affichant ostensiblement une maturité assumée, on ne peut guère le classé dans le groupe des apollons qui usent de leur flatteur physique pour obtenir ce qu’ils désirent. Non !..
Toutefois, un port de tête altier et un racé aristocratique hérité de la fierté et de l’orgueil de la petite noblesse gersoise dont sa famille est issue, lui donne une allure conquérante sans chercher à l’être.
Cependant, on ne doit pas oublier un détail qui a son importance, l’apparence affichée n’est qu’un déguisement, son véritable visage s’habille du physique d’un jeune homme bien bâtit et au visage poupon d’un jeune homme sans marques apparente de sa longue vie.

Vêtements : Bien que sa situation ne cesse de s’améliorer, elle n’en demeure pour l’heure encore débitrice d’une sage et prudente conduite. Mesurant les dépenses de sa livrée à ce qu’elle doit-être au minimum de sa situation professionnelle encore fraichement acquise, il se laisse tenté par de petite touche d’excès sur des détails, dont il est certains que sa clientèle se serviront pour mesuré la brillance de son éloquence et de sa réussite.
Sans oser des coupes de tailleurs avant-gardistes, il garde un conformiste sur sa mise, qui l’a rende élégante et sans être tapageuse et claironnante. Des tissus de qualités en provenance de fabricant réputé sont assemblé par l’un des tailleurs de la cour royale, certes ceux qui non guère plus trop les faveurs de la jeunesse bourgeoise londonienne.

Particularités : Une mèche de cheveux blanc et plus touffue passe juste au-dessus de l’oreille en chutant sur la nuque juste après celle-ci. En loup, cette mèche part du sourcil et passe également au-dessus de l’oreille, alors qu’en Hibou, cette ligne lactescente traverse le dessus de la tête en longeant l’oreille à peine aminci par des plumules grisonnantes.




Caractère



En public :    CARACTÈRE EN PUBLIC

En tant que Lycanthrope :    A l’image du concept du yin/yang de l’empire du milieu, les traits de caractère de Calum suit ceux d’Itar et ceux d’Ushor. Son humeur est bestiale, sauvage et agressif, bien qu’en partie contrôlé, lorsqu’il revêt l’apparence du loup noir, l’entité d’Itar, alors que le sage Ushor, oiseau de proie nocturne affiche une sérénité et une retenue qui n’a que peu d’égale dans l’espèce humaine, mais collant bien à la noble et fier allure du grand duc.

Loisirs :    La généalogie et l’héraldisme… Pour cette dernière, il aspire à devenir l’un des membres du ‘‘College of Arms’’, il a d’ailleurs lui-même rédigé la généalogie de sa famille en collectant pièces archives familiales et autres document authentifiant la noblesse française de sa famille.

Religion :    Anglicane par soucis de plaire aux puissants, qui pourraient être amené à lui mettre des bâtons dans les roues de l’évolution de sa profession et ses aspirations honorifiques. Mais, en réalité, il n’est pas très porté à cette canne philosophique, qui compense souvent le manque d’ambition et de caractère. Sa vie, il l’a mènera comme il l’entend et ce n’est pas un pasteur, le nez constamment plongé dans ce foutu bouquin qui dirigera sa vie. Le vécu de sa famille est pour beaucoup dans cette vision un brin nihiliste, pour garder des préceptes religieux, tout son ‘clan’ à quitter un pays dont le roi considérait légitime d’imposer sa vision de la foi.
Bien sûr, cette vision, demeure dans les méandres secrets de ses pensées, il ne les affichera jamais !.. Vraiment jamais !..

Qualités :   INTELLIGENT, VERTUEUX, OPPORTUNISTE, OPINIÂTRE, AMBITIEUX, MANIPULATEUR, MÉMOIRE ÉLÉPHANTESQUE.

Défauts :   MANIPULATEUR, FOURBE, ÉGOCENTRIQUE, PRÉJUGEANT AISÉMENT, REVANCHARD, OPPORTUNISTE.




Background



Résumé : RÉSUMÉ

Éducation :
- La musique: Sans pouvoir prétendre être un mélomane accompli, ce bon Calum en apprécie pas moins les effets relaxant et reposant.
- Les sciences: Hermétique au plus haut point, allant même jusqu’à l’exaspération lorsqu’elles abordent la cryptozoologie, avec des propos et affirmations aussi saugrenus et aberrant que peuvent l’être, lorsqu’ils viennent de parfait ignorant.
- L'Alchimie: Aucune. Il en ignore tout et il ne s’y intéresse pas un seul instant.
- Les langues: Il en maîtrise une douzaine parfaitement, mais il n'en comprend correctement qu'une petite vingtaine.

