L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Jeu de citation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Jeu de citation Dim 9 Sep - 19:20

"Vous dire mes pensées, ce serait folie. Je me sentis défaillir, et je chancelai contre le mur opposé. Pendant un moment, les officiers placés sur les marches restèrent immobiles, stupéfiés par la terreur. Un instant après, une douzaine de bras robustes s'acharnaient sur le mur. Il tomba tout d'une pièce. Le corps, déjà grandement délabré et souillé de sang grumelé, se tenait droit devant les yeux des spectateurs. Sur sa tête, avec la gueule rouge dilatée et l'oeil unique flamboyant, était perchée la hideuse bête dont l'astuce m'avait induit à l'assassinat, et dont la voix révélatrice m'avait livré au bourreau. J'avais muré le monstre dans la tombe !"

Le chat noir, extrait des Contes Macabres, Edgar Allan Poe.



*s'en va de ce pas revoir entretien avec un vampire* J'avais oublié qu'Armand disait ça... O.O
Revenir en haut Aller en bas
Comte Keï
Admin
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1542
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : Kunzite: Last Rose by kir-tat sur Deviantart
MessageSujet: Re: Jeu de citation Mer 2 Jan - 22:04

Marivaux, Le Spectateur français (journal), cinquième feuille, 10 Avril 1722:

Hélas! combien est-il de mauvais tableaux parmi vous, qu'un coup de hasard, qu'une estime visionnaire qui a fait du progrès, vous a donné pour frères? Et à combien de vos frères a-t-on fait l'injure de ne les pas reconnaître, pour avoir paru trop tard, ou dans une occasion peu favorable?
En vérité, à cela près que nous vivons, et que nous pensons, nous sommes tous des tableaux, les uns pour les autres; notre fortune va du moins comme la leur.

Tel est un Raphaël, un tableau du plus grand prix, je veux dire un homme né plein d'esprit et de talents. Si le hasard ou sa naissance l'a mal exposé, c'en est fait; il a beau nous voir, nous parler tous les jours, voilà notre discernement en défaut sur son compte; rien ne nous avertit de ce qu'il vaut la médiocrité de son état l'enveloppe, pour ainsi dire, d'un nuage qui nous le dérobe. C'est un personnage inutile, confondu dans la foule, que nous méprisons; il n'a ni biens, ni rang, ni crédit; voilà le fantôme qui nous frappe à la place de l'homme que nous n'apercevons pas; voilà le masque qui nous cache son visage; enfin, voilà le tableau, tout beau qu'il est, enseigne de cabaret pour toujours. Tel, au contraire, est un tableau de barbouilleur; et je le vois entouré de curieux qui lui trouvent un vrai mérite qu'il n'a point. Est-il pesant? parle-t-il peu? Ils me disent que c'est un homme froid, mais plein de jugement et de réflexion. Parle-t-il mal et beaucoup? Qu'il est agréable et vif! Ces curieux sont donc des bêtes? Non, ce sont gens d'esprit, de la meilleure foi du monde, qui le pensent comme ils le disent; ils ont peut-être eu quelque peine à se persuader eux-mêmes, mais l'homme dont il s'agit est dans une opulence ou dans un crédit qui le rend nécessaire et qui a levé leurs doutes.

Méditez là-dessus mes chers membres. 8)


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Jeu de citation Ven 15 Fév - 21:59

J'ai entendu un passage de ce poème de William Blake dans un épisode de la série américaine Mentalist, et je le trouve vraiment beau! *o* (en plus c'est en lien, Dani a son "papounet" qui s'appelle William! XD)

Tigre, Tigre, brûlant brillant,
Dans les forêts de la nuit,
Quelle main, quel oeil si puissant
A forgé ton effroyable symétrie
?


Le Tigre, William Blake.

Dans la série, c'est un tueur en série franchement bien atteint, givré et surtout très doué qui sort ça au héros... Ce passage est assez terrifiant mais le rendu est terrible!

Le poème en entier:

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sarah Spencer
Super-Modératrice
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 581
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Jeu de citation Sam 16 Fév - 6:26

Rien à dire sauf que: J'AIME LE MENTALISTE! JANE IS MINE! fait depuis 1 ans que j'ai le dernier épisode d'enregistré sur ma télévision et que je ne me résoud pas à effacer ^^'


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Comte Keï
Admin
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1542
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : Kunzite: Last Rose by kir-tat sur Deviantart
MessageSujet: Re: Jeu de citation Jeu 21 Mar - 3:39

Parce que ce passage m'a fait mourir de rire hier soir...

Tu te rends compte tous les ennuis qu'on se serait épargnés si on avait commencé par lui balancer un fruit?
Ho regarde elle respire encore!
Tue-la vas-y! Prends un objet contondant! Achève-la!
Je...je...
Mais enfin qu'est-ce que tu attends?
Je ne vais pas la frapper avec une pelle...
Mais pourquoi pas??
Ho mais regarde-la elle fait pitié...
Pitié!? C'est Hitler avec une queue, l'apocalypse avec des moustaches, Nostradamus ne l'avait pas vue venir cette chose-là!!
Mais c'est un être vivant Ernie...
Plus pour longtemps...! DONNE ÇA!
...
...gniiii...
...
... J'PEUX PAAAS!!! Aaargg bouhouhou...

