L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Rencontres décisives [Hunters] [07/03/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Eulalia Grey
Petit poney en chef
avatar
Date d'inscription : 11/05/2012
Nombre de messages : 277
Race : Humaine
Classe sociale : Petite bourgeoisie (par naissance) Aristocratie (par adoption)
Emploi/loisirs : Huntress / Lire le journal, peindre, jouer du piano
Age : 20 ans
Proie(s) : Elle pourchasse les Vampires mais elle est prête à leur faire miséricorde s'ils montrent la volonté d'être meilleurs.
Crédit Avatar : Moi (d'après un dessin de Kaoru Mori)
MessageSujet: Re: Rencontres décisives [Hunters] [07/03/42] Lun 25 Juin - 10:44

Il faisait froid... mais cette froideur lui faisait du bien. Dans sa torpeur, Eulalia sentit quelque chose de doux et chaud la recouvrir comme un cocon protecteur. C'était agréable... Un instant, elle se crut dans son lit, en train de faire un mauvais rêve. Enfin, c'est ce qu'elle crut quand elle ouvrit doucement ses yeux étranges, d'un bleu-vert tirant sur le gris et rehaussés d'un fin cercle marron qui faisait le tour de ses pupilles. Encore sous le choc, elle eut du mal à savoir où elle se trouvait. La première chose qu'elle réalisa, c'était qu'elle était dans les bras d'un homme, dehors.

Elle releva la tête vers lui, pour voir à quoi il ressemblait. C'était un jeune homme qui devait avoir entre 25 et 30 ans environ. Sa physionomie lui plut beaucoup; on aurait dit l'hiver personnifié, avec ses yeux aussi clairs qu'un lac gelé en décembre, sa peau pâle et ses cheveux blancs comme le givre dont la coupe adoucissait les traits masculins et puissants de son visage. Oui, il était indéniablement très beau. Mais il y avait un détail qui la perturbait... c'était la froideur étrange de sa peau, qui ramenait son corps à elle à une température normale après les efforts qu'elle avait fourni pendant la bataille.

- Mais... Qu'est-ce qui s'est passé ?

Elle sembla réfléchir. Des bribes de ce qui venait de se passer lui revenaient en mémoire, petit à petit. Puis, d'un coup, tout se présenta à elle, comme une succession de tableaux qui défilaient à une vitesse affolante devant ses yeux. L'homme assassiné dans la ruelle, la filature, la vampire sur le toit, les trois hommes avec qui elle avait collaboré, la silhouette fuyante qui était venue la rejoindre sur le toit... Et puis la chute, le cri de son coéquipier d'un soir qui n'avait pas pu la retenir. Le sort qu'elle avait lancé avant de s'écrouler...

- Ah, oui, je me rappelle...

Tout lui était revenu et cela lui fit l'effet d'une claque monumentale quand elle réalisa qu'elle aurait pu mourir dans la ruelle, des suites de sa chute. C'était un miracle qu'elle puisse encore respirer. L'émotion violente fit rouler quelques larmes de soulagement sur les joues rosées de la jeune femme. *Je suis vivante...*pensa-t-elle* Dieu merci...*

Sur cette pensée, la jeune femme essuya précipitamment les marques de son bouleversement. Ce n'était vraiment pas correct de montrer ainsi ses émotions devant un inconnu. Surtout si c'était un homme. Après avoir reprit son souffle et tandis qu'elle recouvrait progressivement ses sens, elle s'adressa au jeune homme dans un murmure, avec un pâle sourire reconnaissant; réalisant qu'elle ne lui avait même pas dit son nom

- Je... je m'appelle Eulalia. Eulalia Grey. Ravie de vous rencontrer, même si j'aurais aimé pouvoir faire connaissance dans des circonstances un peu moins... dramatiques disons. Vous êtes l'homme qui est venu m'aider sur le toit, n'est-ce pas ? Vous n'avez rien ?

Bien qu'étant elle-même dans un triste état, la jeune femme voulait être sûre que ce jeune homme qui la portait n'était pas blessé. Elle le détailla discrètement, se sentant rougir lorsqu'elle réalisa qu'il était fort malpoli de dévisager les gens de cette façon. Il y avait quelque chose en lui, quelque chose d'étrange et de furieusement différent des autres humains. Comme si... comme si il était descendu tout droit du ciel... Un ange ou peut-être même un démon. En tout cas, il était pourvu d'une beauté hors du commun. *Allons !* se morigéna-t-elle * Il est temps d'arrêter ce comportement stupide ! On dirait une de ces jeunes filles de bonne famille qui n'ont rien d'autre à faire que se pâmer devant les beaux messieurs pour passer le temps !*

S'étant ainsi reprise, elle baissa les yeux, fixant l'épaule du Hunter, la douce hermine de son manteau lui caressant la joue d'une façon très agréable. Il fallait qu'il soit au-moins un Lord pour posséder un tel habit. Il devait coûter probablement plus que ce que son père pouvait gagner 10 ans, au minimum. Comment vivait-il ? Etait-il noble ou un riche parvenu ? Avait-il des amis, une famille ? Quels mystères cachait-il au plus profond de lui ? Laissant de côté sa curiosité qu'elle qualifia de malsaine, elle poursuivit :

- Est-ce que les autres vont bien ? Et la vampire, a-t-elle été tuée ? Et ma rapière, est-ce que quelqu'un l'a récupérée ? Personne ne nous a vu n'est-ce pas ?

