L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Une nuit pour oublier l'ennui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sébastian Angelstone
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 27/10/2008
Nombre de messages : 69
Race : Vampire
Classe sociale : Noble (Vicomte)
Emploi/loisirs : Gérant d'une compagnie d'import/export
Age : 345
Age (apparence) : 24 ans
Secte : Indépendant
Clan : Lasombras (Abandonné)
MessageSujet: Une nuit pour oublier l'ennui Mer 10 Aoû - 6:30

La nuit était déjà bien avancée lorsque l’Ange Déchus descendit de son tilbury dans St. James Street. Une fine neige tombait du ciel mais à en voir les flocons qui se déposaient sur le sol, elle ne durait pas, le printemps était précoce. Sans aucun avertissement le chauffeur de la somptueuse berline noire alla se garer plus loin faisant piaffer les chevaux sur son passage. Après un petit moment à replacer sa cravate noué de manière simple et élégante, Angelstone gravit les marches d’un des plus respectables établissements londoniens. La porte lui fut ouverte avec promptitude, et il pénétra dans un club au charme typiquement masculin.

Rien n’équivalait ce genre d’endroit. Un club de gentlemen était à lui seul un véritable bastion contre le monde extérieur, un autre chez-soi où l’on pouvait demeurer seul ou trouver de la compagnie suivant son humeur. Bien sur un endroit aussi respectable que celui-ci n’acceptait que de très rares dames dans son établissement. Celle qui osait si présenter perdait rapidement sa réputation. Il était très mal vue de se présenter à un salon de gentleman. L’endroit était un véritable repère pour les jeunes dandys et autres jeunes coq souhaitant venir se pavaner un peu. Le même principe s’appliquait aux vampires. Il était très rare de voir des anciens dans les environs. Anglestone était pour ainsi dire, le plus vieux. Dans ce genre de club, un homme pouvait se détendre avec des amis, gagner ou perdre une fortune aux tables de baccara ou de whist, traiter les affaires les plus complexes. Dans un coin de la pièce se trouvait un grand livre contenant les divers paris qui était fait de même que le compte rendu des derniers duels ou encore des admissions chez le meilleur centre de tire, pour les gentlemans souhaitant apprendre la maitrise du pistolet. Le Diable avait du y faire une escale dernièrement, de jeune vampire avaient prit la mauvaise habitude de s’entrainer en faisant de vrai duel. Bien sur les balles leurs étaient anodine mais les humains s’étaient rapidement troublée de les voir sans sortir sans blessure apparente. Heureusement, le Paul Mall était un autre genre.

Ce club particulièrement, avait de quoi faire déplacer l’Ange Déchus de chez lui. La nuit, le barmaid en chef n’était autre qu’un vampire de vieil âge qui servait une boisson particulière à ses congénères. Du sang frais aux prix du cognac le plus fort. C’était le seul endroit dans tout Londres à faire ce type de commerce. Angelstone pouvait donc venir participer aux discussions mondaines sans pour autant détruire sa couverture. Même en temps de guerre ou lors de ses nombreux voyages, l’Ange Déchus s’était toujours arrangé, lorsqu’il revenait à Londres, pour faire un arrêt à son club préférer.

Ignorant le silence qui c’était fait à son arrivé, Sébastian se tira lentement un fauteuil près du feu tout en ce commandant un bon verre de cognac d’un simple coup d’œil. En cette soirée, le diable était vêtu assez simplement : un mélange d’élégance et de noirceur. Une chemise blanche qui découpait sa silhouette fine et féline, rehaussé par sa une cravate noire. Son pantalon noir également était d’une coupe parfaite. L’ensemble de sa personne dégageait une aura qui éloignait les gens de sa présence. Ce qui n’était pas sans trop de difficulté puisque le club était peu peuplé en cette soirée. La saison commençait bientôt et les célibataires se préparaient déjà en courant les bals et les invitations à la recherche d’héritière riche et belle. Il faut dire que Londres était l’endroit idéal pour venir trouver une donzelle à ramener au Dorset. Le nom de la jeune Spencer était sortit souvent parmi les discussions. Des paris avaient même été lancés sur qui finirait par avoir ses bonnes grâces. Le nom du sieur Ravellow était bien sur le premier de la liste. Mais un autre pari sur la duré de leur fiançailles était déjà en vigueur. En effet, toute la gente masculine de Londres s’attendait pour dire que la jeune femme était une intrigante. Un mélange de beauté et d’intelligence qui la rendait mystérieuse et envoûtante. Et si c’est simple caractéristique ne suffisait pas à dresser une liste de courtisant, sa fortune arrangeait le reste. Seul enfant du secrétaire royale, sa dot était considérable et cela lui accordait un certain pouvoir. Elle pouvait donc avoir le loisir de choisir elle-même son futur époux sans aucune contrainte...

