L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Eveline Manchester
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/11/2016
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Opératrice de métier à tisser, amie de coeur d'un certain Baron.
Age : 21 ans
Age (apparence) : 21 ans
Entité n°2 : Avah, Une fauconne écervelée (femelle)
Crédit Avatar : Ginebracamelot (deviantart)
MessageSujet: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Ven 4 Aoû - 2:37

La soirée est fraiche et les rues tranquilles, en apparence tout du moins. La lumière de la lune éclairait les sentiers du parc que parcourait Eveline. Il y avait que très peu de lumière, ce qui rendait Eveline quelque peu anxieuse, malgré le fait qu'elle n'en soit pas à sa première expédition nocturne. Elle n'avait pas à se plaindre par contre, elle avait passé une excellente soirée au bras du Baron.

Elle l'avait rejoint dès son quart de travail terminé. Celui-ci, comme à son habitude, lui avait fait préparer un bain et sa robe préférée afin qu'elle puisse prendre l'apparence de la belle et envoûtante demoiselle qui était toujours à son bras. Bien sûr, ils prenaient un repas ensemble quand elle était prête et présentable avant de se diriger vers le bal qui les attendait. Le bal comme à l'habitude se passait en danses et discussions d'affaires. Elle échappait parfois au bras du baron pour discuter avec les femmes et malheureusement comme toujours, elle se devait de décliner les invitations qui lui étaient faites afin de prendre le thé ou encore rencontrer une couturière réputée ou autres activités typiquement féminines. D'autres fois, elle échappait au bras du Baron pour danser avec un gentleman qui profitait de l'occasion pour admirer ses charmes mystérieux. Une fois les danses terminées et les discussions apaisées, ils se retiraient au coeur de la nuit pour rentrer au manoir.

Cette nuit-là, elle n'avait pas quitté le Baron tout de suite. Il l'avait reconduite à sa chambre et s'était proposé pour l'aider à changer d'habits. Les activités s'ensuivant, Eveline portait encore l'odeur et le parfum de l'homme contre sa peau lorsqu'elle le quitta pour retourner chez elle. Elle avait enfourchée sa monture pour rentrer chez elle, sa cape sur ses épaules et le capuchon de celui-ci rabattu sur sa tête.

Exténuée par sa journée en plus de sa soirée, elle décida de prendre un raccourci pour rentrer, coupant par le Nina's Park. Croyant innocemment que celui-ci n'était pas fréquenté par ces heures tardives. Du haut de son destrier, elle resserra sa cape autour de ses épaules pour se protéger de la fraîcheur de la nuit. Elle ne savait pas si s'était la fatigue qui amplifiait son angoisse ou l'impression de ne pas être seule s'avérait être vrai. Elle se concentrait uniquement sur son trajet lorsque sa monture s'arrêta les oreilles relevées, tout aux aguets.


- Chhhh tout va bien...

Elle lui donna un léger coup de talon pour la faire avancer, ce qui marcha pendant quelques mètres. Cela dit, un bruit qu'elle-même put entendre fit s'arrêter la bête. Elle n'avait pas pu reconnaître le bruit, mais cela ne l'empêcha pas de chercher sa provenance en fouillant du regard les ténèbres du parc. Elle se pencha sur sa scelle pour caresser le cou de sa monture dans l'espoir de la rassurer. De son côté, elle-même était légèrement effrayée, son angoisse ayant pris de l'ampleur.

- Ce doit être chien ou un chat, rien de bien dangereux...

Ses murmures étaient pour la convaincre elle-même que son imagination lui jouait des tours. Elle scrutait toujours la noirceur de la nuit quand tout d'un coup le bruit se fit plus proche, effrayant la monture d'Eveline qui se cambra. En un instant, Eveline tomba lourdement au sol lui coupant le souffle sur le coup, sa monture prit la fuite la laissant sans moyen de s'échapper elle aussi. Cela lui pris quelques secondes pour reprendre son souffle et s'asseoir pour essayer de voir ce qui avait tant effrayé sa monture. Maintenant apeurée et seule, elle ne s'était jamais sentie aussi vulnérable. D'une main, elle actionna le mécanisme qui libérait la lame de son manchon. Avec précaution, elle se releva pour pouvoir s'approcher de l'endroit d'ou semblait venir le bruit. Totalement incertaine de ce qu'elle allait y trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Sam 19 Aoû - 13:00

[HRP/ Après le RP "La Sagesse de Sahale" /HRP]



Un premier contact avec
le monde des monstres

Eveline et Sidka

"Juge la vie et la vie te jugera"


Nina's park, 30/04/42

Koulaï se fondait dans les ombres des arbres. Les oreilles tendues, le museau à ras du sol, il tâchait de ne pas trop agiter sa queue entre ses pattes arrières pour éviter de froisser les grandes herbes qui parsemaient le Nina's Park. A pas feutrés, le grand loup s'approchait de sa proie : un jeune lapin qui avait ses habitudes dans le coin et qui ne se méfiait pas assez des bruissements alentours.

*Tu es méchant.* siffla Cocoa dans son esprit.


*Tais-toi petit. Tu ne sais rien.* gronda le totem en sortant les crocs.

*Il doit bien manger.* soupira Sidka.

L'Iroquois se trouvait dans l'arbre de son espace personnel, au cœur du Monde des Esprits. Depuis la branche décharnée où il s'était perché, il jetait un regard amusé au petit colibri qui s'énervait. Ce dernier tournoyait tout autour de la cime en tirant sa longue langue d'un air furieux. A chaque fois qu'ils sortaient chasser, le volatile ne supportait pas que le loup ou l'homme puissent tuer un être vivant. Lui, il ne buvait que du nectar et des boissons sucrées : difficile de concevoir que prendre la vie d'un autre était une solution pour se nourrir.


*Le lapin n'a rien fait.* persista-il en gonflant sa petite cage thoracique comme si ses plumes allaient impressionner l'homme et le loup.

Ni Sidka, ni Koulaï ne répondirent. Le canidé s'était arrêté et se tenait prêt à bondir sur sa proie. Il avait besoin de concentration. L'Iroquois, lui, observait son confrère et ressentait son excitation. Il ferma les yeux et se concentra à sa manière, pour harmoniser leurs sens et participer à sa prise. De son côté, Cocoa se posa sur une branche haute et s'ébouriffa les plumes pour gonfler encore plus son petit ventre. Il boudait mais, au fond, il avait conscience de l'importance de cette tâche. Même s'il ne la cautionnait pas, il était nécessaire qu'il la tolère.
Pas à pas, dans un silence absolu, Koulaï se tassa sur lui-même. Le petit herbivore ne l'avait ni vu ni entendu. C'était le moment. Les muscles de ses pattes puissantes se bandèrent et, d'un bond aussi rapide que brutal, le grand loup brun bondit en avant et planta ses griffes dans la chair de sa victime. Cocoa s'envola en piaillant et Sidka sourit. Le totem tordit le coup du jeune imprudent qu'il avait choisi pour son dîner et entama sa dégustation. La chair était tendre et chaude dans sa gueule. Il avait choisi un bon petit morceau bien nourri ! C'était l'idéal en ce début de soirée.

Mais, au bout de deux bouchées pleines de poils, le loup se détacha de son butin et releva la tête d'un air surpris. Les oreilles agitées, il sembla chercher d'où provenait un bruit qu'il venait d'entendre.


*Qu'y a-til ?* s'inquiéta Sidka en relevant la tête à son tour.

Koulaï ne répondit pas tout de suite. Il tendit le museau pour humer l'air du soir et se mit à gronder. Il abandonna sa prise en passant par-dessus et il se dirigea vers un buisson pour s'y glisser discrètement. Il renifla un moment puis s'aplatit au sol, immobile.


*Ce n'est pas normal...*

C'est alors qu'ils la virent. Une ombre humanoïde, complètement déformée, se détacha l'espace d'un instant sur la pâle lueur que projetait un des petits lampadaires du parc. La créature n'était pas humaine, mais elle en conservait la forme. Elle se déplaçait à moitié courbée en avant, sur ses pattes de devant, et s'agitait comme si elle cherchait ardemment quelque chose.

*Un singe ?* s'étonna Sidka en observant la chose s'éloigner en se balançant vers un buisson.

Koulaï montrait les crocs. Et s'il le dévorait ? Il s'était sûrement échappé du zoo, comme cela arrivait régulièrement. Peut-être que sa chair serait plus intéressante que celle du lapin ?
Sans un mot, le grand loup attendit que le supposé singe s'éloigne et se mit à le suivre le plus discrètement du monde.


*Il a une odeur répugnante...* souffla le totem à ses amis.

Alors que Koulaï était en train de perdre de vu l'ombre qui se faufilait maintenant à grande vitesse dans les broussailles du parc, un grand hennissement l'arrêta net dans sa petite poursuite. Il se tassa au pied d'un arbre et tendit un peu le museau pour tenter de voir ce qu'il se passait.


*Koulai ! Monte !* dépêcha Sidka.

*Ne me donne pas d'ordre, Damballah.* répondit le loup tout en se redressant lentement. D'un bond agile, il escalada l'arbre et se retrouva perché sur les branches. Les oreilles tendues, le museau au vent, il tentait de comprendre ce qu'il se passait. *Je ne vois rien. Mais je sens un cheval...et une femelle...*

Sidka serra un peu les dents. Il n'aimait pas ce terme mais il avait dû s'y habituer. Il y avait donc une femme là-bas.
Soudain, le cheval passa en trombe sous l'arbre où Koulaï s'était perché et disparut dans les ténèbres. Il était sellé, mais sans cavalier.


*Le singe va la manger !* couina Cocoa en tourbillonnant autour de la tête de Sidka.

Koulaï attendit encore quelques secondes. Puis, lorsqu'il fut certain de son coup, il sauta souplement sur l'arbre le plus proche du sien et surplomba bientôt la créature qu'il avait repérée. Elle était en train de se préparer à bondir sur la jeune femme qui venait de se relever. Dans l'ombre, sous l'arbre, près des buissons, l'humaine ne pouvait pas le voir.


*Ce n'est pas un singe...* fit l'Iroquois en serrant sa main autour d'une branche de son arbre.

