L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Nombre de messages : 379
Date d'inscription : 11/03/2008
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Jeu 6 Nov - 10:05

[HRP/ revenant du post Fanfreluches au Dressed près de Covent Garden /HRP]

Cela faisait deux jours qu'Alexender avait réussi à trouver Julia, ou du moins que le destin ou la chance avait conduit ses pas à son magasin, et qu'il préparait en grande hâte son bal longuement médité. Ses deux domestiques, Marguerite et Suzanne, n'avaient pas chaumé et le châtelet du Céans était déjà bientôt près. Le mobilier précieux avait été écarté, les objets de grande valeur avaient été déplacés, la décoration, cotillons et autres détails venaient d'être vus, une foule de domestiques avaient été engagée pour prendre soin des invités et les dernières invitations avaient été envoyées.
En soit Alexender ne stressait plus: si quelques jours auparavant il avait été sur les nerfs, cela était passé avec l'acceptation des Penielonski et l'arrivée des cuisiniers spéciaux qu'il attendait. Son statut d'aristocrate lui conférait un nombre de facilités impressionnant et d'ailleurs les domestiques, cuisiniers, serveurs, greffiers et autres, étaient des habitués de la maison: les même que le jeune Ravellow engageait toujours pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

En cette veille de fête, Alexender vérifiait tout: le menus (très important pour cet hôte soucieux des bons repas), la propreté des lieux (même s'il savait qu'au bout de quelques heures le travail de ses domestiques serait réduit à néant), l'espace libre pour la danse, les coins plus conviviaux pour les discutions passionnées, les halls, la salle de bal, la cours, les torches dans le couloir, les tapis, les tapisseries...tout était revu, corrigé, replacé.
L'aristocrate donnait les dernières directives pour que tout se passe bien: les soulards devaient être conduit dehors dans le parc s'ils devenaient trop ennuyeux, les dames devaient avoir accès à la salle d'eau pour se changer, se remaquiller...etc., les invités pouvaient accéder à la petite bibliothèque, aux petits salons et à la salle de musique mais ils ne devaient pas pouvoir entrer dans ses bureaux, le débarra et l'atelier ou encore les chambres de Marguerite et Suzanne. Aussi le jeune Hunter s'assura de la fermeture des portes de ces quelques pièces interdites et décida également de fermer le second étage qui comprenait les chambres jusqu'à une certaine heure afin d'éviter d'éventuels couche-tôt qui prennent un malin plaisir à gâcher la fête en allant dormir avant minuit, heure clé des bals d'Alexender: le début de la vraie fête, le commencement de la débauche pour certains, heure de départ pour d'autres et celle des danses accélérées dans la salle de bal...

Alexender était quelqu'un de très responsable qui ne laissait jamais rien au hasard mais il était vrai qu'il aimait un peu trop ce genre de réunion bruyante où, après quelques échanges bienséants, aristocratiques, politiques, littéraires et autres, la débauche battait forcément son plein. Lui-même n'était pas totalement lui-même au bout d'une certaine heure à cause de l'alcool et étant le maître de céans, il se réveillait toujours avec plusieurs jeunes femmes au grand désespoir de Marguerite et Suzanne...
En tant que Hunter, il faisait attention de ne faire ses bals que les nuits où la lune n'était pas ronde afin d'éviter les Loups-Garous qu'il pourchassait de sa hargne. Robuste, imposant, charismatique, Alexender stoppait souvent les disputes et bagares ridicules qui se déclenchent parfois lorsque plusieurs partis s'opposent. Cependant, il lui arrivait aussi d'en faire partit, de les déclencher lui-même ou encore de les laisser se faire sous la forme de duels respectables. Jamais le sang n'avait été réellement versé lors d'une de ses soirées, il y tenait.

Songeant à tout cela assit dans un fauteuil un verre de vin français à la main, le Hunter se demandait quel vêtement il allait porter lorsqu'il pensa soudainement à Julia: il ne lui avait pas encore prévu de robe! Heureusement, Marguerite vint à son aide pour lui donner des conseils en matière de dentelles et rubans, ce qui sortit de l'impasse le jeune homme un peu débordé par ses propres activités.


*************

Le lendemain, tout était prêt.

Alexender avait envoyé une voiture à Julia et, assit derrière l'un de ses bureaux, il signait quelques papiers et mettait de l'ordre dans ses affaires lorsque le soir arriva et que Suzanne vint le tirer de ses réflexions pour lui donner l'heure et le presser à aller se laver et se changer.
A 22h00, heure d'arrivée des invités, Alexender était dans son bain: comme tous les aristocrates qui aiment se faire attendre et surgir à un moment inattendu dans leur propre fête, ce ne serait pas lui qui accueillerait les invités mais une domestique du nom de Suzanne vêtue d'une robe magnifique teintée de rose et de blanc digne de n'importe quelle bourgeoise (chose qui était d'ors et déjà déplacé de la part de l'aristocrate qui aimait les polémiques sur lui et qui aimait choquer les hauts placés par pure mesquinerie)

Il devait y avoir pas moins de 200 personnes à ce bal prévu depuis déjà un mois et dont on parlait un peu partout dans Londres. Uniquement des aristocrates, tous déguisés, masqués...
La fête promettait d'être longue et distrayante...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilsa Bennet
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 05/04/2008
Race : Vampire
Classe sociale : Noble
Emploi/loisirs : Fréquenter les Salons, peindre, jouer du piano...
Age : 287 ans
Age (apparence) : 25 ans
Secte : Indépendant
Clan : Toréador
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Jeu 20 Nov - 17:17

En provenance d'Ivresse nocturne

Mlle Bennet avait demandé à ce qu'on lui prépare son carrosse et pendant qu'on appliquait ses ordres, elle mit ses gants de nacre qui seyaient à sa robe mauve aux dentelles blanches et se vêtit d'un long manteau crème à fourrure. Quelques temps après, on vint lui annoncer que tout était prêt. Elle remercia sa femme de chambre d'un sourire courtois, prit le masque qui cacherais ses traits ce soir et descendit dans la grand cour, où deux cheveux alezans étaient attelés à un fiacre aux armoiries des Bennet. Son laquais lui ouvrit la porte et elle s'installa sur la banquette, près de la fenêtre où elle tira le rideau pour regarder le paysage Londonien. Sa voiture s'ébranla, la voilà partie.

Le chemin ne fût pas très long jusqu'au Châtelet de son hôte, qui avait invité de nombreux nobles de la ville, si ce n'était pas tous. Ilsa n'avait jamais eût le loisir de parler bien longtemps avec le jeune Monsieur Ravellow, mais elle avait entendu de nombreuses choses dites à son sujet. D'ailleurs, l'une des dernières rumeurs le concernant allait se concrétiser le soir même. Il aurait invité une bourgeoise à ce bal masqué. Les personnes qui lui avaient confiés ceci semblaient outrées, bien sur il n'y avait rien de plus normal pour une noblesse apeurée par l'ampleur des biens bourgeois qui ne cessaient de s'accroître. Ilsa, quant à elle, n'avait point d'avis précis sur ce fait, son intérêt n'était parfois pas le même que celui des hommes.
Le fiacre s'arrêta alors devant la demeure de Alexender Von Ravellow. Avant de descendre, la jeune Dame mit sur son visage son masque, puis mit pied à terre. Elle n'était pas dans les premières arrivées, déjà elle voyait des sombres de personnages passer devant les fenêtres, certain dansaient, d'autres passaient. Et dehors, c'était un attroupement de carrosses qui venaient et s'en retournaient, vides. Il y avait quelques nobles qui se dirigeaient vers la grande porte d'entrée, Ilsa fit de même. Elle attrapa deux plis de sa robe et gravit les marches sans difficulté. On la salua, elle fit de même. Puis elle fut devant une humaine, à qui elle laissa son manteau de bonne grâce, tout en ajoutant les bagatelles obligatoires, comme remercier le maître de maison et ajouter que tout était magnifique...
Du Hall parvenait aux oreilles de la jeune femme, une mélodie rapide et entraînante. Mais, même si la danse de déplaisait pas à Ilsa, elle préférait attendre encore pour se montrer au grand jour. Cela ne l'empêcha pas de se rendre vers la salle de danse et d'admirer au passage le mobilier et les oeuvres d'art qui se trouvaient sur son chemin. A cette heure, personne ne dansait encore, il était bien trop tôt pour cela, à peine 22h20. Cependant, la Vampire sentait dans certains regards, de l'impatience face à l'attente des réjouissances. Comme rien ne se déroulait ici, elle continua son bonhomme de chemin et parvint au buffet. Rien que de voir la beauté des mets, elle regrettait presque de ne pouvoir plus en manger. Certains s'étaient déjà servis de quelques petits four, mais comme dans l'autre pièce, l'humeur n'était pas encore à la fête et aux rires. Mais cela viendrait, elle voyait déjà des bouteilles de bon vin entamées, si ce n'était pas totalement terminées. Des flûtes de champagne passaient de mains en mains, pétillant de sa couleur d'or. Les pérégrinations d'Ilsa continuèrent, pendant que d'autres personnes passaient les portes du Châtelet.
La Vampire se demandait si elle verrait quelques un des siens ce soir. Elle le pensait, car ce n'était pas un bal que l'on pouvait manquer et ensuite, parce que c'était toujours une occasion de plus pour se retrouver autre part que chez eux ou dans les Salons. Peut-être lui fairait-il l'honneur de sa présence, pensa Ilsa, il était l'un des aristocrates les plus renommés de Londres, une fine connaissances de la reine Victoria. Oui le Comte devrait venir, elle pourrait parler avec lui de ses desseins, si l'occasion lui venait. Mettre les choses au clair lui seraient grandement utile.
Ilsa retourna dans une pièce adjacente du grand Hall, prit place sur un fauteuil et regarda les invités défiler devant elle. Les reconnaissant souvent, malgré leur masques, à leur physionomie où leurs vêtements. Ainsi, elle vit arriver une personne qu'elle n'avait pas eût la joie de voir depuis plusieurs mois déjà. Gaspard Sorel. Mais aussi Elysabeth Standford et sa mère Florasy, Mr le Vicomte de Walmon, le chevalier Danceny avec sa jeune épouse Cécile. Jonnathan Malrow était présent lui aussi. Ah que de monde! Que de connaissances! Tous semblaient être ravis d'être ici, d'après ce qu'entendait Ilsa. D'ailleurs elle fit la conversation avec la petite Cécile, qui lui apprit qu'elle allait devenir mère.
Et c'est ainsi, la nuit d'Ilsa commença.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Nombre de messages : 1726
Date d'inscription : 01/11/2007
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Jeu 20 Nov - 21:48

[HRP/ Venant de Paulo's park, Quelques couleurs sur sur le marbre/HRP]

Le châtelet du Céans...une belle demeure, même pour un aristocrate. Le jeune Alexender Von Ravellow avait hérité là d'une magnifique habitation. Il n'était pas étonnant d'entendre régulièrement parler d'elle et des bals de son propriétaire.

Le Comte Kei était ce soir-là d'excellente humeur. Après avoir passé près d'une semaine enfermé sous l'Opéra, sans voir un seul de ses disciples, sans voir une seule fois la nuit, sans boire ne serait-ce qu'une goutte de sang; sortir, respirer l'air frais du soir et sentir encore dans son corps le sang de ce jeune homme dans le parc Paulo lui avait redonné vie. La perspective de se rendre au bal le motivait d'autant plus qu'il aurait certainement l'occasion de rencontrer de jolies demoiselles (voire même d'en conduire une ou deux autre part que dans la danse) et c'était l'occasion pour lui de se montrer à nouveau en public à un moment où on l'attendait le moins puisqu'il y avait près d'un mois qu'on ne l'avait pas vu.

Il arriva à pied, depuis le Paulo's Park.
Ravit de voir se presser une myriade de carrosses, fiacres et autres transports, le Comte s'avança d'un pas léger vers l'entrée. Après avoir traversé une grande allée qui débouchait sur le châtelet, il passa entre quelques carrosses qui s'arrêtèrent pour lui et salua immédiatement toutes les personnes qu'il rencontra avant la porte d'entrée.
Sa prestance n'avait pas faibli, il le sentait: tout ces humains le regardaient comme un gentleman de qualité, un homme extraordinaire, attirant, charismatique au possible...
Cela aurait pu le rendre fier mais il était encore au-dessus de tout cela. Il les considérait tout simplement comme inférieur, sans plus, sans la haine profonde des Vampires du Sabbat. Pour lui qui maitrisait un groupe considérable de créatures de la nuit sous l'Opéra, c'était normal qu'on le regarde ainsi. Parfois il en profitait mais il réservait son comportement hautain pour les classes inférieures dans la société humaine pour une question de principe (ces derniers étaient encore pires que les humains aristocrates) et c'était aussi pour donner une image décidée à la classe dans laquelle il jouait.

Jirômaru salua brièvement la jeune femme qui l'accueillit lorsqu'il franchit la porte et, n'ayant aucun manteau à laisser, il la remercia brièvement et continua son chemin du hall jusqu'à un petit salon où deux couples discutaient. Il les salua eux aussi brièvement laissant sa marque dans le coeur des deux jeunes femmes grâce à sa beauté surnaturelle et un sourire bien choisit. Il sortit de la pièce agréablement meublée et s'en fut trouver la salle de bal. Le chemin était tout tracé, les portes ouvertes, les lustres allumés, les convives déjà un peu éparpillés...L'ambiance de la fête n'était pas encore tout à fait là mais elle viendrait avec la nuit profonde...
Lorsqu'il arriva dans la salle de bal, le Comte resta un moment seul à l'entrée pour regarder, observer et juger les gens qui s'y trouvaient déjà ainsi que le mobilier et apprécier la beauté du lieu.

Son apparition n'était pour autant pas passée inaperçue. Pour tout dire, ses vêtements étaient réellement beaux et ses longs cheveux d'argent annihilaient toute possibilité de déguisement. En réalité le Comte ne cherchait pas à dissimuler son identité.
Bien entendu il était masqué...un joli masque fin et léger qui bandait ses yeux brumeux et les entourait d'un bleu roi bordé de noir...mais cela ne suffisait pas pour éviter qu'on le reconnaisse. D'autre part, il portait un pantalon noir qui lui allait à merveille, des bottes de cuir noires, une chemise blanche, une veste par dessus bleue dont les manches et le col étaient bordé d'argenté, une cape bleue à l'extérieur, noire à l'intérieur et bordée d'argent sublimait le tout accompagnée d'une rose blanche dans la poche de sa veste et d'un chapeau noir cerné de bleu avec trois plumes blanches. Le tout formait un ensemble noir, bleu et argent avec des touches de blanc qui se faisaient agréablement écho. A sa ceinture sa canne-épée soulevait quelque peu sa cape par moment et pour une fois il ne portait pas ses gants blancs, (cela aurait juré avec sa chemise) mais il avait son fouet noir, enroulé discrètement et accroché à sa ceinture au bas de son dos.

