L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Célestine Olsen
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 02/06/2012
Race : Humaine ( Alchimiste )
Classe sociale : Petite Bourgeoisie
Emploi/loisirs : Amatrice de littérature
Age : Célestine a une quinzaine d'année
MessageSujet: Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj ) Mar 17 Juil - 0:23

[HRP: Le lendemain de : Une palette de couleurs. /HRP]

Célestine se réveilla comme à son habitude aux aurores. La routine s’installait. Toujours la même chose : boulot, dodo. Pas de temps pour approfondir ses connaissances en alchimie. Pas le temps pour ces notes. Pas le temps, le temps c’est de l’argent. L’argent si vite dépensé par Tristan. Jeter par les fenêtres, comme si les deux amis avaient besoin de ça.

La belle avait les idées ailleurs, elle ne cessait de penser à Josh. Ses paroles entendues en coup de vent : « Rendez-vous dans deux jours à Waterloo Bridge, au troisième poteau lumineux en arrivant par l’entrée commerciale. », lui trottait inlassablement en tête. Elle voulait y aller. Il fallait que Josh réponde à ces questions. Mais vite il est l’heure de partir. Vite, un morceau de pain, et voilà l’apprentie couturière courant vers son atelier.

La journée passa lentement, trop lentement au goût de la jeune fille. Célestine étant quelqu’un d’impatient elle attendait ce rendez-vous impatiemment. Mais enfin la sonnerie retentit. Marguerite et elle partirent au parc, pour passer un moment « entre filles ». La Sibérienne raconta alors son histoire avec Josh et voulait à tout prix l’avis de son amie. Celle-ci lui dit que cela ressemblait plus à une amourette sans lendemain. Quand Célestine aborda le sujet des lycans, Marguerite explosa de rire et lui dit que c’était une légende, unefable. Assez outrée par sa réaction, et énervée par ce comportement quelque peu déplaisant, la demoiselle partit rapidement laissant sa jeune amie seule au milieu du parc.

Elle rentra alors au 37 Scothill Street, où Tristan et sa bande d’amis se trouvaient déjà, cartes en mains et l’argent pour le loyer sur la table. Il jouait, insouciant. Misant le peu qu’ils avaient. C’était leur seul revenu, puisque Tristan avait été licencié la veille. Trop de retard d’après le patron. Célestine folle de rage, claqua la porte. Sentant tous les regards se poser sur elle, elle rougit légèrement. La Sibérienne avança à grands pas vers la table. Attrapa toute la monnaie, et lança un regard noir à Tristan. Elle lui murmura alors à l’oreille : « Il faut qu’on parle, suis-moi dehors. Vite. ».

Une fois dehors, Célestine poussa Tristan contre le mur, et les larmes aux yeux lui cria :

- J’en peux plus Tristan. Qui porte la culotte ici ? C’est moi. Atterris un peu, tu crois qu’on va manger comment ? Qu’on va dormir où si toi tu ne fais pas d’efforts ? Je me crève à la tâche mais toi tu t’en fiches, oui toi tout ce qui t’intéresse c’est jouer et boire n’est-ce pas ? Ben va falloir que tu débrouilles pour payer tout ça maintenant car moi je m’en vais.

Célestine les larmes aux yeux remonta l’escalier. Attrape cette foutue malle, et y fourra toutes sortes d’objets lui appartenant. Elle y mit également l’argent qu’elle avait pris sur la table, il lui servira pour payer le motel. Elle sortit sous l’œil curieux des copains de jeux de Tristan, qui lui remonter encore sous le choc des paroles de Célestine les marches maladroitement. La demoiselle le bouscula alors une dernière fois et partit. Libérer.

Maintenant il fallait trouver un motel, il ne fallut pas aller bien loin. En centre-ville il n’en manquait pas. Notre jeune amie entra dans l’un d’eux où les prix semblaient abordables, elle hérita alors de la chambre numéro 7, vue sur la Grande horloge. Parfait. Il était maintenant 20 heures.

Célestine n’avait pas faim alors elle décida d’aller faire un petit tour au bord de l’eau. Cela lui ferait du bien, elle repenserait à Adeline, et réviserait ses cercles. Elle attrapa alors une robe noir ébène et l’enfila. Célestine noua également ses longs cheveux blonds en une natte et l’orna d’un petit ruban noir. Une cape assortie est de rigueur. Parée de cette façon voilà notre jeune amie traversant les ruelles, entièrement vêtue de noir.

Une fois arrivée sur le Pont de Londres, la jeune fille monta sur le rebord et s’amusa à le suivre en équilibre. Une chouette la survola et Célestine la suivit des yeux se disant qu’elle aimerait bien voler elle aussi. Enfin elle s’assit sur le long rebord. Elle commença alors à tracer quelques cercles dans la poussière accumulée juste à côté d’elle a la lueur de la lanterne qu’elle avait pensé à emmener.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sladd Nordj
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 10/07/2012
Race : Humain
Classe sociale : Petit borgeois
Emploi/loisirs : Écrivain, dessinateur/ Ecrire, dessiner.
Age : 25 ans
Age (apparence) : 20 ans
MessageSujet: Re: Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj ) Mar 17 Juil - 11:16

-La vie est une promenade éternelle... Quand un sentier se finit, un autre prend la suite, quand un humain meurt, un autre prend sa place...

Sladd avait les idées bien pensives ce soir-là, il fallait dire qu'à force de tuer trop de vampires, on avait fini par le découvrir et ce n'était jamais bon, ainsi, comme les buveurs de sang ne savaient en aucun cas comment leurs ennemis se battait, Sladd avait tracé de multiples dessins dans la ville, dans ses routes de passages qu'il empruntait fréquemment pour, que d'un simple geste sur un dessin, la bête s'éveille pour aider son créateur.

