L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

La Tour entre en jeu [Fiona, Comte] [12/01/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: La Tour entre en jeu [Fiona, Comte] [12/01/42] Mar 17 Juil - 13:21

[HRP/ Revenant de ''L'Opéra ou comment brûler un loup dans la chaufferie''/HRP]

Chinatown. Ville dans la ville, débauche parmi la débauche, lieu de perdition par excellence. Le Comte avait eu le temps d'apprécier cet endroit quelques siècles auparavant. Mais dans cette époques troublée, il y mettait rarement les pieds. En effet, il ne pouvait plus supporter l'ambiance nauséeuse du lieu. La peste y avait fait des ravages et les Vampires en avait profité pour envahir chaque recoin. Les plus dégénérés vivaient ici, cachés dans de lugubres baraquements, au milieu des Chinois, des lépreux et des chiens. La maladie courrait chaque rue, les prostituées avaient fait des recoins de cet immense quartier leur chambre de passe et les mendiants anéantissaient leur misérable vie à espérer de meilleurs lendemains. Le Comte s'était peu à peu habitué au faste des grandes rues et à la sombre allures des ruelles de Londres, mais ce faisant il avait perdu l'envie de traîner dans ces endroits sur-éclairés par des lanternes rouges, noirs de monde et de misère.

Mais ce soir, le Comte avait un rendez-vous, et c'était le genre de rendez-vous que l'on ne loupait sous aucun prétexte pour une personne de son rang. Fiora Hagane l'attendait. C'était la tour de son échiquier, la gardienne de sa reine, il en avait besoin. Et puis, même si c'était une nécessité guidée par la stratégie et l'ambition, c'était également un rendez-vous diplomatique et galant. Or le Comte, gentleman avisé autant que fin joueur, n'allait pas laisser cette occasion lui passer sous le nez.

Ainsi se retrouvait-il, à 21h dans les rues animées de Chinatown. Entouré de sept Vampires, il avançait d'un pas ferme.
Pour ce soir, il avait pris soin de mettre l'un de ses plus beaux costumes. Son pantalon était noir comme l'ébène, sa chemise d'un blanc étincelant était rangée dans ce dernier avec une netteté impeccable. Il portait par dessus un veston de soie verte, brodée de motifs végétaux entrelacés d'un vert plus profond que le premier. Les boutons et les coutures étaient d'or. Sa montre à gousset laissait pendre sa chaîne argentée avec élégance le long du pantalon noir tandis que ses gants blancs ajoutaient à l'ensemble une touche d'aristocratie. Le Comte portait également une veste noire, ouverte. Par dessus le tout, il avait sa sempiternelle cape rouge sang. Elle dissimulait son katana de guerre. Il avait pris son arme japonaise pour engager un duel avec Fiora. C'était son désir à elle, il allait le lui accorder, pour cette fois. C'était lui qui venait chez elle, il lui laisserait donc le choix de la démarche dans la rencontre. Son haut de forme et ses chaussures noires semblaient se répondre à chaque pas que le géant faisait. Il était inévitablement très voyant dans pareille tenue à pareil endroit. Mais son regard vide et sa façon de tenir fermement sa canne-épée éloignait les curieux autant que l'imposante équipe qui l'accompagnait.

Ambre et Maria marchaient derrière lui, côte à côte, silencieuses. Elles étaient jalouses de l'intérêt que portait le Comte à cette femme. Même si elles tentaient de le cacher, le Comte le sentait. Cela l'agaçait. Bientôt, Salluste, qui était près d'elles, se sentit obligé de faire un signe aux deux jeunes femmes pour qu'elles cessent leurs sombres pensées. La jalousie n'avait pas sa place en présence de leur maître.
Manouk, le géant Africain, marchait à droite du Comte. Plus grand que tous les autres, et même que le Comte, il faisait office de montagne inébranlable. Les badauds se retournaient sur leur passage. Cela avait le don d'exaspérer la nouvelle recrue des Sept qui restait en arrière pour fermer la marche. Mais la magicienne était aussi sage que Marco qui l'accompagnait. Tous les deux étaient  occupés à surveiller les environs. Arath, lui, marchait à gauche du Comte. Il avait le visage sévère, comme s'il partait en guerre. C'était un redoutable Vampire qui n'affichait jamais d'autre expression, sauf quand le Comte le réprimandait. A eux huit, ils envahissaient la rue comme un groupe de mercenaires partis accomplir une mission sanglante. Tous portait une cape noire à capuche mais seul Manouk et Arath avaient mis cette dernière sur la tête. Les trois femmes portaient des vêtements d'homme. Heureusement, à cette heure, les Humains commençaient à rentrer chez eux et les lampes s'éteignaient doucement.

Enfin leurs pas les menèrent devant l'armurerie de James. C'était là le point de rendez-vous. Fiora et le Protectorat y étaient assemblés.
Le Comte entra seul, les autres attendirent dehors.

Lorsqu'il eut poussé la lourde porte de l'armurerie, le Comte jeta un coup d'oeil circulaire à l'intérieur de l'édifice. Toute la pièce était dans un style très anglais, cela lui plu. Des armes et des plaques de métal se disputaient les murs et les étagères. Un homme se tenait derrière un comptoir parfaitement tenu. Il était grand, les cheveux bruns en bataille. Il portait une redingote noire et ses yeux, qui étaient aussi sombres que cette dernière, n'invitaient pas à la sympathie. Pourtant, le Comte se présenta à lui en enlevant son haut de forme dans une courbette.


- Jirômaru Keisuke, vous êtes le dénommé James si je ne me trompe ? Votre maîtresse m'attends.

Les Sept entrèrent alors, silencieux. Leur maître les avait convié, comme prévu, pour les présenter à Fiora Hagane. Ils ne resteraient pas toute la soirée mais leur présence donnait une idée de la force que possédait le Comte.


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Fiora Hagane
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 23/05/2012
Nombre de messages : 35
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Chef du Portectoras / Combattre.
Age : 430 ans
Age (apparence) : 20 ans
Secte : Indépendant
Clan : Temeres
Lignée : Kyasid (les Ombres)
Rang Pyramidal : Premier
MessageSujet: Re: La Tour entre en jeu [Fiona, Comte] [12/01/42] Mer 18 Juil - 10:59

[HRP: Deux jour après : Parade sur les toits /HRP]

Sa rencontre avec le Comte fut pour Fiora très plaisante. Après son départ elle était rentrée au repaire et elle nota qu'elle était vivement attendue, le protectorat l'attendait dans la salle de réunion, quand les bruits de pas de ses chaussures claquèrent dans l'embouchure de l'entrée, tous les membres soupirèrent de soulagement. Sakura se jeta dans les bras de Fiora en pleurant.

-Quand tu nous as demandé de partir je n'ai jamais cru te revoir Fio ! Scanda Sakura

Fiora jeune vampire donna un sourire à Sakura et caressa sa joue lentement pour la rassurer et lui chanta une berceuse en japonais pour qu'elle se calme définitivement
.

-Bon, je suis toujours là, et comme on n'a pas servi depuis un moment, on va passer beaucoup de nos journées à nous entraîner, il faut qu'on soit au niveau, le Comte vient après-demain avec les Sept, une sorte de protectorat. De plus, notre alliance avec le Comte est faite, rien à dire tout est fait. Elle marqua une pause et se retira des bras de la traqueuse japonaise pour s'avancer dans la salle. Durant la visite du Comte, j'attends de vous, une attitude exemplaire, pleine d'assurance, vous ne devrez montrer aucune faille, sans être arrogant, savoir être humble, c'est ça le protectorat. Je veux une tenue ex-em-plai-re. Est-ce compris ?

Tous les membres hochèrent la tête avec vigueur, ils allaient partir s'entraîner quand Fiora les stoppa. Une nuit de sommeil s'imposait, car sans sommeil, les entraînements seraient moins efficaces s'ils manquaient de sommeil. Un à un, les vampires partirent de la salle de réunion pour rejoindre leurs chambres individuelles, Fiora elle, resta dans la salle, prit une chaise et se laissa tomber dessus en soupirant. En réalité la chef du groupe était relativement inquiète, le Comte était une personne intimidante et mieux vaut faire relativement attention. La peur la traversa, et elle en rit, comment une femme de sa condition pouvait-elle avoir peur ? Sûrement la peur d'envisager la mort de l'un de ses membres... Au final elle finit par s'endormir sur cette chaise plutôt confortable.

Le lendemain pendant la matinée Fiora fut réveillée par une chauve-souris de sang qui venait de se poser sur la table déposante une lettre avec elle. Intriguait, la vampire se leva pour cueillir la lettre, en reprenant l'objet que tenait l'animal de sang et dans un excès de force incontrôlée elle explosa la sauve-souris. Exaspéré des gaffes matinales Fiora soupira et d'un pas lent elle revint à sa position de sommeil pour lire le contenue de la lettre. Le contenu était fort intéressant, elle pouvait y lire toutes les instructions de bases sur le rendez-vous au théâtre qui avait lieu dans six jours tout juste. Le Comte ne semblait pas totalement rassuré quant à la présence de certains hunters qu'il connaissait déjà
.

-Il va falloir bosser et réviser nos tenues... Ou alors faire en forte d’immobiliser les hunters si jamais il y a du grabuge, nous verrons tout cela avec le Comte demain soir lors de sa venue. Soupira tout doucement la vampire.

Elle se leva ensuite, s'étira longuement à s'en écarteler les bras puis secoua vivement sa tête pour se réveiller. Marchant vers la cuisine d'un pas fatigué, car même si la chaise était confortable, passer une nuit dessus n'était pas si bon pour les cervicales. En arrivant dans la cuisine elle chercha les bocaux ou le sang était préservé et encore chaud, mais très chaud car Fiora le préféré plus chaud que la normale. Alors qu'elle se détendait sur la table en étant accoudée à remuer de nombreux souvenirs Xavier entra, le vampire aux cheveux bouclés et châtains posa ses yeux émeraude sur la vampire et la regarda en silence, ce genre de regard signifiait que le bras droit et la chef du groupe allaient parler. Le vampire s'assit face à Fiora et s'accouda comme elle
.

-Fiora...souffla-t-il. Penses-tu que, même après l'avoir vu, constater un éclat de sa puissance il faille s'allier à lui . Il est un allié comme ennemi potentiel. Ce Comte est bien plus vieux que toi, de 120 ans presque il me semble. Tu es d'une force incroyable, mais à lui seul le protectorat ne survivrait pas. Même si on arrivait à l'amocher l’issue d'un combat contre lui semble très incertaine.

-Xavier, Xavier, il est trop tard pour reculer murmura-t-elle., j'ai déjà prêté serment sur la grande horloge peu avant votre arrivée et grâce à lui, mon pouvoir de maîtrise des ombres pourra augmenter considérablement. Je dois gagner sa confiance, ne pas la perdre, et s'il faut frapper, eh bien je frapperais. Il est hors de question de laisser le protectorat inactif plus longtemps ! Est-ce clair ? Demanda Fiora sur un ton qui n'invitait nullement à la négation.

-Très clair chef... soupira Xavier. Il vient demain, c'est bien ça . Je préconise de commencer les entraînements demain milieu d'après-midi, ainsi le Comte pourra voir en arrivant notre force.

-Non, je lui ferais moi-même une preuve inébranlable de ma force, de notre force. Au final, journée de repos, je ne tiens pas à vous fatiguer, l'aura du Comte entièrement déployer n'est pas une force qu'on supporte facilement... même moi... j'ai failli m'agenouiller quand il a libéré toute sa force. Finit-elle.

Sans attendre de réponse de la part de son ami de naissance Fiora demanda juste à Xavier d'avertir que c'était journée libre et que demain elle exige une tenue vestimentaire sans failles, mais sans faire trop bourgeois, le protectorat jouait à domicile cette fois-là.

Elle s'enferma dans sa chambre et passa absolument toute la journée assise dans sa chambre à réfléchir, penser, envisager, et autres tâches qu'elle détester faire trop longtemps. C'était une stratège, mais la stratégie de Fiora naît d'un coup dans son esprit et étrangement c'est le meilleur plan qu'elle puisse imaginer. C'est donc ainsi que se passèrent les deux journées, dans un calme légendaire. La nuit chaque membre partit se chercher une tenue, mais au matin, personne ne vit Fiora
.

-Elle doit encore être encore dans un magasin de bijoux, après tout elle déteste ne pas être sublime pour accueillir des personnes importantes, ou aller à des soirées. Commença Gérome.

-Je vous parie vingt shillings qu'elle reviendra en tenue typiquement française pour faire honneur à son pays. Lança Xavier.

-Mais non, mais non ! Scanda Sakura, elle sera en tenue japonaise traditionnelle, cela fait tant d'années que je ne l'ai pas vue dans une tenue de geisha... Continua Sakura puis rêveuse sur la dernière partie de sa phrase.

Pendant plusieurs heures commencèrent les paris sur les tenues de Fiora, Rachd avec des goûts peu commun avait même dit qu'elle viendrait en tenue de pharaonne pour imposer le respect, tout ce que le dompteur du groupe avait reçu comme réponse c'était que l'espoir fait vivre
.

------------------------------

Le grand soir arriva et aucune nouvelle de Fiora, les membres étaient inquiets surtout Sakura qui s'imaginait déjà voir la française morte sur un crucifix, juste à penser à cet objet un frisson de douleur la parcourra. James lui était à l'armurerie, qui était encore ouverte, dans sa redingote noire habituelle et ses cheveux en bataille, le regard neutre et un peu froid faisait de lui un vendeur à ne pas duper, et un bretteur de haut rang.

