L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 95
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Sam 20 Mai - 14:59

[Suite de "Lament of Innocence"]

Le débat se dirigeait vers la croyance d'un au-delà, cet avenir tant disputé par les hommes de différentes religions. Pourquoi se faire des guerres pour des conceptions différentes ? L'humain était futile, l'humain était un enfant il voulait prouver à l'autre enfant que c'était lui qui avait raison. Les intellectuels devaient se montrer plus intelligents, plus savants. Nul ne savait ce qu'il y avait après. Croire en un dieu serait se soumettre à ce Dieu. Il fallait garder l'esprit ouvert à toute éventualité sans se fermer. Certes certains croyaient en Dieu mais qu'ils prouvent donc leur existence ! Que les scientifiques prouvent l'existence de créatures extra-terrestres ! Et la réincarnation ne prouverait-elle pas la fausseté de quelques religions ? Tous se contredisaient. Un Dieu se serait fait entendre pour que chacun de ses enfants puisse croire profondément en lui. La religion qu'il respectait le plus restait le bouddhisme, elle était plus saine et plus agréable à accepter. Non pas qu'il prétendait y croire mais plutôt qu'il y retrouvait une certaine sagesse qui lui plaisait. Seuls les ancêtres vous façonnent. Ils vous ont mené jusqu'ici perpétuez donc, élevez-vous mais ne vous abaissez pas à croire qu'une vie volontaire dans la misère pourra sauver des Enfers. Tant de réflexions étaient à faire, nul ne pouvait prétendre connaître la vérité. Cependant Asher ne pouvait le nier, il croyait fermement que Dieu n'existait pas ou bien qu'il était mort. Un Dieu mort n'était plus un Dieu. Il serait le prochain Dieu.

- Oui j'ai voyagé, beaucoup et loin. En France, en Italie, j'ai traversé la Mongolie, la Chine pour finalement vivre au Japon. J'y ai effectué un certain service militaire au sein d'une unité que l'on a fini par me confier. Le monde au-delà de la mer est fantastique mais non sans danger. Croyez-moi… les maladies indigènes vous guettent, vous y trouvez des insectes inconnus ici mais des plus dangereux qui d'une piqûre ou d'une morsure peuvent vous tuer en quelques minutes. La Nature exotique est aussi sauvage que dangereuse mais pas pour autant mauvaise… Oh je pense Mademoiselle que la Mort peut être un endroit fabuleux à visiter mais je ne m'y penche pas encore j'espère vivre quelques décennies sur cette terre et y laisser mon empreinte. Peut-être avez-vous raison je reste cependant dans l'avis qu'un ami sera d'une plus grande aide et sensibilité qu'un Dieu potentiellement crée de toute part.
 

La regardant avec amusement il lui répondit :


- Vraiment ? C'est ce que vous pensez ? Nous vivons dans une société dirigée par la foi. Avez-vous déjà aimée une femme ? Avez-vous vu un homme avec un autre ? Non bien sûr que non, tout ceci est caché et puni sévèrement. Et ô honte ô désespoir si jamais vous étiez la cause d'une de ces infamies ! Qui dirige cela ma chère ? La religion. On y croit, les hommes préfèrent y croire. On préfère demander pardon pour nos fautes plutôt que d'en assumer les pleines conséquences… Vous avez raison il a eu ce mérite ou plutôt ce tort, l'humanité n'avance pas elle patauge et c'est ce qui la rend si misérable. Ahah vous m'amusez ! Allons mettre ma main au feu si Dieu existe il la sauvera mais je suis presque sûr de la perdre dans ce jeu-là…

Observant l'homme tant idolâtré de tous il se tourna pour présenter son visage à celui de la jeune femme et continua de proférer des paroles hérétiques. Que l'Inquisition le prennent ! Sa folie finira peut-être par le perdre mais il s'en contrefichait. L’Église n'était qu'un amas de stupidité qui ne méritait pas qu'on place son destin entre ses mains mais seulement quelques parcelles de ses yeux pour contempler des architectures aussi belles. Les hommes s'en mordront les doigts dans quelques siècles. Se prétendant fils de Dieu avec un amusement non dissimulé il la regarda et continua :

- Quel enfant n'a pas critiqué ses parents ma chère ? Pourquoi cela ne m'étonne t-il pas ? L'humain est faible, l'humain est égoïste et je ne peux nier que je le suis également… Cependant ne pas secourir une demoiselle comme vous, voilà quelque chose qui est bien lâche. Vous étiez en perdition voilà que vous vous relevez vous me rassurez. Ne pleurons plus pour des choses qui n'en valent pas la peine. Un bon chrétien aurait pu voir en vous une de ces fidèles chrétiennes vous pouvez être fière de vous !

Lui faisant un clin d’œil il la scruta de pieds en cap et se surprit à avoir à nouveaux quelques pensées malsaines. Il se l'imaginait déjà sans ses accoutrements, mise à nue comme chaque femme devait être à ses yeux. Les hommes avaient rendu pervers la nudité alors qu'elle était des plus naturelles. Cependant Asher aimait la nudité pour le côté malsain qu'il pouvait lui apporter. Il voulait déjà y poser ses mains, laisser ses doigts parcourir sa chaire encore jeune tendre et douce, palper ses formes, la découvrir comme chaque homme désirait découvrir  une femme. Il se l'imaginait en plus se tortillant de gêne, de peur puis de douleur. Découvrir son cou en rejetant la tête en arrière et déformer sa bouche délicieuse. Pleurant, des lourdes larmes de souffrance creusant de longs sillons cinglants ses joues si délicates. Un sourire énigmatique se forma sur ses lèvres. Si elle savait ce qu'il désirait tirer d'elle.

- Vous me semblez avoir une vision des plus négatives alors que vous me paraissez des plus jeunes. Une minorité vous dites ? Je ne vois plus une once d'espoir pour ces êtres. Regardez ma chère, contemplez l'hypocrisie de l'humanité, les erreurs passées se reproduisent encore aujourd'hui. L'homme n'apprend rien, l'homme veut rester ignare. Vous avez raison ne vous fondez pas dans la masse, du moins faites le en apparence, autrement songez par vous-même, cherchez la vérité, contemplez la vie.

Riant de ses paroles il lui assura qu'elle n'était en aucun cas un poids pour lui, bien au contraire à part si elle hésitait encore à tomber entre ses filets. Il la voyait tentée et indécise c'est ce qui l'agaçait le plus pour le moment. Le reste n'était que broutille, il songeait déjà à tout ce qu'ils pourraient vivre… Caressant doucement sa joue il eut un sourire en la voyant ôter cette main incorrecte et plongea ses prunelles dans les siennes :

- J'aimerai vous croire, ceci dit je n'en ai encore jamais croisé qui vous arrive à la cheville, à part peut-être des déesses mais je doute d'en avoir déjà rencontré une. Si je le dis à toutes les femmes ? Oh non, pour cela il faudrait que je m'intéresse à elles.

La laissant faire il continua son petit et se mit à tourner autour d'elle comme le ferait un animal autour de sa proie. Un chat avec une souris. Non cette fois-ci c'était un félin bien plus gros… Faisant dévaller ses doigts comme une armée de petits soldats le long de son bras il souffla :

- Vraiment ? En quelques secondes je pourrais faire tant de choses que vous réaliseriez à peine ce que j'aurais fait… Jouons donc à ce jeu, je suis certain que vous allez l'adorer. Il fait nuit et vous m'êtes toute découverte...

Se replacant devant elle il put rapprocher son visage pour caresser sa joue de son souffle chaud avant finalement de réussir à l'attirer dans ses bras. Alea jacta est… Elle était tombée, plus jamais elle ne pourrait se relever. La laissant parler il ne lui répondit pas. Les humaines pouvaient être tellement naïve, si elle savait ce qui l'attendait. Bien sûr qu'un homme bien élevé ne l'aurait pas acceptée ainsi dans ses bras dès la première rencontre. Elle avait des mœurs presque légères, cela en était affolant, affolant pour la noblesse. Lui, il s'en accommodait. Après de longues minutes d'hésitations la demoiselle finit par glisser sa main dans la sienne. Lui souriant il hocha la tête. Le papillon s'était brûlé, il l'avait relevé, elle était émerveillé. Lorsqu'elle en avait détourné le regard Asher avait refermé son poing brisant à tout jamais la vie de ce petit être. Quelle stupidité, cette femme était comme ce papillon, elle se brûlait les ailes et allait se relever pour mieux succomber. C'était excitant.

*********


Marchant main dans la main Asher affichait un sourire victorieux, il le savait il avait réussi. L'ancien guerrier avait fait sortir la demoiselle de son antre, elle était désormais entre ses mains et quoiqu'elle puisse faire elle était tombée sous son charme. Il hésitait encore, devait-il finir de la séduire dans la soirée ou continuer dans la durée ? Il convint assez bien qu'afin de mieux s'amuser il devait peut-être s'attarder plus longuement sur ce spécimen. Peut-être s'avèrerait-elle parfaite pour être son pantin. Il avait besoin de temps de choses pour son ascension… tant de choses, il s'en délectait déjà. Aimait-elle l'odeur et la couleur du sang ? Les corps qui retombaient inertes dans ses mains ? Aimait-elle la douleur ? Tant de questions.

La protégeant des petits courants d'air il la mena jusque dans un parc. Malgré l'obscurité la verdure était presque visible, palpable, toute cette herbe se balançait au gré de la brise et les feuilles des arbres qui s'entrechoquaient provoquaient un léger frémissement délicieux à écouter. La faisant marcher dans l'allée prévue à cet effet il paraissait presque songeur. Il n'avait pas encore tout à fait décidé de son sort, ce qu'il savait c'est que cela ne lui serait en aucun cas agréable.
Restant silencieux il n'entama pas de discussion, le silence lui plaisait c'était une mélodie encore plus douce que la voix de cette femme. Elle ne devait se douter, de plus, de rien. Un homme qui parle trop éveille les soupçons. Non il voulait qu'elle réfléchisse qu'elle apprécie justement un peu plus sa compagnie. Un homme silencieux qui ne parlait pas pour ne rien dire…

Relevant la tête tout à coup intéressé un sourire plus agréable se dessina sur ses lèvres. De la musique ! Une légère mélodie parvenait à ses oreilles. Au détour d'un arbre ce qu'il vit le ravit. Un petit groupe de trois musiciens s'affairait à faire danser les quelques passants en fracassant sur leur violon leur archet léger. Des dames aux bras de leur marin faisaient voleter leur robe de crinoline et semblaient presque épanouies. Se tournant vers Shanoa, le pianiste embrassa délicatement le dos de sa main et souffla :


- Si Mademoiselle veut bien être ma cavalière pour cette danse étoilée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shanoa Wingheart
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 23/08/2015
Nombre de messages : 85
Race : Humaine
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter//Joue de la musique et chante. Lit beaucoup./ Aime danser/ Manie la rapière
Age : 20 ans
Age (apparence) : 18 ans
Proie(s) : Principalement les vampires mais si les autres créatures sont dans les parages, elle les combattra eux aussi. Il s'agit pour elle de débarrasser la ville des indésirables
Crédit Avatar : 真·三国无双7 插画
MessageSujet: Re: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Dim 21 Mai - 16:57

[HRP] Suite de Lament of Innocence [/HRP]

L’aristocrate avait beau comprendre les croyants, au fond, Dieu n’avait aucune place dans son cœur, pire encore, elle le rejetait. Mais cette question existentielle que tout le monde sans exception se posait avait le don de faire réfléchir même les plus grands scientifiques de l’époque. Depuis le début de l’existence humaine, personne n’avait découvert ce qui se passait dans l’au-delà. Tous avaient une théorie, plus ou moins réaliste. Le paradis et l’enfer, la réincarnation, le Néant et l’oubli, les esprits...Tant d’hypothèses laissées sans réponse. Shanoa savait une chose, certaines créatures pouvaient braver la mort et vivre éternellement. Le temps n’avait plus aucun impact sur elles. Si ces monstres avaient réussi à manipuler le temps afin de pouvoir vivre en étant immortel, il devait bien y avoir une solution à cette grande énigme.

Ecoutant son interlocuteur, elle fut étonnée par la diversité des mondes qu’il avait parcouru :

- J’aimerai un jour voyager. Le danger ne me fais pas peur..Vraiment ?! Je ne suis pas une spécialiste de ces insectes mais si vous le dites, je veux bien vous croire, bien que cela ne m’empêchera pas de vouloir découvrir monts et merveilles.  Hélas, la mort est souvent représentée comme un lieu froid et sans vie. Il n’y a qu’à observer la faucheuse... sa grande toge noire et de sa faux qui aspire votre vie et vous emmène loin de vos proches...Je sais bien...mais il sont rares les amis qui puissent vous soutenir en toute circonstances...  fit elle tristement. En effet, à part ses domestiques, pas un seul ami n’était resté après l’affaire. C’était tellement mal vu de la fréquenter et cela risquait d’abîmer la réputation brillante de certains.

