L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Date d'inscription : 11/03/2008
Nombre de messages : 352
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Mar 2 Aoû - 21:39

[HRP/ Après "Dans l'antre du démon"/HRP]

Le ciel avait déjà pris sa couleur sombre de crépuscule et la nuit n'allait pas tarder à laisser tomber son long manteau d'ébène sur ses belles épaules étoilées. Alexender, Hunter fou d'amour, était lancé au grand galop depuis maintenant une bonne demi-heure. A ses tempes coulait le sucre salé de l'aventurier pressé de terminer sa quête. Les sabots cloutés de son cheval battaient les pavés avec la force du boeuf, l'écho du marteaux de fer sur l'enclume et la rapidité du fauve. Ses naseaux soufflaient l'air chaud de ses poumons compressés par les jambes arquées de son cavalier tandis que sa bouche moussait de fatigue. Les flancs de la bête tremblaient sous l'effort mais ce n'était rien comparé à l'état d'énervement dans lequel était plongé l'homme qui le montait. Alexender était comme poursuivit par ses démons intérieurs. Il ne voulait perdre aucune minutes, aucune seconde de se temps qui le rapprocherait de sa douce amie. Sarah, Sarah, Sarah...il n'avait qu'elle en tête.
Elle et les Vampires, ces êtres qui le feraient souffrir toute sa misérable vie s'il ne mettait pas un terme à leurs agissements malsains. La haine commençait à le consumer, lentement, car ce n'était que le début, mais cela allait lui noircir à jamais le coeur.

Bientôt il arriva sur les pavés de la rue qui montait au manoir des Spencer. L’excitation était à son paroxysme et tout ses membres tremblaient de bonheur à l'idée de revoir sa tendre princesse mais ils s'agitaient aussi à cause de la crainte ultime de la retrouver souillée à jamais. Peut-être ne serait-elle pas là? Peut-être était-elle morte ou en compagnie de ce monstre kidnappeur? Peut-être était-ce un piège? Il n'était pas armé!
Qu'importe! Il était trop tard pour faire demi-tour! Il n'avait même pas récupéré son Bloody Rose dans les égouts et passer chez lui chercher Silverwings lui ferait perdre trop de temps.

Il arriva enfin devant la demeure, en retrait, face à une grille d'importance. Alexender descendit de cheval en sautant avant même que les sabots n'aient fini leur course. Le cheval se cabra et hennit si fort que le bruit résonna longtemps dans la rue esseulée. Alexender laissa la bride à l'animal qui s'éloigna un peu, soufflant, avant de se mettre à brouter et à vivre sa vie. Quelqu'un le prendrait demain, le Hunter s'en moquait complètement. Le cheval n'avait même pas posé ses dents sur l'herbe qu'Alexender avait déjà sonné à la porte. Il attendit. Mais une minute à peine était passée lorsqu'il entreprit d'escalader la grille de fer. Ses bras tremblaient et son stress le faisait glisser, ses mains étaient moites... Mais cela ne l’empêcha pas de sauter dans le parc et de courir vers la maison sans se soucier d'un éventuel système de défense de la part de la magicienne ou d'un éventuel chien. Peut être même qu'elle avait un gardien armé d'un fusil de chasse? Dieu le prenne en pitié, s'il ne voulait pas laisser passer le Hunter!


- Sarah! hurla-t-il avant d'arriver à la porte.

Il sonna et se mit à tambouriner à la porte même du manoir. Ses manières n'avaient rien de gentleman mais, dans sa folie, il avait oublié que Sarah ne vivait pas seule...Et puis sa vie valait bien plus à ses yeux que le respect des citoyens de Londres!

- Sarah! Ouvre si tu es là! Sarah! Pour l'amour de Dieu!

Si Sarah était vraiment là, l'avait-elle cherché? Était-elle complètement abandonnée à ce Vampire, ce Comte Keichose? S'était-elle enfuie? Tant de questions lui ruinaient la cervelle qu'il en oubliait sa propre main qui frappait à en saigner la porte des Spencer...


Dernière édition par Alexender le Jeu 11 Aoû - 10:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 615
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Jeu 4 Aoû - 0:04

[HRP: Quelques jours après Seconde visite]


Tom, le vieux jardinier qui habitait la cabane près de la grille sirotait tranquillement son thé en compagnie de Bentley, son imposant labrador noir. Comme le maitre et son épouse n’était pas encore rentré, il veillait un peu pour ne pas les faires attendre lorsque la voiture se présenterait à la grille. Par mesure de précaution, il l’avait refermé, évitant ainsi les rodeurs. Il venait tout juste de prendre une gorgée lorsqu’un hennissement fendit la nuit le faisant sursauté et réveillant le chien. Secouant la tête, le vieil homme allait se remettre a siroté lorsque la sonnette d’entré résonna. Fronçant les sourcils il se leva difficilement attrapant sa vieille canne avant de sortir de sa capade, une chandelle à la main. Bentley se faufila entre ses jambes et au lieu de se diriger vers la grille se mit à courir en aboyant en direction du manoir. Un hurlement suivit d’un lourd tambourinement résonna, forçant Tom à se hâter à son tour vers le manoir en maugréant.

-Par tous les saints!

********

Ce fut Édouard le premier qui entendit le cri. Descendant le grand escalier, un chandelier à la main, il se dirigea vers la porte un air mauvais sur le visage. Du haut de ses 15 ans, il était l’un des domestiques chargés de veiller sur le manoir en l’absence des maitres. Albert le majordome le rejoignit tandis que Vicky qui s’occupait de l’invité au salon entra l’air scandalisé.

-Mais qui fait tout ce boucan???
-Aucune idée...

Albert que les années en avait fait voir de toute les couleurs leva les yeux au ciel avant de lisser son costume.

-Édouard occupez vous donc de ce cher Bentley que j’entends venir d’ici, je m’occupe de l’invité…

Et sans plus de manière, il ouvrit la lourde porte pour tomber face à face avec Alexender. En temps normal, Albert s’avait faire la différence entre les gens des divers classes sociales, mais face à cet inconnu, les cheveux ébouriffé par la course, les yeux hagard et le regard fou, ses vêtements d’une certaine qualité, mais dénudée de toute parure, le domestique préféra être prudent. Tandis que Tom arrivait par l’arrière une main sur le collier de Bentley qui ne cessait de japper, il hausa un sourcil avant de demander d’une voix calme et posé :

-Bonsoir monsieur? En quoi puis-je vous aider?

********

En provenance de: Seconde visite

Le jour et la nuit se succédaient dans une lenteur mortelle. La neige avait disparut et le sol ne gelait plus la nuit, mais tous s’entendait pour dire que le printemps tardaient à pointer ses premier bourdons et tout Londres avait l’impression que l’hiver s’éternisait trop longtemps.

Alors que les étoiles apparaissaient, l’air froid de cette fin de soirée se leva, faisant craquer les branches des arbres environnantes. Étendue sur un banc de marbre dans son jardin privé, la jeune miss Spencer se laissait aller à la lourde torpeur qui l’envahissait. Ses yeux bleu et vide fixaient le ciel d’un œil éteint. Depuis son retour, elle n’avait pas réussi à dormir malgré son corps qui tombait de fatigue. Les cernes noirs sous ses yeux témoignaient des nuits qu’elle avait passé à lire les livres qu’elle avait volés à Jiromaru. Le monde vampirique devenait de moins en moins obscure pour elle tandis qu’elle s’éloignait de la lumière...

Après sa fuite de l’opéra, l’aristocrate avait parcouru la moitié de la ville, pied nue sur les dalles froides et sales de Londres. Certaine qu’on ne tarderait pas à découvrir sa disparition, Sarah c’était mise à courir. Elle avait couru jusqu'à en perdre l’haleine, jusqu'à ce que ses poumons en feu ne la force à s’arrêter, tremblante et fiévreuse près du salon Fitzrovia. Alors qu’elle c’était crue perdue, sur le bord de perdre connaissance, les livres quelles avaient volées serrés contre sa poitrine, le destin lui avait offert une chance de survivre. Édouard, le fils de la cuisinière l’avait découvert et ramenée au manoir. Les maitre de la demeure avait cru à une attaque et bien que la gendarmerie soit venue faire un tour, mais la position influente de Mr. Spencer avait fait taire la plus part des rumeurs.

Épargnée de toute question, la hunter avait sombré dans une mélancolie profonde. L’air songeuse, elle ressentait la nostalgie misérable de ce qui lui manquait. Ses parents c’étant éclipser pour une soirée mondaine, Mrs Darcy était venue prendre le thé, misérable prétexte pour venir la surveillée. Le breuvage chaud lui levant le cœur, miss Spencer avait préférer s’éclipser dans son jardin et laisser la vieille dame roupiller dans le petit salon plutôt que de se forcer à lui faire la discussion...

Ainsi, elle laissait son esprit divaguer dans cette oasis de paix qu’elle avait créé et entretenue au file des années. Son cher jardin semblait mort et sans vie. Maintenant loin de l’aura ténébreuse du comte Kei, elle ne faisait que penser à Alexender. Elle avait souhaité lui écrire, mais comment de simple mot aurait pu traduire sa pensée? La palpitation immortelle de son cœur n’avait cessé d’implorer une nouvelle, peut-importe laquelle. Déchirée entre le pacte qui la liait à l’être de nuit et ses propres envies, elle oscillait dans cette incertitude profonde. Immobile depuis plusieurs heures, un long hennissement la sortie de ses pensées. Se redressant sur ses coudes, Sarah cligna des yeux plusieurs fois pour revenir à la réalité avant de s’asseoir sur le banc de marbre. Prenant conscience du froid, elle resserra sur ses épaules la longue veste blanche qu’elle avait prit pour sortir. Veste qui faisait ressortir la blancheur de sa propre peau. Convaincu qu’elle avait rêvée, la jeune femme secoua la tête lorsqu’un aboiement attira son attention. Le bruit venait de l’entré. De plus en plus consternée, elle entendit un hurlement dans la nuit qui la figea sur place. Non seulement c’était son prénom qu’elle venait d’entendre mais elle aurait pu reconnaître cette voix entre milles autres. Se levant, elle sortit de son jardin sans prendre le temps de refermée la porte de bois, elle remonta la l’allée qui menait à la porte arrière. Elle entra en coup de vent sans prendre le temps de vérifier sa robe bleu dont l’ourlet était trempé, ni même sa longue veste blanche qui descendait de ses épaules et encore moins sa coiffure remonté en chignon dont plusieurs mèche tombaient. Au lieu de se diriger vers le hall d’entré, elle bifurqua vers la salle de musique évitant ainsi l’agitation. Appuyée contre la porte elle attendit la suite des évènements en se mordant la lèvre inférieure.




Dernière édition par Sarah Spencer le Sam 8 Mar - 18:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Date d'inscription : 11/03/2008
Nombre de messages : 352
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Jeu 11 Aoû - 10:20

Un jappement, puis deux, et enfin la silhouette d'un grand chien noir se dessina dans la pénombre. Alexender mit quelques secondes pour entendre l'animal et pour réaliser le danger auquel il s'exposait. Il maintint son poing levé prêt à frapper une nouvelle fois la porte massive des Spencer, figé dans son mouvement. Malgré sa folie causée par l'amour et la peur, Alexender hésita à bouger l'espace d'un instant pour ne pas provoquer la bête. Mais, heureusement, le chien se contenta de japper et de grogner. Bientôt le Hunter vit arriver derrière lui un vieil homme au regard dur: certainement son maître et le gardien du parc des Spencer...
Alexender baissa le bras, prêt à se retourner pleinement vers le vieil homme pour le saluer de la manière la plus calme possible et s'excuser pour s'être introduit d'un telle manière dans la propriété lorsque la porte s'ouvrit. Le Hunter reporta immédiatement son attention sur l'entrée du manoir. Face à lui se tenait désormais un homme vêtu comme un domestique, et pour cause il devait en être un! Déçu de ne pas se trouver directement en présence de Sarah, chose pourtant naturelle dans pareille demeure, Alexender s'expliqua de manière affolée tout en tentant de se maintenir et de retrouver son calme:


- Bonsoir! Alexender Von Ravellow. Puis-je voir Miss Sarah Spencer? C'est une question de vie ou de mort! J'ai besoin de savoir si elle va bien! C'est compliqué! Où est-elle?

Alexender tremblait sous l'effet de l'adrénaline. Il n'avait qu'une envie c'était de se précipiter à l'intérieur et d'hurler le nom de sa bien-aimée dans l'espoir de la voir ou d'entendre au moins le son de sa voix. Il voulait être certain qu'elle était en vie, il voulait être sûr qu'elle n'était pas transformée en Vampire, il voulait savoir si elle avait cédé et si elle ne l'avait pas contacté à cause d'un pacte...
La fidélité était une chose qu'Alexender n'affectait pas en temps normal mais c'était parce qu'il ne s'était jamais attaché réellement à une femme, et ce en général volontairement dans les deux camps. Mais pour Sarah, il vendrait tout son domaine et mendierait s'il pouvait être certain qu'elle lui vouait tout son coeur pour toujours.
Il voulait TOUT savoir.