Plus bas, dans la salle de réunion, un message parvint enfin au protectorat, la tenue de Fiora, longue et à faire sur-mesure avait pris du temps mais elle aurait peu être un peu de retard. La nouvelle détendit l'atmosphère tendue, et tous attendaient le Comte, dans qu'elle tenue allait-il arriver ? Xavier lui était assis sur la table basse, sa place de référence car il était au centre et pouvait voir tout le monde, le vampire bouclé portait un pantalon blanc immaculé comme l’ivoire, une chemise bleu ciel et sur la manche droite, une fleur de lys brodée avec des files d'or. Par-dessus une petite veste bleue turquoise pâle, pour éviter que la couleur agresse les yeux. Rachd quant à lui, les coutures mondaines ne lui allant pas, il portait la tenue du chef de clan auquel il appartenait, mais revisitée pour faire plus bourgeois. Un long pantalon de tissus simples marron où se situe la fleur de lys brodée couleur or, une chemise de même couleur dans une couleur plus claire, et enfin, les bijoux ancestraux autour du cou et sur les poignets. Le dresseur du groupe regarda ensuite à droite depuis sa position adossée contre un pillier, ses yeux noirs se posèrent sur Igort assit sur un fauteuil au fond de la salle, un couteau blanc à la main qu'il faisait tournoyer pour passer le temps, le Sibérien était en tenue russe couleur blanche et rouge sang sans le manteau sur l'épaule en peaux de renards des neiges qu'il affectionnait particulièrement, une fleur de lys sur le col côté droit


Plus loin, sur le grand canapé Sakura et Gérôme discutaient ensemble, Sakura était sublime en ce soir, dans une tenue de geisha couleur azur et bleu marine, les manches jusqu'aux coudes étaient azur et se dégradaient ensuite en bleu marine, sur le buste, l'azur démarré du bas jusqu'aux hanches et par une ceinture brodée de fleur de lys aux couleurs de métal doré. La vampire japonaise aux cheveux bruns était coiffé d'un chignon japonais, cette tenue, elle la mettait pour les grandes occasions, ce serait également sa tenue au théâtre. Gérome, lui avait faits dans le simple, pantalon noir, chemise grise, la fleur de lys brodée sur le buste de la veste sans manches qu'il portait, une veste de shérif américain. La fleur de lys brodée couleur or était la signature du protectorat, pour pouvoir se reconnaître dans les grandes masses.

En haut, dans l'armurerie, James s'impatientait, 21 h, le soleil était déjà couché depuis une demi-heure, mais il devait être d'un comportement à toute épreuve, c''est alors qu'il ressentait plusieurs auras vampiriques au loin
.

-Ils arrivent siffla l'armurier.

Le Londonien avait bien raison, quelques minutes plus tard, le Comte entra, James ne put s’empêcher de se crisper légèrement, mais repensant aux mots de Fiora il se calme et reprit le dessus sur ses sentiments. Le vampire aux cheveux blancs était bien coloré au goût de James, une cape rouge, veste et veston vert aux boutons d'or, chemise blanche et pantalon noir. James vut aussi la canne-épée de plus près, la dernière fois il n'avait pu avoir avec précision l'objet, mais en le regardant, il devina que son créateur était très habile. Le vampire se présenta comme si cela était utile mais ce geste était tout de même le bienvenue. Juste après, sept personnes entrèrent
.

*Les Sept donc... le groupe de Kei comporte un membre de plus que nous... mieux faut rester vigilant.* pensa James.

-Bienvenue dans mon humble armurerie Comte. Commença le plus jeune du protectorat. Je suis en effet James, mais Fiora ne vous attend pas, c'est plutôt l'inverse qui va se produire soupira le jeune homme. Elle a disparu depuis hier matin, apparemment, soucis vestimentaire, le tailleur chargé de sa tenue du soir et du théâtre à prendre du retard. Mais ne vous en faites pas, elle sera là d'ici peu.

James tira un tiroir sous le comptoir du bureau et tira deux bâtons cylindriques, un blanc, et avec un grand C dessus, il ouvrit ensuite une sorte de tuyau et plongea les deux cylindres dedans, un claquement sourd se fit entendre depuis l'armurerie. En bas, Igort qui était le plus proche prit les deux bâtons. Le blanc signifiait que tout allé bien, et celui avec un grand C, que le Comte était présent.

-Nos invités sont arrivés, et Fiora n'est pas encore arrivé. Dit calmement le Sibérien de sa voix grave marqué par son accent.

-Bah, je prends le relais alors. Soupira Xavier qui n'aimait pas jouer ce genre de rôle.

Le vampire aux couleurs de son pays se leva et toqua trois fois sans le tuyau.
En haut, lorsque les bruits résonnèrent James sourit. Sans dire mot et se retourna vers la porte derrière lui et après l'avoir tripotée la porte s'ouvrit. Un sourire satisfait James se retourna et regarda d'un geste d'ensemble du regard, les invités du soir, il y avait trois femmes, de toute splendeur, un grand africain, deux hommes et le Comte
.

*Aussi diversifié que le protectorat, ça va faire des envieux.* Ricana James en lui

-Si vous voulez bien me suivre, je vais vous conduire dans la salle de réunion où le reste du protectorat vous attend, en l'absence de Fiora, c'est Xavier qui prend la directive du groupe. James s'engagea dans les escaliers plutôt glissants. Faites attention, le grand nettoyage du mois est tombé hier, c'est la semaine ou on refait tout dans le protectorat, réorganisation de l'espace, réorganisation des entraînements, Fiora déteste la routine. Faites aussi attention aux escaliers qui glissent beaucoup, je préviens car même si cela ne se voit pas, Fiora a le don de tomber dans les escaliers les jours de grands nettoyages.

Le vampire continue sa descente dans les escaliers et arriva dans la salle de réunion juste en sortant des escaliers. La longue pièce rectangulaire, aux murs gris, sans décoration, si ce n'est les armes de chaque membre qui décoraient les murs, la pièce était parsemée de piliers de pierre pour soutenir le plafond, juste après l'entrée il y avait un grand salon avec une table basse de taille impressionnante. James observa tous les membres qui vaquaient à leurs occupations, du moins il aurait aimé, tous regardé l'armurier avec un regard de tueur, comme s'ils disaient « bouge de là! », mais il ne vit pas Igort.

-Où est passé Igort ? Soupira James.

-Je suis ici. Répondit le vampire Sibérien en lançant le couteau qu'il avait dans une cible au loin et le centre en fut presque touché, le vampire râla et se leva pour le récupérer puis il partit s'asseoir sur un siège libre.

James avança et partit se mettre près de Rachd et il sourit en voyant tout se monde se déployer ici. Xavier lui se leva de sa table basse, et dans une marche simple mais qui confirmait son rang de bras droit il s'avança vers le Comte.

-Bonsoir Comte, je suis Xavier, remplaçant de Fiora lors de son absence et son ami d'enfance. Dit simplement le vampire d'Orléans en tendant sa main au vampire japonais. Faites comme chez vous, Fiora veut que ses invités soient à l'aise dans son repaire.

Ensuite Xavier les convia à venir s’installer dans les canapés du fond, et un siège tout près de celui de Fiora était spécialement destiné au Comte. Le protectorat bougea pour partir s'asseoir à leur place habituelle et Xavier prit place sur le fond de la table basse en étant devant les membres du protectorat.

-Je suis désolé du retard de Fiora, James à dut vous expliquer la raison de son retard. Mais elle sera là d'ici...

Xavier n'eut pas le temps de finir sa phrase que des bruits de pas se firent entendre quelques étages plus haut.

-Elle est rentrée, juste à temps, se réjouit Xavier.

Les pas étaient légers, quand tout à coup un hurlement féminin se fit entendre, puis des bruits sourds, le protectorat s'affirma que c'était bien de Fiora en soupirant, elle avait glissé dans les escaliers glissants. Après quelques secondes les bruits s’arrêtèrent et les pas se firent de nouveau entendre, quelques secondes plus tard Fiora apparut aux yeux du protectorat et de ses invitées. Elle était une beauté incomparable, dans une tenue de geisha de la haute noblesse japonaise elle s'avançait en direction du Comte. Un tenue noir et rouge, le noir commençant des pieds et du départ des poignet montée juste en dessous de la poitrine, et en dessous des coudes, se dégrader ensuite en rouge sang éclatant jusqu'à la base du cou. Le vampire avait faits colorer les mèches externes de ses cheveux en rouge sang qu'elle avait ensuite entrelacée dans le reste des cheveux noirs comme l'ébène et brillant pour former une sorte de nattes de toute beauté. Dans ses mains se tenait un parapluie traditionnel japonais qu'elle replia en arrivant à hauteur du Comte.

-Bonsoir Comte. Je suis vraiment navrée de mon retard, le tailleur a pris un temps fou à me faire cette tenue, j’espère ne pas vous avoir fait trop patienter. Elle se tourna vers les Sept et les observa. Hum... Juste à les regarder, ce sont de grands combattants que vous avez là, il serait intéressant, qu'après le théâtre, nous organisions une petite joute dans un parc non . Dit-elle en souriant tendrement au Comte.

Elle prit place dans son siège à côté du Comte, et le détailla, lui et ses habits, elle le trouvait fort coloré, et cette tenue lui allait fort bien
.

-Cette tenue vous va comme un gant. Elle marqua un temps. Puis-je vous tutoyer, je n'aime pas trop vouvoyer les personnes avec qui je suis en partenariat, vous pouvez bien sur me tutoyer. Voici donc les Sept, pourrais-je avoir une présentation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: La Tour entre en jeu [Fiona, Comte] [12/01/42] Ven 20 Juil - 12:30

A son arrivée, le Comte avait trouvé James. Le Vampire l'avait salué en retour et les formalités pouvaient commencer. Le Comte souriait tranquillement. Les Sept entrèrent et attendirent derrière lui. Le jeune Vampire expliqua que sa maîtresse allait les faire attendre. Le Comte songea un instant à la possibilité que Fiora les testait. Mais il s'avéra rapidement que le dénommé James était de bonne foi en cet instant.

- Ha les femmes...Toutes les mêmes...soupira le Comte en jetant un regard amusé à ses disciples. Il s'attarda particulièrement sur Ambre qui avait la réputation de toujours se faire attendre à cause de cette même raison, le choix de sa tenue vestimentaire.

La belle actrice rousse rougit en souriant.

- Mais certes, continua le Comte d'un ton très gentleman, j'attendrais son retour. En s'appuyant sur sa canne-épée il jeta un nouveau regard circulaire sur la pièce.

James entra alors en communication avec ses collègues par le biais d'un système que le Comte trouva intéressant, ancien et très humain à ses yeux de Vampire qui communiquait systématiquement par la pensée, mais cependant efficace. C'était un de ces systèmes à cylindres et compression qui s'organisait en une tuyauterie complexe. Rapide, cette façon de communiquer passait néanmoins par la pratique manuscrite, ce qui pouvait entraîner un délais ou des pertes d'informations précieuses dans le cas où un être mal intentionné ne s'empare d'un des cylindres. Le Comte remarqua cependant que le Protectorat utilisait des codes couleurs et des lettres majuscules pour se transmettre des messages prédéfinis. C'était ingénieux.

Arath observait James d'un air insistant mais neutre. Il l'analysait, sans risquer de paraître déplacé. Il n'était pas pour cette alliance et sa méfiance en faisait en cet instant un garde farouche du Comte. Même si ce dernier n'avait rien demandé, à part évidemment de la discipline et de l'attention, le Vampire restait sur ses gardes, prêt à toute éventualité.

Des coups retentirent dans le tuyau près de James. Ce dernier sourit d'un air satisfait et les invita à le suivre. Après avoir ouvert une porte, qui comportait certainement quelques protections magiques, il leur demanda de descendre avec lui l'escalier qui s'offrait à eux. D'un signe de tête, le Comte intima à ses fidèles de l'accompagner. Il passa le premier derrière James et descendit tranquillement les marches une à une.
James les mit en garde contre l'aspect glissant de l'escalier. Une précaution aimable mais inutile, du moins pour le Comte qui maîtrisait si parfaitement son corps et la lévitation provisoire qu'il n'était pas dans ses options de tomber. L'anecdote sur Fiora le fit tiquer. Pour lui, un disciple n'avait pas à parler de sa maîtresse en ces termes. Cela nuisait à l'image de la fougueuse épéiste. Évidemment, il avait déjà remarqué que Fiora et lui-même avaient des divergences au niveau de la conception hiérarchique. Elle était, en soit, certainement plus proche de ses disciples que lui. Ce fut néanmoins Agnès, la nouvelle recrue du Comte qui glissa un bref instant et dû se rattraper à la rambarde. Arath la soutint en une fraction de seconde.


- Idiote...murmura-t-il les dents sorties.

Le Comte ne se retourna pas mais le belliqueux Vampire entendit distinctement sa voix grave résonner dans son esprit :


*Laisse-lui un peu de temps, Arath, elle est encore très jeune et nerveuse.*

Arath baissa la tête. Il n'aimait pas se faire réprimander, même de manière douce. Cela l'énervait, certes, mais ce qui le gênait le plus c'était cette impression de décevoir. Il n'était pas toujours de l'avis du Comte et il l'avait rejoint à la base pour devenir un puissant Vampire, mais il s'était vite attaché à son être tout entier, cette force incroyable. Sa vision des choses était presque filiale. Pour lui, le Comte servait de père en même temps de maître, c'était un chef de guerre, et le rêve d'Arath était de devenir son second dans chaque batailles menées. Mais la place était déjà occupée...