Étrangement, Angelstone n’avait pas la tête à songé à cette femme. Ni à aucune d’ailleurs. Depuis sa rencontre avec le Comte, le vampire avait perdue le sommeil. À chaque fois qu’il fermait les yeux, son esprit se mettait à voguer et ses pensées s’entremêlaient. Finalement, lasse de tourne dans son hôtel privé, le vicomte était venu relaxer dans ce lieu typiquement masculin. Rien de mieux que d’être entourer d’esprits si simples et se concentré sur la vie mondaine pour de nouveau respiré.

Son cognac spécial arriva et après avoir prit une longue gorgée, Sébastian replongea son regard d’ambre dans les flammes du feu, se laissant bercé par l’agitation qui commençait à affluer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une nuit pour oublier l'ennui Ven 16 Mar - 22:15

Il était dix neuf heures, et le soleil avait déjà quitté la ligne d'horizon, en cette froide journée d'hiver. Tout cela n'empêcha pas le vampire de pousser un énième soupir de lassitude. Nonchalamment installé sur son moelleux fauteuil de velours il avait posé ses pieds sur le plateau marqueté du bureau, et s'amusait avec une plume d'oie bleutée, la faisait flotter par la pensée. Ses pouvoirs de télékinésie n'en étaient encore qu'à leur stade embryonnaire, mais il arrivait tout de même à faire flotter de petits objets assez longtemps pour pouvoir s'amuser comme il le faisait là.
Simplement vêtu d'un pantalon cintré noir, son torse pâle et nu ne semblait pas ressentir le froid ambiant qui régnait dans son manoir. A vrai dire, il s'ennuyait trop pour se préoccuper de la chaleur dans sa chambre.

Couchée à plat ventre sur le lit à baldaquin de son maitre, une jeune vampire feuilletait un recueil de contes irlandais, à la recherche d'une histoire qui pourrait satisfaire l'attention du Marquis. Sa longue chevelure argentée retomba en cascade sur ses épaules mate et nues lorsqu'elle leva son regard félin vers le rouquin.


-Mes histoires vous ennuient, mon seigneur?

Sa voix chaude et grave avait une intonation amusée qui fit sourire Glen, alors qu'il rejetait la tête en arrière, reposant la plume au passage.

-Loin de moi cette idée, ma chère!! C'est de le fait d'être statique, qui m'ennuie... Londres a beau être une grande ville, elle est d'un ennui, parfois!
-Pourquoi n'iriez vous pas distraire dans un salon?

Le vampire fit la moue avant de hausser les épaules.

-Hum... Oui, pourquoi pas...?

Aisling referma vivement son ouvrage et se leva avec élégance du lit. Sa longue robe de soie orangée et translucide dessinait parfaitement les courbes de son corps athlétique, et elle s'approcha du fauteuil du Marionnettiste sans qu'il l'entende.
Passant une main dans ses longs cheveux roux, elle entreprit de les lui coiffer, tressant avec minutie chacune de ses longues mèches couleur sang.
Il sourit en sentant l'excitation guider les gestes de sa seconde. C'était une femme indépendante, qui aimait les fêtes et soirées presque autant que le goût du sang et des massacres. Sa notion du bien et du mal passait avant tout par une mise en valeur de soi pour attirer les plus faibles. Et visiblement, elle avait envie de sortir pour chasser.