A travers les yeux de Koulaï, Sidka et Cocoa purent en effet voir que la créature qui était en train de se préparer à attaquer la jeune femme n'était ni humaine, ni réellement animale. C'était un mélange, entre l'ourang-outang, l'un des plus grands singes du monde, et un chien. Elle possédait des poils roux, très longs, et un museau de canidé, mais ses pattes se terminaient par des mains à cinq doigts.


*Mais...qu'est-ce que c'est que cette horreur ?* souffla Sidka, hébété.

Tout se passa alors très vite. La créature bondit en avant pour attraper la jeune femme par la taille. Son poids la projeta au sol et il roula par-dessus elle avant de se retourner pour revenir à l'attaque. Koulaï n'écouta que son instinct et bondit soudain. Il attrapa l'un des bras de la créature entre ses crocs puissants et l'obligea à se détourner de sa proie en la tirant sur le côté. Les deux créatures roulèrent ensemble avant de se faire face. Le loup sortit ses crocs pour menacer son adversaire et resta campé sur ses quatre pattes, prêt au combat. Il faisait maintenant barrière entre l'humaine et ce qui était sans doute une Chimère...


Made by Neon Demon


Crédit image: Monkey de EastMonkey


Dernière édition par Sidka le Mer 23 Aoû - 9:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eveline Manchester
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/11/2016
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Opératrice de métier à tisser, amie de coeur d'un certain Baron.
Age : 21 ans
Age (apparence) : 21 ans
Entité n°2 : Avah, Une fauconne écervelée (femelle)
Crédit Avatar : Ginebracamelot (deviantart)
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Dim 20 Aoû - 1:23

Pour Eveline tout se passa rapidement et lentement à la fois.Elle n’eu pas le temps de réagir, mais eu l’impression que l’attaque se passa au ralenti. Elle vit clairement la bête difforme qui ne ressemblait à rien de ce qu’elle connaissait sortir des broussailles les pattes tendues vers elle. Cela dit l’impact la propulsa au sol la faisant perdre sa seule défense contre un tel être, sa lame. Celle-ci fut projeté de l’autre côté un peu plus loin que la bête la mettant hors d’atteinte pour l’humaine. Eveline resta quelques seconde au sol à chercher son air suite à la violence de l’impact avec le sol. Après tout, c’était sa deuxième chute brutale en l’espace de quelques minutes. Elle se redressa ensuite à la recherche de sa lame qu’elle aperçut beaucoup trop loin et de l’autre côté du danger. La scène qui se passait en face d’elle lui coupa la figea de terreur plusieurs secondes. Un loup qui lui paraissait énorme était venu à son secours et s'interposait entre elle et la bête difforme.

Du côté du monde des esprits, ses totem avaient ressentis sa peur et le danger qu’elle courrait. Cela ne pris pas beaucoup de temps pour que ceux-ci accourent pour lui venir en aide. Un loup noir tacheté de roux traversa le parc en direction de son humaine. Dû à l’urgence de la situation, celui-ci communiqua pour la première fois par la pensée avec son humaine pour tenter de la raisonner.

*Eveline enfuis toi! Coure!*

Eveline ne sembla pas réagir encore trop terrifiée jusqu’à ce qu’une fauconne pique du nez vers elle et la contourne en lâchant un cri strident dans son esprit pour la réveiller.

*VAS T’EN!!*

Elle sortit enfin de sa pétrification pour reculer en rampant pour les premiers mètres avant de se relever et se mettre à courir vers la sortie la plus proche du parc pour se mettre à l’abris. Cette fuite eu pour conséquence malheureuse d’attirer l’attention de la bête sur elle. Son entité lupine la suivait dans le monde des esprits dans sa course et quand elle fut à une distance respectable, Il tenta de forcer la transformation de son humaine pour prendre sa place. Le manque D’harmonie entre les deux être procura un douleur fulgurante à la tête d’Eveline, celle-ci ralentit jusqu’à s’arrêter en se prenant la tête alors qu’elle se transformait en loup. Elle ne comprenait absolument pas ce qui se passait et quand elle fut totalement rendu dans le monde des esprits elle eu l’impression d’être devenue une témoin de la scène horrible qui suivit. Un second loup était apparu dans le paysage ce qui la terrifiait encore plus.

Une fois qu’il eut pris la place de son humaine, Andriel fit volte face pour se joindre au loup déjà présent pour combattre la bête. Il montra instantanément ses crocs et un grondement monta de sa gorge comme avertissement à la bête, il était déjà prêt à se battre. Le monstre avait tenté de contourner Koulaï et pourchasser la demoiselle en détresse. Il n’en fallut pas plus à Andriel pour se précipiter vers la bête en grondant et lui sauté à la gorge enfonçant crocs dans la chair. Grâce à son élan et sa force, il avait réussi à renverser la bête sur le dos. Il se mit à secouer violemment sa prise afin de tenter de lui casser le cou, cela dit il reçu un coup dans les côtes qui le fit lâcher prise en couinant de douleur s’éloignant de quelque mètres rapidement pour se mettre hors de porté des mains de la bête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Dim 20 Aoû - 12:00



Un premier contact avec
le monde des monstres

Eveline et Sidka

"Face au monstre
quoi de mieux qu'un monstre ?"


Nina's park, 30/04/42

Koulaï, le grand loup brun, était cynique. Il l'avait toujours été. Pour lui, un bon ennemi était un ennemi en charpie, les Humains demeuraient des êtres faibles de corps et l'ensemble du monde allait à sa perte depuis que l'industrialisation et la vapeur avaient décidé de s'allier pour réduire en cendre les prés et les forêts. L'entité avait déjà trop fréquenté la guerre et la violence. Dans son coeur, l'animal entretenait une part d'ombre qui se révélait au grand jour lorsque la nécessité de se battre se faisait sentir. Depuis qu'il s'était éveillé en Sidka, il avait subi la haine, la peur, l'esclavage, la perte d'êtres chers. Rien ne pourrait l'empêcher de tuer cette affreuse créature qui se tenait désormais devant lui. Elle sentirait ses crocs dans sa chair nue et il la dévorerait vivante s'il le fallait. Ce n'était qu'une aberration créée par les hommes dans leur folie, une bête pitoyable qui ne faisait que rompre un peu plus l'harmonie que cette terre tâchait de conserver. Le totem entendait la nature pleurer pour elle. Il fallait qu'il l'achève et vite. Elle était dangereuse et répugnante. Elle n'avait aucun droit.

*Elle souffre.* chouina Cocoa en se réfugiant dans les mains de Sidka.

*Cessez d'interférer.* gronda le loup dont la concentration était entièrement focalisée sur la créature qui bavait devant lui.

*Méfie-toi de ses mains...* souffla Sidka.

L'Iroquois était bien placé pour savoir que l'atout de la Chimère était ses mains. Lui-même étant humain, il avait fortement conscience de l'avantage que procurait des doigts et surtout un pouce opposable. Ce n'était pas pour rien qu'il était lui-même un lutteur d'exception qui savait étrangler à mains nues n'importe quel homme...


*La fille s'enfuie !* cria le Colibri en reprenant son vol.

Koulaï l'avait sentie s'éloigner en rampant puis se lever. Il n'en avait cure. Que l'humaine se sauve, c'était le but de la démarche. Malheureusement, la Chimère ne comptait pas laisser sa proie première s'échapper. Son regard fut aussitôt happé par la belle qui tentait de quitter les lieux et elle se mit immédiatement en mouvement pour contourner le loup et la pourchasser. Le totem ne l'entendait pas de cette oreille...
Le canidé s'opposa deux fois à son passage, à coups de griffes, claquements de mâchoire et de grognements terribles. Mais cela ne suffit pas à intimider la créature. Apparemment, son instinct de survie n'était pas des plus efficients. Koulaï bondit à nouveau et s'attaqua à l'épaule droite de son adversaire. La Chimère poussa un cri entre celui du singe et celui du chien. Ses mains puissantes s'enroulèrent autour du loup pour l'éloigner d'elle et se défaire de ses crocs meurtriers. Koulaï tint bon jusqu'à ce que le monstre ne l'oblige à lâcher prise en se jetant contre un arbre.
C'est alors qu'un loup aux poils roux se jeta sur la chose et l'attrapa à la jugulaire.


*C'est une Lycante...* murmura Sidka en sautant de son arbre, fasciné par la scène qu'il voyait au travers des yeux de son totem.

*Evidemment, imbécile ! Vos truffes sont pitoyables mes frères...*

Koulaï avait très rapidement senti que la jeune femme était une Lycanthrope. Ce n'était pas pour rien qu'il était intervenu si hâtivement. Elle était l'une des leurs, mais elle ne semblait pas maîtriser tout à fait son don.
En tous cas, l'aide de son loup fut la bienvenue. Son intervention permit au totem de se redresser et de revenir à l'attaque sans subir de coup. Trop occupée à se débattre avec son confrère, la Chimère hurlait maintenant à plein poumon en sentant sa vie s'écouler lentement le long de son cou. Bientôt, elle fut projetée à terre et Koulaï crut que s'en était fait d'elle et de ses glapissements infects. Mais la créature parvint à asséner un coup dans les côtes du loup roux et à se dégager.
Koulaï se plaça aux côtés de son homologue et menaça la chose de ses crocs luisants de sang et de salive. Cette fois, ce serait le dernier assaut. A deux, ils viendraient vite à bout de sa vie.
La Chimère dut sentir que ce n'était plus la peine de se battre. Elle ne voyait plus la jeune femme qu'elle avait choisie et sa gorge saignait si abondamment qu'elle commençait à fléchir. La fuite lui sembla soudain une solution. Tournant le dos à ses adversaire, elle disparut dans l'ombre en poussant des gémissements à déchirer le coeur. Les muscles bandés, Koulaï allait la poursuivre pour l'achever lorsque Sidka l'arrêta.


*Non ! Laisse-la ! Il faut partir aussi ! Les cris ont dû attirer la maréchaussée. S'ils trouvent deux loups dans le parc, ils vont vous descendre. Laisse-moi prendre le relais ! S'il te plait...*

Koulaï émit un grondement menaçant de mécontentement. Puis il se détendit un peu et jeta un regard noir au loup qui se tenait près de lui. Il n'avait aucune confiance en lui.

