L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Affaire classée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Joël Harman
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 24/02/2008
Race : Humain
Classe sociale : Classe moyenne
Emploi/loisirs : Détective privé/ chercher des informations
Age : 43
Age (apparence) : 38
MessageSujet: Affaire classée. Mer 12 Mar - 20:27

Il faisait nuit noire quand le détective arriva enfin à Covent garden. Depuis qu'il avait découvert la pauvre femme dans cette cave humaide, Joël n'avait pas lambiné. Il était allé prévenir l'un de ses confrère de la police Londonnienne, qui s'interessait essentiellemnt aux meurtres qui se produisaient dans la ville ou aux allentours. Le policier irait surement inspecter le vieux magasin cette nuit même et ouvrirait sans aucun doute une enquête. Maintenant, le détective était débarassé de cette tâche, non pas que cela l'aurait gêné de prendre l'affaire en main, mais il n'était pas spécialement interessé. En effet, Joël ne prenait que les enquêtes qu'il lui plaisaient et celle-ci ne l'interressait pas encore, cela viendrait plus tard, pour le moment il devait boucler toutes celle qu'il avaient en route. Et classer dans les archives cette étrange disparition de femme bourgeoise qui stagnait depuis quatre mois maintenant.

Arrivé au marché, le détective se fraya un chemin jusqu'à son bureau, passant entre une foule de gens, d'échopes et de petits trafiquants. Enfin arrivé à sa porte, il chercha ses clefs et ouvrit, puis se dirigea vers son fauteuil où il s'assit lourdement. Joël soupira et déposant ses lunettes sur le bureau, il se prit ensuite la tête entre ses mains, les coudes posées sur les genoux et se frotta les yeux. L'homme se sentait vieux.

Il regarda sa montre. 21h11. La nuit ne faisait que commencer. Le détective ouvrit un tiroir de son bureau et en sortit le dossier de la bourgeoise disparue. Sur la chemise, on pouvait y lire
Sonia Des Marches en encre noire ainsi que la date d'ouverture du dossier, Joël y ajouta la date de mise en archives. Il attendit que l'encre sèche, puis il partit dans son arrière bureau, là où était entassé toutes sortes d'affaires closes ou non. Même s'il régnait un énorme bazard dans la petite pièce, l'homme savait où se trouvait précisément chaque dossier. Il déposa la chemise et retourna derrière son bureau, sur lequel il posa ses fesses.

Joël passa une main dans ses cheveux. Son regard se posa alors sur la porte d'entrée. Il était tenté de sortir dans un café, au mois il penserait à autre chose et en même temps il irait manger un bout. Avec de la chance, il rencontrerait le vieux Tom, avec qui il avait tissé quelques liens. Même si cet homme était étrange, pour ne pas dire un peu fou, Joël savait qu'il pouvait le mettre au courant de beaucoup de rumeurs, que lui n'avaient pas encore entendues. Enfin, ce n'était pas dit qu'ils se voient. Au pire, le détective prendrait un peu de bon temps.

Même s'il comptait sortir, l'homme n'avait toujours pas bougé tellement il était perdu dans ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Affaire classée. Ven 28 Mar - 21:58

Voila déjà une bonne semaine que Dorian était arrivé à Londres et, son sac sur l'épaules et son violon à la main, il avait trouvé un grenier à louer chez une vieille bourgeoise. Il avait prêvenu qu'il n'avait aucun sous en poche mais ce détail n'avait pas gêné son hotesse qui lui avait permi de payer plus tard, la semaine suivante.
C'est ainsi que le roux avait trouvé une charpante où loger et un petit boulot de serveur pour payer les soins de la vieille femme. Il avait travailé toutes les nuits comme barman, profitant de ses journées pour flaner et son contrat arrivé à terme au bout de 7 jours, il n'avait pas été payé. Connaissant le marché douteux de son employeur, il avait préféré déposer une plainte au comissarait pour escroquerie et voila qu'il marchait vers une rue sombre, il était 21h09.
Sa pipe entre les dents, il s'arrêta à la hauteur d'un couple et demanda alors:


- Excusez moi, auriez vous du feu?

S'étant approché un peu plus près, il s'était rendu compte que le beau petit couple n'était autre qu'une prostituée à l'hygienne douteuse et un ivrogne dégarni. Ce dernier, coupé dans son élan retira sa main des jupons de sa princesse et attrapa Dorian par le col, lui hurlant:

-J't'en foutrais du feu moi!