La jeune femme se souvint alors qu'elle avait utilisé une technique très puissante lorsqu'elle avait lancé sa lame... Elle espéra qu'il ne la prendraient pas pour une sorcière, ç'aurait été le comble. Peut-être devrait-elle leur expliquer d'où tenait-elle ce savoir, transmit de générations en générations dans sa famille. En effet, depuis 1540, les Grey consacraient au-moins un de leurs enfants à la religion et lui transmettaient alors les secrets les plus sombres de l'exorcisme, une pratique en disparition aujourd'hui. La plupart des gens pensaient qu'il s'agissait là d'une vaste tromperie de l'Eglise mais en réalité, c'était quelque chose de très sérieux et complexe. Bien plus complexe que ce que l'on pouvait imaginer.

Lally essaya alors de bouger un peu, pour se redresser. Une douleur aiguë traversa sa jambe droite, lui arrachant une grimace de douleur. Elle se mordit les lèvres pour ne pas gémir en présence de son nouvel allié. Même dans les situations les plus critiques, elle se devait de rester digne, quoi qu'il puisse advenir. Bien. Au moins, elle savait à présent qu'elle s'était fracturé la jambe en tombant. C'était un moindre mal quand on pensait qu'elle aurait pu y laisser bien plus que ça.

Elle soupira, essuyant les gouttes de pluie qui tombaient sur son visage et réalisa alors qu'elle avait un mal de tête extrêmement lancinant, concentré en un point bien précis, un peu au-dessus de sa tempe. Elle bougea sa main blanche aux longs doigts fins et la porta dans sa longue et épaisse chevelure brune aux reflets d'acajou. Quand elle la retira, elle s'attendit à voir du sang mais, étrangement, il n'y avait rien. Cette soirée était donc placée sous le signe de la chance. Elle aurait sans doute très mal pendant une bonne semaine tout au plus. En laissant sa main retomber sur le tissus de sa robe, elle tiqua discrètement. Il lui manquait quelque chose... Ses lunettes ! Elles s'étaient cassées sous le choc. C'était embêtant... Des verres comme ceux qu'elle avait coûtaient une fortune et ses parents s'étaient endettés sur deux ans pour pouvoir les lui acheter. Pourquoi était-elle née avec cette myopie si handicapante ? Eulalia se sentit soudain très en colère contre elle-même mais le cacha tant bien que mal à l'homme qui prenait soin d'elle. Elle n'allait pas l'ennuyer avec ses soucis matériels, c'était ridicule.

Une fragance étrange lui parvint aux narines; douceâtre désagréable aux relents de suif et de... De viande en train de brûler. C'était horrible. La mort emplissait la ruelle en même temps que la vampire rendait son dernier souffle. Elle faillit vomir mais se retint de justesse. Son visage avait soudain perdu le peu de couleurs qu'il lui restait et ses yeux la piquaient . Eulalia avait maintes fois côtoyé la mort et senti son odeur mais là, c'était particulièrement insupportable. Elle compatit un bref instant à la douleur qu'avait dû ressentir la créature. La mort par le feu était des plus horribles.


[HRP / Ravie d'avoir joué avec toi Adhéna ! C'est une sortie en beauté que tu nous a fait là./ HRP]


Dernière édition par Eulalia Grey le Dim 5 Mai - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaël Veneziano
Citoyen de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 12/05/2008
Nombre de messages : 183
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 67 ans
Age (apparence) : 26 ou 29 ans
Proie(s) : Les Vampires
Secte : Indépendant
Clan : Aucun
Lignée : Aucune
Rang Pyramidal : Ordinaire à tendence Dégénéré
Crédit Avatar : Soma Cruz de Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Rencontres décisives [Hunters] [07/03/42] Jeu 28 Juin - 16:03

Tandis que Raphaël retournait vers le bâtiment, il entendit des coups de feu à plusieurs reprises. Inutile d'aller voir: cette fois Stan et Alexender allaient certainement achever la Vampire sans avoir besoin de son aide. L'idée de poser la jeune femme à terre et de courir vers la ruelle pour participer à cette mort lui avait effleuré l'esprit. Cependant, il ne trouva pas en lui assez de rage pour abandonner là cette belle Humaine. Il la serrait dans ses bras, doucement, pour la réchauffer de son manteau et la maintenir correctement afin de ne pas la blesser d'avantage. La laisser sur le pavé froid ne lui plaisait pas. Il préférait veiller sur elle.

Immobile, le Vampire observait ainsi son beau visage encadrés de longs cheveux brun lorsque la jeune femme ouvrit les yeux. Raphaël recula un peu sa tête, surpris et gêné par le réveil soudain de la belle. Ses yeux étaient magnifiques. Jamais encore l'Italien n'avait vu d'iris pareils. Leur couleur lui rappelaient un lagon qu'il avait vu sur un tableau de la National Gallerie. C'était un mélange de couleurs claires et foncées, un amalgame de plantes, de terre et d'eau. Frappé par sa beauté, il évita le regard de la jeune femme un instant mais y revint bientôt pour l'écouter parler. Elle avait une voix aussi douce que sa peau, aussi tintée de couleur que ses yeux. Raphaël aima sa voix dès ce moment. Il aima sa voix, il aima son visage.
La belle était désorientée. Quoi de plus normal après une chute aussi violente? Raphaël fit attention à ce qu'elle ne s'agite pas trop, la maintenant fermement avec douceur et précaution.


- Vous avez fait une chute impressionnante, mademoiselle. Vous devriez rester tranquille. Vous avez la jambe droite brisée.

Raphaël se rendit compte que la jeune femme était bouleversée. Que faire? Que dire? Il n'était pas doué avec les femmes. La rassurer? Lui tenir des propos courtois? Il releva la tête, évitant soigneusement de la dévisager afin de leur éviter à tout deux une gène inutile. L'odeur du sel s'ajouta au parfum de son cou. C'était agréable malgré tout.
Puis la jeune femme se présenta après avoir séché discrètement ses larmes. Raphaël ramena lentement ses yeux bleus dans les siens.