*Laisse-moi faire...* chuchota Sidka. Le loup accepta avec difficulté la requête de son compagnon.

*Je n'ai pas fini mon lapin...* fit-il le poil hérissé de rage.

*S'il te plait...* insista l'Iroquois.

Le loup cracha au sol pour se débarrasser des poils et du sang qui maculaient encore sa gueule et recula un peu pour s'éloigner du loup roux.


*Débrouille-toi.*

Ses pattes s'allongèrent, son museau se rétracta et ses poils disparurent pour laisser la place à l'homme basané qu'était Sidka. Sa peau s'étira en vêtements sommaires, composés d'un pantalon sale et d'une veste de cuir noir, grande ouverte sur un poitrail musclé et peint de signes tribaux rouges. Ses pieds étaient munis d'une paire de chaussures d'un autre âge et sa ceinture comportait une sacoche brune ainsi qu'un couteau dans une gaine, dont le manche était orné de lanières de cuir avec des plumes brunes tachetées de blanc. Les longs cheveux de l'Iroquois étaient coiffés en arrière, tressés au plus près de son crâne à demi rasé.
La transformation terminée, le Lycanthrope ramena ses yeux clairs dans ceux du loup qui demeurait non loin.


- Mon nom est Sidka. fit-il d'une voix douce. Il s'approcha un peu de sa consoeur, sans montrer aucun signe d'agressivité. Est-ce que ça va ? Tu n'es pas blessé(e) ?

Made by Neon Demon


Crédit image: Horde de DocWendigo


Dernière édition par Sidka le Mer 23 Aoû - 9:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eveline Manchester
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/11/2016
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Opératrice de métier à tisser, amie de coeur d'un certain Baron.
Age : 21 ans
Age (apparence) : 21 ans
Entité n°2 : Avah, Une fauconne écervelée (femelle)
Crédit Avatar : Ginebracamelot (deviantart)
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Mar 22 Aoû - 2:13

Andriel a toujours été un loup solitaire. Il s'était éveillé très tôt dans la vie de son humaine, mais il ne s'était jamais déclaré à elle. Sa vie tranquille n'avait jamais nécessité sa rencontre avec ses totems. Bien sûr, il était apparu de temps à autres dans ses rêves, mais il ne s'était jamais immiscer dans son esprit. Cela dit, il avait passé beaucoup de temps à veiller sur elle et en avait développer un attachement sans limite pour la petite fille qu'il voyait en elle. De cet attachement, il avait aussi développé un sens protecteur, alors il était normal qu'il devienne fou de rage lorsqu'on osait s'en prendre à son humaine.

Et pour l'être il l'était en voyant l’abomination qui avait osé toucher Eveline. Il n'avait plus qu'un seul désir, mettre en pièce la bête. Heureusement, il avait réussi à toucher mortellement le singe-chien dès la première attaque. C'est ce qu'il pu constater en contournant son confrère pour se remettre en position d'attaque. Il pouvait voir le sang couler à flot du cou de la bête au travers de son poil maintenant poisseux. Cela dit, il n'était pas totalement satisfait et bondit tout de même vers la bête pour attaquer de nouveau, mais, au même moment, celle-ci décida de s'enfuir. Le canidé grogna de mécontentement et cessa sa course devant le buisson au travers duquel le spécimen s'était échappé, laissant des traces de sang dans son passage. Même s'il n'était pas satisfait du résultat final, il le laissa partir certain qu'elle ne survivrait pas bien longtemps.

Le loup noir et roux se retourna vers son confrère quand il décida d’abandonner la poursuite en se léchant les babines pour se débarrasser du sang donc il s'était aspergé pendant le combat. Il fut fasciné par la transformation qui se passait sous ses yeux. Après tout, c'était la première fois qu'il rencontrait quelqu'un de son espèce. Pendant la transformation de Sidka, il s'assit en l'observant attentivement. Quand l'humain s'approcha, le loup tendis le museau pour le sentir.


- Enchanté mon frère, je m'appelle Andriel. Je ne suis pas blessé, mais Eveline s'est blessée en tombant de cheval. Prenez soin d'elle d'accord?


Sur ces paroles, le loup laissa place à son humaine. La transformation se fit lente comme elle était peu maîtrisée. Ses pattes s'allongèrent pour devenir des bras, son poils s'obscurcit pour devenir les vêtements foncé d'Eveline comme la grande cape qui couvrait ses épaules et sur sa tête les poil s'allongèrent pour devenir chevelure longue et bouclé rousse d'Eveline. Quand elle fut de nouveau totalement elle-même elle se redressa encore prise par la panique et s'éloigna prestement de l'homme avec un air confus et un mal de tête lui frappant les tympans.

-Que c'est-il passer? Qu'est-ce que c'était que cette chose?

Elle semblait totalement paniquée et désemparée. Elle n'avait absolument pas compris ce qui venait de se passer ou encore ce pourquoi elle s'était elle-même transformer en loup. Il était clair qu'elle avait été témoin de la scène au travers des yeux d'Andriel et qu'elle l'avait entendu parler. Elle ne s'attendait pas non plus à la voix qui s'éleva dans son esprit. Ce qui la fit paniquer un peu plus cherchant du regard d'où pouvait bien provenir la voix ne réalisant pas du tout qu'elle était dans sa tête.

* Calme toi Eveline tout vas bien, tu es en sécurité maintenant. *

-Qui êtes vous? Où êtes vous?

Bien sûr, sur le coup de toute cette adrénaline, elle ne ressentait pas encore le mal qui allait bientôt envahir une bonne partie du côté gauche du haut de son corps. C'était sur ce côté là qu'elle avait atterrie. Sans parler de sa tête qui lui faisait mal à cause de la transformation forcée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Mer 23 Aoû - 11:00



Un premier contact avec
le monde des monstres

Eveline et Sidka

"Accepte ta nature avant qu'elle ne te torture."


Nina's park, 30/04/42

L'affreuse créature était en déroute. Sa trachée avait été entaillée par la puissante mâchoire du loup teinté de roux et sa vie s'écoulait le long de son cou à grands flots sanglants. Koulaï aurait voulu la pourchasser et mettre un terme à son existence, une bonne fois pour toute, histoire de s'assurer qu'elle ne reviendrait jamais errer ainsi dans les parcs pour attaquer le premier venu, mais également pour finir tout simplement ce qu'il avait commencé, question d'honneur. Les demandes de Sidka l'avaient arrêté, même s'il grognait maintenant dans le Monde des Esprits que cet humain était décidément parfois complètement insupportable. Cocoa tournoyait autour de sa tête aux oreilles aplaties par la colère en sifflant des petites remarques acerbes.

*Tu n'aimes que le sang. Tu es violent. N'oublie pas ton lapin. Tout ça c'est du gâchis.*

Le grand loup montra les crocs au colibri qui l'exaspérait et se coucha pour lécher le sang poisseux qui maculait son pelage brun. Depuis qu'il était arrivé dans l'espace que Sidka et eux deux avaient créé au coeur du Royaume des Lycanthropes, l'arbre c'était un peu courbé vers l'arrière et quelques touffes d'herbe jaune avaient poussé entre les rocailles de leur point d'observation. Au pied du talus, c'était toujours le désert. Finalement, la sagesse de Sahale n'avait pas encore guéri leurs esprits. Ce n'était certainement pas ce genre de soirée qui allait les aider. Une Chimère...c'était bien le moment !

De son côté, Sidka saluait le loup qui venait de les aider à faire fuir la créature mi-singe mi-chien. Le Lycanthrope le salua à son tour et lui confirma qu'il allait bien. Il lui explique cependant que ce n'était pas le cas de son humaine,
Eveline, qui s'était fait mal en tombant de son cheval. Il lui demanda instamment de prendre soin d'elle. Sidka inclina la tête, une main sur le coeur.


- Orenda m'en est témoin, je prendrai soin d'elle. fit-il avec solennité.

Le loup laissa la place à son humaine. Lentement, son corps se transforma pour laisser la jeune femme reprendre son apparence initiale. L'Iroquois l'observa sans mot dire. Ses yeux glissèrent sur les boucles rousses de la belle et sur sa cape sombre. Dans son esprit, Cocoa sifflotait maintenant un petit air de contentement. Lorsque l'humaine reprit ses droits, elle s'affola en reculant. Sidka fronça les sourcils et analysa rapidement ses gestes, sa voix et ses paroles. Apparemment, sa consoeur était complètement déboussolée. Elle avait eu peur: peur de la Chimère, peur de sa transformation, peur de lui-même. Était-ce donc la première fois qu'elle rencontrait ses entités ? Impossible ! Elle était trop vieille pour ne les avoir jamais laissées sortir...A moins que son harmonie soit des plus difficiles...Après tout, qu'y connaissait-il lui ? Peut-être que certains Lycanthropes développaient leur lien avec leurs totems que très tardivement dans cette partie du monde. Eveline, puisque tel était son nom, semblait anglaise avec un soupçon d'espagnol peut être...ou d'italien...Sidka ne pouvait pas le déterminer.


*Elle ne connait pas ses amis.* gazouilla le colibri en virevoltant entre les branches de leur arbre mort. * Elle ne les connait pas !*

Sidka leva les mains, pour montrer qu'il n'était pas armé et qu'il n'avait pas l'intention de lui faire de mal. Seuls son couteau à sa ceinture et son apparence particulière laissaient supposer qu'il était dangereux...ce qui était déjà beaucoup, d'autant que sa carrure élancée, ses muscles saillants sous sa veste ouverte et ses peintures tribales intimidaient aisément. Il en avait conscience, depuis le temps qu'il fréquentait les londoniens, mais il demeurait naturel et maladroit. Comme pour s'adresser à un animal sauvage effrayé, il s'accroupit afin de réduire sa hauteur et garda les mains levées devant lui.

- Calme-toi...Je ne te ferai pas de mal... murmura-t-il doucement. C'est la première fois pour toi, n'est-ce pas ? Tu sais ce qu'étaient ces deux loups ? demanda-t-il dans un souffle qui se voulait apaisant. Calme-toi...Tout va bien. Orenda t'a faite comme moi. Tu n'es pas seule, tu ne le seras jamais. Nos frères et nos soeurs veillent sur nous. Ton loup, Andriel, t'a protégée, tout comme le mien, qui s'appelle Koulaï. Tu comprends ?