-Tout bien réfléchit... Non. Pas ce soir. Mais ton idée n'est pas dénuée d'intérêt. Je n'ai pas envie de voir des femmes minaudantes et gloussantes, ce soir... Il me reste ce salon, du côté de St James...

Il sentit la jeune vampire se figer et ricana un instant.

-Je n'aime pas cet endroit... Les hommes y sont rustres et vantard. Je n'ai pas très envie de me retrouver là dedans...
-Qui te parle de venir? Je ne t'y ai pas invitée!

Aisling tiqua, lâchant les cheveux de son maitre, qui éclata de rire, cette fois ci, tout en se levant pour se tourner vers elle. Il lui prit le menton entre deux doigts, levant son visage pour qu'elle le regarde dans les yeux.

-Je plaisante, voyons! Je sais bien que tu n'aimes pas cet endroit... Je vais y aller seul. Profite de cette soirée pour vaquer à tes occupations! Et emmène Kane! Il me déprime, à rester enfermé comme ça... Il va finir par se changer en poussière!

La jeune femme sourit et inclina doucement la tête. Elle connaissait bien Glen pour savoir que lorsqu'il avait décidé quelque chose, rien ne pouvait le faire changer d'avis. Inutile de discuter, ce n'est pas à son bras qu'elle irait se pavaner. Tant pis pour lui, elle se trouvait un joli et jeune aristocrate et ne partagerait pas!

-Maintenant si tu veux bien m'excuser, je dois me préparer!

Aisling sortit d'un pas sautillant, le laissant seul dans sa grande chambre. Le vampire s'étira longuement, avant de choisir sa tenue pour la soirée. Il opta pour une panoplie faite de bleu. Sa veste marine aux boutons d'or couvrait un petit veston bleu canard sur une chemise blanche, et il choisit un sobre pantalon noir sur ses bottes de cuir noires et argent. Il n'avait pas envie d'arborer une tenue trop voyante, ce soir là. Seul son habituel maquillage autour des yeux et ses cheveux flamboyant le rendaient intriguant.

S'emparant de sa canne au pommeau d'argent et de son chapeau haut de forme, il sortit. Une calèche sombre l'attendait déjà devant les marches, et il n'eut qu'à indiquer l'adresse au cocher.
Celui ci le déposa devant le salon, où le marquis fit une entrée plutôt remarqué. Extravagant et extraverti par la même occasion, il faisait tourner bien des regards, depuis quelques temps. Sa fortune semblait être le premier centre d'intérêt de toute cette vermine humaine...
Souriant hypocritement aux hommes attablés, il salua ses connaissances, avant de s'approcher du bar, où il prit ce que lui servit d'office le barman. Pour les vampires, whisky et cognac n'avaient aucun effet. Seul le sang leur apportait satisfaction, et c'est avec un sourire qu'il porta le sombre liquide rouge à ses lèvres.
Se tournant à la recherche d'une table où s'assoir, il fut tenté de se joindre à un groupe de lord qui l'observait du coin de l'oeil, jusqu'à ce qu'il remarque un homme seul, assit prêt du feu, qu'il fixait avec insistance.
Glen aurait pu détourner tout de suite son regard, s'il n'avait pas sentit une aura familière et si le verre dans la main de l'inconnu ne l'avait pas intrigué. Avec un sourire amusé, il s'approcha, et se pencha pour découvrir le visage de cet homme mystérieux.


-Je rencontre rarement des personnes de ma... Classe en ce lieu. Cela vous ennuie-t-il que je me joigne à vous?

Il désigna un autre fauteuil prêt du feu, sur lequel il s'assit. Il avait un don particulier pour mettre les gens à l'aise en sa présence, et parlait si facilement qu'engager la conversation avec lui était un jeu d'enfant.

-Je ne crois pas vous avoir jamais vu... Je me nomme Glen O'Sullivan, je ne suis à Londres que depuis quelques mois... Et vous êtes?