A peine quelques secondes venaient de s'écouler lorsque le Hunter saisit le domestique par les deux épaules pour le secouer un peu, gentiment, afin de lui marquer son empressement:


- Pouvez-vous me jurer que Sarah Spencer est rentrée il y a peu? Pouvez-vous m'assurer qu'elle est en bonne santé? Où est-elle? Il faut que je la vois!

Fallait-il expliciter qu'il lui était dévoué corps et âme depuis le bal? Les rumeurs courraient vite dans les rues de Londres et la famille Spencer devait déjà être au courant de leurs rapports affectifs, mais Sarah ne voulait-elle pas le cacher? Fallait-il la couvrir un peu ou pouvait-il totalement la considérer comme sa future femme? Avait-elle annoncé à ses parents l'amour qu'il lui portait? Jamais ils n'avaient eu le temps d'en discuter et le moment était mal choisit pour y penser. Dans l'immédiat, Alexender ne songeait qu'à une chose: savoir son amie saine et sauve, entière et pure! Il voulait savoir si la sorcière lui avait dit la vérité et si la jeune femme était réellement rentrée chez elle depuis quelques jours! Il voulait savoir! Il voulait la voir!

Le Hunter ne lâcha pas le domestique mais tendit le cou pour voir derrière lui s'il n'y avait pas l'ombre d'une robe, l'éclat d'un sourire qui lui était si cher. Malgré son rang d'aristocrate, malgré la politesse qui était de mise dans ce genre de lieux et surtout pour un amant qui voulait bientôt conclure avec la famille de son aimée, Alexender avait déjà avancé un pied dans la demeure des Spencer.


- Sarah! Cria-t-il finalement dans le manoir sans attendre de réponse du domestique.

Cependant, il se contenta tout de même de ces seuls mouvements déplacés et resta au niveau du domestique. Sa jambe le tirait un peu et la fatigue prenait ses membres un à un mais son esprit était entièrement focalisé sur Sarah. Où était donc sa chasseuse?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 615
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Ven 12 Aoû - 7:18

Les choses se corsaient. Les domestiques, un peu stupéfait et saisit par la situation, se lançaient des coups d’œil attendue ne comprenant pas très bien la ce qui se déroulait sous leurs yeux. Il y avait quelque chose après tout : un homme à l’aspect dérangé ordonnait de voir la jeune Miss de la demeure. Il était encore l’heure des soirées, son arrivé ne pouvait donc être totalement considérer comme une intrusion. D’un autre côté, il ne semblait pas se porter très bien non plus. Même pour une question de vie ou de mort, il fallait rester prudent.

Albert continua d’observer le visage soucieux du hunter. Le maitre de la demeure étant absent, il hésitait à laisser cette homme pénétré les lieux. Sans doute conscient de son incertitude, le sieur l’empoigna par les deux épaules pour le forcé à se décider. Derrière lui, Édouard se crispa. Le béguin qu’il avait pour la jeune miss Spencer était flagrant et de voir un homme à l’aspect aussi fou venir quémander sa présence le rendait légèrement jaloux. Exaspérer le jeune homme se mit à hurler le nom de la jeune femme ce qui fit froncé les sourcils broussailleux du majordome.


-Voyons, Milord, ce ne sont point des manières!

De l’autre coté de la porte, Sarah se mordit une nouvelle fois la lèvre inférieur avant de serrer les poings. Elle se sentait impuissante face à cette situation. D’un côté, elle mourait d’envie d’ouvrir la porte pour se jeter au coup de son amoureux, de l’autre, elle sentait l’aura noir du Comte entourer son cœur. Comment les choses avait-elle pu dégénérer à ce point?

Sans doute réveillée par les éclats de voix, l’imposante Mrs Darcy sortit du petit salon pour voir ce qui se passait. Étant une vieille aristocrate, elle sortit son face-à-main de son petit réticule pour mieux voir l’inconnu.

-Monsieur Ravellow?

Il eu un petit silence tandis que la dame observait en détail le jeune inconnu, puis elle reprit sa voix enjouée de bavarde et de commère.

-Monsieur! Quel hasard de vous trouvez ici! Aviez-vous rendez-vous avec Mon Seigneur Spencer car si oui lui et sa charmante épouse on été convié à une petite soirée chez les Lovewood, vous savez, l’un des ministres de Sa Majesté, oh bien sur j’ai eu l’invitation, mais je n’y voyais point la peine d’y aller, mes vieux os me faisant souffrir vous comprenez, mais ils ne m’ont pas empêché d’aller à votre bal d’il y a quelque semaine, quel charmant domaine vous avez, vraiment splendide et…

Et elle continua, partit sur une lancé inconnu qui ne menait nulle part. Accroupie derrière la porte, Sarah commençait à manqué d’air. De quoi se mêlait-elle cette vielle chipie bavarde? Ce n’était pas elle qu’il était venue voir, elle n’était même pas dans sa demeure! Serrant encore plus les poings, la chasseuse baissa la tête. Ils méritaient tous de se faire assommé! Un bon coup pour que leurs jolies petits membres et leurs jolies petites peaux deviennent rouges, mais surtout pour qu’ils se taisent!

Horrifié par ses propres pensées, la magicienne se redressa avant de respirer profondément. Elle ne pouvait laisser cette mascarade duré plus longtemps. Elle sortit de la salle de musique en ouvrant brusquement la porte, faisant sursauter tout le monde. Usant de ses pouvoirs, la hunter créa une barrière autour d'Alexender au cas où il aurait eu la mauvaise idée de venir vers elle. Dans pareil situation, de tel geste n'était pas permis. Un petit silence s’installa tandis qu’elle avançait, imposante. Même le chien avait cessé ses grognements. Albert babilla rapidement la situation et sans laisser le temps à personne d’autre de placé un mot, Sarah prit la parole d’une voix dure et métallique.

-Merci bien Albert, je me charge de notre nouvel invité. Sally veuillez le conduire au grand salon j’arrive dans un moment...

La petite domestique inclina la tête avant de pointer une direction au sieur Ravellow et de l’invité à la suivre. D’un regard, Sarah lui fit comprendre de la suivre sans faire d’histoire. Une fois les deux disparurent, elle finit de distribuer ses ordres.

-Tom, vous pouvez retournée à votre maison et ramener ce brave Bentley, mon père doit bientôt rentrer. Albert pourriez-vous nous préparer du thé je vous pris et Édouard, cessez cet air sinistre, je vous préfère votre sourire habituel...

Mrs. Darcy hocha la tête avant de commencer à se diriger vers le grand salon. Ayant anticipé son mouvement, Sarah lui offrit un visage sinistre.

-Je vous remercie Mrs Darcy, mais je souhaite discuter en privé avec Monsieur Ravellow…

-Mais vous n’y pensée pas jeune fille, ce ne sont pas des manières, vous êtes une jeune dame pas encore marié, je ne peux donc pas vous laissez en compagnie d’un homme

-Un gentleman Madame, c’est un gentleman et je suis fille d’un gentleman. De plus, il me semble avoir entendue qu’il s’agissait d’une question de vie ou de mort donc je me crois en parfaite obligation de le recevoir seul se sera tout merci!

Sans plus attendre, la jeune Spencer tourna les talons pour se diriger vers le grand salon. Sur le seuil de la porte, elle croisa Sally qui en sortait, après avoir allumée les bougies dans la pièce et rallumé le feu. Après une profonde inspiration, Sarah ouvrit doucement la porte soucieuse du regard que lui porterait Alexender. Elle se sentait si peu jolie en ce moment. Sa peau plus blanche que d’habitude semblait presque transparente, sans compté qu’elle était encore froide des vents extérieurs. Ses cheveux en batailles avaient rendue les armes et plusieurs mèches folles retombaient de son chignon. Une fois la porte refermée, la magicienne tenta de s’habituer à la noirceur en murmurant doucement :

-Sieur?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Date d'inscription : 11/03/2008
Nombre de messages : 352
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Mar 16 Aoû - 10:52

L'agitation dont était possédé Alexender ne se calma pas de si tôt. Le major d'homme qu'il avait saisit par les épaules semblait outragé de son comportement mais cela indifférait totalement le Hunter qui continuait de regarder avidement au dessus de son épaule. Lorsqu'il entendit une voix féminine et qu'il aperçu le bord d'un jupon, Alexender se redressa et passa une main dans ses cheveux: c'était peut-être la mère de Sarah? Mais lorsque la dame en question arriva vers lui, enfarinée jusqu'au cou, rembourrée comme une dinde prête à cuire et lorsque sa voix tonitruante lui fit vibrer les tympans pour le flatter sur son domaine, Alexender faillit perdre le peu de patience qui lui restait. Qui était cette poule?! Une domestique? Non, ses vêtements étaient nobles...Une amie des Spencer? Certainement. Mais quelle perte de temps! Impensable de la laisser continuer de déblatérer des anneries sur lui et son domaine! Le Hunter se mit à suffoquer. Il secoua sa chemise, perturbé au plus haut point. Que faire? La secouer elle aussi? Entrer de force en la bousculant? Oui, cela pouvait se faire! Qu'importe les bonnes manières! Au diable les mondanités dans une pareille situation! Cela était insupportable! Il fallait faire avancer la situation sinon il allait y laisser sa peau tellement le stress le rongeait jusqu'à l'âme!

Il allait dire le plus gentiment possible à cette dame qu'il n'avait pas le temps pour de telles palabres lorsqu'une voix qu'il reconnu aussitôt manqua de le faire tomber tellement le choc qu'il reçu au coeur lui retourna les nerfs. Sarah! Mais le pire fut lorsqu'il la vit, si blanche dans ses vêtements légers, si belle les cheveux à moitié défaits: le Hunter cru mourir. Il trébucha sur le côté, manquant une chute comme un ivrogne. Accroché à l'encadrement de la porte, il murmura son nom:


- Sarah...!

Il sentit une aura le séparer violemment d'elle comme si une barrière invisible lui ordonnait de ne pas s'approcher. Était-ce le Vampire? Était-il proche?
Le Hunter se raidit, prêt à se défendre d'une attaque éventuelle. Mais les ordres que donna Sarah à ses domestiques et son regard insistant firent comprendre au jeune aristocrate que la demoiselle souhaitait le voir seul à seul, dans le fameux grand salon, et que c'était d'elle-même que venait la barrière. Ne se faisant pas plus prier que cela, Alexender lui jeta un regard entre l'amour sincère et le désespoir avant d'entrer.
Déboussolé, le Hunter suivit la fameuse Sally dans le grand salon où il refusa de s'asseoir tandis que la jeune femme allumait bougie et âtre. Tremblant de tout son être, Alexender garda ses yeux rivés sur la porte.

Lorsque cette dernière s'ouvrit lentement, son coeur s'accéléra subitement. Les yeux écarquillés, le jeune aristocrate attendit de voir si c'était son amie qui entrait ou si c'était encore une domestique. Enfin, la petite voix timide de Sarah lui empli le coeur de joie et sans attendre que la jeune femme ait fermé totalement la porte, il se jeta sur elle. Comme un ouragan, il la saisit par le visage et l'embrassa une fois, deux fois, trois fois, de manière désordonnée et fougueuse.


- Sarah! Ho Sarah! J'ai cru te perdre! J'ai cru que tu étais morte! J'ai eu si peur!

Il la serra contre lui et ses genoux ne le retinrent plus. Sur le tapis, il s'affaissa de tout son être et la tint par les jambes en hoquetant: Alexender pleurait. Ses larmes mouillèrent la robe de son amie et, comme un enfant, il garda sa tête baissée contre ses jupons. A la fois désespéré, trop heureux, plein d'un nouvel espoir et trop malheureux, le Hunter ne savait plus où il en était. Sa peur de perdre Sarah avait été si grande, le piège qu'il avait subit dans les égouts avait été si terrible qu'il était en proie à la honte, au regret, à la haine et à la peur tout à la fois. L'amour et la jalousie le rongeaient simultanément et la rage face à sa propre impuissance en avait fait un homme brisé momentanément.

Il resta ainsi quelques minutes, à genoux sur le tapis, à pleurer sans rien dire, les mains crispées à la robe de Sarah.

Puis l'espoir lui revint et la force de se relever aussi. Lorsqu'il fut debout, il plongea ses yeux dans ceux de Sarah. L'océan qui veillait dans son regard de jeune femme finit par le noyer. Le visage baigné de larmes, il caressa d'une main une des joues de la chasseuse, de l'autre ses longs cheveux, avant de serrer toute sa tête dans ses bras et d'appuyer la sienne contre elle.


- Ho j'ai cru te perdre, j'ai cru te perdre...

Puis il la regarda, plus intensément. Il observa son teint pâle en caressant du revers de la main sa tendre peau l'air soucieux.

- Tu es si froide...si blanche...

Un bref regard au niveau de son cou lui fit la même sensation qu'un coup de poignard au coeur. Les marques qui y avait installé un empire sournois ravivèrent en lui la haine et la colère.
Alexender saisit Sarah par les épaules et la pressa légèrement.