- Ravi de faire votre connaissance, Mademoiselle Grey. Répondit-il tranquillement. Ne vous en faites pas...Oui, je suis monté sur le toit tout à l'heure. Malheureusement je n'ai pas réussit à vous rattraper...

Son ton s'était fait amer. Quel incapable! Il n'avait pas prévu cette chute. La Vampire avait bien réussit son coup. Alors qu'il revoyait sombrement la scène du toit dans son esprit, quelques claquements dans la ruelle annexe le sortirent de sa torpeur. Des coups de feu...un hurlement...Il voulu rassurer la jeune femme qui se posait beaucoup de questions.

- Ne vous inquiétez pas. Je vais bien et je suis sûr que les autres s'en sont sortis. C'est fini. Votre rapière est là-bas, fit-il en montrant d'un coup de tête l'arme au sol plus loin, nous allons la récupérer.

Ce disant, Raphaël commença à marcher vers la lame qui luisait sur les pavés. Une pluie fine tombait doucement, rafraîchissant l'atmosphère du soir. L'air devenait glacée. De petites perles brillantes se mirent à égrémenter les cheveux des Hunters.

- Je pense que personne ne nous a vu, continua le Vampire en marchant, Par contre on nous a certainement entendus. Soit nous avons une chance improbable, soit les gens du quartier ont préféré rester terrés chez eux. Dans tous les cas, nous devons partir d'ici au plus vite.

Une odeur infecte s'éleva alors clairement dans les airs. Une odeur de chairs brûlées, une odeur de mort. Raphaël l'avait sentit depuis longtemps, fronçant les sourcils et le nez. Ses sens sur-développés avaient entendus les derniers mots de la Vampire lorsqu'Alexender et Stan lui avaient tiré les dernières balles nécessaires à sa perte. Maintenant, il avait amplement conscience de l'horrible fin de la créature. Les flammes, l'achèvement final dans le feu, l'enfer pour cette garce. C'était une bonne chose. Le cadavre devait disparaître. Sa mort horrible n'était là que pour le réjouir. Une créature du Diable de moins sur cette Terre! Un danger de moins pour l'Humanité!

Radoucissant ses traits, Raphaël jeta un regard à la jeune femme qu'il tenait dans ses bras. Son teint avait prit une pâleur extrême. Il s'en inquiéta immédiatement. La maintenant d'un bras, il farfouilla dans une poche de son pantalon pour en ressortir un mouchoir blanc immaculé.


- Tenez, fit-il en donnant à Eulalia le tissu parfumé avant de la tenir à nouveau à deux bras. Je conçois que cette odeur puisse vous donner la nausée. C'est abominable.

La rapière n'était plus très loin. Lorsqu'ils y arrivèrent, Raphaël hésita. Lâcher Eulalia pour ramasser l'arme n'était pas une idée qu'il appréciait. Aussi, il maintint à nouveau la belle d'un seul bras et, tremblant quelque peu déséquilibré malgré sa force surnaturelle, il souleva l'arme du bout de sa botte droite et la fit voler dans un mouvement vif pour la rattraper en l'air.

- Et voilà! Fit-il en accrochant l'arme blanche à sa propre ceinture.

Il sourit à Eulalia qu'il reprit en main avec aisance.


- Je m'apprêtais à conduire ces messieurs dans mon manoir. Je vais vous y emmener et nous allons appeler un médecin.

Son sourire était sincère. Même si cela signifiait le sortir de son ermitage, accueillir ainsi trois humains, dont une si ravissante jeune femme, lui donnait du baume au coeur. Il était d'autant plus content que cette Vampire soit rayée de la carte du monde des vivants, ou du moins des morts-vivants. Il lui souhaitait l'Enfer mais Dieu seul avait la main mise sur les vies après la mort.
Raphaël se dirigea alors vers la ruelle.


- Ne regardez pas, fit-il à Eulalia lorsqu'ils arrivèrent au niveau d'Alexender et de Stan.

Raphaël, lui, regarda le feu consumer le corps décharné de la créature. Cette vision le perturba un peu. En soit, il espérait finir ainsi un jour. Il voyait ainsi sa propre mort. Lui qui était une de ces créatures buveuses de sang...il fallait qu'il finisse ainsi. Son regard s'était nettement assombri.


- Allons, fit-il soudain. Cette créature a eu ce qu'elle méritait. Dépêchons-nous de quitter ces lieux, mademoiselle Grey a besoin de soins et nous devons continuer notre discussion...

Sans attendre de réponse, dans un mouvement de cape blanche, Raphaël invita Alexender et Stan à le suivre. Son manoir n'était pas très loin.