Du coup, il avait demandé à son frère de partir en chasse sans lui ce soir, ce dernier n'y opposa aucune réaction, juste son sourire aimable habituel qui le rendait si innocent, ce qui arracha un sourire à Sladd. Il aimait terriblement son frère, sûrement une personne qu'il ne manipulera jamais. Mais il fallait dire que leur duo était de plus en plus fort et inébranlable, il n'y avait qu'à voir leurs deux seules chasses de la semaine dernière.

------------------------------
Trois jours en arrière vers vingt-trois heures du soir à la grande horloge, Sladd et Nack son frère étaient partis en chasse surtout des loups-garous, Nack avec son Bloody rose et une faux, une arme qu'il utilise uniquement pour les loups-garous par le cadet de la faille Nordj, pour les vampires des lames en arc de cercle et la poignée dans l’intérieur font de parfaites armes, surtout qu'au-dessus et en dessous des lames se trouvent des prolongements verres. Le duo avait pris la route d'un parc dont Sladd oubli tout le temps le nom et ils avaient marché, lentement, sur le sentier principal, sans bruit, à découvert pour être vu, et en silence pour voir, une technique de base mais qui a déjà fait ses preuves contre ces monstres.

Il ne fallut pas longtemps pour qu'un d'entre eux apparaisse sur le sentier devant les frères, la gueule en sang, comme les griffes et de longues traînées de sang derrière lui. D'un bond le monstre se rua sur Sladd et d'une détonation le loup-garou se plia en deux, une balle de bloody en coque d'argent dans son ventre, tiré d'un geste éclair par Nack. Ensuite une autre détonation éclata dans le ciel, comme la boîte crânienne du cadavre qui s'écrasa au sol suite à une autre balle dans le crâne.

Après de long soupire de satisfaction, la chasse reprit, toujours de la même manière, les bêtes de la nuit mouraient avant même d'avoir fait plus de la moitié du chemin qui les séparés des frères. Cependant, un plus résistant et agile esquiva les trois dernières balles de Nack et se rua sur lui. Se croyant condamné Nack recula un peu déboussolé quand une giclée d'acide vola dans les yeux de l'agresseur qui devint aussi tôt aveugle. Nack regarda son frère qui venait de vider une fiole d'acide extra concentré et pur pour lui, se ressaisissant le frère de Sladd prit sa faux et l'enfonça horizontalement dans le cou du monstre et trancha en découpant les cervicales avec. La bête tomba au sol et ce fût le dixième de la soirée, et le dernier, après ça, les deux frères rentrèrent chez eux pour savourer un bon chocolat et ils partirent ensuite dormir.
------------------------------

Sladd se dirigea finalement vers les bords de la tamise en empruntant le grand pont, les rues étaient encore animées et l'alchimiste se fondait dans le crépuscule naissant de la soirée. Il marchait au milieu des gens, qui avaient un pas plus ou moins rapide, les nobles marchaient en plein milieu de la route, prenant toute la place, mais ce qui fit le plus rire Sladd c'est ce noble d'une cinquantaine d'été mais aussi sec que l'air de l'hiver, des rides si profondes qu'on en aurait conclues à des ravins, des cheveux aussi blancs que l'écume qui se forme en bas des cascades, cet homme était au final une forêt vierge, mais souillé par la richesse, mais bon, il avait aussi le droit à quelques belles jeunes femmes avides d'argent
.

*Londres à vingt heures, c'est sublime, pensa le jeune homme, ce crépuscule inachevé, coupait par les toitures des plus hauts immeubles de la ville, et les gens qui se baladent tranquillement pour profiter des dernières heures avant le sommeil, ou ceux qui court car il vient de les quitter, les hunters n'ont pas la vie facile, enfin...j'en fais bien partie quelque part, et mon frère donc. Mais ma l'alchimie est bien plus puissante que la bloody, avec ça, je peux créer des vampires qui ne craignent pas le bloody, des loups-garous insensible à l'argent, mais bon, ils ont une durée de vie de quatorze heures... mais enfants sont condamnés à mourir tristement, que c'est triste...*

Sladd ne s'était même pas rendu compte qu'il était arrivé à destination, un coin tranquille en dessous du pont de Londres, un endroit en pierre, idéal pour donner naissance à ses créations, n'ayant en aucun cas oublié son encre et sa plume il finit par s’asseoir au bord de l'eau et il observa les alentour. S'il traçait ses monstres maintenant, demain maximums à dix heures ils reviendraient poussières, mais Sladd savait quoi faire et il ferait en sorte de récupérer un maximum d'âme humaine ce soir.

Soudain, alors qu'il était au bord de l'eau, il vit une partie de son champ de vision côté œil droit s'illuminer, ce qui arracha un sourire à Sladd « un alchimiste ? Ici ? » dit-il sans tourner la tête. Au final il la tourna en souriant, pensant trouver un vieil et sage alchimiste, mais non, pour une fois ce fût le surprendre, il avait devant elle une adolescente, tout de noire vêtue, une robe de la même couleur que ses yeux, un petit ruban coiffé sa tête de jeune enfant à la blondeur intrigante, entre les cheveux blonds et les habits noirs, on avait là un beau contraste. Se relevant Sladd se mit à avancer en cachant le bruit de ses pas pour surprendre celle qui avait réussi à l'étonner. Il se mit ensuite accroupi devant son cercle et l'observa.

*Rudimentaire... Une novice, et si je lui montrais ce dont est capable un alchimiste de grande puissance .* Se demanda Sladd, même si la question ne se posait pas.

-Demoiselle, c'est un cercle de base que nous avons devant nous n'est pas . Si on modifie les branches d'intérieur du second cercle comme cela. Dit-il en traçant de nouvelle branches au cercle. On obtient un cercle plus puissant que le précédent, les cercles les plus complexes sont très souvent meilleurs, cependant, il faut les graver dans sa mémoire et insuffler assez de puissance pour que le cercle fonctionne.