"La Souris", film de Gore Verbinski, MDR


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Jeu de citation Lun 25 Mar - 15:32

"Je hais le mot "Destin". Naissance, compétitions, séparations, succès et échecs, chance et malchance dans la vie. Si nos vies sont déjà écrites par le destin, quel est l'intérêt de naître ? Certains naissent de riches familles, d'autres de parents magnifiques, et d'autres encore naissent au milieu de la guerre et de la pauvreté. Si tout est dû au destin, alors Dieu est incroyablement cruel et injuste. Parce que depuis ce jour, aucun de nous n'a de futur et nous n'avons pour incertitude que notre insignifiance."

Shoma Takakura - Episode 1 de Mawaru Penguindrum.


Là encore je vous fais de la pub pour cet anime, qui est juste une pure merveille, et qui porte entre autre une très grande reflexion sur ce qu'est le destin.
Revenir en haut Aller en bas
Comte Keï
Admin
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1542
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : Kunzite: Last Rose by kir-tat sur Deviantart
MessageSujet: Re: Jeu de citation Dim 1 Sep - 10:53

Une amie a trouvé ce poème en me disant qu'il me correspondait parfaitement. Et c'est vrai! XD C'en est même terriblement drôle!
Jugez par vous-mêmes!

Locataires

J'ai dans mon cartable
(C'est épouvantable !)
Un alligator
Qui s'appelle Hector.

J'ai dans ma valise
(Ça me terrorise !)
Un éléphant blanc
Du nom de Roland.

J'ai dans mon armoire
(Mon Dieu, quelle histoire !)
Un diplodocus
Nommé Spartacus.

Mais pour moi le pire,
C'est sous mon chapeau
D'avoir un vampire
Logé dans ma peau.

Jean-Luc Moreau


Dinosaures et Vampires, si ce n'est pas magique ça? Wink


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Comte Keï
Admin
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1542
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : Kunzite: Last Rose by kir-tat sur Deviantart
MessageSujet: Re: Jeu de citation Mer 8 Jan - 21:10

Mon amie "Link" a pensé à moi en lisant cette tirade, allez savoir pourquoi...lol
Je venais d'houspiller un collègue qui avait fait le mort deux semaines passées en lui disant ce que je pensais de son hypocrite "bonne année".

LE VICOMTE, suffoqué
Ces grands airs arrogants!
Un hobereau qui… qui… n’a même pas de gants!
Et qui sort sans rubans, sans bouffettes, sans ganses!


CYRANO
Moi, c’est moralement que j’ai mes élégances.
Je ne m’attife pas ainsi qu’un freluquet,
Mais je suis plus soigné si je suis moins coquet;
Je ne sortirais pas avec, par négligence,
Un affront pas très bien lavé, la conscience
Jaune encore de sommeil dans le coin de son œil,
Un honneur chiffonné, des scrupules en deuil.
Mais je marche sans rien sur moi qui ne reluise,
Empanaché d’indépendance et de franchise;
Ce n’est pas une taille avantageuse, c’est
Mon âme que je cambre ainsi qu’en un corset,
Et tout couvert d’exploits qu’en rubans je m’attache,
Retroussant mon esprit ainsi qu’une moustache,
Je fais, en traversant les groupes et les ronds,
Sonner les vérités comme des éperons


Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Acte I scène 1.

Elle m'a aussi envoyé ceci, puisque je travaille sur les arbres et qu'il est question de liberté absolue. XD

LE BRET
Si tu laissais un peu ton âme mousquetaire,
La fortune et la gloire...


CYRANO
Et que faudrait-il faire ?
Chercher un protecteur puissant, prendre un patron,
Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc
Et s'en fait un tuteur en lui léchant l'écorce,

Grimper par ruse au lieu de s'élever par force ?
Non, merci ! Dédier, comme tous ils le font,
Des vers aux financiers ? se changer en bouffon
Dans l'espoir vil de voir, aux lèvres d'un ministre,
Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ?
Non, merci ! Déjeuner, chaque jour, d'un crapaud ?
Avoir un ventre usé par la marche ? une peau
Qui plus vite, à l'endroit des genoux, devient sale ?
Exécuter des tours de souplesse dorsale ?...
Non, merci ! D'une main flatter la chèvre au cou
Cependant que, de l'autre, on arrose le chou,
Et donneur de séné par désir de rhubarbe,
Avoir son encensoir, toujours, dans quelque barbe ?
Non, merci ! Se pousser de giron en giron,
Devenir un petit grand homme dans un rond,
Et naviguer, avec des madrigaux pour rames,
Et dans ses voiles des soupirs de vieilles dames ?
Non, merci ! Chez le bon éditeur de Sercy
Faire éditer ses vers en payant ? Non, merci !
S'aller faire nommer pape par les conciles
Que dans des cabarets tiennent des imbéciles ?
Non, merci ! Travailler à se construire un nom
Sur un sonnet, au lieu d'en faire d'autres ? Non,
Merci ! Ne découvrir du talent qu'aux mazettes ?
Être terrorisé par de vagues gazettes,
Et se dire sans cesse : "Oh ! pourvu que je sois
Dans les petits papiers du Mercure François" ?...
Non, merci ! Calculer, avoir peur, être blême,
Préférer faire une visite qu'un poème,
Rédiger des placets, se faire présenter ?
Non, merci ! non, merci ! non, merci ! Mais... chanter,
Rêver, rire, passer, être seul, être libre,
Avoir l'œil qui regarde bien, la voix qui vibre,
Mettre, quand il vous plaît, son feutre de travers,
Pour un oui, pour un non, se battre, - ou faire un vers !
Travailler sans souci de gloire ou de fortune,
À tel voyage, auquel on pense, dans la lune !
N'écrire jamais rien qui de soi ne sortît,
Et modeste d'ailleurs, se dire : mon petit,
Sois satisfait des fleurs, des fruits, même des feuilles,
Si c'est dans ton jardin à toi que tu les cueilles !
Puis, s'il advient d'un peu triompher, par hasard,
Ne pas être obligé d'en rien rendre à César,
Vis-à-vis de soi-même en garder le mérite,
Bref, dédaignant d'être le lierre parasite,
Lors même qu'on n'est pas le chêne ou le tilleul,
Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !


LE BRET
Tout seul, soit ! mais non pas contre tous ! Comment diable
As-tu donc contracté la manie effroyable
De te faire toujours, partout, des ennemis ?


CYRANO
À force de vous voir vous faire des amis,
Et rire à ces amis dont vous avez des foules,
D'une bouche empruntée au derrière des poules !
J'aime raréfier sur mes pas les saluts,
Et m'écrie avec joie : un ennemi de plus !


Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac, Acte II scène 8.

XD Il y a de l'évocation lol, elle commence à bien me connaître!


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Katherine Thornes
Modératrice
Date d'inscription : 29/08/2013
Nombre de messages : 247
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Comédienne / Huntress
Age : 140 ans
Age (apparence) : 24 ans
Proie(s) : Criminels, vampires, loup-garous, homonculus, bref toutes les créatures de la nuit!
Entité n°2 : Léopard, Syrya, fauve parsemé de rosettes noires...
Crédit Avatar : Value practice by chaosringen sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Jeu de citation Dim 23 Fév - 15:57

Parce que je dois lire Médée de Corneille et qu'à la fin de mon bouquin il y a d'autres extraits de cette œuvre et que je meurs en lisant certaines tirades T.T:

Médée de Jean Anouilh:

JASON, s'arrête.

Où sont les enfants?

MÉDÉE
Demande-le-toi une seconde fois encore que je regarde bien tes yeux.

Elle lui crie.


Ils sont morts, Jason! Ils sont morts égorgés tous les deux, et avant que tu aies pu faire un pas, ce même fer va me frapper. désormais j'ai recouvré mon sceptre; mon frère, mon père, et la toison du bélier d'or est rendue à la Colchide: j'ai retrouvé ma patrie et la virginité que tu m'avais ravies! Je suis Médée, enfin, pour toujours! Regarde-moi avant de rester seul dans ce monde raisonnable, regarde-moi bien, Jason! Je t'ai touché avec ces deux mains-là, je les ai posées sur ton front brûlant pour qu'elles soient fraîches et d'autres fois brûlantes sur ta peau. je t'ai fait pleurer, je t'ai fait aimer. Regarde-les, ton petit frère et ta femme, c'est moi. C'est moi! C'est l'horrible Médée! Et essaie maintenant de l'oublier!

Elle se frappe et s'écroule dans les flammes qui redoublent et enveloppent la roulotte.

L'oeuvre de Laurent Gaudé, Médée Kali:

Je vous souris.
Je cherche de la main le couteau que j'ai aiguisé le matin.
Je vous prends alors dans mes bras,
Fort,
Comme nous le faisions parfois pour jouer.
Je serre
Et vous riez de cette étreinte, vous riez d'asphyxie.
Je serre encore.
Je glisse doucement le couteau sur la gorge du premier,
Et le sang coule, noir et épais, le long de ma main.
Le sang coule.
L'un de vous rit encore, je crois, à moins que ce ne soit moi.
Je vous tiens serrés.
Vous ne comprenez pas encore mais la peur vous saisit.
Vous voulez partir,
Vous voulez courir,
Je vous tiens contre moi.
Le deuxième d'entre vous,
je lui sectionne le jarret,
Vos sangs se mêlent sur moi.
Il faut de la force pour vous empêcher de bouger.
Il faut de la force
Et j'en ai.
Vous êtes pâles maintenant,
Vous vous débattez moins vigoureusement.
Je sens les corps qui s'abandonnent,
Qui deviennent plus lourds au fond des bras.
J'ai les mains rouges
Et je vous embrasse doucement.
Je fais glisser mes lèvres sur vos plaies,
Le sang est tiède et me coule entre les dents.
Je ne veux pas que vous ayez mal.
Vous sentez la langue de votre mère qui vous lèche la vie.
Je suis une chienne.
Vous ne bougez plus.
Mon visage est couvert de sang.
Je vous bois, je vous enlace, je vous lèche doucement.
Je ne tremble pas,
Je vous aime,
Mes enfants,
Je vous aime et vous tiens fermement.
Vous êtes lourds maintenant et inertes.
Le sang continue à couler.
Il y a tant de sang en vous.
Mes enfants,
Vous n'êtes plus,
Mes enfants.



"Parce qu’on se sent quelques fois seul, délaissé, abandonné, rejeté. On pense alors à la seule échappatoire possible : la mort. On manque de cran, on a peur. Et on finit par y renoncer en choisissant la facilité : tuer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1542
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : Kunzite: Last Rose by kir-tat sur Deviantart
MessageSujet: Re: Jeu de citation Sam 15 Mar - 19:41

Vu que je travaille à fond sur Tolkien, je trouve parfois des citations intéressantes mais je n'ai malheureusement pas le temps de vous les retranscrire ici. Cependant, je viens de tomber à l'instant sur celle-ci et, comme je trouvais que c'était à la fois très vrai et très ironique, je la partage avec vous:

« Je ne travaille que pour mon amusement personnel, puisque mes obligations sont pour moi un amusement personnel. »

J. R. R. Tolkien, Lettres, "Lettre à la Houghton Miffin Compagny", page 309 édition française, pages 217-218 édition anglaise. Carpenter Humphrey et Christopher Tolkien, ed. (1981).