Il avait prit l'habitude de toujours se présenter le premier, comme pour montrer qu'il avait suffisamment confiance en ses semblables pour leur accorder le privilège de connaître son nom. Il se passa de donner son titre, en ce lieu c'était inutile.
Ce soir, il n'avait pas ses seconds avec lui, et donc personne avec qui discuter, alors pourquoi se priver? Qui sait, peut-être que cet inconnu aux yeux ambrés avait des choses à raconter!


Dernière édition par Glen O'Sullivan le Mar 16 Oct - 23:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sébastian Angelstone
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 27/10/2008
Nombre de messages : 69
Race : Vampire
Classe sociale : Noble (Vicomte)
Emploi/loisirs : Gérant d'une compagnie d'import/export
Age : 345
Age (apparence) : 24 ans
Secte : Indépendant
Clan : Lasombras (Abandonné)
MessageSujet: Re: Une nuit pour oublier l'ennui Dim 18 Mar - 5:33

Écoutant d’une oreille attentive les murmures des lords près de lui, l’ange déchus esquissa un sourire. Sa dernière visite au salon évoquait encore des remarques. Bien sur, Sébastian ne faisait rien pour démentir le tout et la disparition du Sieur Ravellow qu’on n’avait pas revus depuis leur dernière rencontre, alimentait sa réputation déjà noire.
Ces yeux d’ambre tourner vers le foyer, le Diable contemplait les flammes d’un air absent, l’esprit à des kilomètres de Londres. Ses pensées vaguèrent d’abord à la Chapelle des Murmures, dans la campagne environnante de la ville. Puis il songea de nouveau à la proposition du Comte Kei. Depuis des jours qu’il y pensait, la réponse ne lui était pas encore apparut. Bien sur, une telle alliance avait de nombreux avantages mais Angelstone aimait sa liberté. Il n’avait pas fait tout ses voyages pour devenir l’obliger d’un être de nouveau. Ainsi concentré, Sébastian ne s’aperçut guère du mouvement qu’il y avait à l’entré du salon.

Un nouveau venu, et sans doute un nouveau partit établis à Londres, venait de faire une entré triomphante. Il fallait dire que parmi ce cercle intime, un joli visage munis d’une bonne réputation se taillait rapidement une place. Ce n’est que lorsque l’inconnue s’approcha de son dossier que le diable ne prit réellement conscience de sa présence. Il n’était pas encore assez perdu dans ses songes pour pouvoir se faire prendre par surprise.

Se redressant imperceptiblement tandis que ses yeux se fermaient rapidement, le vampire laissa son aura cerner celle du nouveau venu. Un vampire, comme lui. Mais l’aura ancienne et puissante du vampire ne le trompa guère. Il avait affaire encore une fois à un ainé entrainée et expérimenté qui avait dépassé les quatre cents ans. Serrant un peu plus son verre, Sébastian le laissa venir à lui sans émettre le moindre mouvement, ramenant néanmoins ses ombres autour de lui pour ne pas froissé inutilement le visiteur et d’une manière plus subtile, se protéger lui-même.

Ce n’est que lorsque le vampire s’adressa à lui que l’ange déchus consentit à ouvrir les yeux comme un simple humain. D’un geste de la main il présenta le siège près de lui avant de reprendre une position plus confortable tout en desserrant le nœud de sa cravate noire tout en détaillant le nouvel arrivant. Si Angelstone était un magnifique mélange de noirceur, d’élégance et de mystère, il lui manquait la touche de couleur qu’avait l’homme devant lui. Malgré son âge vampirique avancé, l’homme avait une apparence de jeune homme de 20 ans, avec une certaine insouciance. Ses cheveux rouges, (le diable entendait les murmures au fond de la salle qui se demandait si c’était une perruque ou non), encadrait un visage mince et blanc. Son habillement majoritaire de bleu, accentuait le contraste entre les deux couleurs.