L'alchimiste se laissa tomber sur les fesses et croisa les jambes pour une position tailleur, après il courba le dos en avant et sourit aimablement à la jeune blonde. Elle était relativement belle pour son âge bien qu'elle était à coup sur plus jeune d'au moins trois ans. La pâleur de sa peau ressemblait à celle de sa mère. Ses yeux bleus à la couleur chatoyante, on pouvait y lire une sorte de colère, tristesse et une pointe de haine.

-Dites-moi jeune demoiselle, seriez-vous entrain d'apprendre l'alchimie, ou bien... vous sert-elle simplement à vous défendre de tous ses voyous qui traînent dans les rues de Londres ? Mais pourquoi ce noir, revenez-vous d'un enterrement ?

Il sourit et sursaute presque en remarquant qu'il n'avait même pas décliné son identité.

-Excusez-moi, j'ai oublié de me présenter. Je suis Sladd Nordj, alchimiste libre. Et vous ?

Il ne s'attendait pas à réussir un vrai dialogue, mais faut savoir tenter sa chance dans la courte vie que chaque humain possède pour contribuer à la promenade éternelle des humains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Célestine Olsen
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 02/06/2012
Race : Humaine ( Alchimiste )
Classe sociale : Petite Bourgeoisie
Emploi/loisirs : Amatrice de littérature
Age : Célestine a une quinzaine d'année
MessageSujet: Re: Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj ) Mar 17 Juil - 22:18

Penser, penser, penser. Voilà ce que faisait Célestine. Elle pensait. Encore et toujours. Elle se demandait surtout comment était Tristan maintenant, continuez-t ’il sa partie, ou bien avait-il demandé à rester seul ? Peu importe en fait, ce n’était plus son problème. Il fallait qu’elle l’oubli. C’était demain, qu’elle aller revoir Josh, et avec lui les réponses à ses questions. Enfin, Célestine allait savoir qu’est-ce que c’est qu’un lycan. Cela lui servirait-elle pour l’alchimie ? Oui, elle l’espérait. La novice ne pensait qu’a évolué. Sans doute qu’après l’alchimie pourrait lui servir au quotidien.

La lueur de sa lanterne faiblissait au fur à mesure que le temps passer. Il faudrait bientôt songer à rentrer si elle ne voulait pas se voir absorber par l’obscurité. Elle effaça alors son dernier cercle, qui était d’ailleurs faux. Il fallait qu’elle recommence, pour ne pas l’oublier. C’est ce qu’elle fit, assez satisfaite d’elle, la Sibérienne leva les yeux de la roche. Elle put alors contempler l’eau stagnante reflétant la Lune qui émanait une sorte d’énergie apaisante.


Adeline lui manquer, la Lune était son astre favoris. Pourquoi cette libellule avait décidé de se poser là. Pourquoi. Célestine sentit les larmes lui monter aux yeux mais elle ravala tout cela, en se disant qu’elle se devait d’être forte. Maintenant elle était seule, elle devait affronter ça seule, et évoluer seule. Une présence se fit alors sortir.

Un homme venait de s’accroupir proche d’elle. Elle ne tourna pas la tête, essayant de lui faire comprendre qu’elle voulait être seule, il se mit à lui dire :

- Demoiselle, c’est un cercle de base que nous avons devant nous n’est-ce pas. Si on modifie les branches intérieures du second cercle comme cela. Il modifia alors le cercle de Célestine, le rendant plus complexe. On obtient un cercle plus puissant que le précédent, les cercles les plus complexes sont très souvent meilleurs, cependant, il faut les graver dans sa mémoire et insuffler assez de puissance pour que le cercle fonctionne.

- Est-ce dur ?

Il s’assit alors à côté d’elle, en tailleur. Un sourire s’afficha alors son visage. Célestine daigna enfin le regarder. « Un alchimiste, enfin, un vrai. Reste calme Céleste, reste calme. Peut-être... Peut-être que lui pourrait te former… Ne gâche pas ta chance. » pensa-t-elle. On ne va pas se mentir, il était beau, magnifiquement beau. Ses cheveux noirs que Célestine pouvait entrevoir grâce à sa lanterne et ses yeux, envoutants. Il l’a captivé. Elle n’arrivait pas à détacher son regard de ce jeune homme. Il semblait grand et devait avoir dépassé les vingt printemps.

- Dites-moi jeune demoiselle, seriez-vous en train d’apprendre l’alchimie, ou bien… vous sert-elle simplement à simplement vous défendre de tous ses voyous qui traînent dans les rues de Londres ? Mais pourquoi ce noir, revenez-vous d’un enterrement ?

- Apprendre l’alchimie ? J’ai essayé, mais avec le piètre maître que j’avais, que voulez-vous que je fasse. Ceci est le seul cercle que je connaisse. Je reviens en effet d’un enterrement, celui de mon ancienne vie. La Mort est la fin de quelque chose pour le commencement d’une autre n’est-ce pas ? L’ancienne était trop usée, j’ai changé. Je dois sans doute vous ennuyer, vous sembler stupide. Ecouter les tourments d’une gamine de quinze ans ne passionne pas grand monde. Veuillez m’excuser.

La jeune femme racontait souvent ses tourments aux inconnus, mais là elle ne savait pas trop comment s’y prendre. Célestine n'est pas du genre à se faire plaindre, mais elle n'arrive pas à garder toutes ces choses pour elle. La Sibérienne se mordit discrètement la lèvre inférieure, pour évacuer le stress qui montait en elle. Célestine priait pour qu’il la prenne comme apprentis, qui lui enseigne tout ce qu’il savait sur l’alchimie. Croisons les doigts. La chance tournera-t-elle ? Un peu de lumière, oui voilà, de la lumière. Un but. Cela vous est déjà arrivé de vous sentir perdu ? Dans un trou noir ? Peut-être que oui. Cette sensation d’étouffer. Voilà ce que la belle ressentait. Aller-t-il la sortir de cette torpeur ? Elle ne demandait que ça.

