L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un pétale pour un masque [Fawkes, Azami] [05/03/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Azami Monoko
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 12/03/2010
Nombre de messages : 29
Race : Humaine
Classe sociale : Aucune. Azami est riche mais n'a aucun titre.
Emploi/loisirs : Prostituée, teneuse d'une fumerie à Chinatown. Empoisonneuse.
Age : 31 ans
Proie(s) : L'argent. Le désir. L'amour.
MessageSujet: Un pétale pour un masque [Fawkes, Azami] [05/03/42] Dim 11 Avr - 22:02

[HRP/ Fawkes et moi-même, revenant de Trafalgar Square, "Réflexion nocturne"/HRP]

Azami et Fawkes arrivèrent très vite à Chinatown grâce aux ruelles et aux ponts de Londres qui se croisaient et évitaient de perdre du temps à contourner le fleuve. Au bras de l'homme masqué dont la cape frôlait avec magnificence les pavées des rues, la jeune prostituée se sentait bien, en sécurité et agréablement accompagnée, et pourtant elle était aussi un peu effrayé par le mystère qui planait autour de cet homme au visage inconnu et aux vêtements sombres. La curiosité, le goût du risque et surtout l'intrigue quelque peu perverse de la belle l'avait conduit à s'en approcher sur ce banc à Trafalgar Square et à lui parler. Le charmant et tombant elle-même sous le charme de ce beau personnage, Azami avait accepté de se faire raccompagner par lui jusqu'à chez elle. Seulement Fawkes ignorait que ce qu'elle appelait "chez elle" était en réalité un squat luxueux sous un bar, une fumerie d'opium et surtout un lieu de plaisir où elle se vendait aux hommes à des prix exorbitants...

Jusqu'ici le chemin qu'ils avaient prit avait été calme et éclairé mis à part quelques lieux d'ombre où Azami s'était un peu crispée. Ils n'avaient croisé que peu de personnes: quelques ouvriers saouls, deux catins, quelques bourgeois endimanchés dans les rues proches des salons mais finalement aucun badaud ne leur faisant obstacle ou nuisant à leurs pas tranquilles mais rythmés.

Ils n'avaient pas beaucoup parlé mais Azami avait tout de même évoqué à son cavalier ses origines. Elle lui avait dit qu'elle était née au Japon il y avait de cela 26 ans et qu'elle n'était pas mal ici à Londres où elle s'était fait quelques "amis". Évidemment elle resta dans le vague par précaution mais aussi par malignité et elle se tint bien de révéler son métier ainsi que ses motivations. Elle tenta de le faire parler un peu de lui mais elle avait prévu de l'aborder de manière plus douce et tranquille chez elle. Aussi lui demanda-t-elle simplement s'il résidait à Londres sans chercher à savoir où exactement puisque Fawkes semblait vouloir rester anonyme.

Arrivés à Chinatown, l'ambiance du quartier se fit moins discrète. Il y avait beaucoup de groupes de gens occupés à discuter, tous typés, petits et malicieux dans le regard. Ils étaient pauvres aux vues de leurs vêtements en lambeaux mais aussi ivres morts dans les rigoles, braillards et rieurs, mangeant tous ensemble dans des bols éméchés. C'était une de ces ambiances mal famées où pourtant l'on a l'impression d'être entré dans une grande famille aux airs festifs. Les lumières étaient plus tamisées, beaucoup de petits lampions rouges étaient pendus entre les maisons et des draps ocre pendaient entre eux. On aurait dit que la rue, pourtant très étroite, regorgeait de choses et d'autres, comme dans un marché, et cela même malgré la nuit. Il devait être près de 2h du matin lorsque Fawkes et Azami pénétrèrent dans ce quartier.
Lorsqu'ils passaient dans la rue, les gens s'écartaient par bonne humeur et la nonchalance de l'inattention, mais surtout à cause du masque de Fawkes et Azami que beaucoup connaissaient. Ils la saluaient de loin en baissant vite fait la tête en signe de politesse, Azami leur répondait de la même manière muette mais courtoise.
Ils ne furent pas beaucoup bousculés même s'ils durent éviter quelques personnes assises par terre ou qui déambulaient sans conscience réelle.

Enfin ils arrivèrent devant un bar à l'enseigne penchante et dont la porte ouverte laissait entendre le vacarme des soiffards avides de blagues et de hauts faits.


- Nous y voilà. J'habite sous ce bar...fit Azami en fixant le lieu avec un air de tristesse dans les yeux. Vous...Vous m'accompagnez jusque dans mes appartements?

Azami faisait l'innocente et l'effrayée, comme si la présence de Fawkes la rassurait pour entrer dans ce bar où elle était presque propriétaire et où on la respectait pour son argent et ses formes.