Malgré sa facilité à engager la conversation, Sébastian gardait une certaine méfiance. Prenant une petite gorgée de sang qui était mélanger avec du cognac, il esquissa son sourire et prit une attitude d’ennuie mondain, celui qu’il usait de manière permanente pour les soirées et autre sortit. Ainsi, il pouvait traiter en paix de divers sujets tandis que les gens autours qui l’épiaient, comme c’était grandement le cas présentement, croyait qu’il ne faisait que parler de chose diverse. Il fit un petit signe de tête tandis que l’autre jeune homme se présentait.


-En effet, nous ne nous sommes croisé nulle part ailleurs il me semble. Je suis le Vicomte Angelstone. Qu’es qui vous amène à Londres monsieur O’Sullivan?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une nuit pour oublier l'ennui Dim 18 Mar - 23:52

Glen aurait pu, comme à son habitude, se joindre à un groupe de gentlemen pour discuter. Il aurait alors prit un plaisir particulièrement malsain à leur dicter des choix peu orthodoxes quant à l'attitude à avoir en société. Il était doué pour ça. Parler d'un ton détaché, naturellement, tout en masquant des propos emplit de haine, de destruction et de rage, c'était sa spécialité. Après tout, il suffisait d'enjoliver un peu les choses, d'attiser un feu qui ne demandait qu'à se répandre, et le tour était joué!
Et à l'origine, il était venu pour ça. Presque inconsciemment, certes, mais c'était avant tout pour pousser d'honnête aristocrate à se tirer dans les pattes...

S'il n'avait pas rencontré ce vampire, c'est probablement ce qu'il aurait fait. Mais maintenant qu'il était là, il devait avouer que sa présence allait changer ses plans et le cours de sa soirée, et il n'en était nullement contrarié, au contraire.
Cette distance qu'il sentait entre eux n'était pas des moindres. Prêt de deux siècles devaient les séparer, et bien que physiquement Glen ne dépassa pas la trentaine, il était indéniable qu'il avait l'expérience et le poids des années. Un poids qu'il supportait de moins en moins, car il faisait partie de ces vampires dont l'esprit quittait peu à peu le monde rationnel pour se sédentariser dans celui de la folie. Sa lucidité ne tenait qu'à un fil, et si sa cruauté folle et malsaine dansait son regard, il était suffisamment maitre de lui pour la cacher.

Tout cela ne durerait pas. Bientôt il n'userait plus de son intelligence que pour chercher à répandre le chaos. Mais pour l'heure, il était en bonne compagnie, se trouvait dans un lieu bien fréquenté, et avait à la main un verre remplit d'un liquide tout à fait délicieux. Il sourit d'un air aimable à l'homme qui lui faisait face. Il était bien plus calme et posé en apparence, alors que les doigts du Marionnettiste ne cessaient de s'agiter sur le bras du fauteuil, machinalement.
Le maquillage qu'il avait autour des yeux faisait ressortir l'éclat perçant de ses iris bleus pâles, lui donnant un regard acéré et presque dérangeant. Il n'avait d'ailleurs jamais eu un regard très aimable... Il espérait simplement que l'autre n'aurait pas l'impression désagréable d'être observé par un serpent.
S'enfonçant un peu dans le dossier confortable de son fauteuil, il répondit.


-Peut-être mon accent vous a-t-il mit sur la piste, je suis irlandais. J'ai quitté ma terre natale il y a quelques années, j'avais envie de voyager... Je n'aime pas trop rester longtemps au même endroit, je dois l'admettre... Je n'avais pas songé à l'Angleterre, et j'ai soudain eu la nostalgie de Londres..., puis il conclut d'un ton de conspirateur, pour ne pas éveiller les soupçons des humains, Il faut dire que la dernière fois que j'ai mis les pieds en Angleterre, Elizabeth 1ère n'était encore qu'une enfant...

Songeant de nouveau à cela, Glen sourit, un semblant de nostalgie traversant son regard. Il avait bien aimé cette époque. Même si elle était moins sombre et chaotique que l'ère actuelle, les pensées de ce siècle lui avaient plu... Quand bien même il s'y était intéressé.

-Mais dites moi... Je ne voudrais pas paraître indiscret, mais vous me semblez soucieux. Quelque chose vous turlupine, peut-être? On aurait pu penser que dans un lieu pareil, vous passeriez un peu de temps avec ces honnêtes gens, et pourtant, vous restez à l'écart...