Elle n’attendait qu’une chose, entendre de nouveau sa voix. Si doucereuse. Une mélodie. « Shakespeare aurait dit au masculin : Il parle ! Oh ! Parle encore, ange resplendissant ! ». Oui parle. Elle ne connaissait même pas son nom. Qu’importe, elle se sentait bien, et n’avait maintenant aucune envie qu’il parte.

- Excusez-moi j’ai oublié de me présenter. Je suis Sladd Nordj, alchimiste libre et vous ?

- Célestine, Célestine Olsen. Une jeune fille dont les seules connaissances en alchimie se résument à un cercle. Enchantée.

Cette promenade, est sans doute la meilleure chose qui soit arrivée dans la vie de la Sibérienne. Peut-être que le bonheur arrivera jusqu’au cœur de la belle. Allons savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sladd Nordj
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 10/07/2012
Race : Humain
Classe sociale : Petit borgeois
Emploi/loisirs : Écrivain, dessinateur/ Ecrire, dessiner.
Age : 25 ans
Age (apparence) : 20 ans
MessageSujet: Re: Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj ) Mer 18 Juil - 14:55

Sladd avait écouté avec attention chaque parole de cette adolescente, elle savait jouer avec les mots et cela fit rire Sladd, la manière de parler de cette petite n'avait rien d'immature, on pouvait lui donner vingt facilement, dommage qu'elle soit un peu trop petite, sinon elle aurait été parfaitement crédible. Elle avait décidé d’abandonner son ancienne vie, ce qui faisait d'elle une jeune fille à la rue, cette perspective ne plaisait pas à Sladd, avec tous les vampires, loups-garous, homonculs et et chimères qui traînent dans les rues, mieux vaut ne pas rester seul, surtout quand on est une alchimiste inexpérimentée comme cette Célestine, c'était un beau prénom, plutôt commun, mais relativement beau .

-Enterrer sa vie n'est pas forcément bon, il faut savoir d'où l'on vient pour savoir ou l'on va Célestine. Ta parole ne me fait pas penser à une gamine de quinze ans comme tu dis. Je t'en donnerais bien cinq de plus si tu avais huit ou neuf centimètres de plus jeune demoiselle, mais ta beauté sculptait comme mes œuvres te rajoutent en maturité.

Sladd souris aimablement a la jeune alchimiste, elle voulait apprendre, et lui, il avait besoin de main-d’œuvre pour sa pierre, en gagnant sa confiance il pourrait la manipuler pour la rendre forte mais sans l'envoyer en première ligne., et faire d'elle le troisième membre du petit groupe de hunter qu'il faisait avec son frère, à cet âge ils sont encore influençable et le spectaculaire les impressionne plus que tout.

Sladd sorti de sa ceinture sa plume pour écrire, la plume qui possédait une pointe de métal pour écrire n'importe où, sur n'importe quel support et la posa sur le cercle de Célestine après avoir effacé d'un simple geste de main sur le sol puis il posa sa plume sur l'ancien emplacement du cercle de la jeune demoiselle
.

-Je remarque, fit-il, que ta peau est de la même couleur que la mienne, serais-tu russe ? Ou Sibérienne ? Sladd était intrigué car cette couleur de peau était peu commune à Londres.

Il posa ensuite son regard sur la plume et la caressa comme si c'était un objet d'une grande rareté, ce qui était le cas puisque c'était la seule plume comme cela. Il regarda ensuite Célestine dans ses beaux yeux et donna un coup de tête circulaire pour se recoiffer.

-On est vraiment un bon alchimiste, quand on possède son propre style, sa propre alchimie, et crois-moi, c'est vraiment long, je viens de finir ma variante d'alchimie, et cela fait dix ans environ que je travaille dessus. Mais j'ai tout fait d'A à Z dont le cercle et cette plume. Il est simple parfois d'imaginer son style grâce à ce que l'on fait régulièrement. Pour moi un forgeron pourrait créer une alchimie pour gérer à son grès les métaux, un cuisinier pour la nourriture...Il marqua une pause et se mit à rire. Non-excuses-moi, c'est débile comme exemple. Mais tu comprends ce que je veux dire .

Il se releva et il prit sa plume avec lui qui fait tourner dans sa main.

-Je vais te montrer... La puissance de mon alchimie, celle qui terrasse des vampires et des loups-garous...

Sladd souriait grandement, montrer sa puissance à cette petite et elle sera prête à vouloir le prendre comme maître d'apprentissage. L'alchimiste fit quelques pas en direction du mur, caressa la pierre du bout des doigts... Il tapa dans ses mains, posa ensuite sa main gauche sur le mur et un cercle de transmutation d'une extrême complexité. Grâce au cercle de transmutation des lignes couleurs rouges commencèrent à se tracer sur le mur, au début cela ne ressemblait à rien mais petit à petit le dessin progressait pour forme un long dragon. Le dessin finit Sladd prit sa plume, ouvrit e capuchon de sa réserve d'encre dans sa ceinture, trempa la plume et se mit à écrire avec la pointe en acier qui criait à chaque mouvement de la main de Sladd. « que le dragon d'acier à la longueur sans limite soit aussi flexible et doux que de la soit pour les alliés de son créateur et lui-même, que les écailles du dragon se transforment en pics tranchant lorsqu'une personne que n'aime pas le créateur approche. »

Sladd recula un peu, claqua ses mains et les colla au mur et il y eut un petit tremblement, le mur bougea et le dragon qui n'était qu'un dessin sortit du mur avec une forme, une consistance, une sculpture vivante. Le dragon se mit à tournoyer autour de Sladd et Célestine en reniflant la jeune femme qui pourrait lui servir de repas, et sur claquement de doigt du maître il revint près de Sladd et se transforma en écharpe confortable
.

-Voilà les prodiges de mon alchimie, donner vie à mes dessins, ne tu'en fais pas, le dragon est gentil avec ceux que je ne considère pas comme ennemis, voilà pourquoi il ne t'a rien fait.