Arrivés en bas de l'escalier, le Comte et ses disciples entrèrent à la suite de James dans une grande salle rectangulaire. Les piliers étaient impressionnants et donnaient à la pièce une dimension plus vaste. La table en son centre était immense, digne d'un tel rendez-vous.
Le Protectorat tout entier était là, immobile, dévisageant l'armurier. Le Comte et ses disciples s'arrêtèrent à bonne distance, alignés avec un décalage pyramidal. Laissant James chercher du regard un Vampire le Comte fixa chaque membre présent alternativement. Ils étaient tous en tenues de soirées. Quel honneur ! Cela amusa le lord qui ne s'attendait pas à telle réception. Lui seul s'était vêtu comme s'il allait dans un salon mondain, ses disciples étaient simplement en tenues de mercenaires, peu voyantes et simples. Les femmes portaient le même pantalon que les hommes, leurs chemises et leurs vestes étaient noires ou brunes, aucune couleur ne venaient agrémenter le tout sauf le corset rougeâtre d'Ambre et le bleu de celui d'Agniès. Maria se détachait un peu des deux autres puisqu'elle portait une longue et fine écharpe verte qui accentuait l'éclat émeraude de ses magnifiques yeux. Manouk, lui, portait des bracelets tribaux et ses vêtements, ocre et bruns, restaient très sahariens. Cela faisait ressortir sa peau d'ébène. Salluste, le plus âgé, était habillé tout en noir, dans une tenue ample qui ressemblait à un kimono. Droit et silencieux, seuls ses cheveux de cendre se détachaient de sa tenue. Marco, le blond aux cheveux en bataille, était aussi tout en noir. Seul élément particulier : un foulard rouge carmin qui lui ceignait la taille comme une ceinture plissée. Arath ne pouvait dissimuler ses tatouages, mais hormis ces signes distinctifs, les Sept étaient tous semblables, dans les tons sombres. Leurs capes noires venaient uniformiser leur groupe et terminer de les rendre fermés à toute fantaisie. Chose notable : aucun ne portait d'arme.

Le dénommé Igord se manifesta alors. La scène du couteau fit sourire le Comte. Oui, ces Vampires étaient comme une petite famille, tout le contraire des Sept qui, eux, étaient des alliés soudés par serment et uniquement par serment. Les sentiments pouvaient avoir leur place dans le silence intérieur de chacun mais jamais au-delà de cette frontière. Évidemment, certaines émotions laissaient parfois transpirer des sentiments longtemps réprimés tels que l'amitié, l'amour ou l'admiration, mais entre le Comte et ses disciples régnaient en maîtres les mêmes liens qui s'établissaient entre un général et ses soldats : le respect, la soumission des uns et la responsabilité de leur chef. Le Comte était une entité visible plutôt qu'un être à part entière. Il n'y avait, par exemple, jamais de contact physique entre lui et ses disciples, sauf s'il le décidait. Leur relation n'avait plus rien d'humain même s'il arrivait que le Comte se laisse attendrir par leur foi.

Arath resta focalisé sur le Sibérien. Cet homme semblait aussi belliqueux et rageur que lui-même. Il allait le surveiller de près...Manouk quand à lui laissa ses yeux observer Rachd : ils venaient du même continent, c'était une agréable surprise. Le Comte, lui, s'arrêta quelques secondes de plus sur Sakura. La japonaise portait une tenue traditionnelle, cela le perturba intérieurement. Son esprit revint le temps d'une seconde à ses propres sources. Maria et Ambre avaient elles aussi remarqué les vêtements de la jeune femme, ainsi que son origine évidente. Cela n'était pas pour leur plaire. Le Comte détourna son regard pour soutenir celui du Vampire qui se présentait désormais à lui.
C'était le dénommé Xavier. Un homme à l'accent français et à la tenue impeccable. Le Comte répondit à sa poignée de main, fixant le Vampire dans les yeux.


- Un ami d'enfance ? Demanda-t-il d'une façon rhétorique. Je comprends que Fiora aie confiance en vous...

Vouvoyer un sous-fifre qui n'était même pas le sien, cela arrachait au Comte une part de sa patience. Cependant cela ne se vit absolument pas. Le Comte restait souriant, le visage ouvert, aimable et noble.
Il suivit Xavier vers les canapés et la table. Ses disciples attendirent qu'il soit assis sur le siège qui lui était réservé. Ils le regardèrent détacher son katana de sa ceinture, le poser contre son siège, avant de s'asseoir en posant sa canne-épée près de l'arme japonaise. Puis ils s'installèrent à leur tour, sans un bruit et gardèrent tous la même position polie et stricte. Salluste était le plus près du Comte, suivaient Maria, Marco, Ambre, Agniès Manouk et Arath. Cet ordre était prédéfini depuis longtemps de manière totalement naturelle. Salluste était le plus fidèle et ancien collègue du Comte, Maria restait sous sa sage tutelle, Marco et Ambre s'entendaient si bien qu'il leur était automatique de se suivre, Agniès était veillée par Manouk qui surveillait également l'attitude d'Arath, le plus éloigné de la chef du Protectorat. Les Sept se suivaient, sans se mélanger aux disciples de Fiora.

Aucune conversation ne vit le jour en ces quelques minutes d'arrivée. Le Comte n'attendait que la chef pour s'exprimer. Cette dernière revint de chez son tailleur à peine quelques secondes après qu'ils se soient tous assis. Un cri retentit. Arath se tendit comme s'il eut entendu un coup de pistolet. Ambre prit un air inquiet tandis que Maria fixa le Comte avec appréhension. Ce dernier sourit en croisant ses longues jambes.


- Hé bien, murmura-t-il aux membres du Protectorat, on ne peut pas dire que votre maîtresse soit des plus adroites...

C'était vrai, après ces bruits de chutes il était évident que la Vampire venait de faire une sacrée chute, mais c'était aussi une remarque que l'on ne pouvait se permettre pour le moment et dans pareille ambiance. C'était une petite provocation de la part du Comte, sans aucun doute. Le ton appuyé de ce dernier et son sourire amusé révélaient assez bien ses pensées actuelles : Fiora était une maladroite, ses acolytes en discutaient d'ailleurs volontiers avec le premier venu et cette fausse note dans l'attitude de la jeune femme marquait son côté désorganisé et surtout humain. Salluste croisa les bras en fermant les yeux. Cette soirée commençait mal...

Fiora fit alors son apparition dans la salle. Elle était vêtue comme une geisha, enveloppée dans un kimono traditionnel rouge et noir, magnifiquement teinté. Sa coiffure, son maquillage et son ombrelle sublimaient le tableau qu'elle offrait à toute l'assemblée. Elle s'approcha du Comte en fermant son accessoire inutile en cet instant et s'excusa pour son retard.
Le Comte la regarda approcher d'un air interdit.
Maria se leva d'un bond.
Salluste l'attrapa par le poignet en une fraction de secondes tandis que le Comte se levait en la dévisageant d'un air plus que menaçant. Ses yeux de brume et son aura l'écrasèrent sur place. La jeune femme blêmit et se sentit se rasseoir doucement, dans un mouvement contre sa volonté. Elle baissa la tête, gardant ses yeux dans le vide comme si elle venait de prendre une violente gifle.

Les autres avaient comprit la pulsion de Maria. Sa pointe de colère et de stupeur était due à la tenue japonaise de la Vampire. Tous, sauf Arath qui s'en contrefichait, trouvaient ce costume déplacé voire insultant pour le Comte. Pourtant, la chef du protectorat portait un nom japonais, ce ne devait pas être étonnant qu'elle partage ses origines avec celles du Comte et qu'elle garde l'habitude de revêtir pareil panoplie. Cependant, les Sept savaient que leur maître gardait une profonde cicatrice de ses années de vie au Japon. C'était le pont entre son âme et son corps, entre son humanité perdue et sa passion du sang actuelle. Remuer ces souvenirs ne pouvait que le torturer.

Debout, droit comme une statue de marbre, le Comte tourna lentement son regard vers Fiora, souriant à nouveau.


- Ravi de voir revoir, Fiora Hagane, fit-il en lui donnant un baise-main avant de reprendre place dans le même temps qu'elle s'asseyait elle aussi. Ne vous excusez pas...

Fiora avait comparé les Sept à de fiers combattants et songé immédiatement à organiser une joute. Le Comte croisa ses mains gantées, les yeux fixés sur la table devant lui.

- Toujours aussi éprise du jeu des armes...murmura-t-il avant de poser sa main sur le pommeau de son katana qui attendait sagement à ses côtés. Vous avez raison, continua-t-il en regardant chacun de ses disciple tout en s'attardant sur Maria qui gardait le visage fermé, ce sont tous de fiers combattants...Nous y songerons.

Fiora le complimenta sur sa tenue. Le Comte la fixa un instant dans les yeux avant de laisser son regard descendre sur son kimono.

- La vôtre n'est pas mal non plus...fit-il de sa douce et grave voix.

Puis la chef du Protectorat lui demanda s'ils pouvaient se tutoyer. Le Comte ne s'était pas attendu à pareille attitude de la part de la Vampire. Ambre et Maria se crispèrent. Salluste sourit, les bras toujours croisés. Arath, lui, montrait les dents à Agniès qui regardait le plafond sans écouter la conversation. Seul Manouk osa regarder le Comte plutôt que Fiora.
Le Comte hésita. Il eut quelques secondes de stupéfaction qui le laissèrent sans voix. Puis il fit non de la tête d'un air navré.


- Non, mademoiselle Hagane, je ne suis pas de ceux qui se font tutoyer si facilement. Je préfère que l'on garde ces distances sociales qui marquent le respect d'un rang qui nous est dû à chacun. Si je faisais cela, je vous mettrais au rang de disciple. Si vous me tutoyiez, je le prendrais comme une insulte. Notre alliance est une alliance de circonstance et d'intérêt commun, ne cachons pas les choses, nous savons ce qu'il en est, et notre âge ainsi que notre méconnaissance l'un de l'autre nous obligent à conserver ces codes.

Tout était dit. Le Comte refusait de se faire tutoyer par Fiora. Ils n'avaient pas gardé les cochons ensemble et même s'ils avaient entretenu une correspondance épistolaire si longue, ils ne se connaissaient pas de façon intime. Le respect et la hiérarchie étaient une chose importante pour lui, surtout dans ce genre de relation professionnelle.

- Par contre, vous présenter les Sept, cela je le peux, continua-t-il en désignant d'un geste de la main l'ensemble de ses disciples.

Il revint sur Salluste et commença les présentations.


- Voici Salluste, le Vampire aux cheveux de cendre se leva et posa sa main droite sur son cœur en esquissant une courbette. Espagnol que j'ai rencontré lors d'un voyage en France puis retrouvé dans mon périple en Afrique. Mon plus fin et fidèle compagnon.

- Je suis heureux de vous rencontrer, miss Fiora Hagane, fit Salluste en plongeant ses yeux noisette dans ceux de la jeune femme avant de se rasseoir.

- Maria, l'insolente. Continua le Comte en désignant la Vampire qui s'était levée à l'arrivée de Fiora. Son regard dur resta longtemps appuyé sur la jeune femme aux boucles noires. Elle se leva lentement, tête baissée. Elle était très sensuelle malgré son pantalon. Sa bouche d'un rouge éclatant contrastait avec sa peau de nacre. Italienne et diplomate.[i] Vous constaterez qu'elle ne l'est pas par vocation...

[i]Maria se rassit lentement sans rien dire. La punition était dure à supporter, elle se retenait de pleurer. Mais elle le méritait, ho oui, elle en avait conscience.


- Marco, fidèle combattant et stratège.

Le Vampire aux cheveux blonds en bataille se leva et imita Salluste.

- Heureux de vous rencontrer.

Son accent allemand était très marqué. Il avait tout d'un gaillard fort, obéissant et droit.

- Ambre, une perle rencontrée à l'Opéra, actrice irlandaise, connue, reconnue et appréciée pour ses bonnes idées et sa grande contenance.

La rouquine aux cheveux frisés se leva en souriant. Elle esquissa une courbette vers Fiora qu'elle regarda avec des yeux sympathiques et se rassied sourire aux lèvres.

- Manouk, continua le Comte en désignant le grand Vampire noir. Rencontré en Afrique, il est notre médecin en même temps qu'un grand passionné des poisons et des techniques de combats ancestrales. Un des derniers Cappadociens.

L'Africain se leva à son tour. Il était très impressionnant par sa carrure et ses vêtements plus sophistiqués que les autres.

- Fiora Hagane, je vous salue, au nom de mon clan presque disparu et de moi-même. J'espère que cette alliance nous apportera à tous une paix durable et fidèle aux ambitions de notre maître.

Le Vampire se rassied et le Comte continua.

- Voici Agniès, notre nouvelle recrue, qui remplace Huysmans mon ancien stratège tué par des Loups-Garous le mois dernier. Elle utilise la magie des Tremeres et son jeune âge est tout à fait surprenant lorsque l'on prend en compte ses capacités.

La Vampire aux cheveux coupés au carré se leva et fit une courbette avant de se rasseoir. Ses yeux miroitaient étrangement, passant du vert au bleu puis un brun. C'était comme si ses iris évoluaient avec la lumière.

- Et enfin Arath, notre guerrier redoutable et mon lieutenant de guerre.

Le Vampire chauve aux multiples tatouages tribaux se renfrogna et se contenta d'un signe de tête en guise de courbette. Il ne se leva pas, posant simplement ses avant-bras sur la table.
Certes il était lieutenant de guerre, il secondait le Comte dans les opérations qui nécessitaient de la violence, comme pour les purges de Loups-Garous, mais il n'était pas considéré comme le véritable second du Comte, cela lui restait en travers de la gorge depuis toujours.