- Que t'a-t-il fait? T'a-t-il torturée? Ou bien s'est-il contenté de boire? Je le tuerais pour ça! Dis-moi, comment t'es-tu enfuie?

Dans le regard du Hunter, on pouvait lire la crainte et la suspicion la plus tenace.

- T'a-t-il libérée? Pourquoi n'es-tu pas venu me voir?

Après tout Alexender ne savait absolument pas si elle l'avait cherché ou non et si elle était allé au châtelet du Céans sans le trouver, mais même la sorcière avait l'air surpris de trouver dans sa boule de cristal que la jeune Spencer était chez elle. Cela ne confirmait pas du tout que son amie ne l'avait pas cherché mais le doute s'était emparé de lui. Peut-être que le Vampire l'avait envoutée?

- Dis-moi la vérité et ne fuis pas mon regard! T'a-t-il fait du mal? T'a-t-il forcée à conclure un pacte?

Le fait qu'elle soit rentrée chez elle depuis quelques jours avait aussi fait supposé à Alexender que sa famille ou le Vampire lui-même avaient été une barrière suffisante pour l'empêcher de le chercher. Mais il avait aussi songé à d'autres hypothèses plus terribles: et si Sarah l'avait délibérément ignoré? Et si elle était allé au châtelet, constatant son absence, et qu'elle n'avait rien fait pour le retrouver, volontairement? Et si elle était sous l'emprise totale de ce Vampire? Elle pouvait aussi bien être devenu son bras droit par envoutement!
Alexender était avant tout Hunter et il savait que les créatures de la nuit avaient plus d'une astuce pour diriger les humains. Le doute, la suspicion et la jalousie lui donnaient un regard dur. Cependant, l'amour reprit vite ses droits et Alexender se radoucit avant de la serrer encore contre lui.


- Je suis si désolé de n'avoir pas su te protéger. J'ai cru...J'ai été assez stupide pour croire...Je me suis fait avoir comme un insecte! Ho Sarah...Je suis désolé de ne pas avoir pu venir te chercher! C'est un miracle que tu sois en vie! C'est une bénédiction que de te retrouver ici!

Angelstone allait payer lui-aussi. Tous! Ils allaient périr.

- J'ai été assez fou pour me précipiter dans un guet-apens. Je suis si stupide! Ho pardonne-moi et dis-moi...que t'a-t-il dit? Que t'a-t-il fait?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 615
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Dim 21 Aoû - 5:27

Alors qu'une chaleur précieuse se répandait dans le grand salon, Sarah frissonnait intérieurement. Le moment qu’elle avait tant redouté se matérialisait sous ses yeux. À ce moment précis, tandis qu’elle observait la silhouette familière et rassurante d’Alexender, la jeune femme prit conscience du vide qu’elle avait en elle, néant existentiel qui ne pouvait se combler que par la présence de ce jeune hunter.

Les mains serrées et la tête baissée, la magicienne commença à bafouiller quelque mots, incertaine de la conduite à opter en ce moment. Les mondanités londoniennes étaient si strique à leur époque et déjà qu’elle jouait avec sa réputation et celle de sa famille en introduisant un homme chez elle, la chasseuse trouvait futile de s’abaisser à cette réalité qui lui devenait de plus en plus inconnu. Heureusement, elle n’eut pas à languir longtemps bien que seul une âme tourmenté peut comprendre combien de pensé peuvent surgir dans un esprit affligé.

La porte n’était pas encore totalement refermée que, emporté par une fouge presque surnaturelle, son tendre amie fondit sur elle. Les mains chaudes contre ses joues, la jeune demoiselle fut totalement prise au dépourvus lorsque les lèvres chaudes de son amoureux saisirent les siennes. N’importe qui du passage pouvait les surprendre et cette situation n’était pas enviable. Refusant de se laissé emporter malgré les battements sonores de son cœur, Sarah referma la porte avant d’y appuyer le dos, prise de frisson incontrôlable, emporté dans un nouveau baisée. De nouveau libre, la jeune Spencer inspira profondément comme si elle avait oublié que ce simple petit geste, pourtant fondamental, existait.


-Sarah! Ho Sarah! J'ai cru te perdre! J'ai cru que tu étais morte! J'ai eu si peur!

Ouvrant les yeux fiévreusement, Sarah demeura de marbre, incapable du moindre geste, porté entre la folie du moment, la passion et l’amour qu’elle avait pour cette homme qui la serrait dans ses bras, et la peur permanente de l’ombre flottante des ténèbres sur son âme. Soudainement, comme frappé par un maux invisible, en une seconde le pauvre garçon était brisé par un chargé irrésistible. On aurait dit que tout ce qu’il avait supporté en silence, jusqu'à présent, explosait en quelques moments. Un chagrin presque hystérique, il serrait ses jupons comme un enfant en pleur qui s’accrocherait à sa mère. De grosses larmes coulaient sur ses joues et il hoquetait en des sanglots terribles. L’instinct maternel femme firent surface et l’instinctivement, la jeune femme posa ses mains dans les cheveux flamboyants, tentant d’apaiser les pleurs insoutenable du sieur Ravellow. À ce moment, toute les convenances du monde ne l’importait plus.

La hunter prenait conscience de l’attachement profond et de l’amour sincère qui l’unissait à Alexender, et s’en voulut de tous ses tourments dont elle était responsable. Les remords qu’elle avait momentanément oubliés, subjugué par une joie profonde de le revoir en vie et en si bonne forme malgré les tortures dont lui avait parlé le Comte, lui revinrent, plus douloureux que jamais. Finalement, le gentleman sembla reprendre constance. Ses sanglots cessèrent, et il se redressa redevenant l’homme mondain qu’il était. Leurs fronts prenant appui l’un sur l’autre, la magicienne l’observa en silence. Incapable de prononcé le moindre mot.

-Ho j'ai cru te perdre, j'ai cru te perdre...

Lorsque la main chaude vient toucher sa joue, la chasseuse prit conscience de la froideur de sa peau et compris l’air soucieux de son tendre ami. De l’extérieur, elle commençait à ressembler aux êtres de nuits qu’ils traquaient tout les deux. D’ailleurs, Alexender aussi sembla de se rendre compte de cette particularité.


-Tu es si froide...si blanche...

Baissant misérablement la tête, Sarah étouffa un sanglot. Par sa faute, elle retrouvait l’homme bon et si courageux qu’elle avait rencontré au bal, brisée et agité. Une personnalité qu’elle n’avait jamais vue chez lui et qui la mettait si mal à l’aise en ce moment. Rajoutant sur cette idée, il la saisit par les épaules l’aculant encore plus contre la porte avant de la pressé.

-Que t'a-t-il fait? T'a-t-il torturée? Ou bien s'est-il contenté de boire? Je le tuerais pour ça! Dis-moi, comment t'es-tu enfuie?

Totalement prise au dépourvus, la jeune demoiselle ouvrit les yeux, soudainement remplis d’incompréhension. Cette attitude la faisait sentir comme un animal traqué et exploité.

-T'a-t-il libérée? Pourquoi n'es-tu pas venu me voir?

Serrant les poings, la chasseuse voulut reculer d’un pas, mais son dos était déjà appuyer contre la lourde porte de bois. Une moue haineuse déformait les traits tant aimé du jeune homme lui donnant un regard dur. En l’observant, Sarah ne pouvait faire le lien entre lui et le Alexender à qui appartenait son cœur. Pire encore, il l’effrayait au plus haut point, faisant ressortir en elle ses instincts de fuite. Comme emporté par quelque sentiment puissant, le jeune homme renchérit encore.

- Dis-moi la vérité et ne fuis pas mon regard! T'a-t-il fait du mal? T'a-t-il forcée à conclure un pacte?

Emporté par sa haine, Alexender ne se rendait même pas compte qu’il avait élevé la voix et que Madame Darcy qui se trouvait dans la pièce d’à côté devait surement tout entendre. La jeune aristocrate nageait en pleine incompréhension. Il lui semblait que le Comte avait transmit les termes de leurs contrat à Alexender en allant le délivré? Pourquoi lui posait-il lui-même la question? Elle se sentait si honteuse et déchiré! Pourquoi l’obligeait-il à subir de tel tourment de nouveau? Le jeune homme sembla enfin comprendre son désarroi. Ses yeux clairs se radoucirent avant d’enfin la reprendre dans ses bras, seule endroit où elle se sentait en sécurité.


-Je suis si désolé de n'avoir pas su te protéger. J'ai cru...J'ai été assez stupide pour croire...Je me suis fait avoir comme un insecte! Ho Sarah...Je suis désolé de ne pas avoir pu venir te chercher! C'est un miracle que tu sois en vie! C'est une bénédiction que de te retrouver ici!

Le front appuyer contre le torse chaud d’Alexender, la hunter laissa échapper un long sanglot qui finit par briser sa voix. Le sentiment de vide qu’elle ressentait alors sembla disparaître, lui redonnant des éclats plus humains et contre toute attente, la jeune demoiselle finit par fondre en larme. Toutes ses propres inquiétudes et ses doutes refaisaient surfaces. Elle avait eu si peur pour lui et se sentait coupable, oh si coupable. C’était pour cette raison que Sarah n’avait pas cherché à le contacter. Bien que de nombreuse fois elle ait prit sa plume et griffonner quelque mots à son intention, rien ne semblait convenir ou encore moins la justifier. Ce qu’elle craignait le plus, était de retrouver son tendre amour dans un état lamentable, voir même agonisant... Curieusement, lorsque le Comte lui avait dit qu’Alexender était en vie, elle l’avait crue…

Reprenant ses esprits et la maitrise de soi, la jeune Spencer sécha ses pleurs avant de s’éloignée d’Alexender pour se dirigée vers le foyer ou brillait un petit feu. La main appuyée sur l’âtre, la magicienne perdit son regard dans le feu en murmurant doucement.


-Il ne ta rien dit?...

Un long silence suivit cette petite phrase. Les yeux fermés, la jeune femme cherchait comment exposer la situation... Elle était si sur que le Comte avait parlé à Alexender... Quoi que d’un certain côté, elle avait toujours douté qu’un homme aussi fougueux que son tendre amour n’avait pas renoncée aussi facilement... La voix éteinte, Sarah mit fin au supplice.

-Nous… Nous avons passé un pacte... Tout ce que je savais c’est que tu étais prisonnier quelque part en train de te faire torturée et même pire.

Sa voix se brisa de nouveau. Après une nouvelle inspiration, elle poursuivit.

-J’avais si peur que tu sois...qu’il t’arrive malheur, par ma faute...

Un nouveau sanglot. Elle fuyait son regard. Jamais elle n’oserait le regarder de nouveau dans les yeux après ça. Ainsi
étinceler de cette manière, le corps plongée dans un clair obscur, la jeune femme semblait plus faible que jamais. Atterrée et abattue, sur le bord de l’évanouissement
.

-Alors...j’ai passé un pacte…Ma vie contre la tienne… il te sauvait la vie… en échange que... que je sois... à lui...

Des larmes se remirent à couler sur ses joues. Sarah ferma les yeux, anéantie et brisée, comme saisit par une fatigue et une langueur mortelle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Date d'inscription : 11/03/2008
Nombre de messages : 352
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Mar 23 Aoû - 21:37

Sarah était froide, presque distante. Pourquoi? L'éthique? Il n'y avait plus lieu d'en avoir. Et lui qui lui pleurait dessus, qui s'énervait un peu pour finalement se radoucir...Bon sang, que cette histoire était bien ficelée de bout en bout!
Même si son amie lui avait montré quelques signes d'affections comme de lui glisser la main dans les cheveux ou de s'appuyer contre son torse, le Hunter ne sentait que trop la raideur de son aimée. Lorsqu'elle versa quelques larmes à son tour et qu'elle s'assouplit quelque peu, il en eut presque un soulagement visible. Cependant elle s'éloigna de lui pour perdre son regard dans l'âtre chatoyant.

Alors elle parla de Lui, et ce "Il" fendit le coeur d'Alexender en deux. Il se sentait trahit jusqu'au plus profond de son âme car, même si la jeune femme lui expliquait qu'elle avait eu peur pour lui, il ne se souvenait que trop des paroles du Vampire: "Sarah s'est livrée à moi, presque de son plein gré, elle ne m'a d'ailleurs posé qu'une seule condition, que je tiendrai...Ta vie, contre la sienne. Toi vivant, elle dans mes bras."
Avait-elle réellement résisté ou bien s'était-elle donnée avec l'excuse de sa survie? Toujours était-il qu'elle n'avait pas répondu à ses questions! Que lui avait-il fait exactement? S'était-il contenté de lui sucer le sang? Ou bien s'était-elle abandonnée complètement?

Malgré les pleurs et l'apparente culpabilité de Sarah qui la rendait si mignonne et si aimante, Alexender s'en approcha et l'attrapa à nouveau par les épaules. Ses yeux flamboyant à la lueur du feu qui crépitait à côté d'eux, il la questionna avec l'air le plus sérieux du monde:


- Sarah, dis-moi ce qu'il t'a fait, exactement. S'est-il contenté de boire ton sang? T'a-t-il violentée ou pire?

