L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 91
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Sam 20 Mai - 14:59

[Suite de "Lament of Innocence"]

Le débat se dirigeait vers la croyance d'un au-delà, cet avenir tant disputé par les hommes de différentes religions. Pourquoi se faire des guerres pour des conceptions différentes ? L'humain était futile, l'humain était un enfant il voulait prouver à l'autre enfant que c'était lui qui avait raison. Les intellectuels devaient se montrer plus intelligents, plus savants. Nul ne savait ce qu'il y avait après. Croire en un dieu serait se soumettre à ce Dieu. Il fallait garder l'esprit ouvert à toute éventualité sans se fermer. Certes certains croyaient en Dieu mais qu'ils prouvent donc leur existence ! Que les scientifiques prouvent l'existence de créatures extra-terrestres ! Et la réincarnation ne prouverait-elle pas la fausseté de quelques religions ? Tous se contredisaient. Un Dieu se serait fait entendre pour que chacun de ses enfants puisse croire profondément en lui. La religion qu'il respectait le plus restait le bouddhisme, elle était plus saine et plus agréable à accepter. Non pas qu'il prétendait y croire mais plutôt qu'il y retrouvait une certaine sagesse qui lui plaisait. Seuls les ancêtres vous façonnent. Ils vous ont mené jusqu'ici perpétuez donc, élevez-vous mais ne vous abaissez pas à croire qu'une vie volontaire dans la misère pourra sauver des Enfers. Tant de réflexions étaient à faire, nul ne pouvait prétendre connaître la vérité. Cependant Asher ne pouvait le nier, il croyait fermement que Dieu n'existait pas ou bien qu'il était mort. Un Dieu mort n'était plus un Dieu. Il serait le prochain Dieu.

- Oui j'ai voyagé, beaucoup et loin. En France, en Italie, j'ai traversé la Mongolie, la Chine pour finalement vivre au Japon. J'y ai effectué un certain service militaire au sein d'une unité que l'on a fini par me confier. Le monde au-delà de la mer est fantastique mais non sans danger. Croyez-moi… les maladies indigènes vous guettent, vous y trouvez des insectes inconnus ici mais des plus dangereux qui d'une piqûre ou d'une morsure peuvent vous tuer en quelques minutes. La Nature exotique est aussi sauvage que dangereuse mais pas pour autant mauvaise… Oh je pense Mademoiselle que la Mort peut être un endroit fabuleux à visiter mais je ne m'y penche pas encore j'espère vivre quelques décennies sur cette terre et y laisser mon empreinte. Peut-être avez-vous raison je reste cependant dans l'avis qu'un ami sera d'une plus grande aide et sensibilité qu'un Dieu potentiellement crée de toute part.
 

La regardant avec amusement il lui répondit :


- Vraiment ? C'est ce que vous pensez ? Nous vivons dans une société dirigée par la foi. Avez-vous déjà aimée une femme ? Avez-vous vu un homme avec un autre ? Non bien sûr que non, tout ceci est caché et puni sévèrement. Et ô honte ô désespoir si jamais vous étiez la cause d'une de ces infamies ! Qui dirige cela ma chère ? La religion. On y croit, les hommes préfèrent y croire. On préfère demander pardon pour nos fautes plutôt que d'en assumer les pleines conséquences… Vous avez raison il a eu ce mérite ou plutôt ce tort, l'humanité n'avance pas elle patauge et c'est ce qui la rend si misérable. Ahah vous m'amusez ! Allons mettre ma main au feu si Dieu existe il la sauvera mais je suis presque sûr de la perdre dans ce jeu-là…

Observant l'homme tant idolâtré de tous il se tourna pour présenter son visage à celui de la jeune femme et continua de proférer des paroles hérétiques. Que l'Inquisition le prennent ! Sa folie finira peut-être par le perdre mais il s'en contrefichait. L’Église n'était qu'un amas de stupidité qui ne méritait pas qu'on place son destin entre ses mains mais seulement quelques parcelles de ses yeux pour contempler des architectures aussi belles. Les hommes s'en mordront les doigts dans quelques siècles. Se prétendant fils de Dieu avec un amusement non dissimulé il la regarda et continua :

- Quel enfant n'a pas critiqué ses parents ma chère ? Pourquoi cela ne m'étonne t-il pas ? L'humain est faible, l'humain est égoïste et je ne peux nier que je le suis également… Cependant ne pas secourir une demoiselle comme vous, voilà quelque chose qui est bien lâche. Vous étiez en perdition voilà que vous vous relevez vous me rassurez. Ne pleurons plus pour des choses qui n'en valent pas la peine. Un bon chrétien aurait pu voir en vous une de ces fidèles chrétiennes vous pouvez être fière de vous !