Il sourit d'un air mystérieux. Glen avait la fâcheuse manie de toujours chercher à savoir ce qui pouvait motiver les gens. Par le passé, cette attitude lui avait apporté plus d'ennuis qu'autre chose... Mais il y avait tout de même une note d'intérêt réel dans sa voix.
Sebastian l'intriguait, autant par sa façon de se tenir que par son apparente distance avec tout le monde.


-Loin de moi l'idée de vous importuner, bien sûr...

Il avait gommé toutes marques d'agressivité dès son entrée dans le salon, et l'irlandais ne cherchait désormais plus qu'à découvrir un peu plus ses semblables. En quelques mois à Londres, il en avait rencontré bien trop peu à son goût, et certains n'apparaissent qu'au détour d'une conversation. Il n'en gardait souvent que le souvenir flou d'un nom murmuré par une jeune lady minaudant ou lâché avec peur par un homme un peu trop effrayé...
Ce nom, Angelstone, il lui semblait l'avoir déjà entendu. Où? Il n'aurait su le dire. Dans un salon, sûrement, mais il ne se souvenait plus si ce nom inspirait peur, respect ou encore passion chez les humains...


Dernière édition par Glen O'Sullivan le Mar 16 Oct - 23:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sébastian Angelstone
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 27/10/2008
Nombre de messages : 69
Race : Vampire
Classe sociale : Noble (Vicomte)
Emploi/loisirs : Gérant d'une compagnie d'import/export
Age : 345
Age (apparence) : 24 ans
Secte : Indépendant
Clan : Lasombras (Abandonné)
MessageSujet: Re: Une nuit pour oublier l'ennui Lun 30 Avr - 19:51

Malgré le peu d’importance qu’il accordait au gens de sa propre race, Angelstone était curieux. Il fallait qu’il le soit un minimum pour accepter de sortir de ses sombres réflexions pour s’adonner à la tâche pourtant simple de la discussion. Néanmoins, l’inconnu qui était devant lui suscitait son intérêt. Ce Sullivan faisait partit de ces gens qu’on qualifiait à Londres d’intriguant. Un savant mélange d’originalité, de mystère. Un ensemble qui suscitait à la fois les regards de la bonne société et leurs jugements. Néanmoins, il fallait réellement être un original pour garder cette attention pendant plus d’une saison. Les tendances se lassaient vite dans la grande ville tout comme les gens.

L’œil attentif du vampire nota rapidement quelque détail important. Le maquillage du jeune homme, son langage corporel qui témoignait d’une certaine aisance et d’un contrôle de soi, le petit accent, très très faible qu’il avait lui faisait songer au peuples plus au sud. L’Irlande peut-être? Il en eu rapidement la confirmation.


-Peut-être mon accent vous a-t-il mit sur la piste, je suis irlandais. J'ai quitté ma terre natale il y a quelques années, j'avais envie de voyager... Je n'aime pas trop rester longtemps au même endroit, je dois l'admettre... Je n'avais pas songé à l'Angleterre, et j'ai soudain eu la nostalgie de Londres..., puis il conclut d'un ton de conspirateur, pour ne pas éveiller les soupçons des humains, Il faut dire que la dernière fois que j'ai mis les pieds en Angleterre, Elizabeth 1ère n'était encore qu'une enfant...

La reine, bien sur. Le diable aussi avait vue grandir la jeune femme. Par période cependant, c’est voyages l’obligeait toujours à quitter certains endroits pendant un moment avant d’y revenir. Ainsi, oui, il avait vue la grande reine devenir ce qu’elle est aujourd’hui. En y songeant comme il faut, l’aristocrate retraça le jeune homme. Il avait entendue son nom lors des derniers bals et dans ce même salon de gentleman. Un nouveau marquis... Le vicomte afficha un petit air médusé sans porter le moindre commentaire. Son interlocuteur n’avait visiblement pas terminé de parler.