Laissant la lumière lui montrer les traits de ce jeune homme, elle semblait fascinée par ses yeux et par ce corps divin. Peut-être venait-il pour l’aider...Quoique ses paroles démontraient clairement qu’il ne descendait pas du ciel. Retenant un rire, la belle lui répondit gracieusement :

- Hmm je ne me souviens pas d’avoir critiqué les miens, ou alors cela doit remonter à l’heure où je n’étais qu’une enfant. Mais regardez ce qu’il en a coûté à Lucifer, il a été banni pour l’éternité et son nom lié au mal à jamais. Oh non les gens ne veulent pas perdre de temps avec une âme en peine...ils estiment que les prêtres sont là pour ça. Oui... je pense que j’ai eu un moment de faiblesse, mais parler avec vous m’a fait du bien je dois l’avouer. Ahah peut-être devrai-je m’inscrire au théâtre, peut-être aurais-je du succès. Nous avons tous des masques de comédies, il nous suffit de bien savoir les utiliser à bon escient. Mais je vous remercie
dit-elle en faisant une révérence comme si elle venait de terminer son rôle.

Rougissant, cet homme avait le don de parler aux femmes. Shanoa senti qu'elle ne restait pas indifférente à son charme, son cœur battait plus fort. Il était le genre d’homme qu’elle aimait bien. Essayant de rester le plus neutre possible, elle ne voulait pas se montrer facile. Ce n’était qu’un inconnu, un homme qui passait par là. Essayant de déchiffrer ce sourire, elle répliqua en soupirant :

- je pense que la raison est qu’on m’a assez montré une image négative et triste. Il se pourrait que mes yeux se soient ouverts sur le monde bien trop tôt pour le voir tel qu’il est réellement. Et pourtant vous et moi faisons partie de cette minorité. C’est ce que j’essaye de faire difficilement. Il y a certains jours où la vie me montre ses bons côtés.

Hésitant encore à le suivre, elle essayait de faire dans sa tête toutes les issues possibles à cette rencontre. Elle ne voulait pas l’ennuyer. Les hommes aimaient peu écouter les problèmes d'une femme, alors une femme égarée.  Le fixant avec espoir, elle revint un peu à elle et enleva cette main indiscrète de sa joue. Asher faisait toujours  en sorte de ne pas la quitter du regard, comme s’il savait qu’elle était captivée par celui-ci. Rougissant, la belle rétorqua :

- Pourquoi ne pas vous intéresser aux autres femmes comme vous le faîtes maintenant pour moi ? Et pourquoi vous intéressez vous à moi ?
Demanda-t-elle curieuse d’entendre sa réponse. Restant immobile, elle le suivait de ses prunelles sombres.
Frissonnant, la jeune femme arqua un sourcil :

-Vraiment ?! Serait-ce un avertissement ? Je peux me montrer des plus rapide aussi... hmm tout dépend comment se finit ce jeu mon cher ami. Cela ira je vous remercie. Dit elle avec un sourire qui apaisa son visage angélique.

La gentillesse de cet homme avait eu raison d’elle et elle se laissa aller dans ses bras. Cela faisait si longtemps qu’on ne l’avait pas étreint de la sorte. qu’on ne lui avait pas porté autant d’attention. Elle offensait le code de la noblesse, mais elle en avait tellement besoin. Elle regretterait ce geste mais elle se sentait proche de lui par les mêmes idées qu’ils nourrissaient à propos de la religion. Le parfum de ce beau brun l’enivrait, Il semblait l’apaiser, la détendre.
Acceptant cette fois-ci la main d’Asher, elle le vit ranimer un papillon. Le regardant voler, elle cligna des yeux vivement pour savoir si elle n’était pas dans un rêve. Regardant son sauveur avec des yeux remplis d’admiration, elle se laissa accompagner jusqu’au parc.


********


Regardant le paysage nocturne qui s’offrait à elle, la belle avait un sourire ravissant. Sa main chaude dans la sienne la rassurait. Malgré la beauté qui faisait perdre tous les moyens à la jeune anglaise, elle n’en restait pas moins méfiante. Si elle avait accepté de le suivre, ce n’était pas sans avoir pris certaines précautions avant de donner sa réponse.

Allant rarement dans ce parc, elle aimait bien le son de la nature endormie, les bruits au vent. Les étoiles parsemaient le ciel, de minuscules points scintillants. Il n’y avait pas de nuage, le ciel était dégagé et offrait une superbe vue à qui voulait bien se donner la peine de lever la tête pour admirer ces astres. Tout cela formait un ballet gracieux et qui laissait libre à l’imagination. Marchant en silence, cet homme mystérieux l’intriguait. A quoi pouvait-il bien penser en ce moment. Que pensait-il d’elle ? Un instant elle pensa qu’on pourrait la trouver trop libre, trop facile, libertine. C’est vrai la plupart des femmes auraient rejeté son invitation. Estimant que la rencontre était encore trop récente pour faire confiance à un homme. Le regardant en souriant, elle entendit au loin une musique joyeuse. S’avançant vers l’origine de cette mélodie, La huntress vit des jeunes gens danser. Des jeunes couples fêtant leur retrouvaille. c’était si beau, elle pouvait ressentir presque leur amour de là où elle était. Tirée de ses pensées par la voix d’Asher, elle fit une belle révérence et un sourire magnifique se forma sur son si joli minois.

-Ce sera un plaisirs Monsieur et un honneur que de pouvoir danser avec vous.

Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas dansé en compagnie d’un homme. Si de temps en temps dans les soirées mais cela ne durait jamais trop longtemps. Les hommes mariés étaient rappelés à l’ordre par leur femme jalouse et craignant qu’elle ne le leur vole leur mari, et par des hommes qui ne savaient se retenir et qui baissaient leur main bien plus bas que sa taille. Pour ceux-là, elle n’était là que pour satisfaire des plaisirs pervers. Toutes les conversations qu’elle avait pu entendre à son sujet. Des hommes qui voulaient simplement goûter à sa chaire douce et délicate. Vouloir être le premier à la déflorer. Des hommes qui voyaient en elle une catin alors même qu’elle ne faisait rien pour. Jamais elle ne mettait de robes un peu trop osées, ni même ne recherchait à attirer les hommes vers elle. Les femmes aussi aimaient bien cette pensée. Bien que la plupart savaient leur mari dans les maisons closes lorsqu’ils découchaient et ne revenaient qu’au petit matin, du rouge à lèvres sur leur cou et le parfum de ses vendeuses de charmes sur leur chemise. Cela n’avait pas l’air de les déranger alors pourquoi elle si alors qu’elle en était même pas une ? Pour sa beauté, son élégance, la perfection de ses traits, la manière de s’habiller qui dévoilait ses courbes sans jamais les montrer vraiment. La noblesse était un milieu périlleux, une jungle. Asher se trompait sur une chose, il y avait ici aussi des vipères dont leurs morsures pouvaient être douloureuses,  des insectes qui vous  piquent pour apercevoir les faiblesses et s’en servir.  Il n’y avait pas besoin de partir bien loin pour rencontrer des animaux hostiles, l’aristocratie en elle-même en était un exemple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 95
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Sam 1 Juil - 17:25

Les voyages de l'ancien soldat semblaient passionner la jeune femme. Elle assurait même que le danger ne lui faisait pas peur du moment qu'elle pouvait découvrir de nouveaux horizons. Shanoa était une femme intéressante bien qu'elle se sente invincible ce qui n'était pas vraiment le cas… Il suffirait d'un geste pour briser son si joli petit cou. Tout souriant il se pencha vers l'avant et demanda, une lueur faisant pétiller ses yeux métalliques :

- Avez-vous déjà rencontré la faucheuse pour la connaître si bien my lady ? J'aimerai l'observer si seulement j'avais la certitude de son existence… Rares mais c'est ce qui vous fait apprécier la valeur de chacun d'entre eux… Puis-je en faire partie ?

Riant à la suite de ses paroles il ne cacha ses yeux la dévorer, ses pupilles cascader sur son corps et apprécier chacune de ses voluptés. Douceur et tendresse qu'il pouvait à tout moment briser. Il voulait simplement attendre le bon moment afin d'éprouver le plus de plaisir. Arriver à ses fins sans attendre n'apporte qu'une infime jouissance. Il avait besoin d'atteindre ce véritable plaisir, cette violence qu'il connaissait bien à l’œuvre de son désir. Arrachera t-il ses beaux yeux à la fin ? Peut-être… Si l'envie lui prenait il pourrait même les garder afin de les conserver en tant que trophée, trophée d'une si jolie créature… Il pouvait presque sentir la chaleur de son corps. La contemplant il était presque certain de trouver ses mains moites, son corps en émoi face à ses belles paroles. Sa poitrine se soulevait plus rapidement. Que donnait-elle lorsqu'elle était guidée jusqu'à l'extase ? Avait-elle déjà été touchée ? Ce serait une merveilleuse trouvaille, une femme prude et encore pure… Excellent…

Malgré tout elle gardait certaines réticences, elle ne le suivait pas aussi facilement qu'il le pensait, elle restait tout de même assez prudente. Cela avait don de faire diminuer sa patience. Il n'en montrait cependant rien, elle n'avait pas besoin de savoir qu'il s'agaçait et qu'il ne désirait qu'une chose qu'elle lâche enfin la pression de son corps afin de le suivre. Caressant sa joue il fut irrité ne serait-ce qu'un instant qu'elle enlève cette main impérieuse de sa joue puis s'en amusa. La fixant il papillonna des yeux comme désarçonné et le jeune bourgeois se rapprocha doucement de ses lèvres :


- Peu de femmes ont attiré comme vous mon intérêt. Certaines choses ne sont parfois pas bonnes à dire à voix haute ma chère, je ne saurais vous l'expliquer comme il se doit. Gardons le mystère entier, cela n'en est que plus agréable, vous ne pensez pas ?


Désirant l'inquiéter ne serait-ce que quelques secondes l'homme se rapprocha de l'aristocrate et posa une main sur sa taille :

- Est-ce ainsi que vous le prenez ? Cela m'amuse… Jouons. Si je vous en dis déjà la fin je ne vois plus l'intérêt d'y jouer…

Suite à leur longue discussion la jeune femme finit par céder. Le suivant il guida ses pas un léger sourire aux lèvres. Silencieux, il imaginait déjà son corps nu se tortillant sous l'effet de la douleur, ses os saillir sous sa peau et percer sa chaire. Son sang maculer son teint de porcelaine. Ses larmes dévaster son beau visage. Mais avant tout son coeur se briser par un amour manipulé. La belle lui tombait déjà dans les bras…
********

Marchant contre elle il avait logé sa main au creux de la sienne afin de lui offrir la douceur qu'un amant pouvait lui apporter. Silencieux il ne désirait trahir ses envies pressentes, elle devait se délecter de sa présence, éprouver du bien-être à ses côtés, se sentir en sécurité. Sourire pour être mieux trahie par la suite. L'emmenant dans le parc chacun de leur pas faisait crisser les graviers sous leurs chaussures. La terre produisait une poussière si fine qu'elle était invisible à l'oeil nu. Les oiseaux de nuit avaient cessé leur symphonie pour les observer passer, elle la pureté, lui le sadisme incarné. D'autres couples passaient près d'eux. Certains reconnaissant en cet homme les traits du pianistes saluèrent d'un bref signe de tête tandis qu'il leur souriait légèrement de son air condescendant. Se pensait-il réellement supérieur à tous ces insectes ? Oh oui… Ces gens-là n'étaient rien comparés à lui, pouvaient-ils rivaliser avec la mort ? Avaient-ils déjà rendu fou leur corps ? Savaient-ils briser des vies ? Qui mieux que lui séduisait pour mieux tromper pour mieux briser pour mieux la faire crever ? Qui d'autre voyait au-delà de la vie le corps sublime de l'humanité ? Qui d'autres s'intéressait à ce qui s'y trouvait en profondeur ? Le sang, le hurlement, l'âme…

Soudain une musique envahit son esprit, son corps, ses traits s'éveillèrent. Lui l'homme silencieux se tourna délicatement vers la délicieuse créature. Il pouvait sentir de là son excitation, son émoi. Elle était comme toutes les femmes de son âge. Ivre d'amour, de romantisme, de danse et de rêves féeriques. Savait-elle seulement que les princesses étaient manipulées ? Qu'elles n'étaient qu'un jouet ? Briser ces émerveillements enfantins lui plaisaient déjà… Naïve, pitoyable, c'était délectable. Lui proposant une danse il sourit lorsqu'il entendit sa réponse et s'inclina bien bas en signe de respect. De sa main il lui fit lever doucement la sienne à hauteur de leurs visages et la guida jusque devant les musiciens. Puis doucement il la ramena vers lui et déposa un de ses baisers dont il avait lui seul le secret sur le dos de sa main, caressant sa peau nacrée de ses lèvres sournoises.