Dernière édition par Raphaël Veneziano le Jeu 5 Juil - 12:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexender Von Ravellow
Hunter - "Criminel" en fuite
avatar
Date d'inscription : 11/03/2008
Nombre de messages : 370
Race : Humain
Classe sociale : Aristocrate déchu
Emploi/loisirs : Hunter / Il est recherché par le Yard et les Vampires de Jirômaru Keisuke.
Age : 25 ans
Proie(s) : Tous les Vampires, sauf Raphaël qu'il surveille maintenant sans chercher à l'assassiner. Le Comte Kei est son pire ennemi. Alexender peut aussi s'attaquer à des Loups-Garous.
Crédit Avatar : Personnage par Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Rencontres décisives [Hunters] [07/03/42] Sam 30 Juin - 15:18

Alexender regarda longtemps la créature agoniser. Prenait-il plaisir à voir la douleur de sa cible enfin atteinte, percée, détruite? Peut-être avait-il en effet ce petit soupçon de sadisme dû à des années de haine tournées entièrement vers cette race aux longues dents? Son regard d'ambre suivit ainsi la Vampire dans ses mouvements pitoyables. Il la regarda se tordre dans sa souffrance atroce. Elle était défigurée, monstrueusement défigurée par plusieurs balles...C'était une scène effroyable. Alexender la dévisageait avec dégoût. Son visage d'aristocrate était fermé, comme muré dans une expression de colère qui se repaissait lentement de cette macabre scène. Les flammes dansaient dans ses yeux plissés tandis que ses longs cheveux roux ondulaient sous le vent et l'air chaud du brasier mortel. La mort, oui, l'odeur de la mort envahissait les rues. La chair brûlée, le sang coagulé...

Le Hunter cracha au sol dans un mouvement de rage.


- Crève en enfer!

C'était fini. La Vampire cessa bientôt de gesticuler et son agonie prit fin. Ses vêtements et son corps continuèrent de se consumer lentement dans un crépitement lugubre. Une pluie fine commença à tomber comme pour parfaire ce tableau morbide.

Il y eu un instant de silence. Puis, lentement, Alexender détourna enfin son regard de la créature inerte pour le ramener sur Stan qui se tenait en face de lui. Le Hunter était finalement heureux d’avoir été aidé in extremis par cet allié nouveau. En réalité, ce jeune homme avait réagit tout a fait en accord avec la situation. Il avait parfaitement suivi les besoins de cette chasse pour réussir ce coup fumant à deux. Alexender le regardait déjà autrement plus sympathiquement qu'à leur rencontre.


- Merci pour ton aide, Stan. Fit-il aimablement en rangeant son Bloody Rose à l'arrière de son pantalon, le dissimulant sous sa cape de cuir noir. C'était une furie!

En soit la Vampire n'avait pas été très difficile à éliminer. Elle devait être jeune pour sa race et relativement inexpérimentée face à ce type de situation. Quatre Hunter, c'était trop pour elle. Elle n'avait certainement pas été préparée à pareille rencontre. En tous cas pas à la magie de la jeune femme...

Alexender songea ainsi à la belle tombée du toit. Il se tourna pour regagner le bout de la ruelle et retourner dans la rue principale qu'ils avaient quittée, mais Raphaël était déjà là, la jeune femme dans les bras. Cette vision fit sourire Alexender. Lui qui avait l'habitude de porter ainsi les demoiselles, voilà qu'il se faisait piquer la vedette par ce décoloré de service! Le Hunter eut une pensée pour Sarah. Il se souvint de son sauvetage dans le petit salon en feu. Décidément, il avait le don pour s'attirer les ennuis. Le sang, les Vampires, les flammes, les femmes...Cela devenait une habitude!

Alors qu'un sourire apparaissait peu à peu sur le visage d'Alexender quelque peu amusé des tournures récentes de sa propres vie, la voix de Raphaël coupa net son élan nostalgique. Oui, il avait raison: il fallait maintenant quitter les lieux! Il fallait se dépêcher. Ils avaient fait un boucan d'enfer et la "maréchaussée" n'allait pas tarder à rappliquer.
Cependant, le Hunter prit le temps de faire une petite courbette, en envoyant un regard charmeur à la jeune femme:


- Alexender Von Ravellow, pour vous servir. Ravi de faire votre connaissance, mademoiselle Grey.

Puis il jeta un regard amusé à Stan, haussa les épaules d'un air désespéré et suivit Raphaël qui s'était déjà retourné en hâte pour regagner son domaine. La conversation devait se passer dans un lieu sûr et le manoir du Hunter aux cheveux blancs semblait tout désigné. Au trot, Alexender rejoignit donc ce dernier et resta ensuite à sa hauteur, tentant de faire la conversation avec la jeune femme.

- Si nous nous étions attendu à l'intervention d'un ange, nous aurions certainement combattu avec plus de baume au coeur! Car...fit-il comme en confidence, votre compagnie m'est par avance plus joyeuse que celle de ces deux croques-morts! Il désigna Raphaël et Stan d'un coup de tête et rit de bon coeur.
Comme à son habitude, le Hunter redevenait vite pimpant en présence d'une femme ou d'un ami. La plaisanterie trouvait toujours son chemin chez lui, même dans l'adversité.

Il aurait voulu lui parler maintenant de sa magie qui l'intriguait beaucoup. Comme Sarah, elle semblait avoir certains dons utiles. Cependant, si Alexender était souvent un gai-luron quelque peu Don Juan et peu perturbé par les règles de la bienséance, il n'était pas non plus dénudé de tact. La belle était visiblement fatiguée, blessée et perturbée par cette soirée forte en émotions et il ne comptait pas l'ennuyer trop tôt avec des questions intimes de cette dimension.
Ainsi l'aristocrate se tue-t-il afin de conserver sa dignité et la sympathie de la jeune femme.
Il se contenta de lui sourire après sa petite pointe d'humour et la lâcha du regard pour continuer son chemin au rythme de ses nouveaux compagnons.

Le regard dirigé au loin dans les ruelles sombres, Alexender respira une grande bouffée d'air. Une nouvelle ère semblait naître pour les Hunters. Ce serait l'ère de alliance, l'ère du rassemblement. Ils allaient avoir enfin la possibilité de vaincre l'obscurité. Une étincelle s'alluma dans son regard doré: une lueur d'espoir.
Sarah serait sauvée.