Son regard était incandescent tout comme ses cheveux en bataille qui semblaient bouger avec les flammes de l'âtre fumant. Son coeur était plus battu qu'un fer sur une enclume. Ses tempes frémissaient de passion, de haine, de tristesse et de stress. Alexender avait un regard profond, presque fou, emporté dans son élan d'amour et de dégoût, pour cette femme si belle et ce Vampire si cruel de jouer ainsi avec leurs vies.

- Que désire-t-il de toi? Est-ce seulement un jeu pour me faire payer mes chasses ou les tiennes? Est-ce une marque de sadisme dont il se délecte? Ou est-ce quelque chose de plus terrible, Sarah?

Le Hunter n'était pas bête. Évidemment l'hypothèse du calice était terriblement mise en avant car il savait que les grands Vampires se réjouissaient de posséder les plus beaux humains possible pour satisfaire leur faims. Mais il avait aussi en tête le désir charnel que ressentaient ces créatures infernales..."Toi vivant, elle dans mes bras." Cela pouvait largement évoquer ce désir. Et cette phrase le rendait fou.

- Dis-moi comment tu t'es échappée!

Alexender resserra son emprise. Il voulait savoir, et c'était normal. Peut-être qu'elle l'avait attendu ici pour lui tendre un ultime piège. Mais l'aristocrate n'y songeait presque pas. Il voulait surtout découvrir si la jeune femme avait été relâchée ou si elle s'était enfuit: la différence entre ces deux possibilités était énorme.
L'une en faisait un pantin totalement soumis au Vampire, l'autre montrait que malgré le pacte Sarah avait encore cette envie de se battre et finalement d'échapper à ce dernier.

Une chose était certaine: quelle que serait la réponse de son aimée, Alexender retournerait ciel et terre pour trouver le repaire de "Comte" et l'anéantir. Il avait osé pénétrer sa demeure et fendre la foule de ses invités pour participer au bal, il avait osé violenter Sarah une première fois sous son propre toit et incendier le salon en la laissant pour morte, il l'avait conduit dans un piège aidé de cet Angelstone dont il aurait la peau aussi pour finalement s'emparer de Sarah! C'en était bien trop pour le hunter qui avait passé sa vie à chasser les créatures de la nuit. Cette fois sa haine s'était décuplée, multipliée! Il allait rependre la terreur chez les Vampires et les réduire en cendre jusqu'aux derniers!

Non, ils ne lui prendraient pas Sarah!

Après sa mère, puis son père, ses géniteurs, sa genèse, son passé...il n'allait pas perdre Sarah, sa belle, son amie, son amante, son avenir...


- S'il te plait, dit-il en desserrant ses mains autour des frêles épaules de la jeune femme. Sa voix s'était adoucit et son regard s'était transformé en tristesse. Dis-moi tout...

Alexender mena la jeune femme à un fauteuil, il sentait bien qu'elle ne tenait plus debout à cause de son état mental, tout comme lui. Il la fit s'asseoir et s'agenouilla à terre, sur le tapis, avant de s'affaisser dans une position plus molle, plus confortable. Ses mains autours de celles de sa tendre, la tête sur ses genoux.

Gaspard...Où était-il en cet instant? Il l'aurait conseillé! Lui qui était si sage, si objectif...Ho comme son ami lui manquait...Comme son corps et son esprit flanchait à cette heure...
Jamais Alexender n'avait été aussi mal, si ce n'est le jour où son père l'avait emmené loin de son foyer, après lui avoir couvert la bouche pour n'éviter qu'il ne crie face au cadavre de sa mère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 615
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Sam 27 Aoû - 5:01

La grande horloge sonna neuf heures dans le silence lourd de tension du grand salon. Vouté sur elle-même devant l’âtre du feu, Sarah semblait portée le poids du monde sur ses frêles épaules et la veste de laine blanche qu’elle portait ne suffisait pas à réchauffé l’immense froid qu’elle sentait au plus profond de son être. Que pouvait-elle bien lui dire? Sinon qu’elle délirait? Qu’il ne devait jamais savoir sinon il maudirait tout ce qui existe... Où était Dieu dans de tel moment? L’humanité humaine pouvait bien être aussi faible s’Il les avait faits à son image!

La jeune femme se laissait aller à un abattement comme elle en avait rarement ressentie. Les yeux perdue dans les flammes, elle s’y serait jetée pour peu qu’elle en aurait eu le courage. Et son tendre amour qu’elle martyrisait par sa simple présence. Lorsqu’il s’approcha d’elle pour la saisir par les épaules et l’obliger à le regarder de nouveau, la magicienne sentit son épaule l’élancé de nouveau. Son corps faiblissait... Elle allait bientôt avoir 21 ans et pourtant la vie s’acharnait sur sa personne comme jamais et le poids des années se gorgeaient d’événement douloureux. Plus Alexender resserrait son emprise sur elle, plus la chasseuse avait mal. Est-ce que son amour pour lui pouvait lui donner le droit de mentir? De ne pas tout lui dire pour éviter qu’il ne la renie? La jeune Spencer frissonna au contacte du jeune homme sur ses épaules et encore plus lorsqu’il prononça son nom avec une douleur si profonde qu’elle failli défaillir. Incapable de supporter ce regard inquisiteur, la hunter l’attrapa par la chemise pour se coller de nouveau à lui, son visage contre son torse. Elle ne voulait plus rien voir, ni rien entendre, juste disparaître. Le jeune Chatelet du sentir sa détresse, car il desserra son emprise pour la conduire vers un fauteuil où l’aristocrate se laissa choir, incapable de supporter son propre poids. Tandis que son brave amoureux posait doucement sa tête sur ses genoux, Sarah se calma légèrement. La présence de se jeune homme avait quelque chose qui rassurait son âme. Il fallait qu’elle réponde à ses questions. Prenant une grande inspiration, la jeune femme commença son récit d’une voix tremblante.

-Il était ici, Alex… Il était ici chez moi, dans ce manoir, apparut je ne sais comment...

La magicienne étouffa un sanglot. Elle était si bouleversé par tout ces évènements. Elle avait encore de la difficulté à comprendre comment cela pouvait lui arriver. Machinalement, la chasseuse baissa son regard d’azur sur son poignet et remonta la manche laineuse de la veste qu’elle portait. Tandis que le vêtement bougeait, il révéla une peau blanche comme de l’ivoire, si pâle que l’on pouvait y voir les veines qui la sillonnait comme de l’encre diluée dans l’eau. Les reflets du feu glissaient sur la peau tendre pour s’accrocher à la blessure récente qui la déchirait. Quatre marques de griffes avaient laissé leur empreinte dans la chair. Une blessure similaire était visible sur son épaule, souvenir douloureux d’Abigail, sa tendre amie...

Mais ce n’étais pas la blessure que la jeune Spencer regardait attentivement, mais la paume de sa main où les chemins noirs était plus fréquent. Elle ne pouvait plus utiliser ses pouvoirs... Depuis son retour de chez Alexender, la nuit fatidique du bal, la demoiselle avait une grande difficulté à reprendre le contrôle de ses dons occultes... La lévitation absorbait son énergie, le feu lui brulait les paumes et malgré tout ses efforts, elle n’avait pas encore réussi à recréer des êtres de brouillards... Un petit rire frêle vient secours doucement ses épaules.

-Comment aurais-je pu me défendre... qu’aurais-je pu faire…Je n’avais rien… ni personne...

Sarah respira profondément, pour se donner du courage, elle ne devait pas faiblir, pas maintenant. À mesure qu’elle parlait, un certain poids disparaissait de ses épaules. Partager un secret si lourd diminuait l’intimité qui finissait par vous dévorer de l’intérieur. Ses yeux devenant vitreux et hagard, la chasseuse se mit à fixer le vide, ses mains serrant ceux d’Alexender.

-D’ailleurs, il ne chercha nullement à me blesser... ou à me faire du mal… Il t’avait toi... c’était bien suffisant, pire que toute torture physique... Il avait comprit l’importance que tu avais pour moi…que tu valais, mon dieu, tout l’or du monde, toute les richesses... toutes les journées ensoleillée d’une vie...

La jeune femme recommença à trembler et des larmes recommencèrent à tombé de ses yeux.

-Tant de gens sont mort par ma faute, tant de personne qui m’était cher… par ma faute...

Puis parlant plus fort, Sarah se redressa sur elle-même comme saisit d’une colère profonde.

-Pourquoi... pourquoi? Un esprit aussi fou que le sien, aussi impénétrable doit-il avoir une raison pour trouver un jeu distrayant auquel s’adonner?

Se souvenant de qui elle parlait, la hunter eu un frisson de peur avant de se relaisser tomber sur le fauteuil. Les yeux fermés, elle tenta de faire le vide complet de son esprit pour continuer son récit.

-Il me veut... c’est aussi simple que cela... Mon sang l’attire... et ma personne également...

L’aristocrate gardait les yeux fermés. Elle savait que chacun de ses mots était une lame tranchante qu’elle enfonçait sans le vouloir dans ce cœur qui l’aimait si fort.

-Il voulait que je sois son calice, son amante... chose que j’ai toujours refusé, c’est pour ça qu’il a tenté de me tuer chez toi...

Sarah ouvrit les yeux soudainement pensive et nostalgique, avant de murmurer :

-L’un de nous aurait du mourir cette nuit là dans le parc...

Puis reprenant son récit, la magicienne devient encore plus froide, plus faible, comme si tout ses souvenirs faisait disparaître son énergie.

-Il ma emmener dans son repaire, je me souviens… de la neige, il neigeait se soir la et sa voix comme un murmure se perdait dans le vent, un murmure calme, apaisant, j’était bien, au chaud, et le vent, le murmure, j’ai fini par m’endormir, dormir longtemps, où peu de temps, je n’arrive pas à me souvenir... Sarah ferma de nouveau les yeux. Il me semble m’être réveillée, tout semblait étrange comme dans un rêve, il m’a parlé des termes du pacte, il ma dit qu’il t’avait libérer, je… je me suis rendormie, à mon réveil, j’étais seule, encore, je suis allée dans sa chambre, il n’y avait personne... j’ai regardé dans le cercueil il y était, il s’est réveillée et...

Cette fois, de violant sanglot secoua le corps de la jeune femme et malgré ses pleurs elle chercha à continuer :

-Je ne voulais pas, j’ai vraiment tenté de me défendre…Un nouveau sanglot. Mais il était plus fort que moi et son aura, cette aura de ténèbres si écrasante...

Se redressant, sur elle-même, la hunter serra plus fort les mains de son amour, prenant son visage dans l’autre l’implorant du regard.

-Ne cherche pas à saisir ce que tu ne pourrais me pardonner...

Sarah pleura un bon moment, incapable de se remettre de ses émotions et tout en pleurant, elle continuait de marmonner son récit.

-Il y avait du sang, je sentais mon sang dans ses veines et mes pensées disparaitre, pire encore j’entendais ces pensées à lui dans ma propre tête, je n’arrivais pas à résister, ni rien faire. Un nouveau sanglot l’interrompit de nouveau pendant un bon moment avant qu’elle ne reprenne. Mais, mais il a été interrompu, il n’a pas été jusqu’au bout, nous n’avons pas... La jeune femme rougit violament avant de bafouiller la fin de sa phrase.

Cela était si humiliant pour elle. Sur le moment, elle c’était sentit si transporter, si sans contrôle de son corps. Mais à présent elle n’avait que de la honte sur elle. La hunter baissa la tête laissant les mèches rebelles de ses cheveux masquer son visage, tandis quelle retirait ses mains de ceux de son amour.

-L’un des sept avait été tuée par un loup-garou sur les docks, ça la mit en colère, il a enfermé celui qui la dérangé dans la pièce noire. Après il est partit... je ne sais pas combien de temps je suis restée seule...mais un bruit m’a surprise et je suis allée voir...

Cette fois, les yeux de la chasseuse se mirent à briller de terreur.

-Il y avait des gens, plein de gens, du peuple, des prolétaires, des disparut dont personnes ne c’était soucier...Et, et…

Sa voix se mit de nouveau à trembler, tremblement qui se répercuta dans tout son corps.