Histoire : Pour appréhender avec une vision la moins exhaustive possible de l’histoire du nouveau baronnet Corviney, il est indispensable de retracer l’histoire de sa famille, même s’il ne s’agit que d’en dresser qu’un tableau très simplifié de l’arbre généalogique de cette dernière.
Bien qu’écossaise et perçu comme telle, et ce même par les plus anciens clans des Highlands, très réfractaire à intégrer des étrangers en leur parenté de patrie, la famille Corviney est issue d’une très vieille famille huguenote française fuyant un royaume bien trop intransigeant sur la foi digne d’être pratiquée sur ses terres. Entre parenthèse, ce n’était d’ailleurs pas la première fois que la famille avait fuis leurs « terres ancestrales », car même si l’on remonte la présence de la famille Lassalle de Corvinet au nord du comté de Gascogne dès l’aube du XIIIe siècle, elle semble posséder des racines archaïques slaves dans les lointains territoires hongrois, frontaliers de la Transylvanie.
Tout ceci restant admit que par une minorité d’historiens, tant il est difficile de garantir l’authenticité des documents anciens de ces lointaines contrées. Mais des traces de petits seigneurs nommés Corvinius et disparus de ces régions sauvages et reculées pour apparaître à la même période sous le patronyme Corvinet en langage local.
Un passé trouble de cette lignée française n’a d’ailleurs jamais intéressé les écossais, lorsque deux cadets de la famille Lassalle de Corvinet étaient venus combattre pour l’indépendance du royaume d’Ecosse. Qui s’interroge de l’origine exact de l’aide, du moment que celle-ci se montre vaillant et fidèle à la cause.

Initiant une première souche aux environs d’Édimbourg qui s’était déjà éteint lorsque le tri-aïeul de Calum, Adhémar  Lassalle de Corvinet s’installa avec ses deux fils et sa fille dans la région de Grampian. Et malgré d’étranges rumeurs qui avaient circulé sur la disparition de tous ceux ayant quelques griefs sur cette première vague d’immigrants, tous les membres de la seconde gagnèrent le respect de leurs voisins par un travail dur et laborieux, à l’image de celui des véritables autochtones.
Au prix de nombreux sacrifices, ceux, qui avaient adopté un patronyme et des prénoms avec une consonance moins franchouillarde, gagnaient enfin une place au sein de la communauté. Leur nature très retirée du monde et très rassemblée autour d’un chef de famille dur et solide, correspondait pleinement à l’image de tout écossais digne de cet état. Sachant se faire apprécier par un dédain franc et non dissimulé envers les anglais, chose qui les rendait encore plus sympathique aux yeux d’une population très revancharde. Le clan Corviney avait toutefois l’intelligence de ne pas s’aliéner les puissants issues des deux autres royaumes, riche de leur expérience Gascogne.
Angus, le fils aîné d’Adhémar, reprit la même politique et s’ingénia à enrichir encore plus un clan marchand qui évoluait en famille bourgeois aux ambitions sans limites. C’est au stade du grand-père de Calum, un certain Donan Corviney, qu’une politique de spécialisation dans deux domaines prépondérants que chacune des générations se partagèrent les vocations. Ainsi, le violent et autoritaire Duncan, le père de Calum, avait hérité de la responsabilité d’endosser la fonction de commerçant, alors qu’il n’avait pas vraiment la bosse du commerce. Autant dire que l’ambiance familiale n’avait rien de chaleureuse, un frustrer qui se défoulait sur une femme soumise et sur des enfants qui en furent marqués à vie. Tandis que son frère Fergus avait opté pour la profession relativement peu lucrative d’homme de loi, mais montrait lui un flair pour les bonnes affaires qui exaspérait et amplifiait la rage dans le caractère déjà très sauvage de Duncan, son aîné.