[HRP/ Belle mort Adhéna! C'était épique!
Alexender rentre d'abord chez lui: "Messager matinal"/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stan Calder
Citoyen de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 28/09/2010
Nombre de messages : 122
Race : Humain
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Joueur professionnel
Age : 23 ans
Proie(s) : Vampires et Loups-Garous
MessageSujet: Re: Rencontres décisives [Hunters] [07/03/42] Mar 3 Juil - 18:46

Stan fixait le monstre, tandis que celui-ci tombait en morceaux sous ses yeux. C’était la première fois qu’il voyait une créature mourir d’une façon aussi horrible. L’odeur de chair grillée aurait donné envie de vomir à n’importe qui. Pourtant, il ne broncha pas. Il éprouvait une sombre satisfaction en contemplant cette pénible agonie. Que cet animal crève dans la douleur lui semblait juste, mais cela lui causait aussi un certain plaisir. Ses gestes désespérés lui donnaient envie de la piétiner, juste pour qu’elle souffre un peu plus. Il ne se savait pas si féroce, mais la brutalité lui semblait normale face à de tels monstres. Il souriait d’un air mauvais en regardant cette chose disparaître sous leurs yeux. Apparemment, il n’était pas le seul à se réjouir. Alexender cracha sur le corps de leur ennemie, avant que celle-ci ne soit tout à fait morte. Bientôt, trop vite dans un sens, elle cessa de bouger. Ses restes continuèrent de se consumer lentement, tandis qu’une légère pluie commençait à tomber. Sans doute deviendraient-ils un simple tas de cendre, qui passerait totalement inaperçu aux yeux des passants. Finalement, tuer un vampire avait même un côté pratique. Le Hunter releva la tête lorsqu’il entendit son collègue s’adresser à lui.

- De rien, répondit-il d’une voix tranquille. Ce fut un plaisir de massacrer cette bête.

Stan rangea son poignard et son Bloody Rose sous son manteau. Il les avait serrés si fort qu’il lui parut presque difficile de les lâcher. Il étira et replia plusieurs fois ses doigts pour chasser les crampes. Quelques secondes plus tard, Raphaël les rejoignit. Il portait toujours la jeune femme inconnue dans ses bras, ce qui n’avait rien d’étonnant. Malheureusement, il semblait impossible de sortir indemne d’une telle chute. Le Hunter se dit qu’elle avait de la chance d’avoir survécu, mais il garda ses réflexions pour lui. Faire remarquer à une femme blessée qu’elle aurait pu être dans le même état que la chose qu’ils venaient d’achever n’était pas des plus polis.

- Enchanté de vous rencontrer mademoiselle, lâcha-t-il en s’adressant à Eulalia.

Contrairement à Alexender, il ne se montra ni souriant, ni bavard. Il négligea même de donner son nom à la demoiselle. Si d’ordinaire il appréciait la compagnie des jeunes filles, il pensait trop à leur dernière chasse pour se sentir détendu. Pouvaient-ils vraiment baisser leur garde alors qu’il venait de massacrer une vampire ? Peut-être avait-elle des alliés qui traînaient dans les environs ? Le Hunter avait bien envie de ressortir ses armes, mais cela lui semblait un peu prématuré. Il valait mieux rester aux aguets et ne dégainer qu’en cas d’attaque. Si d’éventuels adversaires les croyaient trop distraits, ils ne prendraient pas la peine d’agir avec prudence.

*Mouais, il ne doit pas y avoir grand-monde…* Songea-t-il. *Sinon, ils seraient intervenus pour sauver cette teigne.*

Il regarda Alexender d’un air perplexe. Quelle idée de conter fleurette dans un moment pareil ! Soit il était complètement inconscient, soit il cachait bien son jeu. Mais Stan penchait plutôt pour la première solution. Il ne fit guère attention aux paroles de ses collègues, trop occupé à surveiller les alentours. Il redressa légèrement la tête quand il vit Alexender se tourner vers lui. Apparemment, il avait encore dit une sottise car il venait d’éclater de rire. Qu’il était bruyant !

*Il a dit s’appeler Von Ravellow… Sans doute un noble qui habite dans le coin. Je suppose que l’autre vit aussi dans ce quartier. Par contre, je ne sais pas d’où peut venir la fille…*

Etait-elle en embuscade sur le toit ou poursuivait-elle la vampire qu’ils avaient tuée ? Aucune importance. De toute façon, elle était de leur côté. Stan espérait qu’elle survivrait à ses blessures. Il serait dommage qu’une combattante aussi douée meure à cause d’une chute. D’ailleurs…

- Est-ce que l’un d’entre vous est médecin ? Demanda-t-il aux deux hommes. Si ce n’est pas le cas, il serait préférable de trouver quelqu’un qui puisse soigner cette demoiselle.

*J’ai déjà vu des gens faire une mauvaise et mourir quelques jours plus tard en crachant du sang. C’est le genre de chose qui pourrait lui arriver.*

Evidemment, Stan ne fit pas cette réflexion à voix haute. Même s’il n’était pas réputé pour son tact, il ne voulait pas paraître brutal. Il continua à surveiller les rues qu’ils traversaient. Elles lui semblaient particulièrement calmes, bien différentes des lieux malfamés où il vivait habituellement. Il serait si facile de se croire en sécurité dans des endroits aussi tranquilles. Peut-être les vampires se disaient-ils la même chose ?