Les Sept furent ainsi présentés. Agniès n'avait pas 200 ans, cela se ressentait au niveau de son aura. Mais les autres étaient parfois d'âge très avancés. Arath était tout juste bicentenaire. Mais Maria et Ambre étaient tricentenaires tandis que Salluste, Manouk et Marco dépassaient les 400ans. C'étaient des Vampires d'exception. Salluste se détachait des autres. Cependant, les auras de chacun étaient atténuées, comme celle du Comte, par politesse et par stratégie. En effet, leur maître leur avait appris à éviter de dévoiler leurs pouvoirs et leur force à autrui. Dissimuler leur véritable puissance était une façon de conserver une part de mystère et de privé en leur personne.

Le Comte se tourna vers Fiora et lui sourit à nouveau.


- Veuillez excuser leurs tenues, ils ont une mission à accomplir ce soir, ils ne resterons pas longtemps.

L'heure était aux discussions sérieuses. Ils manquaient de temps, malgré tout, et si les Sept avaient une mission derrière cette soirée, il fallait mettre sur le tapis les points importants concernant la défense de la reine lors de la représentation de Coriolan. Le Comte se pencha en arrière puis en avant pour enlever son manteau et cape rouge.

- Je me permets...fit-il en la posa sur le dossier de son siège avant de remonter les manches de sa veste verste brodée ainsi que celles de sa chemise qu'il rabattit élégamment par-dessus ces dernières. Il était prêt à discuter des conditions de Fiora. Ils avaient déjà évoqué quelques points par lettre, il lui tardait d'écouter l'avis de la jeune femme.


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink


Dernière édition par Comte Keï le Lun 30 Juil - 14:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Fiora Hagane
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 23/05/2012
Nombre de messages : 35
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Chef du Portectoras / Combattre.
Age : 430 ans
Age (apparence) : 20 ans
Secte : Indépendant
Clan : Temeres
Lignée : Kyasid (les Ombres)
Rang Pyramidal : Premier
MessageSujet: Re: La Tour entre en jeu [Fiona, Comte] [12/01/42] Sam 28 Juil - 19:42

Comme elle s'y attendait le Comte refusa sa proposition de se faire tutoyer, elle en sourit, non pas un sourire de déception, mais d'assurance, elle tenait à vérifier que l'homme, du moins le vampire qui était devant lui et dont le baise-main était aussi délicat à la Grande horloge était bien le Comte Keïsuke et elle en était totalement ravie. Elle avait aussi reconnu le Comte à l'aura qu'elle avait sentie se cibler sur une de ses « disciples » comme il disait, mais pour Fiora les « disciples » sont des alliés précieux qu'ils valent mieux traiter comme sa propre famille, mais Fiora savait que le Comte n'aimait pas la façon dont elle traitait ses alliés, ou sa famille comme elle disait. Une jeune femme s'était levée quand elle approcha le Comte, elle faillit en rire mais la chef du protectorat s'était retenue, elle suscitait de la jalousie et elle aimait ça dans le fond.

Les Sept lui furent présentées, elle mémorisa leur nom, particulièrement celui de celle qui c'était redressée. Fiora était une femme pardonnant facilement mais sachant se venger ou rappeler les erreurs de chacun elle saurait comment la maîtriser. Avant de s'asseoir son regard se posa malgré elle sur le katana du Comte, quelle beauté, même dans son fourreau on savait que la lame était à la hauteur de celle de Yuko. Elle observa son assemblée puis se redirigea vers le Comte un regard sérieux malgré un regard excité par l'envie de croiser le fer avec le Comte.

-Bien. Le premier point à régler sera celui du tireur d'élite, là où se positionnera mon lycan Gérome. Ce dernier fit un bref mouvement de la tête pour acquiescer sa présence. Il sera dans un balcon, seul, je dis bien seul. Pour qu'il puisse se mouver d'angle en angle de tir, ce qu'il faudra savoir, il se transformera parfois en chacal, donc qu'aucun des Sept ne soit étonné d'en croiser un. Fit Fiora en posant son regard sur les Sept un ton moins ferme qu'à l'habituelle pour ne pas intimider les compagnons du Comte. Le fusil de précision à trois lunettes qui est le mien lui sera attribué, pour que vous vous représentiez la chose Gérome va nous l'apporter.

-Hum Fiora... j'ai réparé la lunette floue comme tu me l'as demandée deux jours auparavant, cependant, les hommes n'ont pas le droit d'entrer dans ta chambre sauf exception, donc c'est Sakura qui l'a ramené. Répondit simplement le lycan.

Fiora soupira longuement et sourit
.

-Oui j'avais oublié de te remercier pour cela, merci encore. Elle se leva et regarda l'assemblée. Je reviens, je m'en vais chercher mon fusil de précision. Sakura et Xavier, partez préparer les verres de sangs, j'ai légèrement soif et il est toujours plus convivial de discuter autour d'un verre. Puis elle s’éclipsa dans les escaliers en faisait attention à ne pas glisser.

------------------------------

Elle grimpa rapidement les escaliers pour arriver au rez-de-chaussée puis elle jeta un regard à la boutique. Rien à signaler. Fiora reprit sa route, grimpa deux étages avec vigilance et arriva dans le couloir menant à sa chambre, elle y entra et trouva son fusil, une arme précieuse à ses yeux puisqu'elle venait du père de Gérome. Fiora vérifia que le fusil contenait bien ses balles puis voulant soudainement prendre une bouffée d'air frais elle ouvrit la fenêtre qui donnait sur une demi-lune resplendissante dans un ciel sans nuages. De ses yeux perçants elle repéra aussi tôt deux chimères à une centaine de mettre voir un peu plus loin. D'un habile geste elle pointa l'arme sur le premier et sans prendre le temps de viser elle tira une balle qui explosa exactement dans le trou de l'oreille de chien de la première abomination. La seconde prenant fuite Fiora donna un coup de main sur la crosse et pointa à nouveau l'arme sur la chimère qui semblait mi-chat mi humain et sans prendre le temps de viser même si d'un geste de main les viseurs s’alignaient de sorte à viser un point précis elle tira et la bête s'écroula mais Fiora lâche un cri de rage, elle n'avait pas tiré dans l’œil droit du monstre mais quelques centimètres plus bas, ce qui avait le don d'énerver le vampire. Elle déteste par-dessus tout échouer dans ses objectifs.

Elle quitta sa chambre et calma partiellement son agacement en descendant les escaliers d'un pas résonnant.


------------------------------


Lorsque Fiora eut quitté la pièce Xavier ainsi Sakura s’exécutèrent à l'ordre de leur chef, mais avant tout amie et prirent la route de la cuisine servir dans de superbes coupelles à saké du sang, et dans celle de Fiora du saké fut rajoutée. Les coupelles furent posées sur un plateau que Sakura amena gracieusement sur la table basse, suivie de près par Xavier une bouteille de saké à la main, pleine mais le Français savait qu'elle finirait vide et que la personne qui la viderait serait en pleine forme, voir même plus qu'avant avoir bue.

Les deux vampires reprirent places et le silence s’installa, il était lourd et ennuyant, surtout pour Sakura qui n'aimait pas le silence, sauf quand elle était exténuée, ce qui n'est jamais arrivé durant le siècle, la japonaise est plus énergétique, bien plus que Fiora et cela se ressentait dans son aura lorsqu'elle la déployait.

Ce fut qui brisa le silence sans vraiment le vouloir en jetant un regard à la porte d'acier décoré de multiples fermetures en acier aussi


- Les poupées et les démons vont devoir être nourris, heureusement qu'il reste juste assez de viande pour ce soir, sinon les hurlements auraient été difficiles à supporter pour le père que je suis... L’Égyptien se mit à regarder Manouk de son regard intriguait et sans émotions habituelles. Il venait d'Afrique, mais pas d'Afrique noire, le nord de l'Afrique ou le Sahara, trop curieux il retint tout de même les paroles. Deux coups de feu résonnèrent et Xavier ne fit que sourire, il savait ce que venait de faire Fiora, tuer deux humains, ou deux monstres de la nuit.

-Si fougueuse... Ria l'ami d'enfance de Fiora.

Puis des pas résonants se firent entendre est le protectorat vit Fiora revenir avec le fusil de précision, cette arme d'environ un mètre vingt de long avait de quoi impressionner, mais l'aura agacée de Fiora aussi, elle faisait limite peur et à peine dévoilée elle écrasait légèrement les plus faibles dans ce lieu, soit personne du protectorat, mais chez les Sept, nulle ne le savait
.

-Qui y a-t-il Fiora ? Tu sembles frustrée, les améliorations ne te conviennent pas . Demanda Gérôme inquiet.

-Non, non pas du tout, répondit sèchement Fiora, c'est moi qui m'agace ! Ragea calmement la vampire. Alors que j'ouvrai la fenêtre pour prendre un peu l'air, je vis au loin deux chimères, dans mon mode opératoire j'ai juste ajusté les lunettes de visions sans prendre le temps de regarder et tirer, à peine mon regard alignait avec les lunettes, enfin je n'ai pas vu l'endroit où je tirais mais je voulais le trou d'oreille de la première chimère que j'ai touchée facilement. Mais la seconde... j'ai voulue tirer dans l’œil droit, mais j'ai raté l’œil de quelques centimètres plus bas, ça m'agace ! Puis la vampire souffla longuement pour reprendre on regard dur et son ton sans réponse habituelle lors de ses négociations. Voici mon fusil de précision, avec cette arme aucune proie n'a quitté vivant son viseur. Elle s'approcha pour poser dans les mains du Comte. Les balles ont une coque d'argent et comportent du plomb massivement concentré. Il y a six balles avant de recharger, à présent quatre.

Puis elle se rassit pour prendre sa coupelle de sang mélangé du saké. « En espérant que le sang que je possède vous plaise. » Puis elle bue une gorgée un sourire avec une pointe de sadisme aux lèvres. Peu après elle regarda à nouveau le Comte.

-Alors ? Pourrais-je avoir un balcon entier juste pour Gérome pour qu'il puisse tirer aisément avec le fusil de précision ?

Elle regarda encore une fois tous ses membres et se leva à nouveau, elle ne faisait que bouger, elle tenait en place, juste qu'il y avait des choses à montrer. Fiora prit la direction du mur d'armes, là où les armes de chacun sont posées.

-Pour la représentation de théâtre, James portera mes Khopeshs, ces armes que j'ai eues en Égypte sont un héritage du père de Rachd. Il faut également savoir, si jamais l'un d'entre vous, fit-elle en regardant les Sept ou bien même vous Comte, qu'Angel le Khopeshs bleu et blanc sert à tuer les gens bons et que Lucifel son jumeau noir et rouge est utilisé pour achever les gens mauvais.


Elle prit ensuite les deux Bloody Rose à double crosse et double canon.


-Il n'y a rien à craindre, c'est juste pour tuer tout ennemi vampirique. Bien que je m’emploie rarement à enfreindre les règles de notre race, au théâtre j'aurais sûrement à les utiliser. Fiora les posa et dégaina une superbe épée d'une beauté moyenâgeuse. Comte, croyez moi ou non mais... Cette lame est un cadeau de Jeanne d'Arc elle-même lorsque j'étais dans sa garde personnelle durant sa campagne guerrière. J'interdis à tous tout le monde de toucher cette lame. Elle est à moi, et seulement à moi. Je la porterais pour le théâtre. Lorsqu'elle parla de l'interdiction de toucher, son ton se fit dur et vraiment sans réponse contradictoire possible. Puis elle lâche un rire chaleureux, tout l'inverse de son attitude quelques secondes plus tôt, cela fit rire Xavier, ce côté un peu lunatique ressortait le temps des grands événements.

Toujours debout elle reprit son long discours.

-En ce qui concerne la protection et l'évacuation de notre reine mère bien-aimée, Sakura et Igo... Elle arrête sa phrase et demanda à tous de se taire immédiatement. La Française avait entendu du bruit, tout comme le protectorat, un bruit presque imperceptible cependant le protectorat savait reconnaître un bruit inhabituel.

La vampire partie s'asseoir un sourire enchanté aux lèvres
.

-Quelqu'un a osé s'introduire dans l'armurerie. James ne l'as-tu pas fermée après l'arrivée du Comte ?

-Non Fiora, ça m'est totalement passé au-dessus de la tête. Excuse-moi. Répondit le Londonien sur un ton sincère

-Ce n'est rien, tant mieux même, ils sont trois, et sûrement des hunters, personne n'oserait venir dans ton armurerie à cette heure-là. Elle posa ensuite son regard sur Igort. Igort, monte en haut, et assassine les, à ta manière, et je t'autorise à utiliser une seule fois le couteau au besoin, gardes-en un vivant et descend le, tu lui feras ton interrogatoire, le plus efficace.

-Bien Maîtresse Fiora, répondit le Sibérien à l'accent bien prononcé.

Il releva ses manches qui ne cachaient pas ses doigts, mais le reste de la main, en relevant ses manches tous purent voir les poings américains en acier du Sibérien, des pointes en acier également décoré la partie du poing utilisée pour frapper, le couteau qui était dans les mains d'Igort fut rangé dans sa poche. Le colosse se dirigea vers les escaliers et les monta après s'être levé. Au passage il prit sa cape qu'il enfila.


-Il n'y a aucune inquiétude à avoir, seul face à trois hunters, il n'y a aucun danger, il peut en vaincre jusqu'à cinq. Les chants d'Opéras vont bientôt commencer. Ria la française.

Igort monta les escaliers d'un pas ferme et pénétra dans l'armurerie où il vit trois hommes, trois hunters comme l'avait prédit Fiora. Deux d'entre eux avaient des épées et les trois avaient un Bloody. Igort s'avança et se présenta aux hommes
.

-Bonsoir, je suis Igort, assistant de James dans son travail, ce dernier dort en ce moment même donc je tiens l'armurerie plus tardivement. De quoi avaient vous-besoins ?

L'un des hommes prit la parole et s'avança.

-Nous sommes venu chercher notre commande, pouvons-nous l'avoir ?