*C'est à ses totems de lui expliquer tout ça...* grogna le grand loup brun.

Pour lui, c'était impensable que les entités de la jeune femme ne se soient pas manifestées avant et ne lui aient pas expliqué la chose. A ses yeux, elles étaient irresponsables, ou faibles. Les Lycanthropes s'éveillaient à leurs totems souvent très tôt, vers cinq ou sept ans, parfois plus tard, sous le coup d'un choc émotionnel.
Il était rare de se découvrir si tard. Eveline devait avoir une vingtaine d'années...
Sidka grimaça un peu. Les pensées de Koulaï teintaient les siennes et il sentait l'impatience du loup le gagner. Heureusement, Cocoa pesait sur la balance de ses émotions et lui inspirait curiosité et joie. L'Iroquois demeura accroupi, pour continuer de rassurer la jeune femme. Malheureusement, il était urgent qu'ils bougent.


- Tu peux marcher ? Il faut quitter ce parc...Notre bataille a sans doute ameuté la police...ou pire...Il se tue un instant puis Cocoa lui souffla qu'il ne s'était pas présenté à l'humaine. Je me nomme Sidka. Je suis ce que ce monde appelle un Lycanthrope, comme toi. Viens...nous devons partir...

Sidka tendit une main à la jeune femme et attendit qu'elle ne réagisse. Koulaï venait de relever la tête. Son odorat, mêlé à celui de son humain, sentait l'odeur de la Chimère revenir.

*Elle n'est pas morte.* gronda le loup.

- Il faut se dépêcher. Je vais t'aider.

Made by Neon Demon


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eveline Manchester
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/11/2016
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Opératrice de métier à tisser, amie de coeur d'un certain Baron.
Age : 21 ans
Age (apparence) : 21 ans
Entité n°2 : Avah, Une fauconne écervelée (femelle)
Crédit Avatar : Ginebracamelot (deviantart)
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Jeu 24 Aoû - 0:06

Eveline pu constater que le danger avait été écarté. La bête tout comme les loups avaient disparus de son champ de vision. Elle posa les yeux sur l’homme qui se tenait devant elle. Il n’avait pas une apparence qui lui inspirait confiance de par les vêtement qu’il portait ainsi que par les peintures tribales rouge qui recouvraient. Sa coiffure, quant à elle, sortait tout autant de l’ordinaire et était toute aussi intimidante, sans parlé son teint basané, plus foncé que la peau de n’importe quel anglais natif du pays. Tout chez lui criait sa naissance dans une contrée lointaine, un étranger parmis les hommes civilisés de la société londonienne. Elle prit un instant pour le détailler de la tête au pied, trouvant son apparence intimidante. Cela dit, il adoptait une posture et une voix se voulant rassurante. De plus, la voix qui avait résonné dans sa tête s’était tue. Elle posa ses yeux pers dans ceux clairs de l’homme et tenta de se détendre. Les murmures apaisants de l’homme eurent l’effet escompté et elle se détendit peu à peu. Quand il lui demanda si elle savait ce qu’étaient les loups qu’elle avait vue, elle se contenta de secouer la tête. Elle sembla encore plus confuse quand il nomma Orenda, dit frères et soeurs. Cela dit le nom d’Andriel lui était familier.

Pour elle, rien de ce qu’il disait ne faisait de sens. Malgré qu’elle eu assister à la transformation de Sidka de sa forme lupine à sa forme humaine par les yeux de son propre loup. Cependant, elle refusait de voir la vérité en face, la seule chose qu’elle retenait de cette mésaventure c’était que les monstres existent vraiment.Quand il demanda si elle comprenait ce qu’il disait elle secoua vivement la tête ce qui intensifia son mal de tête déjà présent. Elle porta une main à sa tempe tout en se mettant à parler.


-Non je ne comprend pas ce que vous dites, ça n’a aucun sens… Et puis qui est Orenda?

Elle soupira en enlevant sa main de sa tête ce qui fit cliqueter le mécanisme cassé qui retenait la lame au manchon. Elle y jeta un oeil et fut clairement désemparer, elle qui croyait que celui-ci aurait été beaucoup plus solide.

-J’ai perdu ma lame...

Elle la chercha des yeux se demandant où avait bien pu atterrir sa lame. Bien vite elle abandonna sa recherche pour regarder à nouveau l’homme devant elle. Il venait de lui demander si elle arriverait à marcher. Cela dit la phrase qui suivit la surprit, mais plus précisément la fin de celle-ci; ou pire…

-Oui je crois que je peux marcher… Que voulez vous dire par pire que la police?

Après un instant de silence, son interlocuteur décida de se présenté. Cela dit avant même qu’elle puisse se présenter à son tour comme le veut les usages, il lui associa un mot qu’elle n’avait jamais entendu de sa vie.

-comme moi?... Un quoi?...  

Elle hésita une seconde à prendre la main qu’il lui tendait. Il voulait simplement l’aider après tout. En plus, il semblait presser de s’éloigner de l’endroit. Avec une telle bête dans les parages s’était tout à fait normal après tout. Elle accepta donc rapidement l’aide offerte pour se relever. L’effort cela dit la fit grimacer de douleur, un éclair de douleur lui ayant
traversé les côtes à gauche de son torse dans le dos. Elle devait s’être cassé ou au moins fêlé une côte dans une des deux chutes brutales. Elle ramena instantanément son bras contre ses côtes une fois debout.

-Aie… Partons avant que quelqu’un n’arrive et ne voit tout ce sang...

Elle suivit sans attendre Sidka le laissant prendre les devants et être son guide au beau milieu de la nuit. Elle avait hâte de se retrouver dans un endroit où elle serait en sécurité. Peu importait l’endroit en question, tant qu’elle pouvait se reposer et soigner sa blessure si cela était possible. De plus, elle voulait tirer plus d’explication à son sauveur sur ce qui s’était passé ainsi que sur la nature de l’origine de ses loups.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Mer 13 Sep - 16:11



Un premier contact avec
le monde des monstres

Eveline et Sidka

"Patience est mère de vertu:
quand le danger menace, il faut parfois courir.
Les réponses à tes questions seront plus claires à l'abri."


Nina's park, 30/04/42

La jeune femme ne comprenait rien de ce qui lui arrivait. Sidka tentait de la rassurer et de lui expliquer ce qu'il se passait, mais il n'avait pas le temps de s'attarder en ces lieux. La Chimère n'était pas morte et elle continuait de rôder alentour. Il savait, d'expérience, qu'il n'y avait rien de plus dangereux qu'une bête blessée. En général, la peur de mourir décuplait les forces et la volonté de tous les êtres vivants. Que ce soit une créature élaborée par la main de l'homme n'y changeait rien : l'instinct de survie était toujours le plus fort et la colère insufflait au corps et à l'esprit une puissance que l'on ne soupçonnait jamais assez.

*Il faut partir...*souffla le petit Colibri dans l'esprit de l'Iroquois.

Sidka pressa la jeune femme afin qu'elle le suive en dehors du parc. Mais elle disait qu'elle avait perdu sa lame. Intrigué, le tanneur suivit des yeux les recherches de la belle. Il ne l'avait pourtant pas vue avec une épée dans les mains, ni même un couteau. Consciente elle aussi qu'ils n'avaient pas de temps à perdre, la jeune cavalière abandonna bien vite ses recherches. Sidka n'insista pas. Il ne se préoccupait pas de ce qu'elle avait bien pu égarer, ce qui l'inquiétait, c'était la possibilité que la police ou pire ne puisse venir les trouver...


- J'entends par-là d'autres créatures de ce type...Elle n'est pas unique. Il y a de nombreuses choses qui courent les rues de Londres en ce moment. Traîner le soir dans les parcs est une bien mauvaise idée miss... fit-il d'un ton légèrement glacé.

Sidka avait déjà vu tellement de malveillance dans la nuit qu'il ne concevait même pas qu'une femme puisse avoir l'idée saugrenue de se promener à cette heure, seule qui plus est. Cette demoiselle n'était pas de basse condition, cela se lisait sur son visage, dans le timbre de sa voix, dans les mots qu'elle choisissait pour s'exprimer. Elle possédait un cheval et ses vêtements étaient loin d'être miteux, contrairement aux siens. Qu'est-ce qu'une bourgeoise ou une aristocrate faisait donc seule ici ? L'Iroquois ne se souvenait que trop bien de Swan Cartew et de ses manières complètement irresponsables. Décidément, c'était devenu la mode dans la capitale. Les hommes ne tenaient plus leurs femmes et ces dernières se permettaient de faire n'importe quoi...C'était irritant à force.


- Allons, il faut partir d'ici ! reprit-il enfin en lui expliquant brièvement qu'elle était Lycanthrope.

La jeune femme était complètement perdue. Elle parvint à se relever mais elle ne cessait de lui poser des questions pour tenter de comprendre ce qui lui arrivait. La panique se lisait dans ses grands yeux clairs. Sidka n'avait pas le temps d'expliquer plus en profondeur les concepts de Lycanthrope, d'entité, de Chimère ou même de parler d'Orenda.


- Ce n'est pas le moment. Filons ! Je vous expliquerai tout ça plus tard. Venez ! grinça-t-il entre ses dents tout en piétinant sur place. Il jetait des regards alentours pour vérifier que la Chimère n'était pas encore revenue à leur niveau. Ça va aller ? demanda-t-il en voyant la belle grimacer en se tenant les côtes.

*C'est cassé. Elle ne pourra pas courir bien loin sans toi.* grogna Koulaï en offrant à son ami le chemin vers son odorat afin de leur permettre à tous d'éviter un nouvel assaut de la Chimère.

*Dépêchez-vous !* couina Cocoa non loin du loup. Il était inquiet pour Sidka et celle qu'il considérait déjà comme sa « nouvelle amie ».