- Vous m'en voyez honoré Mademoiselle…

Son autre main se glissa sur sa taille caressant tout d'abord le tissu de sa robe il pressa un peu plus ses doigts afin de permettre à sa peau de les sentir pleinement. Se rapprochant le nez au-dessus du sien il se mit à sourire et l'emmena dans sa valse. Le moins que l'on puisse dire c'était qu'Asher était parfaitement doué pour la danse. Léger et harmonieux il ne ratait aucun pas. Il avait l'air d'un noble… En réalité, un bourgeois suffisamment riche pour avoir obtenu l'éducation d'un noble. Cette personnalité ne le savait que trop bien. L'ancien soldat ne faisait pas attention aux autres couples qui dansaient, ni à ceux qui riaient. Pour lui ils n'existaient pas, de simples marionnettes animant un peu plus la soirée. Plongeant ses yeux métalliques dans ceux de la Lady il finit par glisser ses lèvres à son oreille et souffla :


- Je suis irrité qu'une Lady telle que vous, une danseuse sublime à l'esprit vif, ne soit pas encore poursuivie par une horde de prétendants… Puis-je à la fois m'en satisfaire..? Ce soir nous appartient ainsi pleinement…

Le violon se mit à jouer une mélodie plus délicate, plus sombre, plus poignante. Il devait bien le reconnaître, le musicien était parfait, sa maîtrise excellait et frôlait la perfection divine. Sans pour autant être tristes les notes s'en prenaient au coeur. Pendant quelques instants Asher en oublia ses sombres pensées… Ne quittant plus la jeune femme des yeux, son amour pur la musique refaisait surface. Pendant ce court moment son visage se fit plus doux. La faisant tourner au rythme des cordes caressées le bourgeois se crispa. Sondant l'obscurité de ses prunelles d'acier il fronça les sourcils. Un frisson parcourut son échine et raidit sa nuque. Rien, non, tout semblait aller bien, alors pourquoi ce mauvais pressentiment ? Baissant la tête vers la jeune femme il lui sourit et au beau milieu de la danse déposa un tendre baiser sur son front. Rien ne devait perturber sa danse venimeuse, hideusement mortelle…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shanoa Wingheart
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 23/08/2015
Nombre de messages : 85
Race : Humaine
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter//Joue de la musique et chante. Lit beaucoup./ Aime danser/ Manie la rapière
Age : 20 ans
Age (apparence) : 18 ans
Proie(s) : Principalement les vampires mais si les autres créatures sont dans les parages, elle les combattra eux aussi. Il s'agit pour elle de débarrasser la ville des indésirables
Crédit Avatar : 真·三国无双7 插画
MessageSujet: Re: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Ven 7 Juil - 18:17

La jeune Shanoa était pendue aux lèvres du jeune homme qui lui racontait ses aventures. Des aventures passionnantes dont rêvait secrètement la belle. Plonger dans ses livres chez elle lui permettait de se mettre dans la peau d’un héros qui bravait des mers déchaînées, des forêts denses à la recherche d’un soi-disant trésors ou une belle demoiselle à sauver.
Le regardant si profondément dans les yeux, elle cru s’y perdre et à sa question, elle baissa la tête et répondit :


- Et bien disons qu’elle m’a enlevée les êtres que j’aimais le plus au monde...alors je ne l’ai peut être pas rencontrée, mais elle est passée à côté de moi, m’ effleurée et à prit mon fiancé et mes parents...Vous avez raison. Je préfère avoir de vrais amis que des hypocrites qui n’en veulent qu’à votre fortune personnelle. Pourquoi pas après tout nous avons la même façon de penser. Fit elle en esquissant un merveilleux sourire.

Voyant Asher lui tourner autour comme pour l’examiner sur toutes les coutures, elle se mit à rougir et fit dévier ses yeux sur le sol. Cet homme était fascinant, attirant. Il émanait de lui comme un champ magnétique. L’aristocrate avait beau résister, elle sentait qu’elle s’affaiblissait au fur et à mesure que leur conversation se déroulait. Son corps trahissait ses émotions qu’elle s’interdisait d’avoir. Il était apparu comme un miracle, il l’avait éloignée de sa tristesse.  Maintenant s’était un autre sentiment qui s’était emparé de son esprit. Elle se mit à éprouver du désir pour lui alors qu’elle venait à peine de le rencontrer. Peut-être avait-elle été séduite pas ses mots, sa vision du monde.

Ayant enlevé cette main de sa joue, elle prit une mine déçue et à la fois triste. Quand elle releva ses pupilles, les lèvres du bourgeois étaient à peine à quelques centimètres des siennes. Les contemplant, elle revint à elle et rétorqua :

- Mais je suis ordinaire, je n’ai rien qui puisse me distinguer des autres femmes...ainsi donc vous voulez préserver une part de mystère. Comme il vous plaira. Ajouta la demoiselle en reprenant de sa bonne humeur et de son sourire éclatant.

Haussant un sourcil d’un air léger , elle le laissa faire mais ne put réprimer une inspiration profonde. Mordant sa lèvre inférieure, elle mit ses mains sur ses avant-bras et fit :
- Comment devrait-je le prendre alors Monsieur Rosebury ? Mais je vais vous confier une chose...j’aime jouer avec le feu, le danger, j’aime jouer. Peut-être parce que vous savez que vous allez perdre mon cher.

Le regardant amusée, elle finit par rire et sa voix résonna dans l’abbaye.


********

Serpentant l’allée du parc, Shanoa inspirait l’air frais qui rafraîchissait ses poumons. Une senteurs délicatement parfumées des plantes qui les entouraient,du bruits de leur pas dans un silence nocturne. Sa fine main dans celle d’Asher, elle ne disait mot et profitait de l’instant présent. C’était rare pour elle d’avoir de la compagnie aussi agréable à entendre qu’à regarder. Ses yeux se perdaient dans ses rêveries et son esprit divaguait. Comment devait-elle faire pour que cette rencontre ne soit pas la seule ? Que devait elle faire ou dire pour qu’il l’apprécie à la revoir ?

Elle sourit en voyant des personnes les saluer et plus précisément saluer son partenaire. Il avait l’air d’être apprécié et inspirait le respect.
Se perdant dans les limbes de son imagination, une délicate suites de notes élégantes attira son attention.  Se détachant du jeune brun, la jeune femme trottina pour observer les couples danser. Son regard s’illumina instantanément. Joignant ses mains comme une prière elle les regarda danser avec envie. Elle pouvait ressentir de la leur tendre amour. Elle voulait tellement être aimée pour ce qu’elle était.  Elle était jeune, ravissante et ses courbes parfaites savaient faire tourner la tête de plus d’un homme. Elle se savait belle mais elle préférait la culture et la conversation.
Se réjouissant de la proposition du jeune bourgeois, elle prit un pan de sa robe et esquissa une révérence digne de ce nom.  Se laissant guider, ses yeux étaient remplis d’étoiles. Presque autant que le ciel en comptait cette nuit-là. Rougissant au contact de ses lèvres sur le dos de sa main, elle lui sourit heureuse.

Se mettant en place pour la danse, elle inspira un grand coup en sentant ses doigts tenir sa taille. Elle était très sensible à ce niveau là et c’était comme si son sauveur la connaissait déjà par cœur.
Valsant, son cœur battait la chamade. Jamais elle n’aurait cru recommencer à danser avec un homme depuis la mort de Benjamin. La mélodie était légère, entraînante et permettait la rêverie. Elle n’arrivait pas à quitter des yeux son partenaire. Il exécutait les pas avec perfection. Jamais elle n’avait dansé avec un homme aussi doué. Etait-il un ange venu exaucer son vœu ?
Son corps frissonna quand celui-ci lui chuchota des mots doux à l’oreille. Rougissant et se mordant la lèvre, elle mit un temps de pause et lui répondit

- Je vous remercie pour ces beaux compliments Monsieur. Mais vous êtes aussi un excellent danseur et j’aime votre façon de penser. Et bien détrompez-vous...beaucoup d’hommes essayent de me séduire mais leur esprit ne me convient pas. Et puis vous savez, une femme à l’esprit vif comme vous dites fait peur à la société masculine...satisfaisiez-vous en. De plus, j’aime votre compagnie, vous m’avez sauvée de la tristesse ce soir, de Dieu et de ses mensonges. Je voudrais vous remercier pour ça...oui profitons en..
Et vous ? Vous êtes un fin danseur et vous manier l’art de la conversation à merveille, je suis étonnée que vous n’ayez pas une épouse ou mêmes des dames qui vous poursuivent attendant votre attention.

La musique changeant de ton, la belle demoiselle dansait avec Asher en parfaite synchronisation. La mélodie était parfaite et tissait une complicité muette entre les deux protagonistes. Son sourire presque angélique s’esquissa sur son visage rosée. Shanoa sentait son cœur fondre de désir pour cet homme. Le visage de celui-ci devint par ailleurs plus doux ce qui la rassura d’autant plus. L’aristocrate ressentait un amour naissant dans sa poitrine. Son cœur semblait vouloir sortir de sa poitrine. Le voyant perturbé elle regarda autour d’elle et revint vers lui. Il semblait s’être calmé. Fermant les yeux, cette attention toute particulière lui arracha une larme de joie qui roula sur ses joues. Elle manquait de compagnie, rongée par la solitude Asher venait de lui donner ce dont elle avait besoin : un peu de chaleur.
De  la chaleur elle aurait pu en avoir. Les hommes lui proposèrent maintes fois de partager leur couche en absence de leur femme ou dans un de ces hôtels où la direction ferme les yeux sur les relations de leur clients infidèles. Elle aurait pu devenir cela. Connaître plus tôt les relations charnelles. A 20 ans certaines avaient déjà des enfants. Shanoa quant à elle n’était ni fiancée, ni mariée et était toujours pure. Sa beauté rendaient jalouses les autres femmes de sa classe. Mais c’est ce qui faisait sa préciosité. Les hommes la savait vierge et tous voulaient être le premier à la déflorer.
Non la femme à la chevelure de jais recherchait une chaleur plus intellectuelle, plus romantique. Elle avait trouvé cela en la présence d’Asher.


Soudain, ses pensées s’effacèrent par des hurlements et des cris de panique. La musique s’arrêta de même que tous les danseurs. Des gens arrivèrent dans leur direction et l’un d’eux s’écria :

- Un loup ! Un loup !

D’instinct, elle prit le bras d’Asher et se blottit contre lui comme pour se protéger. Le loup arriva. D’une fourrure grisonnante aux reflets argentés grâces aux rayons que la Lune projetait sur son pelage, celui-ci se promenait en liberté dans le parc. Il s’était échappé de sa cage et goûtait à sa liberté qu’il avait récupéré de force. En déjouant la vigilance des gardiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 95
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Mar 11 Juil - 19:10

Souriant Asher ne cacha pas son plaisir de l'entendre parler ainsi. Cependant afin de paraître plus crédible que mesquin il afficha une mine compréhensive très légèrement peinée dans le but de lui montrer qu'elle n'était pas tout à fait seule face à ces drames. Plongeant ses yeux d'acier dans les siens il lui fit relever le visage et répondit :

- Mais elle vous a épargnée c'est qu'elle doit avoir de grands projets pour vous vous ne pensez pas ? Ne vous plongez plus dans le passé, il vous fera régresser et vous ne pourrez plus aller de l'avant. Je voudrais vous dire une chose, si ces êtres sont partis c'est qu'ils n'avaient plus rien à faire ici, peut-être la mort leur a t-elle épargné des souffrances inutiles ? Peut-être vous croit-elle plus forte qu'eux et donc capable de surmonter de multiples épreuves et pourquoi pas de changer les choses ? N'oubliez pas vos proches, pensez à eux pour leur faire honneur, pensez à ce qu'ils auraient voulu et non à ce que vous auriez du faire pour que tout aille mieux. Dites vous qu'ils sont partis, peut-être qu'ils ne sont pas loin, peut-être nous écoutent-ils, mais que vous, vous vous devez d'avancer pour eux. Une lueur d'amusement traversa son regard. Si c'est ce que vous pensez…

La contemplant se demandant à quelle sauce il allait la manger il résista à l'envie d'imposer ses mains sur elle, de la faire désormais devenir sienne, de la prendre à tous les hommes mais à quoi ce petit manège aurait-il servi s'il gâchait tout dès l'entrée ? Tournant autour d'elle il la dévora simplement du regard, l'envie de faire un scandale au sein d'un monument religieux le titillant de plus en plus. Posant sa main sur sa joue il s'amusa de leur proximité avant qu'elle n'enlève ses doigts. Toujours aussi proche il lui sourit et souffla un imposant un doigt sur ses lèvres :

- Le mystère Mademoiselle…

Glissant sa main sur sa taille et se rapprochant afin de paraître plus imposant, plus inquiétant plus dangereux il appuya doucement sur sa robe afin de lui faire sentir ses doigts et se mit à sourire de plus belle. Un léger rire s'évada de sa gorge.