Igort fit un parfait faux sourire et remarque les armes légèrement retirée de leur étuis comme les épées. Faisant mine de n'avoir rien vu le Sibérien posa la fiche en bout de bureau.

-Veuillez confirmer vos identités et une signature s'il vous plaît. Demanda Igort.

Les hommes s’amassèrent autour de la fiche et commencèrent à écrire, Igort passa derrière eux et d'un coup de main il saisit le poignet de celui le plus à gauche et lui tordit le bras, pris d'une surprise et d'une douleur sentant son épaule se tordre l'homme hurla au plus grand plaisir d'Igort qui en deux coups de main brisa le poignet, le coude et déboîta l'épaule de l'homme avant que les deux autres ne puissent réagir. Ensuite le vampire poussa le hunter au bras déboîté sur un autre et se décala sur la droite puis donna un uppercut avec son poing américain au seul homme capable de bouger avant d'enchaîner sur un violent coup dans le vendre et un coup de genou au même endroit que le coup de poing. L'homme hurla de douleur et Igort le poussa sur une étagère où il tomba. Pendant ce temps un coup de Bloody résonna mais Igort esquiva en levant sa cape recouverte d'une plaque d'acier dans l'intérieur puis le vampire effectua deux coups de poing simultanément sur chaque tempe du tireur qui poussa de violent cri de douleur. Igort refit le même coup au bras du tireur mais il le plaqua au sol et plongea son couteau dans l'épaule déboîtée et il tourna la lame jusqu'à arracher le bras, l'homme pleurait comme une femme et hurlait aussi fort que possible, tous ces cris rendaient Igort jouissif. Voulant en finir pour éviter d'attirer le monde il prit un des bloody appartenant à un hunter et vida un chargeur sur un homme qui après n'avait plus de bras, jambes et visages tant Igort le rua de coup avant sa mort. Le second se vit offrir le même traitement. Au final, le dernier survivant qui n'avait plus de bras gauche restait le seul survivant. Mais Igort voulait pousser le sadisme jusqu'au bout, ainsi il enfila deux coques pour doigt en acier et un sourire sadique aux lèvres il les plongea dans les yeux du dernier hunter qui devint aveugle sur le coup et hurla à en déchirer les tympans d'un humain. Puis Igort prit le bras arraché et le jeta en souriant.

En bas, Fiora avait savouré chaque hurlement avec un sourire, elle savait que son Igort aimait entendre ses victimes souffrir. Il lui tardait de voir les corps, elle demanda au Comte ce qu'il pensait du travail de son Sibérien juste à en juger par les cris. Fiora lâcha un rire en voyant le bras arriver dans la salle.


-Il travaille bien mon Sibérien. Dit calmement Fiora.

Igort lui, saisi les deux cadavres et le corps vivant mais pour peu de temps et traîna le tout par les cheveux en bas. En arrivant dans le repaire il lança les cadavres d'hunter qui n'avait plus rien d'humain, juste des bouts de chair désarticulés, démembrés presque pour certains au fond de la salle
.

-Voilà à manger pour les poupées et les démons. Dit très calmement le hunter avant d'allonger le hunter sur le dos. Je vais pouvoir passer à l'interrogatoire. Il dit au hunter qui pleurait et saignait abondamment. Pourquoi êtes-vous venu ici ?

-Pour acheter d....

Igort lui asséna un violent coup de pieds dans le ventre, l'homme hurla.

-Pourquoi êtes vous venu ici ? Recommença Igort.

-Mais pour achet...

Igort redonna un coup de pieds dans le ventre.

-Pourquoi êtes-vous venu ici ?

-Car nous vu le Comte Keï entrer entouré de sept personnes louches. Souffla l'humain.

-Pourquoi avoir enclenché vos armes alors ? Demanda Igort.

-Par sécurité ca...

Igort donna un coup de pieds dans les côtes et le hunter cracha du sang.

-Pourquoi avoir enclenché vos armes alors ? Répéta Igort.

-Mais par sécuri..

Un nouveau coup de pieds de la part d'Igort siffla dans les côtes de l'humain. Fiora elle souriait, les méthodes d'Igort étaient efficaces et sans failles.

-Pourquoi avoir enclenché vos armes. Répéta à nouveau Igort.

-Car.. un vampire était dans notre groupe et nous à prévenu que le Comte était un vampire à tuer, mais il c'est enfuit en nous voyant entrer. Répondit le hunter

-Quel est le nom de ce vampire ? Questionna Igort.

-Je ne sais plus..

Un coup de pieds dans le thorax fusa de la part d'Igort.

-Quel est le nom de ce vampire ? Recommença Igort.

-Je ne sais p..

L'action d'Igort se répéta.

-Quel est le nom de ce vampire ? Continua Igort.

-Jhor Vals un vampire.. roux aux yeux rouges...lacha l'homme à beau de force et presque mort.

Satisfait Igort adressa un regard questionneur à Fiora, cette dernière fit un mouvement positif de la tête. Alors Igort entrelaça ses mains pour forme un marteau avec ses bras et mains et les pointes des poings américains en premier, il abattit ses bras sur le crâne de l'homme, ce dernier hurla puis plus rien, juste une traînée de sang sur un mètre de long. Igort, comme si rien ne s'était passé lança le cadavre et le bras au fond de la salle et partit reprendre place à son siège à l'écart des autres.
-Maîtresse Fiora, la requête est réussie.

-Parfait Igort, très bon travail. De plus ce nom, c'est un vampire qui a voulu assassiner James il y a quelques mois si je me souviens bien. Sakura ! Fit Fiora en lança son regard sur la japonaise. Retrouve ce type, démembre-lui les bras et ramène le avant demain matin, sinon... Elle laissa sa phrase en suspens, signe que la sanction serait lourde en cas d'échec. Puis elle se tourna vers le Rachd. Il est temps de nourrir les poupées et les démons, prends la viande de réserve et ramène les poupées, les démons sont encore trop sauvages.

Rachd et Sakura acquiescèrent et l'un partit nourrir les poupées et les démons, la seconde, la japonaise, elle se déshabilla pour dévoiler une tenue de chasse, de cuir moulant ses formes et posa soigneusement la tenue sur les jambes de Xaiver en lui demandant d'un prendre soin, ce dernier répondit que oui. Après avoir pris ses éventails d'acier la vampire disparut à une vitesse folle, à la vitesse du vent.

-Sakura, celle qui court à la vitesse du vent, commenta Fiora avant de regarder le Comte. Pardon pour ce contre-temps. Donc pour l'évacuation de la reine en cas de problème. Igort et Sakura escorteront notre reine-mère au besoin, cependant j'aimerais que l'un des membres de Sept les accompagnent, je ne tien pas à envoyer la moitié du protectorat, le principale compétence est le combat. Bien, avez-vous des choses à ajouter sur tout cela Comte ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: La Tour entre en jeu [Fiona, Comte] [12/01/42] Mar 31 Juil - 11:09

La présentation des Sept était faite. Désormais, Fiora et le Comte avaient chacun rencontré les fidèles disciples de l'autre. Il ne manquait plus qu'à régler quelques détails et leur alliance pouvait se conclure. Ces détails étaient en réalité bien plus importants que le reste. La pièce de théâtre approchait et ce soir allait se décider la stratégie à adopter pour protéger la reine et faire face à d'éventuelles attaques. Le Comte s'attendait à voir débarquer des Hunters. Ce Raphaël, qu'il avait déjà rencontré par deux fois, rassemblait apparemment quelques chasseurs. Il fallait qu'il en parle à Fiora et au Protectorat. La mort d'Adéna, membre du Sabbat, n'était pas à prendre à la légère. Ce petit malin croyait pouvoir agir impunément, il allait rencontrer un mur!

Les jambes croisées, débarrassé de sa capes et les manches retroussées, le Comte écouta Fiora lui expliquer ses besoins pour sa mission de protection. Elle avait un tireur d'élite à placer en hauteur de manière précise afin d'optimiser ses capacités. Le Comte n'aimait pas les armes à feu, il en était presque allergique. Lui, combattant au sabre, samouraï de nature, il ne pouvait qu'avoir mal vécu l'arrivée de la poudre et le développement des armes à distance. Il avait toujours trouvé que cette "évolution" brisait les lois ancestrales du combat. Rien ne prouvait la valeur du corps dans un impact à distance. Une simple pression suffisait à faire périr un homme à plusieurs mètres, il n'y avait plus de challenge et c'était bien regrettable.

Fiora continua son explication. Elle possédait un fusil de précision, une arme efficace et faite pour la discrétion. Cela intrigua le Comte. La jeune femme voulait le lui montrer mais pour cela elle devait aller le chercher dans ses appartements privés. Lorsqu'elle s'excusa pour partir à nouveau, le Comte se contenta d'un hochement de tête pour lui signaler son consentement.

A peine arrivée, le chef du Protectorat s'éclipsait donc. Salluste décroisa les bras tandis que Fiora disparaissait à nouveau dans l'escalier glissant. Manouk et lui échangèrent un regard empli de sens: elle faisait attendre le Comte une nouvelle fois, cela ne pouvait pas aller dans son sens. Quelle que soit la stratégie qu'employait cette femme pour lui plaire, elle s'égarait. Maria restait silencieuse et abattue. Elle ne bougeait plus, les yeux rivés sur la table, cachés par ses cheveux. Agniès toussota.
Xavier et Sakura amenèrent alors du sang dans des coupelles à Saké ainsi qu'une bouteille de cet alcool de riz si connu du Comte. Arath sourit imperceptiblement. Ambre fit une grimace. Le Comte, lui, délia ses mains et saisit une des coupelles. Il n'y ajouta pas de Saké, c'était hors de question dans pareil lieu et à pareil moment. Arath aurait voulu, lui, en ajouter, mais il connaissait les règles silencieuses des missions diplomatiques du Comte: ne jamais se mettre en position de faiblesse. L’alcool gardait ses effets chez les Vampires comme chez les Humains, il était seulement plus fort pour les créatures de la nuit puisque leur organisme essayait toujours de le rejeter, comme toute nourriture autre que le sang. Le mieux était de boire du sang alcoolisé naturellement, c'est à dire pris sur une personne ivre...De cette façon, directement mêlé au sang, il était moins nocif. Avec le Saké, le sang serait plus indigeste, plus fort et moins facile à ingérer. Il fallait se méfier. S'ils n'avaient pas eu de mission derrière, les Sept n'auraient tout de même pas eu droit de tenter l'expérience. C'était la première fois qu'ils avaient affaire avec le Protectorat, la diplomatie exigeait prudence et perfection.


- Merci...fit le Comte en posant ses yeux de brume dans ceux de Sakura avant de placer la coupelle sous son nez.

Le Vampire respira lentement l'odeur qui se dégageait de la coupelle. Le sang était bon, cela se sentait. Il n'était ni vicié, ni mort, ni empoisonné. Les Sept prirent chacun une coupelle. Leur maître les avait rassuré par la pensée. Jirômaru plongea ses lèvres dans le sang et bu une gorgée. Sa bouche resta un moment contre l'or de la coupelle. Oui, ce sang était bon, il n'y avait guère mieux, le Calice qu'utilisait Fiora était de qualité.
Plus décontractée, Ambre se laissa un peu aller dans son siège. Elle bu tranquillement, un sourire aux lèvres. Elle aimait bien les membres du Protectorat et elle n'était pas indifférente au charme du Sibérien. Il était grand, fort, beau...Elle trouvait ses vêtements impressionnants. Mais évidemment l'heure n'était pas aux mondanités entre le Protectorat et les Sept, c'était l'heure des échanges entre leur maîtres respectifs. Ils n'étaient là que pour les présentations et la prise en charge de leur différentes missions.

Rachd parla alors de "démons" et de "poupées". Le Comte fronça les sourcils. Quelles expériences faisait donc le Protectorat en ces murs? Cela lui fit penser immédiatement aux Alchimistes, ces hommes dangereux qui utilisaient des cercles de transmutation pour jouer avec la matière et parfois même le vivant. Fiora cachait donc des créatures semblables à celles que créaient parfois ces malades?
Le lord reposa sa coupelle sur la table. Agniès, qui n'avait pas touché à la sienne, laissa ses yeux changeant se poser dans ceux du dénommé Xavier. Un air interrogateur s'y lisait, mais bien vite elle lui sourit et ramena son regard vers ses compagnons.

Un coup de feu retentit soudain. Arath se leva, ses deux mains massives appuyées sur la table.


- Qu'est-ce que c'est!?

Les muscles tendus, il s'était figé. Le Comte ronronna doucement:

- Ce n'est qu'un coup de feu, Arath, rassieds-toi s'il te plait...

Le géant chauve lui jeta un regard perturbé et s'exécuta. Un second coup de feu fit sursauter à nouveau Maria et Agniès. Le dénommé Xavier rit. Oui, sa maîtresse était fougueuse...
Le Comte sourit, les coudes appuyés sur la table. Mains jointes, le menton dessus, il montra ses crocs acérés.
Maria frémit. Ils étaient longs, d'un blanc éclatant...cela lui donnait un air carnassier dont elle rêvait souvent.


- Fougueuse...ou complètement déraisonnable...Murmura le Comte.

Il jeta alors un regard dur à Xavier avant de se remettre au fond de son siège et de croiser les bras.
Fiora arriva dans un boucan du diable. Quelle femme paradoxale! Habillée d'une façon si élégante et pourtant si vive et brutale dans ses gestes...Cela était dommage.
Lorsqu'elle réapparut, son air franchement agacé amusa le Comte. Elle avait tiré sur quelque chose ou quelqu'un mais elle avait manqué son coup. Non seulement elle avait dû réveiller le quartier entier mais en plus elle venait de s'énerver toute seule...
Les Sept restèrent silencieux. Agniès sentit l'aura de Fiora. Elle était puissante, cela l'effraya un peu. Mais la magicienne se sentait également trop bien entourée pour craindre quoi que ce soit de cette femme.