- Si on entre discrètement, ils ne nous regarderons pas,fit-elle en s'agrippant au bras de Fawkes un peu plus. Chez moi c'est par une petite porte de bois, à l'intérieur sur la droite, après il faut descendre un escalier fort sombre qui va très loin sous le bar, d'environ un étage, ça évite le bruit.

La belle savait très bien ce qu'elle faisait. En effet ses appartements étaient profonds sous le bar et étaient bien isolés, mais cela était voulu et quel luxe une fois entré dedans!
Et elle savait aussi qu'une fois entrée dans le bar les habitués allaient poliment l'ignorer dans son trafic et allaient se gausser derrière en l'imaginant sous leurs pieds avec cet inconnu masqué!
Azami jouait la frêle jeune femme qui n'avait pas d'autre endroit où aller...pour l'instant.


Dernière édition par Azami le Sam 1 Mai - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un pétale pour un masque [Fawkes, Azami] [05/03/42] Jeu 22 Avr - 12:23

Après une marche posée agrémentée plutôt de regards croisés que de discussions courtoises, Fawkes venait d'atteindre Chinatown, Azami accrochée à son bras.
Au cours de leur cheminement, la belle lui avait conté ses origines et évoqué quelques bribes de sa vie. Fawkes tenta de lui rendre la pareil mais tout en gardant de la distance du au secret masquant sa personne. Il lui raconta qu'auparavant il dirigeait un pénitencier en Australie en temps que colonel de l'armée britannique, et que certains évènement tragiques l'on amené à tout quitter et à vivre dans l'ombre de Londres. Il lui expliqua aussi qu'il vivait seul et que la folie des hommes et la peste noir lui avaient pris tout ce qu'il possédait comme famille.

Au bout de quelques minutes de déambulation, les marcheurs atteignirent Chinatown, un quartier que Fawkes n'avait encore jamais exploré.
Malgré l'heure tardive, il pouvait y apercevoir bon nombre de résidant encore présents dans les rues à discuter. Les ruelles était très animées et colorées comme si la nuit de venait pas les endormir. Beaucoup de décoration: bannières, draperies, lampions, ornaient les murs et traversaient la rue. On pouvait penser qu'un tel ornement était sortit pour une occasion, mais l'on voyait bien que c'était le visage permanent de ce quartier.

Au terme de leur trajet, Azami stoppa la marche devant un bar à l'écriteau incliner, une partie de celui-ci était décroché du mur d'enceinte mais cela n'empêchait pas de lire son intitulé. La jeune japonaise résidait donc à '' l'Antre des Anges ''. Fawkes pensa que le nom reflétait bien le visage angélique de sa locataire, restait à savoir ce que renfermait son antre!
Ce qui était certain c'est que c'était bien un bar! La porte entrouverte, on discernait bien le tapage provoqué par les, sans doute, ivres habitués.
L'homme se demanda comment une jeune femme si belle et surtout d'apparence si fragile pouvait vivre dans cette simili cambuse!

Azami confirma d'un air maussade qu'elle résidait bien ici, puis, elle demanda à l'homme si il avait l'intention de l'accompagner jusque dans ses appartements. Elle semblait effrayée par le bruit des soiffards et la présence de Fawkes devait être réconfortante. Fawkes se sentit heureux que son objectif de protecteur soit rempli, et il était certain qu'il ne laisserai pas la frêle Azami à l'emprise d'une horde de dipsomanes en rut!
Elle tenta de convaincre Fawkes déjà assuré de l'accompagner. Elle expliqua la disposition du bar et la façon dont elle atteignait sa porte en esquivant les regards des ivrognes pour atteindre sa apparemment calme tanière.

Fawkes pris délicatement de sa main droite la main gauche d'Azami et se mit devant la porte de l'Antre sur laquelle il appliqua son autre maint ganté.


-Chère demoiselle, il est évident que je vous conduise jusqu'à vos appartements. J'ai souhaité vous escorter afin de vous éviter des troubles et il me semble que le plus dur reste à venir. Je vais ouvrir cette porte et me diriger vers la petite porte en bois sur la droite. une fois derrière celle-ci je vous laisserai me guider jusqu'à votre logis afin de m'assurer que vous soyez bien en sécurité.

Fawkes raffolait de rendre service à la gente féminine. Et Azami qui semblait dans ce besoin correspondait parfaitement aux attentes de Fawkes, charmé par sa beauté. Cela lui rappelai les heures anciennes ou il flânait dans les salons à servir ses dames et à gouter de leur charmes.