- Vous me paraissez bien confiante… Je n'ai jamais perdu.

Lui adressant un clin d'oeil il l'amena à l'extérieur.


********

Saluant chaque personne le reconnaissant il se montrait courtois, aimable et distingué comme le vrai Asher l'avait appris auparavant. Même s'il n'était qu'un bourgeois il faisait parti des plus haute classe. Beaucoup le prétendaient bien plus riche que bon nombre d'aristocrates, il pouvait s'acheter un titre s'il le désirait. Il voulait simplement l'obtenir par récompense par la reine ; il forcerait le processus si cela ne mettait que trop longtemps à arriver. Peut-être devrait-il relancer une affaire qui fasse prospérer la ville… ou bien devait-il jouer sur le plan de la puissance ? D'un air condescendant il garda la jeune femme tout contre lui. Naturellement il se sentait supérieur, infiniment supérieur face à de tels insectes. Shanoa ne se rendait même pas compte de la chance qu'elle avait de se trouver avec Dieu en ce moment…

La musique les attira finalement vers une multitude de danseurs, des couples profitant de l'obscurité afin de partager un moment rien que pour eux. Certains hommes étaient venus ici pour les regarder danser, les languissant, les maudissant ou bien tentant de courtiser une jeune femme par le biais de discussions avec l'époux. Asher en souriait, ils n'étaient pas aussi subtils que lui, non… Ils n'étaient rien face à lui. Lui proposant alors une danse il la regarda faire en souriant. Baisant sa main il la guida au centre des jeunes couples et se mit en place. Se faisant proche et tactile il posa ses longs doigts fins de pianiste sur la taille de la demoiselle tandis que son autre main enlaçait la sienne. Effectuant chaque pas avec adresse il ne la quitta pas des yeux ravi qu'elle puisse s'y noyer. Ce papillon s'était déjà cramé les ailes, tout n'était plus qu'une question de temps. Réprimant son envie irrésistible de poser l'une de ses mains sur sa poitrine afin de sentir son coeur le jeune homme se mit à sourire. Il possédait absolument tout pour la manipuler à sa guise. Son émoi, elle était aux anges et malgré toutes les peines qu'elle semblait avoir pour le dissimuler cela ne passait pas outre le regard d'Asher. Elle le désirait, il avait en face de lui une jeune fille se pensant être la princesse… Soit, elle serait maudite. Il connaissait désormais ses tourments… Ses questionnements face à la vie et ses pertes, une partie de son histoire. La rendre esclave allait être si simple si son autre lui ne venait pas semer le chaos… Quel poids.


- Le mien vous convient-il ? Vous ne me faites pas peur, vous m'intriguez. Vous m'en voyez ravie, je suis donc le seul à avoir cette chance ce soir… Des prétendantes ? J'en ai eu, je ne m'y suis simplement jamais intéressé. Vous êtes peut-être la première à attirer mon regard.

Dansant à ses côtés il ne se douta pas le moins du monde de ce qui les attendait à quelques mètres d'eux. Il fut cependant perturbé par cette présence qui lui donnait des frissons qui lui faisait ressentir un mauvais pressentiment. Moins concentré sur la valse Asher fronça les sourcils et son regard se perdit dans la verdure avant finalement de décréter qu'il n'y avait rien de bien important et de porter à nouveau son attention sur la jeune femme. Baisant son front il sourit en la sentant faiblir à nouveau. Son pouce vint essuyer cette fine larme qui trahissait ses émotions et osait rompre la pureté de sa joue. Tressaillant ce moment silencieux fut de bien courte durée. Des hurlements déchirèrent la nuit. Des gens se mirent à courir, certains trébuchaient, d'autres criaient. Ils criaient au loup. Qui diable avait donc osé faire ça ? Le soir où Asher s'amusait un peu ? Regardant Shanoa il se décrocha d'elle et d'un geste protecteur la plaça derrière lui.

- N'ayez crainte, je suis là, partons avertir un garde avant qu'il n'arrive.

Alors qu'il allait lui prendre la main il se figea en voyant le fier être lupin. Replaçant la belle derrière lui il recula afin de la faire reculer et lui jeta un bref regard. Souriant il serra sa main au creux de la sienne.

- Tout ira bien.

Un grognement sinistre se fit entendre. Le loup le fixait. Ses poils se hérissèrent. Il dévoila ses crocs. Instinctivement Asher posa sa main sur son bras anciennement blessé par le chien de la pucelle. Jetant un regard noir à la bête il porta sa main à son katana qu'il gardait toujours du côté gauche, frappant sa cuisse. L'animal s'avança vers eux toujours plus menaçant. Il n'avait de yeux que pour le bourgeois. Que lui arrivait-il donc. Déglutissant l'homme poussa Shanoa au moment où la bête sauta sur ses pattes pour le mordre. Ses crocs effleurèrent sauvagement son visage. Sentant l'haleine de l'animal Asher ferma les yeux et grimaçant de rage il activa l'une de ses capacités. Son bras non maintenu par le loup fondit sur ce dernier le projetant à un mètre de lui. Du sang gicla de la gueule de la bête. Sortant alors son katana Asher attendit qu'il l'attaque à nouveau pour y planter sa lame et la faire ressortir dans son dos. Du pourpre s'étala sur ses beaux vêtements. Asher gémit et tomba un genoux à terre. Tenant fermement son arme il regarda l'animal dans les yeux se dernier se débattant. Il attendit jusqu'à ce qu'il cesse tout mouvement. La souffrance du loup dura quelques secondes avant qu'il ne s'éteigne. Ses pattes cessèrent de bouger, il ne grognait plus ni ne désirait lui arracher le cou. Le loup périt sous son épée. L'enlevant brusquement Asher eut soudainement envie de se venger de l'animal, de le rouer de coup jusqu'à ce qu'il soit méconnaissable mais se retint. Shanoa était là, derrière lui, elle ne devait le voir dans cet état. Du sang s'écoulait de son visage. Se passant la main devant les yeux il tenta d'essuyer ce qui avait giclé pour finalement le faire s'étaler sans réellement le vouloir. Regardant Shanoa il demanda doucement :


- Avez vous un tissus My Lady ? Je crains de n'être plus présentable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shanoa Wingheart
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 23/08/2015
Nombre de messages : 85
Race : Humaine
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter//Joue de la musique et chante. Lit beaucoup./ Aime danser/ Manie la rapière
Age : 20 ans
Age (apparence) : 18 ans
Proie(s) : Principalement les vampires mais si les autres créatures sont dans les parages, elle les combattra eux aussi. Il s'agit pour elle de débarrasser la ville des indésirables
Crédit Avatar : 真·三国无双7 插画
MessageSujet: Re: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Ven 21 Juil - 18:01

Cela lui faisait du bien de parler avec un homme qui la comprenait. Enfin elle n’avait pas l’impression de parler au vent ou que seul son écho lui revienne sans réponse. La mine triste elle se força de sourire face aux propos d’Asher

- C’est difficile quand on se sent seule...j’aurais voulu que mes parents viennent pour mon futur mariage, qu’ils prennent mon enfant dans leur bras. Je ne sais pas ce que je hais le plus : la vie de me faire continuer à avancer ou la mort de ne pas me prendre avec elle...j’aimerai un signe de leur part...n’importe quoi...Vous avez raison...j’aimerai qu’ils soient là à mes côtés... dit elle sur un ton décroissant. Si elle avait pu elle se serait jetée dans ses bras pour y retrouver du réconfort, la chaleur nécessaire pour calmer ses maux.
Se faisant plus souriante, elle répondit plus gaiement :


-Je le pense vraiment, notre façon de penser ne diffère pas totalement à l’opposé. Je diraient même qu’ils convergent en réalité.

Le regardant l’encercler par ses pas, sa chevelure couleur corbeau dévalait son dos pour s’arrêter vers ses reins et quelques mèches venaient titiller son visage de porcelaine. Mise dans une de ces nombreuses vitrines, on l’aurait prise pour une poupée grandeur nature.
Appréciant tout d’abord la proximité avec cet homme, elle se souvint de ce que lui avait dit Ludovik et gênée retira cette délicate main.
Se taisant sous la pression du doigt, elle le fixa comme pour le décrypter, comme pour percevoir la réponse au fin fond de ses pupilles métalliques.

La belle se fit plus joueuse et le voir ainsi elle se mit à rire :

- Vous pensez m’avoir en me prenant de haut Monsieur Rosebury ? La taille importe peu, le plus important est le fonctionnement de l’esprit. Pourquoi ne puis pas l’être ? Oh serai-je la première à vous mettre échecs et mat alors ?! Dit elle en lui rendant un sourire et un clin d’oeil

******

Se baladant sur le petit chemin prévu à cet effet, Shanoa contemplait la nature sous le voile bleu de la nuit. Hochant la tête à chaque personne qui les saluaient, elle se demandait pourquoi il était si connu ? Son cœur se remit à battre la chamade. Elle avait si peur qu’il entende cela. Pour qui passerait-elle si elle devait succomber à chaque homme ? Contre lui elle se mit à espérer que cette histoire continue aussi longtemps que possible. Si elle avait cru en Dieu, elle aurait pu croire que cet homme était un ange, un messager de Dieu. Peut-être est-ce le destin qui les avait réuni dans cette Abbaye et que rien n’était le fruit du hasard. A quoi bon réfléchir une éternité là-dessus, il fallait penser au moment présent et profiter. Carpe Diem comme le disais si bien Horace.

La musique vint jusqu’à la délicate oreille de Shanoa et s’avançant, elle s’émerveilla devant la scène qui se déroulait devant elle. La danse était un art qu’elle affectionnait tout particulièrement et la musique était sa seconde passion. La lumière presque tamisée de l’endroit conférait une aura personnelle, un moment isolé. Comme si un pas dans cet espace permettait de faire arrêtait le temps le temps d’une danse. Que les aiguilles se figent comme sous la glace. Chaque pas des danseur était une ode à leur amour, à leur complicité.
Invitée à danser, l’aristocrate accepta volontiers et rougit quand les lèvres du jeune brun rencontrèrent le dos de sa main.
Avec délicatesse, les deux danseurs se mirent en place. Posant sa main sur l’épaule d’Asher, elle était aux anges. Le monde autour avait comme disparu. Comme si la lumière avait écarté les gens autour et  les laissaient seuls profiter d’un moment rien qu’à eux.  Un moment unique. Cela semblait faire une éternité que la jeune aristocrate n’avait pas dansé. Se laissant aller à la musique, ses pas bougeait avec légèreté et souplesse. Voyant que son partenaire était lui aussi un excellent danseur bien que Shanoa ne se vantait jamais de son talent, elle sourit de plus belle et se laissa ensorceler par les yeux gris du bourgeois. Son cœur battait si fort qu’elle eut peur qu’on l’entende. La huntress avait semble-t-il eut le coup de foudre pour ce jeune et beau spécimen qu’était Asher Rosebury. Se pouvait-il que ce soit lui qu’elle attendait ?

Ses yeux doux et le sourire rieur, elle répondit de sa voix douce comme du velours :

- Il faut croire que nous avons beaucoup de points communs et que nos esprits se rejoignent. Je dirais que vous êtes sur la bonne voir mon cher. Vous êtes intrigué par moi ? Développer je vous prie à moins que vous ne préfériez ce fameux mystère... fit elle en laissant un point de suspend dans sa voix.

- Pour le moment oui, mais la soirée est loin d’être terminée...Oh je vous en prie, a bien y regarder je ne suis pas si différente des autres. Mais..mais je suis touchée pas vos propos...Et je dois dire que vous avez piqué ma curiosité plus que les autres hommes.

Valsant, nos jeunes gens ne pouvaient prédire ce qui allait arriver. Regardant le jeune brun, Shanoa regarda aussi dans la même direction que lui. Qu’avait-il remarqué ? Qu’avait-il vu ? Rassurée de la voir de nouveau la fixer, elle ne put retenir une larme de joie. Cette larme était un trop plein d’émotions qui étaient en elle. Levant son minois vers lui elle s’excusa :
- Je..pardonnez moi..C’est que...je n’ai pas été aussi heureuse depuis si longtemps. Personne ne m’avait autant soutenue et comprise que vous. Personne n’a voulu me rassurer autant que vous l’avait fait. Je pensais être invisible, mais vous m’avez vu... 