Baissant la tête par reflexe, le roux évita un crochet du droit, mais il se prit le deuxième, cassant sa pipe et lui faisant perdre l'équilibre contre une porte qui semblait mal fermée. Ils se retrouvèrent dans un couloir et se débatant comme un bébé tigre dans sa cage, Dorian donna un coup de pied dans ses tibias alors qu'il étouffait entre les poings serrés de son agresseur. Celui_ci l'attrapa par les cheveux en criant qu'il aimait pas les tapettes et lui cogna la tête contre la porte 2 fois avant que celle-ci ne s'ouvre sur un bureau contre lequel Dorian s'écrasa, attrapant un morceau de tissu devant lui pour tirer dessus. Il n'avait pas remarqué qu'ils n'étaient pas seuls dans cette pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Joël Harman
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 24/02/2008
Race : Humain
Classe sociale : Classe moyenne
Emploi/loisirs : Détective privé/ chercher des informations
Age : 43
Age (apparence) : 38
MessageSujet: Re: Affaire classée. Mar 8 Avr - 10:39

Soudainement, des voix sortirent Joël de ses rêveries, il tourna la tête vers la porte d’entrée et la fixa, interloqué. Il entendit la porte d’entrée s’ouvrir, et des bruits de pas, sans parler des coups portés sur les murs. L’homme gratta sa barbe en baillant, se demandant qui pouvait bien entrer ici en faisant un vacarme pareil. Curieux de voir ce qu’il se passait, il s’avança vers sa porte. Boum, boum. Elle s’ouvrit et une femme, non un homme à la chevelure rousse s’écrasa sur le sol en attrapent la chemise de Joël. Surprit, il se recula d’un petit bond en arrière. Il cligna des yeux, la bouche à moitié ouverte.

- Je peux savoir ce qu’il se passe ? Demanda t il autant au cadavre sur le sol, qu’à l’alcoolique dans l’encadrement de la porte.

Joël tendit une main pour soulever l’homme qui était sur le sol. Il s’aperçut alors qu’il avait un début de bosse sur le front. *On enfonce les portes avec la tête maintenant*. Une fois la loque remise debout, le détective posa son royal fessier sur le bureau et attendit des explications.
Et dire qu’il y a quelques minutes, il songeait à aller manger un bout. Et que maintenant, il était coincé avec deux idiots dans son bureau. Enfin idiots,… Un alcoolique et un jeune homme plutôt frêle. Joël soupira. Adieu dîné, bonjour les papiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le vieux Tom
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 20/11/2007
Race : Humain
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Marin pêcheur
Age : 56
MessageSujet: Re: Affaire classée. Mar 8 Avr - 15:30

Tom avait enfin réussi à semer les deux scientifiques fous. Tandis qu'ils se dirigeaient tous les trois vers le Spirit pour aller boire un coup à leur "découverte", le vieux Tom profita qu'ils étaient partit dans une discussion incompréhensible pour s'échapper dans une ruelle et s'enfuir loin d'eux. Finalement il avait renoncé à les suivre dans leur délire: c'était bien trop dangereux et loin d'être légal à son avis que de faire sauter des locomotives en construction pour essayer leur poudre explosive...Dieu seul savait ce qu'ils avaient prévu de faire sauter après ça ! Non, il ne voulait pas se retrouver dans la Tour de Londres...

Errant un moment dans les rues, il s'abrita sous une entrée lorsqu'une fine pluie se mit à tomber. Heureusement, elle ne dura pas mais aux gros nuages qui s'accumulaient, un orage grondait et allait frapper au milieu de la nuit. Il fallait qu'il se grouille de rentrée au port dans sa bicoque branlante ! Il avait des trous à boucher pour éviter à son pieux d'être complètement inondé !
Accélérant le pas, il s'arrêta soudainement lorsqu'il entendit des éclats de voix dans la ruelle voisine. Curieux, il ne pu s'empêcher d'aller voir ce qu'il se passait.

Il vit un jeune homme se faire attraper par le col par un homme bourré et tous deux rentrèrent avec fracas dans une baraque. Le vieux Tom accouru pour vérifié la casse: le jeune homme s'était assommé et l'alcoolique se tenait à l'entrée.


- Hola les gaillards sont bien énervés ce soir à Londres !