*Si les nobles commencent à se réunir pour vaincre ces monstres, je suppose que le coin doit être envahi. Peut-être y en a-t-il même plus que dans les quartiers pauvres ? C’est clair qu’il est plus agréable de vivre ici, même pour un cadavre sur pattes.*

Plongé dans sa surveillance et ses réflexions, le Hunter se montrait particulièrement silencieux. Il ne voulait pas discuter vampire et créatures malfaisantes alors qu’ils se trouvaient encore dans la rue. Pourtant, il avait hâte de parler des évènements de ce soir pour glaner de nouvelles informations sur ses ennemis.

[HRP/ Une agonie très réussie Adhéna ! Félicitations pour cette belle fin Wink /HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eulalia Grey
Petit poney en chef
avatar
Date d'inscription : 11/05/2012
Nombre de messages : 277
Race : Humaine
Classe sociale : Petite bourgeoisie (par naissance) Aristocratie (par adoption)
Emploi/loisirs : Huntress / Lire le journal, peindre, jouer du piano
Age : 20 ans
Proie(s) : Elle pourchasse les Vampires mais elle est prête à leur faire miséricorde s'ils montrent la volonté d'être meilleurs.
Crédit Avatar : Moi (d'après un dessin de Kaoru Mori)
MessageSujet: Re: Rencontres décisives [Hunters] [07/03/42] Mer 4 Juil - 12:47

Eulalia, portée par Raphaël, récupéra sa précieuse rapière. Il la reprit d'un mouvement du pied assez impressionnant, qui la fit sourire. Cet homme était vraiment très doué... Elle se sentait bien dans ses bras. La sécurité, la tendresse l'apaisaient petit à petit. Il répondit ensuite à sa question et remarqua judicieusement qu'ils devaient partir au plus vite. Il avait tout à fait raison... Elle lui adressa un sourire rassuré et confiant avant de grimacer à cause de l'odeur qui s'échappait de la ruelle. Jamais elle n'avait senti quelque chose de semblable. Le jeune homme, attentionné, lui prêta un mouchoir blanc qui sentait bon la lavande... Elle respira l'odeur fraîche et constata que quelque chose était brodé dans un coin. Elle arriva à lire, malgré sa myopie, le prénom "Raphaël". Ce prénom sonnait à son oreille comme une douce mélopée venue d'ailleurs, aux accents chantants de la Méditerranée. C'était sans doute un prénom italien... Elle se demanda depuis combien de temps cet homme se trouvait à Londres. S'il était Italien, il devait sans doute appartenir à l'église de Rome. Elle espéra pour lui qu'il n'avait pas été victime du fort sentiment anticatholique qui régnait sur la capitale.

- Merci... Vous vous appelez Raphaël, c'est cela ? Elle marqua une pose avant de continuer : C'est écrit sur votre mouchoir...

Elle le regarda ranger son arme et ils se dirigèrent vers la ruelle d'où s'échappaient les effluves de la mort. Il déclara qu'il l'emmènerait à son manoir et appellerait un médecin. Une initiative qu'elle trouva peu judicieuse. A l'heure qu'il était, ils devaient tous être en train de dormir... De plus, la tenue qu'elle portait ne manquerait pas d'éveiller les soupçons. Heureusement, elle pourrait se soigner toute seule grâce à son sort de guérison... Ils arrivèrent sur le lieu du massacre et le gentleman lui intima de ne pas regarder. Elle lui murmura, de sorte que seul lui pût l'entendre :

- Votre attention me va droit au coeur... Mais je me dois d'affronter ce genre de scènes déplaisantes.

Elle tourna alors son regard vers la scène, qui la dérangea beaucoup. Mais elle décida de prendre son courage à deux mains et ne détourna pas les yeux du cadavre calciné. A son grand soulagement, ils repartirent rapidement. Avant que les deux autres hommes ne les rejoignent, elle constata que la pluie avait fait glisser une mèche des cheveux blancs de l'Italien sur son visage. Elle se dit que cela devait l'empêcher de voir correctement et qu'il ne pourrait pas se recoiffer sans la lâcher. Alors elle avança timidement une main et replaça la mèche de l'homme derrière son oreille avec un sourire. Elle n'eut pas le temps de dire quoi que ce fût que, déjà, un homme roux les rejoignit et se présenta à elle. Il était beau comme un lion, et son visage trahissait une grande force de caractère. Néanmoins, il y avait quelque chose de différent entre Raphaël et lui. Il semblait bien plus humain... Elle le salua avec courtoisie, lui adressant un signe de tête poli.

- Ravie de vous rencontrer, Sir Von Ravellow. Vous pouvez m'appeler Eulalia, si vous le souhaitez.

Elle adressa un regard à Raphaël et au jeune homme qui ne s'était pas présenté pour leur signifier que c'était aussi valable pour eux. Alexender continua sur sa lancée et la compara à un ange qui serait venue les aider, en profitant pour taquiner gentiment les deux jeunes hommes. Lally lâcha un rire léger qui lui fit oublier sa douleur pendant un moment.

- Vous n'êtes pas très charitable avec vos compagnons ! Cependant, je me dois de vous contredire... Je n'ai rien d'un ange.

Eulalia n'avait pas dit ça par souci d'humilité, elle le pensai vraiment. La Huntress se trouvait laide. Elle n'avait eu aucun succès avec les hommes dans le passé et avait tenté de se faire une raison. Mais, ce qu'elle ne voyait pas, c'était qu'elle était dotée d'un charme spécial, qui grandissait avec son âge. Alors que toutes les beautés de son temps se faneraient passé la quarantaine, elle serait encore jolie. Mais elle ne le savait pas. Elle se détestait et surtout, détestait ses lunettes, qui lui avaient valu maintes moqueries dans le passé. Mais elle ne laissa pas ces mauvais souvenirs altérer son regard et leur adressa un sourire amusant. Mieux valait en rire, non ?