Lui faisant un clin d’œil il la scruta de pieds en cap et se surprit à avoir à nouveaux quelques pensées malsaines. Il se l'imaginait déjà sans ses accoutrements, mise à nue comme chaque femme devait être à ses yeux. Les hommes avaient rendu pervers la nudité alors qu'elle était des plus naturelles. Cependant Asher aimait la nudité pour le côté malsain qu'il pouvait lui apporter. Il voulait déjà y poser ses mains, laisser ses doigts parcourir sa chaire encore jeune tendre et douce, palper ses formes, la découvrir comme chaque homme désirait découvrir  une femme. Il se l'imaginait en plus se tortillant de gêne, de peur puis de douleur. Découvrir son cou en rejetant la tête en arrière et déformer sa bouche délicieuse. Pleurant, des lourdes larmes de souffrance creusant de longs sillons cinglants ses joues si délicates. Un sourire énigmatique se forma sur ses lèvres. Si elle savait ce qu'il désirait tirer d'elle.

- Vous me semblez avoir une vision des plus négatives alors que vous me paraissez des plus jeunes. Une minorité vous dites ? Je ne vois plus une once d'espoir pour ces êtres. Regardez ma chère, contemplez l'hypocrisie de l'humanité, les erreurs passées se reproduisent encore aujourd'hui. L'homme n'apprend rien, l'homme veut rester ignare. Vous avez raison ne vous fondez pas dans la masse, du moins faites le en apparence, autrement songez par vous-même, cherchez la vérité, contemplez la vie.

Riant de ses paroles il lui assura qu'elle n'était en aucun cas un poids pour lui, bien au contraire à part si elle hésitait encore à tomber entre ses filets. Il la voyait tentée et indécise c'est ce qui l'agaçait le plus pour le moment. Le reste n'était que broutille, il songeait déjà à tout ce qu'ils pourraient vivre… Caressant doucement sa joue il eut un sourire en la voyant ôter cette main incorrecte et plongea ses prunelles dans les siennes :

- J'aimerai vous croire, ceci dit je n'en ai encore jamais croisé qui vous arrive à la cheville, à part peut-être des déesses mais je doute d'en avoir déjà rencontré une. Si je le dis à toutes les femmes ? Oh non, pour cela il faudrait que je m'intéresse à elles.

La laissant faire il continua son petit et se mit à tourner autour d'elle comme le ferait un animal autour de sa proie. Un chat avec une souris. Non cette fois-ci c'était un félin bien plus gros… Faisant dévaller ses doigts comme une armée de petits soldats le long de son bras il souffla :

- Vraiment ? En quelques secondes je pourrais faire tant de choses que vous réaliseriez à peine ce que j'aurais fait… Jouons donc à ce jeu, je suis certain que vous allez l'adorer. Il fait nuit et vous m'êtes toute découverte...

Se replacant devant elle il put rapprocher son visage pour caresser sa joue de son souffle chaud avant finalement de réussir à l'attirer dans ses bras. Alea jacta est… Elle était tombée, plus jamais elle ne pourrait se relever. La laissant parler il ne lui répondit pas. Les humaines pouvaient être tellement naïve, si elle savait ce qui l'attendait. Bien sûr qu'un homme bien élevé ne l'aurait pas acceptée ainsi dans ses bras dès la première rencontre. Elle avait des mœurs presque légères, cela en était affolant, affolant pour la noblesse. Lui, il s'en accommodait. Après de longues minutes d'hésitations la demoiselle finit par glisser sa main dans la sienne. Lui souriant il hocha la tête. Le papillon s'était brûlé, il l'avait relevé, elle était émerveillé. Lorsqu'elle en avait détourné le regard Asher avait refermé son poing brisant à tout jamais la vie de ce petit être. Quelle stupidité, cette femme était comme ce papillon, elle se brûlait les ailes et allait se relever pour mieux succomber. C'était excitant.