-Ils allaient les vider de leurs sangs, tous! Comme du vulgaire bétail! Tout ces innocents allaient mourir presser jusqu’a leur dernière goutte de vie, je manquais d’air, je ne pouvais plus respirer, le marbre m’écrasait, il fallait que je sorte, que je sorte de cet en

Le reste de sa phrase se perdit dans un cri d’horreur tendis qu’un objet percuta la vitre du salon. Tendu à l’extrême, Sarah se leva d’un bond, tremblante de tout son être. La chauve-souris, car s’en était une, heurta de nouveau la baie vitré dans un petit coup sonore et cette vision sembla terrifié encore plus. Instinctivement, elle recula d’un pas, heurtant au passage le fauteuil sur lequel elle était assise ce qui lui fit perdre le pied et tombé sur le sol. Assise sur le tapis, la jeune femme recula encore jusqu'à ce que son dos frappe un petit meuble pour poser les tasses de thé. Elle resta là, affolé, les yeux agrandis par la peur et pourtant vague, comme s’ils voyaient des horreurs que seul eux pouvaient voir. La hunter demeura ainsi, figée et tremblante jusqu'à ce que la présence d’Alexender la ramena à la réalité. Sarah attendit qu’il soit proche d’elle et ne se retenant plus, elle se jeta de nouveau dans ses bras. Malgré tout, elle ne pouvait se résoudre à se séparer de lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Date d'inscription : 11/03/2008
Nombre de messages : 352
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Jeu 8 Sep - 13:23

Alexender était effondré, paralysé, peu à peu tué par les révélations de Sarah. Évidemment, les sanglots de son amie lui brisaient le coeur et la voir aussi pâle, aussi tremblante, aussi fragile lui donnait envie de la serrer dans ses bras, de la rassurer, de lui dire tous les mots d'amour qui traversaient son âme qu'il aurait bien damnée pour elle. Cependant, rien n'aurait pu être plus fort et plus violent que sa rage en cet instant, sa colère, sa jalousie, son envie de tuer...

Le Vampire s'était rendu chez elle...Ici? Dans cette pièce? La panique surpris les nerfs du Hunter qui regarda alentours. Ce salaud avait osé pénétrer dans la demeure de Sarah pour venir la chercher...Une horreur.
La jeune femme semblait complètent anéantie. Elle souleva sa manche et révéla sans s'en rendre compte qu'elle était blessée physiquement. Alexender fronça les sourcils encore plus soucieux. Il ne pu soutenir la vision de sa belle peau griffée et, détournant le regard, il fixa ses yeux de feu dans le vide. Qui? Comment? Était-ce le Vampire? Il préféra laisser cette question en suspend et écouter son amie en serrant un peu plus ses genoux.

La suite l'écrasa toujours un peu plus: le Vampire l'avait mordue, c'était certain, et d'ailleurs il avait bien vu les marques affreuses sur le cou magnifique de sa compagne, mais il avait aussi été plus loin...Même s'il s'en était douté, même s'il en était persuadé, il voulait l'entendre de la bouche de la jeune femme: oui, le Vampire avait voulu la prendre comme un homme, il l'avait touchée, il l'avait embrassée, et Dieu savait quels autres actes avait-il eut en tête!
Le Hunter bouillonnait et fulminait intérieurement. Lui pardonner? A qui? A elle? Que pouvait-elle y faire? A part se défendre jusqu'à la mort? Alexender connaissait le don obscur des Vampires, leur force d'envoûtement et le plaisir qu'ils prenaient à en jouer pour arriver finalement aux ébats physiques...

Alexender serra les poings. Sarah était en pleur, ses beaux yeux souffraient ce que son coeur n'arrivait plus à exprimer correctement ou à trier. Elle semblait perdu, triste et désespérée par sa situation, ses propres actes et la crainte. Au moins, Alexender compris une chose: le Vampire n'avait pas obtenu ce qu'il souhaitait, ils avaient...IL avait été interrompu. Cela soulagea le Hunter même si sa haine s'était maintenant décuplée jusqu'à un point de non retour.

Sarah continua jusqu'à ce qu'elle s'affole et perde définitivement contenance. Elle tomba, le Hunter sursauta en n'ayant rien eu le temps de faire puis il la rattrapa lorsqu'elle se jeta dans ses bras après sa chute. Il lui tint la taille avec force et serra sa tête contre lui. Ils pleuraient en coeur, trop éprouvés par cette situation. Sentant la chaleur de la jeune femme contre lui, Alexender réalisa la chance qu'il avait de l'avoir encore dans ses bras. Sarah était vivante, c'est tout ce qui lui importait en cet instant. Longtemps, il resta muet, se contentant de pleurer et de la serrer contre lui. Sa main lui caressait les cheveux pour la rassurer et lui montrer toute sa tendresse. Il ne lui en voulait pas! Comment pourrait-il lui en vouloir? Elle avait été kidnappée, il avait été piégé, rien de tout ceci ne se serait passé s'il n'avait pas eu la bassesse de traîner au bar et de se penser oublié! Il aurait dû venir la chercher, après le bal, dans sa demeure! Voilà la fatalité des bonnes manières! C'était terminé! Alexender luttait depuis déjà longtemps contre les principes aristocratiques...N'avait-il pas intégré à eux une bourgeoise pour Gaspard? Quel idiot avait-il été de ne pas faire le pas après le bal! S'il était venu la chercher, peut-être auraient-ils pu s'en sortir autrement!?
Mais l'heure n'était plus aux regrets: il fallait être heureux de cette fuite, heureux de se retour et de cette vie! Sarah n'était pas devenue Vampire, elle n'avait pas hésité à s'enfuir face aux horreurs qu'elle avait vu. Ainsi les Vampires retenaient des prisonniers...et ils se battaient encore violemment contre les Loups-Garous...

Alexender poussa gentiment Sarah en arrière pour la regarder dans les yeux.


- C'est fini. Je ne te quitterai plus des yeux. Je te jure de le traquer et de le tuer. Tu ne seras plus jamais sa proie.

Il la ramena à lui pour l'embrasser sur le front.

- Ainsi il est venu jusqu'ici... fit-il en observant la pièce d'un coup d'oeil. Son air était souciant mais aussi déterminé. Nous allons pouvoir lui tendre un piège...

Oui, il était évident que le Vampire allait vouloir la récupérer et que le meilleur moyen de le détruire était de le coincer à son propre jeu.

- Sarah , fit Alexender d'un air plus joyeux. Il me croit mort! Son pacte avec toi était complètement factice. Il m'a... Le regard du Hunter se détourna de la jeune femme pour se perdre dans le vide un instant. Le souvenir de sa lutte dans les égouts l'avait trop marqué. Il...Il m'a laissé dans les égouts, presque mort, et je pense sincèrement qu'il me croit mort. Tu vois...Il t'avait promis ma sécurité, il m'a laissé crever comme un chien après m'avoir combattu, alors que j'étais sans arme. Sébastian! Tu connais un Sébastian Angelstone? Il est avec lui. C'est lui qui m'a piégé...

Le Hunter avait tellement de choses en tête et d'éléments à donner à Sarah qu'il mélangeait un peu tout. Conscient de son excitation, il tenta de se clamer et expliqua plus clairement ses idées:

- Il va certainement venir te chercher. Cache ta famille, trouve une excuse pour les envoyer à la campagne. Nous devons nous apprêter à l’accueillir. Il croit surement qu'il va pouvoir t'avoir à nouveau le soir, dans ton sommeil par exemple. Tendons-lui un piège!

Oui, ils avaient avec eux l'effet de surprise. Même si le Vampire était fort, il ne se douterait pas que Sarah avait retrouvé son amant et que ce dernier était vivant et prêt à l'attraper.

Alexender devint plus sombre mais plus confiant. Il regarda Sarah dans les yeux avec intensité et la pris par les épaules:


- Je ne peux pas t'en vouloir...et je te promets que tu ne vivras plus jamais cette horreur. Nous devons nous débarrasser définitivement de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 615
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Mer 28 Sep - 4:23

Tremblante de tout son corps, Sarah pleurait à chaudes larmes contre l’épaule de son amoureux. Les poings serrés contre le collet de la chemise du jeune homme, elle avait enfouit son visage dans le creux de son cou s’enivrant de son parfum qui la réconfortait peu à peu. Sa peau froide donnait l’impression de bruler au contacte du corps d’Alexender, mais ce fut une douleur que la jeune femme se força d’accepter. Après ce séjour infernal dans le monde des morts, elle avait enfin l’impression de revenir peu à peu parmi les vivants.

Le souvenir du Comte refit surface dans ses pensées et la demoiselle frissonna de nouveau. Le visage de Jirômaru flottait encore dans son esprit, persistant, menaçant. Si seulement elle pouvait se détacher de la fascination qu’il exerçait sur elle! Sous l’Opéra, elle avait vue l’enfer dans ses yeux et son contacte l’avait rendue plus vivante, son contacte l’avait fait mourir intérieurement...

Souhaitant couper court à ses pensées, la magicienne se redressa légèrement et laissa son nez glisser le long de la joue d’Alexender jusqu'à ce que ses lèvres trouvent les siennes. L’embrassant d’abord timidement, une fois, deux fois puis devenant soudainement passionné, elle serra les poings et l’attira encore plus contre elle en le tirant pas sa chemise. Le pauvre vêtement déjà durement éprouvé se tendit, mais résista tandis que la chasseuse se lovait contre le corps de son amoureux d’une manière sensuelle qui ne lui était pas coutumière. L’intensité du moment eu raison des sombres pensées de l’aristocrate et elle aurait probablement continué ainsi si Alexender ne l’avait pas repoussé doucement. Les yeux doux de son ami avait changé, soudainement pétillant et déterminer. L’héritière Spencer soupira intérieurement en voyant qu’il n’avait pas l’intention d’abandonner la chasse aux vampires. Plus dangereux encore, la chasse contre le Comte Keï.

Sarah l’écouta d’une oreille distraite et attentive à la fois, ne sachant plus vraiment où elle en était. Toute cette tension éprouvait ses nerfs déjà à bout. Néanmoins, voyant que le regard du Sieur Ravellow se perdait dans le vide, la jeune femme lui prit la main soudainement soucieuse. Ce qu’il lui révéla par la suite lui causa un grand choc et elle relâcha cette main qui lui était si cher. Le Comte n’avait pas tenus sa promesse...À cette constatation, la demoiselle ressentit une profonde déception. Curieusement, elle avait cru pouvoir accorder une confiance en la parole de Jirômaru… et voir qu’elle c’était trompée la désappointait grandement.

Au nom de celui qui avait capturé son tendre ami, la magicienne se raidit toute entière avant de lever vers Alexender un regard interrogatif et inquiet. Angelstone? Ce nom lui semblait familier... et si c’était...Le vicomte? Ce ne pouvait-être que lui, un nom si rare...Tandis que la hunter prenait lentement conscience de ce que cela entrainait, son visage se vida du peu de couleur qu’il avait pour devenir aussi blanc et que la craie. Ses jambes devenant chancelante, Sarah se laissa choir sur le petit fauteuil.

Le Vicomte avait aidé Jirômaru à tendre ce piège diabolique? Ce n’était pas un simple plan ou un quel conte chantage; le Comte avait habilement tissé une toile et avant même qu’ils ne se rende-compte de la situation, il était trop tard. Comme des papillons de nuit, ils c’étaient retrouvés prisonnier des fils savamment conçus pour les emprisonner. Ce n’était pas pour rien qu’il était entré chez elle cette nuit là, à ce moment précis tandis que son pauvre amour ce faisait kidnapper. Il avait tout planifié dans les moindres détails et cette constatation avait quelque chose d’effrayant. Malgré son esprit fou et hagard, il restait un homme dangereusement habile. En lisant son journal de rêve, la jeune femme commençait à mieux cerner le tempérament du vampire et surtout saisir la complexité de sa personnalité.

Malgré cette réalisation, la demoiselle ressentait un profond malaise. Le lien qui unissait le comte et le vicomte semblait beaucoup plus profond que le simple titre d’aristocratie qu’ils possédaient. Non, si Mr. Angelstone avait accepté d’aider Jirômaru c’est qu’il y avait une autre raison. Tandis que la réponse se faisait plus clair à l’esprit de la magicienne, un violant frisson secoua ses frêles épaules. Le Vicomte ne pouvait être qu’un...

Redressant la tête, la chasseuse secoua ses belles boucles brunes, les traits de son visage tirés pas la fatigue et l’angoisse.


-Tu ne comprends pas... Mon père est secrétaires pour la Reine, il occupe une place et des fonctions très importantes, quitter la ville signifierait se mettre sur la banqueroute! Et qui plus est, il refuserait obstinément de partir sans avoir une bonne raison et crois-moi, ce n’est pas le type d’homme à croire aux vampires. Sans parler que le Comte... est techniquement l’un de ses supérieurs... Jamais ça ne marchera...

Oh non, Mr Spencer n’accepterait jamais de tel propos. Lui avouer l’existence et même la vraie nature du Comte revenait à signer un acte de folie et un billet pour l’asile ou le couvent. Relevant la tête, Sarah jeta un regard suppliant à Alexender avant de murmurer doucement.

-Enfuyons-nous...

Se relevant du fauteuil, la demoiselle lui prit doucement les mains avant de les porters contre sa joue, l’air plus sérieuse que jamais.

-Oublions toutes cette histoire de vampire et de loup-garou! Quittons Londres pour le Dorset où toutes ces intrigues ne nous atteindrons pas...