Déjà un homme s'était avancé vers lui pour le saluer le plus courtoisement du monde. C'était Francis Preto, un Français érudit qu'il avait rencontré au théâtre il y avait de cela pas si longtemps (le Comte n'avait repprit ses activités théâtrales que récemment, après 50 ans d'arrêt). D'autres suivirent et le Comte fini par bouger et marcher un peu dans la foule qui commençait à se former. Il était en effet 23h bien sonnées maintenant et la plupart des invités étaient arrivés.
A cette heure-ci les invité commençaient un peu à danser mais ce n'était pas encore la grande fête. Quelque chose manquait: l'hôte.

Jirômaru saluait par-ci par-là des aristocrates heureux de le voir ou le revoir, il échangeait de brèves paroles, mentait sur sa vie active, trouvait des excuses pour sa disparition de la  société mondaine ces derniers mois et faisait toujours trembler d'excitation les gens par son charisme, sa voix sensuelle et grave, sa place en tant que lord, sa place auprès de la reine...tout cela l'aurait ennuyé en principe mais ce soir il était enclin à la conversation.

Il n'avait pas vu Ilsa mais il la sentait, non loin, de même que trois autres Vampires de haut rang qui s'étaient mêlés aux convives en plus de deux autres de rangs bien inférieur. Nul doute qu'ils ressentaient eux-aussi sa présence puisqu'il ne la dissimulait pas ce soir: au contraire, il comptait bien leur faire comprendre qu'il était là, calme mais de mauvaise humeur vis à vis de sa propre race qui, il l'espérait, n'allait pas l'ennuyer ce soir dans sa détente.


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink


Dernière édition par Comte Keï le Mer 10 Juin - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Nombre de messages : 629
Date d'inscription : 29/12/2007
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Lun 24 Nov - 0:44

[HRP/ Venant du manoir Spencer, Départ pour la nuit/HRP]

La nuit était légèrement avancé lorsque la jeune Spencer se présenta accompagner de quelque connaissances rencontré a l’entré. La chasseuse s’émerveillait de la propriété. Grande, vaste et bien entretenue, ont se doutait néanmoins de la présence féminine et de l’aide des servantes dans les recoins propres de l’endroit. Comme toute bonne aristocrate, Sarah connaissait son hôte de réputation. Le jeune Alexander vivait seul dans cette grande demeure hérité de ses parents avec ses deux servantes. D’étrange rumeur circulait à propos de lui et la magicienne ce demandais quelle étrange personnage il pouvait bien être.

Un groupe de gentleman qui flânait près de l’entré de salle interrompirent leur discussion redressant légèrement leur masques pour mieux apprécier la beauté de l’inconnue qui venait d’entré. Celle-ci immobile semblait perdue. Sa longue robe rouge sang qui épousait à merveille ses formes faisait un petit contraste avec sa peau blanche. Le vêtement étais rehausser d’un corsait plus foncé qui laissait les deux coutres manches de la robe retomber a la moitié de l’épaule. Un ruban rouge retenait quelque mèches de la jeune femme a l’arrière de sa tête tendis que le reste de sa chevelure bouclée descendait jusqu’au milieu du dos. Pour couronner le tout elle portait un masque peinturé d’un noir pourpre qui cachait la moitié de son visage mettant en valeur ses lèvres légèrement coloré et l’éclat étincelant de ses yeux bleu.

Non consciente de l’attention qu’avait retenue son arrivée, la hunter avança lentement encore troublée. En pénétrant dans la salle elle avait été assaillie par une odeur que trop familière. Un mélange de rose blanche et de sang. Réprimant un frisson la jeune noble esseilla de garder son attention sur la discussion que ses amies faisait à propos de la décoration de la salle et les nombreux jeunes hommes présent. Serais-ce possible qu’il ait été invité ici? Mais oui bien sur. Il était un noble de grande renommé après tout... Le comte c’était tenue beaucoup trop tranquille ces temps si donc il était fort présent qu’il devient plus actif. Mais ici? En ce moment?... Une partie de l’esprit de la jeune femme refusait la possibilité que des vampires soit présent a cette soirée tendis que son âme de chasseuse lui criait le contraire. Lasse de ses débats intérieur, la magicienne prit le verre de vin qu’ont lui tendais avant d’en avaler une grande gorgée. L’alcool... La pire potion qui transformait même l’homme le plus respectable en un vulgaire ivrogne. Sarah se laissait rarement entrainer dans les noirs détours du vin mais la situation l’obligeait a si prêter. Après tout ainsi déguiser qui reconnaitrais en elle la chasseuse sans pitié ou même encore la jeune rebelle Spencer. Il était bien inutile de s’alarmer. Elle était ici pour se divertir et non pour chercher les ennuies. Ils finissaient toujours par la trouvée de toute façons.

Faisant semblant de s’intéresser a la discussion qui se déroulait devant elle, la jeune femme perdit son regard dans la foule qui l’entourait cherchant quel que chose qu’elle craignait autant qu’elle désirait espérant se tromper secrètement pour pouvoir passer une soirée sans histoire.

-Sarah? Vous êtes encore dans la lune!

La chasseuse redressa la tête souriante. Une bien étrange capacité quelle avait. Pouvoir se perdre dans les rêves éveillés sans vraiment quitter pied de la réalité. Ce tournant vers la petite blonde qui portait le fameux nom d’Élisabeth. Celle-ci grande et hautaine tendait une broche en argent quelle montrait a toute les jeunes femmes présente par simple vanité. Retenant un soupir d’agacement la magicienne prit l’objet sans vraiment y porter grande attention.

-Très jolie…

Furieuse de sa réaction la jeune femme repris sa broche avec véhantitue et brusquerie. Dans sa précipitation l’objet grafigna légèrement la paume de Sarah laissant un mince filet de sang apparaître. Sans même tenir compte des agissements exagérer d’Élisabeth, la chasseuse s’éloigna préférant trouver une compagnie qui serait décidément plus courtoise ou plus intéressante.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaspard de Sorel
Citoyen renommé
avatar
Nombre de messages : 351
Date d'inscription : 19/12/2007
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Noble / Faire le prince
Age : 235
Age (apparence) : 34
Entité n°2 : Galyllée - Chouette Harfang
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Jeu 27 Nov - 20:08

[HRP// Suite du Reflet du miroir]

Le chemin se fit sans Gaspard, qui était plus que perdu dans l'abysse de ses pensées. Il réfléchissait à cette soirée, à son passé, à cette soirée si particulière où il avait rencontré Julia, à celles qui avaient dramatiquement suivies, à ces autres soirs qu'il avait passé seul, ou en compagnie de Alexender, son fidèle ami et confident. Des images lui venaient à l'esprit, pour soudainement s'effacer et en laisser d'autres apparaître et ainsi de suite, sans fin ni raison. Thésée lui même ne s'était pas autant perdu dans le Labyrinthe, guidé par le fil d'Arianne grâce à qui il en était ressortit un jour. Le fidèle sauveur pour le Lycan, fut son major d'homme, qui lui avait ouvert la porte en l'appelant de son nom.
L'aristocrate reprit ses esprits, reprit son air habituel, puis descendit. Il laissa là André, a qui il dit de ne pas revenir, qu'il demanderait un fiacre à Alexender quand il en éprouverait le besoin. Le carrosse s'éloigna, laissant son maître seul face au Châtelet.

Sans un regard en arrière, Gaspard pénétra dans la demeure de leur hôte et trouva Suzanne et Marguerite qui l'accueillirent comme il se devait. A cause du masque qui le dissimulait, elles ne l'avaient pas reconnu à sa simple présence, alors en un murmure il leur apprit qui il était et elles lui apprirent que Alexender n'était pas encore arrivé. Il les remercia de cette précieuse information, puis entra dans le Hall, où il ne s'attarda pas outre mesure, il passa directement par un petit salon pour se rendre dans un long couloir, où il tourna à gauche, esquivant les invités et ne leur portant aucune attention. Au bout de ce couloir, il s'arrêta devant une porte, celle qui donnait sur la bibliothèque, un lieu où il était presque certain de demeurer seul, où au calme, si cela pouvait être trouvé lors d'une soirée telle que celle-ci.
L'aristocrate poussa la porte, pénétra dans la pièce et soupira d'aise une fois qu'il se fut enfermé. Il s'avança au centre de la pièce et admira avec un sourire aux coins des lèvres, les étagères de livres qui s'élevaient jusqu'au plafond, avec à mi-hauteur une sorte de mezzanine qui bordait les murs de papier. Peu intéréssé en cet instant par la lecture, il prit place sur un fauteuil laissa ses yeux glisser sur les couvertures des ouvrages, seuls, de plusieurs tomes, certains de collections entières. Toutes couleurs et manières confondues, de langues anglaise, française, germanique, polonaise, italienne et ainsi de suite.
Le Lycanthrope se demandait avec une certaine tristesse ce qu'il faisait ici, à part faire plaisir à Alex. Il n'avait jamais été à sa place en tant que figure noble face aux grands de ce monde. Ce soir, il y avait certainement toute la caste aristocratique qui avait été conviée et la nette impression qu'il en tirait était qu'ils étaient différent de lui. Non, que lui était l'intrus dans ce monde déjà différent.
Ne supportant plus de porter ce masque, il le retira et le posa sur un de ces genoux et passa ses mains dans ses cheveux de feu, laissant sa tête partir en arrière et reposer sur le dossier, ses yeux se fermer, un soupir s'échapper de ses lèvres. Gaspard laissa retomber ses mains comme de molles poupées, puis tenta de penser à des choses plus joyeuses que cette nuit gâchée. Cependant, rien ne lui vint à l'esprit, pas la plus petite bride de jour bienheureux. C'était la mélancolie qui avait prit place en son coeur, rongeant ses autres sentiments, corrompant sa nature, jouant avec ses nerfs. Une image vint pourtant briser ses réflexions. Il y avait quelques jours, où quelques semaines, le temps ne comptait plus dans ces cas là, il avait retrouvé son ami et ainsi il avait rit, chose qui lui arrivait tellement rarement. Même André avait décelé de la joie dans l'ambre de ses prunelles.

Gaspard se leva de son siège, enfin décidé à affronter la foule. S'il avait réellement souhaité rester seul, il n'avait qu'à rester chez lui. Il ne l'avait pas fait, alors il porterait le fardeau de ce qui était pour lui un malheur et comme cela, il verrait Alexender, il verrait peut-être même quelque personne qui ne lui donnerait pas envie de fuir à toutes jambes par peur de l'ennui.
Remettant son masque, l'aristocrate arbora un sourire neutre, mais tout de même présent et chassa de son esprit tout ce qui pourrait lui apporter de sombres pensées. Il retourna donc dans le couloir, passa de salles en salles, restant distant comme à ses habitudes, mais se mêlant aux autres. Riant intérieurement de certains accoutrements d'autres nobles, tout en pensant qu'il ne devait pas être bien mieux.


Dernière édition par Gaspard de Sorel le Mer 4 Mai - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia Thanas
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 20/12/2007
Race : Loup-Garou
Classe sociale : Bourgeoisie
Emploi/loisirs : Couturière et peintre
Age : 22 ans
Proie(s) : Tout ce qui passe une fois qu'elle est transformée.
Résistance mentale : 2/5
Crédit Avatar : Elizabeth de Jennifer Healy sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Mar 2 Déc - 22:36

[HRP/ Revenant de la maison de Julia, Une invitation courtoise/HRP]

Le châtelet du Céans. Pour Julia, cachée derrière les rideaux de la voiture que lui avait envoyée son hôte, la propriété était bien plus qu'immense. La grille ouvragée, l'allée géante bordée d'arbres, la cour principale envahie de fiacres et de carrosses, le bâtiment principal à trois étages flanqué de deux ailes aussi grandes que lui...Julia n'en revenait pas. Sa mère l'avait prévenue mais jamais elle n'avait imaginé que pareil lieu existait vraiment. Au fond elle était bien naïve!
Elle tira les rideaux lorsque son carrosse passa devant l'entrée où se pressaient et bavardaient de nombreux convives déguisés. Marguerite lui avait dit de ne pas s'inquiéter si le carrosse ne s'arrêtait pas avec les autres. Alexender voulait l'accueillir personnellement et pour se faire, elle descendrait à l'arrière de la demeure.
Lorsqu'elle aperçu dans la pénombre croissante le jardin et le lac en contournant l'édifice, Julia fut prise de vertiges: comment et pourquoi était-elle donc là? Elle n'avait pas sa place dans un tel lieu! La jeune femme était au comble de l'angoisse.

Au bout d'un petit moment, le carrosse s'arrêta, Marguerite descendit la première et l'aida à faire de même sans abîmer sa robe. Le froid la saisit aussitôt mais elle avait un châle dans les mains qu'elle jeta sur ses épaules et qui la réconforta. Marguerite s'excusa et s'en alla pour remplir sa tâche: accueillir les invités avec une certaine Suzanne.
Seule avec le cocher qui caressait les chevaux sans rien dire, Julia s'avança comme lui avait dit la domestique vers une petite porte en bois renforcée de fer et attendit.

Elle portait une robe magnifique de voiles rouges et blancs. Sa poitrine était mise en valeur par un corset bien serré de la même couleur que ses jupons mais bordé d'or. Ses cheveux étaient relevés par un ruban rouge et tombaient en grappe. Ils étaient parsemés de perles blanches et de petites tresses discrètes. Sa taille était serrée par une longue ceinture de perles et son cou portait un collier assorti tout de perles et d'argent. Sa robe était pourvue de plumes blanches autour des épaules. Elles contrastaient élégamment avec le rouge pourpre du corset et leur blancheur faisait écho aux long gants blancs qui habillaient ses bras et qui lui montaient un peu plus haut que le coude.
Son masque était simple. Pourpre entouré d'une fine broderie blanche, il rehaussait l'éclat sombre de ses yeux farouches et pourtant si bleus au soleil ou à la chandelle...
Ses souliers étaient eux aussi très élégants, blancs à haut talons.