Fiora expliqua à son ami d'enfance la raison de son agacement. Ce n'était pas les améliorations de l'arme qui l'avaient énervée, elle n'avait pas non plus loupé de cible, mais elle n'avait pas tiré où elle avait voulu. Frustration enfantine. Le Comte fut perplexe d'entendre qu'elle venait d'abattre deux "chimères". Il savait que c'étaient des créatures nées de l'Alchimie, mais elles étaient si rares qu'il était réellement surprenant que Fiora en ai aperçu deux en même temps! Le Vampire commençait à trouver que le quartier de Chinatown était décidément bon à ratisser...

Fiora lui présenta alors son fusil. Le Comte le pris dans ses mains lorsqu'elle le lui tendit. Pendant qu'elle lui expliquait son fonctionnement et qu'elle se rasseyait à son tour, le Comte tourna l'arme dans tous les sens pour en analyser les plus infimes détails. C'était une arme parfaitement ouvragée, très belle de maintient, de très bonne facture et aussi atypique que les fameux Bloody Rose des Hunters.


- Oui...c'est une belle arme...fit-il en murmurant.

Il continua à observer le long canon et les lunettes de visée.


- D'une ingéniosité remarquable...

Le Comte se tourna et tendit le fusil à Xavier pour qu'il le reprenne.

- Vous aurez votre balcon, miss Hagane. Continua-t-il en ramenant son attention sur Fiora qui portait une coupelle de sang à sa bouche. Je suis le metteur en scène de la pièce mais aussi le patron des rénovations, je peux aisément aménager une place pour votre tireur.

Fiora buvait tranquillement. Elle demanda si le sang était à leur goût.

- Très bon, répondit simplement le Comte. Mais nous ne toucherons pas au Saké ce soir.

Son ton était sans réplique. C'était un principe qu'ils suivraient tous. Puis Fiora leur exposa son arsenal. Deux Khopeshs, des Bloody Rose, une épée offerte par Jeanne d'Arc....Le Comte la croyait, il n’avait pas besoin de précision à ce sujet. Les Sept observaient le chef du Protectorat leur montrer ses armes. Manouk était fasciné par les Khopeshs. Ambre aimait l'épée, c'était une arme magnifique. Arath grimaçait face aux Bloody Rose : il considérait que les Vampires n'avaient pas à utiliser de pareilles armes. Le Comte lui-même les bannissait.

- Ne vous en faites pas, rit doucement le Comte face à l'air sévère de la jeune femme, nous avons nos propres armes et nous n'avons pas l'habitude de prendre celle des autres, encore moins de les partager.

Au fond de lui, le Comte ne se souciait guère des armes que pouvait avoir le Protectorat. Ce qui lui importait c'était son efficacité. Qu'importe le nombre d'armes ! Les Sept, ce soir, n'étaient absolument pas armés pour des raisons bien précises : ils se battaient surtout à l'aide de leurs dons obscures. C'était là la principale différence de méthode entre le Protectorat et le Conseil des Sept. Le Comte leur avait appris à ne se fier qu'à eux-mêmes. Ils mettaient en avant leur don obscure plutôt que la confiance dans des objets. Lui même ne sortait que très rarement ses armes.

Jirômaru tiqua aussi à la présentation des Bloody Rose.


- Je n'aime pas ces armes mais je dois vous prévenir que nous aurons certainement affaire avec un jeune Vampire du nom de Raphaël. Même s'il ne représente que peu de menace, c'est un jeunot totalement inexpérimenté, sa rage de vaincre est palpable. Il faudra s'attendre à quelques surprises de sa part. Mais s'il a le malheur de venir attenter à ma vie, et je suis persuadé qu'il crève d'envie de se venger des petites facéties que je lui ai fait subir récemment, je le briserai. Notez qu'il a abattu un membre du Sabbat hier et que l'on m'a rapporté qu'il s'entichait de Hunters.

C'était dit. Le Comte avait un ennemi potentiel déjà mis au jour. Il savait qu'il allait peut être se risquer à venir jusqu'au théâtre, il fallait s'y préparer gentiment. En soit, le Comte sous-estimait largement le jeune Vampire et il ignorait qu'Alexender était encore vivant, de mèche avec lui et accompagné d'autres Hunters inconnus. Il ignorait que Sarah préparait sa propre défense. Même si l'échiquier ne changeait pas pour lui, il aurait quelques surprises à prendre en compte dans le camp adverse une fois la partie lancée.

Fiora voulu alors continuer à exposer ses idées mais elle s'arrêta. Sa phrase mourut dans sa gorge. Oui, elle les avait entendu elle aussi : trois hommes étaient entrés. Ambre s'agita. Elle n'aimait pas la tuerie gratuite et elle sentait que ces hommes étaient morts d'avance. Arath grogna :


- Les imbéciles...

Le Comte laissa Fiora envoyer son Sibérien à l'étage. Inutile de se déplacer pour trois Hunters. Entrer ainsi par la porte d'entrée montrait bien assez que c'étaient des inconscients peu à même de s'avérer dangereux. Des idiots...oui. Arath avait raison.
Bientôt résonnèrent des bruits de lutte. Les Hunters ne s'étaient pas attendu à une force brute aussi violente que celle d'Igor. Des membres déchirés furent lancés dans l'escalier. Ambre détourna son regard, Arath sourit. Fiora rit de bon cœur face au travail de boucher de son fidèle compagnon.


- Oui...répondit le Comte en souriant. Il est efficace, mais salissant...

Le Sibérien ramena ce qui semblait avoir été des hommes un jour. Deux Hunters étaient morts, complètement défigurés. Le troisième fut interrogé de manière radicale. Le Comte observa la scène en silence. Lui-même utilisait la torture à volonté. Ses méthodes ne différaient guère de celle de cet homme. Plus rien ne le choquait. Le kimono de Fiora lui était bien plus insupportable que cette image sanglante.
Enfin l'homme avoua qu'un Vampire les avait suivi et les avait dénoncés. Drôle de soirée. Entre les chimères et les Vampires intrigants, ils n'étaient pas prêts de parler stratégie pour le théâtre. Cela eut le don d'énerver un peu plus le Comte. Salluste soupira en recroisant les bras. Lui et son maître se ressemblaient beaucoup.

Jhor Vals...Ce nom ne disait rien au Comte. Encore un Vampire non présenté. Un errant. Et stupide avec ça ! Oser s'attaquer à lui...quel imbécile...Histoire de pouvoir ? De peur ? De femme ? De vengeance ? Quelle importance ! Le Comte avait bien des ennemis. Ce Vampire n'en était qu'un de plus.

La mort de l'homme leur fut à tous indifférente, sauf peut-être pour Ambre qui gardait une pointe de pitié pour les Humains. Il fut alors à nouveau question de « démons » et de « poupées ». Le Comte se renfrogna. Laissant les disciples de Fiora s'en aller, il jeta un coup d'oeil à Sakura qu'il trouvait particulièrement à son goût. Fiora ventait ses mérites. Elle le pouvait bien. En plus d'être parfaitement désirable, la japonaise était douée d'un pouvoir de célérité très intéressant.


- Oui...Un vent parfumé comme les cerisiers de notre pays...murmura le Comte sans gêne aucune pour ce léger dévoilement de ses émotions.

Maria sursauta presque, elle ne supportait pas que le Comte puisse trouver la japonaise intéressante. Ces vêtements...il aurait mieux fait de les haïr pour son passé...Et ce « nous » qui incluait aussi Fiora...Elle était bouleversée mais elle cachait parfaitement ses émotions, Salluste l'aidait.

Enfin, le Comte finit par demander :


- Fiora Hagane, qu'est-ce que ces aberrations ? Qu'entretenez-vous donc ici ? Quelles sont ces créatures dont vous parlez ?

Cela l'intriguait fortement. Le Protectorat avait permis de séjour en ces lieux pour remplir sa mission de protection, mais pas de perpétrer une quelconque forme de création. Vampiriser sans son autorisation, créer des chimères, manipuler des corps...cela pouvait mener à lever une armée sur son propre territoire. Il ne pouvait le tolérer. Protéger la reine-mère était une chose, s'installer et prendre ses aises en était une autre.
- J'ose espérer que vous allez me présenter ces êtres...

Peut-être que Fiora nommait ainsi une partie de ses disciples dégénérés ? Le Comte voulait savoir.

- Maître...

La voix douce et sereine de Salluste empli la pièce.

- Nous devons y aller.

Le Comte ramena ses yeux sur son fidèle disciple. Il décroisa les bras et lui sourit.

- Tu as raison Salluste, vous avez une mission.

Salluste salua le Comte de la tête, avec élégance et se leva.

- Mademoiselle Hagane, nous sommes ravis de vous avoir rencontrés, vous et le Protectorat. Fit-il en regardant tour à tour Fiora et les membres encore présents. Notre maître nous informera des changements et nouveautés dans nos plans pour le théâtre, nous espérons que tout se déroulera comme voulu. Au plaisir de vous revoir...

Sur ces mots, Arath Marco, Agniès et Ambre se levèrent. Seul Manouk resta assis. Maria, elle, mit plus de temps à se lever. Elle avait l'air très perturbée. Elle voulait s'opposer à l'idée de laisser le Comte et Manouk seuls avec tout le Protectorat. Cette histoire de « poupées » la troublait beaucoup. Mais elle savait qu'en cet instant, si elle s'était interposée, le Comte l'aurait tout simplement réellement blessée. Les Sept, au nombre de six, quittèrent la pièce après avoir tous salué Fiora d'une courbette légère. Contournant le sang qui était répandu au sol, ils montèrent l'escalier et disparurent dans la nuit telles des ombres.
Le Comte souriait. Ses disciples partis, il se leva de son siège et commença à arpenter la pièce les mains placées dans son dos.


- Je n'ai guère de choses à ajouter, Miss Hagane. La pièce se déroulera comme prévu. L'entre-acte est à surveiller de près, il va y avoir du mouvement et je ne compte pas avoir dans mes rangées de sièges des Hunters apparaître. Vous aurez donc votre balcon et votre tireur sera seul. Les Sept et moi-même n'aimons pas les Lycanthropes, mais nous seront attentifs au chacal, vous avez ma parole.

En soit, le Comte venait de rencontrer son premier Lycanthrope. Il en avait déjà entendu parler, évidemment, c'était une des trois races originelles. Mais ils étaient rares et il les repoussait très vite avec son aura d'autant qu'il ne pouvait supporter leur odeur de loup. Ainsi n'en avait-il jamais rencontré de façon concrète.

- Je vous demande juste de faire très attention avec vos Bloody Rose...Ces armes ne sont pas faites pour rester entre les mains des Vampires...En tous cas, nous sommes d'accord pour la protection de la reine. Je ne comptais pas laisser le Protectorat s'en charger seul, non pas que la confiance que je ne vous accorde pas encore en soit réellement le motif mais bien parce que j'ai mes propres habitudes depuis que je suis dans la capitale. Salluste veillera avec vos deux escorteurs. C'est le seul de la troupe qui n'a pas de rôle dans la pièce que nous allons jouer. Notez également que Sébastian Angelstone, un Vampire qui a épousé ma cause, ainsi que Wynn Leichenhalle, un Vampire, assassin de profession et fraîchement « recruté » par mes soins en tant que chef d'orchestre, seront présents. Si la situation venait à mal tourner, ils interviendront et Wynn quittera la fosse pour nous rejoindre dans le feu de l'action. Il est là lui aussi pour protéger la reine, mais aussi Sarah Spencer. C'est un point sur lequel je voudrais d'ailleurs revenir...

Le Comte se promenait dans la pièce comme s'il établissait un plan de bataille à haute voix. Manouk restait silencieux, observant son maître. Il avait l'habitude de cette attitude réfléchie. Le lord revint vers Fiora. Ses yeux de brume étaient très sérieux.

- Sarah doit être protégée. Les Sept seront sur scène, sauf Salluste, et j'aurais une paire de disciples dans les rues alentours. Mais cette Humaine est bien plus farouche et sauvage que ce qu'elle paraît. C'est une magicienne, je vous le répète, et elle peut, en cas de conflit, devenir très instable. Il faudra la maîtriser sans risquer de la blesser.

Les choses étaient toutes dites. Qu'ajouter de plus ?

- Vous savez ce que je souhaite faire de cette pièce...aussi n'oubliez pas que j'y tiens beaucoup. Votre jugement sur mes actes n'est pas nécessaire, pas plus que votre opinion concernant ma vie privée. Je n'entrerais pas dans vos petites affaires si vous n'entrez pas trop profondément dans les miennes.

Le Comte faisait allusion aux « démons » et « poupées » tout en mettant en avant ses projets pour Sarah. Il n'avait nul besoin que Fiora se soucie de sa vie privée, encore moins concernant ses futurs plans, aussi venait-il de trouver un arrangement : si Fiora se contentait d'accomplir sa mission, à savoir protéger la reine et l'aider à préserver Sarah si besoin, sans fouiner dans ses projets personnels et à long terme, il la laisserait à ses petites expériences. Le marché était équitable d'autant qu'il faisait clairement passer en avant Sarah comme « projet ». Ce qui semblait évidemment mineur.

Le Comte s'approcha de Fiora et lui tendit une main pour la relever.


- Montrez-moi ces « démons »...fit-il en souriant.

Manouk se redressa. Il était resté pour voir avec le Comte ce que Fiora cachait dans ses sous-sols. Expert en créatures diverses autant qu'en poisons, il était la référence des Sept concernant ce type de sujet.