Autant dire que les morts de leur père, de leur oncle et de leurs deux cousins facilitèrent leurs évasions respectives du rôle qui leur avait été initialement désigné à chacun… On pourrait voir dans ce regard très superficiel de l’historique du clan, comme une évidence, seule la réussite de la famille importait, au détriment de l’individu qui n’avait que peu de place pour se développer émotionnellement et donc sentimentalement.
Pourtant, l’aspect assez instable de ce clan lorsque l’on rappelle que chaque génération, après avoir atteint l’âge d’être autonome, s’exile dans une nouvelle contrée de l’île britannique loin du berceau natal affiche une conduite très narcissique avant de replonger dans le culte de l’honneur familiale.
En vérité, la famille dissimule un néfaste et très lourd secret, tous ses membres sont affectés de la tare lycanthropique, une créature pour beaucoup imaginaire. Mais pour les Corviney, une cruelle réalité pouvant les conduire à des confrontations meurtrières et à des pulsions difficilement contrôlables. Quoique les actuels titulaires de ce gène maudit bénéficient de l’expérience sur la maîtrise de cette capacité à gérer plusieurs entités pour un même corps, sans pour autant s’en libérer.
La relation fusionnelle des deux frères très courant en terrain de maltraitance augurait-il une force et l’unité nécessaire à l’épanouissement respectif des deux lycans ?...Les temps de gloire de la famille seraient-il enfin venus, qui sait ?...
Maintenant, il serait temps de s’intéresser plus spécifiquement du tout nouveau Baronnet, Sir Calum Adhémar  Corviney…
Sous une pluie battante et scintillante des feux éblouissants d’éclairs, il vint au monde le  6 avril 1747 en la petite cité de Berwickshire, dans la région de Borders, zone frontalière avec la détestée Angleterre. Grandissant sous les coups d’un père totalement dépourvu d’amour et une mère craintive qui ne se montrera câline qu’après avoir perdu son mari. Bercé des longues histoires retraçant les épopées de ses ancêtres, le petit Calum était un enfant réservé, renfermé sur lui-même dont le physique, déjà très imposant dans son enfance, lui octroyait une paix relative et surtout une autorité naturelle dont il n’hésitait pas à faire usage pour protéger le faible des petites brutes et voyous en puissance.
Très proche de son frère aîné, qui ne s’offusquait d’un physique moins impressionnant et souvent collé à un cadet chef de meute. Pourquoi cette inversion des prédominances, nul se l’expliquait, mais leur père s’énervait encore plus à voir son premier né obéir docilement à son petit frère. Et sa colère atteignait des sommets lorsque ce petit effronté s’interposait lorsque l’envie de tabasser son héritier venait à lui. Aucun de ses deux fils pleura quand ils apprirent que le père s’était éteint, regrettant beaucoup plus que leur oncle est lui aussi perdu la vie. Heureusement, les deux jeunes gens, qui possédaient la même faculté à augmenter leur longévité, avaient l’âge de gérer la fortune que leur oncle leur avait laissé.
Une première vie unit les deux jeunes marchands de toile, asseyant leur aisance financière quelque soit leurs revers de fortunes futurs, pu rester plus longtemps dans son petit business, ayant domestiqué son pouvoirs de vieillir son apparence sans pour autant altérer sa longévité. Moins chanceux, son frère dû s’expatrier à Édimbourg en se créant une nouvelle identité, ce qui lui permit de mettre au point la création d’une identité en étant crédible ce qui servira plus tard à Calum quand il endossa l’état-civil de son soi-disant petit fils lorsqu’il se lança à la conquête d’un meilleur statut social.














En société



Famille :   Sa famille fut en un temps de tolérance, titulaire de la noble vicomté de Corvinet, en terre gersoise, avant qu’un souverain désirant les faveurs d’un prélat pontifical uniquement guidé par l’appât du gain et de la perte des deniers du cultes que les protestants de hautes lignées représentaient. Fuyant pour l’île Britannique, le trisaïeul de Calum se souvint que l’un de ses ancêtres avait combattu pour la couronne d’Ecosse et s’installa avec ses deux fils et sa fille non loin d’Edimbourg. Habitué à un climat plus clément, le petit clan Corvinet perdu quatre de ses enfants, un des fils et la fille nés en France et les deux filles venu au monde sur sa terre d’adoption. Installé comme marchand de toile, la descendance eut plus de chance et se projeta dans le futur en s’assimilant complètement dans la communauté écossaise, tout en dissimulant un autre secret beaucoup moins avouable.
Au final, les Lassalles de Corvinet devinrent le clan Corviney, dont le fils aîné se lança dans de brillante étude en médecine lorsque le cadet se lançait lui l’acquisition du savoir des lois. Tous deux lycanthropes, au sein d’une famille qui de génération à su préserver la secrète malédiction dont ils étaient asservis, alors que leurs parents sont mort peu de temps avant de pouvoir constater la réussite de leur engeance. Depuis, les deux frères protègent leur sœur cadette comme s’ils défendaient le trésor de leur tribu…