L'Iroquois partit devant, entraînant dans son sillage la jeune femme qui le suivit malgré la douleur apparente qui lui étreignait les côtes. Il s'en fut dans la direction opposée à celle qu'avait pris la Chimère. Écartant buissons et branches basse des arbres du parc, il évita les chemins de terres que les lieux proposaient aux promeneurs le jour afin de ne pas risquer une rencontre avec une patrouille du Yard ou quelques badauds tardifs. Personne ne devait voir le duo qu'il formait avec cette femme ou il risquait encore d'être accusé à tord pour quelques crimes qu'il n'avait pas commis.
Au bout d'un moment, Sidka dut bien se rendre à l'évidence que la jeune femme ne pourrait pas le suivre au rythme où il allait. Il ralentit le pas, en se mordant les lèvres, et l'attendit. Puis, il l'attrapa par un poignet pour l'entraîner avec lui vers une des sorties du parc. Les grilles étaient encore ouvertes, ce qui était un miracle en soit. Après avoir jeté un regard vers le chemin et les ruelles extérieures pour s'assurer qu'il n'y avait personne, l'Iroquois tira derrière lui la cavalière et ils s'engouffrèrent ensemble dans les petites rues de la capitale. L'espace d'une seconde, le Lycanthrope songea à refermer la grille derrière eux pour ralentir la Chimère au cas où elle les poursuivrait par ici, mais Cocoa lui rappela qu'il y avait peut être d'autres personnes dans le parc et que leur opposer la grille était bien cruel. Sidka aurait aimé prévenir la police afin que l'affreuse créature puisse être éliminée avant qu'elle ne fasse de mal à qui que ce soit, mais il devait penser à lui et à celle qu'il venait de sauver. S'arrêter pour risquer de se faire tuer n'avait pas de sens. Son statut de moins que rien n'irait pas en sa faveur dans cette histoire et on risquait de le jeter en prison pour avoir porté la main sur une dame de qualité.
Après une bonne dizaine de minutes de marche forcée sur les pavés glissants de la capitale, l'Iroquois avisa une petite sous-pente et y entraîna avec lui la jeune femme. A l'abri sous le bois des charpentes moisies, assis sur de vieilles caisses de marché, ils pourraient souffler un peu avant de reprendre leur route vers un lieu plus sécuritaire. L'Iroquois installa donc la belle sur une caisse et vérifia une dernière fois la rue avant de revenir s'accroupir devant elle. Ses yeux clairs brillèrent à la lueur du lampadaire qui laissait sa lumière filtrer au travers du bois fendu par endroit.


- Nous pouvons nous reposer là un peu...

Après quelques secondes de silence, accordé pour qu'ils puissent tous deux reprendre leur respiration, Sidka vérifia à nouveau la rue avant de revenir pour s'asseoir à son tour sur une caisse. Il passa sa main sur la tresse qui courrait sur la moitié de son crâne rasé et renifla un peu. L'humidité de l'air ne lui plaisait guère, d'ailleurs elle attaquait la peinture de ses symboles tribaux et les écaillait sur son torse. Pour se réchauffer et tenter de se détendre, l'Iroquois farfouilla dans sa poche et sortit sa pipe. Déjà bourrée, il n'eut qu'à l'allumer à l'aide d'une pierre à briquet avant de tirer dessus. Une épaisse fumée grise encadra bientôt son visage brun. Il soupira et son regard revint se planter dans celui de sa nouvelle protégée.

- Vous ne m'avez pas donné votre nom, miss. Comment dois-je vous appeler ? L'homme attendit qu'elle réponde puis il continua : Je peux vous ramener jusqu'à chez vous. Où habitez-vous ? Il faudrait que vous voyiez un médecin...Je suis désolé pour votre cheval mais nous n'avions pas le temps de le chercher...Pareil pour votre « lame »...ajouta-t-il en haussant un peu les sourcils. Il laissa sa phrase en suspens, pour inciter la belle à lui répondre, et laissa de côté la question de la Lycanthropie ainsi que celle d'Orenda. Ce n'était pas le plus urgent pour le moment.

Made by Neon Demon


Crédit image: Wendigo de MikeJordana


Dernière édition par Sidka le Ven 23 Fév - 23:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eveline Manchester
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/11/2016
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Opératrice de métier à tisser, amie de coeur d'un certain Baron.
Age : 21 ans
Age (apparence) : 21 ans
Entité n°2 : Avah, Une fauconne écervelée (femelle)
Crédit Avatar : Ginebracamelot (deviantart)
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Dim 11 Fév - 4:15

Eveline tait sous le choc des événements, ce qui l'empêchait de penser rationnellement. La peur guidait ses pensées principalement et la douleur les embrouillaient. La mention que cette chose n'était pas unique et singulière provoqua des sueurs froides dans le dos de la jeune femme. Comment cela pouvait-il être possible? De plus, L'inquiétude et la presse qu'elle pouvait lire sur le visage de son sauveur ne la rassurait guère. Elle n'eue pas l'esprit assez clair et vif pour s'insurger de se faire appeler "miss", ils n'avaient guère le temps de se disputer à ce moment précis.

Il la pressait de le suivre pour sortir de cette impasse dangereuse, ce qu'elle fit sans attendre.
- Ça va aller... Peut-être pas à la vitesse désirée par Sidka, mais le plus vite qu'elle le pouvait. Chaque respiration était une torture pour elle, chaque pas déclenchait chez elle un éclair de douleur dans ses côtes. Elle fit preuve de courage en retenant chaque son qui menaçait de traverser ses lèvres à chaque instant. Elle ne voulait pas attirer l'attention ni de la chimère ni de quelconque humains ou bêtes pouvant vouloir les poursuivre. Cependant, lorsqu'il lui prit le poignet pour lui faire augmenter la cadence , elle ne pu qu'échapper un puissant cri de douleur.

Dans cette course folle au travers du dédale des rues de la ville, elle échappait ici et là des gémissements de douleur. Elle trébuchait de temps à autre, mais se rattrapait aussitôt pour garder le rythme. Le chemin lui sembla sans fin jusqu'a ce qu'il trouve un abri de fortune pour se reposer. Elle s'assieds sur la caisse que lui indiqua l'homme en grommelant de douleur. Elle ignora qu'il vérifie la rue une nouvelle fois pour fermer les yeux pour se concentrer à dissiper la douleur qui envahissait non seulement son corps mais aussi son esprit. Quand elle rouvrit les yeux après plusieurs secondes voir une minute, elle le vit en train d'allumer sa pipe. Elle grimaça légèrement sans pour autant passer de commentaire. Elle n'aimait pas la fumée, mais ne venait-il pas de lui sauver la vie? Il aurait été mal placé de sa part de se plaindre d'une chose aussi futile. Elle se repositionna pour arriver à enlever son manchons et pouvoir examiner le mécanisme.


- Ne m'appelez plus Miss.. Dit-elle en relevant les yeux dans ceux de l'homme assis non loin d'elle.. - Je m'appelle Eveline. Certains m'apellent Lina si cela vous chante...

Une fois le manchon enlever elle le plaça sous un des rayons de lumières pour l'examiner. Elle fut déçue de constater que les dommages causées au mécanisme dépassaient de beaucoup ce dont elle était apte à réparer.

.
- Ce serait bien gentil de votre part de me raccompagner... Je vous dois la vie.... Je vous en suis infiniment redevable. Elle lui tendit le manchons pour qu'il voit le mécanisme. Elle préférait faire de petites phrases, incapable de prendre de grandes respirations ou de faire de longues phrases. - J'habite dans l'East End, dans une maison d'ouvrier... je n'ai pas vraiment... les moyens de me payer ... un médecin. Le cheval n'est pas le mien.. il trouvera le chemin de l'écurie.. Et comme vous pouvez voir... le mécanisme est fichu...

Elle laissa aussi de côté la question de la lycanthropie, elle n'était pas en état de se poser des questions et encore moins de raisonner convenablement. Elle tirerait ses réponses plus tard. Et puis, ce n'était pas tellement vrai pour le médecin. Elle avait l'argent, cependant elle préférait le garder pour soigner sa chère mère. Il n'était absolument pas question qu'elle utilise cet argent pour autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Sam 24 Fév - 0:31



Un premier contact avec
le monde des monstres

Eveline et Sidka

"L'erreur est humaine. Vraiment ?"


Une ruelle près de Nina's park.
Le 30/04/42


Sidka tirait de longues bouffées de tabac sur sa pipe. L'odeur du mélange d'herbes et du bois laqué l'apaisait. Après la course-poursuite qu'il venait de vivre dans le Nina's park, cette pause lui faisait grand bien. Cependant, Koulaï se mit à grogner doucement dans son esprit.

*La Chimère va le sentir...*

L'Iroquois toussota et considéra sa pipe d'un oeil noir. Son totem avait raison. Quel imbécile ! Allumer sa pipe dans une situation pareille revenait à crier sur tous les toits où il se trouvait.

*La femelle n'aime pas ça de toute façon.* souffla le loup en dévoilant ses crocs dans un rictus.

Sidka tira encore quelques bouffées et finit par éteindre l'instrument avant de le ranger dans sa poche. Il remarqua alors que la jeune femme qu'il avait sauvée dans le parc était en train de se masser les côtes.


- Vous avez l'air de souffrir...ça va aller ? demanda-t-il en se penchant en avant pour se rapprocher de la belle. J'suis désolé si j'ai été un peu brutal dans le parc, mais notre vie en dépendait. Encore maintenant, je pense que nous ne sommes pas hors de danger.

La jeune femme se mit à observer son manchon. Sidka se tut pour la regarder dévoiler son mécanisme brisé. Il comprit, non sans mal, que la fameuse "lame" dont elle avait fait mention était en fait un genre de petit poignard qui se montait sur une structure de fer et de cuir qui lui enserrait le bras. C'était un système ingénieux qui lui permettait sans doute de sortir l'arme avec rapidité et furtivité. L'idéal pour assassiner dans le noir...
L'Iroquois se demandait maintenant comment une jeune femme de son acabit avait pu obtenir une arme semblable et surtout pourquoi. Etait-ce parce qu'elle se promenait seule la nuit ? Son mari ou son père lui avait peut être offert pour ses sorties ? Mais cela n'avait pas de sens. Les bourgeoises ne sortaient jamais seules...
C'est uniquement lorsque la belle lui expliqua qu'elle habitait l'East End et qu'elle n'avait pas les moyens de se payer un médecin qu'il comprit son erreur: ce n'était pas une bourgeoise mais bien une ouvrière. Son teint et sa beauté l'avaient trompé. Cela changeait de nombreuses choses, notamment sa façon de la considérer. Désormais, il allait pouvoir prendre moins de pincettes.