Ailleurs, elle regarda ses lèvres et se surpris à vouloir les embrasser, les goûter. Mais elle fut tirer de ses réflexions par les autres visiteurs qui coururent dans tous les sens. Un loup semait la panique. Se laissant faire elle regarda par dessus l’épaule d’Asher pour découvrir la bête. Effrayée, elle fut rassurée par cette main qui serra  la sienne comme pour lui dire que tout allait bien se passer.

- Je vous fais confiance...

Quant au loup, il avait senti que cet homme qui se tenait debout était différent. Une aura hostile, malveillante. L’animal montra les crocs et  grogna. Ne cherchant plus à effrayer les autres personnes présentes, il baissa la tête et le regarda les pupilles vers le haut. La main à son arme fut prit comme un défi et le loup se jeta sur lui.

Shanoa sursauta et voulut venir en  aide à son sauveur. Mais comment faire puisqu’elle ne pouvait pas user de sa magie devant tant de monde ? Regardant la scène, elle pria pour qu’il ne lui arrive rien. Shanoa écarquilla les yeux en le voyant projeter le loup aussi loin. Comment avait-il fait ? Lui aussi était-il doté de pouvoir ? Hmm elle essayerait une autre fois d’amener ce sujet là. De plus il dégaina. La belle le regarda avec interrogation. Il lui ressemblait tellement. Quand le loup devint inerte la lame plantée dans son corps, elle s’avança doucement vers le héros du soir il fixait le loup avec comme un sentiment de folie qu’il maintenait en lui. Proche, elle lui prit son mouchoir et l’essuya avec douceur et répondit le regard souriant :


- Vous m’avez sauvé la vie Sir... Affronter un loup d’une telle envergure était risqué et vous l’avez vaincu... je ne sais comment vous remercier.  

Ne craignant point le sang, elle l’enlaça et murmura un « merci » à son oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 95
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Jeu 3 Aoû - 21:20

- Peut-être sont-ils là, peut-être ne les voyez-vous pas. Ressaisissez-vous ma chère, vous avez été menée jusque là c'est ce que votre destinée est peut-être ailleurs que dans une maison à vous occuper de vos enfants sagement en attendant que votre époux rentre de son travail exténuant. Eh bien soit. Je vous fais confiance...

Se rapprochant d'elle de manière dangereuse afin de s'imposer un peu plus et de l'impressionner de manière amusée il fit glisser son doigt le long de sa joue et souffla à son oreille :

- Si vous saviez… Tout ceci n'est qu'amusement, je n'ai pas besoin de vous prendre de haut. Echecs et mat ? Essayez, j'ai déjà gagné.

Un sourire étira un peu plus ses lèvres. Pauvre enfant, elle ne savait même pas à quel point il pouvait avoir raison...


******

S'avançant aux côtés de la belle vers la délicieuse mélodie Asher se laissa un instant envelopper par la magie des instruments avant de retourner à ces douces et terribles pensées. Tout n'était qu'hypocrisie… Si le véritable Asher savait il s'en rendrait malade. Peut-être tenterait-il de se suicider pour de bon. Il doutait réellement qu'il puisse avoir la force mentale suffisante pour avancer. Oh… Asher allait bientôt mourir. Sa seconde personnalité se figaeait en lui, il devenait son corps son âme, tout ce qui lui restait à faire était de le détruire un peu plus en l'attachant à ses victimes puis en lui faisant prendre conscience qu'il était fou. Lentement, subtilement, sans avoir besoin de tout lui montrer directement. Non, il lui fallait faire ça dans la finesse, l'élégance et la mise en scène. Lui qui était un merveilleux musicien ne devrait-il pas apprécier une belle pièce de théâtre orchestrée à la perfection ? Il voulait sentir la douleur dans ce corps, le sentir dépérir et une fois assez faible le rejeter, l'enfouir et pourquoi pas l'anéantir à jamais afin de prendre sa place. Pouvait-il être qualifié de possédé ? Asher était-il un démon ? La magie noire l'avait crée en ce corps si fort si beau si séduisant. Cependant… Pourrait-il vivre en dehors de ce corps ? Non il n'était qu'une facette théoriquement. Le côté noir, sombre, terrible de cet homme si charmant et si faible…

Pathétique.

Glissant sa main sur la sienne et l'autre sur sa taille afin de la ramener contre lui leur valse commencèrent. Ses pas les guidaient, il la faisait tourner, ses beaux cheveux sombres se balançaient de droite à gauche sans cesse. Il ne leur laissait aucun répit. Parfois les siens venaient se mêler à ceux de la belle. Parlant doucement à son oreille il sourit en entendant sa délicieuse réponse.

- Développer serait briser ce mystère… Permettez moi de jouer encore un peu avec cette carte. Un jour je la retournerai. Soyez patiente je vous prie… Pas différent des autres ? Je crois que vous vous trompez. Elles paraissent bienfades à côté de vous. Dîtes moi ma chère par quoi ces femmes sont-elles motivées ? Regardez-les… Certaines pendues au bras d'un vieillard n'attendent que sa mort pour son argent. Elle ont certainement des enfants qui hériteront de tout… D'autres ne sont là que par pure éducation, enfanter, être une épouse parfaite. Vont-elles chercher plus loin ? Non, elles sont codifiées par la société. N'est-ce pas triste de ne point les voir se battre ? Dites moi Mademoiselle ce qui peut plaire à un homme comme moi en ces femmes… Dites moi pourquoi je me retournerai sur leur passage moi qui n'aime pas la vie plate et triste des gens de ce monde ? J'ai des ambitions plus grandes, un rêve plus profonds, des envies plus intéressantes que j'ai à faire partager… ce serait un immense gâchis. Alors à côté de ces femmes Shanoa, vous m'apparaissez bien lumineuse, bien différente. A vous My Lady, en quoi ai-je plus attiré votre curiosité, vous me devez bien ça…

Lui faisant un charmant sourire il se rapprocha de ses lèvres, se contenta de les frôler avant d'être attiré par une étrange présence. Des frissons le parcouraient. Il le savait, il ne ressentait rien sans rien. N'était-il pas ressorti vivant de la guerre en se fiant à ses impressions, à ses sensations ? Tournant à nouveau son visage vers elle il fut surpris de la voir pleurer. Essuyant tendrement sa larme il fit mine de s'inquiéter puis retrouva le sourire :

- N'est-ce pas le rôle d'un précieux ami Miss ?

Son regard l'amusa. La jeune femme était déjà tombée dans ses filets. Le savait-elle réellement ? Les demoiselles étaient si faciles à avoir. De belles paroles dignes d'un prince charmant suffisent généralement. Baignées par leurs illusions de vie parfaite, de princesse et de gentillesse elles n'étaient plongées dans la réalité que le jour de leur mariage. Savait-elle comment se faisait l'amour ? Certainement pas, elle paraissait bien trop pure pour cela… Tiré de ses pensées un grand loup apparut devant eux. Les babines retroussées il semblait apprécier bien peu le vétéran bien qu'il ne lui ait rien fait encore. Prenant la main de sa princesse du soir il la fit se placer derrière lui afin de la protéger de son corps comme le ferait un bouclier. Dirigeant sa main vers son arme ce fut comme le geste de trop et la bête se jeta toutes griffes dehors sur lui… D'un geste Asher poussa la jeune femme afin de faire face seul au loup. Les crocs claquèrent à quelques millimètres de son visage. L'haleine pestilentielle de l'animal lui piqua les yeux. Grimaçant de colère l'homme le frappa. Son pouvoir avait envahit son bras comme un flux d'énergie. Ses mains n'étaient plus faites de doigts frêles et doux d'un pianiste. Non, bien qu'imperceptibles, ils étaient aiguisés aussi bien que des lames de rasoirs. Frappant le loup fut projeté. Du sang jaillit de sa gueule brusquement. La poitrine d'Asher se souleva plus rapidement. Sans hésiter il sortit son katana. Etait-ce une arme que les londoniens avaient l'habitude de voir ? Certainement pas mais il s'agissait d'une des marques de son corps, comme une protection, comme une mise en garde, une barrière protectrice qui rassurait son autre lui. Asher ne sortait pratiquement jamais sans. Vieille habitude datant de son aventure au pays nippon. Attendant que l'attaque vienne de la bête il donna un coup de sabre vers l'avant embrochant au passage le loup. Le poids et la force de l'animal lui fit courber l'échine, son genou percuta la terre relevant un nuage de poussière. Le sang gicla et éparpilla son beau visage ainsi que ses vêtements. Ses cheveux immaculés de ce liquide rougeâtre il secoua la tête et enfonça plus profondément la lame dans son poitrail. L'être lupin subit des soubresauts, sa gueule cracha un peu de son liquide vital, ses yeux s'exorbitaient, doucement de ses pattes il se débattait. Avait-il mérité cela ? Il n'avait pourtant fait que protéger. Son triste regard croisa celui de Shanoa. Lui il l'avait senti cette aura malsaine. Il n'avait pas mérité cette mort. Douloureusement le loup s'éteignit. Asher retira sa lame. Les muscles contractés de la bête se détendirent.

Asher était fou. Fou d'avoir été dérangé. Vengeance. Non, ce n'était pas raisonnable. Elle était là.


Se calmant il releva la tête vers la demoiselle. Asher était couvert de sang. Doucement il lui demanda un mouchoir afin de se laver de ces impuretés. L'écoutant il esquissa un léger sourire et ferma les yeux comme s'il était réellement heureux d'avoir pu la sauver alors qu'il était tout simplement fou furieux de cet imprévu. Cependant cela semblait les avoir rapprochés. Elle lui essuyait doucement le visage tentant d'enlever ce sang pourpre. D'un ton compatissant il souffla :

- Je n'ai fait que mon devoir afin de vous protéger mais je suis peiné de cet être perdu… J'espère sincèrement qu'il trouvera la paix, quelque soit l'endroit dans lequel il se trouve… ne me remerciez pas, votre regard me suffit, votre présence me réconforte…

Posant sa main sur la sienne il la glissa à ses lèvres avant de l'accueillir dans ses bras. Il la pressa doucement contre son torse laissant ses doigts glisser le long du dos de la belle. Son nez s'enfouit dans les cheveux parfumés de la jeune femme laissant ainsi son souffle caresser délicatement sa nuque. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire satisfait qu'elle ne devait pas surprendre. Doucement il trouva le chemin de son oreille et souffla :

- Nous nous devons de mettre au courant les autorités. Que diront-ils en me voyant dans cet état autrement ?

Prenant sa main il la caressa de ses doigts avant de se tourner et de quitter le lieu en sa compagnie. Le sabre dégoulinant fut essuyé puis rangé dans le fourreau tandis qu'ils approchaient de la sortie du parc. Un homme tout vêtu d'uniforme s'élançait, arme à la main prêt à intervenir ayant eu vent de la bête sauvage. Asher fit un geste de la main incitant à le freiner et le salua. Désirant tout d'abord passer au travers le pianiste le força à s'arrêter en lui annoncer qu'il avait tué le loup expliquant ainsi  ses vêtements tâchés. Le conduisant devant l'animal il attendit son autorisation sagement afin de pouvoir se retirer. L'entrevue se termina par une poignée de main amicale, l'agent s'en trouva fort soulager de ne pas à avoir abattre la bête seul et qu'il n'y eut aucun blessé dans les environs. Encore lui restait-il à enquêter sur le pourquoi du comment le loup s'était échappé.
Silencieusement Asher se glissa derrière la belle et souffla doucement dans ses cheveux. Calme il lui demanda :


- Puis-je vous raccompagner chez vous ? Je pense que cette soirée a été pour vous des plus éprouvantes, vous avez peut-être besoin d'un peu de sommeil et… je ne voudrais vous quitter ici sans m'assurer que nul autre créature ne vienne troubler votre tranquillité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shanoa Wingheart
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 23/08/2015
Nombre de messages : 85
Race : Humaine
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter//Joue de la musique et chante. Lit beaucoup./ Aime danser/ Manie la rapière
Age : 20 ans
Age (apparence) : 18 ans
Proie(s) : Principalement les vampires mais si les autres créatures sont dans les parages, elle les combattra eux aussi. Il s'agit pour elle de débarrasser la ville des indésirables
Crédit Avatar : 真·三国无双7 插画
MessageSujet: Re: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Ven 4 Aoû - 2:14

Baissant ses beaux yeux saphir sur le sol de l’Abbaye, elle réfléchissait. Que voulait-elle au juste ? Etait-elle devenue au yeux du destin une tueuse  de créatures surnaturelles et rien d’autre ? N’avait -elle donc pas le droit au repos et à la vie de famille que toute femme rêvait d’avoir ? Elle voulait une vie calme et paisible avec un mari aimant. C’était tout ce qu’elle demandait en réalité. Ses chasses n’étaient motivées que par la vengeance, la colère que ces monstres aient pu effacer en une nuit des rêves, un futur...Tout ceci balayé en quelques heures comme le vent souffle sur le sablier pour en disséminer le sable.