Tout ceci lui avait été offert par Alexender. Elle se sentait comme une princesse oubliée que l'on rappelait soudainement des bas-fonds pour lui annoncer son couronnement alors qu'elle ne savait rien du protocole. Pourquoi l'aristocrate avait-il été jusque là? Pourquoi l'avait-il invitée et pourquoi avait-il dépensé autant pour elle? Il était riche, certes, cela devait être une bagatelle pour lui mais ce genre de chose ne se faisait pas dans la société entre sa classe et la sienne!
A nouveau plongée dans ses pensées, Julia écoutait la musique à l'intérieur et des éclats de voix plus loin, certainement sur une terrasse. Elle se sentait seule et perdue...Elle craignait que l'on se joue d'elle, et ce depuis le début...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Nombre de messages : 379
Date d'inscription : 11/03/2008
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Jeu 4 Déc - 22:36

Elle était arrivée. Enfin elle se trouvait là, seule, effarouchée, tremblante dans la fraîcheur du soir. Les mains jointes dans le dos, il l'observait depuis la fenêtre de sa chambre. Malgré lui, il ne pouvait s'empêcher de la trouver belle et de la désirer. Mais ce n'était pas un fou et c'était encore moins un traître. Lui la désirait simplement comme n'importe quel homme désire n'importe quelle belle femme tandis que son ami, pour qui il avait invité cette jolie créature, la désirait par amour; un amour nouveau, un amour secret et incertain, mais un amour auquel il ne toucherait pas, pour rien au monde.
Alexender sortit de ses pensées. Il jeta sur ses épaules une grande cape noire à motifs floraux tissés de fils dorés et quitta sa chambre via un passage secret en emportant un grand chapeau noir. Il eut tôt fait de descendre l'escalier en colimaçon aménagé par ses soins. Silencieux comme la neige qui tombe en hivers, il sortit dehors par une petite porte de bois dissimulée par trois sapins bien fournis et arriva soudainement à côté de Julia sans qu'elle n'ai pu voir d'où il venait.


- Bonsoir mademoiselle Thanas.

Souriant, l'aristocrate souleva son chapeu, le mit sous son bras, saisit doucement la main de la jeune femme pour l'embrasser dans une galante courbette. Habillé pour le bal tout comme Julia, Alexender était tout de même reconnaissable: sa voix et ses longs cheveux cuivrés le trahissaient, c'était normal, c'était lui l'hôte, il devait accueillir, animer, tenir la conversation avec les invités, veiller à ce que tout aille bien et rester disponible; pour cela on devait le reconnaître.

- Je me réjouis de vous voir ici, mademoiselle Thanas! dit-il en se redressant et en plongeant ses yeux dans ceux de la jeune femme. Vous avez tenu votre promesse en vous présentant à ma soirée, je tiendrai la mienne: ne vous inquiétez pas, détendez-vous, profitez comme vous voulez de ce bal, je garderai sur vous un œil bienveillant et serai à votre entière disposition toute la soirée.

Alexender s'adressait à la jeune bourgeoise comme s'il s'adressait à une aristocrate, et ce certainement naturellement. Cependant il était conscient de la situation comme le prouvèrent ses quelques mots qu'il lui chuchota à l'oreille en lui tendant le bras pour l'inviter à le suivre:

- Ne parlez pas ouvertement de votre condition à ces emplumés de service ce soir s'ils ne vous posent pas de question. Ne soyons pas des menteurs, soyons seulement des dissimulateurs...

Le clin d'œil qu'il n'hésita pas à faire à Julia pour insinuer de la connivence entre eux sembla soudainement déplacé et en parfait décalage avec son apparence aristocratique.
Il emmena Julia par la porte devant laquelle elle attendait et l'entraîna dans un long couloir, deux salons et un autre couloir pour déboucher sur un escalier étroit. Il le monta en chantonnant sur un air étrangement gai, et lorsqu'il arriva avec la jeune bourgeoise à une porte basse, il a poussa en lui soupirant d'un ton amusé:


- Même moi je pourrais me perdre ici...

Ils arrivèrent dans un petit salon et quand le Hunter referma la porte, elle disparue dans le décor: c'était un trompe l'oeil d'une qualité étonnante!

- Nous voici dans une chambre du deuxième étage. Nous allons en sortir, longer les autres chambres et descendre dans la salle de bal par un large escalier d'où tout le monde nous verra. Je vous demande de ne pas vous inquiéter. Après l'accueil des convives, certes un peu surprenant puisque vous serez presque la reine au bras du roi, vous pourrez choisir de vous perdre dans la foule ou bien de me suivre encore un peu histoire que personne ne vous importune avec des questions gênantes.

Alexender semblait jouer un rôle dans un jeu inventé par lui et dont il connaissait toutes les règles et astuces.
Sans attendre, il exécuta ce qu'il venait d'énoncer...

Julia au bras, la tête haute, il apparu en haut des escaliers. Le mot devait avoir été donné aux musiciens car immédiatement ils cessèrent de jouer. Les convives arrêtèrent das le même temps leurs conversations et leurs pas de danse pour tourner leurs regards sur le maître de la maison.
Le son clair d'une lame sortie du fourreau indiqua à ceux qui n'avaient pas encore situé la cause de ce soudain silence le couple de l'hôte et de la jeune femme inconnue à son bras.
Alexender brandit son katana et clama haut et fort:


- Mes amis! Le bal est officiellement ouvert!

Des murmures, des acclamations, des applaudissements...un brouhaha suivit les paroles du jeune Ravellow. Connu pour ses mises en scène et son goût poussé pour la fête, son apparition ce soir promettait une nuit inoubliable.
Descendant tranquillement les marches, il continua après avoir rengainé son arme:


- Le vin est pour vous! Le pain est vôtre également! Les violons vous accompagneront selon vos désirs et, je l'espère, ma demeure et moi-même seront pour vous de bons hôtes!! Allons! Que cette soirée soit source de réjouissances!

Les musiciens reprirent leurs instruments et le bal, qui avait déjà commencé sans son organisateur, reprit son cours normal même si de nombreux regards suivaient à présent le couple constamment.

Alexender était vêtu tout de noir et d'or. Seule sa chemise à jabots était d'une blancheur éclatante mais on ne la voyait pas beaucoup sous son pantalon noir et son veston noir lui aussi. De nombreux entrelacs et motifs végétaux dorés parcouraient ses vêtements rehaussant la valeur du tissu certainement plus coûteux que n'importe quel vêtement à Londres. Après tout, c'était un costume qu'il avait fait faire sur mesure la Nouvelle Orléans par un couturier très renommé là-bas.
Sur son flanc était accroché solidement avec deux ceintures noires son katana et sur sa tête trônait un chapeau noir sans aucun artifice. En soit son costume état très sobre mais Alexender le portait avec tellement d'assurance qu'il paraissait encore plus enclin à habiller son charisme. Il avait deux gants noirs en cuir et ses yeux étaient cerné par un masque noir brodé d'or qui lui descendait jusqu'au nez en l'accentuant un peu par un effet pointu mais qui n'allait pas jusqu'à l'effet "bec".

Tout en arrivant au niveau des convives avec Julia, il chercha du regard Gaspard mais jusqu'ici la foule était bien trop compacte pour qu'il ne l'aperçoive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Nombre de messages : 1726
Date d'inscription : 01/11/2007
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Sam 6 Déc - 9:52

Le Comte flânait entre les invités, les tables luxueuses aux plats débordant de mille victuailles appétissantes, il passait d'un groupe d'aristocrates à l'autre, saluait, lançait quelques compliments sur les vêtements de ceux qu'il connaissait de Westminster...en réalité, derrière cet air bonhomme de solitaire charismatique qui faisait son tour afin de prendre des repaires pour la fête, il cherchait Ilsa, sa compagne vampirique.
Il la sentait, non loin, mais ne la voyait pas encore et son désir était de lui parler, la voir et pourquoi pas danser avec elle.

Tandis que Jirômaru continuait son petit jeu d'acteur au sein des convives, une présence lui éveilla soudainement ses sens surnaturels. Quelqu'un, une jeune personne qu'il poursuivait de coeur et de folie venait de faire son entrée dans la demeure du jeune Ravellow.


- Sarah...se murmura-t-il à lui-même.

Brièvement perturbé, il s'était arrêté et avait plongé son regard dans le vide pour réfléchir. Non, il n'y avait pas pensé mais c'était évident! La jeune Spencer était une aristocrate, c'était normal qu'elle ai été conviée elle aussi à ce bal!
Cette nouvelle arrivée le gênait bien...l'envie de la voir et de lui faire peur à nouveau n'était pas en lui et les possibilités qu'elle avait de le reconnaitre, de lui parler, de chercher la guerre ou encore dévoiler son identité étaient tout à fait malvenues!
Après un instant d'hésitation, le Comte décida d'ignorer sa présence: tant qu'il ne la rencontrerait pas par hasard, il ne la chercherait pas mais il ne l'éviterait pas non plus. Son but pour le moment était de voir Ilsa.

Aussi reprit-il ses recherches discrètes en se mêlant à la foule. Un homme de courte taille s'inclina brièvement sur son passage: c'était l'un des cinq Vampires qu'il avait sentit en plus de sa compagne. Le Comte baissa à peine les yeux sur lui et passa son chemin.
La soirée pouvait se transformer en catastrophe avec tous les éléments qui y siégeaient: Lui, Ilsa, Sarah, Trois Vampires de haut rang, Deux de rang inférieur dont il venait de croiser un des représentants, une myriades d'aristocrates intelligents mais hautains et pédants, des armes aux ceintures des hommes, du vin dans les coupes...
L'entrain de Jirômaru était un peu diminué et il pressentait qu'il ne saurait pas se contrôler s'il un sale évènement venait lui gâcher sa soirée. En plus, il avait faim et sortait d'une période de pensées incertaines et solitaires.

Sortant de ses sombres idées, il promena ses yeux dans la foule. Ilsa n'était pas loin. Derrière quelques danseurs, de l'autre côté de la piste qui s'était formée, il l'aperçue enfin.
Elle discutait avec une jolie jeune femme qui animait la conversation. Le Comte sentit monter en lui une vague de bien-être: sa compagne, enfin une présence agréable.
Au moment où il allait diriger ses pas vers elle, la musique s'interrompit et un bruit d'épée sortie du fourreau le fit se tourner vers un couple en haut d'un grand escalier.
Alexender Von Ravellow faisait son entrée.
Avec un rictus amusé, le Comte abandonna de ses yeux Ilsa pour se concentrer sur le jeune homme aux longs cheveux roux qui se mettait en scène. Enfin l'hôte arrivait, il était temps! Après tout, se faire ainsi attendre était malin: les invités semblaient soudainement frétillants de joie en le voyant. C'était lui l'homme de la soirée. Le Comte applaudi comme beaucoup d'autres face au court et éloquent discours de ce dernier et le regarda descendre les marche pendant que la musique reprenait. La jeune femme qui l'accompagnait lui était parfaitement inconnue, à moins qu'il ne la reconnaisse pas à cause de son joli masque, mais le Comte ne se trompait que très rarement sur l'apparence des gens. Cette belle poupée l'intriguait et comme la plupart des aristocrates ici présents, il se demandait qui elle était. Sa nouvelle maîtresse? Une jeune femme de sa famille?
Au fond il ne s'en souciait pas plus que ça. Il ne connaissait pas le jeune Ravellow personnellement mais il n'était pas étonné par son entrée énigmatique: le jeune homme était réputé pour son extravagance parfois déplacée. Il songea qu'il était peut-être temps qu'il engage la conversation avec lui...enfin il verrit bien au cours du bal.
Pour le moment, seule sa compagne lui importait.
Jirômaru ressitua alors Ilsa et alla à sa rencontre à grands pas. Arrivé près d'elle, il lui fit un baise-mains en plongeant ses yeux dans les siens.


- Salutations Mademoiselle Bennet...

Il se tourna vers la jeune femme qui lui parlait auparavant et lui fit le même baise-mains mais sans une telle insistance.

- Vous êtes bien jolies ce soir mesdames! Votre robe, Miss Bennet, vous va vraiment à ravir. J'aime beuacoup le mauve voyez-vous!

Le Comte venait de monter sur la scène...


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Ilsa Bennet
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 05/04/2008
Race : Vampire
Classe sociale : Noble
Emploi/loisirs : Fréquenter les Salons, peindre, jouer du piano...
Age : 287 ans
Age (apparence) : 25 ans
Secte : Indépendant
Clan : Toréador
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Mar 16 Déc - 22:37

Le badinage de la jeune Cécile n'avait aucun intérêt particulier, même pour les hommes, pourtant Ilsa y accordait de l'importance, car la jeune femme venait de lui apprendre une grande nouvelle qui était sa grossesse. La Vampire éprouvait une certaine jalousie envers le genre humain, pour l'unique et simple raison qu'ils pouvaient procréer. Ilsa, quelques soirs après son mariage avec James, avait renoncé à sa vie de lumière et avait donc accepté d'avoir un corps stérile, avec lequel jamais elle ne connaîtrait le bonheur de la maternité. Parfois, comme en cet instant, elle éprouvait ce sentiment d'envie, mais elle avait dû se faire une raison depuis bien longtemps et rien ne changerait plus ses actes passés. Étrangement, elle ressentit le besoin de voir celui qui l'avait transformée, mais il était absent. Cependant, un autre ne l'était pas: le Comte. Ces deux mâles étaient en tout point différents, voiloir apaiser un sentiment par le biais de l'un ou l'autre était inutile. Et pourtant. Elle aurait bien aimée que l'un deux soit près d'elle, même si elle ne leur aurait pas avoué sa gêne. A James peut-être, mais surtout pas à Jiromaru, elle ne savait pas si il accepterait de bon coeur cette remarque, elle le voyait déjà accumuler les reproches sur cette envie trop... humaine.
La jeune femme sentit alors le Comte Keï non loin d'elle et en effet quelques secondes plus tard, c'est sa voix qu'elle entendit grave et charmante à son coté. Elle leva le visage vers le Vampire, qui lui faisait un baise main, avant que leurs deux regards ne se rencontrent. Un sentiment confus passa sur les traits de Ilsa, qui espéra que son ami n'avait pas remarqué sa réaction. Un sourire apparut alors sur ses lèvres et son visage perdit toute trace de trouble, elle sentit monter en elle une certaine joie de le voir en ce lieu, qu'elle n'ait pas eut à le chercher, mais que se soit lui qui ait prit la décision de la rejoindre. Cela voulait dire qu'il ne regrettait pas encore de lui avoir confié ses mystérieux projets.


- Bonsoir cher Comte Keï, répondit-elle en retour et inclinant à peine la tête, laissant leurs yeux se croiser sans gêne.

Ilsa regarda le Comte saluer la jeune Cécile, qui ne put s'empêcher de sourire bêtement en même temps que de rougir, petite ingénue qu'elle était. Après tout, le trouble que pouvait causer Jiromaru sur n'importe qui était grand, alors sur cette demoiselle il n'y avait plus rien à faire, elle était toute émoustillée et excitée de voir un homme si important s'adresser à elle. Ainsi que la complimenter.