Ennemis :    Les confrères que j’ai vaincu par ma verve et la justesse de mes argumentations, toutefois, je ne les vois pas comme des ennemis mortels, mais bien plus comme des partenaires de joutes qui se feront une priorité de me battre pour remettre les compteurs à zéro. Peut-être également quelques brigands parmi ceux que j’ai mis en prison sous ma fonction de juge, sans vraiment m’en inquiéter puisque je possède une excellente mémoire.

Alliés :    Il n’en a pas vraiment en dehors de sa famille, il peut avoir une confiance aveugle envers les membres de son clan et il le sait. Ce qui d’ailleurs fonctionne dans les deux sens, malheureusement pour lui avec une sœur aussi volage et si déraisonnable.

Situation: VOTRE RAPPORT AVEC LES CRÉATURES DE LA NUIT




Localisation sur l'Ombre



Votre demeure:   Ayant déménager depuis deux ans du « Inns court of Middle Temple », le brillant barrister s'est offert une demeure en combinant les fruits de l’héritage des biens de son oncle et ceux des deux procès récemment gagnés de hautes volées.
Au sein de la ‘‘Baker Street’’, la famille Corviney y a acheté deux immeubles contigus, dont l’un. Le plus cossu et ostentatoire est celui de Calum, qui l’a aménagé comme peut l’être les hôtels particuliers des pairs du royaume, avec une marquise aux colonnettes doriques et une façade à l’ornementation baroque à souhait. L’aristocratie peut ainsi descendre de leur carrosse protégé de la pluie sans se mouiller. Au sein d’un premier étage voué aux réceptions et rencontre avec des puissants pouvant lui être utile, il s’est fait aménager un petit bureau, son ‘Antre’ où il s’évade d’un quotidien tout en mesure et retenue.
Son voisin et frère, bien plus modestement meublé, s’est contenté d’un immeuble de rapport aux lignes simples, avec un rez-de-chaussée qui lui sert de cabinet de consultations privées et les deux premiers étages tout en longueur pour appartement privé.
Sans qu’il en soit fait mention nulle part, les deux bâtiments partagent un sous-sol commun, aux accès secrets et servant d’issue de secours dans le cas où des 'hunters' en viendraient à découvrir leur nature réelle…

Endroits les plus fréquentés :   Son club, le tribunal et le cabinet d'avocats qu'il a ouvert après avoir intégré le "Sergeant 's Inn". Mais c’est surtout en son ‘Antre’ qu’il passe la majeure partie de son temps libre…
Vous l’avez compris, Sir Corviney est un casanier dans toutes les variantes de la définition de ce postulat.





Buts



Rendre une justice juste et faire honneur à ces fonctions, enfin, ça c’est pour la façade...
En réalité, sa soif de reconnaissance et son récent anoblissement l'encourage à espérer devenir l'un des paires du royaume, avec tous les honneurs et privilèges liés à cet accomplissement. Souhaitant même que sa descendance puisse en jouir dans le futur en faisant fit des problèmes de successions que sa longévité, estimant qu’il y aurait toujours lieu de faire profiter la descendance de son frère, qui lui n’avait pas cette difficulté.
Sans oublier, bien que cela soit très secondaire et loin de sa priorité, obtenir une charge d'héraut d'armes au ''college of Arms''...




Armes et équipement



Armes :    Une canne au pommeau d'argent en forme d'une tête de chien, il porte d’ailleurs des gants essentiellement pour se prémunir du métal qui dissimule une épée avec un manche orné de lanières de cuir en guise de garniture, mais sans garde. Plus courte qu'une épée ordinaire, son habillage d'acajou en masque la dangerosité.