-  qu’est-ce qui vous fait dire cela dites le moi...Au fond j’aimerai avoir cette vie Sir...j’aime l’aventure mais si c’est pour qu’on m’enlève encore une fois les personnes que j’aime...je veux bien y renoncer...

S’amusant de la grandeur du bourgeois, elle ne pu se retenir de mordre sa lèvre inférieure à son contact et répondit en relevant la tête le regard amusé et combatif :

-  J’aime m’amuser Monsieur, oh vraiment ? Prouvez le moi dans ce cas... dit elle en avançant son visage de celui du beau brun en faisant remonter ses yeux de sa bouche vers ses yeux métalliques.

******

Dansant l’un contre l’autre comme l’exigeait la valse, elle se laissa aller aux pas d’Asher. Cette danse quoique fusionnelle était guidée par les hommes. c’étaient eux qui donnait la direction, la cadence et les tours. Mais une magnifique valse ne pouvait être exécutée que si les deux partenaires étaient en harmonie ; comme si les notes les menottaient l’un à l’autre. Un mauvais guide ou une mauvaise partenaire et la danse perdait de sa splendeur, de sa magnificence.   Ici Asher et Shanoa avaient reçus d’excellents cours et cela se voyait inévitablement. Quelques personnes s’arrêtèrent pour les voir danser imaginant que c’était un couple de longue date qui venait profiter de la belle nuit.
Malgré la liste de ceux avec qui elle avait été obligée de danser durant les soirées mondaines de l’aristocratie, personne n’égalait le jeune homme. Pas un ne lui arrivait à la cheville. Dans ses bras elle se détendit là où d’en d’autres circonstances elle se serait crispée de gêne.
Même son cœur semblait battre au rythme du violon.
Prise de frissons, elle rougit et et détourna son regard vers l’herbe verdoyante. Se reprenant, la jeune femme fut enjouée de le voir ainsi et lui rendit un élégant sourire et répliqua :


- Je vous le permet mais ne me faîtes pas attendre trop longtemps, je trépigne déjà d’impatience. Justement.. j’ai l’impression de vous avoir donné une image de moi qui est d’une femme qui ne se bat plus... Bien que je sois assez riche pour ne pas vouloir me marier à un vieil homme, j’essaye de tout faire pour être dans la société. Certaines femmes ont besoin d’argent pour donner un avenir à leurs enfants. Nous les femmes n’apprenons que cela : à être une bonne maîtresse de maison et à nous comporter comme de parfaites épouses pour nos maris. Ne les blâmer pas je vous prie. Pourquoi iraient-elles chercher au-delà ? Certaines sont éduquées depuis la plus basse enfance afin d’être assez bonnes pour une classe sociale supérieure à la leur. Afin de faire la fierté de leur famille. Certaines vont même jusqu’à faire abstraction du physique de leur époux pour rendre fiers leurs parents. Elles apprennent ardemment tous les codes nécessaires pour ne pas faire honte.

Pour elles je ne suis qu’une enfant gâtée...j’ai eu de nombreuses propositions à la mort de mon fiancé, même d’hommes déjà mariés prêts à divorcer si je leur disait oui. Des hommes riches mais j’ai refusé toutes les demandes. Certaines femmes passent des années à courir après d’un homme pour qu’il veuille bien d’elle pour ne pas finir vieille fille et je suis là à renoncer à des dizaines d’hommes...

Parce que pour certaines femmes, leurs ambitions ont été solidement enfouies au plus profonds d’elles-mêmes, des rêves qu’on a volontairement piétinés...comment savez-vous que je ne suis pas comme elles vous qui venez de me connaître que depuis quelques heures seulement ?
Je..je vous remercie du compliment...

La huntress esquissa un sourire de remerciement en laissant son regard océan dériver dans le regard au gris mercure d’Asher.

-Oh hmm... je ne sais pas, je suis tiraillé par l’idée de vous laissez à votre imagination quant à ce que je peux penser de vous et par vous le dire. Mais pour vous remercier de l’aide que vous m’avez apportée, je vous doit bien cela c’est vrai mais je crains de ne pas vous dévoiler tout tout de suite, cela gâcherait la part de mystère que je veux garder.
Eh bien, vous avez une réflexion peu commune sur la vie, la religion, sur le monde qui nous entoure. Vous êtes bien le premier je crois à adopter un point de vue similaire au mien. Je me suis permise de défendre Dieu pour faire bonne figure. Mais au fond, je ne crois pas qu’il puisse exister pareil Créateur. Et enfin, vous vous êtes mis à critiqué Dieu dans sa maison, j’avoue qu’il fallait oser, je ne crois pas que j’aurais pu le faire aussi excellemment bien que vous.
Fit elle en riant légèrement.

Attirée par ses lèvres qui se rapprochaient des siennes, elle fut prise d’une transe et son souffle se ralentit, son cœur résonnait dans tout son corps. Ses lèvres se délièrent d’à peine un demi millimètre, c’était presque invisible à l’oeil nu à déceler.
Reprenant ses esprits, elle ferma les yeux quelques instants tandis que le bourgeois regardait derrière elle.
Il avait un effet sur elle puissant. Shanoa essaya de calmer son envie pour lui. Et s’il s’en servait contre elle ? Il pouvait après tout être de ces hommes qui emprisonnent les jeunes femmes de leur douces paroles pour mieux les enfermer. Cependant elle priait pour que ce ne soit pas son cas, pour qu’il soit honnête et que ses mots venaient bien du cœur et non dirigés par un instinct malsain. Non elle ne voulait pas penser à cette éventualité là, elle était bien dans ses bras à danser à discuter. A se sentir vivante à ce point. Quelle était la dernière fois où son corps avait été empli  de la douce sensation qu’était le bonheur ? Depuis quand n’avait-elle pas réellement sourit sincèrement et non  à cacher son ennui derrière un masque ? Tout ceci la remua tellement qu’elle fini par verser une larme.
Prenant sa main, entre les siennes, son minois s’illumina et elle rétorqua :

- Et à partir de ce soir vous l’êtes Asher...Je ne vous remercierai jamais assez de vouloir me redonner le goût de vivre, le goût de me battre et de recréer des ambitions et des rêves. Merci...mon ami.

Ses yeux pétillaient de sympathie, voire plus pour cet ange tombé de nul part pour la sauver. Quand il souriait elle faiblissait devant lui. Son sourire la désarmait totalement. Elle se demanda ce que pouvait être la vie avec lui à ses côtés, à quoi ressemblerai ses journées. Des pensées plus coquines vinrent : savait-il bien faire l’amour ? Sur combien de femme l’avait-il fait avant ? Etait-il doux ? Était-ce douloureux ?
Comme si le destin avait voulu lui faire reprendre la bonne voie, un loup vint interrompre ses interrogations qui n’avait pas lieu d’être pour une jeune femme telle que l’aristocrate. Le duel qui opposait l’homme et la bête fut coriace. Shanoa voulu à plusieurs moment intervenir, mais cela risquait de déconcentrer le soldat et le blesser. Le loup semblait vouer une haine féroce à cet homme qu’il venait à peine de visualiser. Il n’avait pas hésiter lorsque son protecteur mis seulement une main à son arme. Elle-même ne s’était pas rendue compte qu’il possédait un katana à son flanc et elle fut assez surprise. Pourquoi se promenait-il avec une telle lame ? Pourquoi le loup s’était-il arrêter devant Asher et n’avait -il pas continuer à profiter de sa liberté avant que des gardes lui mettent la main dessus ? Avait-il pressentit quelque chose en lui ? Certaines personnes semblaient affirmer que certains animaux étaient doté d’un sixième sens, d’autres pensaient que les chiens avaient la capacité de voir les morts ou les êtres malveillants. Mais ces questions devraient attendre la fin du combat.


Les yeux écarquillés, la belle avait peur que son preux chevalier ne soit blessé ou pire...tué. Le voyant projeter l’animal, une autre question germa dans son esprit, tant de questions et si peu de réponses, et encore moins de quoi amener le sujet... Elle glapit de frayeur en voyant le loup bondir sur le jeune homme et ferma une seconde les yeux s’attendant à une fin tragique. Elle les ouvrit quand elle perçut le couinement de douleur du loup, elle su que s’en était fini pour cet être. Ne bougeant pas, elle le regarda mourir et revint vers Asher de ses yeux peinés et baissa son visage sombrement. Ce loup ne méritait pas cette fin horrible. Lui qui avait eu la chance de pouvoir s’échapper voilà qu’il s’était éteint peu de temps après... Peut-être que la mort avait été une délivrance pour cet animal qui aurait passé toute sa vie derrière les barreaux.
S’avançant de quelques pas vers le bourgeois, sses lèvres esquissèrent un fin sourire, triste malgré tout et entreprit d'essuyer son délicat visage de ce sang qui commençait déjà à coaguler.


- Je vous en suis pleinement reconnaissante. Moi aussi mon ami... puisse son âme trouver le repos et sa liberté d’avant. Puisse son corps céleste courir à nouveau dans les forêts du paradis. Vraiment ?! est-ce la vérité ?

Le regardant faire, elle brava les codes et les manières et vient l’enlacer, ses bras autour de son cou. Elle avait eu peur. Peur de se retrouver seule, peur de perdre son nouvel ami. Peur que la malédiction qui s’abattait sur elle ne le touche de son doigt mortel.
Se laissant bercer par son délicat parfum terriblement enivrant elle ferma les yeux et posa son front contre son cou. Ecoutant l’homme, elle hocha la tête silencieusement et recula en souriant presque gênée.
Elle se retourna et caressa presque religieusement comme dans un recueillement le pelage du loup et embrassa le haut de sa tête. Revenant vers son sauveur, elle lui prit la main et partir explorer le parc à la recherche d’un gardien. Le suivant, elle le regarda nettoyer son épée et laissa parler Asher en affirmant et en appuyant ses propos. Faisant un signe de tête en guise de révérence elle laissa leur interlocuteur s’occuper de la bête.


L’adrénaline descendue, Shanoa fut prise de fatigue et étouffa un bâillement. Cependant, le souffle dans sa nuque la fit frémir et son esprit fut projeté un an en arrière. Asher et le parc disparurent pendant quelques instants, quelques fractions de secondes. La rue noire et hostile apparut, le corps de Benjamin sous ses yeux, le vampire s’était mit derrière elle, son souffle venait réchauffer son cou sous la froideur de la nuit. Ce moment juste avant qu’elle lui assène le coup d’épée, ce moment où elle était terrorisée à l’idée que son idée puisse échouer. l’idée que sa vie s’arrêterait ici et maintenant. Prise de panique elle se retourna vivement  dans une inspiration bruyante et le visage du jeune brun lui apparut et ses souvenirs s’évaporèrent. Ses yeux quand à eux étaient ouverts à leur maximum et la peur se reflétait dedans. Son cœur failli sortir de sa poitrine tant elle avait paniqué.  Se retenant à lui par les épaules, elle cligna plusieurs fois les yeux et avoua en tenant de calmer sa respiration :

- Je..oui s’il vous plait...si cela ne vous dérange ni ne vous éloigne de votre demeure...Je..je suis navrée, des souvenirs me sont réapparut des souvenirs assez sombres, je ne voulais pas vous effrayer, pardonnez moi. De plus, je ne veux pas que nous nous quittions ici après pareil événement.

Encore un peu tremblante, elle lui prit la main et entreprit de marcher jusqu’à sa demeure. Les fiacres ne prenaient plus personne à cette heure-ci de la journée et puis un peu d’air frais était le bienvenue face à ce qu’ils avaient vécu. Comme personne ne venait à les espionner, la jeune noble prit le bras d’Asher pour se blottir contre lui et y déposa sa tête. Les deux protagonistes n’avaient pas spécialement la nécessité de parler pour se sentir bien, pour la jeune femme a la chevelure de jais, sentir sa présence était suffisante. Elle somnolait à ses côtés. Après de longues minutes de marche ils atteignirent enfin la vaste bâtisse des Wingheart.