L'homme masqué poussa la porte et entra rapidement dans l'Antre en dirigeant immédiatement son regard sur la droite pour trouver la porte qu'il remarqua aussitôt. Il avança assuré tenant Azami par la main et arriva vite devant la petite porte qu'il ouvrit et referma dés l'instant où Azami l'avait franchi.
Il se stoppa un instant derrière la porte quelques peu troublé. Traversé le bar en étant masqué n'avait pas été une sensation agréable pour Fawkes. Il avait sentit bon nombre de regards s'attarder sur lui du à son accoutrement. Il revêtait ce dernier pour passer inaperçu la nuit. Il ne pensai pas rentrer un soir dans un bar bondé ainsi vêtu. Quelle était la bonne solution pour que les yeux du monde ne voient pas qu'il était vampire? Le masque est il la bonne réponse? Il en doutait toujours.
Il releva la tête et plongea ses yeux dans ceux d'Azami.


-Vous voila hors de porté de cette foule de barbares. Il renversa sa main pour passer celle d'Azami au dessu de la sienne afin de lui montrer qu'elle décidait maintenant de leurs mouvements.A vous de me montrer la suite du chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Azami Monoko
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 12/03/2010
Nombre de messages : 29
Race : Humaine
Classe sociale : Aucune. Azami est riche mais n'a aucun titre.
Emploi/loisirs : Prostituée, teneuse d'une fumerie à Chinatown. Empoisonneuse.
Age : 31 ans
Proie(s) : L'argent. Le désir. L'amour.
MessageSujet: Re: Un pétale pour un masque [Fawkes, Azami] [05/03/42] Sam 1 Mai - 16:18

Comme Azami l'avait prévu, Fawkes la suivit dans son repaire...

Une fois que l'homme masqué l'eut conduite directement dans le bar, et qu'ils aient franchit la porte en bois indiquée, Azami et lui se retrouvèrent dans un long couloir gris et sans autre source de luminosité qu'une série de deux torches de chaque côté du mur, fixées à intervalles réguliers. Le feu oscillait, projetant l'ombre du couple sur les pierres froides. Derrière la porte que Fawkes venait de refermer sur eux, on entendait encore les rires et les conversations des habitués du bar qui s'exclamaient sur leurs histoires avinées. Il faisait froid et rien ne donnait envie de rester dans ce lieu sordide.

Accrochée au bras de Fawkes, Azami fit une petite pression et embrassa en esquisse une de ses joues de porcelaines.


- Merci, vous êtes bien aimable...murmura-t-elle.

L'homme avait eu la bonne intention d'inverser les rôles sociaux en changeant sa main de position dominante à dominée. Azami devait lui montrer la suite, c'était désormais son domaine.


- Il faut descendre encore, dit-elle d'une voix douce et innocente tout en marchant.

Le couloir s'inclinait et tournait un peu. Le couple s'enfonça ainsi pendant quelques minutes et le brouhaha du bar ne devint plus qu'un mauvais souvenir. Les murs étaient épais et l'on voyait venir d'en bas une étrange lumière aux tons chaleureux. Bientôt, ils se retrouvèrent devant un rideau fort épais, cousu de fils rouges et or. Azami écarta cette porte imaginaire d'un revers gracieux de la main et entraîna Fawkes avec elle dans une pièce qui ressemblait à une anti-chambre. Elle était carrée, de petite surface et surtout tapissée agréablement de mille et une tentures chatoyantes. Pleins de poufs et de sièges étaient posés-là, confortables, devant de petites tables basse. Quelques vases asiatiques ornaient le tout perchés sur de petites colonnades ouvragées.
Azami sourit intérieurement: la chaleur du lieu contrastait tellement avec le couloir et les rues sombres de Londres qu'il était forcément impossible de ne pas s'y sentir à l'aise.


- Venez, fit-elle à Fawkes en le menant toujours par la main pour éviter qu'il ne s'attarde trop et veuille faire demi-tour. Vous aimez le thé?

La jeune japonaise poussa une porte imperceptible derrière une tenture et montra ainsi à Fawkes un nouveau couloir. Celui-ci était dépourvu de tenture mais le sol était couvert d'une sorte de tapis souple et moelleux. Le long des murs se tenaient quelques bougies au milieux de torches et des fresques ornaient les parois leur donnant un petit quelque chose d'oriental à la fois et d'Antique. Les scènes représentées étaient toutes sur le même thème: l'orgie, la musique...les festivités. Elles mélangeait les esquisses japonaises et les peintures Grecques, ce qui était étrange en soit pour celui qui s'y connaissait en art.
Sans laisser le temps à Fawkes de se questionner plus que cela, Azami anticipa:


- Excusez-moi pour le décors, j'aime beaucoup ces fresques même si elles ne sont pas forcément du goût de tout le monde...

Azami avait été relativement maligne pour cacher jusqu'ici son identité. Elle venait d'éviter de passer par la pièce principale de sa fumerie afin d'éviter que l'homme ne commence à avoir trop de doute. Ainsi il n'avait pas vu les lits, les plumes, les draps et les voiles au milieux des bijoux et des éventails. Il n'avait pas vu les vases contenant l'opium, ni les plateaux de raisins et les jarres de vin. Tout cet univers débauché qui lui servait de repaire, de lieu de jeux et de revenu, elle avait réussit à l'esquiver, et cela était prévu. Aujourd'hui ses filles n'étaient pas là, c'était leur jour de repos. Ces jeunes prostituées sous sa tutelle avaient aussi leur vie à côté, Azami y veillait.