Mon commentaire: C'est parfois vrai pour moi aussi. Par exemple, dans le cas présent, travailler sur Tolkien arrive à me motiver et je suis en train de faire un travail de thèse...XD Mais parfois, c'est vraiment horrible et ça me plombe complètement tout cet univers que j'aime tant.

Sur ce, j'y retourne. [mode Rambo ON]


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink


Dernière édition par Comte Keï le Mer 19 Mar - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Gaspard de Sorel
Citoyen renommé
Date d'inscription : 19/12/2007
Nombre de messages : 351
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Noble / Faire le prince
Age : 235
Age (apparence) : 34
Entité n°2 : Galyllée - Chouette Harfang
MessageSujet: Re: Jeu de citation Mar 18 Mar - 20:06

Comte : ta dernière citation m'a parlé autant qu'à toi, surtout dans le cadre de mon mémoire, mais aussi dans toute ma scolarité, j'ai toujours aimé étudier même si parfois j'avais envie de tout claquer j'adorais ça. Surtout lorsqu'il fallait rédiger des dissertations ou faire des travaux d'art plastique, ça prenait du temps, mais c'était bon... Qu'est-ce que c'était bon !




Je suis en pleine relecture de la saga Harry Potter de J. K. Rowling qui m'a accompagnée pendant toute mon adolescence, m'a aidé à grandir et fait découvrir qu'il y avait ce petit quelque chose de magique dans la lecture, depuis je n'ai cessé de fourrer mon nez dans les livres.
J'ai terminé Harry Potter et la Coupe de feu il y a quelques jours. C'est là que tout commence à se corser pour notre jeune héros et c'est très prenant. Au fil de ma relecture j'ai noté à quel point le Professeur Rogue pouvait être absent. Mais aussi qu'il y a des ellipses à gogo et que pourtant les livres ne cessent de grossir. C'est appréciable de revenir sur une lecture avec une vision d'adulte. Toute de même, la vie de cet ado est chaotique et terrible ! Ça n'empêche que j'aimerai toujours autant avoir fait ma scolarité à Poudlard...
Tout ça pour vous dire que Rowling avait tout prévu... C'est dingue ; j'adore ça !

Ce quatrième tome marque vraiment un tournant dans Harry Potter. Attention, c'est une vraie barre de spoil, je parle du livre, donc si vous n'avez pas lu/vu HP, évitez de continuer, même si je pense que personne n'est passé à coté d'une telle lecture.
Spoiler:
 

Et donc voici quelques citations qui m'ont frappées à propos de Dumbledore, tirées de mon édition poche de Harry Potter et la coupe de feu :

"Pour la première fois, Harry comprit pourquoi on disait qu'Albus Dumbledore était le seul sorcier que Voldemort eût jamais craint. L'expression de Dumbledore, le regard fixé sur la silhouette inerte de Maugrey, était plus terrifiante que tout ce que Harry aurait pu imaginer. [Sachant quand même qu'il vient d'affronter Voldemort en personne, hein !] Il n'y avait plus de sourire bienveillant sur son visage, ses yeux ne pétillaient plus de malice derrière ses lunettes en demi-lune. Une fureur glacée animait chaque ride de son visage et une impression de puissance émanait de lui comme s'il avait été entouré d'un halo de chaleur brulante." p709

"Harry ressentit pour Sirius un élan de gratitude, mais Dumbledore, indifférent à ce qu'il venait de dire, se pencha vers Harry. A contrecœur, celui-ci leva la tête et le regarda dans ses yeux bleus.
- Si je pensais pouvoir t'aider en te plongeant dans le sommeil pour retarder le moment où tu devras repenser à tout ce que tu as vécu cette nuit, crois bien que je le ferais, dit Dumbledore avec douceur. Endormir la douleur pendant quelques temps ne la rendra que plus intense lorsque tu la sentiras à nouveau. Tu as fait preuve d'une bravoure qui dépasse tout ce que j'aurais pu attendre de toi et je te demande de montrer encore une fois ton courage. Je voudrais que tu nous racontes ce qui s'est passé."
p725-726

Je conclue sur ça : cet homme est un terrible manipulateur qui fout la trouille. Il sait ce qu'il fait et même s'il le fait pour le bien de tous, je peux pas m'empêcher d'éprouver de l'aversion pour ce coté calculateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1542
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : Kunzite: Last Rose by kir-tat sur Deviantart
MessageSujet: Re: Jeu de citation Mer 19 Mar - 11:10

Vive Harry Potter!
C'est vrai que les livres sont violents. Même à l'époque où je les ai lus et que j'étais plus jeune, ça m'a toujours traumatisée cette histoire de main coupée chez Queudever... :S

De mon côté je continue sur Tolkien et les arbres et je vais vous coller ici quelques citations croustillantes de ses lettres que je suis encore en train de décortiquer comme...une crevette. Wink