- Hé bien, "Lina", je peux vous raccompagner, fit-il avec un sourire. Par contre, je ne peux rien faire pour votre lame, ou pour vos côtes...ajouta-t-il en grimaçant. Il était réellement peiné de ne pas avoir les capacités de l'aider davantage. Mais dites-moi...

Il quitta sa caisse pour venir s'accroupir auprès de la belle. Son regard se fit plus intense, comme s'il allait entrer dans une confidence.

- Qu'est-ce que vous faisiez seule dans ce parc ? Et où avez-vous eu une telle arme ? C'est pas banal...C'est la première fois que je vois un mécanisme pareil...

Le Lycanthrope se permit un geste vers la jeune femme et attendit un peu qu'elle l'autorise du regard à aller plus loin. Doucement, sa main trouva le bras de la belle et il toucha du bout des doigts le fameux mécanisme endommagé. Il s'y attarda un peu, sans pour autant négliger complètement la surveillance des alentours, notamment grâce à l'odorat de Koulaï.
Au bout d'un moment, il laissa de côté l'arme et son regard glissa sur les côtes de sa consoeur. Il ne pouvait rien faire pour réparer son arme, encore moins pour réparer ses côtes.


- Il faut y aller...Si jamais la créature nous retrouve, nous risquons de ne pas pouvoir lui échapper. Dans votre état, il vaut mieux regagner votre demeure au plus tôt.

Sidka prit la main de la jeune femme et l'obligea à se lever. Puis, sans lâcher sa main, il l'entraîna à sa suite vers le quartier de l'East End. Il fallait la ramener chez elle au plus vite, sans quoi il ne serait plus à même d'assurer sa sécurité.
Sur le chemin, il lui demanda à plusieurs reprises où se situait exactement sa maison d'ouvrier. L'Iroquois connaissait bien l'East End: il y habitait et y travaillait depuis maintenant deux ans. Cependant, pour être certain de prendre les chemins les plus courts, il avait besoin que la jeune femme le guide.
Il fallait dire aussi que la faire parler un peu était un moyen pour lui de s'assurer qu'elle ne tournait pas de l'oeil. Même si elle semblait forte, trottiner avec les côtes cassées n'était pas donné à tout le monde. Ainsi tenta-t-il d'alimenter la conversation, tout en baissant le ton pour éviter qu'on ne les entende.


- Au fait...Si ce cheval n'était pas à vous, il vient d'où ? Vous l'auriez volé ? demanda-t-il en riant un peu. Vous me paraissez pleine de ressources...

Sidka eut une pensée pour Swan. La jeune aristocrate l'avait engagé pendant un temps comme homme à tout faire mais il ne l'avait pas vue depuis un moment. Il se souvenait cependant de sa fragilité et de ses tendances à s'évanouir facilement. Eveline semblait plus forte. Mais, à ses yeux, elle n'en demeurait pas moins une femme, donc un être plus faible que lui qui avait alors pour devoir de la protéger.

*Nous y sommes !* S'exclama Cocoa.

Sidka s'arrêta devant la maison que la jeune femme lui indiquait et la laissa passer devant. Il hésita. Devait-il entrer avec elle, pour s'assurer qu'elle irait bien ? Ou devait-il s'éclipser et rentrer chez lui ?
L'Iroquois tendit un peu le nez pour renifler les odeurs de la rue. Koulaï lui prêtait encore son odorat de chasseur-né et il pouvait ainsi reconnaître chaque fragrance de la nuit. Il sentit un chat, dans la ruelle adjacente, un ivrogne qui cuvait non loin...Mais pas de trace de la Chimère. Apparemment, la créature en avait eu pour son compte dans le parc et ne les avait pas suivis dans les rues.


- Est-ce que vous voulez que j'entre avec vous ? Finit par demander le Lycanthrope. Je pense que nous sommes hors de danger maintenant. Si vous souhaitez discuter un peu, je peux répondre à quelques unes de vos questions concernant cette étrange soirée...

Sidka n'avait pas pour habitude d'entrer chez les gens, encore moins de s'y inviter, surtout si c'était chez une femme. Cependant, ils avaient encore beaucoup à se dire. Apparemment, ils venaient de se rencontrer en pleine Cérémonie Dunaire pour la jeune femme. Elle avait tout juste rencontré ses deux entités et les changements que cela allait opérer sur sa vie risquaient de la déstabiliser fortement si elle ne s'y préparait pas un peu. Sidka avait eu la chance d'être renseigné par sa propre mère, mais il se souvenait que sa Cérémonie l'avait retourné malgré lui. D'ailleurs, il avait encore besoin d'un mentor aujourd'hui: Sahale lui expliquait de nombreuses choses au travers du Monde des Esprits et ses conseils demeuraient les bienvenus.
L'Iroquois voulait bien aider Eveline à comprendre ce qui lui arrivait, afin de la rassurer et de la convaincre qu'elle n'était pas elle-même un genre d'abomination. Mais il n'aurait pas la prétention de lui servir réellement de tuteur. Il se savait fort, mais pas assez sage pour être perçu comme un mentor. Il pourrait simplement lui expliquer les fondements de la Lycanthropie, afin qu'elle appréhende un peu plus facilement ses nouveaux pouvoirs et le dialogue qu'elle allait devoir enfin instaurer avec ses entités.


- Je pense que je saurai vous comprendre mieux que quiconque.

Made by Neon Demon


Crédit image: Monkey de EastMonkey


Dernière édition par Sidka le Sam 14 Avr - 11:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eveline Manchester
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/11/2016
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Opératrice de métier à tisser, amie de coeur d'un certain Baron.
Age : 21 ans
Age (apparence) : 21 ans
Entité n°2 : Avah, Une fauconne écervelée (femelle)
Crédit Avatar : Ginebracamelot (deviantart)
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Mar 3 Avr - 21:43

Eveline se retint de lui faire une réponse cinglante. Bien sûr qu'elle avait mal, elle venait de chuter de cheval. Il était tout de même rare que l'on chute ainsi sans blessures... et non c'est vrai, il ne l'avait pas ménagé dans leur course folle. Elle se contenta de continuer de fixer le mécanisme en tournant la langue dans sa bouche. Même pour si elle semblait se concentrer sur le mécanisme, elle ne pouvait s'empêcher de repasser les événements récents dans sa tête sans arriver à trouver quelque raisonnement que ce soit.

.
- Je suis tombé de cheval, ça ne m'étonnerais pas de..... m’être cassé une ou deux côtes.. Mais je ne vous en veux pas.... s'était nécessaire... Il n'y a pas grand-chose à faire de toutes façons

Quand il parla a nouveau elle se retint de soupirer. Son offre était appréciée, mais elle était pleinement consciente qu'il n'avait pas les capacités de l'aider plus. Seulement quand il s'approcha pour se mettre à l'interroger sur ses activités elle devint mal à l'aise. Cela dit, elle se le laissa explorer le mécanisme de la lame sur son manchon évaluant si elle pouvait lui faire confiance. Elle ne voulait tout de même pas révéler sa double vie à un pur inconnu et se faire étiqueter telle une pute et que la rumeur se propage. Elle perdrait toute crédibilité aux yeux de tous ceux qui l'entourait y compris patron et collègues. Ça il en était hors de question. Elle choisit alors de révéler qu'une petite partie de la vérité.

.
- Je rentrais chez moi tout simplement... je travaille pour une riche famille. Cette lame est un cadeau que.... J’ai reçu afin de pouvoir me défendre ... si jamais je venais à me faire agresser... en rentrant chez moi... c'est pour cela que je porte des habits d'hommes... Pour ne pas me faire questionner... sur mes déplacement en pleine nuit...

Elle ne parlait pas très fort pour ne pas qu'ils puissent se faire repérer. Cela dit, il ne prit pas longtemps avant de lui indiquer qu'ils devaient repartir. Elle avait de plus en plus hâte d'arriver enfin à domicile. Le trajet lui semblait immensément long, cela dit elle n'arrêtait pas de lui parler pour autant. Question de se changer les idées et lui indiquer le chemin à prendre pour se rendre chez elle. Quand il lui demanda d'où sortait sa mouture elle sourit en coin.

- Évidemment on me la prêter... pour mes déplacements afin que je n'ai pas... des heures à marcher pour rentrer chez moi.. au beau milieu de la nuit surtout. J’ai un travail de jour dans une... usine de textile...

Quand ils arrivèrent devant sa maison elle soupira un peu de soulagement en s'arrêtant devant.
- c'est ici.. Enfin...

Une fois passée la clôture elle se tourna vers lui à nouveau puisqu'il venait de lui proposer d'entrer avec elle. Elle tourna les yeux vers la maison hésitant clairement à l'inviter à l'intérieur. Après tout, plusieurs travailleurs dormaient déjà et n'apprécierait pas d'être réveillé par des discussions ou encore de voir un inconnu dans la maison. Cependant elle pensa à la petite court arrière équipée d'un petit balcon avec des chaises. Ils pourraient s'y installer sans trop déranger.

- D'accord.. Mais ne faites pas trop de bruit. Nous allons nous installer dans la cours… les autres dorment déjà...

Elle ouvrit de nouveau la clôture pour le laisser passer et puis se dirigea vers la maison. Une fois à l’intérieur, elle lui indica le chemin pour se rendre derrière. Quand ils passèrent dans la cuisine elle prit des verres dans une des armoires et le pichet d’eau qui était rester sur la table. Elle le rejoignit sur le petit balcon. Elle s’assoie sur la deuxième chaise de libre et lui sert un peu d’eau.

- Tenez, ce n’est pas grand-chose, mais c’est tout ce que je peux vous offrir pour l’instant… Expliquez-moi un peu toute cette histoire de Orenda, des loups.. J’ai encore l’impression d’avoir vécu un cauchemar… Tout c’est passer si vite...[i]

Encore maintenant elle ne réalisait pas que le loup venait d’elle, faisait partie d’elle. Après tout celui-ci était à nouveau silencieux. Andriel s’était manifesté oui mais Avah ne lui était toujours pas apparue. Elle n’était pas prête à se manifester à son conscient. Peut-être en rêve pourrait-elle s’adresser a elle pour commencer, mais elle devait se remettre du choc des événements auparavant. Si ses entités se mettait à lui parler sans qu’elle n’y soit préparé, elle penserait clairement être devenue complètement folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Sam 14 Avr - 12:21



Un premier contact avec
le monde des monstres

Eveline et Sidka

"Trois âmes, un seul corps tangible."