L'alcoolique qui allait répondre méchamment à l'habitant de la maison dans laquelle il n'avait absolument rien à faire, se retourna vers Tom en titubant et beugla:

- Ouaa dégage vieux chnoc ! ça te r'gard pas s'qui s'passe là !

Tom chopa le type par le col et l'envoya valdinguer dans la rue avec force. Mine de rien, c'était un marin, il avait beau avoir voyagé, être un peu fou sur les bords et avoir un âge très avancé, il gardait quelques forces bien utiles dans ce genre de situations. Même si souvent il était ivre, lorsqu'il était sobre il était terrible hors là, son excursion avec les deux scientifique l'avait désaoulé depuis un moment.

- Nan mais Ho ! Comment il me parle le jeunot ! Sale gosse tu vas voir ta gueule...

Il remonta ses manches et s'apprêta à aller rosser le violent qui se faisait relever par la jeune femme avec qui il était au départ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Affaire classée. Mar 15 Avr - 15:53

Sa main seule n’avait pas suffit à le garder d’aplomb sur le bureau étant donné que l’homme devant lui s’était écarté. Ainsi, il avait lentement glissé vers le sol pour s’effondrer dans un bruit sourd. Pendant quelques secondes il n’entendit que des voix autour de lui, la douleur à sa tête le lançait et la perspective de se relever ou même de bouger simplement lui était impensable. Lorsqu’il sentit autour de son coude une poignée ferme se refermer, il songea à ouvrir les yeux. Il était bien au sol… et le changement de position de couché à debout lui fit voir mille chandelles. Dorian, dont tout les efforts résidaient à présent dans ses jambes pour les aider à le soutenir, appuya son poing sur la surface d’une table qui lui semblait être un bureau.

« Ma pipe… »

Sa voix plaintive semblait inaudible, et son murmure douloureux. Il leva sa seconde main à sa tête pour faire l’état des dégâts et dans un souffle de stupeur, mesura la bosse sur son front à droite qu’il n’avait jamais vu si grosse. Elle devait être rouge écarlate et sa peau prête à craquer… il aurait mal pendant longtemps… il ne pourrait plus dormir sur le ventre non plus… quel drame. Il détestait dormir sur le dos.

Appuyant sa hanche sur le bureau pour ne pas retomber, sentant ses jambes trembler, il regarda à travers ses longs cheveux qui retombaient devant son visage, un vieil homme qui venait d’entrer. A peine eut il le temps de faire circuler l’information jusqu’à son cerveau que l’ivrogne se retrouva à son point de départ avec sa « compagne ».
Prenant ses forces à deux mains, ou deux jambes, Dorian marcha jusqu’à la fenêtre qui donnait sur la rue pour regarder ce qu’il s’y passait… bien à l’abris dans une bureau qu’il ne connaissait pas et un mec qu’il ne connaissait pas plus.
Revenir en haut Aller en bas
Joël Harman
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 24/02/2008
Race : Humain
Classe sociale : Classe moyenne
Emploi/loisirs : Détective privé/ chercher des informations
Age : 43
Age (apparence) : 38
MessageSujet: Re: Affaire classée. Ven 18 Avr - 10:13

Joël regarda le jeune homme reprendre un peu ses esprits, il se demandait comment cette bagarre avait été déclarée. Certainement à cause de l'ivrogne, ce n'était pas la première fois qu'il fasait des siennes, il avait déjà un casier judiciaire, par contre il ne se rappellait que de son prénom : Henry. Quel nom horrible pour un vieux bougre comme lui. Mais surement que sa mère ne savait pas quel genre d'homme sa pauvre engeance allait devenir.
Le détective entendit soudain la voix du vieux Tom. Il eût un petit sourire, ils se verraient quand même se soir. C'était parfait. Le jeune homme roux s'approcha de la fenêtre et Joël en fit autant.


- C'est qu'il a pas encore perdu la main le vieux, dit-il en haussant un sourcil.

Puis il se dirigea vers la porte de son bureau, d'un pas lent il sortit dans la rue. Une fois dehors, il laissa Tom faire un peu joujou avec l'alcoolique, puis lui dit:


- J'crois qu'il en a eût assez pour ce soir, tu voudrais pas plutôt venir boire un verre dans le bureau?