Au bout du couloir se trouvait une ultime porte avant son lieu de repos et sa véritable maison. C'était une porte de bois bardée de fer à l'aspect pourtant doux et léger grâce aux draperies qui la recouvraient. Une fois devant, Azami sortit une petite clé de son kimono après avoir lâché la main de Fawkes et lui avoir jeté un regard amical. Une fois la porte ouverte, elle l'invita à entrer de la main.


- Allons, entrez, mettez-vous à l'aise, je vous dois bien un peu de thé...

La nouvelle pièce était rectangulaire mais partout des tentures, des meubles et des draperies cassaient cet effet d'angle. C'était une sorte de boudoir, avec un coin penderie caché par plusieurs paravents aux motifs orientaux de fleurs de cerisiers et d'oiseaux. Une table basse et des poufs servaient de lieu de repas, et plus loin, au fond de la pièce, trônait un lit en baldaquin. Partout des meubles et des vases orientaux, des objets typiques et des lampions, des symboles, des dragons en bois et en papier, de la calligraphie et des éventails...Tout un univers fait de grâce et de mollesse attrayante. Des parfums se mêlaient, l'encens brûlait, les torches et les bougies rendaient le lieu chaleureux et tout semblait fait pour que l'on s'assoupisse en rêvant.

Azami s'éloigna de l'homme masqué à pas souples. Elle laissa glisser son long manteau sur ses épaules puis l'accrocha à un porte manteau de bois noir et lisse.


- Vous pouvez vous soulager de votre chapeau et de votre cape, comme je viens de le faire, dit-elle tandis que seul son kimono rouge cachait son corps de femme, largement soupçonné sous le tissus travaillé.

- Alors, que voulez-vous? demanda-t-elle en revenant vers Fawkes. Je peux vous proposer autre chose que de cette boisson anglaise si vous le désirez...j'ai quelques boissons asiatiques qui viennent de mon pays et qui pourraient vous plaire...

L'air innocent de la jeune femme ne dissimulait pas la lueur de confort qui venait de l'envahir. Ses iris noisettes tentaient de trouver sous le masque l'océan de ceux de Fawkes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un pétale pour un masque [Fawkes, Azami] [05/03/42] Mar 4 Mai - 13:54

Azami avait accepté de retourner sa main afin de guider Fawkes vers chez elle. Elle le guida alors dans son repaire, et quel repaire!
Jamais Fawkes ne se serait attendu à tel luxe! L'appartement d'Azami était très vaste: des couloirs ornés de rideau et tapis, des tableaux qui tapissaient les murs accompagnés de torches.
La jeune japonaise invita Fawkes à boire un thé et s'excusa pour la présentation de son logis. Fawkes pensa qu'elle n'avait pas à s'excuser de la sorte, la décoration était somptueuse et inattendue pour une jeune femme qui ne paraissait pas vivre dans un tel confort.

Arrivée devant une grande porte en bois, Azami lâcha la main de Fawkes pour l'ouvrir d'une petite clé dissimulée dans ses vêtements et invita l'homme à entrer.
Cette pièce était à l'évidence la chambre d'Azami. un lit à baldaquin s'y dressait ainsi que plusieurs paravents et poufs. La décoration n'était pas sans rappeler les origines de la jeune femme, des fleurs de son pays et des calligraphies typées ornaient les murs et le mobilier.

La jeune femme retira son long manteau et invita l'homme à faire de même. pour accompagner cette offre, elle réitéra sa proposition de lui offrir un thé ou autre boisson japonaise.


-Je prendrai avec joie un de vos meilleurs thés jeune demoiselle. répondit Fawkes. Eh bien, lorsque vous me parliez de votre appartement je ne m'attendais pas à quelque chose de si... jolie. compléta Fawkes pour essayer de rester délicat. Il est évident qu'il ne s'attendait pas à quelque chose de si riche mais ne prononça pas ses mots afin de ne pas choquer la jeune japonaise.

Fawkes se dirigea ensuite vers le même porte manteau d'ébène qu'Azami utilisa pour retirer son manteau. Il défit sa cape et l'apposa sur un des portes manteau et rajouta par dessus son volumineux chapeau.

Que devait il faire maintenant? Il était descendu ici pour escorter la jolie jeune femme qu'il sentait en danger, mais elle était apparemment dans un appartement de tout confort. De plus, il était évident qu'il n'avait pas tout visité.