Trop emporté par ses illusions, la chasseuse ne se rendait pas compte de l’ampleur de ce qu’elle disait. Elle voulait simplement qu’Alexender renonce à son idée de vengeance qui pouvait le mettre de nouveau en danger et surtout d’oublier la haine qui bouillonnait littéralement dans ses veines. Malgré son rang d’aristocrate, la jeune femme voulait agir en lâche et fuir la menace pour préserver cet amour qui lui était si cher.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Date d'inscription : 11/03/2008
Nombre de messages : 352
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Lun 17 Oct - 18:14

La situation devenait tendue: Sarah, rongée de remords, de peur et de tristesse laissait aller ses larmes, perdue entre passion et désespoir. Alexender avait perçu sa manière de s'accrocher à lui et de l'embrasser fougueusement comme la marque certaine de sa confusion, mais il n'avait pas réalisé à quel point la jeune femme était déboussolée. Ce n'est que lorsqu'elle lui proposa dans un ultime effort la fuite qu'il comprit l'étendue de sa perte de repaire.

- Fuir? répéta le Hunter avec un air consterné. Pour aller où?

La jeune aristocrate semblait au bord d'un gouffre sans fond qui la plongeait peu à peu dans la folie. Alexender lui saisit les épaules, l'air dur, et la comprima un peu.

- Sarah, tu ne peux pas espérer le fuir! Tu ne peux pas t'enfoncer dans un abime romanesque et croire en notre survie comme si nous n'étions que les personnages d'une histoire fictionnelle! Nous sommes dans une véritable pièce de théâtre! Et c'est une tragédie que nous sommes contrains de jouer! Ce Vampire ne nous laissera jamais en paix! Il nous poursuivra où que nous allions et il pourrait même prendre un malin plaisir à anéantir ta famille lorsqu'il aura découvert ta fuite! Y as-tu songé?

Évidemment, Alexender avait conscience que la jeune femme venait de lui proposer pareille folie sur un coup de tête appuyé sur un désespoir profond. Elle était profondément perturbée et ne savait pas quoi faire. Il était certain qu'elle n'avait absolument pas prit le temps de réfléchir à ce plan dangereux.

- Sarah, reprit le jeune aristocrate, nous devons le détruire, sinon il ne fera que te hanter jusqu'à avoir raison de toi! Et il faut aussi songer aux autres...Tu es chasseuse, non? Je le suis aussi. Mon but est de débarrasser les rues de tels criminels et d'assurer la paix aux pauvres humains que nous sommes. Il faut le détruire. Nous n'avons pas le choix et surtout pas le droit de le laisser perpétuer ses abominables machinations.

Le regard d'Alexender était triste. Triste mais flamboyant. Il allait être impitoyable, il le fallait. La peau de ce "comte" allait orner la poignée de son katana, il la râperait et la tânerait comme s'il eut s'agit d'un animal! Il fallait qu'il paye et qu'il soit arrêté par quelqu'un...

Alexender fléchit un peu la jambe: sa douleur à la cuisse le piquait encore énormément et cela lui confirma la validité de ses paroles. Si le Vampire allait jusqu'à coincer les gens dans les égouts, s'il était haut placé, comme semblait le savoir Sarah, et qu'il manipulait même les plus grands, il fallait en venir à bout. Un tel psychopathe ne pouvait avoir sa place dans ce monde.

Le Hunter serra la jeune femme dans ses bras et lui caressa les cheveux tout en réfléchissant, les yeux dans le vide. Son coeur battait à tout rompre: la colère, la haine et la tristesse l'étreignaient tout à la fois. Il fallait sortir de ce cauchemar, sauver son amour, sauver sa famille et libérer le monde de ce démon sans scrupules. Que faire? Piéger le manoir des Spencer lui semblait une bonne idée, mais comment sauver sa famille? Comment les faire partir? Comment les protéger s'ils voulaient rester? Alexender était tenté d'aller les voir sur le champ pour leur expliquer toute l'histoire depuis ses commencement jusqu'à ce jour, mais il allait être prit pour un fou et jeté hors de la demeure. Déjà que sa présence sonnait comme une intrusion peu galante...Mais qu'importe!? Il n'en avait cure! La vie de Sarah valait tellement plus que toutes les valeurs aristocratiques de leur époque mouvementée! Il fallait trouver quelque chose, une excuse pour que les Spencer s'éloignent de la demeure...


- Sarah...murmura-t-il, j'ai peur de te paraître faible mais...moi aussi j'aimerai disparaître, loin de tout ceci et vivre avec toi une vie de rêve, dans un endroit tranquille...mais il faut avoir conscience de la réalité...Il faut nous en débarrasser et j'ai besoin de ton aide pour le coincer. Je ne pourrais pas porter ce fardeau seul. Je veux te sauver, mais j'ai besoin que tu le veuilles aussi...pour toi, pour nous, pour ta famille...

Il prit le visage de son amie dans ses mains et l'embrassa longuement, tendrement, comme au premier jour de leur rencontre. Ses yeux étaient fatigués mais ils brûlaient d'une flamme sincère et douce.
Oui, il allait partir en guerre contre ce "comte", oui il risquerait sa vie pour sauver Sarah, mais il fallait que la jeune femme coopère et l'aide à tendre le filet qui devait les libérer tous deux, sinon Alexender savait qu'il serait perdant: ce Vampire était bien trop fort.


- Il faut l'éliminer Sarah...Mais seul je n'y arriverai pas.

Cet aveu de faiblesse tuait le Hunter mais à quoi bon faire le brave alors que la vie de sa belle était en jeu? Mourir en héros ne la sauverait pas: il fallait réussir la mission.

- Peut-être avons-nous des alliés dont on ne connait même pas l'existence?

Oui, Alexender songeait maintenant à rassembler des chasseurs: ils ne pouvaient pas être seuls dans cette ville...et il venait d'y penser. Pourquoi ne pas monter un groupe de tueurs expérimentés pour coincer le Vampire? Il fallait bien réfléchir à la manière de le prendre puisqu'il ne fallait pas négliger ses alliés à lui! Cet Angelstone, par exemple, était fort à sa manière! Et le Vampire devait avoir d'autres accolytes dans ses rangs...S'entourer de mercenaires ou d'autres chasseurs était la meilleur des solutions, d'autant que les autorités ne pourraient rien faire d'autre que se moquer de leurs histoires.

- Sarah, il faut que nous soyons prêts et le temps presse. Ne connais-tu pas d'autres chasseurs?

Alexender pensa à Gaspard: ce n'était pas un chasseur mais ses qualités de Lycanthrope et de chimiste étaient peut être des atouts qu'il leur accorderait? L'aimable Lycan était si doué de raison qu'il pouvait fortement les aider à ériger leurs plans!
Le Hunter songea à ses années à la Nouvelle Orléans...non, il ne connaissait pas d'autre chasseurs, à part Sarah...Son précepteur était mort il y avait maintenant bien des années et jamais encore dans ses traques nocturnes il n'avait rencontré de Hunter...Sarah était la seule qu'il connaissait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 615
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Lun 31 Oct - 0:30

La jeune demoiselle inspira profondément avant de fermée les yeux. Les mains d’Alexender sur ses épaules la comprimaient et elle avait l’impression de se retrouver dans un étau de chaleur qui pourtant la laissait frissonnante. Tandis qu’il lui parlait, un étrange sourire absent étira les lèvres de l’aristocrate. Acteurs d’une pièce de théâtre. Si seulement il avait conscience de l’exactitude des propos qu’il disait. Ce n’était qu’une mascarade grotesque issue d’une pièce d’opéra. Tout jouait contre eux, le temps même n’était pas en leur faveur. Alexender avait raison. Même s’ils fuyaient aujourd’hui Jiromaru n’avait pas à se soucier des ravages des années pour exécuter sa vengeance. Il viendrait la chercher peut importe le temps que cela prendrait.

La chasseuse se mordit la lèvre inférieure avant d’ouvrir les yeux. Ce que son tendre amour lui dit eu pour effet de la ressaisir comme s’il l’avait frappé au visage. Sa famille ne devait pas souffrir de ses erreurs. Il fallait qu’elle redevienne maitresse d’elle-même. Le Comte avait beau être rusée, ils devaient se montré plus ingénieux que lui. Sarah se mit à pensé à la clé des songes du vampire qui reposait dans sa chambre de même que le traité de vampirologie qu’elle avait ‘‘emprunter’’ au vampire avant de se sauver de chez lui. Et si la réponse ultime se trouvait dans ses pages? Il y avait tant d’information qui méritait qu’on si attarde! Des dates et des évènements, bien des détails qui pouvaient leur en fournir des indices sur leur ennemi. Avoir cet accès privilégier au souvenir du comte leur permettrais de mieux le cerner pour l’anéantir...

Pour l’instant, c’étais eux qui avaient l’avantage. Non seulement le vampire pensait qu’Alexender était mort, mais de plus il devait ignorer qu’elle avait volée deux de ses précieux livres. Il fallait donc agir vite, bien et précisément.

Se séparant de l’étreinte précieuse d’Alexender, la magicienne se mit à réfléchir à ses propos. Des alliés? L’idée lui semblait intéressante. Bien sur il y avait Abigail. Sarah eu un profond pincement au cœur en songeant à sa très chère amie. Elle était toujours sans nouvelle. La jeune bourgeoise était encore sous l’emprise de la pleine lune. Non, elle ne pouvait les aidées pour le moment.

La jeune demoiselle commença à faire les cents pas dans le salon comme lorsqu’elle s’adonnait à d’intense réflexion. Il y avait bien eu ce certain Halen, mais il ne c’étais jamais présenter au dit rendez-vous. Qui pouvait bien les aidés. Sarah s’arrêta devant l’une des fenêtres du grand salon avant de se tourner lentement vers Alexender. Il y avait peut-être... Se rapprochant de lui, la chasseuse croisa les bras.


-Je crois connaître quelqu’un...

Sarah alla s’asseoir de nouveau. Elle était épuisée et le sommeil la gagnait de plus en plus. Il fallait qu’elle rassemble ses souvenirs pour se remémorer les détails si important en cet instant.

-Il y a un homme, un chasseur de vampire, il… comment dire... il c’est battu avec le Comte… et il à presque réussi à le terrasser…

Et il y aurait sans doute parvenu si elle ne c’étais pas interposer.

-Je crois que c’étais un riche bourgeois ou un petit aristocrate… Un homme très grands, les traits de son visage sont très marquants, beau et délicats et il avait les cheveux blancs, comme la neige, coupé court…je crois…

Sarah ferma les yeux. Elle avait été si subjuguée par le comte c’est dernier temps que la rencontre avec cet hunter lui avait semblé dérisoire.

-Je crois qui s’appelaient... Raphaël… Verozio Raphaël... un italien je crois… lui pourrais nous aider...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Date d'inscription : 11/03/2008
Nombre de messages : 352
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Lun 7 Nov - 12:07

Alors que dans la tête d'Alexender bouillonnait un feu vengeur, sa belle amie se mit à faire les cent pas. La voir ainsi, si belle, si droite et en même temps si fatiguée et meurtrie, blessa le cœur du Hunter : si cette traque n'aboutissait pas, ce fameux Comte aurait leurs vies, c'était certain. Il se mit donc à réfléchir aussi. Un silence s'intalla entre les deux amants, un silence de mort, rythmé seulement par les pas de la jeune femme. Alexender regardait ses pieds, menus et fins, tantôt sur la rude pierre, tantôt sur le moelleux tapis. Muet, en pleine expectative, il songeait à Gaspard, à nouveau, comme à un ami salvateur. Fallait-il le déranger dans sa retraire paisible avec Julia ? Lui qui avait enfin trouvé l'amour (et Alexender n'en était pas peu fier) méritait-il de tremper une nouvelle fois dans une histoire glauque et sombre ? Le Hunter rit intérieurement : s'il ne lui disait rien et s'il ne lui demandait pas au moins son avis sur sa situation, le Lycanthrope risquait bien de le tuer avant le Vampire ! Oui, il devait l'informer, même si sa présence dans la vie tranquille du Lycanthrope lui amenait toujours quelque malheur. Oui, malheur, c'était un oiseau de malheur...

Soudain, la voix de Sarah fendit l'air comme un couteau. Elle avait peut être trouvé, disait-elle, un collègue de chasse. Alexender se redressa et l'écouta attentivement avant de murmurer :


- Raphaël...Raphaël...non ça ne me dit rien. Je n'ai jamais entendu ce nom, ni de Verezio, ni quoique ce soit d'italien dans ce style-là.

Le Hunter fit à son tour quelques pas. La main sous de menton, complètement plongé dans ses réflexion. Ce que venait de lui dire Sarah le rendait relativement perplexe.

- Mmmh Et tu dis qu'il a déjà combattu le Comte ? Demanda-t-il dans un murmure.

Alexender se sentait quelque peu trahit : ainsi Sarah avait déjà vécu d'autres mésaventures avec ce Vampire...Elle ne lui avait donc pas tout dit...Que cachait exactement cette traque ? Pourquoi la désirait-il à ce point ? Ils avaient un lien que le Hunter ne savait s'expliquer et qui commençait sérieusement à l'énerver...


- Mais dis-moi, ce « Comte », te poursuit-il donc depuis longtemps ? Demanda-t-il sans douceur.