Le petit Hunter qui les suivait demanda soudain à ses compagnons si l'un d'entre eux était médecin. Visiblement, son état les préoccupait. Il fallait qu'elle les mette au courant de son don. Hors de question de faire appel à un homme extérieur.


- Je ne suis pas médecin mais... Je possède un sort de guérison. Je crois que je pourrais reconstruire les os de ma jambe sans trop de difficulté... Bien sûr, il y a des effets secondaires mais ils ne sont pas vraiment dérangeants... Nous n'avons pas trop le choix, de toute façon. Tous les médecins de Londres dorment et, même si l'un d'entre eux accepte de m'examiner, l'état de ma jambe et ma tenue... Disons... Peu conforme ne manqueront pas d'éveiller les soupçons.

Elle jeta un coup d'oeil à sa tenue noire déchirée par endroits et passa une main dans ses cheveux détachés. Il aurait fallu qu'elle se change, qu'elle remette une robe normale et qu'elle coiffe ses cheveux en chignon. Elle ne se sentait vraiment pas présentable. Pour distinguer les traits d'Alexender et de l'autre Hunter, elle était obligée de plisser les yeux. Sale myopie ! Une vraie malédiction pour elle. Elle ne dit plus rien pendant un moment, préférant profiter du calme de la nuit. Il faisait vraiment froid mais le manteau de Raphaël lui faisait une barrière de fourrure agréable. Des volutes de fumées montaient dans le ciel nocturne, obstruant les étoiles et un air moite montait de la Tamise. Cette nuit était vraiment inquiétante. Ils avaient depuis longtemps déserté les alentours du Club et les contours d'un manoir lugubre se profilaient à l'horizon. Ils arrivaient probablement chez l'Italien aux cheveux blanc. On aurait dit une maison hantée... Les rues sombres étaient totalement désertes, heureusement pour eux. Lally repensa à la Vampire qu'ils avaient battue. Elle devait être relativement jeune... Sinon, elle ne s'en serait pas sortie avec une simple fracture. Des créatures bien plus dangereuses hantaient les rues de l'East End, elle le savait. Parmi eux, un vampire dont peu de gens osaient prononcer le nom. Il régnait en maître sur la capitale et terrorisait les citoyens, humains ou non. Elle espérait à la fois le rencontrer un jour pour lui faire la peau et, en même temps, redoutait que ce jour vienne car il n'y avait que peu de chances qu'elle en réchappe.

Mais si ils s'unissaient, alors les créatures de l'Ombre n'avaient plus aucune chance de survivre. La mort de la fille en noir le prouvait. Cette soirée sonnait le glas du règne des Vampires.


Dernière édition par Eulalia Grey le Dim 5 Mai - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaël Veneziano
Citoyen de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 12/05/2008
Nombre de messages : 183
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 67 ans
Age (apparence) : 26 ou 29 ans
Proie(s) : Les Vampires
Secte : Indépendant
Clan : Aucun
Lignée : Aucune
Rang Pyramidal : Ordinaire à tendence Dégénéré
Crédit Avatar : Soma Cruz de Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Rencontres décisives [Hunters] [07/03/42] Jeu 5 Juil - 12:23

Raphaël n'était pas habitué à la fréquentation des Humains. Même s'ils les appréciait grandement, même s'il rêvait de redevenir comme eux, simples, innocents au fond d'eux-même, il préférait en rester distant. Sa mélancolie le tenait naturellement à l'écart d'autrui et il se craignait presque autant qu'il craignait les autres Vampires, ce qui ne lui donnait pas envie de les côtoyer trop souvent. Il se haïssait. Sa soif, jamais éteinte, le reprenait tellement souvent. Cette femme dans ses bras, était une bien mauvaise idée. Amener ces Hunters dans son manoir en était une autre, plus grave encore. Cette fois-ci, il se mettait délibérément en danger ! Mais c'était pour la cause Humaine et s'il devait mourir d'une balle dans le cœur tirée par l'un d'eux, il l'accepterait avec joie. Cet Alexender saurait le réduire en cendres comme il l'avait fait pour cette Vampire décatie.

Perdu dans ses pensées, la voix d'Eulalia le réveilla alors qu'ils atteignaient presque le charnier et leurs compagnons. Elle avait lu sur son mouchoir « Raphaël » le « .V » était effacé. Le Vampire la regarda avec un sourire et lui répondit doucement :


- Oui...je m'appelle Raphaël...Raphaël Veneziano.

C'était vrai qu'il ne s'était pas présenté. Il en rougit imperceptiblement et détourna son regard rapidement. Certes il se comportait en gentleman mais il gardait tout de même cette réserve qui lui était propre au point d'oublier de se nommer à une dame...

Lorsqu'ils furent devant la pitoyable bête en fin d'agonie, Eulalia lui fit comprendre qu'elle se devait d'assister à ce genre de scène. Raphaël la laissa donc tourner la tête. C'était une femme qui voulait apparemment se forger une carapace : vouloir s'habituer à ce type d'horreur, c'était vouloir être capable de la supporter le moment venu. En soit, Raphaël n'avait jamais songé qu'une femme puisse se faire Huntress. Au fond de lui, il pensait les femmes trop fragiles et instables pour ce genre de travail sordide. Il était bien connu que la gente féminine était plus sensible et moins violente. Cependant, Eulalia lui ouvrit ainsi un peu les yeux sur la réalité : les femmes étaient tout aussi capable de supporter les atrocités pour mieux les combattre. D'ailleurs, n'avait-elle pas montré un courage et une détermination digne des plus grands chasseurs lorsqu'elle s'était montrée sur le toit pour attaquer la Vampire ? Elle l'avait suivie en solitaire, sans s'attendre à ce qu'elle trouve de l'aide à son arrivée. C'était faire preuve de courage et d'audace, mais peut être aussi d'inconscience...Cette jambe brisée en était peut-être la preuve. Finalement, s'ils n'avaient pas été là, aurait-elle survécu ? Cela semblait impossible.