Certes il était auparavant un habitué des salons où il aimait charmer les femmes. Mais depuis sa transformation en Australie, il se cachait derrière un masque afin de caché sa véritable nature qui était maintenant d'être un vampire. Le masque lui permettait donc de passer toujours pour une sorte de gentleman charmeur.
Mais que voulais il aujourd'hui. Se cacher mais à quoi bon? Il ne voulait plus de cette ancienne vie où il utilisait la débauche pour passer son temps et oublier ses malheurs. Il avait pris tellement de ces mauvaises habitudes qu'une éventuelle rechute était possible. Mais ce n'est pas ce qu'il souhaitait. Il est bien trop occupé par sa nouvelle situation pour s'amuser dans les salons, et même si les charmes d'Azami étaient attracteurs, il ne devait pas en profiter, ce n'est qu'une attitude malsaine qu'il doit fuir.
Le masque le corrompt, il doit trouver une véritable compagne, une guerrière à ses cotés, quelqu'un qui acceptera sa vraie nature et l'aidera à combattre le mal sur Terre. Fuire les salons et exterminer les vampires: voila les objectifs de Fawkes, et cela ne sera possible que lorsqu'il tombera le masque et qu'il trouvera quelqu'un pour former un duo d'entraide en acceptant sa situation de vampire.

Il se rappela alors sa rencontre avec la jeune Julia, elle était trop faible pour lutter à ses cotés et le masque l'avait sans doute effrayer.
Suite à cela, le destin avait placé sur sa route la jeune Azami, elle avait tout les attraits d'une femme forte. Peut être le destin avait voulu montrer à Fawkes celle qui lui était vraiment destiné. Peut être était-ce devant elle qu'il devait tomber le masque.

En tout cas il était certain que lorsque Fawkes trouverait cette compagnie qui l'aidera à s'en sortir il n'aurait qu'une envie. Tomber le masque, être lui même et ne plus pêcher afin d'essayer de s'en sortir dans ce monde corrompu.

Il devait mieux connaitre Azami afin de savoir qui elle était. Peut être pourrait elle l'aider. Mais une chose était sur: il ne l'atteindrait pas comme il atteignait les femmes de salons.


-Oui, un thé me semble parfait, j'espère que vous m'accompagnerez dans la dégustation. je n'aime pas boire seul. Pas même du thé. dit Fawkes à Azami en lui déclarant le sourire figé derrière son masque. Désolé pour mon accoutrement mais j'ai lourd sur le cœur. Mais parlez moi plutôt de vous. Comment ce fait-il que vous résidiez dans un tel appartement sous ce bar mal famé?
Revenir en haut Aller en bas
Azami Monoko
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 12/03/2010
Nombre de messages : 29
Race : Humaine
Classe sociale : Aucune. Azami est riche mais n'a aucun titre.
Emploi/loisirs : Prostituée, teneuse d'une fumerie à Chinatown. Empoisonneuse.
Age : 31 ans
Proie(s) : L'argent. Le désir. L'amour.
MessageSujet: Re: Un pétale pour un masque [Fawkes, Azami] [05/03/42] Ven 7 Mai - 0:35

Lorsque Fawkes déposa son manteau noir et son grand chapeau au porte-manteau, Azami ne pu s'empêcher de le détailler du regard. Il était grand et sa carrure ne lui avait pas mentit: Fawkes était un homme fort physiquement et très attrayant pour une femme telle qu'Azami. Il était massif mais on sentait en lui une douce légèreté et une coordination des différentes parties de son corps en totale harmonie, comme cela se trouvait chez certains gentlemen.
Ce qui attira le plus les yeux en amende de la belle Japonaise n'était pourtant pas cela: elle fut surprise de voir qu'en plus de la rapière habituelle des gentlemen Fawkes possédait d'autres armes sur lui dont un fouet rangé sur son côté droit. Azami fit un effort considérable pour fuir cet objet des yeux afin de ne pas paraître trop s'y intéresser et surtout pour ne pas faire ressentir à l'homme masque son soudain trouble. Elle venait de ressentir à la fois la peur et une ardente sensation: qui était donc cet homme? Pourquoi porter une telle arme sur lui? Azami remarque également deux petites gardes de poignards croisés dans son pantalon. Décidément Fawkes était surprenant.

Azami avait déjà remit sa baguette à cheveux dans ces derniers discrètement. A ce moment-là elle ne savait plus que penser mais elle fit mine de n'avoir rien vu et se concentra à nouveau sur son jeu courtois qui virait à l'entretient galant des salons mondains. L'homme masqué répondit à ses demandes qu'il voulait bien un thé. La jeune femme lui sourit et l'invita à s'asseoir sur un pouf de tissus coloré.


- Très bien, du thé...Mais bien sûr, dit-elle en riant lorsqu'il lui demanda de boire avec lui, je ne vous laisserais pas boire seul! Je reviens, asseyez-vous donc, mettez-vous à l'aise, ici nous sommes loin de tout ces badauds avinés là-haut, fit-elle en désignant le plafond pour suggérer les hommes réunis au bar.