J. R. R. Tolkien, Lettres, Carpenter Humphrey et Christopher Tolkien, ed. (1981).

n°83, p.143 (fr), p.96-97 (ang), lettre à Christopher Tolkien, octobre 1944
« Ce n'est pas le non-humain (par ex. la météo) ni l'humain (même dans son pire aspect), mais le fait par l'humain qui est au final désespérant et insupportable. Si un ragnarök brûlait tous les taudis et les usines à gaz, et les garages miteux, et les banlieues éclairées à la lampe à arc, il pourrait brûler pour moi toutes les œuvres d'art – et je retournerais aux arbres. »

n°241, p.450-451 (fr), p.321 (ang), lettre à Jane Neave, sa tante, septembre 1962
« Tout arbre a son ennemi, peu d'entre eux ont un défenseur. »

n°339, p.586-587 (fr), p.419-420 (ang), lettre au rédacteur en chef du Daily Telegraph, juin 1972
« Le bruit sauvage de la scie électrique n'est jamais loin partout où l'on trouve encore des arbres en train de pousser. »


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink


Dernière édition par Comte Keï le Dim 4 Sep - 14:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Katherine Thornes
Modératrice
Date d'inscription : 29/08/2013
Nombre de messages : 247
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Comédienne / Huntress
Age : 140 ans
Age (apparence) : 24 ans
Proie(s) : Criminels, vampires, loup-garous, homonculus, bref toutes les créatures de la nuit!
Entité n°2 : Léopard, Syrya, fauve parsemé de rosettes noires...
Crédit Avatar : Value practice by chaosringen sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Jeu de citation Mer 19 Mar - 17:37

wouawouuu supers vos citations! *o*

Gaspard, au fond... j'ai toujours su que HP c'était diabolique mais j'en reste une vraie fan ^^
C'est vrai que certaines scènes sont hard, j'ai jamais particulièrement aimé le tome 3, j'en ai toujours eu peur (bon plus maintenant), je trouvais ça flippant.

Sinon parce que j'étudie en ce moment quelques passages de tragédie, j'ai décidé de vous en mettre quelque uns qui m'ont beaucoup plu

HERMIONE
Je ne t'ai point aimé, cruel ? Qu'ai-je donc fait ?
J'ai dédaigné pour toi les voeux de tous nos princes,
Je t'ai cherché moi-même au fond de tes provinces ;
J'y suis encor, malgré tes infidélités,
Et malgré tous mes Grecs honteux de mes bontés.
Je leur ai commandé de cacher mon injure ;
J'attendais en secret le retour d'un parjure ;
J'ai cru que tôt ou tard, à ton devoir rendu,
Tu me rapporterais un coeur qui m'était dû.
Je t'aimais inconstant ; qu'aurais-je fait fidèle ?
Et même en ce moment où ta bouche cruelle
Vient si tranquillement m'annoncer le trépas,
Ingrat, je doute encor si je ne t'aime pas.
Mais, Seigneur, s'il le faut, si le Ciel en colère
Réserve à d'autres yeux la gloire de vous plaire,
Achevez votre hymen, j'y consens. Mais du moins
Ne forcez pas mes yeux d'en être les témoins.
Pour la dernière fois je vous parle peut-être :
Différez-le d'un jour ; demain vous serez maître.
Vous ne répondez point ? Perfide, je le voi,
Tu comptes les moments que tu perds avec moi !
Ton coeur, impatient de revoir ta Troyenne,
Ne souffre qu'à regret qu'un autre t'entretienne.
Tu lui parles du coeur, tu la cherches des yeux.
Je ne te retiens plus, sauve-toi de ces lieux :
Va lui jurer la foi que tu m'avais jurée,
Va profaner des Dieux la majesté sacrée.
Ces Dieux, ces justes Dieux n'auront pas oublié
Que les mêmes serments avec moi t'ont lié.
Porte aux pieds des autels ce coeur qui m'abandonne ;
Va, cours. Mais crains encor d'y trouver Hermione.

Jean Racine, Andromaque

J'ai toujours l'impression de vivre la scène à chaque fois que j'en lis une, je suis toujours sur mon petit nuage... Je me mets toujours à sa place et je vis ce qu'elle vit... Je suis dans ma bubulle à chaque fois x)

Bon voici un autre passage que l'on a feuilleté mais que j'ai beaucoup apprécié!

HIPPOLYTE
Madame, pardonnez. J'avoue, en rougissant,
Que j'accusais à tort un discours innocent.
Ma honte ne peut plus soutenir votre vue,
Et je vais...