S'il acceptait, le détective pourrait avoir deux versions des faits, ou une seule si personne ne mentait. Et il ferait d'une pierre deux coups, car le vieux matelot serait chez lui. Il se fichait bien de l'avis d'Henry, si on devait le verbaliser à chaque fois qu'il commentait une faute, on en aurait pas finit. Non, ce qui important, pour le moment, c'était... Mais non il n'y avait rien d'important en fait. Même le petit gars près de la fenêtre, c'était qu'un blessé de plus. Bien qu'un blessé qui attirait son attention, car il avait l'impression d'avoir déjà vu cette tignasse quelque part. C'était peut-être possible. Pourquoi pas après tout, Londres était pas si grande que ça. Tout dépendait des points de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le vieux Tom
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 20/11/2007
Race : Humain
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Marin pêcheur
Age : 56
MessageSujet: Re: Affaire classée. Ven 18 Avr - 15:03

Après un joli coup de poing dans les dents de l’alcoolique, Tom s’apprêtait à le relever pour mieux lui faire remanger le sol mais une voix familière l’arrêta dans ses idées belliqueuses…
Le vieux marin se retourna et laissa l’autre se redresser péniblement et s’éloigner en rampant en arrière. Sans se préoccuper d’avantage de l’homme étourdi, Tom se dirigea vers celui qui était sortit de la maison.


- Ha c’est toi Joël ?! Hé ben qu’est-ce que fait un tel plouc dans ta baraque mon gars ? T’es pas occupé à classer tes papiers ou je ne sais quoi de plus important qu’un imbécile dans son genre ?

L’imbécile en question s’éloignait en trébuchant dans la rue sombre au bras de sa « demoiselle de cour » comme appelait Tom avec ironie les prostituées de Londres.
La proposition du détective fit sourire le marin qui lui accordait maintenant toute son attention.


- Tu sais comment me faire rester toi ! Fit-il avec un sourire en découvrant ses nombreuses dents cariées. Allons ! Fais-moi goûter à ton meilleurs vin l'ami !

Avec une tape sur l’épaule de Joël, Tom entra avant lui et leva un sourcil devant le jeunot qui reprenait conscience. Le jeune assommé lui paraissait bien frêle et ses cheveux en vrac ne lui inspiraient pas confiance du tout. C’était sans compter que Tom était paranoïaque sur les bords…

- Alors mon gars, fit-il à l’adresse de la victime d’Henri, on se fait attaquer par les gens dans la rue ? Faut pas traîner le soir dans les parages tu sais…Y a des drôles de trucs qui y courent de nos jours…Tiens d’ailleurs, fit-il en se tournant vers le détective, je reviens d’une sacrée aventure encore!

Tom s’assit sur le siège de Joël derrière son bureau, jeta un œil désinvolte sur ses papier et journaux, et leva la main en signe de bien aisance.

- Sers-moi un bon verre et j’te raconte ça ! Y a des drôles de zigotos de notre temps ! Figures-toi que des scientifiques trafiquent de la poudre dans les gares maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Affaire classée. Sam 26 Avr - 16:03

Quelle force ! Ce vieil homme avait mis l’ivrogne sur le carreau en moins de deux minutes et ne semblait même pas essoufflé. Dorian était resté campé derrière la fenêtre du bureau où il était désormais seul. Alors qu’il entendait les deux hommes échanger derrière la vitre, le roux avait ramassé son ruban et noué sa tignasse en un long catogan serré entre ses omoplates, oubliant quelques boucles encadrant son visage et sa nuque. Son visage… oui là c’était foutu. Il ne s’était pas encore vu dans un quelconque miroir, mais d’après la bosse qu’il sentait sous ses doigts, il ne fallait pas être devin pour savoir qu’il ne pourrait pas travailler pendant la durée de sa guérison, même avec une bonne couche de poudre.
Maudissant le vieil imbibé qui avait fuit sans ramasser sa pipe et sans même s’excuser, il attendait les deux hommes qui semblaient être familiers, un poing sur la hanche et prêt à s’incliner. C’est ce qu’il commença, yeux sue le parquet avant d’être coupé dans son élan par le vieux pas si sénile que ça qui semblait voir été invité à boire un verre.
Relevant la tête alors qu’il sentait comme une poche de matière grise prête à se fendre sous le poids de sa douloureuse contenance, il répondit un désolé.