La belle se mit alors à le regarder avec une étrange expression. Raphaël s'interrogea. Mais déjà la main de la jeune femme se levait doucement sous la pluie pour se diriger lentement vers son visage. Le Hunter resta immobile, comme figé, regardant cette belle main, fine et grâcieuse s'approcher de lui. Puis, lorsqu'il sentit les doigts de la belle contre sa peau glaciale, il ferma les yeux. La belle remit une de ses mèches rebelles derrière son oreille. Le cœur battant, il rouvrit les yeux clairs et les plongea dans ceux d'Eulalia. Il lui sourit.

- Merci...fit-il doucement. La gêne se lisait dans ses yeux.

Alexender et Stan avaient achevé leur sale besogne. Maintenant tous réunis, il fallait bouger. L'heure n'était pas au badinage, d'autant que Raphaël voulu certainement éviter que les deux autres ne voient ce geste. Il se hâta donc de conduire tout ce petit monde hors des ces ruelles maudites.

Alors qu'il se retournait pour se diriger vers son manoir, Alexender le rejoignit pour se présenter à la belle qu'il tenait toujours dans ses bras. Agacé d'être suivi d'aussi près, et ce pour des raisons futiles, Raphaël tiqua. Le rouquin riait, charmait et finalement semblait tout à fait redevenu ce ''Von Ravellow'' dont il avait entendu brièvement parler dans les salons. Maintenant qu'il y songeait, c'était ce même jeune homme qui l'avait invité à un bal quelques mois auparavant. L'enveloppe avait fini dans l'âtre de la cheminée, comme beaucoup d'autres. Il ne s'y était guère arrêté, d'autant qu'il ne le connaissait pas. L'aristocrate excentrique ne semblait d'ailleurs pas s'en souvenir, c'était bien qu'il faisait partie de ces nobles qui font envoyer les invitations par quelques domestiques sans se soucier des présents ou non à leurs petites sauteries. Ce genre d'individus étaient tellement éloignés de son caractère que Raphaël avait bien des difficultés à les tolérer.

Eulalia se présenta aimablement à son tour. Sa voix adoucit un peu le caractère belliqueux du Vampire. Puis, à la plaisanterie d'Alexender, la jeune femme rit de bon cœur et lui répondit gentiment. Malgré lui, Raphaël, lui, en fut exaspéré. Ce fanfaron avait décidément mal choisi son moment pour de telles stupidités ! Le Hunter aux cheveux blancs se contenta de lever les yeux au ciel en soupirant comme s'il trouvait les propos du rouquin simplement ridicules. Cependant, il le fit sans montrer trop d'animosité : il n'était pas non plus dénué de tact.


- Les ''croque-mort'', fit-il d'une voix terne, vous seront pourtant bien utiles pour votre petite affaire, Sieur Ravellow...

Eulalia répondit alors à Alexender qu'elle n'avait rien d'un ange. Raphaël la regarda quelques secondes, perdu dans ses pensées. Un ange ? Peut-être...Il fut troublé. A l'évidence, la présence d'Eulalia dans ses bras n'était pas anodine quant à son humeur face à Alexender. En réalité il venait de réaliser qu'il pensait depuis tout à l'heure comme un jaloux.

Stan fit alors une remarque importante : oui il fallait appeler un médecin pour Eulalia. Raphaël se rendit alors compte qu'il n'avait pas précisé aux deux hommes qu'une fois arrivé au manoir il avait prévu d'aller en quérir un. Mais à cette heure...maintenant qu'il y songeait plus en profondeur grâce à la question du Hunter, Raphaël se sentit un peu désorienté. Pour lui, guérir était automatique à cause de son fardeau vampirique, mais la belle avait besoin d'un vrai médecin en urgence et en trouver un dans la nuit noire n'allait pas être une partie de plaisir.
C'est alors qu'Eulalia leur révéla un nouveau don : elle pouvait ressouder ses os et se guérir elle-même ! Raphaël leva un sourcil de surprise.


- Vous pouvez...faire cela ? Demanda-t-il sans attendre de réponse.

La donne avait changée. D'ailleurs la jeune femme avait raison : sa tenue, l'heure, les circonstances...trop de choses seraient suspectes pour l'homme de science. Raphaël se décida alors à les emmener tous dans son manoir, sans changer de direction pour chercher un médecin. Et peut-être même qu'ils n'auraient pas besoin au manoir si Eulalia réussissait à se guérir.


- Très bien...fit-il. Vous avez des dons surprenants, Mademoiselle Grey, et après l'éclair de tout à l'heure, je vous crois sur parole.

Raphaël jeta un regard à ses autres compagnons.

- Messieurs, nous devons faire vite, la rue ne va pas tarder à être envahie par la police et si Miss Grey peut se soigner, il vaut mieux avancer.

[HRP/ Suite au Manoir de Raphaël, l’Éclipse : Frères d'armes/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rencontres décisives [Hunters] [07/03/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [01.07.11] Video: évolution du bounty hunter» II,1. la moisson du district quatre» Dans le sang et les larmes [Hunters + Aria Hinoi] [11-12/03/42]» Between the Shadows Spoiler : The Hunters» La chasse est ouverte (PV All Hunters)
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Whitehall et Westminster :: The Queen's Head-