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Fiora Hagane
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 23/05/2012
Nombre de messages : 35
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Chef du Portectoras / Combattre.
Age : 430 ans
Age (apparence) : 20 ans
Secte : Indépendant
Clan : Temeres
Lignée : Kyasid (les Ombres)
Rang Pyramidal : Premier
MessageSujet: Re: La Tour entre en jeu [Fiona, Comte] [12/01/42] Mer 15 Aoû - 16:45

Gérôme pourra aisément tirer et faire ce qu'il aime le plus, faire un beau trou entre les deux yeux de ses cibles, même Fiora ne visait pas aussi bien que le lycan. Sakura et Igort seraient accompagnés de Sallustre, le second du Comte si elle avait bien compris, c'était un vampire avec une aura très forte il devait parfaitement mériter son rôle de second.

Le Comte parla d'un certain Raphaël, un vampire dégénéré si on en croyait les paroles du prince de la ville, il semblerait que de nombreuses surprises pouvaient naître dans l'esprit du jeune vampire. De plus il fricotait avec des humains et il avait tué une membre du Sabbat, cela ne dérangea pas Fiora, qui avait bien un lycanthrope dans ses rangs, mais qu'il est tué une membre du Sabbat l'agaçait un peu car il n'avait pas respecté les règles ancestrales vampiriques, à l'occasion elle lui donnerait une leçon pour son acte même si le Sabbat est vraiment trop idiot pour Fiora.

Ainsi ils en vinrent à Sarah Spencer, cette femme qui semblait occuper de nombreuses pensées du Comte devait être maîtrisé sans être blessée.

Les Sept sauf le géant Manouk partirent à son grand regret car la présence de ces vampires n'était pas déplaisante, mais elle remarqua un bref instant que sa tenue avait l'air d'agacer plus d'un membre des Sept, était-ce à cause de son rôle ? Ou peut-être car le Comte n'aimait pas ce genre de tenue . Cela l'embêtait car elle pensée faire plaisir au Comte dans cette tenue. Donc finalement elle portera son grand chapeau haut de forme avec une robe française, une tenue qu'elle aimait beaucoup.

Le Comte lui parla des démons et poupées, il semblait croire à des chimères à ces paroles Fiora ne put s'empêcher de rire, ce qui agacerait sûrement le Comte. Sur un ton à peu près habituel après avoir calmé ses rires elle répondit au Comte
.

-Moi ? Posséder des chimères . Est-une plaisanterie ? Les chimères que je croise elles finissent dans le viseur de mon fusil ou bien coupées en deux avec mon épée. Elle marqua une pause avant de se tourner vers Igort qui d'un simple hochement de tête de la française comprit ce qu'il devait faire. Pendant qu'Igort prenait un bâton cylindrique avec une flèche pointant le haut au milieu de deux formes d'animaux Fiora reprit. Si vous vouliez seulement voir les démons vous serez légèrement déçu car les poupées viendront aussi.

Le tintement métallique du bâton cylindrique retenti dans la pièce et trois coups s'ensuivit en réponse positive. Satisfaite Fiora se leva et partit dans la cuisine quelques instants puis elle revint avec deux seringues pleines d'un liquide blanchâtre. Pendant ce temps Xavier avait remis le fusil de précision à sa place sur le panneau des armes et était venu à côte du Comte qui avait pris la meilleure place d'observation de la salle, même Xavier qui était de taille conséquente bien que plus petit qu'Igort se sentait un peu petit à côte du vampire aux yeux de brumes


Des claquements de gueules résonnèrent dans la salle et provenaient de la salle d'en bas, ces bruits firent soupirer Fiora, il semblerait que trois cadavres n'eurent pas suffi, Xavier lui s'adossa contre le mur et James ayant déjà prévu le coup parti à son tour pour la cuisine. Les claquements se faisaient de plus en plus présents et des phrases qui ne venaient pas de la langue anglaise parvenaient aux oreilles des vampires présents.

-Ils sont fatiguant à réclamer plus de viandes ceux-là murmura Fiora qui était parti ouvrir la porte aux multiples fermetures.

James revint après en poussant une petite chariote emplit de viande animalière, de la viande fraîche en tout cas, le cartilage et certains os sortaient des grands morceaux de nourritures. Une telle quantité de viande devait sûrement rendre perplexe le Comte, qu'est qui pouvait bien manger autant de viande, même une meute de loups n'arriverait pas à manger ce qui était dans la chariote.

À peine la porte ouverte que de grandes et longues gueules remplies de dents carnassières pouvant briser des os se jetèrent sur Fiora mais d'un mouvement de bras elle ferma le gueule qui n'était qu'à une cinquantaine de centimètre de son visage. La Française recula et Rachd sorti de la cage d'escalier avec dans sa main droite un lion en pleine force de l'âge et une lionne en laisse, et dans l'autre deux immenses alligators. Les lions étaient d'une splendeur incroyable on voyait que le propriétaire s'occupait plus que bien de ses félins, quant aux alligators les crocs des plus aiguisés montraient une alimentation saine. Fiora prit les deux lions et s'avança seringue à la ceinture
.

-Voici les poupées Comte, ce sont les deux lions de Rachd. Fit la vampire avec une petite révérence et elle est partie s'asseoir dans le canapé cette fois où les félins vinrent s'allonger aux côtés de Fiora.

Rachd lui prit une des laisses des alligators dans sa main libre et s'avança vers le Comte en restant à une distance de sécurité.


-Voici les démons Compte Keisuke, résonna fortement la voix de Rachd comme un murmure dans la pièce.

Pendant le temps des présentations James avait mis la viande au sol au centre de la pièce, à peine le viande au sol que Rachd lâcha les laisses des démons et ils se jetèrent sur la viande pour manger voracement en complément du piètre repas qui avait eu.


-Je présume que je vous dois quelques explications Comte . Souffla doucement Fiora en caressant le flanc du lion. Les lions de Rachd sont surnommées poupées car avec le temps passé à être dressé par Rachd ils sont devenu doux comme des poupées avec ceux qu'ils connaissent mais agressif parfois avec ceux qu'ils n'ont jamais vus, mais ils sont capables d'être bien pire que les démons. Elle montra la seringue. Cette seringue contient une drogue qui rend les lions très sauvages et sanguinaires, heureusement ils obéissent au doigt et à l’œil à Rachd ainsi que moi-même. Quant-aux démons, cela fait plus d'un an que Rachd les dressent mais leur sauvagerie est encore trop présente, il faudra encore au moins un mois pour que la méthode de Rachd commence à porter ses fruits. Car oui, la méthode de Rachd est un dressage avec des résultats à long terme. Alors vos soupçons sur les chimères sont-ils dissipés où préférez-vous partir vérifier dans la cave Comte ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: La Tour entre en jeu [Fiona, Comte] [12/01/42] Jeu 16 Aoû - 17:51

Dans les sous-sols de Chinatown, Fiora Hagane et Jirômaru Keisuke discutaient maintenant depuis une petite heure.
Ils s'accordaient. C'était une bonne chose. Cette soirée allaient bientôt se clore.
En effet, maintenant que les Sept étaient partis, maintenant que le tireur d'élite était assuré d'avoir son perchoir, que la défense rapprochée de la reine était orchestrée et que toutes les présentations avaient été faites, il ne restait plus qu'à attendre que le jour J n'arrive.

Le Comte ne prévoyait pas de rester plus longtemps chez Fiora. Il ne souhaitait pas engager quelques conversations mondaines ainsi entouré des membres du Protectorat. Cela manquerait de classe. S'ils avaient été seuls, encore, une discussion plus délassée aurait peut-être pu germer entre eux, mais ni le chef du protectorat, ni le lord n'avaient de temps à perdre.
Jirômaru était venu en ces lieux pour définir une ultime fois les modalités de sa pièce et de la défense du théâtre. Les Sept avaient une mission délicate ce soir et il comptait les rejoindre pour les appuyer. Inutile de rester ici pour palabrer. Ils auraient bien l'occasion après la pièce. Beaucoup de choses restaient à faire de son côté pour terminer les détails de cette dernière.

En tous cas, Raphaël était maintenant pris en compte et le Vampire venait d'informer Fiora de la présence d'Angelstone et de Leichenhalle, il n'y avait plus rien à ajouter.


- Voici des billets d'entrée pour le Protectorat. Fit-il en tendant des tickets argentés à Fiora. Vous pourrez vous placer où bon vous semble par rapport à ces emplacements. Le balcon pour votre tireur lui sera facile d'accès et entièrement réservé, il n'a pas besoin de billet. Il y a deux places au premier étage, deux au second et une sur le par-terre, vous pourrez choisir où vous voudrez placer le reste des membres du Protectorat. Vos deux gardiens seront attendus dans la loge officielle, Salluste les y accueillera. Voici leur billets spéciaux.

Le Comte sortit d'une autre poche trois billets dorés. Il en donna deux à Fiora et rangea le troisième qu'il avait extrait par mégarde avec les deux autres.

- Qu'ils ne les perdent pas. Scotland Yard n'est pas près de les laisser passer sinon et même si j'intervenais, les gardes seraient assez mauvais pour nous énerver.

Les plans étaient en place. Tout se ferait de manière instinctive, ce n'était pas la peine de tout régler à la montre à gousset. Trois gardiens d'exception pour la reine, un tireur d'élite sur un balcon, trois Vampires dans le public, quatre avec Angelstone, un assassin chef d'orchestre, six des Sept sur scène, une dizaine de disciples avec eux pour animer la pièce, une dizaine d'autres alentours pour surveiller les entrées et sorties, ainsi que les toits...Que pouvait-il bien arriver ? La garde royale et le Scotland Yard seraient présents, quelques nobles Vampires seraient également dans la foule pour assister à la pièce...C'était un véritable nid. Le Comte ne voyait pas comment Raphaël pourrait le gêner dans sa tâche. Il n'avait aucun soucis à se faire.

Pour l'heure, maintenant que tout était vu, il ne se préoccupait plus que de ces ''poupées' et ''démons'' dont parlaient Firoa et sa bande. Qu'est-ce que le Protectorat pouvait bien cacher dans ses sous-sols ? Le Comte ne sentait pas d'aura, l'hypothèse des disciples dégénérés était donc écartée.

Fiora et ses acolytes riaient de cette interrogation. Cela agaça quelque peu le Comte qui ne prenait pas le sujet à la plaisanterie. Mais bientôt, lorsqu'il fut mit en présence des créatures en question, ce fut à son tour de rire. En effet, loin d'être des chimères ou des fruits d'expériences génétiques véritablement tordues, ce furent deux lions et deux crocodiles qu'on lui présenta.
Les ''poupées'' étaient les fauves tandis que les ''démons'' étaient les sauriens. Le Comte songea en son fort intérieur que Fiora avait décidément un problème avec les bêtes. Pourquoi s'enticher de pareils monstres ? Certes ils pouvaient se révéler extrêmement efficaces pour faire disparaître quelques corps, comme ce soir, mais elle ne pouvait certainement pas se promener avec eux et ils devaient coûter une fortune à entretenir. C'était comme une lubie de luxe, une manie princière empruntée aux Égyptiens et Grecs antiques. D'ailleurs, elle se comporta avec les fauves comme la divine Cléopâtre l'aurait fait.

Souriant d'un air amusé, le Comte s'approcha de Rachd qui lui présentait un crocodile. Il resta à distance respectable et s'accroupit pour observer l'animal humide.


- Bonjour toi...fit-il à la bête dont la gueule claquait de toutes ses dents. Vous avez d'étranges méthodes, Miss Hagane...Vous me surprenez...

Il se releva et se dirigea vers la jeune femme qui se délassait avec ses fauves.

- Mais cela ne me dérange pas à partir du moment où vous ne les laissez pas traîner dans ma ville ou mes égouts...

Le Comte écouta les explications de la Japonaise. Finalement, le Protectorat menait tout de même quelques expériences sur ces animaux. Il testait sur eux de la drogue qui les rendait furieux. Quelle débordement de bestialité ! Élever ce genre d'animaux n'intéressait absolument pas le Comte. Pourquoi s'encombrer ainsi de brutalité vive alors qu'il avait sous la mains une centaine de disciples intelligents ? Il était bien plus aisé de travailler avec des Vampires et des Humains qu'avec des bêtes. A chacun ses méthodes et ses goûts. Fiora aimait régner sur une animalerie...

Le lord s'approcha un peu de la jeune femme et de ses lions. Il coupa net son aura pour éviter d'exciter les fauves. Il les aurait effrayé et tout le monde sait qu'une bête apeurée devient vite dangereuse. Le Comte se laissa aller à caresser la crinière d'un des fauves. L'idée de lui tordre le cou et de goûter à son sang lui traversa l'esprit. Lors de ses voyages en Afrique, il avait vu beaucoup de ces animaux. Il les appréciait pour leur majesté et leur force, mais en adopter un ne l'avait jamais tenté. Par contre, il avait déjà bu à leur échine...


- Ce sont de belles bêtes que vous avez-là...Cette histoire de drogue ne me plait guère mais j'avoue que je suis intrigué par ce produit. Me ferez-vous une démonstration après le théâtre?

Manouk n'avait pas bougé de sa chaise. Il observait les animaux sans rien dire. Lui aussi il avait l'habitude de voir ce genre de créature. Une pointe de nostalgie l'envahi cependant. L'Afrique lui manquait un peu.

Le Comte ne resta pas plus d'une minute en présence des fauves. Les caresser et les observer ne l'intéressait pas, d'autant que cela le rapprochait un peu trop de Fiora elle-même, ce qui donnait à la scène une touche de sensualité qu'il fallait éviter pour l'instant. Bien vite il s'en éloigna pour revenir vers son disciple.


- Un crocodile te plairait Manouk ? Demanda-t-il à l'Africain avec une pointe d'ironie tout en faisant un signe de tête vers les monstres que tenait Rachd.