Fawkes, qui avait déjà eu une remarque sur ses appartements, lui demanda alors comment une femme comme elle s'était retrouvée dans une aussi riche et improbable demeure. Azami regarda dans le vide une seconde avant de lui répondre. Elle profita de son excuse à propos de son accoutrement pour éviter de se justifier:


- Hé bien, nous avons chacun nos secrets...Le vôtre réside dans ce masque de porcelaine, le mien dans ma demeure.

Sur ce, Azami quitta Fawkes pour se diriger vers le fond de la pièce, à droite du lit à baldaquin et elle disparue derrière une tenture. Lorsqu'elle réapparu quelques minutes plus tard, elle tenait dans ses mains un magnifique plateau d'argent sur lequel trônait une théière japonaise et deux tasses. Elle arriva toute souriante au milieu de la vapeur et des odeurs agréables de la boisson et posa le plateau sur la table basse avant de se baisser gracieusement pour terminer de verser le thé. Elle tendit une tasse à l'homme masqué et pris la sienne avant de s'asseoir gracieusement dans un pouf en face de lui.

Tout en commençant à siroter son thé, Azami, qui ne quittait plus Fawkes des yeux, se délassa un peu. Elle s'enfonça confortablement dans le pouf tout en détendant ses membres. Ses épaules se relâchèrent, son kimono tomba sur l'une d'entre elles et la jeune japonaise croisa ses jambes qui se révélèrent nues.

- Alors comme ça vous étiez colonel britannique? demanda-t-elle pour se renseigner un peu sur l'homme qui était en face d'elle. J'ai rarement eu l'occasion de parler à un militaire, c'est même la première fois. Excusez ma curiosité, mais votre masque cache-t-il une blessure reçue durant votre service?

Azami était consciente que ce genre de question changeait l'atmosphère d'une pièce en instaurant une gêne, même dans une pièce pareillement ornementée pour ne laisser place qu'au désir et à la mollesse. Aussi jugea-t-elle nécessaire de sourire et d'ajouter avec une petite mine gaie et typiquement féminine:

- Les femmes sont toujours folles des guerriers! Après tout, fit-elle le regard flamboyant, je le comprends...On a toutes besoin d'un guerrier pour veiller sur nous...

La jeune femme avait beau être une dame de plaisir, elle pensait parfaitement ce qu'elle venait de dire et cela se ressentait dans sa voix. Azami avait toujours eu besoin de quelqu'un dans sa vie, mais jamais elle n'avait trouvé un homme capable d'autre chose que de profiter de son corps. Jamais elle n'avait rencontré un homme fort, physiquement et mentalement, sur qui elle pourrait compter, et cela la blessait car elle avait fini par croire que tous étaient pareils, ou du moins ici, à Londres, chez elle, dans les rues...dans ce domaine qu'était le sien, celui de la prostitution...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Un pétale pour un masque [Fawkes, Azami] [05/03/42] Mer 26 Mai - 18:04

Fawkes venait de questionner Azami quand à sa possession d'un tel appartement. Cette dernière répondit que cette demeure était son secret, tel le masque de son interlocuteur. Cette réponse provoqua en Fawkes une vague panique, comme si Azami demandait à Fawkes de montrer ce qu'il cachait. Un secret contre un autre. Il pensa que le secret d'Azami ne valait pas la peine de révéler le sien.

Pendant ce temps, la jeune japonaise était partie derrière une tenture préparer le thé promis, qu'elle amena à Fawkes sur un plateau d'argent. Elle posa le plateau sur une table basse versa le thé dans les deux tasses. Elle tendit une des tasses à Fawkes qui la saisit avant de s'asseoir dans un des poufs. Établi sur le coussin, Fawkes fut foudroyer mentalement par la vision de la tasse dans sa main. Il venait de commettre la même erreur qu'il fit peu de temps auparavant chez la jeune Julia. Étant vampire, il ne pouvait boire de thé! Il n'était vraiment pas encore habitué à son statut de vampire et aux habitudes que cela implique. Le plus marquant est qu'en soit, Fawkes n'aime pas spécialement le thé, il avait simplement accepté afin de faire plaisir à la maitresse de ces lieux. Que devait il faire? Ne pas le boire, se forcer et avaler une substance au gout de cendre à en être malade, ou encore partir?

Azami pris également sa propre tasse et s'assit dans le pouf face à celui du vampire. La jeune femme se mit à le fixer dans les yeux comme pour percer son masque, l'homme fit alors de même et la fixa. En s'enfonçant dans son pouf, le kimono de la jeune femme glissa et révéla une de ses épaules à nue. Le mouvement progressif du tissu amena Fawkes à poser les yeux sur sa charmante épaule. Il revint vite fixer le regard de la japonaise. Mais dans le même temps, cette dernière croisa ses jambes qui se dévoilèrent nue également. Le regard de l'homme tomba et il observa ces sensuelles et parfaites jambes. Azami était vraiment une femme qui plaisait à Fawkes. Il lui vint à l'esprit qu'il s'était sans doute trop attarder sur les jambes de la demoiselle au point qu'elle puisse l'avoir remarqué. Sans osé recroisé le regard de cette dernière, il fit mine de regarder quelque chose au sol puis de glissé progressivement vers un coté pour observer les murs. Mais la jeune femme brisa le silence.