*********


Marchant main dans la main Asher affichait un sourire victorieux, il le savait il avait réussi. L'ancien guerrier avait fait sortir la demoiselle de son antre, elle était désormais entre ses mains et quoiqu'elle puisse faire elle était tombée sous son charme. Il hésitait encore, devait-il finir de la séduire dans la soirée ou continuer dans la durée ? Il convint assez bien qu'afin de mieux s'amuser il devait peut-être s'attarder plus longuement sur ce spécimen. Peut-être s'avèrerait-elle parfaite pour être son pantin. Il avait besoin de temps de choses pour son ascension… tant de choses, il s'en délectait déjà. Aimait-elle l'odeur et la couleur du sang ? Les corps qui retombaient inertes dans ses mains ? Aimait-elle la douleur ? Tant de questions.

La protégeant des petits courants d'air il la mena jusque dans un parc. Malgré l'obscurité la verdure était presque visible, palpable, toute cette herbe se balançait au gré de la brise et les feuilles des arbres qui s'entrechoquaient provoquaient un léger frémissement délicieux à écouter. La faisant marcher dans l'allée prévue à cet effet il paraissait presque songeur. Il n'avait pas encore tout à fait décidé de son sort, ce qu'il savait c'est que cela ne lui serait en aucun cas agréable.
Restant silencieux il n'entama pas de discussion, le silence lui plaisait c'était une mélodie encore plus douce que la voix de cette femme. Elle ne devait se douter, de plus, de rien. Un homme qui parle trop éveille les soupçons. Non il voulait qu'elle réfléchisse qu'elle apprécie justement un peu plus sa compagnie. Un homme silencieux qui ne parlait pas pour ne rien dire…

Relevant la tête tout à coup intéressé un sourire plus agréable se dessina sur ses lèvres. De la musique ! Une légère mélodie parvenait à ses oreilles. Au détour d'un arbre ce qu'il vit le ravit. Un petit groupe de trois musiciens s'affairait à faire danser les quelques passants en fracassant sur leur violon leur archet léger. Des dames aux bras de leur marin faisaient voleter leur robe de crinoline et semblaient presque épanouies. Se tournant vers Shanoa, le pianiste embrassa délicatement le dos de sa main et souffla :


- Si Mademoiselle veut bien être ma cavalière pour cette danse étoilée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shanoa Wingheart
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 23/08/2015
Nombre de messages : 75
Race : Humaine
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter//Joue de la musique et chante. Lit beaucoup./ Aime danser/ Manie la rapière
Age : 20 ans
Age (apparence) : 18 ans
Proie(s) : Principalement les vampires mais si les autres créatures sont dans les parages, elle les combattra eux aussi. Il s'agit pour elle de débarrasser la ville des indésirables
MessageSujet: Re: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Dim 21 Mai - 16:57

[HRP] Suite de Lament of Innocence [/HRP]

L’aristocrate avait beau comprendre les croyants, au fond, Dieu n’avait aucune place dans son cœur, pire encore, elle le rejetait. Mais cette question existentielle que tout le monde sans exception se posait avait le don de faire réfléchir même les plus grands scientifiques de l’époque. Depuis le début de l’existence humaine, personne n’avait découvert ce qui se passait dans l’au-delà. Tous avaient une théorie, plus ou moins réaliste. Le paradis et l’enfer, la réincarnation, le Néant et l’oubli, les esprits...Tant d’hypothèses laissées sans réponse. Shanoa savait une chose, certaines créatures pouvaient braver la mort et vivre éternellement. Le temps n’avait plus aucun impact sur elles. Si ces monstres avaient réussi à manipuler le temps afin de pouvoir vivre en étant immortel, il devait bien y avoir une solution à cette grande énigme.