- Non mon maître...répondit tranquillement le Vampire en souriant les bras croisés. Je préfère les serpents...

Le Comte lui sourit à son tour. Ho oui Manouk préférait les serpents, c'était un expert en la matière! Le Comte s'appuya sur la table pour se retourner vers Fiora. Son aura était un peu revenue.

- Il est déjà temps de nous quitter, Miss Hagane. Malheureusement, le temps me manque. Je compte sur vous pour le théâtre. N'oubliez pas vos places, n'oubliez pas mes recommandations et tout ira bien. Chacun a son rôle à tenir. Notre priorité reste la reine et Sarah Spencer. La pièce doit se dérouler sans accroc. Si Raphaël a le malheur de se pointer, vous avez le droit d'en faire ce que vous voulez. Ce n'est qu'un jeune imbécile qui transgresse les lois ancestrales. Le punir une bonne fois pour toute débarrasserait notre race d'un idiot.

Le Vampire revint vers Fiora pour lui faire un baise-main pendant que Manouk se levait. Ses yeux de brumes plongèrent une ultime fois dans les siens.

- Ne soyez pas en retard cette fois...

Sur ces mots murmurés de sa voix grave et douce, le Comte jeta un dernier regard aux lions qui étaient tout près d'eux puis il tourna les talons. Il récupéra sa cape rouge sang sur son siège et la remit sur ses larges épaules avant de saisir son haut de forme.

- Si tout se passe bien, faites-moi songer à vous inviter en tête à tête au restaurant japonais après le théâtre. Fit-il en souriant tout en remettant à sa ceinture son katana. Nous parlerons un peu plus tranquillement...

Manouk cru qu'il allait s'étouffer dans sa propre salive. C'était bien la première fois que le Comte se faisait si avenant avec une inconnue. Était-ce donc l'âge de la Vampire qui le poussait à agir ainsi ? Le kimono de la jeune femme ? L'envie de revenir sur ses origines semblait presque évident avec cette réplique. Ce n'était pas habituel.

Sans un mot, Manouk fit une courbette et sortit le premier. Le Comte le suivit après avoir salué de la tête les membres du Protectorat.

Enfin dehors, le Comte tira un peu sur son col pour le remettre en place.


- Manouk, fit-il d'une voix ferme, je n'ai pas besoin de te dire de garder pour toi cette histoire d'invitation n'est-ce pas ?

- Évidemment...répondit le géant Africain en faisant une moue. Je te connais.

- Ne sois pas si familier avec moi ici.

Le Comte et son fidèle élève quittèrent la devanture de l'armurie de James et s'éloignèrent dans la nuit. Manouk gardait son regard braqué en face de lui, comme une statue d'ébène. Le Comte avançait d'un pas tranquille, tâtant d'une main la poignée de son katana.

- Mon maître... ?

- Oui Manouk ? Qu'y a-t-il ? Tu ne me fais pas confiance ?

- Si, bien sûr. Mais je me demandais...Que ferons-nous ensuite ?

- Je l'inviterai au restaurant.

Le sourire du Comte laissa apparaître une de ses longues canines d'ivoire. Manouk sourit d'un air satisfait.

- Oui...au japonais...

Le Comte baissa son haut de forme sur son front et sourit de plus belle.
Oui...malgré ses fissures apparentes, la tour était entrée en jeu.


[HRP/ Fin du RP avec le Comte. Suite du Comte dans le post "Attentat aux moeurs"/HRP]


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Fiora Hagane
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 23/05/2012
Nombre de messages : 35
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Chef du Portectoras / Combattre.
Age : 430 ans
Age (apparence) : 20 ans
Secte : Indépendant
Clan : Temeres
Lignée : Kyasid (les Ombres)
Rang Pyramidal : Premier
MessageSujet: Re: La Tour entre en jeu [Fiona, Comte] [12/01/42] Ven 31 Aoû - 20:44

Le temps passé inévitablement et Fiora se demandait combien de temps cette rencontre, elle désirée partir voir ou Sakura en était vis-à-vis de ce petit assassina imprévu, après le départ du Comte elle partirait la rejoindre. Pendant un petit moment de silence durant l'entretien la Française entama un bref discutait mental avec la Japonaise, elle se trouvait non loin de l'armurerie et guettait ce qui semblait être la demeure de ce vampire, Fiora lui demanda de l'attendre et de le prendre en filature si jamais elle voyait l'individu partir de chez lui.

Durant son moment de réflexion avec Sakura elle mit un peu de temps à réaliser que le Comte face à elle lui avait donné des billets pour le théâtre, il ne fallait surtout pas les perdre, ainsi elle les prit avec un sourire aimable et tendit à Xavier qui les réceptionna pour les mettre dans sa poche dont deux pour Sakura et Igort afin qu'ils entrent dans les loges et s'occupent de la reine et son évacuation si besoin est.

Tout semblez donc au point, les loges pour le protectorat, une juste pour Gérome, tout était parfait, à présent la seule chose qui occupait l'esprit de la française était l'entraînement à faire subir au protectorat, il ne serait pas des plus reposant et l'arrêterait deux jours avant le théâtre pour permettre aux membres du groupe de pleinement se reposer.

Le Comte après présentation des bêtes se laissa à observer un alligator, et comme on pouvait s'y attendre, l'animal fit preuve d'une grande agressivité, mais l'aura de Racht sur l'alligator le calma, l'écrasa même puis il se dirigea vers Fiora qui esquissa un sourire en écoutant la remarque du Comte disant que ses méthodes étaient étranges
.

-Je suis loin de posséder des méthodes étranges, c'est simplement que je ne suis pas dans la norme, et les gens me regardant souvent avec des yeux apeurés, chaque ville ou j'ai résidé avec le Protectorat, j'étais l'un des vampires les plus puissants, bien que je sache à présent que j'ai trouvé plus fort que moi. Elle marqua une pause. Mais ces lions et alligators ne sont pas des jouets, ce sont des partenaires de combat rarement utilisés, principalement pour les chasses en lande car l'odorat des lions de Racht est plus développé que celui de Gérôme qui est plus utile en ville. Nos méthodes sont très divergentes mais son faite pour deux objectifs fort différents : le vôtre pour défendre Londres et la diriger en tant que Prince, ma mienne de protéger un très petit groupe de personnes, donc souvent l'exotisme fait office de bluff. Voici le but de ces bêtes. Écoutant encore le Comte elle reprit la parole ensuite pour répondre. Je vous assure que les bêtes ne traîneront pas dans votre ville, de toute manière, ils sont utilisés rarement mais très appréciés.

Fiora sait pertinemment que le Comte trouvait ses méthodes totalement stupides, mais il fera avec pensa-t-elle, elle ne changerait en aucun cas ses méthodes pour lui, surtout qu'elle avait l’impression qu'il pouvait être un très bon allié comme un très mauvais ennemi, et la perspective d'être sous menace avec le Prince de la ville ne lui plaisait guère.

Le Comte se retira de la présence des bêtes, ou peut-être bien de la sienne, Fiora n'en savait rien mais elle faisait semblant de penser qu'il s'éloignait des fauves pour éviter de mauvaises surprises de la part des bêtes. Il lui demanda une démonstration de cette drogue sur les fauves après le théâtre, Fiora acquiesça la proposition avec un sourire, à son tour elle quitta les fauves et d'un sifflement les deux bêtes partirent en direction du sous-sol mais se stoppèrent près de leur maître, ils avaient beau être beau, ils n'en restaient pas moins des boules de poils chalissantes, avec le carnage d'Igort le ménage serait de mise dès demain.

Le Comte échangea quelques mots avec Manouk, Fiora laissa parler et écouta, à en croire les propos de Manouk, ce dernier aimait beaucoup les serpents, était-il un dresseur de serpent ? Si c'était le cas des Sept possédaient des ressources très dangereuses, il faudra s'en méfier à présent, un serpent se faufile en silence et quand il mord il est trop tard. Étrangement Fiora pensa au Comte en même temps que le serpent : ils frappent tous deux en silence, se faufilent sans bruits et quand on comprend, c'est trop tard, chacun d'entre eux déverse un poison dont il est impossible de s’échapper sans de lourds dégâts.


-James, Rachd, allez rentrer les animaux dans leurs cages, leur sortie n'est pas pour ce soir, mais pour bientôt. Fit-elle en regardant James et Rachd d'une voix douce et calme.

Sans bruit, juste un hochement de la tête, les deux vampires s’exécutèrent, l'un les mains vides partie devant pour éviter que les crocodiles de Rachd ne soient tenté de le mordre. Après le passage de son ami l’Égyptien s'avança avec les démons, il fallut un peu de force pour que les animaux veuillent bien descendre dans leurs cages. Après le claquement métallique de la porte le Comte déclara qu'il était malheureusement temps pour eux de se quitter, Fiora cacha sa satisfaction, enfin elle allait pouvoir rejoindre Sakura. Écoutant à moitié les dernières paroles du comte que Xavier buvait pour elle, le Français savait que Fiora ne l'écoutait que d'une oreille, aussi il imprégna les paroles du grand vampire de Londres en lui pour ensuite les redonner à sa supérieure. Cependant Fiora retint surtout le passage sur ce Raphaël, il semblerait qu'elle pourrait le tuer si jamais elle le croisé, c'était une bonne occasion, très bonne même, il y avait longtemps qu'elle n'avait pas libéré toute son aura, et se sentir supérieure était délectable, vraiment
.

-Ce n'est qu'un au revoir Comte, dans à peine une semaine nous nous reverrons, mais je vous demande de ne faire comme si nous ne nous étions jamais vu, je pense que si jamais nos ennemis apprennent que le Prince de la ville s'est allié avec une nouvelle personne ils seront trop sur la défensive. Elle se stoppa pour reprendre après un court suspense. Et moi, j'aime la surprise... sa voix à peine audible, un sourire sadique en coin et un regard dévoreur, rien à dire, le simple fait de pouvoir montrer sa puissance, la vraie à d'autres vampires l’excitée comme il n'était pas permis. Son orgueil la quittera un jour, elle le sait. Raphaël serra le premier à passer sous ma lame si je le trouve, avoir l'audace de combattre en ignorant nos règles est indigne.

Le Prince de Londres revint vers elle pour un baisemain des plus délicats, sentant les yeux du vampire se plonger dans les siens elle le regarda aussi, un regard profond mais léger en même temps, traduisant une sorte d’innocence disparue depuis tant de siècles.

Le Comte lui demanda d'être à l'heure, elle sourit, le retard de Fiora était une sorte de signature pour être reconnue de ses alliés, mais pour cette fois-ci elle serait à l'heure. De plus il l'inviterait au restaurant japonais si jamais tout ce passé bien, elle accepta la proposition avec un grand sourire bien que Xavier vînt l’avertir de rester très prudente à cette proposition, mais elle ne fit mine de rien, habitude de Fiora qui était trop fière, surtout en présence de personnes importantes.

Ainsi Manouk parti après un salut suivit du Comte. Après le départ de leurs invités le silence arriva rapidement dans la vaste salle où étaient Fiora et le protectorat
.

-Bon, il n'est nullement le temps de paresser ! Commença la française en partant vers les escaliers. Xavier, programme l'entraînement habituel jusqu'à l'aube et maintient le si je ne suis pas revenu avec Sakura, compris .

Sans attendre la réponse de son ami de toujours elle grimpa les escaliers pour partir vers chambre, pendant ce temps, Xavier rassembla tous les membres présents, Igort, James, Rachd et Gérome pour leur entraînement. Chacun se battant de manière différente, les entraînements sont très différents, ainsi Igort parti avec son couteau ses poings américains en ville pour tuer quelques nuisibles, brigand et autres malfrats, Gérome parti dans les landes avec son Bloody rose et le fusil de précision de Fiora pour s'exercer, Rachd, peu puissant au combat parti en ville avec une bourse d'or, personne ne savait ce qu'il allait faire avec, quant-à James, avec son épée il s'entraîna avec Xavier au combat rapproché, le Français étant plus faible que Fiora avec une lame à la main, il n'en restait pas moins plutôt doué, avec le même âge que Fiora. Ainsi la séance d'entraînement intensive de préparation au Théâtre débuta, pour le plus grand plaisir de tous, car chaque entraînement durant plus de trois jours annonçait un grand événement.

De son coté, Fiora avait revêtu son armure de chasse. Une belle et moulante cuirasse noire pour mieux se fondre dans la nuit cachant un plastron souple et résistant qu'elle affectionne, des épaulières en métal, recouverte d'une épaisse couche de peinture noire pour éviter que le reflet de la lune ou que la lumière des lampes ne trahissent sa position. Elle passa son katana à la ceinture, qui restait dans sa chambre et fila par la fenêtre, parlant avec Sakura via la pensée elle la rejoignit rapidement et après un peu d'attente elle bondit vers la résidence de vampire qui était resté chez lui en compagnie de Fiora.

Après son passage par la fenêtre, il n'y a plus de trace de du vampire avant le lendemain matin où elle fut aperçue à l'armurerie de James. À son retour avec Sakura, les instructions furent changées, les entraînements modifiés, et aucune pause sauf le soir pour vider un humain de son sang. Le visage de Fiora était sérieux dans ses ordres, ce qui était rare, la semaine promettait d'être plus épuisante que d'habitude.


[HRP:Fin du rp avec Fiora, suite à définir/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

La Tour entre en jeu [Fiona, Comte] [12/01/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» HAITI DEBAT DU SECOND TOUR ENTRE PREVAL & MANIGAT !» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale» Le verdict. Le deuxième tour à quand?» [Cours Été 2015 Histoire] La Tour Dragospire [Terminé]» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Soho et Trafalgar Square :: Chinatown-