La japonaise, souriante, le questionna sur son passé de colonel, elle lui dit qu'il était le premier militaire auquel elle avait l'occasion de parler. Depuis longtemps Fawkes avait eu l'occasion de parler de ce sujet qui lui tenait à cœur et il s'en réjouit. Mais la jeune femme compléta en demandant si le masque cachait une blessure de guerre. Fawkes resta figé et son sang se glaça! Comment pouvais elle s'attaquer si directement à son secret! peut être était elle ainsi! Et peut être était elle prête à l'entendre! En même temps, elle ne connaissait pas le poids de se dernier et sans doute regretterait elle de l'avoir appris! un silence s'installa créé par la gênante question de la jeune femme, mais celle-ci rebrisa le mutisme en ajoutant que les femmes était folles des guerriers, des balafrés et qu'il était fort agréable de se faire accompagné d'un protecteur qui veille sur elles. Ce complément rassura l'homme qui pourrait rebondir sur ses paroles plutôt que de parler de son masque, mais tout bien réfléchi, Azami lui montrait qu'elle cherchait sincèrement un homme pour la soutenir, et Fawkes qui cherchait une forte compagnie qui pourrait le comprendre, pouvait peut être trouver celle-ci en Azami. La jeune femme semblait sincère quand à cette demande et Fawkes, troublé par sa nouvelle situation, ne pouvait pas laissé échappé la proposition de la jeune femme si celle-ci se trouvait être sérieuse et sincère. Julia était peut être faible mais Azami semblait forte et elle lui convenait parfaitement. Il devait se ressaisir et tester la jeune femme pour voir qu'elles étaient réellement ses intentions. Il profita alors de la question de la japonaise pour poser sa tasse sur la table afin de répondre tranquillement.


-En quelque sorte oui, mon masque cache ce que l'on pourrait appelé une blessure que j'ai reçu pendant que j'étais colonel britannique en poste en Australie. Mais rien d'une balafre, en tout cas pas une cicatrice, commença il à expliquer en ne révélant qu'une infime partie de son histoire. Et pour tester Azami il lui demanda: alors vous rechercher un guerrier protecteur? Il est étonnant qu'une charmante femme telle que vous n'ai jamais trouvé de prince à sa porte près à lui faire la cours! N'avez vous jamais aperçu un homme intéressant parmi les clients du bar du dessus? Mais je vous comprend, la quête d'un compagnon est difficile. Je recherche moi même une compagne pouvant me supporté, m'aider, me seconder, me soutenir dans ma quête, et cela est une entreprise bien difficile!

Fawkes avait glissé ces quelques mot à Azami afin de voir ses réelles ambitions et voir si elle pouvait éventuellement, un jour, peut être, devenir la compagne qu'il recherchait tant!
Revenir en haut Aller en bas
Azami Monoko
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 12/03/2010
Nombre de messages : 29
Race : Humaine
Classe sociale : Aucune. Azami est riche mais n'a aucun titre.
Emploi/loisirs : Prostituée, teneuse d'une fumerie à Chinatown. Empoisonneuse.
Age : 31 ans
Proie(s) : L'argent. Le désir. L'amour.
MessageSujet: Re: Un pétale pour un masque [Fawkes, Azami] [05/03/42] Lun 2 Aoû - 17:43

Azami resta perplexe quelques secondes. Fawkes venait de poser sa tasse de thé pour lui expliquer un petit peu la raison pour laquelle il portait un masque, en soit il ne lui avait rien révélé à part que c'était bien pour cacher une blessure de guerre, mais que voulait-il dire lorsqu'il précisait que ce n'était pas une cicatrice? Peut-être un tatouage, songea la jeune Japonaise, ou un code militaire? Elle ne savait plus quoi imaginer, d'autant que cet homme pouvait aisément lui mentir. Et puis l'homme lui dit clairement qu'il était à la recherche d'une compagne...
Azami avala de travers sa gorgée de thé. C'était ainsi qu'il répondait à ses allusions qui partaient d'une phrase à portée générale?! La jeune femme en fut perturbée: décidément ce Fawkes ne manquait pas d'audace!


- Est-ce là une proposition monsieur Fawkes? demanda-t-elle sans détour tout en posant sur la table sa tasse à moitier bue.

La jeune femme se pencha vers l'ancien officier avec un sourire à la fois amusé et aguicheur.