- Si ma robe me sied à ravir, ce n'est rien comparé à l'aura qui émane de votre personne dans cette tenue. Vous êtes charmant. La Vampire se leva et dit plus bas, quant à moi, j'ai un faible pour la plume de votre chapeau.

Mlle Bennet pouffa, puis reprit quelque peu son sérieux. Le Comte était très élégant dans sa tenue, il attirait les regards, certain devaient même parler de lui en ce moment. Mais c'était à elle qu'il s'adressait en cet instant et qui de mieux que lui pour enchaîner quelques pas de danse?

- Comte, je suis certaine que vous mourrez d'envie de vous rendre dans la salle de bal, n'est-ce pas? La Vampire lui jeta un regard équivoque, en même temps qu'enjoué et impatient.

Si elle était venue ici, ce n'était pas pour rester assise sans distraction. Partager quelques pas avec un compagnon tel que Jiromaru lui faisait envie et il était à sa disposition, alors autant s'amuser. Les soirées du jeune Ravellow n'avaient d'autre but que de divertir ses invités, sans restriction. C'est donc avec le coeur léger, qui avait déjà oublié ses tristesses maternelles, que la jeune femme présenta son bras au Comte, pour qu'il la conduise à la salle de bal, où la musique ne cessait de résonner, accompagnant les ritournelles des danseurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaspard de Sorel
Citoyen renommé
avatar
Nombre de messages : 351
Date d'inscription : 19/12/2007
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Noble / Faire le prince
Age : 235
Age (apparence) : 34
Entité n°2 : Galyllée - Chouette Harfang
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Mer 17 Déc - 19:58

Gaspard, bien décidé à sortir de ses monotonnes habitudes, regardait les gens autour de lui, les étudiait et écoutait ce qu'ils avaient à dire. Il s'était introduit dans un cercle d'aristocrates qui discutaient de choses et d'autre, s'amusant à faire preuve d'esprit, se lançant des piques amicales; c'était comme si cette fête avait rendu les esprits plus jeunes et moins sombres. Le Lycanthrope lui-même semblait prendre un malin plaisir à répliquer à quelques remarques sur son cas, un verre de vin rouge à la main. La langue ainsi déliée, certains pensaient qu'il avait bien changé ses habitudes, mais l'on mettait ça sur le compte de l'alcool ou de quelque conquête fructueuse.
Dans une des pièce adjacente on entendit alors raisonner au dessus du brouhaha la voix de leur hôte à tous, qui s'adressait clairement à ses nombreux invités réunis au bas de l'escalier qui menait aux étages interdits pour cette soirée. Avec d'autres personnes, Gaspard se dirigea vers la porte et pénétra dans le flots de monde qui regardait le jeune Ravellow. Théâtralement perché sur les marches, celui-ci ouvrait officiellement le bal, dans des paroles directes et épurées. Vêtu comme un prince, il assumait son rôle à la perfection et la perle rouge et blanche qui se tenait à ses cotés ne faisait que réhausser son prestige ainsi que le moment inoubliable qui était en train de se produire.
Après avoir dévisagé Alexender, le Lycan s'attarda sur la compagne qu'il s'était choisie pour faire son entrée. Elle ressemblait à quelque princesse de beauté qui dans un quelconque accoutrement réussirait à faire tourner la tête de tout mâle se trouvant à ses côtés, alors ce soir, vêtue comme une reine, cette demoiselle aurait pu faire palir de jalousie Aphrodite elle-même. L'hôte et sa compagne s'éccordaient à la perfection. Gaspard se demanda même, avec un sourire pervers, si son ami comptait conclure quelque histoire avec la jeune femme dès ce soir, à moins que cela ne se soit déjà produit, alors que tous attendaient qu'Alexender fasse son entrée. Le Lycanthrope se demandait aussi où son ami avait bien pu trouver une pareille beauté. D'ailleurs, elle lui fit baguement penser à Julia, elle avait un je ne sait quoi qui lui rapellait ses trains, sans parler de ses yeux couleur de saphir, mit en valeur derrière le masque qui dissimulait son visage. Cependant, Gaspard savait qu'il se faisait des idées et qu'en ce moment Julia était chez elle à vaquer à ses taches, certainement couchée vu l'heure qu'il était. Celle qui troublait son coeur ne pouvait être ici, c'était impossible, c'étit une soirée entre la classe noble à laquelle Mlle Thanas n'avait pas accès. Après le discours de Monseigneur Ravellow, le bi-centenaire applaudit comme tous et émit un sifflement peu discret.
L'aristocrate fendit la foule pour arriver près d'Alexender, qui avait fini par descendre de son perchoir pour se mêler aux convives. Le Lycan, qui avait laissé toute trace de mélancolie dans la bibliothèque, arriva derrière le hunter et lui tapota l'épaule, tandis qu'il passait du coté opposé pour que son ami ne puisse pas voir qui l'avait accosté. D'habitude ces profondes idioties, Gaspard les gardait pour un moment seul avec le jeune Ravellow, mais pour cette fois, il semblait éprouver un besoin subit de rire. Il but une nouvelle gorgée de vin, puis offrit un sourire sincère à son hôte.


-Je pense que votre soirée va être mémorable! Il l'avait vouvoyé, mais derrière cette fine trace de politesse, on pouvait sentir toute la conivence qui existait entre les deux hommes.

L'aristocrate aux cheveux de feu baisa la main de la jolie accompagnatrice de Alexender, en lui souhaitant de passer une très bonne soirée, et troublé par le regard qu'elle avait, il revint vite à son ami. Puis, après avoir jeté un oeil autour d'eux, il lui demanda, juste assez fort pour qu'il l'entende au dessus du bruit:


- M'accorderas-tu une danse ce soir? Je serais fort déçu si tu refusais de combler ma soirée en me refusant tes bras! Et il rit de bon coeur, se sentant léger et vraiment différent.

Cette soirée allait être mémorable, il en était certain, cependnat il ne s'attendait en rien à ce qui allait se produire dans les prochaines heures, comme il ne savait toujours rien de cette jeune personne qui lui faisait tant penser à Julia. Rien qu'à penser à ce nom, il sentait son coeur manquer un battement et son estomac se retourner. Si un jour ils se revoyaient, Gaspard se demandait bien comment il pourrait l'aborder sans repenser à la manière déplacée dont il l'avait traitée et comment il pourrait lui présenter ses excuses.
Mais trêve de sombres idées, cette nuit était sienne et pourquoi ne pas profiter de toutes les distractions qui se présenteraient à lui pour oublier les tracas de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Nombre de messages : 1726
Date d'inscription : 01/11/2007
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Sam 27 Déc - 20:35

L'heure de commencer à prendre réellement part à la fête était arrivée. Les invités devaient tous être là, l'hôte venait de faire son entrée avec brio, la musique était jouée à merveille, les robes tournoyaient déjà dans la salle de bal, les groupes se formaient et se défaisaient au fil des conversations à présent déjà bien engagées ou avinées...oui, c'était l'heure.

Le Comte sourit avec sincérité face au compliment que lui fit Ilsa suite au sien concernant son charme. Il appréciait ce dernier car il le savait fidèle aux pensées de sa compagne même s'il était imprégné de ce parfum amusant qu'était le mélange subtil entre la connivence et l'ironie. La réplique de la Vampire sur les plumes blanches de son chapeau lui fit lever un sourcil amusé.


- Les plumes sont pourtant plus utiles dans d'autres domaines que l'apparat, miss Bennet...fit-il en riant. Vous devez le savoir vous qui fréquentez les domaines de l'art comme la peinture ou la sculpture, vous devez connaitre bon nombre d'écrivains habiles...

Les sous-entendus du Comte n'étaient pas perceptibles pour la jeune Cécile qui n'avait pas connaissance du lien qui unifiait ce dernier à la belle Ilsa, cependant la jeune femme écoutait avec intérêt la moindre parole qu'il prononçait.
Ilsa fit alors au Comte la proposition d'aller danser.


- J'étais venu vous voir pour discuter mais mon intention était également de vous emmener danser. Votre enthousiasme me fait grand plaisir, miss.

Le Comte salua la jeune Cécile en s'excusant de la laisser ainsi seule et fit passer dans son bras celui que lui tendait Ilsa avant de l'emmener avec lui vers la salle de bal.
Sans regarder sa compagne, il lui compressa soudainement le bras contre lui sans douleur et lui parla les dents serrées tandis qu'ils avançaient afin de ne pas éveiller la curiosité d'oreilles mal-venues.


- Quel était donc ce regard que tu m'as lancé lorsque je suis arrivé? Une ombre mélancolique est passé dans tes yeux...

La salle de bal était bondées de monde et une grande partie de la pièce était occupée par les danseurs. Mille couleurs, mille dentelles, masques, plumes, capes, souliers...tournaient, viraient, s'écartaient et revenaient dans un rythme guidé par la musique.
Les deux Vampires passèrent non loin du jeune Ravellow qui venait d'être rejoint par un de ses amis, un homme relativement fort et grand dont la crinière rousse s'accordait à merveille avec les longs cheveux de leur hôte. Le Comte leur jeta un regard: ils semblaient occupés à parler et à admirer la jolie fleur au bras de l'organisateur de cette soirée.
Sans s'arrêter pour parler, le Comte entraîna Ilsa dans la danse. Le Comte savait parfaitement danser. Les années, les innombrables fêtes qu'il avait vues, organisées ou auxquelles il avait participé avaient largement suffises pour qu'il soit un as dans ce domaine. Pour lui cela était presque devenu aussi évident que de faire un baise-main à une dame pour la saluer comme il se doit. Aussi, enchaînant les pas comme on sais d'instinct mastiquer sa nourriture, le Comte continua:


- Allons Ilsa...Sourit un peu avec sincérité...Dis-moi ce qui te tracasse...

Lorsqu'il s'adressait à sa compagne, il rapprochait son visage d'elle. Il alla jusqu'à effleurer une de ses joues:


- J'ai envie de lire tes pensées...Dis-moi...Je voudrais savoir si nous avons les mêmes idées ce soir...

Cela était une nouvelle invitation pour partager sa couche, c'était évident, le Comte savait Ilsa soucieuse et voulait savoir ce qui l'ennuyait mais il pensait certainement que ce n'était que le fait que ce soit une fête humaine qui la rendait mélancolique derrière son voile de bonheur.


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Nombre de messages : 629
Date d'inscription : 29/12/2007
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Dim 28 Déc - 0:23

Longue et ennuyante. Tel était la discussion qui se déroulait maintenant sous les yeux de la jeune aristocrate. Heureusement l'arrivée tant attendue de l'hôte de la soiré mit une fin prématurer au rabotage qui se déroulait. La chasseuse se retourna cherchant des yeux le jeune homme qui avait eu l'attention de lui envoyer la missive. Le jeune Alexender était vêtue d'un somptueux habits noir et or. Malgré la sobriété du vêtement le jeune châtelet le portait avec élégance et raffinité. Un détail reteint l'attention de la magicienne. Sur le flan de l'homme une arme magnifique reposait dans son fourraux. Un katana. Sarah connaissait l'existence de cet arme asiatique puisque sa grande amie en possédait une grande gamme. Mais il était rare de voir des aristocrates londonnien se parrer de tel arme.

La jeune femme s'approcha d'avantage souhaitant apercevoir ce qui la troublait tant dans cet homme. Son visage fin et pâle reflêtait une certaine noblesse mais un éclat étrenge brillait dans les yeux. La chasseuse se haussa sur la pointe des pieds remerciants son masque de la masquer du ridicul. Le jeune Alexender leur souhaita une excellante soiré avant de s'avancer au milieu des convives. L'une des jeunes femmes qui vraisemblablement avait le bégin pour le sieur Von Ravellow échappa son verre de vin menancant d'exploser en une pluie de verre. Mais avant qu'il ne percute le sol, l'objet se mit a ralentir doucement allant ainsi se déposer au sol sans renverser son contenue. Heureusement les invités était trop occuper a commenter l'arriver spectaculaire de l'hôte pour noter cet exploit assez insolite. Oui ont pouvais le dire. Heureusement. La magicienne soupira cherchant des yeux une pendule. Peut-être le temps aurait la gentilesse d'aller plus vite.

* Il ne faut pas rêver non plus...*

L'aristocrate s'avanca au milieu des autres invités gardant sa coupe de vin serrer contre elle. Au milieu des visages qui l'entourait, la jeune Spencer ne pouvait s'empêcher de noter la présence des vampires et toute sa patiance et sa tolérance étaient mient a l'épreuve pour ne pas les tuer des a présent. Leur tour viendrait il en valait de soit. Mais pas se soir. Avec une certaine amertume, la chasseuse prit une gorgée de vin avant de laisser promenner son regard pâle autour d'elle. L'alcool rendait son esprit plus léger et plus agard. Néanmoins n'oubliant pas ses responcabilité, la jeune femme restait en éveil au cas ou les créatures présente dans la salle ne décide de changer la fête a leur façons. Et puis il y avait cet Alexender qui donnait un sentiment étrenge a Sarah et avec un peu de chance elle allait pouvoir l'acoster durant la soiré. Une discussion avec lui pourrait s'avèrer intéressante.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilsa Bennet
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 05/04/2008
Race : Vampire
Classe sociale : Noble
Emploi/loisirs : Fréquenter les Salons, peindre, jouer du piano...
Age : 287 ans
Age (apparence) : 25 ans
Secte : Indépendant
Clan : Toréador
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Lun 29 Déc - 21:27

Ilsa ne put s'empêcher d'emmettre un petit rire de joie en entendant que Jirômaru comptait bien l'accompagner pour échanger quelques pas de danse. La soirée qui s'annonçait semblait être pleine de plaisirs et délices, haute en couleur comme on pouvait l'attendre chez un noble tel que leur hôte. Rires, musique, boisson, douceurs, plats chauds et froids, tout était mit à leur disposition pour que tous se sentent à leur aise et profitent de cette soirée. La Vampire se sentait pousser des ailes. Cependant, le sourire si franc de la demoiselle se figea de lui même quand le Comte prit de nouveau la parole, après lui avoir fait pression sur son bras, un poid au fond de son ventre refit surface. Elle reprit rapidement possession de ses sentiments, mais elle savait que cela n'aurait pas échapé à son compagnon. Mais ce n'était pas pour cela qu'Ilsa lui dirait ce qui la tracassait tellement. Pas tout de suite.
Elle éluda donc la question, dont elle était certaine que Jiromaru remettrait tôt ou tard sur le tapis. Plus tard que tôt setait le mieux.