Ecoutant son interlocuteur, elle fut étonnée par la diversité des mondes qu’il avait parcouru :

- J’aimerai un jour voyager. Le danger ne me fais pas peur..Vraiment ?! Je ne suis pas une spécialiste de ces insectes mais si vous le dites, je veux bien vous croire, bien que cela ne m’empêchera pas de vouloir découvrir monts et merveilles.  Hélas, la mort est souvent représentée comme un lieu froid et sans vie. Il n’y a qu’à observer la faucheuse... sa grande toge noire et de sa faux qui aspire votre vie et vous emmène loin de vos proches...Je sais bien...mais il sont rares les amis qui puissent vous soutenir en toute circonstances...  fit elle tristement. En effet, à part ses domestiques, pas un seul ami n’était resté après l’affaire. C’était tellement mal vu de la fréquenter et cela risquait d’abîmer la réputation brillante de certains.

Laissant la lumière lui montrer les traits de ce jeune homme, elle semblait fascinée par ses yeux et par ce corps divin. Peut-être venait-il pour l’aider...Quoique ses paroles démontraient clairement qu’il ne descendait pas du ciel. Retenant un rire, la belle lui répondit gracieusement :

- Hmm je ne me souviens pas d’avoir critiqué les miens, ou alors cela doit remonter à l’heure où je n’étais qu’une enfant. Mais regardez ce qu’il en a coûté à Lucifer, il a été banni pour l’éternité et son nom lié au mal à jamais. Oh non les gens ne veulent pas perdre de temps avec une âme en peine...ils estiment que les prêtres sont là pour ça. Oui... je pense que j’ai eu un moment de faiblesse, mais parler avec vous m’a fait du bien je dois l’avouer. Ahah peut-être devrai-je m’inscrire au théâtre, peut-être aurais-je du succès. Nous avons tous des masques de comédies, il nous suffit de bien savoir les utiliser à bon escient. Mais je vous remercie
dit-elle en faisant une révérence comme si elle venait de terminer son rôle.

Rougissant, cet homme avait le don de parler aux femmes. Shanoa senti qu'elle ne restait pas indifférente à son charme, son cœur battait plus fort. Il était le genre d’homme qu’elle aimait bien. Essayant de rester le plus neutre possible, elle ne voulait pas se montrer facile. Ce n’était qu’un inconnu, un homme qui passait par là. Essayant de déchiffrer ce sourire, elle répliqua en soupirant :

- je pense que la raison est qu’on m’a assez montré une image négative et triste. Il se pourrait que mes yeux se soient ouverts sur le monde bien trop tôt pour le voir tel qu’il est réellement. Et pourtant vous et moi faisons partie de cette minorité. C’est ce que j’essaye de faire difficilement. Il y a certains jours où la vie me montre ses bons côtés.

Hésitant encore à le suivre, elle essayait de faire dans sa tête toutes les issues possibles à cette rencontre. Elle ne voulait pas l’ennuyer. Les hommes aimaient peu écouter les problèmes d'une femme, alors une femme égarée.  Le fixant avec espoir, elle revint un peu à elle et enleva cette main indiscrète de sa joue. Asher faisait toujours  en sorte de ne pas la quitter du regard, comme s’il savait qu’elle était captivée par celui-ci. Rougissant, la belle rétorqua :

- Pourquoi ne pas vous intéresser aux autres femmes comme vous le faîtes maintenant pour moi ? Et pourquoi vous intéressez vous à moi ?
Demanda-t-elle curieuse d’entendre sa réponse. Restant immobile, elle le suivait de ses prunelles sombres.
Frissonnant, la jeune femme arqua un sourcil :

-Vraiment ?! Serait-ce un avertissement ? Je peux me montrer des plus rapide aussi... hmm tout dépend comment se finit ce jeu mon cher ami. Cela ira je vous remercie. Dit elle avec un sourire qui apaisa son visage angélique.