Alexender vint devant la jeune femme et lui prit les mains. La dominant de toute sa hauteur, il plangea son regard d'ambre dans l'azur des siens. Il devait savoir. L'idée même de la perdre lui était inssuportable et sa vie lui était précieuse au-delà de tout ce qui pouvait s'exprimer, mais perdre son cœur était certainement plus douloureux encore.
Ne lui avait-elle pas dit qu'elle s'était laissé envoûter par ce chien ? Ne lui avait-elle pas parue désespérément honteuse face à son manque de résistance ? Depuis combien de temps ce petit jeu pervers lui torturait-il l'esprit ? Avaient-ils donc un passé commun qu'il ignorait ?


- Sarah, fit-il finalement, où pourrions-nous trouver ce Raphaël ? Je n'ose pas te laisser seule mais il faut avouer que l'idée d'aller le chercher moi-même, en arpentant les salons et les rues la nuit, me vient désormais. Je ne veux pas que tu sortes. Il est hors de question de laisser à ce monstre l'opportunité de te faire du mal et de te récupérer. Mais tu peux peut-être aussi venir avec moi...Je ne sais pas, j'hésite. Je ne sais pas si tu serais réellement plus en sécurité avec moi qu'ici...

Alexender était perdu : que faire ? Quelle était la meilleure solution pour que Sarah soit en sécurité ? Il ne voulait pas la quitter des yeux mais il ne pouvait pas non plus agir selon ses propres méthodes en sa présence. S'il la perdait dans une escapade nocturne, comment pourrait-il se le pardonner ?

- Ma chère, j'ai une idée : tu pourrais aller habiter chez moi, dans mon manoir. Le Comte me croit mort, il ne viendrait jamais te chercher là-bas. Par contre, ta famille court un risque en restant ici et je ne saurais mieux te conseiller de les éloigner de Londres.

Il fallait agir, maintenant, et cesser de tourner en rond. Chaque minute qu'ils perdaient permettait au Vampire de monter des plans pour récupérer la jeune femme. D'ailleurs, pourquoi ne l'avait-il pas déjà rattrapée ? Cela faisait apparemment quelques jours que Sarah avait fuit son repaire et s'il était déjà venu ici-même pour la kidnapper, pourquoi n'était-il pas venu immédiatement ? C'était étrange, une chose manquait de logique dans toute cette histoire...Qu'attendait-il donc d'elle ? Qu'elle revienne d'elle-même ? Ou bien avait-il prévu de lui laisser une pseudo liberté pour mieux la reconquérir par la force ensuite ? Que se passait-il donc dans cette tête d'immortel ? Alexender ne comprennait pas son attitude. Pourquoi la laisser encore en vie ? Pourquoi la laisser ainsi vivre chez elle sans la reprendre alors qu'elle savait où il avait son antre ?

- Sarah, tu ne m'as pas répondu tout à l'heure, fit soudainement le Hunter, où est son repaire ? L'as-tu donc localisé ? Il nous faut cette information pour mieux le piéger, quoique l'on pourrait lui tendre un filet en ces lieux-mêmes, certains qu'il va revenir pour toi. Mais au cas où nous échouerions, il faut que nous puissions le traquer chez lui.

Alexender embrassa fougueusement la chasseuse. Peu à peu, son étreinte se fit passionnée : il la désirait, en ces moments sombres et cruels. Mais leur couple ne pouvait se développer dans une situation aussi tendue. Le danger constant ne pourrait jamais leur permettre une véritable union : il fallait éliminer cette menace s'ils souhaitaient s'aimer pleinnement et bâtir un avenir. Les mains du Hunter trouvèrent les hanches de la jeune femmes, si peu vêtue en cette heure tardive. Il l'aimait entièrement : physiquement (comment ne pouvait-on pas face à une si belle physionomie?) et intellectuellement. Chasseuse vivace, femme d'honneur et de bonne famille, Sarah avait un caractère bien trempé, des talents cachés, des mains de musicienne et des yeux aussi expressifs que ses paroles. Comment ne pouvait-il pas aimer une femme pareille ? Aussi parfaite, aussi belle, aussi vivante ?
Mais elle se mourrait, il en avait conscience. La petite étincelle de joie qu'il avait attrapé dans son regard lors de leur rencontre n'était plus là. Elle était pâle, elle était froide, elle était malade. Ce Vampire la rendait moribonde. Elle était mortellement frappée du mal formidable que les immortels subissaient eux-mêmes et transmettaient parfois à leurs victimes : le mal de vivre, le mal d'aimer, le mal du monde. Pourtant, elle n'avait pas été transformée, heureusement, et il y avait donc encore un espoir pour la sauver...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 615
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Ven 11 Nov - 17:40

Sarah laissait son regard fixer dans le vide. Elle tentait de se remémorer dans les moindres détails sont entrevus avec Raphaël. À l’époque néanmoins, elle était encore plus têtue qu’aujourd’hui et l’idée même de laisser quelqu’un d’autre interagir dans cette histoire lui était insupportable. Aujourd’hui encore, elle avait une certaine difficulté de savoir qu’Alexender voulait se mêler de ce combat. Les derniers jours lui avait donné raison. Alexender avait faillit mourir par sa faute...

La jeune femme sortir rapidement de ses pensées en entendant le ton froid qu’employa le sieur Ravellow lorsqu’il lui demanda depuis combien de temps elle et le comte jouait à ce jeu du chat et de la souris. L’aristocrate fronça les sourcils d’un air princier qui rendait son magnifique visage un air de sérieux inquiétant.


-…Depuis plusieurs mois déjà...

La magicienne eu un moment de silence. Avec toutes les péripéties qui avaient heurté sa vie, elle avait oublié de prendre conscience des jours et des dates. Après cette fameuse nuit au parc, tout était changé... Elle avait été enlevé, trainer dans les rues de Londres au bras de celui qui avait tenté de la tuer. Puis, à son réveil sous l’opéra, elle avait tentée de lui trouver un aspect humain et il lui avait semblé voir un éclat quelque part au fond de ses yeux brumeux. Mais les évènements avait joué contre elle et Asman avait subit sa vengeance. La colère du Comte par la suite avait été si violante qu’elle avait frôlé l’abysse. Par la suite, à chaque fois qu’ils c’étaient revus, tout n’avait été que sang, passion et folie. Mais quelque chose avait changé. Elle l’avait sentit la dernière fois lorsqu’il l’avait regardé, comme s’il attendait quelque chose de particulier d’elle, quelque chose qu’elle n’arrivait pas à saisir. Sarah plongea son regard dans le vide les paroles du comte lui revenant sans cesse en mémoire. Elle murmura doucement pour elle-même :

- Nous sommes liés par cette nuit au parc d'une manière que je ne peux pas comprendre...

La chasseuse secoua la tête. Elle avait tellement eu de chance pour mettre fin à cette histoire, pour débarrasser l’humanité de ce vampire en puissance. Toujours d’une fois faible, Sarah se parla à elle-même.

-C’est ma faute, il ma laisser l’opportunité de le tuer et j’en aie été incapable... J’ignore pourquoi...C’étais comme, une idée que je considérais absolument inconcevable... J’aurais du...

Alexender s’approcha d’elle avant de reprendre ses mains dans les siennes. Levant la tête, la jeune demoiselle se sentit légèrement acculer devant l’imposante stature de son ami. Il y avait quelque chose de dangereux qui émanait de lui. L’air soucieux de son visage de même que l’éclat de ses yeux la mettait mal à l’aise. Secouant sa belle chevelure brune, la mademoiselle Spencer chercha vaguement dans ses souvenirs avant de répondre.

-Hum, il me semble que la fois où nous nous étions rencontrés c’était dans les rues près du pont de Londres...

Sarah eu un petit sourire triste. Cette rencontre lui semblait si loin dans son esprit à présent! Elle se souvient de la remarque que le jeune homme lui avait dite à ce moment là. Elle jouait un jeu dangereux... Et cette fois là, elle lui avait répondue plein d’impudence et d’arrogance. Quelle tête folle elle avait été. Il avait eu raison. Ce n’était qu’un jeu et elle avait embarqué dans l’intrigue sans même prendre compte des règlements qui structuraient le tout. Et elle était sur le point de perdre une partie dont elle commençait à peine à prendre conscience des proportions. Néanmoins, elle ne souhaitait pas révéler à son tendre ami la cachette du vampire, de peur qu’il n’aille sauter à pied joint dans un véritable nid de créature qui lui ferait la peau dans le temps de le dire. Chaque chose en son temps.

- Non je te l’ai déjà dit Alex, je n’ai souvenir que des petites ruelles près du Queen's Head...

Mais elle n’eu pas le temps de terminer de parler que déjà les lèvres fougueuses du hunter trouvèrent les siennes. Contre lui, Sarah se sentait si bien. Les mains chaudes du jeune homme trouvèrent ses hanches et l’échange devient un peu plus passionné. Mais tandis qu’ils s’embrassaient, les paroles que venaient de prononcer son amant refirent surface dans son esprit. Reculant d’un pas en mettant brusquement fin à cette étreinte, la demoiselle lança un regard furieux. Son impulsivité refaisait surface et le rouge lui montait au joue.

-Mais que racontes-tu?

Elle faisait évidemment référence à sa demande de rester bien en sécurité chez elle pendant qu’il allait courir pour trouver le jeune Raphael. Sarah était une jeune femme dont la convention sociale horrifiait énormément. Elle clamait son indépendance et si elle semblait un être farouche dans la société mondaine c’était exactement car elle refusait de se faire dicter sa conduite par n’importe qui. Ses yeux devant brulant de colère, la jeune femme posa les poings sur ses hanches.

-Crois-tu vraiment que je vais rester ici les bras croisé à ne rien faire? Je ne suis pas le genre de femme qui se laisse entretenir Mr. Ravellow!

Faisant quelques pas comme si elle réfléchissait pour elle-même, la chasseuse croisa les bras plus têtu que jamais.

-Il est hors de question que je m’enferme dans un manoir ou un autre pour rester à ne rien faire pendant que tu cours tous les risques, c’est hors de question!

Bien décider à vider la question pour de bon, elle renchérit, n’ayant pas l’habitude de courber l’échine.

- Que crois-tu? Je te rappelle que ma famille est une famille d’aristocrate aisé. Il est impossible de songé à les expulsés de chez eux. Non seulement il serait mal vue pour moi d’habiter chez toi, mais c’est des plans pour que ma mère m’envoi dans un couvent pour n’en sortir qu’avec un mariage arrangé! Et ceci, très cher, est encore moins envisageable que tout le reste!

Sarah se sentait profondément outré par la suggestion du sieur Ravellow. Elle pensait qu’il la connaissait depuis assez longtemps pour savoir qu’elle ne supportait pas qu’on la tienne ainsi à l’écart. Cette histoire la concernait au plus haut point et Alexender avait quand même à l’idée de la traité comme une simple donzelle fragile, de quoi la rendre en colère bien rapidement. Le regardant droit dans les yeux et sur un ton qui se voulait sans réplique, ses joutes oratoires en avait fait une adepte de la rhétorique, elle continua sur le même ton.

- Et puis, que crois-tu? Qu’un vampire va surgir à ma fenêtre dans les prochaines nuits? Tu ne sembles pas saisir le concept d’éternité, il à tout le temps qu’il veut, rien ne le presse à venir me récupérer maintenant. Pour lui ce n’est qu’un jeu. Il n’a aucun intérêt à agir maintenant, car le divertissement qu’il recherche n’y est pas. Alors cesse un peu de me considérer comme une… comme une… simple femme fragile!

Voila qui était dit. Malgré la grande maitrise de soi-même dont faisait preuve la magicienne depuis les derniers jours, elle refusait encore tout de même de se faire comme exhiber comme un objet précieux à garder loin des regards.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Date d'inscription : 11/03/2008
Nombre de messages : 352
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Sam 19 Nov - 13:51

Plusieurs mois...Cette durée n'était pas si longue. Cela se comptait en quelques mois seulement? Alexender était resté sur cette phrase tandis qu'un petit silence s'installait. Ainsi ce Vampire la harcelait depuis peu, c'était récent. Il avait un plan, c'était certain. Alexender réfléchissait si bien qu'il n'écouta que d'une oreille la suite. Cependant, ses yeux posés dans le vide reprirent vie lorsque Sarah évoqua le fait qu'elle avait eu l'opportunité de tuer le Vampire sans pourtant l'avoir fait. Elle n'avait pas eu la volonté et cette idée lui semblait rude. Alexender allait réagir mais il s'aperçut vite que la jeune femme réfléchissait elle aussi. Elle ne se souvenait plus où elle avait croisé ce Raphaël susceptible de les aider. Le Spirit...peut-être qu'il allait dans ce salon...oui, c'était une piste, maigre, certes, mais c'était déjà ça. Et puis, s'il avait les cheveux blancs, pour un jeune homme cela était remarquable: il le trouverait.

- Oui...D'accord...Le Queen...

Puis Sarah s'énerva. Alexender ne s'y attendait pas. Tellement plongé dans ses pensées, absorbé par l'élaboration d'un plan, il fut surpris par les propos de la jeune femme. Il fronça les sourcils et recula d'un pas face à sa colère. Il la regarda croiser les bras et exposer son point de vue sur sa condition, sa famille, son rang et son sexe. Le Hunter changea peu à peu de visage: de la méfiance soudaine, il passa au sourire légèrement amusé et surtout un peu triste.