« Je ne suis pas dans ce quartier habituellement, mais j’ai voulu visiter. »

Rester discret était peut-être la meilleure alternative… puisqu’il trouvait ce bureau bien austère pour un bon père de famille et qu’il savait que la sodomie était punie par la loi… il aurait été malvenu de tout déballer comme ça. Toujours est-il que son accent irlandais pointait sur sa langue et les bonnes manières que sa mère lui avait enseigné lui empêchait tout autre profit. S’inclinant de nouveau, malgré la douleur à sa tête le faisant se tenir sur le rebord de la fenêtre, il ajouta poliment :

« Pardonnez-moi pour le dérangement, si quelque chose a été cassé je m’engage à tout rembourser, excusez moi, et merci pour votre aide, je vous suit redevable.
Revenir en haut Aller en bas
Joël Harman
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 24/02/2008
Race : Humain
Classe sociale : Classe moyenne
Emploi/loisirs : Détective privé/ chercher des informations
Age : 43
Age (apparence) : 38
MessageSujet: Re: Affaire classée. Sam 26 Avr - 22:32

- Bah t’sais Tom, la rue appartient à tout le monde, même aux ivrognes comme lui… Pis j’ai rien à voir avec cette histoire, c’est le jeunot derrière la fenêtre qui c’est fait fracasser et envoyer dans mon bureau. Fin’ après je ne sais pas tout l’histoire.

Le détective regarda Henry s’éloigner en titubant, puis il rentra à la suite du marin. Ils passèrent la porte du bureau, le rouquin était à la fenêtre, les cheveux de nouveau attaché. Il semblait entamer un début de courbette, mais Tom lui parla et le coupa dans son élan. D’ailleurs, il avait apparemment encore une de ses histoires étrange à lui raconter. En effet, contre toute attente, Joël croyait à ses dires, bien qu’il faille souvent faire le tri et dépoussiérer le vrai du l’hyperbole.
Pendant que le détective sortait une bouteille de rhum d’une armoire, le jeune homme s’excusa de ce qu’il s’était passé, il semblait même prêt à rembourser quoi que se soit. Joël se tourna vers lui, la bouteille débouchée à la main et examina le jeune homme. Il devrait avoir la vingtaine, pas bien plus et il ne s’emblait pas costaud. Pas étonnant qu’il se soit fait amocher de pareille manière. D’une main distraite, Joël fit signe que se n’était pas grave.


- T’en fais pas, y a rien de cassé, sauf ta tête peut-être ? Vien t’asseoir avec nous, un p’tit verre ça te remonteras un peu.

En fait il n’y avait qu’un siège dans cette pièce, le détective posa son rhum sur le bureau, en face de Tom, puis passa la porte qui menait à ses petites archives, il en ressortit peu de temps après avec un tabouret et trois verres. Il fit signe au rouquin de prendre place et servit les hommes, leur tendant ensuite leur verre. Le détective s’adossa à la bibliothèque.

- Bon c’est quoi cette histoire de scientifiques qui s’amusent avec de la poudre ? Demanda-il, vaguement intrigué. J’espère qu’il n’y a pas de blessés ?

Il porta son verre à ses lèvres et en but une gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le vieux Tom
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 20/11/2007
Race : Humain
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Marin pêcheur
Age : 56
MessageSujet: Re: Affaire classée. Sam 3 Mai - 15:31

Pendant que Joël était partit chercher des chaises, le vieux Tom garda les yeux fixés sur la bouteille devant lui. Il lu l'étiquette: ha oui c'était du bon, il avait déjà sifflé une bouteille semblable la semaine dernière, à moins que ce ne soit avant-hier...voire peut-être hier...Enfin il ne s'en souvenait plus et n'en avait absolument rien à faire!
Heureusement Joël revint vite sans laisser le temps au vieux Tom d'entamer la bouteille toute seul à l'avance. Dès qu'il eut son verre en mains, le marin jeta un coup d'œil amusé au jeunot: tiendrait-il à l'alcool celui-là ? La bonne rigolade s'il s'avérait que le contraire était vrai...


- Ha s'il y a bien quelque chose de blessé c'est bien les trains! Tu sais qu'ils étaient en bonne voie? Eh ben il ne va pas être content le directeur de la gare...Hahaha! T'aurais vu l'explosion! Brrr j'en frissonne encore tiens!