- Pour ressentir la joie, il faut bien que nous ayons des moments où notre âme soit lourde, murmura la Vampire avec une certaine sensibilitée dans la voix, mêlée à de la conviction. Tout n'est pas noir ni blanc et pour que l'un exixte il faut que son opposé soit lui aussi de ce monde.

Une fois son diction étalé pour créer une piètre diversion, la jeune femme retint un soupir. Quand elle serait obligée de dire à Jiromaru ce qui lui était passé à l'esprit, elle n'aurait plus qu'à entendre un sermont dont elle n'aurait aucune utilité, alors autant repousser au plus cet instant. Si elle voulait se détendre ce soir, elle devrait oublier ces futiles soucis et prendre soin de son unique personne. Tel était ce qu'elle avait décidé. Mettant de coté cette discution déplacée, elle admira sur son passage les merveilles qui s'offraient à ses yeux. Tout ce qui l'entourait était fait pour sortir de l'ordinaire et attirer l'attention, que se soit des hommes ou le mobilier, sans parler des quelques pièces d'art qui trônaient fièrement dans chacune des pièces, sans exception.
Ilsa haussa un sourcil, qui resta dissimulé derrière son masque, en voyant le noble Sorel agir de façon peu coutumière à ses habitudes. Il semblait bien plus gai que dans ses souvenirs, avec son regard froid et son visage indéchiffrable. Le regard de la Vampire glissa sur le maître de maison, homme aux longs cheveux de feu, qui semblait tout à son aise avec tant d'invités qui sollicitaient sa personne. Elle trouvait ce jeune noble charmant, mais ce soir il semblait qu'il avait déjà sa cavalière personnelle, une jeune et jolie demoiselle, dont Ilsa ne put trouver le nom.
La Vampire détacha son attantion des invités et se dirigea en compagnie de Jirômaru vers la piste de danse. Leurs pas se succédèrent sans mal, comme s'ils avaient répétés mainte fois cette scène, ce qui n'était pas le cas. Chacun d'eux avait des années de formation dans ce domaine. En tant que princesse de naissance, Ilsa se devait de savoir parfaitement danser, ce qui était bien sur le cas. Entrainés par la mélodie, la demoiselle se sentait débordante d'énergie et de joie. En cet instant il émanait d'elle une grace sans limite. Les plis de sa robe tournoyaient, tout comme sa chevelure de jais, dont une mèche rebelle était venue se poser sur son front. En cet instant, elle ne pensait plus à rien, elle était comme dans une transe de bien-être.
Une nouvelle fois, le Comte l'interrompit dans ses rêves éveillés, Ilsa sentit la joue de Jiroâmu froler la sienne, sans perdre la face cette fois-ci, elle posa ses yeux dans les siens et lui souri avec toute la sincérité possible.


- Pour le moment, j'aimerais profiter de ce moment que nous passons ensemble, sans empoisonner notre conversation de cette mélancolie passagère que tu as lue dans mes yeux.

Le visage du Comte se raprocha du sien et elle se retint de lui voler un baiser devant toute l'assistance, non pas parce qu'elle avait peur de sa réaction, mais parce qu'elle n'avait aucune envie qu'on la voit agir de cette manière. S'ils avaient été seuls elle ne se serait pas génée le moins du monde.
Jirômaru reprit de nouveau la parole et elle se demanda s'il n'allait pas insister, mais non, loin de là. C'était une proposition bien différente. Plus alléchante. Ilsa se demandait s'il ne voulait pas la conduire dans un endroit plus intime pour l'interroger ensuite sur son état d'esprit. Mais c'était un maigre risque à prendre en comparaison de la soirée qu'ils pourraient passer enlacés. Le Comte ne devait nullement se douter du sujet qui avait mené sa compagne à une si triste mine, elle s'en doutait. Mais le problème était qu'il pouvait lire dans les pensées et qu'il avait un don pour percer les mensonges. Tenter de lui cacher quelque chose ne pourrait amener qu'à des problèmes.


- Si tes pensées sont identiques aux miennes, je pense que cette fête se fera plus tard on ne peut plus intime... Cependant, j'aimerais encore danser en ta compagnie en attendant le moment propice pour se retirer, dit-elle en caressant de ses doigts la nuque du Comte. Après tu feras ce que tu désires.

Ilsa s'amusait de ce échange verbal, qui donnaient à espérer que la nuit serait longue et propice aux délices des sens. Rien de tel pour resserrer ses liens avec son amant. Dernièrement il était vrai qu'ils s'étaient vu bien souvent, avec plus de régularité que ces dernières années. Et l'avenir annonçait une alliance encore plus profonde, depuis que le Comte lui avait confié son projet le plus secret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Nombre de messages : 379
Date d'inscription : 11/03/2008
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Mer 31 Déc - 14:46

Alexender s'était mêlé à la foule. Il était heureux de constater que les convives ne l'avaient pas attendu pour démarrer la fête et surtout de voir que déjà beaucoup s'amusaient. Certains venaient le saluer brièvement et le remercier de les avoir invités, d'autres tentaient d'engager de longues conversations mais le hunter coupait court très rapidement de manière courtoise: pour le moment il était occupé à chercher son ami de toujours et il n'avait ni l'envie ni le temps de s'arrêter sur de pareilles discutions (qu'il trouvait d'ailleurs souvent inintéressantes). Beaucoup le regardaient de loin ne désirant pas l'ennuyer ou tout simplement parce qu'ils étaient eux-mêmes déjà occupés par quelques discours momentanément interrompus par la soudaine arrivée de leur hôte.
Julia a son bras devait être bien nerveuse d'autant plus que beaucoup la dévisageaient tentant de deviner son identité et que plusieurs avaient déjà demandé à Alexender qui était cette magnifique créature. Le hunter détournait toujours la conversation ou riait sur le fait qu'il ne dirait rien et que l'importuner ne se faisait pas.

Alors que l'aristocrate et sa jolie compagne se frayaient un chemin sans discrétion à travers la foule, Alexender sentit un tapotement sur son épaule. Lorsqu'il eut Gaspard en face de lui, il rit de bon coeur: il s'était fait avoir par ce dernier puisqu'il s'était tourné du côté où Gaspard n'était plus...


- Hahaha mon ami!

Il salua Gaspard par une accolade peu aristocratique mais bien amicale et lui répondit:

- Mémorable!? Cette soirée le sera au moins pour quelques personnes! Soyez-en sûr!

Alexender rendit le vouvoiement à son ami, c'était à la fois par pure politesse en rapport avec le lieu et le moment mais c'était aussi par jeu. Il resserra son bras autour de celui de Julia pour la rassurer.
Alors qu'il allait la présenter à sa manière à Gaspard, ce dernier se rapprocha pour lui faire une proposition pour le moins...ambiguë, surtout du point de vue de Julia. A cette idée, Alexender explosa de rire. Son pauvre ami venait de se ridiculiser devant sa promise...ou alors tout simplement de se compromettre à ses yeux...quelle drôle de situation...
Le hunter qui riait toujours répondit:


- Cela me ferait grand plaisir mon cher! Vous le savez bien! Hahaha!
Il lui murmura alors:
- Mais invite donc plutôt cette jolie muse qui m'accompagne!

Il ramena un peu Julia en avant et la tint par la main pour la tendre à Gaspard afin que ce dernier la prenne et l'invite.

- Ma chère, je vous présente Sieur Gaspard Sorel, un ami de longue date, un homme à la fois charmant et digne de confiance, un gentleman et danseur hors pair.

Il fit un clin d'oeil à Julia et donna sa main à Gaspard qui devait prendre le relais. Le piège d'Alexender venait de se refermer. La jeune bourgeoise, inconnue nouvelle dans l'entourage féminin d'Alexender aux yeux de Gaspard, se retrouvait maintenant entre les mains du lycan. Que lui importait la possibilité que tout ceci se finisse mal? Après tout cela pouvait tout à fait se finir de manière excellente! Pourquoi ne pas essayer? Au pire, Gaspard lui tournerait le dos un moment et il perdrait la confiance de Julia...
Fier de lui, le hunter planta là le couple:


- Je vous laisse entre de bonnes mains. Excusez-moi mais j'ai à faire!

Il s'inclina devant Julia et fit un clin d'oeil à Gaspard certainement désespéré par l'attitude incorrigible de son ami à vouloir lui refiler des femmes...Seulement là ce n'était pas n'importe quelle femme...

Alexender se perdit dans la foule. En réalité il savait parfaitement où il allait. Il avait remarqué une magnifique fleur rouge, seule, qui semblait perdue au milieu des autres convives. Heureux d'avoir rassemblés Julia et Gaspard, il pouvait à présent discuter, danser, manger...sa mission était terminée ce soir, du moins il le croyait.
Il faillit perdre celle qu'il apprendrait plus tard à appeler Sarah, mais le ruban rouge qui flottait dans ses cheveux le remit sur sa trace. Il fendit la foule et l'aborda alors:


- Bonsoir mademoiselle. Je suis heureux de voir que j'ai invité une aussi jolie personne que vous à cette petite soirée.

Il fit un baise-main à la jeune femme en esquissant une courbette polie. En se relevant, il croisa son regard: dur, froid, bleu, éclatant

- magnifique...


Ses pensées étaient sorties de sa bouche en un murmure.

- Vous avez des yeux magnifiques...fit-il pour que la jeune femme comprenne parfaitement ce qu'il avait dit. Que diriez-vous d'une danse pour mieux se connaître?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Nombre de messages : 629
Date d'inscription : 29/12/2007
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Ven 2 Jan - 18:44

Sarah termina lentement sa coupe avant de la déposer au passage sur le plateau d’un serveur prévu à cet effet. Elle redressa légèrement son masque et ajusta le ruban dans ses cheveux avant de traverser la foule compacte qui grondait de discussion mélangé. Ignorant ce quelle cherchait vraiment, la jeune femme s’arrêta devant une grande fenêtre qui donnait vue sur la ville. Ce que la magicienne appréciait le plus dans cette salle était les nombreuses fenêtres de même que les balcons qui rendait la pièce moins enfermante. Au travers des carreaux de vitre, au delà des terres du manoir, on pouvait apercevoir les nombreuses lumières qui illuminaient les maisons et les rues lointaine de Londres. De cette vue, on aurait presque pu parier que la ville dormait dans un sommeil profond. Comme pour ajouter de l’effet véridique a la mascarade organiser, le ciel c’était mit de la partie. Lui qui avait été lourd et charger ces dernier temps offrait un spectacle dégagé et incontestable de ses voutes étoilée ou trônait un croissant de lune à peine entamée. Par un heureux hasard, le bal avait été organisé au début de la nouvelle lune laissant ainsi les attaques de loup-garou loin de la fête. La chasseuse se permettait une légère suspicion lorsqu’ont parlait de hasard puis que la plupart du temps il ne s’agissait que de triste fatalité. D’ailleurs c’est pour cette raison que tout le mystère qui entourait la personne du Sieur Von Ravellow l’intriguait. Les ragots allaient de bon train depuis le début de la soirée et la jeune Spencer espérait en apprendre un peu plus sur l’aristocrate.

La magicienne concentra son regard dans le reflet de la fenêtre notant un jeune homme qui fendait la foule dans sa direction. Les couleurs or et noir de son habit permis aisément à la jeune Spencer d’identifier le nouvel arrivant. Surprise de le voir venir à elle la jeune femme se retourna haussant un sourcil. Elle ne s’attendait absolument pas a rencontré l’hôte de si tôt.


- Bonsoir mademoiselle. Je suis heureux de voir que j'ai invité une aussi jolie personne que vous à cette petite soirée.

Les joues de Sarah s’empourprèrent de manière à peine visible tandis que le jeune homme se courbait galamment pour lui faire un baise-main. Puis se relevant il croisa de nouveau le regard légendaire de la chasseuse. Un murmure franchis les lèvres du jeune homme tandis qu’un petit sourire étira les lèvres de la jeune noble. Se reprenant presque aussitôt Alexander ajouta qu’il parlait des yeux de Sarah ce qui fit rire la jeune femme. Puis le châtelet l’invita à danser ce qui consterna la chasseuse. En effet depuis le début de la soiré la rebelle avait éviter bon nombre de demande mais curieusement elle ne souhaitait pas se soustraire a celle-ci. D’un geste gracieux la magicienne s’inclina légèrement.

-Il serait tout à fait impolis de ma part de vous refuser cela après votre invitation sieur Ravellow.

En effet, si la jeune femme avait pu se soustraire de façon courtoise à toutes les demandes à danser celle de la part du maitre des lieux était inévitable. Et puis, comme il l’avait si bien mentionné, c’étais un bon moyen de pour mieux ce connaître.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia Thanas
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 20/12/2007
Race : Loup-Garou
Classe sociale : Bourgeoisie
Emploi/loisirs : Couturière et peintre
Age : 22 ans
Proie(s) : Tout ce qui passe une fois qu'elle est transformée.
Résistance mentale : 2/5
Crédit Avatar : Elizabeth de Jennifer Healy sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Ven 2 Jan - 21:44

Complètement retournée, perdue et intimidée...ainsi se sentit Julia au bras d'Alexender lorsque ce dernier l'avait entrainée dans les couloirs de son châtelet après l'avoir saluée avec toute la courtoisie du monde. Non seulement ce bal ne l'inspirait guère mais en plus son hôte, qui pourtant ne cessai de chercher à la rassurer, était si dynamique, gai, beau, imposant et sûr de lui qu'elle se sentait petite face à lui et appréhendait réellement l'idée de se présenter comme "reine de la soirée" alors qu'elle n'était qu'une bourgeoise, invitée par elle ne savait quelle folie de cet aristocrate déganté.

Les quelques recommandations d'Alexender et les encouragements ne suffirent pas à calmer son stress et sans s'y attendre vraiment, la jeune femme se retrouva soudainement en haut d'un escalier surplombant une foule costumée où déjà les chants, les danses et les discutions mondaines battaient leur plein. Choquée, elle ne pu que suivre le jeune Ravellow tandis qu'il annonçait l'ouverture officielle du bal et descendait les marches avec autant de candeur et de prestance qu'un prince nouvellement marié.
A son bras, Julia tentait de se tenir droite et d'esquisser un sourire neutre de sa bouche pincée par l'angoisse. Dans sa robe rouge et blanche, elle ne s'était jamais autant sentit belle mais un sentiment d'horreur restait coincé dans sa gorge. Quelle folle entreprise du destin l'avait emmenée là? Pourquoi l'ami de Gaspard tenait à ce point à la faire venir? Des questions...et jamais de réponses...ou du moins immédiates.
Résignée à affronter les regards interrogateurs, jaloux, intéressés ou courtois des invités, elle continua à s'accrocher fermement à Alexender avec le plus de naturel possible.