-Mais dites-moi... Je ne voudrais pas paraître indiscret, mais vous me semblez soucieux. Quelque chose vous turlupine, peut-être? On aurait pu penser que dans un lieu pareil, vous passeriez un peu de temps avec ces honnêtes gens, et pourtant, vous restez à l'écart...

Angelstone eu un sourire froid. Le genre de sourire qui révélait la noirceur de son être de même que sa nature vampirique. Il garda un moment silence, cherchant les mots qui pourraient bien traduire sa pensée. Les yeux fixées sur son verre, il fit tourner le liquide dans sa coupe avant dans prendre une gorgée. Aussitôt ses iris se mirent à briller d’un plaisir carnivore. Ce mélange avait quelque chose de divin.

-Vous comprendrez, Monsieur O'Sullivan, que notre race à souvent matière pour se plonger dans de grandes réflexions… Pour ma part, j’adore venir dans cet endroit où les plus bas instincts humains y sont illustrés...

En effet, les discussions y allaient fort. Certains pariaient, d’autre ce battaient, buvaient. Un beau mélange de vice mais ô combien humain. C’était comme observer la vie qui défilait sans nécessairement y prendre part. Un jeune homme s’approcha soudainement du petit duo, une liasse de papier dans les mains, il les tendit à Angelstone qui lui remit une pièce d’or en échange. Le courtier s’en retourna très heureux de son pourboire. Après un rapide coup d’œil aux documents et autres invitations, le Vicomte repris son air d’ennuie mondain.

-Et bien, Monsieur O'Sullivan, comptez-vous rester ici pour la saison? Je suis sur que vous serez invité dans les meilleurs réceptions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une nuit pour oublier l'ennui Jeu 3 Mai - 19:09

Une lueur malsaine sembla traverser le regard bleu acier de Glen tandis qu'il observait le jeune vicomte. Il n'aimait pas discuter, cela se sentait dans son attitude, son regard, mais aussi par son attitude tout à fait laconique. Là où Glen aurait pu passer la soirée à parler de tout et de rien, lui semblait choisir chacun de ses mots avec minutie. En soit, c'était plutôt une qualité que le rouquin ne possédait malheureusement pas, détestant purement et simplement le silence.
Pour le moment, il ne savait comment considérer Angelstone. Glen avait pour habitude de tester les gens avant de porter un quelconque jugement sur leur personne, mais le vicomte affichait un air tellement détaché qu'il lui était difficile de percer ses pensées à jour.
Il n'avait apprit que deux choses. Son nom et son titre. Ayant été comte pendant près de trois cent cinquante ans, Glen savait à quel point les aristocrates britanniques apportaient de l'importance à cette simple appellation précédant leur nom. Il était donc étonné du détachement avec lequel le vicomte s'était présenté. Il avait rencontré beaucoup de nobles, même vampires, qui transpiraient la mondanité à chaque fois que leur titre se retrouvait énoncé au cours d'une conversation.

A mesure qu'il l'observait, Glen trouvait Angelstone de plus en plus intéressant, et il était curieux de savoir ce qui pouvait provoquer rage et colère chez lui, ou encore joie et jubilation. Le rouquin savait se tenir en société, et même s'il aurait volontiers engagé une partie de son jeu favori, la provocation, il n'en laissa rien paraître et se contenta d'écouter son interlocuteur. Il esquissa un sourire presque effrayant.


-Oh... Vous avez des activités amusantes, dites-moi...

Il laissa sa phrase en suspens, laissant sous entendre qu'il appréciait ce genre d'activité, lui aussi. Il adorait se rendre dans les soirées mondaines des humains, simplement pour y voir les hommes se pavaner en exposant leur dernière trouvaille, qu'elle soit de chair ou bien d'or. Mais ce qu'il adorait par dessus tout, c'était le regard plein d'envie des hommes sur leurs homologues féminins. Il s'était toujours amusé à les observer se déchirer pour le coeur d'une femme, prêt à tout pour l'obtenir, quitte à y laisser leur honneur. C'était avec le même plaisir malsain qu'il voyait certaines famille se déchirer pour des histoires d'héritage et d'argent. Il en fallait décidément peu pour pousser l'Homme à se changer en véritable démon.