PHEDRE
Ah ! cruel, tu m'as trop entendue !
Je t'en ai dit assez pour te tirer d'erreur.
Eh bien ! connais donc Phèdre et toute sa fureur.
J'aime. Ne pense pas qu'au moment que je t'aime,
Innocente à mes yeux, je m'approuve moi−même,
Ni que du fol amour qui trouble ma raison,
Ma lâche complaisance ait nourri le poison.
Objet infortuné des vengeances célestes,
Je m'abhorre encor plus que tu ne me détestes.
Les dieux m'en sont témoins, ces dieux qui dans mon flanc
Ont allumé le feu fatal à tout mon sang ;
Ces dieux qui se sont fait une gloire cruelle
De séduire le coeur d'une faible mortelle.
Toi−même en ton esprit rappelle le passé.
C'est peu de t'avoir fui, cruel, je t'ai chassé :
J'ai voulu te paraître odieuse, inhumaine,
Pour mieux te résister, j'ai recherché ta haine.
De quoi m'ont profité mes inutiles soins ?
Tu me haïssais plus, je ne t'aimais pas moins.
Tes malheurs te prêtaient encor de nouveaux charmes.
J'ai langui, j'ai séché, dans les feux, dans les larmes.
Il suffit de tes yeux pour t'en persuader,
Si tes yeux un moment pouvaient me regarder.
Que dis−je ? Cet aveu que je te viens de faire,
Cet aveu si honteux, le crois−tu volontaire ?
Tremblante pour un fils que je n'osais trahir,
Je te venais prier de ne le point haïr.
Faibles projets d'un coeur trop plein de ce qu'il aime !
Hélas ! je ne t'ai pu parler que de toi−même !
Venge−toi, punis−moi d'un odieux amour ;
Digne fils du héros qui t'a donné le jour,
Délivre l'univers d'un monstre qui t'irrite.
La veuve de Thésée ose aimer Hippolyte !
Crois−moi, ce monstre affreux ne doit point t'échapper.
Voilà mon coeur : c'est là que ta main doit frapper.
Impatient déjà d'expier son offense,
Au−devant de ton bras je le sens qui s'avance.
Frappe. Ou si tu le crois indigne de tes coups,
Si ta haine m'envie un supplice si doux,
Ou si d'un sang trop vil ta main serait trempée,
Au défaut de ton bras prête−moi ton épée.
Donne.

Jean Racine, Phèdre


Pourquoi j'ai toujours envie de pleurer en lisant ces passages?! x)

Je suis désolée je mets toujours des passages hypers longs, mais c'est parce que je les aime...  Embarassed 

Voici un autre passage (ne me tuez pas je veux encore vivre un tout petit peu) de Médée mais cette fois-ci d'Euripide que l'on a d'abord lu en latin et que l'on a tenté de traduire en français. Médée montre à Jason qu'elle a tué leurs enfants, elle lui annonce également qu'elle les enterrera loin de la main de leur père et lui prédit un funeste avenir...

JASON — Ah ! puissent te faire périr l'Erynis   de tes enfants et la Justice vengeresse du meurtre !
MÉDÉE — Qui donc t'écoute, dieu ou génie, toi le parjure et l'hôte perfide ?
JASON — Hélas ! hélas ! Femme infâme ! Infanticide !
MÉDÉE — Va-t'en au palais ensevelir ton épouse.
JASON — J'y vais, privé de mes deux enfants.
MÉDÉE — Ce n'est encore rien que tes pleurs : attends la vieillesse.
JASON — Ô mes enfants adorés !
MÉDÉE — De leur mère, oui, de toi, non.
JASON — Pourquoi les as-tu tués ?
MÉDÉE — Pour faire ton malheur.
JASON — Hélas ! Je veux embrasser les lèvres chéries de mes fils, malheureux que je suis !
MÉDÉE — Maintenant tu leur parles, maintenant tu les chéris ; tout à l'heure tu les repoussais.
JASON — Laisse-moi, au nom des dieux, toucher la douce peau de mes enfants.
MÉDÉE — Impossible. C'est jeter en vain tes paroles au vent. (Le char disparait.)

Euripide, Médée.


Je ne peux m'empêcher d'apprécier cette pièce d'autant plus que je trouve Jason INGRAT, je suis donc du côté de Médée, même si j'aurais pas tué mes propres enfants, je comprends sa douleur et son désir de vengeance.



"Parce qu’on se sent quelques fois seul, délaissé, abandonné, rejeté. On pense alors à la seule échappatoire possible : la mort. On manque de cran, on a peur. Et on finit par y renoncer en choisissant la facilité : tuer."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaspard de Sorel
Citoyen renommé
Date d'inscription : 19/12/2007
Nombre de messages : 351
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Noble / Faire le prince
Age : 235
Age (apparence) : 34
Entité n°2 : Galyllée - Chouette Harfang
MessageSujet: Re: Jeu de citation Lun 12 Mai - 8:37

Extrait de Dune III, Les Enfants de Dune, Franck Herbert, ed. Robert Laffont, 1978, p130

"Je veux parler du mythe populaire de la prescience : connaître totalement l'avenir ! Quelles fortunes ne pourrait-on construire ou perdre, tout aussi bien, à partir de cette connaissance absolue. C'est ce que croit le commun. Il croit que si un peu est bon, beaucoup sera bien mieux. Excellent ! Quel satané cadeau ce serait que d'offrir à quiconque le scénario complet de sa vie, de toute sa vie, jusqu'à la seconde de sa mort ! Quel ennui ! Quel ennui infernal ! Chaque instant revécu. Pas la moindre différence. Chaque réponse, chaque réaction serait jouée comme elle est écrite, encore, encore et encore... (Il secoua la tête.) Non... L'ignorance a ses avantages. J'appelle de toutes mes forces un univers de surprises !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sidka
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 29/01/2013
Nombre de messages : 45
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by SirWendigo sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Jeu de citation Sam 21 Juin - 18:57

Parce que j'ai envie de flooder et de partager ces citations...

« Sitôt que les hommes sont en société, ils perdent le sentiment de leur faiblesse; l'égalité qui est entre eux cesse, ou l'état de guerre commence.  »

Extrait de L'esprit des lois de Montesquieu.

« Aimez qui vous aime. »
de Voltaire.
Sinon de toute façon on aime dans le vent et on souffre pour rien. C'est bien vrai.

« Ainsi toujours poussés vers de nouveaux rivages
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
Jeter l'ancre un seul jour ?  »


Extrait du poème Le lac de Alphonse de Lamartine.