Se tournant vers son héros du soir, elle se mit à triturer ses mains nerveusement :
- Je... D’ordinaire je vous aurai proposer une collation afin de vous remettre de votre combat et pour vous remercier mais j’ai peur qu’il ne se fasse trop tard et je ne voudrais pas que vous rentriez seul à une heure aussi tardive. Les rues ne sont pas sûres malgré votre talent à l’épée. Je...je vous remercie pour cette soirée formidable que vous m’avez faite passer, et ce numéro avec ce loup était excellent dit elle en riant légèrement afin de détendre l’atmosphère

- Je plaisante évidemment paix à son âme. Tout cela pour vous dire que cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi vivante et vous y êtes  pour énormément. Grâce à vous je vais continuer de me battre pour la vie je vous le promets. Ajouta-t-elle des étoiles remplissant ses yeux d'un bleu nuit comme celui qui s'étendait au-dessus d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 95
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Mer 16 Aoû - 17:45

Leur danse était sans équivoque magnifique, peut-être la plus belle, la plus raffinée de toutes celles effectuées par les autres couples. Elle était aussi venimeuse qu'un serpent, macabre comme la mort… cette sublime danse n'était qu'hypocrisie, fausse sympathie, manipulation, perversion. Que cela l'amusait de la voir si heureuse ! Cette femme était d'une naïveté sans égale. Comment pouvait-elle faire confiance à un homme qui dans une église se permettait de critiquer le monde entier, de s'élever au-dessus des lois et de l'accompagner lui ce bourgeois qu'elle venait à peine de rencontrer ? Ne lui avait-on jamais donc appris à ne pas faire confiance aux inconnus ? Asher l'avait entre ses mains ses bras, il pouvait serrer le poing et son petit coeur exploserait. Il avait toutes les cartes à sa disposition, Shanoa était foutue dès le premier instant où ses doigts avaient rencontré les siens. Il le sentait, il le voyait et malgré tout ce qu'elle pouvait dire et tous les efforts qu'elle devait déployer pour que rien ne se voit il le savait. Asher fut un Dom Juan. Les salons et les bars le connaissaient pour ça. Où qu'il aille une demoiselle repartait toujours à son bras. Tout s'était calmé depuis les meurtres dont il était victime. Les bourgeois avaient fini par se poser quelques questions, pourquoi cet homme ne s'amusait-il plus comme avant ? Parfois une folie le traversait et il semblait méconnaissable, plus sûr de lui… Même si ce Asher était mort à cause de tout ce qu'il avait vécu sa seconde personnalité s'en souvenait bien. Comment séduire une femme… C'était délicieux. Délicieux de jouer à nouveau à ce petit jeu. Un sourire étirait en permanence ses lèvres. Il était l'incarnation même du Diable.

- Ne vous en faites pas, vous le saurez bien assez tôt, c'est une promesse… Je vous vois souriante Shanoa, une femme qui ne se bat plus danse t-elle encore ? Je ne le crois pas. Eh bien je continuerai de blâmer ces femmes parce qu'elles n'ont pas de courage, ni l'envie, ni la force, ni l'imagination pour s'élever au-dessus de leurs contemporaines et je pense sincèrement que toutes ces femmes ne valent plus rien. Êtes-vous née pour vivre une vie monotone ? La vie est courte, chaque vie mérite d'être vécue pour peu qu'on lui donne un peu plus de crédit, pour peu qu'on sache la sublimer. Les humains ne savent pas prendre le temps de réfléchir, observer, contempler. Ils agissent stupidement, font voler leur vie en éclats dans un duel, les femmes baissent la tête dès qu'elles entendent leur mari parler. Moi ce n'est pas ce que je désire, je voudrais une femme qui cherche à être plus que mon épouse, qu'elle désire se hisser aussi haut que moi, à quoi cela rime t-il ma chère de vouloir rester aussi basse que terre. Une femme qui sache s'imposer, une femme joueuse avec de l'audace, une femme qui me glissera encore plus haut que ce que je voudrais l'être. Dites moi ce que cela vous apporte de vous comporter comme tous le désirent. Vous méritez mieux, bien mieux que cette vie fade et gâchée. Alors oui je continuerai à blâmer ces femmes qui ne savent pas ce que vivre signifie car elles ne font pas l'effort de vouloir le découvrir. Comment je le sais ? Parce que vous n'avez pas épousé le premier venu afin d'avoir enfin votre petit vie tranquille et sans sens. On m'a piétiné mes rêves depuis longtemps, le destin certainement. Avec ces morceaux détruits, écrasés j'en ai crée de nouveaux, des plus beaux, grands et puissants. Si je suis capable de penser ainsi ce n'est pas par l'opération du Saint Esprit qui m'aura redonné foi, non, c'est pas pure volonté et vous, vous en êtes capable. Alors oui je les méprise et trouvez moi dur si cela vous plaît, mais ces femmes manquent de volonté.

Riant afin de détendre l'atmosphère il murmura à son oreille que ce monde ne lui plaisait pas, qu'il espérait plus et que ce qu'il était venu chercher dans cette Eglise auprès d'elle c'était quelqu'un enfin qui comprenne ses sentiments, qui ne s'accommode pas de cette vile société et qui sache la remettre en question. En l'écoutant un nouveau rire le traversa et doucement ses lèvres frôlèrent sa joue :


- Une part de mystère dites vous… Joueriez-vous au même jeu que moi ? Dieu ne m'a pas encore puni pour l'offense que je lui ai fait subir… je crains de vivre encore assez longtemps afin de savoir ce pourquoi j'ai piqué votre curiosité

Continuant à la faire danser sentant son souffle plus proche du sien il finit par détourner le regard. Un mauvais pressentiment, un frisson lui avait parcouru le cou, l'échine et le glaçait non pas d'effroi mais d'appréhension. Il ne savait ni à quoi s'attendre ni pourquoi devait-il s'attendre à quelque chose. Un événement allait se produire, il le sentait, ses sens ne le trompaient jamais. Au bout de quelque seconde il revint vers sa cavalière. Rien ne pressait, que pouvait-il leur arriver ? Rien de bien sorcier… Asher ne craignait rien ni personne, seulement le fait de compromettre ses plans le faisait entrer dans une rage folle. Essuyant tendrement sa larme il se permit de lui insuffler l'idée que désormais il était ce précieux ami dont elle avait tant besoin, cet ami qu'il lui fallait pour vivre gaiement…


- Ne me remerciez pas, je suis là pour ça, c'est que j'ai vu en vous ce que d'autres n'ont pas : la souffrance mais aussi le courage...

LA situation avait cependant été complètement bouleversée. Pour une raison inconnue un loup s'immisça dans la partie. Sauvage, digne et imposant, masqué à moitié par les broussailles il levait ses crocs vers le jeune couple. Vers Asher. Il le sentait, il ressentait ce que chaque animaux pouvait percevoir en un homme, le bien ou le mal. La nature était fondamentalement bonne, l'homme la pervertissait. Asher était sa cible, il percevait en lui une aura peu commune, une aura meurtrière, cette envie de sang qui le saisissait lorsqu'il chassait, lorsqu'on lui jetait à travers la cage sa nourriture. Le geste d'Asher avait décidé du tournant que devait prendre l'histoire. Un duel, un combat à mort qui finirait très certainement ensanglanté. Le repoussant une première fois avec la seule force de son bras mais aussi de cette magie que le vrai Asher ne connaissait pas encore l'animal s'écrasa quelques mètres plus loin pour finalement revenir à l'assaut. Les mouvements d'Ahser étaient rapides et précis, il savait ce que c'était que de se battre. La guerre finissait toujours avec un gagnant et un perdant. Il connaissait la peur, la terreur de mourir, le courage des soldats, la hargne de l'ennemi, il reconnaissait bien ça au loup. Valeureux, courageux avec pour seules armes ses griffes le loup se jeta à nouveau sur lui. Tout se termina en une giclée de sang. Ce dernier barbouilla la chemise et le visage du bourgeois. L'animal tomba à terre. Asher l'observa crever, se vider de son sang, glapir, la rage se lisant encore dans ses yeux avant que toute lueur ne s'éteigne…

Se retournant vers Shanoa il tenta d'essuyer le liquide rougeâtre qui maculait son beau visage et finit par lui demander son aide. Ce qu'elle fit. Ses doigts délicats caressaient sa peau afin d'enlever toute impureté mais l'acte était bien là et Asher ne pouvait le cacher trop longtemps. Traverser Londres dans cette tenue ne lui vaudrait que des problèmes. Le pianiste était sensé être un homme sage, respectable, peu bavard avec un casier judiciaire vierge. Il n'avait pas besoin qu'on le remarque, surtout pour continuer son petit passe-temps favori. La voyant toute émue il hocha la tête brièvement et la laissa l'enlacer. Pitoyable… Essuyant ses mains il lui rendit son étreinte ses doigts se posant sur sa taille puis remontant le long de son dos sur une ligne invisible et pourtant si chatouilleuse chez certaines femmes. Respirant son doux parfum il lui murmura qu'il valait mieux prévenir l'un des gardes de nuit avant d'être surpris. Ses yeux dérivèrent sur le cadavre de l'animal, un sourire mauvais se dessina, sa colère était retombé il était heureux de l'avoir tué ce cabochard. Tendant la main à la belle ils se remirent à marcher, lui astiquant son sabre, elle songeant à la pauvre bête. Après une courte discussion avec l'agent les deux jeunes gens se remirent en marche. Le soldat pouvait le sentir de là, les questions qui fusaient dans l'esprit de la jeune femme et pourtant elle ne disait rien. Du moins c'était ce qu'il pensait si elle était un minimum intelligente son esprit serait tourmenté. D'où lui venait cette force sur-humaine ? Et ce sabre ? Et ce papillon qu'il avait fait voleter ?

Se glissant derrière la belle il lui murmura au creux de l'oreille si elle voulait bien le laisser l'accompagner jusqu'à chez elle. Sa réaction le surprit, il ne s'attendait pas à ce qu'elle se retourne aussi rapidement pour lui répondre déboussolée. Avait-elle senti en lui ses désirs malfaisants ? Prenant sa main il lui sourit et caressa tendrement ses doigts :


- Ne vous en faites pas, je marcherai aussi loin qu'il le faudra pour vous. Je ne vous en veux pas, nous avons tous nos démons…

Ces dernières paroles n'avaient jamais été aussi vraies. Elle ne savait pas encore à quel fou elle faisait face. Il ne valait mieux pas. Un fou découvert était encore plus dangereux que le fou caché. Il attaque sous l'impulsion sans se soucier de la situation, sans prendre la peine de réfléchir. Être découvert est la pire des craintes. Heureusement pour elle, elle n'avait rien vu, rien senti, rien perçu, c'était si bon...

La jeune femme était pendue à son bras. Sa tête reposait doucement contre son épaule tandis qu'il marchait lentement afin de ne pas la faire courir. C'était elle qui le guidait. Il devait pouvoir trouver plus tard ses appartements. Elle faisait peut-être la plus belle des erreurs en le guidant jusqu'à chez elle. Elle n'avait plus aucune prudence, parce qu'elle avait été protégée elle lui accordait toute sa confiance. Enfin la noble s'arrêta devant une large demeure. Asher ne l'enviait pas, la sienne l'égalait, elle était tout aussi belle et peut-être plus riche, il n'avait pas encore estimé le coût de ce somptueux manoir. L'écoutant il posa ses mains doucement sur les siennes afin de la calmer et caressa avec délicatesse ses longs doigts fins.

- Je vous remercie Mademoiselle, votre attention me touche mais en tant que gentleman je ne dois pas trop faire tarder la soirée afin de ne pas vous fatiguer outre-mesure n'est-ce pas ? Lui faisant un clin d'oeil il laissa s'échapper un petit rire et continua : Bien entendu. Je suis heureux d'entendre cela, je voudrais que cette soirée ne soit pas la dernière et pour se faire j'ai besoin de vous My Lady. En vie. Plus encore Shanoa…

Se penchant vers elle doucement, il glissa l'une de ses mèches de cheveux derrière son oreille et captura son visage entre ses mains. Ses lèvres rencontrèrent tendrement les siennes, caressant sa peau et laissant son souffle la chatouiller avec retenue. Goutant enfin à sa bouche il se décolla légèrement et murmura :

- Offrez-la moi…

Se glissant derrière elle il laissa sa bouche caresser sa joue sensuellement avant de poser sur ses épaules son manteau. Ses mains se posèrent sur ses bras avant de la presser contre son torse :

- Je reviendrai, attendez-moi…

Sur ces mots il disparut dans la nuit. Un sourire triomphant flottait diaboliquement sur ses lèvres. Il le savait c'était gagné, elle ne pouvait plus lui résister, Shanoa était tombée dans ses filets. Cette danse avait signé sa fin, sa douleur, ses larmes, sa mort. Elle ne pourrait plus lui échapper. Le parfum de ses lèvres flottait encore sur les siennes. Bientôt le sang s'y mêlerait. Oui, comme il l'avait prédit, cette danse fut macabre.