-Vous devriez essayer de prendre part à leurs conversations, parfois... Corser un peu leur jeu bestial est parfois plus amusant que d'observer... Présentez-vous en tant qu'ami et conseiller, ils auront en vous une confiance aveugle... Libre à vous par la suite de les poignarder dans le dos, mais c'est un peu lâche, je l'admet! Il vaut parfois mieux les laisser se débattre seuls...

Il sentait que son interlocuteur tenait moins de l'acteur, justement. Il devait d'ailleurs avoir déjà cerné sa nature profondément cruelle et malsaine. Pour le commun des mortels, Glen avait toujours l'air aimable et joyeux. Pour quelqu'un d'observateur, il faisait partie des ces personnes à ne fréquenter sous aucun prétexte. D'ailleurs, lui même n'avait pas manqué d'observer le vicomte. S'il avait l'air calme et serein, son âme semblait aussi noir que sa chevelure. Glen trouvait cela ironique: Son nom et sa personne lui paraissaient tout à fait antinomiques. Pourtant, il trouvait cela intéressant. Tout en lui respirait la froideur, et Glen était prêt à parier que ce vampire là n'était à mettre du côtés des bon samaritains qui le révulsaient tant.

Glen accorda à peine un regard au coursier, se contentant de regarder le courrier dans la main du vicomte. Qu'il s'agisse de missives officielles ou d'une quelconque correspondance, il ne parvint pas à reconnaître de sceau de cire sur le papier. Il se contenta donc d'un haussement d'épaule avant de répondre.


-A vrai dire je n'y ai pas beaucoup réfléchis... J'aimerais m'installer ici quelques temps, pour redécouvrir Londres. J'ai l'impression d'être un étranger, c'est assez déstabilisant! Il marqua une courte pause, ricanant doucement. Je ne suis ici que depuis quelques mois, et je crains que certaines invitations ne me parviennent pas. Mais je vous avoue que je n'ai pas une minute à moi, en ce moment! Il y a tant de choses à voir, dans cette ville...

Glen porta son verre à ses lèvres en fixant le feu d'un air songeur. Le regard ainsi perdu dans le vague, il avait soudain l'air étrange et instable, comme un fou sur le point de commettre l'irréparable. Pourtant, il releva les yeux, retrouvant pleinement son attitude noble et maitrisée.

-Vous même vous devez souvent profiter de l'activité londonienne, je suppose? Dites-moi... Y a-t-il quelque chose de remarquable qui se prépare en ce moment à Londres?

Depuis qu'il était revenu s'installer à la capitale, Glen n'avait assisté à aucune réception marquante, à son grand regret. Il allait finir par s'ennuyer, et l'ennui avait toujours été son pire ennemi. Il avait envie d'une grande fête, ou de quelque chose de glorieux, ou d'assez amusant pour l'occuper pleinement pendant une soirée.




EDIT:

Après une courte discussion avec le vampire étrange qui lui faisait face, Glen prit congé de celui ci. Il était, semble-t-il, convié à une représentation théâtrale, et le rouquin se contenta de le saluer d'un bref hochement de tête lorsqu'il quitta le salon, le laissant seul.
Le Marionnettiste resta un moment immobile à observer les flammes dansant dans la cheminée, puis il vida son verre d'une gorgée, reprit son manteau et quitta à son tour le salon.
Il décida de flâner un peu dans les rues avant de rentrer, ne sachant trop où aller... Qui sait... Peut-être croiserait-il des visages nouveaux?
Revenir en haut Aller en bas

Une nuit pour oublier l'ennui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Une nuit pour oublier l'ennui» le jour fait semblant de se lever. mais c’est la nuit pour toujours. et je suis la seule à le savoir.» Quoi de mieux que de boire pour oublier (pv Raphael)» Une soirée pour oublier ? (pv Daniel) -16» -[ Courir pour oublier, courir pour s'enivrer ]- -[PV]-
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Piccadilly et St James's :: Pall Mall-