Sladd sourit, comment la jeune demoiselle allait-elle réagir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Célestine Olsen
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 02/06/2012
Race : Humaine ( Alchimiste )
Classe sociale : Petite Bourgeoisie
Emploi/loisirs : Amatrice de littérature
Age : Célestine a une quinzaine d'année
MessageSujet: Re: Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj ) Mer 18 Juil - 19:47

Célestine balançait ses jambes dans le vide tout en écoutant la voix mélodieuse de Sladd. Il était donc un alchimiste libre, il y en avait des non libres ? Ah bon ? D’accord. La jeune femme se coucherait moins bête. Pourquoi l’a-t-il accoster ? Simplement pour corriger ce cercle imparfait ? Peut-être. Encore une question inutile qui trottait dans la tête de l’adolescente. Elle n’avait maintenant qu’une envie prendre la main de cet homme et partir loin de Londres. Un besoin de respirer l’emplissait. Rapidement cette idée s’effaça car Sladd prit la parole :

- Enterrer sa vie n’est pas forcément bon, il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va Célestine. Ta parole ne me fait pas penser à une gamine de quinze ans comme tu dis. Je t’en donnerais bien cinq de plus si tu avais huit ou neuf centimètres de plus jeune demoiselle, mais ta beauté sculptait comme mes œuvres te rajoutent en maturité.

Il avait raison, Célestine baissa alors la tête pour cacher la rougeur qui lui monter aux joues comme un enfant que l’on vient de gronder pour quelconque raison. De plus Sladd l’avait complimentée, il la disait la voir plus âgée, autant dans ses paroles que sur son minois. Elle bredouilla un merci assez gêné, et ne sachant que dire d’autre. Nordj lui sourit, puis il sortit une plume. Voulait-il écrire une lettre ? A priori non puisque l’on pouvait remarquer l’absence de papier. Sladd posa sa plume sur l’emplacement de l’ancien cercle de notre jeune amie puisqu’il l’avait d’un rapide coup de main. Il lui demanda alors :

- Je remarque, que ta peau est de la même couleur que la mienne, serais-tu russe ? Ou Sibérienne ?

Célestine le regarda en affichant un doux sourire, l’on pouvait voir une petite étincelle se rallumait dans ses yeux. Parler de son origine lui faisait plaisir, peut-être venait-il lui aussi des pays du Nord- Est. Ce que ce serait bien !

- Oui en effet ! Je viens de Sibérie, vous avec l’œil à ce que je vois. Je n’oublierai jamais d’où je viens, c’est certain. Je préfère juste oublier une longue partie de ma vie. C’est tout. Mais et vous ? D’où venez-vous ?

Il caressa sa plume, comme si c’était la prunelle de ses yeux… Un objet rare ? Un héritage ? On verra bien.

- Qu’est-ce ?

Sladd lui expliqua les bases de l’alchimie tout en la regardant dans les yeux. Elle acquiesça chacune de ses phrases en essayant de les mémoriser. Il ne fallait rien oublier, car après tout son avenir d’alchimiste est en jeu. Célestine buvait ses paroles. Il se tut un court instant pour rire se son exemple il faut dire assez comique, oui elle avait tout compris. Enfin, la jeune demoiselle allait devenir une vraie alchimiste il fallait donc trouver un « style ». La Sibérienne chercha dès l’instant une idée, et partit dans des pensées les plus grotesques et abracadabrantesques. La voix de Nordj se fit soudain entendre tirant la jeunette de sa rêverie

- Je vais te montrer… La puissance de mon alchimie, celle qui terrasse les vampires et les loups-garous…

Il lui sourit avec un sourire d’enfant impatient de montrer son nouveau jouet. Célestine n’attendait que ça, voir l’étendue des pouvoirs de peut-être son futur mentor. Il prit alors sa plume et se leva pour se diriger vers un mur pour faire quoi ? Le caresser du bout des doigts ? Il tapa soudainement dans ses mains, ce qui fit sursauter la belle. Il posa sa main contre le mur pour faire apparaitre un cercle de transmutation énorme, d’où il en sortit un dragon.

L’adolescente prit alors peur et se releva rapidement. Un dragon ? Des vampires ? Des loups-garous ? Mais qui était cet homme ? Etait-il vraiment un alchimiste ? Ou un fou qui se prenait pour. La créature se mit à tournoyer au-dessus des deux jeunes gens, mauvais signe. Notre jeune amie se cacha les yeux de ses mains et baissa la tête comme pour se cacher d’une vision d’horreur. Un claquement de doigt puis un silence. Célestine releva la tête, le dragon n’était plus, mais Sladd avait une écharpe à présent. Magique… Celui-ci déclara :

- Voilà les prodiges de mon alchimie, donner vie à mes dessins, ne t’en fais pas le dragon est gentil avec ceux que je ne considère pas comme mes ennemis, voilà pourquoi il ne t’a rien fait.

Célestine se rua sur lui, agrippa ses deux épaules et le regarda dans les yeux, d’un regard suppliant. Elle voulait tout savoir, enfin arrêter de vivre dans tant de secrets. Vite, qu’il la prenne. Elle baissa alors la tête et murmura dans un souffle à peine audible :

- Monsieur Nordj... Je souhaiterais une seule chose. Prenez-moi… Prenez-moi comme apprentie. Je vous en supplie, arrachez-moi de ce silence dans lequel je suis plongée. Apprenez-moi tout ce que vous savez, je vous en conjure. Faites simplement de moi, une alchimiste…

Elle le lâcha alors, partit chercher sa lanterne et revint vers l’alchimiste. Célestine le regarda alors, d’un air qu’elle voulait emplir de conviction et de confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sladd Nordj
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 10/07/2012
Race : Humain
Classe sociale : Petit borgeois
Emploi/loisirs : Écrivain, dessinateur/ Ecrire, dessiner.
Age : 25 ans
Age (apparence) : 20 ans
MessageSujet: Re: Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj ) Dim 29 Juil - 21:37

La jeune demoiselle eut une réaction de peur, voir peut-être même terrifiée, cela enchanté Sladd quelque part, savoir que sa magie fait peur le rendait heureux. Son écharpe lui allait à merveille, il lui tardait de partir en chasse pour la soirée, agrandir sa pierre philosophale un petit peu plus. L'alchimiste pourrait également se servir de Célestine pour augmenter la taille de sa pierre, enfin il faudrait d’abord savoir si elle voudrait bien de lui pour lui enseigner l'alchimie. Quel genre de style la Sibérienne allait-elle mettre en place si jamais il lui apprenait à se servir de cet art destructeur, bénéfique, chaotique, doux mais cornu de revers.