Une ruelle près de Nina's park.
Le 30/04/42


Eveline état ouvrière. Elle travaillait tard chez une riche famille, dans la fabrique de textile. Le cheval qu'elle utilisait était un animal prêté, pour qu'elle puisse rentrer plus rapidement chez elle, et sa lame un cadeau, pour la protéger des ombres du soir. Finalement, Sidka se rendit compte qu'il l'avait jugée un peu trop rapidement. Sur le moment, il avait cru qu'il était tombé sur une bourgeoise, un peu du genre de Swan Carthew, avide de frissons dans un monde trop cruel pour elle. Sa peau blanche et ses grands yeux l'avaient un peu déstabilisé. Il fallait dire que pour lui le monde ouvrier était bien plus sale et pénible que celui dans lequel vivait la jeune femme: les tanneries vous laissaient une odeur âcre sur la peau, une échine trempée de sueur, un regard terne et empoisonné...Elles rendaient les mains noires et le front poisseux...

*Tout le monde n'est pas aussi misérable que nous...ni héritiers des esclavagistes...* soupira Koulaï don la truffe commençait à s'assécher.

L'Iroquois observa les mains de la jeune femme : elles étaient encore belles et jeunes, mais l'on pouvait tout de même deviner qu'elles étaient malmenées par un travail manuel.


*A chacun sa peine.* fit le loup en jetant un coup d'oeil à Cocoa qui virevoltait à nouveau autour de l'arbre mort, maître de leur partie du Monde des Esprits.

Sidka soupira à son tour. Eveline avait eu du mal à le suivre, à cause de sa chute à cheval. Il fallait désormais s'éloigner du parc et rentrer au plus vite avant que la Chimère ne les retrouve. L'odorat de Koulaï le rassura : à priori, la créature ne les avait pas suivis.


- Allons-y.

La jeune femme le conduisit lentement jusqu'à sa résidence ouvrière. Ses côtes, sûrement fêlées ou cassées, ne lui permettaient plus de courir. L'Iroquois se permit de la prendre par la main pour l'aider un peu : il fallait marcher vite malgré la douleur.

Une fois devant la résidence où dormait la jeune tisseuse, Sidka hésita à lui proposer de le faire entrer. C'était une femme, lui un homme; il était tard et ils avaient vécu assez d'aventures pour avoir envie de se reposer; et la perspective de devoir tout lui expliquer sur les Lycanthropes le fatiguait déjà. Mais, raisonné par ses propres entités, le tanneur fit ce qu'il avait à faire et avança qu'il pourrait rester un peu en sa compagnie pour répondre à ses questions.
Eveline hésita elle aussi. Rien de plus normal vue la situation. Et puis, d'autres ouvriers dormaient dans le même baraquement : ce n'était peut-être pas la place idéale pour discuter de choses aussi étranges que leur Lycanthropie. Cependant, elle dut faire le même constat que son compagnon d'infortune : c'était l'occasion ou jamais pour elle de comprendre ce qui lui arrivait.

Ils entrèrent donc et parcoururent les couloirs avec un silence absolu. Une fois sur le balcon, l'Iroquois s'installa sur une chaise et attendit que la jeune femme revienne de la salle de séjour. Elle lui offrit un verre et prit place à son tour.


*De l'eau !?* grogna le loup.

*Nous ne sommes pas là pour boire, Koulaï* l'interpella l'Iroquois.

Sidka plongea ses lèvres dans le liquide rafraîchissant et glissa son regard dans celui de la jeune femme. Quand il reposa son verre sur la table, il semblait prêt à faire un discours de roi.

- Il va falloir que vous ouvriez votre esprit et que vous m'écoutiez attentivement...

Sidka semblait plus sérieux que jamais. Rapidement, il vérifia que personne ne pouvait les entendre et commença son explication dans un murmure.

- L'être humain n'est pas la seule créature intelligente à vivre sur cette terre. Il en existe d'autres, des créatures qui possèdent de nombreux pouvoirs et que l'on a rejetées dans les domaines des légendes et des mythes. Koulaï grogna un peu. Il se demandait dans quelle mesure la jeune femme allait le croire. Vous et moi sommes ce que l'on appelle des Lycanthropes. Sidka déglutit. Il cherchait ses mots et tâchait d'être clair. Nous possédons des totems, deux pour être précis : un loup et un animal qui correspond à une de vos facettes. C'était en tous cas ce qu'il avait lui-même compris avec le temps. Ces "totems" sont des animaux doués de réflexion et de parole. Ils sont nos équivalents.

*Merci.*

- L'homme, ou la femme dans votre cas, et ses deux totems doivent vivre en harmonie pour garder un équilibre sain.

*Dis qu'on se transforme ! Dis-le !* s'excita Cocoa qui avait hâte de faire une démonstration de sa vitesse à la jeune femme.

- Ce n'est pas facile à expliquer mais vous partagez votre présence physique ici. Pendant que vous êtes là, vos totems attendent, dans le Monde des Esprits, que vous leur cédiez la place.

*Elle ne va rien comprendre...*

Sidka tiqua. Ce n'était déjà pas évident d'expliquer à la belle ce qu'était un Lycanthrope alors que ses deux entités viennent en plus l'interrompre constamment l'irritait.

*Mais laissez-moi réfléchir !*

C'était d'autant plus ironique qu'il venait d'aborder le besoin d'harmonie...Koulaï et Cocoa n'avaient jamais fait preuve de patience et leur manie de toujours tout commenter mettait à mal celle de l'Iroquois.

- En gros, vous pouvez vous transformer en loup et en un autre animal. Mais ce n'est pas vraiment vous, ce sont vos entités qui prennent votre place. Vous pouvez communiquer avec elles par la pensée, mais chacun est maître de son corps lorsqu'il est en présence sur terre.

L'Iroquois s'interrompit. Il n'était pas certain d'avoir été clair, mais il avait fait ce qu'il avait pu. Il était évident qu'une démonstration aurait plus d'impact, mais c'était trop risqué. Les ouvriers dormaient et si Eveline poussait un cri, les conséquences auraient pu être très problématiques.

- Je sais que c'est difficile à croire, mais vous êtes en pleine Cérémonie Dunaire, c'est-à-dire en pleine découverte de vos entités. Elles se révèlent enfin à vous, entrent en communication avec vous par la pensée et vous poussent à les laisser sortir. Normalement, cette rencontre avec vos totems se fait plus jeune, mais il arrive que cela se passe lorsque vous êtes en grand danger, comme ce soir. Votre loup a garanti votre survie dans le parc. C'était un réflexe.

Sans démonstration, Sidka doutait que la jeune femme ne le prenne au sérieux. Cependant, il doutait que se transformer lui-même soit une bonne idée.

- Quant à Orenda, c'est...mon dieu, si vous voulez. Je viens d'Amérique, je suis issu d'une tribut qui le vénère.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eveline Manchester
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 23/11/2016
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Opératrice de métier à tisser, amie de coeur d'un certain Baron.
Age : 21 ans
Age (apparence) : 21 ans
Entité n°2 : Avah, Une fauconne écervelée (femelle)
Crédit Avatar : Ginebracamelot (deviantart)
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Mar 17 Avr - 19:05

Eveline était encore très secouer par les événements qui venait de se passer. Pendant qu’elle était parti chercher les verres d’eau, des flashs de ce qui s’était passer lui revenait en mémoire. Des détails infimes semblaient s’éclaircir un peu dans son esprit. Elle avait eu la drole d’impression d’avoir été un témoin extérieur de la scène du combat, comme si elle n’était pas vraiment la tout en étant bien présente. Lorsque le loup était apparu, la bête, le signe ou peu importe ce que cette chose était ne semblait plus la voir du tout. Sans parler qu’elle avait été complètement paralyser à se moment exact. Impossible de s’enfuir et pire encore, personne n’avait sembler l’entendre de la scène qui se déroulait. Clairement son totem l’avait complètement ignoré pour ne pas l’effrayer encore plus qu’elle ne l’avait été sur le moment.

À son retour sur le balcon pour s’installer à la table, elle laissa son invité boire son verre d’eau en prenant de l’observer en détail pour la première fois de la soirée. Ses yeux parcouraient sa coiffure étrange et les peinture qui recouvraient son visage. S’il l’avait abordé dans un autre contexte avec une apparence aussi étrange il était clair qu’elle s’aurait méfier de lui dès le départ. Méfier était un petit mot en fait, son apparence lui inspirait plus la peur. Son apparence particulière laissait définitivement deviner qu’il n’était pas anglais encore moins Français, Espagnol et encore moins Italien. Bref, loin d’être européen, donc clairement d’une contrée lointaine, il devait être un de ces individus ayant été ramener par un explorateur en quête de nouvelles contrées. Quand celui-ci il reposa son verre et posa les yeux dans les siens, Eveline eu l’impression d’une présence rassurante sur son épaule. Le regard de l’homme semblait plein de promesses, qu’il allait lui révéler des vérités qu’elle n’aurait jamais imaginer jusqu’à maintenant.


* Tu peux lui faire confiance…* une voix féminine et rassurante avait raisonnée dans son esprit.

Cette voix, bien qu’elle ne fût pas la sienne, lui était drôlement familière. Elle était surprise de l’entendre parler ainsi, s’adresser à elle comme si elle était d’un individu extérieur qui lui portait conseil. Quand l’homme lui adressa parole, elle tâcha d’essayer d’être le plus ouverte possible a ses explications. Son introduction bien qu’étrange et incongrue, était plus que suffisante pour expliquer ce qui venait de se passer. Elle tâcha aussi de ne pas l’interrompre avec mille et une question au fur et a mesure qu’il essayait d’expliquer. Il semblait beaucoup chercher ses mots pour faire du sens. Alors si elle comprenait bien ce qu’il disait, elle partageait sa vie avec deux totems, un loup, très certainement celui qu’elle avait vu et qui avait prit sa défense lors de l’attaque ainsi qu’une autre entité, pour l’instant inconnue. Dès qu’il aborda le sujet de la Cérémonie Dunaire elle fut un peu perdue.