Une poivrière Budding, une sorte de pistolet rotatif et à percussion linéaire, qui revêtait l’avantage de pouvoir tirer plusieurs fois et d’être très discret de part sa petite taille. Mais, il s’avérait également peu précis, puisque le canon et le chargeur qui ne faisait plus qu’un en se répétant autour d’un axe en plaçant le fut chargé en face du percuteur. Sa petite taille en faisait toutefois parfaite pour un gentleman, ou devrais-je dire un aristocrate récemment anobli qui désire une protection discrète et efficace contre les tentatives de vols ou celles d’assassinats. Certes, cette arme de poing peut se montrer dangereuse pour son propriétaire, tant son mécanisme simple est dépourvu de sécurité et sensible au tir intempestif.



Objets personnels : VOS OBJETS PERSONNELS




Pouvoirs




- Longévité : °En temps normal, les Lycanthropes vieillissent comme les Humains. Cependant, comme certains de ses congénères, il a trouvé, à travers le monde des esprits, un moyen de vivre quelques siècles. Ce n’est toutefois pas une vie éternelle à l’image des vampires et autres créatures immortelles, blessé grièvement, il mourra tout comme n’importe lequel des humains.

Inconvénients: Aucun, si ce n'est la fatigue de vivre qui rend le Lycan parfois très mélancolique et que sa fin d’existence demeure valide, elle n’est que reporté que pour quelques siècles, dont il ignore la date butoir.


- Rage : °Sous la colère, Itar peut doubler de taille (et de poids en proportion) lorsqu'il adopte sa forme animale entière. Ses dégâts sont donc plus importants.

Inconvénients: La rage employée l’affaiblit rapidement, il en sort éreinté, voir même comateux.


- Le masque des âges :  Selon certains cycles lunaires, Calum est capable d’adopter un masque singeant un vieillissement, mais cela au pris d’une grande souffrance dont il peine à se remettre. De plus, avant de revêtir le visage de son âge officiel, il retrouve les traits juvéniles de l’âge auquel il découvrit cette capacité et où le temps s'arrêta. Il s'agit toutefois de revêtir l'apparence qu'il aurait eut à l'âge choisi et nullement la capacité de prendre n'importe qu'elle apparence.

Inconvénients: En dehors du fait qu’il n’a pas le choix du moment pour endosser cette nouvelle apparence, car il peut lui arriver de rater un cycle, il devra alors garder sa physionomie durant sept années supplémentaires, attirant ainsi l’attention des hunters sur lui. Une autre source de problème revient au fort besoin d’énergie et un usage exclusivement humain, ainsi s’il est blessé, malade ou coincer sous la forme de l’un de ses totems, le Lycanthrope sera incapable d’enfiler son maquillage de la réalité.


- La manipulation des gaz : °Qu’un gaz destiné à l’endormir ou à le tuer apparaisse dans son champ visuel et il en prend le contrôle pour une durée intimement liée à son état de fatigue. Frais et dispo, il peut la contrôle durant quelques heures et à une distance de cent mètres. Cependant, blessé, malade ou affaiblie, sa maîtrise ne tiendra pas plus d’une demi-heure dans le meilleurs des cas et à une dizaine de mètres.

Inconvénients: Il ne peut utilisé ce pouvoir que sous sa forme humaine, de plus, il ne génère pas ces gaz, il ne fait que les concentrés, les répandre ou leur donner une forme simple.




Autres personnages



Blanchet de Reitz, Cadfael, Homonculus et Homme d’affaires (Affairiste) + LIEN VERS SA FICHE PERSO




Questions IRL



Comment avez-vous découvert le forum?: Ce personnage est un DC, se référer à la fiche du premier compte.

Votre niveau de RP?: Bon, tant que je ne manque pas de sommeil !.. J’ai une petite tendance à verser dans l’insomnie !..




Crédits



Les images utilisées dans ce message viennent de :
- D'après le cliché de Dan Kitwood (GETTY/AFP) / http://www.montesquieuvolvestre.com/article-les-images-de-la-semaine-du-4-au-10-octobre-2009-37281462.html
- Portrait de Walter Scott / https://fr.wikipedia.org/wiki/Walter_Scott
- Portrait Pierre N. Guérin par R.Lefèvre / https://fr.pinterest.com/pin/231091024602028401/
- D'après digitalinkrod / http://digitalinkrod.deviantart.com/art/Victorian-assassin-265296848
- auteur / http://images.lpcdn.ca/641x427/201205/04/497781.jpg
- via GIZMODO -> Meredith  Woermer / http://io9.gizmodo.com/the-entire-premise-of-true-blood-explained-in-36-gifs-513456645
- par El’Lefébien / http://p4.storage.canalblog.com/40/88/800632/83649765_o.jpg
- par J. Béraud / http://tnhistoirexix.tableau-noir.net/pages/bourgeoisie.html
- auteur / site internet
- auteur / site internet