D'un coup il fut surpris se sentir agripper par les épaules et sentir les yeux de Célestine se plonger dans les siens, cette dernière le supplia de la prendre comme élève, de tout lui apprendre de cet art qu'est l'alchimie qui est pour elle une passion, qu'elle puisse sortir de l'ignorance. Après cette demande soudaine Célestine partie chercher sa lanterne et revint vers lui, un regard emplit de conviction. À la suite de cette demande les yeux de Sladd furent surpris et son esprit totalement soulagé, il pourra faire d'elle une alchimiste et la manipuler subtilement car elle semblait pleine d'espoir et le simple fait qu'elle puisse se retourne contre lui ferait d'elle un ennemi fort difficile à battre
.

Sûrement contre toute attente de Célestine le jeune homme de vingt-cinq ans serra la jeune demoiselle dans ses bras qui avait une dizaine d'années de moins que lui pour donner plus d'émotion à la scène bien qu'il était déjà bien heureux. Il huma l'odeur des cheveux de Célestine et il la trouva délicieuse et glissa un compliment sur l'odeur de ses cheveux à la Sibérienne. Il posa un doigt sur l'épaule de la Sibérienne et le descendit jusqu'à sa main qu'il serra dans la sienne sans forcer pour éviter de faire mal à la jeune demoiselle puis se recula pour que le visage de l'un puisse être vu par l'autre.

-Sache Célestine que... ta demande me rend vraiment heureux, je serais vraiment fière de faire de toi une alchimiste de talent, une alchimiste qui fera ma fierté, une alchimiste forte et qui sera une amie proche de moi. Sachant le parcours à prendre pour accéder rapidement à de solides bases en alchimie, tu viendras vivre chez moi avec mon frère, mais avant tout ça, tu dois savoir plusieurs choses sur moi et ma mode de travail ainsi que mes objectifs. Sa voix se fit plus sombre et recula de quelques pas en lâchant la main blanchâtre et douce de Célestine. Je suis Sladd Nordj, alchimiste du dessin et qui souhaite obtenir la pierre philosophale, je ne sais pas si tu connais cette pierre mystique. Cependant, fit-il en revenant dans le sujet, je veux une pierre parfaite, qui peut réaliser chaque souhait par l'alchimie, et pour avoir une pierre parfaite il faut tuer, tuer de nombreuses personnes.

Il recula encore, se retirant de la lumière donnant à son visage un côté démon au visage agréable à regarder. Il claqua des doigts et l'écharpe redevint un dragon, ce dragon en pierre aux pics acérés, le dragon se mit à tournoyer autour de Sladd, comme s'il était une rambarde de protection pour l'alchimie. L'homme aux cheveux ébène ferma les yeux qui était tout de même visible par Célestine et souffla longuement.

-Mais ne t'en fais pas, je ne tue en aucun cas les humains, les gens de ma race sont bien trop précieux. J'assassine les vampires, des êtres qui ont besoin de sang pour vivre, une sorte d’élixir d'immortalité, tuer pour vivre éternellement, je plains leur vie, devoir vivre à jamais ou alors je suicider par manque de sang et s'enfoncer une épée d'argent dans le cœur, c'est lassant. Dit l'alchimie avec une once de dégoût. Je tue aussi les loups-garous, des hommes aux gènes modifiés, les nuits de pleines lunes ils se transforment en loup-garou géant, des bêtes ignobles qu'il faut tuer. Il y a aussi les homonculus et chimères qui sont des monstres nés de l’alchimie, des échecs infâmes qui doivent disparaître.

Sladd était presque sûr que Célestine ne voudrait pas d'un maître assassin comme lui, comment vouloir de lui ? Cependant les hunters eux, étaient adulés, mais les alchimistes-hunters étaient presque reniés, juste à voir son frère et lui tout ce qu'il disait se confirmé.

-Célestine, si tu t'engages à vouloir de moi comme maître, tu devras apprendre rudement l'alchimie jour et nuit, je pourrais te payer ou envoyer un clone de toi si jamais tu as un travail. Tu devras assassiner des monstres de la nuit pour me permettre d'avancer dans ma pierre mais aussi pour pouvoir sauver Londres des créatures de la nuit. Tuer ces abominations ne sera pas chose facile sans entraînement, connaissance et savoir. Donc, ton travail sera rude mais je serais là pour t'aider, t'épauler si tu trébuches, un maître est là pour ses élèves, qu'ils puissent grandir, progresser et s'envoler de leurs propres ailes ensuite.

Il s'avança de sorte à ce que lorsque ses bras et ceux de Célestine soient tendus ils puissent se serrer la main. Son regard était suppliant à son tour, elle devait accepter.

-Viens Célestine, ou pars si jamais tu ne veux pas de moi comme maître d'apprentissage pour ton alchimie. Il tendit ensuite son bras gauche vers Célestine la main grande ouverte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Célestine Olsen
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 15
Date d'inscription : 02/06/2012
Race : Humaine ( Alchimiste )
Classe sociale : Petite Bourgeoisie
Emploi/loisirs : Amatrice de littérature
Age : Célestine a une quinzaine d'année
MessageSujet: Re: Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj ) Jeu 30 Aoû - 11:48

Une lueur dansée sur l’eau calme. Les oiseaux s’étaient arrêtés de chanter, comme si eux aussi attendaient une réponse. La Lune bienveillante offrait aux jeunes gens un magnifique spectacle. Célestine le regardait toujours, attendant la phrase qui scellerait son destin.