- Ils communiquent avec moi par la pensée.. Alors si j’entends des voix c’est que je ne suis pas folle?
Elle était clairement sceptique, mais en même temps cela expliquerait les voix qu’elle avait entendu quelques fois sans savoir d’où celle-ci pouvaient bien provenir.

* Tu n’es pas folle Eveline, nous faisons partie de toi.. Je me nomme Andriel * Maintenant qu’elle y repensait, cette voix était belle et bien celle qu’elle avait entendu sortir du loup lorsqu’il s’était adresser à l’homme un peu plus tôt.

* Et moi Avah. * Cette voix par contre la perturbait un peu, elle l’avait toujours considéré comme étant sa petite voix intérieur personnelle. Celle de la sagesse et de la prudence, mais encore une fois, elle avait toujours considéré que s’était la sienne. Découvrir qu’elle appartenait à un être qui veillait sur elle était rassurant et à la fois perturbant.

Son visage avait laissé paraître son inconfort, son regard s’était perdu dans le vide et elle s’était perdue dans ses pensées. Cela ne dura pas bien longtemps, elle avait beaucoup trop de questions sur les lèvres pour en rester là.

- Si l’on peut se transformer sous la forme d’un loup et la forme d’un autre animal, alors quel est votre second totem? Et le mien? Avah s’excita un peu mais se calma rapidement quand elle vit Andriel la regarder dans le monde des esprits. Pour l’instant, ils vivaient tout les deux au sein d’un nuage de brouillard pour l’instant entourant constamment la jeune femme. Avah s’était percher sur l’épaule d’Eveline.

* Tu le découvrira bientôt lorsque je prendrai ta place. Bien sûr uniquement lorsque nous serons dans un endroit propice à une transformation. En ville et constamment entouré de gens ignorant ainsi ce n’est pas une bonne idée. *

Quand il mentionna qu’il venait d’Amérique elle eut un petit sourire amusé. Bien sûr, pourquoi n’y avait-elle pas pensé plus tôt? Avec les célèbres explorations de cette nouvelle contrée qui font rumeurs partout depuis un certain temps. Elles avaient été l’un des sujets les plus populaire et des plus controverser il y a quelques années lorsque l’un des explorateurs avait ramener des individus de leur expéditions.

- Je me doutais bien que tu n’étais pas européen… ça explique tes… Dessins sur le visage… Elle se désigna le visage puis le pointa. Cependant elle grimaça un peu. La fatigue la rattrapait tout comme la douleur.

- Je suis désolé, j’ai besoin de repos.. nous pourrons continuer cette conversation une autre fois? Où Pourrais-je vous retrouver? [i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42] Ven 18 Mai - 20:20



Un premier contact avec
le monde des monstres

Eveline et Sidka

"N'est bon professeur que celui qui écoute autrui."


Chez Eveline
Le 30/04/42


Sidka n'avait jamais été bon professeur. Même avec son frère, ou du moins son demi-frère, Cheveyo, il n'avait jamais su réellement trouver les mots pour répondre à ses nombreuses interrogations. Aujourd'hui, Eveline lui demandais des choses auxquelles il pouvait apporter un éclairage. Mais, s'il maîtrisait les sujets abordés, ils lui étaient également très gênants. La question de la Lycanthropie touchait à sa nature profonde et à un élément tabou. En parler le mettait à nu et risquait de l'exposer à la haine des autres, de dévoiler ses pouvoirs au monde et de le conduire, sans doute, à une mort terrible. Celle qui concernait Orenda entrait dans l'intimité de ses croyances. Elle ouvrait son coeur mais aussi son âme. C'était difficile de se livrer autant, surtout à une inconnue. Sa Lycanthropie ne l'empêchait pas de le trahir. Après tout, les Lycans n'étaient pas tous de bons samaritains.

*Qu'en sais-tu ?* demanda Koulaï qui suivait son déroulement de pensée.

L'Iroquois l'ignora. Il se concentra sur ce qu'il était en train de dire à Eveline. La jeune femme était attentive. Dans le silence de ce balcon sur lequel ils s'étaient installés pour discuter, elle semblait un peu perdue, sur le fond noir de la nuit. Il ne fallait réveiller personne, donc éviter de s'exprimer trop fort, ce qui rendait la scène quelque peu surréaliste. La belle était choquée de ce qu'elle apprenait et elle aurait sans doute aimé pouvoir crier ou gesticuler pour exprimer sa surprise, son désarroi, sa joie peut-être. Sidka la sentait tendue.


- Non, vous n'êtes pas folle. Mais vous passerez pour telle si vous en parlez à n'importe qui. Méfiez-vous en public.

Le Lycanthrope observait le visage de la jeune femme. Il était doux mais également agité. Il était évident que son esprit était accaparé par mille et une questions auxquelles elle mourrait d'avoir des réponses. Elle semblait parfois sceptique, parfois apeurée, mais Sidka fut heureux de constater qu'elle se maîtrisait et que sa curiosité finissait par prendre le dessus sur ses craintes.
Au bout d'un moment, il lui parut clair que ses entités étaient en train de communiquer avec elle dans le même temps qu'il lui parlait. Sa concentration se relâchait de temps en temps et ses yeux semblaient chercher quelque chose dans son environnement. Difficile de discuter par la pensée, encore plus lorsque son interlocuteur n'est pas visible.


*Elle pourra bientôt "voir" notre monde* fit le loup en évoquant le Monde des Esprits.

En effet, Eveline n'allait pas tarder à approfondir ses relations avec ses entités et à être capable de les visualiser dans son espace mental. Elle aurait aussi le loisir de laisser la place à l'une ou l'autre et de pouvoir se reposer tout en leur permettant de se dégourdir dans le monde réel. Enfin "réel"...Le Mondes des Esprits était tout aussi réel que celui dans lequel le duo se trouvait à l'heure actuelle, mais il paraissait plus lointain, comme dissout dans une brume mythique d'un autre temps.
Alors qu'il songeait à tout cela, Eveline lui demanda quelle était sa seconde entité. Si la première était bien un loup et que la seconde correspondait un tant soit peu à la personnalité de l"hôte", alors il était légitime qu'elle se demande à quel animal elle était associée. Sidka ne pouvait pas connaître le totem de la belle. Elle devrait le découvrir seule, s'il daignait se manifester. Par contre, il pouvait parler du sien.


- Mm...Je ne connais pas votre second totem, je ne l'ai pas vu. Le mien est un colibri. Il s'appelle Cocoa.

L'Iroquois se sentit étrangement gêné de dévoiler son entité. Le colibri était un animal particulièrement fragile. Petit, agité et joueur, il représentait sans doute l'enfance, la gaieté et la vitalité. Pour un guerrier tel que lui, cet oiseau avait toujours été un mystère. Pourquoi son totem était-il si minuscule ? Pourquoi Orenda lui avait-il envoyé un animal aussi coloré alors que sa vie n'avait été qu'une suite de tragédies ? Encore aujourd'hui, l'Indien se demandait ce qui avait conduit Cocoa sur sa route.

- Je pense que mon totem a un rapport avec mon pays d'origine, l'Amérique.

*Montre-lui ! Mes plumes sont belles aujourd'hui !* fit le petit oiseau en voltigeant comme un fou autour de l'arbre mort. Koulaï lui jeta un regard réprobateur.

*Il est tard. J'ai faim.*

Sidka sentit son estomac se contracter. Il n'avait pas faim, mais l'envie du canidé se répercutait sur ses sens. Ils étaient venus dans le Nina's Park pour chasser le lapin, comme souvent, et la bête leur avait échappé à cause de l'intervention de la Chimère et l'arrivée d'Eveline.
De toute façon, Eveline semblait fatiguer et il était temps qu'ils ne se quitte pour éviter de risquer de réveiller les autres ouvriers.


- Ah, oui...mes peintures...Je m'en fait, de temps en temps. Une vieille habitude...fit-il lorsque la jeune femme pointa du doigt ses marques rouges. Je suis tanneur dans les bas quartiers. Un endroit peu recommandable. Vous pourrez me retrouver dans l'auberge du Dark Crow. J'y passe de temps en temps.

Sidka n'avait pas d'autre moyen de revoir Eveline, à moins qu'il ne repasse dans son quartier. Il n'allait pas donner son adresse à la belle, pour la simple et bonne raison que sa rue était un véritable coupe-gorge et qu'il s'en serait voulu de la mettre en danger. L'auberge était un bon point de rencontre. Certaines vermines y traînaient, il ne fallait pas se leurrer, ça demeurait un endroit mal famé pour une femme.

- Le mieux est de me faire parvenir un message via n'importe quel ouvrier. Je suis connu dans les tanneries. Mais je ne vous conseille pas d'y traîner...Entre les produits nocifs et les coups de couteaux...je ne peux pas garantir votre sécurité.

Il se faisait tard. Sidka salua aimablement la jeune femme et lui fit quelques recommandations au sujet de la Chimère. Il fallait éviter le Nina's Park pendant un moment et éviter les ruelles le soir. Concernant ses entités, il lui confia qu'elle aurait besoin de patience et de foi. Il fallait qu'elle les laisse communiquer avec elle et qu'elle accepte leur présence pour que l'harmonie commence à se faire. Les transformations viendraient ensuite.

- Bonsoir, Eveline. Prenez soin de vous...

Sidka s'en fut aussi silencieusement que possible. Il évita de réveiller les dormeurs et quitta la maison. Cocoa savait qu'ils reverraient Eveline : déjà, le coeur de l'oiseau sentait qu'une nouvelle amitié venait de se créer.

[HRP/ Fin du Rp avec Sidka. Suite à venir./HRP]

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42]

Revenir en haut Aller en bas

Un premier contact...avec le monde des monstres [Eveline, Sidka] [30/04/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» A la frontière de l'autre monde [PV]» [Présent] - Premier contact [Pv : Tenshi]» Premier contact ~ « affaire de faussaire »» lvl 91 mais ou xp» Havrias, le premier contact.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Covent garden et le Strand :: Nina's park-