- Et quelle est votre quête? En quoi une femme pourrait-elle vous aider? Rechercheriez-vous l'amour sans succès depuis votre voyage en Australie?

Azami était grandement intéressée par cet homme. Tant de mystères, tant de non-dits lui donnait envie d'en savoir plus! Et puis ce masque l'intriguait: qu'y avait-il en dessous de si important? Était-il laid? Qu'importe! Elle le voulait maintenant et l'aurait! Elle le ferait parler et l'entrainerait dans les méandres de ses charmes pour son bon plaisir et le sien!
Mais au-delà de cet aspect purement charnel, Azami avait tout de même un coeur et elle désirait savoir ce qui rongeait cet homme...De quelle classe social était-il actuellement? Que faisait-il dans la vie maintenant qu'il n'était plus garant d'un pénitencier? Où vivait-il? Qu'aimait-il? Un homme qui raccompagnait ainsi une femme chez elle, sans tenter quoi que ce soit d'autre avant d'avoir commencer un dialogue, avait bien plus d'intérêt que tous les badauds qu'elle avait vu jusqu'à présent! Aucun de ses clients ne parlaient de leur propre vie, préférant demander celle d'Azami et de ses filles avant de passer rapidement à l'acte sans aucune élégance ou avec un surplus agaçant de termes ronflants sans intérêts aucun! Et surtout, aucun ne venait parler d'amour...Fawkes parlait-il de ce sentiment lorsqu'il disait chercher une compagne?

La jeune Japonaise ne savait plus comment aborder l'homme. Elle avait envie de le charmer et de le dominer. Allait-elle se lever et se donner à lui sans autre mot? Ou bien allait-elle attendre qu'il lui explique plus clairement sa quête? Après tout, peut être qu'il prendrait peur face à son comportement de catin? Qu'attendait-il d'elle en lui parlant d'une compagne? Était-ce un simple désir charnel qu'elle avait réussit à déclencher en lui ou bien voulait-il simplement se livrer à elle, dégorgeant son coeur de quelques malheurs, ne cherchant que le dialogue? Une erreur et il pourrait lui échapper!
Elle songea à lu faire fumer de l'opium pour qu'il se détende et se perde dans les brumes onctueuses des rêves que donnait cette drogue. Mais elle laissa très vite cette idée de côté.

- Vous savez Fawkes...,reprit Azami de sa voix suave tout en se levant.

Elle s'avança vers lui, le regarda droit dans les yeux et passa derrière lui pour se pencher doucement et lui murmurer à l'oreille:


- ...si je cherche un "guerrier protecteur", un "prince", il faut que ce soit un homme fort, honnête et surtout aimant. Dans ce bar, au-dessus de nous, il n'y a aucun homme qui corresponde un temps soit peu à cette description! Prétendriez-vous y correspondre...vous? Voilà qui serait osé...

Azami choisit ainsi de continuer son petit jeu avec Fawkes, de l'amadouer gentiment sans précipiter les choses afin que l'homme masqué dévoile peu à peu ses intentions ou sa vie.
La jeune femme agissait sans trop d'audace, comme le ferait une femme intéressée et non une prostituée. Aussi prit-elle le soin de se redresser après ces quelques mots et de se décaler pour se trouver à côté de Fawkes, une main touchant son épaule.


*************************

Le temps passa et il ne se passa rien. Fawkes était un être trop dissimulateur, trop peu franc pour qu'Azami n'aille au bout de son désir naissant. Il parlait de compagne, il se présentait comme un gentleman éclairé, prêt à protéger autrui, prêt à soulever des montagnes pour celle qui saurait conquérir son coeur. Mais bien vite, Azami sentit en cet homme un soupçon d'orgueil et d'égoïsme. Fawkes portait un masque, il le garderait toujours.

La jeune chinoise le congédia bientôt. D'un ton sec, elle lui fit comprendre que leur petit jeu n'était qu'une perte de temps. Elle sentait chez lui une malice qui ne lui plaisait pas. Assurément, elle devait couvrir ses arrières et, faisant sortir l'inconnu de son antre, elle prit bien des précaution pour qu'il n'y revienne jamais. Son costume, sa démarche, son odeur: tout fut retenu par ses hommes de main. Jamais il ne devait revenir. Il était trop importun, trop suspect, trop peu franc du collier.

Amère, Azami préféra oublier cette entrevue.


[HRP: Fawkes ne jouant plus, Azami est libre de RP ailleurs. Suite de la maquerelle dans "En dépit de ma rage, je reste comme un rat en cage"/ HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Un pétale pour un masque [Fawkes, Azami] [05/03/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Tête-à-tête forcé...» Chômage technique pour le Masque de Porcelaine...» Un message d'amour pour la Saint Valentin...» [Photoshop]Le masque d'écrètage» Masque de Faune
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Au delà de l'Ombre (HRP) :: Archives :: RP oubliés et sans section-