La lanterne que tenait l’adolescente éclairée faiblement le visage de Sladd, dont les yeux étaient emplis de surprise. Étais-ce sa demande qui l’avait brusqué ? Ou bien le fait qu’elle le prenne par les épaules . Non, puisqu’il l’a pris dans ses bras. Soudain attirée vers le jeune homme, notre jeune amie écarquilla ses grands yeux verts. Elle plongea alors sa tête dans le cou de Sladd pour humer son odeur. Envoutante, comme le noir profond de ses cheveux. L’alchimiste murmura aux oreilles de la demoiselle un compliment sur sa chevelure et où elle répliqua doucement à la sienne un merci d’une voix rieuse.

Il étant temps, enfin Sladd allait parler. Pendant qu’il tenait la main de la Sibérienne, celle-ci observait la sienne. Un petit creux pouvait se voir sur son pouce, sans doute sa plume creusait-elle un peu sa place. Célestine se concentra alors sur les paroles que Sladd allait prononcer. L’adolescente le fixait, elle trépignait d’impatience de partir. Pouvoir enfin commencer.

Si l’apprentie voulait devenir une alchimiste accomplie il faudrait qu’elle s’en aille habiter dans la demeure des Nordj. De toute façon elle ne pourrait pas éternellement payer le motel. Célestine ne comprenait pas tout, une pierre . Pour une simple pierre, il faut tuer. Cette idée la répugnait. Tuer par simple intérêt qu’elle ne partageait pas en plus. En gros, sa tâche consisterait à l’aider.

Il recula se cachant dans la pénombre, telle une créature de la nuit. Démon au visage d’ange ? Un claquement de doigt, et le monstre de pierre revint à la vie. Cette fois Célestine ne bougea pas, elle devait affronter chaque épreuve, les plus simples et farfelues, au plus compliquée. Sladd reprit la parole.

Il tuait, simplement les vampires, ombre de l’ombre. Créatures nuisibles, qu’il fallait d’après lui éradiquer. Des loups-garous, qu’elle espérait ne jamais avoir à croiser. Ainsi que les échecs, chimères et autres choses, la jeune femme n’arrivait déjà plus à se rappeler du nom.

- Célestine, reprit-il, si tu t’engages à vouloir de moi comme maître, tu devras apprendre rudement l’alchimie jour et nuit, je pourrais te payer ou envoyer un clone de toi si jamais tu as du travail. Tu devras assassiner des monstres de la nuit pour me permettre d’avancer dans ma pierre mais aussi pour pouvoir sauver Londres des créatures de la nuit. Tuer ces abominations ne sera pas chose facile sans entrainement, connaissance et savoir. Donc ton travail, sera rude mais je serai là pour t’aider, t’épauler si tu trébuches, un maître est là pour ses élèves, qu’ils puissent grandir, progresser et s’envoler de leurs propres ailles ensuite.

Il lui tendit le bras, d’un air suppliant
.

- Viens Célestine, ou pars si jamais tu ne veux pas de moi comme maître d’apprentissage pour ton alchimie.

L’adolescente hésitée, se jeter dans les bras de quelqu’un qu’elle ne connaît pas sous prétexte qu’il est alchimiste. C’est courir dans la gueule du loup. Il faut rester prudente. Cependant, c’était tentant et la jeune fille avança pour serrer la main de Sladd mais recula. Un air contrarié pouvait se voir sur son minois. Que faire. Elle joue sa vie. Son avenir, et son présent. Dilemme.

Elle deviendrait une alchimiste, oui. C’est pourquoi elle prit le bras Sladd, et en le regardant droit dans les yeux, Célestine répondit :

- C’est un dilemme qui s’ouvre à moi. M’enfuir vers la connaissance, ou bien me blottir dans mon ignorance. Je vous avoue, j’ai peur, peur de ce qui va arriver, de ce qui peut arriver, et de ce qui m’arrivera. J’ai peur de ces créatures. Serais-je assez forte ? Aurais-je assez de volonté ? Je crois, mais mes choix restent incertains. Je ne vous connais qu’à peine et je vous fais confiance. Naïve que je suis. Ma mère me disait souvent qu’il fallait affronter ses peurs, et toujours aller de l’avant. Alors M. Nordj, c’est avec beaucoup de reconnaissance, beaucoup d’appréhension et beaucoup d’émotions, que j'accepte de devenir votre apprentie.

La jeune femme se redressa alors, relevant la tête. L’on pouvait voir un sourire malicieux s’afficher et un petit rire espiègle se fit entendre. Célestine était prête, prête à devenir elle-même. Sa main glissa, attrapant celle de son compagnon, la jeune alchimiste entremêla leurs doigts. Célestine commença alors à se longer la rive, d’un pas assuré, entrainant Sladd avec elle.

- Mais dîtes-moi, êtes-vous seul dans votre quête de l’immortalité ? Votre frère vous aide-t-il ? Cela le gênera sans doute que je vienne m’implanter dans votre duo. Si j’étais un fardeau ? Je me pose beaucoup de questions.