Le vieux Tom vida son verre d'une traite et, sans demander la permission, s'en servit un second. Il lança un clin d'oeil à Joël et se pencha vers le jeune homme certainement encore secoué par sa rencontre avec l'alcoolique de service.

- Aller bois: c'est pas d'la pisse d'âne ça c'est du bon, fais confiance à Joël!

Tom n'avait rien dit des manières du jeune homme mais il n'en pensait pas moins: certainement un des ces petits bourgeois qui mouillent leurs bas pour un rien et qui se cachent derrière une belle fortune en faisant un pied de nez aux aristocrates en déclin. D'ailleurs en parlant d'aristocrates, Tom remarqua que le jeunot était plutôt bien sapé...

- Aller dis-moi, d'où tu viens toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Affaire classée. Sam 10 Mai - 20:30

Dorian savait bien qu’il n’avait pas de quoi payer quand il avait proposé de tout rembourser, en outre la serrure de la porte et peut-être quelque chose de tombé sur le bureau, à vrai dire ses cheveux lui avaient empêchés de voir sur quoi il avait atterrit. Cependant de l’argent il savait pu en trouver… et au pire, il y avait toujours moyen de s’arranger.
Souriant à peine afin de remercier le maitre des lieux, il s’approcha des deux autres visant à répondre à l’appel du verre et reprenant tout à fait ses esprits tendis que le cri strident de la douleur se calmait en un bourdonnement sourd dont le feu brûlait ses joues.
Ce soulard ne perdait rien pour attendre, ou n’attendait rien pour perdre ; connaissant la notoriété des reines de la nuit de Londres, Dorian aurait bientôt sa revanche.
Gardant le silence en pensant à la meilleure manière de punir son agresseur, il écoutait le vieil homme qui parlait de trains. Dorian était allé plusieurs fois voir comment ça se présentait. Mais il n’avait pas pu voir grand-chose, pas plus qu’une carcasse hideuse qui sans nul doute n’était pas terminée. Relevant les yeux de son verre qu’il n’avait pas encore touché sur le contenu, il lui sourit malicieusement, lui répondant :


« Bien entendu. »

Dans son milieu, on savait qu’il ne fallait faire confiance à personne, d’autant plus qu’il savait bien que Londres n’abritait pas que des chérubins. Cependant ce Rhum semblait bon et atténuerait très certainement sa douleur. Après tout chaque poison a ses lèvres pour l’embrasser. Ainsi il but une lampée, vérifiant sur le fond de son verre si sa crinière cachait son œuf qu’il devinait injecté de sang, d’après la pulsation de son cœur qu’il sentait battre dans son front.
Croisant ses jambes sur son tabouret, une seconde et longue gorgée vint brûler l’intérieur tendre de ses joues tandis qu’on lui posait LA question piège de la journée.


« La campagne de Dublin » annonça t-il d’un ton joyeux, voyant devant ses paupières ouvertes les longues prairies fleuries près de son village, ou encore la fontaine dans laquelle toute la petite famille jouait pendant l’été, nue comme la main de la vierge. Son accent tiraillait le bat de sa langue, hachant ses mots pour en appuyer les consonnes come les doigts d’un mozart sur les touches d’un clavier usé. S’adressant au curieux, il demanda :

« Mais dites moi, ne pensez vous pas que ces trains seraient… enfin je veux dire, un bon terrain de jeu pour les diables ? » Le dernier mot avait été murmuré, comme si le prononcer avait été un péché… ou un moyen de les appeler si c’était trop fort.
Revenir en haut Aller en bas
Joël Harman
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 24/02/2008
Race : Humain
Classe sociale : Classe moyenne
Emploi/loisirs : Détective privé/ chercher des informations
Age : 43
Age (apparence) : 38
MessageSujet: Re: Affaire classée. Dim 11 Mai - 10:38

Des trains, mais c'était rien les trains! La vie des hommes éteint plus importante que des vulgaires tats de féraille! Technologie, technologie, les gens n'avaient plsu que ce mot là à la bouche, rien d'autre. Au moins, personne n'était mort, quant à Tom, il avait eût une bonne frousse. Une de plus.

- Mais, qu'est ce qu'ils faisaient dans la gare les scientifiques? Y a bien d'autre endroits moins dangereux pour faire des expériences!