La gentillesse de cet homme avait eu raison d’elle et elle se laissa aller dans ses bras. Cela faisait si longtemps qu’on ne l’avait pas étreint de la sorte. qu’on ne lui avait pas porté autant d’attention. Elle offensait le code de la noblesse, mais elle en avait tellement besoin. Elle regretterait ce geste mais elle se sentait proche de lui par les mêmes idées qu’ils nourrissaient à propos de la religion. Le parfum de ce beau brun l’enivrait, Il semblait l’apaiser, la détendre.
Acceptant cette fois-ci la main d’Asher, elle le vit ranimer un papillon. Le regardant voler, elle cligna des yeux vivement pour savoir si elle n’était pas dans un rêve. Regardant son sauveur avec des yeux remplis d’admiration, elle se laissa accompagner jusqu’au parc.


********


Regardant le paysage nocturne qui s’offrait à elle, la belle avait un sourire ravissant. Sa main chaude dans la sienne la rassurait. Malgré la beauté qui faisait perdre tous les moyens à la jeune anglaise, elle n’en restait pas moins méfiante. Si elle avait accepté de le suivre, ce n’était pas sans avoir pris certaines précautions avant de donner sa réponse.

Allant rarement dans ce parc, elle aimait bien le son de la nature endormie, les bruits au vent. Les étoiles parsemaient le ciel, de minuscules points scintillants. Il n’y avait pas de nuage, le ciel était dégagé et offrait une superbe vue à qui voulait bien se donner la peine de lever la tête pour admirer ces astres. Tout cela formait un ballet gracieux et qui laissait libre à l’imagination. Marchant en silence, cet homme mystérieux l’intriguait. A quoi pouvait-il bien penser en ce moment. Que pensait-il d’elle ? Un instant elle pensa qu’on pourrait la trouver trop libre, trop facile, libertine. C’est vrai la plupart des femmes auraient rejeté son invitation. Estimant que la rencontre était encore trop récente pour faire confiance à un homme. Le regardant en souriant, elle entendit au loin une musique joyeuse. S’avançant vers l’origine de cette mélodie, La huntress vit des jeunes gens danser. Des jeunes couples fêtant leur retrouvaille. c’était si beau, elle pouvait ressentir presque leur amour de là où elle était. Tirée de ses pensées par la voix d’Asher, elle fit une belle révérence et un sourire magnifique se forma sur son si joli minois.

-Ce sera un plaisirs Monsieur et un honneur que de pouvoir danser avec vous.

Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas dansé en compagnie d’un homme. Si de temps en temps dans les soirées mais cela ne durait jamais trop longtemps. Les hommes mariés étaient rappelés à l’ordre par leur femme jalouse et craignant qu’elle ne le leur vole leur mari, et par des hommes qui ne savaient se retenir et qui baissaient leur main bien plus bas que sa taille. Pour ceux-là, elle n’était là que pour satisfaire des plaisirs pervers. Toutes les conversations qu’elle avait pu entendre à son sujet. Des hommes qui voulaient simplement goûter à sa chaire douce et délicate. Vouloir être le premier à la déflorer. Des hommes qui voyaient en elle une catin alors même qu’elle ne faisait rien pour. Jamais elle ne mettait de robes un peu trop osées, ni même ne recherchait à attirer les hommes vers elle. Les femmes aussi aimaient bien cette pensée. Bien que la plupart savaient leur mari dans les maisons closes lorsqu’ils découchaient et ne revenaient qu’au petit matin, du rouge à lèvres sur leur cou et le parfum de ses vendeuses de charmes sur leur chemise. Cela n’avait pas l’air de les déranger alors pourquoi elle si alors qu’elle en était même pas une ? Pour sa beauté, son élégance, la perfection de ses traits, la manière de s’habiller qui dévoilait ses courbes sans jamais les montrer vraiment. La noblesse était un milieu périlleux, une jungle. Asher se trompait sur une chose, il y avait ici aussi des vipères dont leurs morsures pouvaient être douloureuses,  des insectes qui vous  piquent pour apercevoir les faiblesses et s’en servir.  Il n’y avait pas besoin de partir bien loin pour rencontrer des animaux hostiles, l’aristocratie en elle-même en était un exemple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne

Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Danse Macabre» DANSE MACABRE - Demande de partenariat» Danse Macabre - RPG Batman» En chanson...» Danse macabre... [Terminé]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Whitehall et Westminster :: Emminent's park-