MADE BY .ANGELUS


Dernière édition par Sir Calum A. Corviney le Sam 26 Nov - 15:29, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sir Calum A. Corviney
Nouveau membre
Date d'inscription : 23/11/2016
Nombre de messages : 2
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Baronnet
Emploi/loisirs : Lawyer-Barrister & Juge à Croydon/Généalogie & Héraldisme
Age : 95 ans
Age (apparence) : 45/50 ans
Entité n°2 : Ushor est un hibou Grand Duc
Crédit Avatar : A venir
MessageSujet: Re: Sir Calum Adhémar Corviney _ [-En-Cours-] Mer 23 Nov - 12:12



RP joués




~ Les plaidoiries de Sir Calum A. Corviney ~



- [url=LIEN VERS RP]Quand un yankee se projette bourgeois à Londres[/url] [Flash-Back_Du 13/09/1840 au 21/08/1842]
Echange de correspondance entre un avocat en pleine ascension et un client américain, certes fortuné, mais pas au fait des lois de sa nouvelle patrie.


- [url=LIEN VERS RP]Titre du RP[/url] [DATE DU RP en 00/00/1842]
Atque, ut Tullius ait, ut etiam ferae fame monitae plerumque ad eum locum ubi aliquando pastae sunt revertuntur, ita homines instar turbinis degressi montibus impeditis et arduis loca petivere mari confinia, per quae viis latebrosis sese convallibusque occultantes cum appeterent noctes luna etiam tum cornuta ideoque nondum solido splendore fulgente nauticos observabant quos cum in somnum sentirent effusos per ancoralia, quadrupedo gradu repentes seseque suspensis passibus iniectantes in scaphas eisdem sensim nihil opinantibus adsistebant et incendente aviditate saevitiam ne cedentium quidem ulli parcendo obtruncatis omnibus merces opimas velut viles nullis repugnantibus avertebant. haecque non diu sunt perpetrata.


- [url=LIEN VERS RP]Titre du RP[/url] [DATE DU RP en 00/00/1842]
Atque, ut Tullius ait, ut etiam ferae fame monitae plerumque ad eum locum ubi aliquando pastae sunt revertuntur, ita homines instar turbinis degressi montibus impeditis et arduis loca petivere mari confinia, per quae viis latebrosis sese convallibusque occultantes cum appeterent noctes luna etiam tum cornuta ideoque nondum solido splendore fulgente nauticos observabant quos cum in somnum sentirent effusos per ancoralia, quadrupedo gradu repentes seseque suspensis passibus iniectantes in scaphas eisdem sensim nihil opinantibus adsistebant et incendente aviditate saevitiam ne cedentium quidem ulli parcendo obtruncatis omnibus merces opimas velut viles nullis repugnantibus avertebant. haecque non diu sunt perpetrata.


- [url=LIEN VERS RP]Titre du RP[/url] [DATE DU RP en 00/00/1842]
Atque, ut Tullius ait, ut etiam ferae fame monitae plerumque ad eum locum ubi aliquando pastae sunt revertuntur, ita homines instar turbinis degressi montibus impeditis et arduis loca petivere mari confinia, per quae viis latebrosis sese convallibusque occultantes cum appeterent noctes luna etiam tum cornuta ideoque nondum solido splendore fulgente nauticos observabant quos cum in somnum sentirent effusos per ancoralia, quadrupedo gradu repentes seseque suspensis passibus iniectantes in scaphas eisdem sensim nihil opinantibus adsistebant et incendente aviditate saevitiam ne cedentium quidem ulli parcendo obtruncatis omnibus merces opimas velut viles nullis repugnantibus avertebant. haecque non diu sunt perpetrata.


MADE BY .ANGELUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Sir Calum Adhémar Corviney _ [-En-Cours-]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» cours de latin» Cours informatique» Amphi pour les cours de Ninjutsu» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Le mot de l'Admin (HRP) :: Registre des naissances :: Fiches en cours-