Face au clin d'oeil du vieux, Joël sourit, qu'allait-il encore sortir au pauvre gamin? Il avait déjà été bien retourné, alors s'il se mettait à lui parler des choses bizarres qu'il avait vues, on était pas sortit de l'auberge. Non, finalement il lui dit que son rhum était bon. Le détective regarda son verre, puis en but quelques gorgées.
Alors comme ça le petit venait de la campagne. Londres, c'était le pire de tout quand on venait d'un coin tranquille. Enfin, peut-être que les temps avaient changés. En tous les cas, à Londres, ça n'avait fait qu'empirer: des méfaits de bas étages jusqu'aux meurtres en série. En quelques années seulement, les crimes étaient devenus pires, les disparitions plus fréquentes et des bizarreries s'étaient multipliées. Cela ne présageait rien de bon.
Il interrompit ses réflexion quand le roux parla de diables. Etait-il fervant croyant? Possible, d'après ce qu'il venait de dire. Joël lui n'y croyait plus vraiment, en fait, il s'en était désinterressé. Rien de plus, rien de moins. Joël finit son verre et regarda avec insistance le jeune homme. Décidément, il lui disait quelque chose...


- Un terrain de jeu? Mais tout Londres est à leur mercie, et pas seulement cette gare, les docks, même les églises... Vous pouvez pas imaginer le nombre de choses étranges que j'ai pu retrouver ces derniers temps.

En disant cela, il pensait à la jeune femme qu'il avait retrouvé morte dans une cave, le visage déformé par la douleur, barbouillée de sang, une main manquante.
Rapidement, il éloigna de lui ces sombres pensées et s'approcha du bureau. Il prit la bouteille et se servit la moitié de son verre. Ce n'était pas la peine de boire trop vite, il laissait ça à Tom, tellement habitué à l'alcool qu'il lui en fallait pas mal pour marcher en crabe.


- Je ne sais pas pour vous, mais à mon avis, il se trame quelque chose dans cette ville. Et c'est pas joli.

Le détectivene savait pas concrètement ce qui lui faisait penser ça. Cependant, il était intimement certain qu'il y avait quelque chose. Mais quoi? Cela restait encore à voir. A moins que justement, rester dans l'ignorance serait la meilleure solution. Mais il n'était pas du genre à attendre, il grapillerait des réponses par ci par la, pour que la vérité lui vienne à l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le vieux Tom
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 20/11/2007
Race : Humain
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Marin pêcheur
Age : 56
MessageSujet: Re: Affaire classée. Dim 11 Mai - 15:38

Le vieux Tom s'esclaffa lorsque le jeune roux parla de sa campagne...

- Hahaha! La campagne...la campagne...pffuhuhu

Pourquoi est-ce que cela faisait mourir de rire l'ancêtre? Allez savoir ce qui se passait dans la tête de cet aventurier paranoïaque...Toujours est-il que Tom recommença à se noyer dans son verre lorsque le jeunot évoqua les diables jusqu'à ce que Joël reprenne la parole.

- Ha ça fait des années que je me tue à le dire à tout le monde et on me prend pour un abruti! Les scientifiques sont les moins nocifs de tous les fous qui entretiennent le malheur dans notre belle ville! Rien que sur les docks, y a pas une nuit sans qu'on jette un cadavre dans la Tamise! Marre moi de vivre au milieu de la charogne! Ces saloperies vous tombent dessus tout d'un coup et PAF! Vous voilà expédiés!

En s'exprimant, Tom faisait de grands gestes, imitait les morts ou les créatures qui attaquaient les gens la nuit. Il posa son verre avec force sur la table et se resservit encore. D'une traite il vida son verre et reprit son discours énervé, les joues quelques peu colorées.

- Au lieu de construire des trains, ces pignoufs devraient engager plus de gaillards pour chasser la vermine des rues...On ne peut même plus sortir sans rencontrer un de ces buveurs de sang! Je l'avais dit! Je l'avais dit! Londres est une ville dont les racines pourrissent depuis plusieurs décennies! C'est mort! C'est mort et on est bientôt enterré!

La bouteille était presque vide et le marin se chargea de l'achever. On aurait dit un prophète qui prévoyait la fin du monde depuis sa naissance.

- Tu as raison Joël, tu as raison...y a quelque chose qui se prépare et ce depuis un sacré moment...Moi j'ai ouvert les yeux à mon retour d'Afrique, personne ne me crois mais je vous le dis:

Il se leva les yeux un peu perdu par l'alcool et le doigt levé.