« En n’asservissant les honnêtes femmes qu’à de tristes devoirs, on a banni du mariage tout ce qui pouvait le rendre agréable aux hommes.  »
de Jean-Jacques Rousseau

« Pour que l'événement le plus banal devienne une aventure, il faut et il suffit qu'on se mette à le raconter. »

Extrait de La nausée de Jean-Paul Sartre.
Lol c'est pour ça que je raconte tout le temps ma vie! XD Je suis bien d'accord!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1542
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : Kunzite: Last Rose by kir-tat sur Deviantart
MessageSujet: Re: Jeu de citation Dim 26 Avr - 21:29

Robin Hobb, L'Assassin Royal, tome 1

"Ne fais jamais ce que tu ne peux défaire avant d'avoir réfléchi à ce que tu ne pourras plus faire une fois que tu l'auras fait."

"Nous nous fabriquons souvent nous-mêmes nos propres prisons. Mais on peut aussi créer sa propre liberté."

"Bien des gens considèrent la bonne fortune des autres comme un affront personnel."


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Armando della Serata
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 16/08/2012
Nombre de messages : 48
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Agent du Scotland Yard - service spécial
Age : 27 ans
Proie(s) : Les criminels, les meurtriers et tout ceux qui se jouent de la justice.
MessageSujet: Re: Jeu de citation Mar 28 Avr - 15:07

"Il n'y a que les perdants, les malchanceux et les faibles qui parlent de justice et d'injustice, et de ce qu'ils méritent ou pas."

Conn, dans Rigante, "L’Épée de l'orage", tome 1, de David Gemmell, collection Fantasy, Bragelonne 2004, p.191.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adaline Maxwell
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 21/08/2014
Nombre de messages : 66
Race : Humaine.
Classe sociale : Petite bourgeoisie.
Emploi/loisirs : Fleuriste et chanteuse lyrique, harpiste.
Age : 25 ans.
Age (apparence) : 23 ans.
Crédit Avatar : Print Vintage by Jennifer Healy
MessageSujet: Re: Jeu de citation Dim 3 Mai - 20:41

Pour être honnête, j'ai pris le premier livre qui me venait sous la main, pris la première page qui me glissait entre les doigts, et enfin, j'ai posé au hasard mes yeux sur un milieu de phrase... ~

« Cette jeune personne, nommée Rosalie, venait d'atteindre sa quatorzième année ; elle réunissait tous les charmes les plus capables de faire sensation : une taille de nymphe, une figure ronde, fraîche, extraordinairement animée, des traits mignons et piquants, la plus jolie bouche possible, de très grands yeux noirs, pleins d'âme et de sentiments, des cheveux châtains tombant au bas de sa ceinture la peau d'un éclat... d'un finesse incroyable ; déjà la plus belle gorge du monde ; d'ailleurs de l'esprit, de la vivacité, et l'une des plus belles âmes qu'eût encore créées la nature. »

Description de Rosalie, fille de Monsieur Rodin, (il me semble, ça fait un bail que je n'ai pas relus ce bouquin...), page 106 (oui car pas de chapitre) Justine, ou les Malheurs de la Vertu, du Marquis de Sade, Editions de Saint-Clair, Neuilly-sur-Seine, 1974. (Petit bijoux trouvé en brocante !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jane Mac Fate
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 03/09/2011
Nombre de messages : 46
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeoisie
Emploi/loisirs : Antiquaire entre autres choses....
Age : 30 ans.
MessageSujet: Re: Jeu de citation Mer 2 Sep - 19:08

"L’amour est une folie passagère, il entre en éruption comme un volcan et se calme ensuite. Et quand il se calme, il faut prendre une décision. Il faut voir si vos racines se sont emmêlées à tel point qu’il est inconcevable de vous séparer. Parce que c’est ça l’amour.

L’amour, ce n’est pas la respiration coupée, ce n’est pas l’excitation, ce n’est pas l’échange de promesses d’une passion éternelle, ce n’est pas le désir de s’accoupler à chaque minute de la journée, ce n’est pas resté éveillée la nuit  en t’imaginant qu’il embrasse  chaque recoin de ton corps. Ça, c’est simplement être « amoureux », ce qui est à la portée du premier imbécile venu. L’amour vrai, c’est ce qui reste quand on a cessé d’être amoureux, et c’est à la fois un art et un heureux accident.

Ta mère et moi l’avons eu, nous avions des racines qui ont poussé les unes vers les autres sous la terre et quand toutes les jolies fleurs sont tombées de nos branches nous avons compris que nous étions  un seul arbre et non deux. Mais parfois les pétales tombent  sans que les racines se soit mêlées. Imagine si tu renonçais à ta maison et à ton pays pour découvrir au bout de six mois, un an, trois ans que les arbres n’avaient pas de racines et qu’ils sont tombés. Imagine la désolation. Imagine l’emprisonnement."


Extrait de la Mandoline du Capitaine Corelli, p 447.


Dernière édition par Jane Mac Fate le Ven 23 Oct - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shanoa Wingheart
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 23/08/2015
Nombre de messages : 59
Race : Humaine
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter//Joue de la musique et chante. Lit beaucoup./ Aime danser/ Manie la rapière
Age : 20 ans
Age (apparence) : 18 ans
Proie(s) : Principalement les vampires mais si les autres créatures sont dans les parages, elle les combattra eux aussi. Il s'agit pour elle de débarrasser la ville des indésirables
MessageSujet: Re: Jeu de citation Mer 2 Sep - 19:41

"Les terribles péripéties de leur fatal amour
Et les effets de la rage obstinée de ces familles
Que peut seule apaiser la mort de leurs enfants
Vont en deux heures être exposés sur notre scène.
Si vous daignez nous écouter patiemment
Notre zèle s'efforcera de corriger cette insuffisance
[...] Car jamais aventure ne fut plus douloureuse que celle de Juliette et de son Roméo."