L'impression que donnait l'aristocrate à la foule était surprenante. Son charisme dépassait tout ce que Julia avait vu jusqu'à présent mais en réalité elle n'avait pas encore vu grand chose du monde dans lequel elle venait de se plonger. Émerveillée par la salle immense qui se dessinait devant elle, éblouie par les lustres et les meubles précieux qui se tenaient là droits et fiers pour agrémenter le décors, enchantée par les robes, les mille couleurs ondulantes, les masques, les capes...que portaient les invités; Julia tremblait d'excitation et de peur.
Arrivée à la hauteur des convives, elle fut soulagée par la bienveillance d'Alexender qui lui évitait les questions indiscrètes de ses amis. Tentant de ralentir son rythme cardiaque, la jeune bourgeoise se décida à faire front lorsque son hôte fut tapoté sur une épaule et la lâcha brièvement pour sauter dans les bras du nouvel arrivant.


- Gaspa...!

Réprimant violemment un cri de surprise en mettant ses mains sur sa bouche, Julia sentit monter en elle un sentiment confus. Choquée de revoir ainsi le beau Gaspard Sorel, elle se trouva terrifiée face au duo aux cheveux de feu qu'elle avait quitté dans des circonstances difficiles.
Les phrases que s'échangèrent les deux compagnons firent sourire intérieurement la jolie couturière: plaisantaient-ils? Oui c'était certain...quoiqu'elle ne les connaissait pas beaucoup...
Le baise-main que lui fit Gaspard la fit ciller et rougir tandis qu'elle sentait son coeur prêt à sortir de sa poitrine. Son masque, sa robe et les circonstances ne permettaient pas à Gaspard de la reconnaitre: à la fois cela la rassurait et la traumatisait. Que penserait-il d'elle s'il découvrait son identité? Jouer le jeu de la mascarade avec lui serait-ce importun, traître ou voire insultant pour lui s'il découvrait la vérité?
Soudain Alexender la laissa aux mains de son ami et s'en fut avant qu'elle ne puisse dire un mot. Le clin d'oeil que lui fit le hunter lui saisit l'estomac: c'était pour ça qu'il l'avait invitée! Elle était tombée dans un piège!
Entre la colère et l'amusement, entre le désespoir et l'espoir, Julia ne savait plus quoi faire.
Elle jeta un regard perdu à Gaspard avant de rabaisser vite fait ses yeux et serra un peu ses doigts de fée autour de la main de son nouveau cavalier que venait de lui désigner son hôte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Nombre de messages : 1726
Date d'inscription : 01/11/2007
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Dim 4 Jan - 15:15

La musique...si le Comte avait bien deux passions c'étaient la musique et le théâtre...Quoiqu'il appréciait également beaucoup le pécher de la chair et celui du sang...

Tout en songeant à ses propres goûts, il observait le visage d'Ilsa: comme elle était belle...Il ne se souvenait pas d'avoir croisé plus jolie femme qu'elle dans toute sa vie à part peut-être...Mais ce n'était ni le lieu ni le moment de ressasser pareils souvenirs. Sa compagne lui disait qu'il fallait bien des moments de monotonie et de tristesse pour que l'on ressente le bonheur et la joie. Oui...il suivait bien sa logique: pour qu'il y ai le noir il fallait forcément le blanc. Lui-même avait de grandes passes déprimantes.
Aussi il ne chercha pas plus à comprendre pourquoi Ilsa était mélancolique: cela la regardait et tant que cela ne la rendait pas mauvaise envers lui et ne contrecarrait en rien ses plans et ambitions, elle pouvait bien avoir du vague à l'âme...

Ils se rendirent dans la salle de bal laissant Cécile derrière eux et emboîtèrent aussitôt quelques pas harmonieux. Leur couple semblait avoir été conçu pour cette danse: aucun pas de travers, aucun écart, suivant toujours le rythme entraînant que leur procuraient les musiciens, ne touchant jamais personne autour d'eux malgré la dynamique de leurs pas: tout était parfait, leur expérience était impressionnante. Vêtus comme un prince et une princesse, ils retrouvaient ainsi, eux, des Vampires, des êtres âgés de plusieurs siècles, leurs anciens rêves, un peu de leur ancienne vie.
Ilsa voulait apparemment éviter de parler de sa mélancolie passagère. Le Comte n'insista pas.
Ils dansèrent tout en parlant comme le faisaient de nombreux convives. Le thème qui ressortait à présent était celui qui les liais principalement: celui du sexe, il fallait bien l'avouer. Cela n'était d'ailleurs pas pour déplaire au Comte...
Il plongea ses yeux d'albâtre dans ceux de sa compagne qui lui caressait le cou.


- Oui...Nous avons toute la soirée pour...nous amuser...

Il jeta un regard vers leur hôte qui venait d'apparaître au bout de la salle.

- Notre hôte doit avoir une sacrée suite à l'étage...

Jirômaru parlait bien évidemment des chambres qu'ils occuperaient plus tard. Avec un sourire qu'Ilsa ne connaissait que trop bien, il accéléra leur danse en même tant que la musique s'emballait un peu. La robe de sa compagne lui allait vraiment à ravir et soulignait toutes ses formes qu'il avait déjà parcouru de ses mains maintes fois et dont le souvenir lui plaisait toujours autant.

- Alors, ma chère Ilsa, qu'as-tu fais depuis la dernière fois que nous nous sommes vu à l'Opéra? Cela fait déjà un petit moment...

Il mourrait d'envie de lui demander si elle avait réfléchit à sa proposition mais il jugea que ce soir ce sujet devait être évité: il était trop sérieux pour ce genre de soirée et d'ailleurs il voulait un peu oublier ses plans pour l'instant.

- Sais-tu que cette petite, Sarah, est ici? Je l'ai sentie...

Il jeta un regard à la fois coléreux et heureux Ilsa et lui sourit comme pour la rassurer:

- Mais ne t'en fait pas, j'ai décidé de ne pas la poursuivre ce soir.
Alors? Racontes-moi un peu tes "journées"...


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Gaspard de Sorel
Citoyen renommé
avatar
Nombre de messages : 351
Date d'inscription : 19/12/2007
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Noble / Faire le prince
Age : 235
Age (apparence) : 34
Entité n°2 : Galyllée - Chouette Harfang
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Dim 4 Jan - 21:43

Gaspard fit la moue devant le refus de Alexender d'accéder à sa requête, ils n'auraient qu'à remettre cette joyeuse danse à plus tard, car il ne pouvait rejetter sa proposition d'accompagner la belle demoiselle, sans paraître grossier. Alors pour ne pas ternir son humeur joyeuse, ni celle du hunter, il irait danser avec sa délicieuse compagne. Son ami voulait certainement l'obliger à voir de nouvelles femmes, dans son but toujours inachevé de le faire se marier un jour, ou tout simplement lui faire découvrir les délices exquis de la vie Londonienne. Une nouvelle stratégie qui ne mènerait à rien, mais tout de même mise en place.
L'aristocrate laissa ses yeux glisser sur la muse d'Alexender, il acquiessa avec un sourire et murmura au rouquin:


- Pourquoi me remettre une perle si rare alors que tu pourais toi même la faire virevolter? Ne me cacherais-tu pas quelque dessein créé de toute pièce par ton esprit en manque d'amour? Comme tu es touchant...

Dissimulant un sourire emprunt d'ironie, le Lycan retira la main qu'il avait posée sur l'épaule de son ami et la tendit vers celle de la jeune femme. Il s'inclina, pendant qu'on le présentait et frola de ses lèvres les fins doigts de l'inconnue. Il s'adressa à Alexender sans quitter les yeux bleus de la demoiselle:

- Que de compliments! S'exclama l'intéréssé avec un rire joyeux. Mais pourquoi me présenter à tous, alors que cette soirée devrait dissimuler qui nous sommes garce à ces masques? Il soupira. Il est trop tard pour moi maintenant, mais je refuse d'apprendre votre nom, dit-il en reportant son attention sur la demoiselle.

De nouveau, il avait l'impression d'avoir Julia devant lui, mais son esprit ne se laisserait pas duper par ce tour joué par ses émotions et ses espérances. Comme il se l'était déjà dit, sa présence ici était impossible, alors ce n'était pas la peine d'y penser et pourtant... Tout ceci repoussé dans un coin de sa tête, Gaspard prit une grande bouffée d'air et au moment ou il allait se mettre à parler, Alexender s'éclipasa en un clin d'oeil. L'aristocrate se sentit fulminer contre son ami, qui le laissait ainsi en plien milieu d'un dialogue. En le regardant s'éloigner, il s'adressa à lui même, plus qu'à celle qui l'accompagnait maintenant.


- Arh... Quelle plaie. Se rendant compte des mots qu'il avait prononcé, il s'adressa à la jeune femme. Ce que j'ai dit ne vous était pas destiné, c'est seulement que la manière dont notre hote s'est éclipé m'a quelque peu... Dérangé. Il laissa un sourire se peindre sur son visage. Que diriez-vous de nous rendre à la salle de bal, comme le désirait tant mon très cher ami?

L'aristocrate sentit que la demoiselle avait un peu plus serré ses doigts autour de sa main, il contempla une seconde à peine leurs mains qui se touchaient en se sentant quelques peu dérouté. Il se mordilla la lèvre, ne sachant plus trop comment réagir. Peut-être était-ce sa manière de lui dire qu'elle était d'accord pour aller danser? Il décida de faire comme si c'était le cas, sans se demander pourquoi elle ne lui avait pas répondu. C'était certainement que la jeune beauté avait le trac, ce qu'il ne pouvait lui reprocher étant donner que lui même ne se sentait pas réellement dans son élément.
Il toussota.


- Allons-y, la salle de bal est de ce coté.

Il lachât la main de l'inconnue et lui tendit son bras, ce qui serait moins gênant pour se mouvoir dans la foule et qui cependant les raprocherait encore. Chose à laquelle ils devraient s'habituer étant donné qu'ils allaient devoir danser dans les bras l'un de l'autre et devant les invités.
Sur le chemin, le Lycan posa sa coupe vide sur un meuble et chercha un sujet à aborder pour détendre l'atmosphère entre eux. Il n'était pas habitué à parler avec des inconnus, ou même de les aborder de cette manière. Alors savoir quoi leur dire était encore une autre paire de manches. Finalement il renonça, ils auraient tout le temps de parler pendant la danse si celle qui l'accompagnait y tenait. Il ne savait pas si sa langue allait vraiment se délier, car jusque là, il n'avait pas une fois entendu la son de sa voix. La seule chose qui pourrait enfin l'assurer que Mlle Thanas était chez elle ce soir, où dans tout autre endroit, sauf en sa compagnie, dans ce corps, avec ces yeux topaze.
Arrivés dans la pièce où tous se trémoussaient plus ou moins bien sur les notes de musique, Gaspard s'arrêta et avec sa compagne, il attendit que la mélodie se termine pour débuter sur une danse complète, mais aussi pour décompresser du poids qui s'ajoutait peu à peu sur son corps. Il n'avait plus envie de danser, plus envie d'être ici, mais il ne pouvait plus reculer. Terminé l'espoir, les musiciens s'étaient tus, pour recommencer de nouveau quelques secondes après.
L'aristocrate aux cheveux de feu, inspira une bonne fois pour toute et se tourna vers sa danseuse. Il déposa doucement sa main sur son flanc et de son autre main il prit celle de la jeune femme, avec un sourire qui se voulait rassurant, il fit le premier pas. Ce fut pour lui le plus dur, les autres vinrent d'eux même, comme réveillés d'un profond sommeil et cependant, toutjours à l'affut. Ayant reprit confiance en lui, Gapsard se concentra sur sa compagne, pour faire en sorte qu'elle ne fasse aucun faux pas et qu'elle se détende. Que pour elle, cette danse qu'ils étaient en train de partager ne devienne pas le plus mauvais jour de sa vie. Mais il semblait que la demoiselle savait danser, ce qui plût à l'aristocrate. Le parfum qui se dégageait de sa peau était enivrant, naturel, avec en plus un soupçon de lavande et de mûre. Merveilles.


- Je comprend pourquoi Alexender vous a choisi pour l'accompagner durant cette soirée! Vous êtes... Parfaite. J'espère ne pas vous paraître déplacé en vous disant ceci, mais telle est l'impression que vous me donnez. Il ne savait pas s'il en faisait trop, mais il n'avait pas pu se retenir de faire un compliment à la muse. Quand notre danse se terminera, désireriez vous quelque chose en particulier? Un verre?

Il jetta un oeil à l'extérieur. A travers les fenêtres brillaient quelques étoiles. La nuit sans Lune était claire et calme malgré toute l'agitation qui régnait dans le chateau. Il enchaina:

- Peut-être voudriez-vous prendre l'air frai?

Gaspard avait laissé de coté sa gêne et désirait passer une bonne soirée, alors pourquoi ne pas la passer en bonne compagnie et sans arrière pensées?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilsa Bennet
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 05/04/2008
Race : Vampire
Classe sociale : Noble
Emploi/loisirs : Fréquenter les Salons, peindre, jouer du piano...
Age : 287 ans
Age (apparence) : 25 ans
Secte : Indépendant
Clan : Toréador
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Jeu 8 Jan - 22:18

De gauche à droite, puis d'arrière en avant, un demi-tour par-ci, un autre par là, envole-toi, de nouveau à terre, près du corps, un 360° sur le pied droit, de nouveau ses bras... Et entre les nombreux pas de danse, Ilsa parlait tranquillement avec le Comte, ne se sentant nullement génée par cet excercie physique qui épuisaient plus d'une Dame. Sentant que leur conversation ne risquait plus de couler vers sa précédente mélancolie, elle se sentait bien plus légère et le sujet qu'ils abordaient en ce moment même n'avait rien pour lui déplaire, loin s'en faut.
La Vampire laissa son regard suivre celui de Jirômaru et elle vit leur hôte aux cheveux flamboyants qui pénétrait dans la salle de danse. Elle revint ensuite à son compagnon et fit un sourire en coin.


- Je ne doute pas de sa suite! Ce que je me demande, c'est si nous pourrons utiliser toutes les chambres... Ilsa pouffa. Mais bien sur, nous lui en laisserons une, car je devine que lui aussi a bien l'intension de s'amuser ce soir.