- Sarah...fit-il en avançant vers son amie. Il se posta devant elle et posa ses deux mains sur ses épaules. Le regard brillant, il continua: Je respecte ce que tu dis. Tu n'es pas faible et même si tu as eu l'occasion de tuer ce Comte, les Vampires ont une capacité de fascination contre laquelle nous ne pouvons pas toujours lutter. Tu ne peux pas te le repprocher. Tu es forte, c'est certain, et jamais je ne remettrai en question ta combativité au nom de ton sexe. Les femmes ne sont pas faites pour rester à la maison, c'est aussi évident pour moi que pour toi. Les femmes sont fortes, plus fortes même que les hommes.

Le regard du Hunter flamboyait. Il croyait fermement en ces principes et concepts. Puis, lâchant Sarah, il poussa un soupir en s'éloignant.

- Par contre, même si je comprends aussi le besoin de défendre l'honneur familial, les aristocrates comme tes parents devraient se méfier de leur orgueil et se soucier de leur vie plutôt que de leur image.

C'était son cheval de bataille. Pour lui, rester sur place pour le paraître, risquant vies et biens, était proprement stupide. Évidemment il n'allait pas le dire ainsi à la jeune Spencer, mais il le pensait fortement. Les questions de rang, la dignité superficielle des classes sociales l'énervaient au plus haut point.

- Tu devrais rester ici rien que pour les défendre...ajouta-t-il le regard dur. Eux ils sont faibles, faibles car ignorants. Il faut se méfier : l'étiquette est bien belle lorsque l'on n'a pas conscience de ce que c'est que se retrouver orphelin.

Si la jeune femme perdait ses proches, qu'adviendrait-il? Comment réagirait-elle? Le suicide, la rage folle? Il fallait l'éviter.

- Pour l'heure, Sarah, si je te demande de rester, ce n'est pas parce que je considère ta féminité comme une faiblesse. Je ne pense pas non plus que tu serais un poids à mes côtés même si je redoute fortement que tu puisses être utilisée pour me nuire. Ce n'est pas non plus parce que je doute de ta force physique ou de ton escrime, mais parce que l'adversaire que nous allons pourchasser est lui-même un chasseur qui sait ce qu'il veut et qui nous dépasse tellement en puissance que nous nous devons de rester prudents. Tu es sa cible, Sarah. Rends-toi donc compte de ce que cela signifie ! Que veux-tu donc y faire ? Te promener dans les rues, même en ma compagnie, t'exposerait trop à sa folie. Rester ici, même si c'est pour défendre ta famille, le mènera ici : ta famille périra, tu seras à nouveau enlevée, ou pire ! Venir au châtelet du Céans est, je pense, la solution qui préservera le plus de vies.

Alexender ne savait plus comment raisonner Sarah. Il avait conscience qu'elle devait être bousculée dans ses habitudes : seule, comme lui, chassant la nuit avec sa propre ombre, sûre d'elle-même, trop sûre d'elle-même, refusant aide, refusant compassion, refusant de se détacher de cette sensation d'aisance, de liberté et de droit individuel, elle n'avait pas en optique la possibilité réelle d'agir à plusieurs. Mais maintenant qu'ils étaient liés, maintenant qu'ils étaient de connivence, elle n'était plus seule. Il fallait qu'elle l'accepte, il fallait qu'elle réalise ce que sa perte pouvait représenter pour lui...Egoïsme ? Oui, l'amour est égoïste. Mais cet adversaire était décidément trop fort pour un Hunter seul et cette traque pouvait s'inverser à tout moment. Ce n'était pas une vulgaire chasse dans le but de nettoyer les ruelles de Londres des petites chauves-souris assoiffées, non, c'était bien plus terrible cette fois : ils avaient face à eux un être plus pervers que tout ce qu'Alexender avait rencontré jusque là. Evidemment il avait déjà affronté des Vampires sournois, machiavéliques et psychopathes. Evidemment il avait eu du fils à retordre avec de nombreux êtres de la nuit et il avait failli y passer plus d'une fois à cause de leurs pouvoirs ténébreux et leurs plans. Mais lorsqu'il s'était retrouvé dans les égoûts, même si ce fameux Comte ne l'avait pas réellement frappé, il s'était sentit écrasé. L'aura des Vampires ne se ressent pas chez les humains, mais ils peuvent sentir une certaine fascination ou une angoisse liée à leur puissance. Ce Vampire était ce qu'il avait rencontré de plus puissant jusqu'ici, du moins le sentait-il ainsi.

Alexender se mit à tourner en rond. La pression commençait à monter. Que faire ? Il fallait agir mais il ne voulait pas quitter Sarah d'une semelle. La moindre seconde qui le séparerait d'elle risquait de le rendre fou d'inquiétude. Maintenant qu'il l'avait retrouvée alors qu'il avait manqué de peu la mort, maintenant qu'elle était libre, échapée de son antre, ils étaient ensemble, ils étaient saufs, et cette chance inespérée ne devait pas être perdue.

Le Hunter arrêta soudainement ses pas et se raidit.


- Que veux-tu que l'on fasse ?

Sa voix était rauque, comme enrouée, et son maintient droit, dur et clairement perturbé de demander ainsi l'avis de la jeune femme. Il connaissait la réponse, mais il avait espoir que Sarah soit raisonnable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 615
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Mar 20 Déc - 1:51

Sarah se sentait extrêmement contrarier. Sa soudaine fureur n’avait été que le reflet du fait que les paroles de son tendre ami l’avait blessé profondément. Elle en avait plus qu’assez de passer pour un objet précieux et de valeurs. La société qui osait établir ces principes l’horripilait.

La jeune aristocrate était consciente que sa pensée allait à l’encontre de ce qu’elle aurait du. Fille unique et héritière d’une riche famille, aristocrate de surcroit et qui avait des liens directes avec la royauté, sa beauté et son intelligence en faisait un oiseau rare. Mais la jeune femme ne voulait point s’attirer les regards des autres. Une fois marié, elle serait réduite à vivre sous la tutelle et le commandement de son époux. Plus aucune liberté, ni sortie, réduite à l’état de parure.

Les yeux bleus et pétillants de défis de la magicienne perdirent légèrement de leurs fureurs tandis que le jeune Ravellow approuvait son sentiment. Décidément, ils étaient faits pour s’entendre. Prête à calmer sa colère, la demoiselle resta néanmoins stupéfaite lorsqu’il parla de ses parents en des termes peu flatteurs les qualifiants même d’orgueilleux, d’un certain point, il l’associait également à cette réplique. Piquée de nouveau au vif, la chasseuse croisa les bras le visage dur et furieux.


-Je vous trouve bien téméraire de parler d’eux de cette manière remplis de préjugé alors que vous ne pouvez guère vous permettes de prétendre les connaitre…

Sa remarque demeura vide, sans écho, le jeune sieur ayant déjà repartit sur une petite tirade. Si son ami avait tenté de calmer le jeu, ses paroles eurent l’effet contraire. Littéralement hors d’elle, la chasseuse lui aurait probablement lancé un vase par la tête si son éducation n’avait pas été si bien faite. Comment pouvait-il dire de telles choses et la prendre pour une sotte? Elle avait déjà songé à tous les scénarios possibles et réfléchis à toutes les solutions envisageables. Quel reste dehors, ici ou encore au châtelet des céans, rien n’y changerait. Il l’avait toujours retrouvé et il la retrouverait toujours, peut importe les miles qui les sépareraient, peu importe les pièges qu’il y aurait sur sa route, il n’y prendrait qu’un plus grand plaisir de chasse. Alexender ne semblait guère comprendre que pour le comte, elle représentait plus un jeu qu’une chasse. L’éloigner ne servirait à rien sinon lui faire comprendre un peu plus rapidement que le Hunter avait survécut. Les bras croisé, Sarah resta un moment à observer le ciel curieusement lumineux par la fenêtre. Les fêtes arrivaient bientôt et le gris du temps laissait planer une forte probabilité de neige. Un autre détail inquiétait la jeune femme cependant. Ils entraient dans la période de l’année où le mal arrivait à son point culminent. Les ténèbres triomphaient encore plus de jour en jour et l’obscurité gagnait du temps sur le jour. Les nuits étaient plus longue... De nouveau calme, Sarah ne tourna guère la tête, mais sa voix au timbre égale ne laissait aucun doute sur sa décision.

-Je resterai ici quoi qu’il arrive, car mon devoir est de protéger les miens Alexender… Si cela peut te rassurer toute fois, je n’irai pas à la poursuite de se sieur... mais il est hors de question que je lui laisse me mérite de m’avoir mit en cage...

Se retournant finalement, la jeune aristocrate jeta un coup d’œil à la grosse horloge.

-Il se fait tard, vous devriez rentrer chez vous Sieur Ravellow...la nuit est peu sur et mes parents risquent de rentrer bientôt...


[HRP: Doux matin d'hiver]




Dernière édition par Sarah Spencer le Sam 8 Mar - 18:16, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Date d'inscription : 11/03/2008
Nombre de messages : 352
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41] Sam 24 Déc - 14:36

La fureur de Sarah se faisait sentir. L'air en était vibrant et pourtant la jeune femme se retenait. Alexender percevait dans sa voix un soupçon de colère à peine dissimulable mais ses foudres n'étaient pas tombées. Son amie ne supportait pas d'être protégée. Pour elle cela signifiait certainement être enfermée, comme toujours, et surtout se retrouver considérée comme une faible, une simple femme, une enfant peut être...Alexender comprenait son agacement, seulement il ne pouvait la laisser n'en faire qu'à sa tête, il fallait bien qu'il l'aide dans cette épreuve. Il l'aimait. Cela était plus fort que tout. Et l'idée même de la perdre lui déchirait le coeur. Après ce qu'ils venaient de vivre ensemble, il n'arrivait plus à la quitter des yeux. Comment gérer cette situation? Le Hunter était perdu...Il ne pouvait la retenir contre son gré. Il ne pouvait pas la convaincre indéfiniment de protéger sa famille en l'éloignant afin qu'elle se protège elle-même. De son point de vue, rester ici était vraiment une mauvaise idée. Le Vampire savait où elle habitait, il était même venu la chercher ici...à moins de n'agir vite...il n'avait plus le choix.

Face à Sarah, Alexender commençait à fléchir. Chez lui aussi montait une certaine fureur. La haine qu'il avait pour le Comte et sa perte de patience face à la témérité de son amie insinuaient en lui un esprit destructeur. Pourquoi fallait-il donc que ce Vampire s'attache à elle? Pourquoi n'avait-il pas la force de le vaincre seul, comme tous les autres jusqu'ici? Et pourquoi Sarah était-elle si fière, si butée et si dure avec elle-même? Elle l'entraînait dans sa folie...

La conversation tourna court. Elle ne le suivrait pas au Céans...Elle allait rester là...Et elle le congédiait...

Alexender ouvrit la bouche mais resta finalement muet. Son regard glissa quelques instants dans le vide puis il s'approcha de Sarah, l'embrassa sur le front et entama sa marche vers la porte. Sans un mot, il posa sa main sur la poignée, prêt à sortir, résolu. Mais au moment de la tourner, il se retourna vers son amie:


- Prends soin de toi, s'il te plait.

Puis il sortit rapidement.
Il passa devant le domestique qui lui avait ouvert la porte et, telle une bourrasque, il passa devant la dame qui lui avait bloqué le passage avec ses bavardages niaiseux. Sans même les regarder, sans se préoccuper d'aucune morale ni d'aucune politesse, il sortit de la demeure. Le domestique n'avait même pas eu le temps de la lui ouvrir, par contre il dû la refermer derrière lui puisqu'il n'avait pas prit le soin de la fermer, trop enflammé par sa rage et sa tristesse.

Les larmes qui lui piquaient les yeux n'étaient qu'un petit reflet de ce qu'il ressentait à présent. Sarah agissait complètement déraisonnablement et il n'y pouvait rien. L'enlever aurait été considéré comme un acte de guerre envers sa famille, mais cela aurait pu lui sauver la vie et Dieu seul savait à quel point le Hunter se fichait des moralités de son époque! Pourquoi ne l'avait-il donc pas fait en cet instant? Parce que la haine lui ravageait maintenant l'esprit.

L'amour lui faisait serrer les dents, la haine lui bouleversait le coeur...à moins que ce ne fut l'inverse...

Alexender escalada le muret sans facilité, toujours blessé à la jambe malgré les bons soins de la sorcière. Puis il disparu dans la nuit.


[Fin du RP pour Alexender. Suite de ses aventures au post "Un Hunter en marche" au Châtelet du Céans]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Un hennissement dans la nuit [Alexender, Sarah] [15/10/41]» Une mélodie dans la nuit [LIBRE]» « L'hiver s'installe doucement dans la nuit, la neige est reine, à son tour. » - Panthère des Neiges.» Une ombre dans la nuit [ Ne pas répondre, merci. ]» Un carosse dans la nuit [PV]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Bloomsbury et Fitzrovia :: Fitzrovia :: Manoir des Spencer-