William Shakespeare, Roméo & Juliette Prologue et dernière phrase du Prince, 1597
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hawthorn Feathersigh
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 18/07/2015
Nombre de messages : 69
Race : Humain
Classe sociale : Aristocratie, noblesse disgracieuse
Emploi/loisirs : Écrivain ; faire discrètement disparaître des cadavres / Lire, écrire, jouir des défuntes beautés nocturnes, fréquenter les salons, jouer du violon ...
Age : 23 ans.
Age (apparence) : Milieu de la vingtaine, en soit son age propre.
Proie(s) : Les reliquats de vie, les éclats d existence ... Cadavres exquis.
Crédit Avatar : Iayetta83, Deviant Art
MessageSujet: Re: Jeu de citation Dim 24 Avr - 0:47

"Je détournai les yeux et m'en allai : la teinte
Où le ciel gris noyait mes songes, s'assombrit,
Et voici que la voix de ma pensée éteinte
Se réveilla, parlant comme le Démon rit.

Dans mon cœur où l'ennui pend ses drapeaux funèbres
Il est un sarcophage aussi, le souvenir.
Là, parmi ses onguents pénétrant les ténèbres,
Dort Celle à qui Satan lira mon avenir.

Et le Vice, jaloux d'y fixer sa géhenne,
Veut la porter en terre et frappe aux carreaux; mais
Tu peux attendre encor, cher croque-mort : — ma haine
Est là dont l'œil vengeur l'emprisonne à jamais."


Derniers vers de "Galanterie Macabre", poème figurant au sein du recueil Poèmes de Jeunesse  de Stéphane Mallarmé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1542
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : Kunzite: Last Rose by kir-tat sur Deviantart
MessageSujet: Re: Jeu de citation Dim 4 Sep - 14:15

"Impitoyable dictature que celle de l'opinion dans les sociétés démocratiques; n'implorez d'elle ni charité, ni indulgence, ni élasticité quelconque dans l'application de ses lois aux cas multiples et complexes de la vie morale. On dirait que de l'amour impie de la liberté est née une tyrannie nouvelle, la tyrannie des bêtes, ou zoocratie [...]"

Charles Baudelaire, dans Edgard Poe, sa vie et ses oeuvres, servant de seconde préface aux Histoires extraordinaires d'Edgard Allan Poe, édition Gallimard.


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Angus MacLeod
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 27/08/2016
Nombre de messages : 25
Race : Humaine
Classe sociale : Bourgeoisie
Emploi/loisirs : Médecin, tératologue
Age : 36
Age (apparence) : 36
Proie(s) : Loups-Garous, principalement.
Crédit Avatar : Deathless Male Hunter, par Fernando Acosta
MessageSujet: Re: Jeu de citation Dim 4 Sep - 16:13

"La nature est n temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers."

Correspondances, in Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hawthorn Feathersigh
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 18/07/2015
Nombre de messages : 69
Race : Humain
Classe sociale : Aristocratie, noblesse disgracieuse
Emploi/loisirs : Écrivain ; faire discrètement disparaître des cadavres / Lire, écrire, jouir des défuntes beautés nocturnes, fréquenter les salons, jouer du violon ...
Age : 23 ans.
Age (apparence) : Milieu de la vingtaine, en soit son age propre.
Proie(s) : Les reliquats de vie, les éclats d existence ... Cadavres exquis.
Crédit Avatar : Iayetta83, Deviant Art
MessageSujet: Re: Jeu de citation Dim 4 Sep - 16:25

Puisque nous citons du Baudelaire ...

"Tu subiras éternellement l'influence de mon baiser. Tu seras belle à ma manière. Tu aimeras ce que j'aime et ce qui m'aime : l'eau, les nuages, le silence et la nuit ; la mer immense et verte ; l'eau informe et multiforme ; le lieu où tu ne seras pas ; l'amant que tu ne connaîtras pas ; les fleurs monstrueuses ; les parfums qui font délirer ; les chats qui se pâment sur les pianos, et qui gémissent comme les femmes, d'une voix rauque et douce !

Et tu seras aimée de mes amants, courtisée par mes courtisans. Tu seras la reine des hommes aux yeux verts dont j'ai serré aussi la gorge dans mes caresses nocturnes ; de ceux-là qui aiment la mer, la mer immense, tumultueuse et verte, l'eau informe et multiforme, le lieu où ils ne sont pas, la femme qu'ils ne connaissent pas, les fleurs sinistres qui ressemblent aux encensoirs d'une religion inconnue, les parfums qui troublent la volonté, et les animaux sauvages et voluptueux qui sont les emblèmes de leur folie."


Propos de la Lune à une jeune enfant, au sein du poème en prose "Les Bienfaits de la Lune" (Le Spleen de Paris, Charles Baudelaire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu de citation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Recherche d'une citation...» Topic universelle de la citation qui tue !» † citation coup de coeur» ? citation coup de coeur» ? ta citation coup de cœur
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Au delà de l'Ombre (HRP) :: Jeux-