Le tempo de la musique se modifia et les danseurs se firent plus rapide. La robe mauve d'Ilsa virevoltait aux grès de leurs pas, de même que la cape du Comte, créant un mélange exquis de blanc, noir, argent et mauve, qui lui plaisait beaucoup. Tous deux formaient un couple parfait ce soir, bien qu'ils ne soient pas les seuls à paraître bien associés, du coin de l'oeil, la Vampire avait pu remarquer que le charmant Gaspard avait entre ses mains une beauté vêtue de rouge, cette même femme qu'elle avait vu auparavent aux bras du jeune Von Ravellow. De nouveau, elle se demanda qui pouvait bien être cette demoiselle qu'elle n'avait jamais vue et qui ne devait pas être n'importe qui étant donné qu'elle était entrée avec leur hôte et qu'en ce moment même le frigide Sorel la faisait danser. Certe elle avait du charme, mais cela ne faisait pas tout. Il y avait un mystère sous ce masque et Mlle Bennet comptait bien découvrir ce qu'il dissimulait.
Ses réfléxions furent coupée par Jiromaru, qui semblait vouloir la monopoliser toute la nuit. Alors, soit. Elle haussa un sourcil en réponse à sa question.


- Ce n'est pas ton genre de poser de telles questions, c'est étrange...

Il changea soudain de conversation, abordant l'épineux sujet de Sarah, cette magicienne qui intéressait tant le Vampire, pour une raison dont Ilsa se fichait royalement. Ils avaient chacun leurs lubies du moment. Mais si elle était là ce soir, peut-être qu'il voudrait... Mais il s'avéra que non. Il ne se laisserait pas distraire par une petite humaine, cela ne fit que nourir l'orgeuil que la Vampire. Laissant le sujet de Mademoiselle trouble-fête, Ilsa exposa en quelques mots ses nuits.

- Uhm... Tout a été plutôt calme depuis ce soir-là. Depuis, j'ai du assister à une pièce de théâtre et aller chaque soir dans un salon différent. Sinon... Oh! Ilsa se demanda si elle allait lui confier la nuit meurtrière qu'elle avait passé peu après qu'il lui ait confié ses desseins. Je me suis aussi fait une petite folie, elle murmura pour que lui seul l'entende, je me suis rendue à la forêt des âmes, tu sais, le bois non loin de Londres, j'y ait trouvé tois humain et je leur ait joué un mauvais tour. Disons que... Je me suis amusée à pendre un homme après avoir absorbé tout son sang et dans mon élan j'ai terrorisé ses deux petits amis. C'était très divertissant. J'aimerais bien savoir ce qu'ils sont devenus depuis, ils ont du se réveiller sans mémoire et trouver l'un des leur la corde au cou, dans un endroit bien peu probable.

Le visage d'Ilsa laissait transparaître les sentiments que cette réminiscence lui procurait, cela aurait pu paraître effrayant, quand on ne connaissait pas ce que tout ce que les Vampires pouvaient faire comme carnage durant une nuit. A coté de ça, cette folie passagère qui avait animé Mrs Bennet semblait une broutille.

- Ca doit être tout... Et toi? Qu'as-tu trouvé à faire?

Une autre question lui brulait la langue, mais elle savait que si elle abordait le sujet, elle devrait parler de sa décision sur ce que le Comte lui avait confié. Et elle ne se sentait pas encore prête pour en parler. Mais c'était si tentant! Plus tard... Peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julia Thanas
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 99
Date d'inscription : 20/12/2007
Race : Loup-Garou
Classe sociale : Bourgeoisie
Emploi/loisirs : Couturière et peintre
Age : 22 ans
Proie(s) : Tout ce qui passe une fois qu'elle est transformée.
Résistance mentale : 2/5
Crédit Avatar : Elizabeth de Jennifer Healy sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Ven 9 Jan - 21:05

Un baise-main, une jolie remarque sur sa beauté et voilà que Gaspard, ronchonnant contre Alexender, l'emmenait danser! Julia était à la fois au Paradis et en Enfer: elle était avec lui, cet aristocrate si beau et si..., elle était à un bal splendide dans une demeure magnifique vêtue comme une princesse; mais elle était dans l'anonymat le plus total et dans une situation très délicate. Elle songeait à la dernière fois qu'elle avait vu Gaspard, en rage contre elle dans son manoir, elle songeait à ses mots, sa colère, sa déception...

Tandis que le beau Sorel l'entraînait dans la salle de bal, elle se rendit compte qu'il portait la cape qu'elle lui avait offerte pour l'avoir tiré des griffes de La Phalère le soir où ils s'étaient rencontrés. Ses jolies joues se teintèrent alors qu'elles avaient déjà rougies par l'appréhension qu'elle avait sur cette soirée et par la présence de Gaspard à ses côtés (et encore plus à présent qu'il lui avait tendu son bras et qu'elle avait répondu à son invitation qui les avait encore plus rapprochés).

Pour répondre au refus de Gaspard à propos de la prise de connaissance de son nom, elle s'était contenté d'un sourire et d'un "Mhm mhm" presque inaudible. Pour répondre à son invitation à la danse, elle s'était contenté d'un hochement gracieux de la tête. Mais maintenant qu'ils dansaient, elle se demandait si elle ne devait pas lui dire qui elle était avant que tout cela ne tourne mal. Elle se demandait si elle pourrait éviter jusqu'au bout de lui parler franchement. Non...bien sûr que non...c'était impossible à moins de le quitter après la danse avec un petit signe, ce qui n'était pas poli sans parole et ce qu'elle ne désirait pas en son fort intérieur.
Mais bientôt, alors qu'ils enchaînaient leur pas, lui dirigeant, elle se calant sur ses mouvements, stressée, craignant une fausse note dans la composition de cet art qu'elle avait apprit grâce à sa mère et accessoirement De La Phalère; Gaspard lui proposa de boire un verre ou de sortir lorsque la musique s'arrêterait pour mieux reprendre ensuite.
Sans mot il lui était difficile de répondre à l'aristocrate...Aussi, elle le fixa dans les yeux un millième de seconde et fixa ensuite la porte fenêtre immense qui donnait sur la terrasse et le parc du châtelet pour lui faire comprendre qu'elle avait choisit l'extérieur.

Leur danse se termina après quelques minutes qui resteraient à jamais gravées dans la mémoire de la jeune bourgeoise: Gaspard était galant, beau, massif; il était à la fois impressionnant et rassurant, impérieux dans ses gestes et plein de douceur; il la regardait, elle baissait les yeux n'osant pas affronter son regard de braise trop longtemps et ayant peur de paraître offensante ou insolente...Un rêve dissimulé se réalisait pour elle et, entre deux froissements de sa robe rouge et blanche, elle oubliait où elle était, qui elle était et se croyait dans les bras d'un prince longtemps attendu.
Hélas, la musique s'arrêta en même temps que l'illusion dans laquelle elle venait de se réfugier. Comme de coutume, elle fit une révérence pour remercier son cavalier et lui reprit le bras.
Elle voulait sortir, ici elle commençait à avoir chaud, elle sentait de multiples regards se poser sur elle à chaque instant et si un scandale devait éclater, elle préférait qu'il éclate entre eux-deux, loin des autres...Et puis, au fond, elle était curieuse de voir le parc...

Lentement, ils se frayèrent un chemin dans la foule colorée qui leur faisait obstacle pour sortir. Dans le même temps qu'elle avançait, Julia cherchait du regard Alexender pour voir s'il n'allait pas la sauver juste avant qu'il ne soit trop tard. Mais elle ne le vit pas et continua de suivre Gaspard.
Une brise fraîche lui caressa le visage lorsqu'elle fut dehors. Cet apport d'air lui fit le plus grand bien et ravie elle tourna vers Gaspard un visage tout souriant, presque enfantin avant de revenir à une expression beaucoup plus noble après s'être rendue compte de son petit écart de joie.
Accrochée au bras de l'aristocrate, elle se sentait fébrile: qu'allait-il se passer maintenant? Ils allaient se promener, il allait lui parler...qu'allait-elle faire? Répondre?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaspard de Sorel
Citoyen renommé
avatar
Nombre de messages : 351
Date d'inscription : 19/12/2007
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Noble / Faire le prince
Age : 235
Age (apparence) : 34
Entité n°2 : Galyllée - Chouette Harfang
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Sam 10 Jan - 21:47

Dès le début de cette soirée, Gaspard ne s’était pas comporté comme à ses habitudes de bicentenaire, il était bien décidé à paraître joyeux et sociable et cela avait l’air de lui réussir. Même si parfois il regrettait qu’il n’y ait pas moins de monde, il se sentait comme un poisson dans l’eau. Après tout, cela faisait longtemps qu’il aurait dû comprendre que ce train de vie lui était impossible à esquiver et pourtant il s’était battu contre lui. Cela n’avait mené à rien sauf à le rendre distant de la société, des gens qui l’entouraient. Il n’avait cessé de se cacher derrière de fausses raisons d’être triste, mais ce soir il remarqua que s’il avait fait quelques efforts par le passé, peut-être que sa vie en aurait été littéralement différente. S’il n’avait pas agit comme un enfant trop gâté, il aurait certainement été meilleur. Mais, n’était-ce pas normal pour quelqu’un qui traverse les siècles d’avoir du mal à changer ? Et de rester quelques peu figé dans le passé ? Une pensée indiscrète passa alors dans son esprit et le troubla, qui avait bien pu lui faire trouver ce nouveau point de vue ? Alenxender était bien sur l’un de ces conspirateurs, mais sa rencontre fortuite avec une femme n’avait-elle pas modifié soudainement ses habitudes ? Et André semblait lui aussi apprécier cette nouvelle facette de son maître.
L’aristocrate ferma quelques instants les yeux pendant qu’il se dirigeait avec la jeune femme vers la terrasse, il aurait dû comprendre tout cela plus tôt… Mettant de coté ces réflexions, il se concentra sur cette soirée riche de nouveauté. Peu auparavant, sa compagne lui avait fait comprendre, sans pour autant parler, qu’elle désirait se rendre dehors, certainement pour prendre l’air frais, ou pour se reposer, il y aurait bien moins de bruit quand on se trouvait hors des murs du châtelet et Gaspard se demandait s’il entendrait alors la voix de l’inconnue danseuse que son ami lui avait confiée. Il lui semblait qu’elle était réticente à prendre la parole, à moins qu’elle ne soit pas du genre à beaucoup parler. Muette ? Le Lycan sourit, il commençait vraiment à penser à n’importe quoi. Ils passèrent la porte et se retrouvèrent dehors, face au parc. Elle ne devait pas être muette, peut-être seulement intimidée. Brusquement l’aristocrate se demanda s’il ne faisait pas peur à la jeune femme, mais en regardant vers la demoiselle, il vit qu’elle souriait, comme elle ne l’avait pas encore fait depuis leur ressente connaissance. Cependant, cette expression disparut plus vite qu’il ne l’aurait souhaité.
L’aristocrate ne prit pas la peine de demander à l’inconnue si elle voulait marcher un peu en sa compagnie, il n’aurait pas laissé cette femme se promener seule dans le grand jardin, même s’il ignorait encore son identité, il ne voulait pas qu’il lui arrive un quelconque malheur. Le couple qu’ils formaient se dirigea donc vers les escaliers de pierres qui allaient les mener à hauteur de la cour et des jardins. Gaspard prit soin de ne pas se déplacer trop vite dans la pénombre, car même éclairés par les torches, les escaliers pouvaient être traitres. Arrivés en bas, il fit un sourire qui se voulait sympathique et admira tout ce que Alexender avait mit en œuvre pour rendre accessibles quelques promenades, tous les vingt mètres environ, se trouvait une source de lumière, qui permettait à ceux qui le désiraient de trouver un endroit plus calme que les salles du château pour vaquer à leurs occupations respectives.
Le Lycan marcha vers une allée ou s’élevaient de chaque côté des fleurs, qui créaient certainement à la lumière du jour un somptueux sol coloré. Après quelques minutes de marche, et quelques détours à gauche et à droite, il dit, pour créer un sans blanc de conversation :


- Quand vous commencerez à avoir froid, faites-le moi savoir et nous rentrerons.

Si elle ne désirait pas discuter, Gaspard ne voyait pas grand intérêt à lui délier la langue, mais il ne pouvait pas taire les simples règles de la bienséance, un aristocrate de sa trempe ne pouvait oublier de faire en sorte que les Dames se sentent à leur aise en sa compagnie. Lui-même n’avait rien à dire. Rien ne lui venait à l’esprit. Pas à pas, en silence et tranquillement, ils arrivèrent non loin du lac qui appartenait au Jeune Ravellow. La vue était comme tirée d’une peinture du classicisme, plus belle encore. Par-dessus la partie du lac la moins large, plus loin sur leur droite, se dressait un pont de bois et tout autour de ce plan d’eau se dessinait un sentier en gravier blanc, bordé par des arbres plus ou moins imposants. L’eau ondulait au grès du vent qui venait la frôler, de-ci de-là étaient nés des nénuphars, malheureusement le Lycanthrope ne put distinguer aucune de leur fleur.
Curieux de voir le pont de plus près, dont il n’apercevait que les contours flous, l’aristocrate s’en approcha aux bras de sa compagne. Cependant il y avait là-bas moins de lumière, comme si on avait désiré que personne ne tente de s’y rendre. Après tout il était dangereux de se promener si près de la berge durant la nuit. Peu à peu, ses yeux s’habituèrent à la pénombre et il distingua un banc situé sous un saule pleureur, jouxtant le pont. Cet arbre était celui qu’il préférait, il aimait ces branches souples qui tombaient vers le sol, en plus il vivait rarement loin de l’eau et ces deux éléments créaient toujours une scène que Gaspard appréciait, sans trop savoir pourquoi.


- Voulez vous vous reposer ? Proposa-il en désignant le banc. Cela fait déjà un certain temps que nous marchons, surtout que nous sortons à peine d’une danse.

Il regarda la jeune femme et dans cette obscure clarté qui tombait des étoiles, il ne put s'empêcher de la comparer à Julia, Julia qui hantait ses rêves même en plein jour. Il lui trouvait le même maintient, d'ailleurs il aurait parié quelles avaient toutes deux la même taille... Et pourtant elle ne pouvait être ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Nombre de messages : 379
Date d'inscription : 11/03/2008
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Dim 11 Jan - 10:11

La belle inconnue venait d'accepter de l'accompagner pour aller danser. Alexender était ravi d'avoir trouvé une aussi jolie personne pour remplacer Julia à son bras. La robe pourpre de sa nouvelle cavalière lui seyait à merveille et il ne se retint pas de lui dire tandis qu'il lui tendait le bras courtoisement en inclinant légèrement la tête.

- Votre habit doit être l'un des plus beaux de la soirée...vous portez cette robe avec tant de grâce!

Il se pencha vers son oreille et souffla avec un sourire:

- Et puis j'adore le rouge...