[HRP/ Fin du rp avec Asher, la suite bientôt Wink /HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shanoa Wingheart
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 23/08/2015
Nombre de messages : 85
Race : Humaine
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter//Joue de la musique et chante. Lit beaucoup./ Aime danser/ Manie la rapière
Age : 20 ans
Age (apparence) : 18 ans
Proie(s) : Principalement les vampires mais si les autres créatures sont dans les parages, elle les combattra eux aussi. Il s'agit pour elle de débarrasser la ville des indésirables
Crédit Avatar : 真·三国无双7 插画
MessageSujet: Re: Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842] Mer 30 Aoû - 23:52

Dans ses bras, la belle se laissait emporter par la mélodie. Les yeux brillants reflétant le lampadaire qui les éclairait. Son sourire était sans doute le plus sincère qu’elle n’ai jamais fait depuis longtemps. Asher avait été compréhensif, doux, et il avait su voir sa détresse dans son silence... Quelque part Dieu avait contribué à leur rencontre. Si elle n’avait pas été dans cette Abbaye, jamais les deux jeunes gens ne se seraient rencontrés.
Cependant, elle pouvait paraître naïve, facile, mais il en était rien. Alors oui elle dansait avec ce bel homme qu’elle ne connaissait que depuis quelques heures mais qu’il y avait-il de mal dans une valse ? Il y avait des gens autour d’eux, il ne pouvait rien faire qui pourrait être déplaisant. Il avait la même vision de la religion qu’elle et il était charmant. Il le savait, il en jouait, Shanoa le voyait. Mais cela ne la dérangeait pas. Elle voulait voir jusqu’où il irait. Elle ne savait rien de lui, des rumeurs qui couraient à son propos. Lui de son côté ne savait rien de son passé. C’était peut-être ce qui soulageait la jeune femme. Il n’avait aucun a priori sur elle, aucun jugement.
Mais son cœur la trahissait. Il battait à tout rompre et elle le suppliait silencieusement de se calmer, pour que le bourgeois ne l’entende pas.
Elle transgressait quelques règles allait trop vite selon certaines mais elle était heureuse, elle souriait  et se montrait heureuse, pleine de vie. Elle était comme ce papillon qu’il avait réanimé. Un homme aussi bon, tout cela semblait si irréel si illusoire...Elle avait si peur que tout ceci soit une belle entourloupe, une si mauvaise farce. Personne ne s’était montré autant compréhensif sans avoir d’arrière pensées malsaines. Elle espérait qu’il en soit autrement pour ce jeune homme.

-Je l’espère Monsieur...a vous de me le dire Asher, elles peuvent bien être des marionnettes sans vie, guidées par leur partenaire...Tout le monde ne naît pas avec de telles qualités sir..Elles se sentent bien dans leur monde, dans leur vie calme et paisible pourquoi vouloir tout changer ? Vous êtes bien dur avec ces femmes, Elles ont une vie stable, une famille, un mari c’est tout ce qu’il faut pour être dans la société d’aujourd’hui. Ceux qui travaillent n’ont pas le temps de s’arrêter Monsieur Rosebury, nous pouvons profiter de la vie car nous n’avons personne pour nous commander.
Je ne sais quelle vie est faite pour moi...Vous exigez l’excellence mon cher, faites attention a ce que cette femme là ne deviennent pas mirage, vous risquez d’être déçu.
Il..il s’est passé un événement douloureux et beaucoup de personnes ont commencé à critiquer mes manières, à chuchoter à mon propos. Je l’ai mal vécu et depuis que tout ceci est oublié, j’essaye d’être exemplaire.

Baissant la tête, elle eut un sourire discret et releva la tête un peu plus gaiement
- Vous avez raison...j’aimerai un homme qui saura m’amuser, qui me fera sourire, qui m’aimera comme je suis, qui ne sera pas intéressé seulement par mon physique mais aussi pour mon caractère, ma culture. Un homme qui me fasse vivre un rêve.
Ce sont de belles paroles que vous tenez là j’aimerai tellement avoir votre ténacité, votre volonté, j’aimerai être aussi forte que vous l’êtes Sir...
 

Jouant un peu avec lui, elle lui sourit à pleines dents et frissonna quand elle senti le souffle chaud caressait sa joue.
- C’est exact Asher...pourquoi n’y aurait-il que vous qui puissiez jouer dites moi... Si je dévoile tout de suite je deviendrais bien terne. Certains soutiennent l’idée que dieu ne punis qu’au moment de la mort . Je pensais que vous ne croyiez pas en lui que peut-il vous arriver dans ce cas ?
Hmmm... peut-être bien c’est à vous de voir.


Tout se passait si bien, la musique les entraînait sans pouvoir les arrêter dans leur folie dansante.
Pleurant de joie, de bonheur, elle lui sourit, les yeux encore pétillants des larmes cristallines qui bordaient ses prunelles abyssales.

- Vous auriez pu me laissez seule, ne pas vous déranger comme on l’a fait si souvent...Tous mes amis sont partis personnes n’est venu me consoler comme vous l’avez si bien fait. Vous  ne savez pas à quel point cela fait mal de se sentir si seule...Je suis navrée de me montrer aussi sensible, cela ira mieux dans quelques secondes ne vous inquiétez pas. Je suis touchée que vous voyez cela en moi.

Leur beauté n’avait d’égal que leur danse. Même Terpsichore la Muse de la danse deviendrait jalouse de leur pas si bien exécutés. Peut-être est-ce sa colère ou bien le hasard qui fit venir un loup dans ce parc.  
Le combat avait été rude et l’animal était tombé. Il avait l’air si innocent, si protecteur, comme s’il avait vu le diable s’approcher. Sa mort l’attristait certes, mais elle fut soulagée de savoir monsieur Rosebury en vie et sans dommage important. Pendant le combat, la belle avait bien vu la force sur-humaine d’Asher, il avait été capable de projeter le loup à un mètre de lui sans élan. Avait-il donc des pouvoirs ou bien est-ce une créatures malfaisantes qui se déguise en humain pour mieux séduire et attaquer ? Elle savait que cela ne relevait pas du naturel. Hmmm non c’était trop tôt pour lui poser de telles questions. Shanoa réfléchissait. Cet homme lui faisait un effet elle le savait, mais face à cela, plusieurs questions galopaient dans son esprit. Pourquoi ne pas laisser le temps faire son œuvre et décider de son sort plus tard. S’il la trahissait, peut-être aurait-elle assez de rage et de colère en elle pour lui planter la lame en plein cœur. Aussi  elle décida de lui cacher le plus longtemps possible ses pouvoirs afin de garder des cartes dans sa main.

Se rapprochant de lui, elle avait reprit son air souriant avec un soupçon d’inquiétude et essuya le sang qui tâchait son merveilleux visage. S’y prenant avec délicatesse, elle tamponna ses lèvres et rougit. Sentant son cœur battre plus fort, L’enlaçant, elle inspira profondément et frissonna en sentant les doigts toucher une zone sensible chez elle. Les bras autour de son cou, elle le serra un peu plus fort et respira la fragrance de son parfum aux senteurs exquises. Elle s’était ensuite dégagée du jeune homme pour aller voir le corps du loup qui gisait inerte sur l’herbe.

Après avoir signalé la mort de l’animal, elle avait préféré garder le silence et savourer ce moment seul à seul. Elle levait la tête en l’air pour apprécier le paysage nocturne qui s’offrait à elle. Dans ses pensées, elle cherchait à comprendre. Oui elle en avait des questions à lui poser, mais pourquoi pas le laisser se dévoiler tout seul. De plus, ils n’étaient pas si différent. S’il savait qu’elle avait la magie entre ses mains et une rapière au flanc la plupart du temps...Cela ne l’avait que peu étonnée, voilà donc la raison d’un tel silence.

Sentant le souffle sur son cou, Shanoa fut projetée dans ses souvenirs un an en arrière. Effrayée, elle s’était retournée violemment prête à faire face à son ennemi d’antan. Mais la vision du visage d’Asher la calma et tituba un peu en reprenant ses esprits. Lui souriant tristement, elle avait rétorqué :


- C’est aimable à vous monsieur...je suis vraiment navrée je ne voulais pas vous faire peur...je crois que je suis encore un peu trop sensible...

Se mettant à rire doucement, elle lui prit le bras et ils marchèrent à travers les rues vers son domicile. Pour elle cela n’était rien, du temps qu’elle ne lui dévoile pas les pièces cachées ou les raccourcis, elle gardait toujours un avantage. Son manoir était immense. La façade n’en avait pas l’air aux premiers abords, mais toute la grandeur résidait derrière. Seuls quelques aristocrates avait une demeure plus grandes que la sienne.  

Nerveuse en arrivant, la noble femme leva les yeux vers les sien et sourit presque gênée que cette journée se finisse ainsi. Le contact de sa main sur les sienne rassurait etrangement la jeune femme. Comme si sa présence réussissait seule à la calmer. Cet homme était décidément une énigme à lui tout seul.

-  Vous avez raison Sir...De plus ma gouvernante et les autres domestiques dorment à cette heure-ci et je ne voudrais pas les réveiller après leur dure journée. Pour vous dire la vérité : je ne souhaite pas non plus que cette journée soit la dernière. Vous m’avez été d’un grand réconfort et c’est rassurant de pouvoir parler à un ami sans crainte. Besoin ? De moi ?

Écarquillant les yeux d’espoir, elle lui sourit et ses joues se teintèrent de rose. Le regardant dans les yeux, son regard bleu pétillant d’étoiles comme le voile de la nuit, elle les ferma en persienne , le désir réchauffant son corps  et ouvrit délicatement ses lèvres pour accueillir celles de ce jeune brun.
Mettant sa main sur sa nuque, elle amplifia le baiser, cela faisait si longtemps c’était si délicieux. Elle avait presque oublié ce que cela procurait comme plaisirs, comme soulagement. Cela lui était si apaisant. Le temps semblait s’être arrêté. Baissant les yeux gênée de sa proposition, elle lui répondit :

- Un jour peut-être...

Ne bougeant pas, elle ne cessait de frissonner de plaisirs et de désir. Le laissant l’enlacer, elle mit ses délicates mains sur les siennes et posa son front sur son cou avant de souffler :

- Je vous attendrais le temps qu’il faudra...merci...pour tout...Asher...


Lorsqu’il la quitta, elle avait l’impression d’un vide en elle. Elle venait à peine de réaliser qu’il venait de l’embrasser, Shanoa resta devant le portail de sa bâtisse durant plusieurs minutes. Elle n’arrivait toujours pas à croire ce qu’il s’était passé. Secouant la tête pour retourner à la conscience, elle pensa :

* Ne tombe pas dans son piège, il est beau et il doit le savoir. Il a du faire cela à plusieurs femmes avant toi...Arh qu’est-ce que je peux être naïve...mais il avait l’air si doux, si compréhensif...qu’est-ce que je dois faire ? c’était si bon... c’était comme s’il avait su que je voulais goûter à ses lèvres...

Rentrant chez elle, elle ne fit aucun bruit pour ne pas réveiller ses domestiques. Fermant doucement la porte de sa chambre, elle se remémora le baiser et un sourire se fit sur son minois. Elle avait aimé, elle avait été si bien. c’était comme si elle avait flotté sur un nuage. Le manteau encore sur ses épaules, elle se coucha avec pour sentir encore le parfum d’Asher, comme s’il était avec elle. Peut-être veillerait-il sur ses rêves ce soir ? Pressant le vêtement contre elle après s’être mise en chemise de nuit, elle s’endormit, l’esprit reposé et la foi retrouvée. Pas envers Dieu oh non , mais envers l’humanité, envers ceux qui voulait bien l’aider.

Mais Shanoa ne se doutait pas une seule seconde des projets funestes et macabres que lui réservait cette relation. Sa candeur lui faisait espérer le plus beau des scénarios, un conte de fée. Dans son lit telle une jeune enfant s’endormant après une histoire du soir, cette nuit, le monde pouvait bien s’écrouler, brûler ou bien mourir, pour une fois depuis longtemps, elle s’était couchée heureuse. Le goût de ses lèvres encore sur les siennes, son odeur flottant tel un spectre de parfum. Dans son petit nid, l’oisillon ne savait rien du vice et de la cruauté que certaines personnes sont prête à avoir pour s’emparer de ce qu’ils veulent. Ne connaissant que les créatures surnaturelles, il lui fallait encore affronter le plus dangereux, le mal intérieur, celui qu’un homme peut cacher. Séduisant pour mieux frapper, attrapant le cœur pour mieux le briser. Contempler ses yeux pour mieux apprécier les larmes qui y tomberont. Telle une marionnette aux mains du destin, le fatum ne tarderait pas à s’enclencher et déclencher la machine infernale de la vie, de la fatalité.
[HRP] Fin du Rp avec Asher, la suite aux Aiguilles de Césium avec Le paradis est le plus court chemin vers l'enfer[/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Danse Macabre [pv Shanoa][30/04/1842]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Danse Macabre» DANSE MACABRE - Demande de partenariat» Danse Macabre - RPG Batman» En chanson...» Danse macabre... [Terminé]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Whitehall et Westminster :: Emminent's park-