Célestine attendit ses réponses, regardant l’aube se lever, la nuit laissant place au jour. D’un regard inquiet mais confiant elle fixait l’astre lumineux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sladd Nordj
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 31
Date d'inscription : 10/07/2012
Race : Humain
Classe sociale : Petit borgeois
Emploi/loisirs : Écrivain, dessinateur/ Ecrire, dessiner.
Age : 25 ans
Age (apparence) : 20 ans
MessageSujet: Re: Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj ) Jeu 13 Sep - 20:55

Sladd sentait que son cœur ne lui offrait qu'un battement sur deux à chaque phrase de la jeune Célestine, elle semblait hésiter, il est vrai que le chemin à la connaissance peut en décourager plus d'un c'est une certitude, car même si de nombreuses personnes rêves de devenir alchimiste un jour ou l'autre, le chemin pour y arriver demande du temps, de la patience, de la tolérance et une confiance en soi face à l'échec. Mais pour être alchimiste il faut sacrifier du temps de sa vie, ne faire qu'étudier et parfois a cela peut prendre un mois pour les plus doués, voir même une décennie entière pour certaines personnes. Pour Sladd il avait fallu quelques années, mais lui était un enfant normal, mais Célestine, il le sentait, possédée en elle-même un talent, une force plus grande que la normale. Si jamais son entraînement était en totale correspondance avec son tempérament Sladd était sûr qu'en à peine un mois, avec beaucoup de travail et si jamais la jeune demoiselle avait trouvé son style, elle serait capable de maîtriser son alchimie. Célestine finit par accepter d'avoir Sladd comme maître d'apprentissage, ce qui était un réel soulagement pour lui, avec cette petite, bien entraînée il pourrait éradiquer Londres de nombreux vampires, par forcément les plus puissants de tous mais l'intention était présente

Le jeune homme sourit au sourire malicieux de cette adolescente qui partage ses origines. Il se sentit frémir en sentant la main de Célestine glisser sur son bras, depuis combien d'années n'avait-il pas senti la douceur d'une main de femme se poser sur sa peau d'homme ? Ce sentiment de soie, de douceur infinie qui vous donne. Un sentiment maternel aussi, la bienveillance d'une mère que l'alchimiste n'avait pas vue depuis des années. Elle invita ensuite le jeune homme à venir avec elle sur les bordures de la Tamise, ou le soleil feignant se levait juste au-dessus, fatigué d'une nuit trop courte ou la lune avait dû briser son sommeil par sa clarté.

Sladd marchait lentement, d'un pas sur et assuré, il fallait commencer à exploiter le grand potentiel de Célestine le plus tôt possible, mais il devait répondre à toutes ses questions. Tout en marchant il tourna son regard vers Célestine, en souriant, le dragon qui tournait autour d'eux vint s'enrouler comme écharpe autour du cou de Célestine
.

-Tout d’abord, sache que si tu es mon apprentie tu ne me gêneras pas, ni moi, ni mon frère qui est un hunter. Si nous travaillons c'est ensemble, si nous travaillons ensemble c'est pour nous entre aider, je passerais un temps fou pour t'entraîner, que tu sois une alchimiste formidable tu sais. Puis tu es pleine de charme pour ton âge, de nombreux jeunes hommes doivent se retourner sur ton passage non? Tu serais ma fierté, une belle alchimiste pleine de talent tu sais. Je suis heureux de t'avoir rencontré Célestine, vraiment!

Sladd s'arrêta et força Célestine à faire de même, il la regarda dans les yeux, son regard grave par sa sincérité laissa ensuite un grand sourire plein de joie, il était heureux, vraiment heureux depuis quelques mois. Il ne le comprenait pas lui-même, il ne s'expliquait pas cette joie.

-Pour la pierre, il est normal que tu ne comprennes pas tout, mais cette pierre, si elle est parfaite peut offrir la vie éternelle, à son propriétaire ainsi que certains de ses amis. Elle amplifie l'alchimie de son propriétaire. J'en possède une, de taille normale mais impure, car je tus des vampires, parfois je me dois de tuer des hommes, mais se sont en général des criminels. Sladd mentait, il tuait bien plus d'humains normaux que de vampire, sa pierre était d'une pureté normale, mais il ne veut pas avouer à la jeune fille pure que son cœur est perverti, la pureté de Célestine est sûrement sa force.

Il reprit sa route, affichant un regard penseur, il devait rapidement définir le style de Célestine et il entama sans plus tarder la discussion.

-Tu sais, il existe beaucoup de style potable, par potable j'entends que leur puissance est redoutable, il y en a une, à laquelle je pensais car je suis sur que tu en as les possibilités, c'est l'alchimie de la couture, une alchimie que mon maître maîtrisé et c'est une magie très puissante, mais qui peut battre la mienne si mon adversaire sait se servir de son alchimie. Après, je sais, je le sens, tu as une force cachée des plus fortes, plus fortes que la mienne j'en suis sur.

Il lâcha la main de Célestine pour claquer des mains, le dragon revint à la vie, lévitant au-dessus de Célestine et Sladd. D'un claquement de doigt de la part de Sladd le monstre éclata en morceaux et retomba au sol sous forme de petits gravillons. Sans mot il s'adossa encore une fois contre le mur et lâche.

-D'ici quelques jours, je ne sais plus tout à fait quand, il y a un bal donné par une grande bourgeoise de Londres, il y aura des vampires de la haute société, j'en suis sur, tu viendras avec moi, ainsi tu pourras voir la manière dont mon alchimie agie. C'est une alchimie de discrétion, une alchimie qui te fait agir en silence pendant que les autres paniques ne comprenant pas d'où vient la menace, ce qui est très drôle par ailleurs. Tu te sens d'attaque pour une sortie de ce genre? Un sourire illuminait le visage de Sladd, à la manière de celui d'un enfant en période de Noël devant une vitrine de magasin de jouets. Et entre-temps, nous aurons commencé ton entraînement n'est pas .

Sladd était excité juste en pensant à ce bal, l'occasion pour lui d'augmenter encore la grosseur de sa pierre, il pendra soin d'en apporter une partie avec lui afin d'augmenter sa puissance. Si tout se dérouler selon ses plants, rien ni personne ne pourrait le démasquer
.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj )

Revenir en haut Aller en bas

Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj )» Sladd Nordj - L’alchimiste du dessin.» Agréable promenade au bord de la source. [PV : Juxty.]» Éternelle solitude | Lumi |» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: La City :: Le Pont de Londres-