Maintenant qu'il y songeait, c'était bien vrai: n'était-ce pas une robe rouge et blanche qu'il avait choisit pour Julia? Après tout même s'il l'avait invitée pour Gaspard (et accessoirement pour en boucher un coin aux aristocrates en osant leur présenter une bourgeoise), il l'avait vêtue à son goût.
Prenant garde de ne toucher personne avec le fourreau contenant son katana et qui dépassait un peu de sa cape noir et or, il emmena sa belle vers la piste de danse. Ils attendirent quelques secondes que la musique reprenne sur une nouvelle mélodie et il ne leur fallu que quelques pas pour se retrouver au milieu des danseurs. Une main sur la hanche de sa cavalière, l'autre dans sa main, ils entamèrent une magnifique valse.
Alexender ne perdit pas de temps, il voulait découvrir qui se cachait derrière ce joli masque et discuter un peu. Aussi il entama la conversation tout en commençant à faire tourner la belle, aller en avant, en arrière, à droite, à gauche, sans jamais percuter d'autre convives, dans une harmonie calculée et un entrain fort sympathique.


- J'espère que ce genre de danse vous convient, si vous voulez autre chose je n'ai qu'un signe à faire aux musiciens et ils jouerons selon vos propres désirs, qui seront les miens!
Ha oui et n'hésitez pas à me le dire si vous voulez quitter la danse pour aller manger un morceau ou aller se poser tranquillement pour discuter autour d'un verre de bon vin français ou encore pour aller se promener! Je suis tout ouvert!


La clarté des yeux de la belle impressionnait le hunter: même les yeux de Julia qui étaient d'un bleu éclatant n'égalait pas ceux-là. Alexender regardait toujours dans les yeux sa cavalière par convention parce qu'il lui parlait mais également par plaisir.

- Que préférez-vous dans la musique très chère? Vos goûts m'intéressent.

Il n'allait pas commencer la discussion en lui demandant aussitôt qui elle était, cela ne se faisait pas. Alexendr préférait commencer sur des choses banales et profiter de sa présence plutôt que de risquer de la faire s'enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Nombre de messages : 629
Date d'inscription : 29/12/2007
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Dim 11 Jan - 19:26

Sarah se sentis flatté du commentaire de son partenaire et rougit une fois de plus. En effet elle avait choisis cette robe uniquement pour la couleur mais plus précisément pour l’antique masque que l’aristocrate avait découvert dans une très veille boutique dans Soho et Trafalgar Square et qui seyait merveilleusement au vêtement. Aussitôt qu’elle avait posé les yeux sur les reflets noir et pourpre de l’objet elle en avait été hypnotisée. Élégant et raffinée le masque dégageait un éclat sombre et mystérieux qui allait parfaitement avec la personnalité que la jeune aristocrate dégageait. L’affaire avait été conclue et pour quelque pièce le masque avait changé de propriétaire.

Alexander l’entraina sur la piste de danse et après quelque instant partit une valse. Remerciant le ciel que sa mère aie absolument tenue à lui apprendre à danser lorsqu’elle était jeune, la chasseuse suivait les mouvements de son partenaire avec grâce et légèreté sans jamais se tromper. Rapidement les deux danseurs se retrouvèrent au milieu de la piste. Un étrange sourire ne quittait plus les lèvres de la jeune femme qui semblait s’amuser pour une rare fois. La magicienne tourna sur elle-même faisant virevolter des reflets pourpres et noir dans son sillage.


- J'espère que ce genre de danse vous convient, si vous voulez autre chose je n'ai qu'un signe à faire aux musiciens et ils jouerons selon vos propres désirs, qui seront les miens!
Ha oui et n'hésitez pas à me le dire si vous voulez quitter la danse pour aller manger un morceau ou aller se poser tranquillement pour discuter autour d'un verre de bon vin français ou encore pour aller se promener! Je suis tout ouvert!


L’aristocrate éclata d’un rire cristallin. Le jeune homme avait un petit quelque chose qui faisait sentir Sarah plus légère, plus joyeuse. Comme si sa seule présence faisait retirer la nuit noire qui planait en temps normal sur l’esprit et l’âme de la chasseuse. Gardant ses yeux plongés dans ceux d’Alexander, la jeune Spencer souri.

-Pourquoi changer de danse? Danser signifie bouger et non pas dormir entre les pas!

Nouveau rire. Décidément cela commençait à être une manie chez la jeune femme. En parlant elle avait faite allusion au nombreuse valse qui était si lente qu’ont pouvais voir tout les danseurs un à la fois sans vraiment les chercher des yeux. Le tempérament dynamique de Sarah lui faisait apprécier les danses plus mouvementé et celle-ci lui convenait parfaitement. Par la suite son partenaire lui demanda ses goûts musicaux. Réfléchissant rapidement la magicienne resta indécise. Tout dépendait des moments. Après quelque seconde la jeune femme répondit d’une voix posé et enjoué.

-Tout dépend du moment. Autant les opéras qu’autre. J’apprécie toute les musiques et le meilleur endroit pour entendre des exclusivités si vous voulez mon opinion est bien le Spirit.

En haute société rare était les gens qui se rendait dans le petit salon si ce n’étais des artistes. Tout les soirs de nouvel musique, pièces et pensée était émise dans un décor coloré et jovial.

Tournoyant de nouveau, la chasseuse fit un pas plus grand que nécessaire et se retrouva presque collé contre son partenaire tandis que son nez frôlait celui du jeune homme. Rougissant subitement, l’aristocrate bafouilla une excuse avant de s’éloigner d’un pas gracieux restant ainsi dans les mouvements de la danse. Les joues toujours aussi empreinte de timidité soudaine, la magicienne décida de changer de sujet pour écarter rapidement se moment de gêne.


-Et dans votre cas? Quels gouts musicaux peuvent bien plaire à un danseur chevronné comme vous?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Nombre de messages : 1726
Date d'inscription : 01/11/2007
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Dim 11 Jan - 22:24

Le Comte se sentait soudainement léger. Ilsa dans les bras, il s'adonnait à une de ses activités favorites: la danse. Que ce soit avec une belle inconnue, future victime de sa soif, qu'il enchaînait ses pas ou bien pour sa compagne, il éprouvait une douce sensation. Il était vrai qu'avec Ilsa c'était tout de même radicalement différent dans le sens où il n'avait pas le droit de la mordre (si l'on considère qu'un Vampire a le droit de mordre un Humain), et il btiendrait autre chose d'elle, un plaisir charnel oublié, un plaisir différent certes mais assez crémeux pour qu'il ai l'eau à la bouche...

- Oui nous lui laisserons une chambre, dit-il en parlant d'Alexender, mais les autres seront à nous!

Un sourire amusé fendit joyeusement son visage et une lueur perverse traversa ses yeux brumeux.
Ils dansèrent et la conversation continua tranquillement. Il évoca Sarah, l'oublia aussitôt et écouta Ilsa lui raconter sa nuit de folie.


- Tss Tss Tss, fit-il avait un air faussement sévère, voyons voyons, cela ne se fait point...Voudrais-tu donc nous faire passer pour des monstres? Hahaha! Pendu...Qu'elle drôle d'idée...C'est amusant ma fois...

Le Comte ne jugeait en rien Ilsa sur ce qu'elle avait fait: pour lui cela était normal, presque banal quoique cela révélait en sa compagne un besoin de violence qu'il ne lui trouvait pas commun. Lui aurait tué les trois humains en même temps après quelques tortures et cela le regarderait mais Ilsa n'avait pas pour habitude de terroriser ces pauvres créatures, elle les respectait plus que lui, cela était certain.

- Mhh mais c'est qu'elle mordrait maintenant...hum? fit-il en s'approchant de son cou pour la mordiller rapidement en évitant que l'on ne les regarde. Grrrr, j'aurais aimé être avec toi ce soir-là! Comme tous les soirs...

Blanc, Mauve, Argent, Noir; toutes les couleurs qui composaient leur couple se mariaient dans une harmonieuse ritournelle qu'ils semblaient avoir apprit par coeur pendant des années dans un salon privé loin des regards. Leurs yeux se fixaient toujours et leurs paroles coulaient de leur lèvres comme du miel coule d'une ruche éventrée, c'est à dire avec une agréable volupté et ce petit quelque chose d'attirant qui fait presque sentir le sucre sur la langue avant d'avoir goûté à ce nectar quasiment déifié.

Seulement, si les Vampires avaient cette capacité à rendre suaves chacun de leurs mots et chacun de leurs gestes, ils n'en restaient pas moins versatiles dans leur comportement, surtout certains...
Aussi, si le Comte avait sourit aux sous-entendus d'Ilsa, et avait presque rit de sa remarque sur les chambres de leur hôte, s'il avait accepté son petit écart de conduite (qu'il n'appelait certainement pas ainsi) et ne le prenait pas pour de la folie en faisant semblant de la réprimander avec humour; le fait qu'elle lui retourne sa dernière question lui défigura sa mine joyeuse. Il faillit même arrêter la danse sur le coup mais il se reprit aussitôt. L'air sombre, presque coléreux, il soupira:


- Je n'ai pas profité de la dernière pleine lune comme je l'aurait souhaité...J'ai perdu quelques imbéciles dans une chasse aux Loups et puis je suis resté enfermé sous l'Opéra trop longtemps pour être aujourd'hui aussi gai que je le voudrais...

Jirômaru ne semblait pas en dire d'avantage mais c'était flagrant qu'il avait passé de très mauvais moments depuis leur dernière rencontre. Dans le ton de sa voix, on sentait qu'il s'était "bouffé la santé" en le sachant pour des raisons plus ou moins ignorées de lui-même.

- Mais ce soir nous allons laisser de côté tout nos petits soucis, n'est-ce pas? fit-il en souriant de manière un peu forcée à sa compagne pour lui faire comprendre que le sujet était à éviter comme celui de sa mélancolie passagère. Chacun avait ses propres sombres pensées et cette soirée allait les taire pour leur bien.
Alors? Je danse toujours aussi bien?
Un petit rire sincère sortit de la bouche du Comte.


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Nombre de messages : 379
Date d'inscription : 11/03/2008
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41] Mer 14 Jan - 18:13

Le rythme, l'entrain et le joli sourire de Sarah ne pouvaient que plaire à Alexender. Tous les deux, ils formaient un couple dynamique et joyeux qui se voulait plaisant aux yeux des autres et pour eux-mêmes. Avec un sourcil levé, le Hunter répondit à la dernière réplique de sa cavalière:

- Chevronné? fit-il avec un petit rire sincère. Du moment que c'est à votre goût, je veux bien être ce que vous voulez!

Il rit le regard amusé et surtout...coquin (il ne perdrait certainement pas ses habitudes dans son propre domaine et à son propre bal), puis il continua sur un ton beaucoup plus sérieux mais restant dans la pure gaieté:

- Vous allez donc au Spirit? Très bon salon si vous voulez mon avis! Je m'y rend de temps à autre mais il est vrai que je fréquente plutôt le Pall Mall, qui est à proximité de mon châtelet, mais surtout je me rends régulièrement au salon de Fitzrovia exposer mes pensées à des amis.
Pour ce qui est de la musique, j'aime particulièrement l'Opéra même si je n'ai guère le temps de m'y poser...


La danse s'arrêta bientôt et après une courbette devant Sarah, il l'invita pour la valse suivante. Etrangement (ou naturellement), il serra un peu plus Sarah au niveau de sa taille qu'il trouvait menue comme il fallait et se rapprocha un peu d'elle.

- Mais dites-moi...qui se cache derrière ce joli masque? Hum...Je ne reconnait pas...J'invite tellement de monde en plus...

Cherchant dans les yeux de Sarah un détail qui pourrait éventuellement lui rappeler le nom d'une personne, Alexender était tout sourire: c'était ça le jeu des bal "masqués"! Le mystère, la dissimulation, la surprise! C'était ça qu'il aimait dans ce genre de réception: l'aspect un peu libertin et osé qu'imposait le port du masque et les dentelles! Il aimait ce jeu!
Aussi il se rapprocha encore un peu de Sarah.


- Voyons voir...non...
Ha peut-être...non...elle n'a pas les même yeux...


Dans ce genre de soirée, c'était très difficile de reconnaitre quelqu'un et en général, à part quelques habitués ou amis proches, on ne reconnaissait personne, encore fallait-il les connaitre déjà au départ puisqu'on invitait tellement de monde pour leur nom ou leur titre que la moitié des invités étaient là pour la fête sans pour autant connaitre eux-même leur hôte si ce n'est que de réputation.
Le cas de cette jolie fleur semblait être le dernier: une inconnue titrée, invitée pour s'amuser et venir grossir les rangs des convives.


- Non je ne crois pas vous avoir déjà invitée à une danse...aiguillez-moi donc je vous en prie! fit-il en riant. Une si jolie fleur...ce serait malheureux de ne pas apprendre son prénom!

Soudain, sans prévenir, un accro survint: un petite chainette en argent se raccrocha à la cape de Sarah. Jusqu'à présent invisible dans une poche arrière gauche de son pantalon, elle venait de sortir des plis du costume d'Alexender et de lui jouer un tour. Il arrêta aussitôt leur pas de danse.

- Attendez! Ho pardonnez-moi! fit-il en mettant un genoux à terre devant Sarah pour déccrocher avec minutie la chainette de sa cape. Je ne voudrait pas abîmer aussi joli vêtement que le vôtre!

La chainette sortait depuis sa poche pour former un arc de cercle et revenir dans la poche comme celle d'une montre à gousset en plus épaisse: c'était sûrement un des anneaux mal fermés qui avait raccroché le tissu.
Une fois la tâche rapidement accomplie, Alexender se releva, rangea la chainette vite-fait dans la poche de son pantalon, remit sa lourde cape devant et fit un baise-main à Sarah.


- Pardonnez-moi encore...Il détacha son regard des beaux yeux azurés de sa partenaire et regarda autour de lui. Vous venez, fit-il en ramenant son regard vers Sarah, allons donc nous restaurer un petit peu. Cet incident m'a donné faim!

Evidemment, c'était une dernière remarque amusante et non sérieuse.

Intérieurement, Alexender était un peu perdu: bien entendu, comme d'habitude il était gêné avec ça...mais il ne pouvait s'en passer même en soirée...et même si c'était dangereux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41]

Revenir en haut Aller en bas

Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un bal masqué des plus attendus [Aristocrates + Julia] [27/09/41]» Se moquer de la tête du Grand Méchant Masqué» [EVENEMENT] Bal masqué de Serpentard» [Flashback 2012] Bal masqué de la Saint Valentin. [Anja & Lauren]» Julia Rubine Brunstood (Serdaigle)
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Piccadilly et St James's :: Pall Mall :: Châtelet du Céans-