- Les ratafias nous encerclent et se resserrent!

Tom, la bouteille à la main, voulu apparemment se rasseoir mais il avait un peu de mal et il lui fallu passer la bouteille au détective pour retrouver l'équilibre que sa fureur d'orateur et l'alcool avaient un peu altéré.

- Ha mon pauvre petit! fit-il à l'irlandais. T'aurais dû y rester dans ta campagne! Ici il n'y a plus que des cannibales comme en Afrique et très peu d'hommes vaillants pour les liquider! Oui...les liquider...Au fait Joël t'a pas une autre bouteille?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Affaire classée. Jeu 22 Mai - 19:46

A son arrivée à Londres, Dorian avait eu quelques échos des atrocités qui fleurissaient dans les ruelles mal éclairées de la ville. Plus encore lorsqu’il discutait avec ses collègues de travail, et une nouvelle couche lorsque dans leur torpeur après l’amour, ses clients et clientes se confiaient à lui. Les campagnes semblaient plus atteintes par les bêtes que par les Diables d’après ce qu’il avait pu comprendre, tandis que les deux races de monstre sévissaient au centre de la pomme pourrie de Londres.
Il choisit de ne rien répondre au grisonnant en face de lui tandis que celui ci rappelait les méfaits et les horreurs dont il avait été témoin. Cependant il ne manqua pas de regarder avec perplexité son second interlocuteur qui, à l’écoute de son lieu de naissance s’était esclaffé de rire et semblait avoir du mal à s’en remettre. Au fond de lui le jeune Irlandais souhaitait ne jamais vieillir alors qu’il contemplait tout les jours les vieux séniles dans les bars au bord de la Tamise… non, jamais il ne se laisserait devenir comme eux.

Tout en l’écoutant parler, Dorian se reculait doucement en priant pour ne pas être victime d’un mauvais coup, d’autant plus qu’il avait déjà eu sa dose pour le mois à venir. Il ne put s’empêcher de sourire en le voyant raconter, il était comme ces vieux campagnards qui racontaient leurs histoires de guerre et leurs déboires à la fin des fêtes vers les 4 heures du matin, après la soupe à l’oignon sous les tonnelles aménagée au centre de la place du village… en plus énergique peut être. Sur ce, il continuait son verre par petites gorgées, souhaitant rentrer chez lui sans parcourir les travers de rue : Après le heurt qu’il avait reçu son métabolisme risquait fort de ne pas tenir le choc comme l’énergie lui manquait déjà et qu’il n’avait rien avalé de consistant depuis le matin au réveil.

Toujours en silence, il hochait parfois la tête pour montrer que même s’il ne disait rien, il n’en écoutait pas moins et restait attentif puisque ces histoires l’intéressait. La bibliothèque ne regorgeait pas de livres sur les diables et les rumeurs bien que fondées restaient toujours engrossées par les « on dit… ». Et comme avait toujours dit son grand père, « « on » est un con », croire les cons c’était en être un aussi.

Prenant sa respiration comme pour réfléchir à ce qu’il pouvait bien lui répondre, il décroisa ses jambes pour glisser sa main libre dans son giron afin de la réchauffer. Pas assez pour l’énerver mais suffisamment pour l’agacer, la remarque du vieillard avait suffit à faire pointer l’impatience de Dorian sur le bout de sa langue.


« Il ne faut pas croire que seul Londres est victime, la campagne aussi se transforme en enfer chaque nuit en accueillant de nouvelles bêtes. Les sauvages attaquent d’autant plus qu’il savent que sans récolte hiver rime avec famine, que les familles abritent beaucoup d’enfants… si j’y étais resté dans ma campagne comme vous dites, jamais je n’en serais ressorti vivant. »

Il vida son verre comme pour anéantir ses dernières paroles et en posa la carcasse sur le bureau à côté d’une pile de feuilles poussiéreuses et d’un encrier.

« Peut être que si vous voyiez le monde autrement qu’au travers du passé nous serions assez pour les combattre. Nous ne sommes pas en Afrique Monsieur, mais bien en Angleterre. »

C’était bien beau de parler confortablement assit devant un bureau. Mais où étaient les actes, les vrais ?
Revenir en haut Aller en bas
Joël Harman
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 24/02/2008
Race : Humain
Classe sociale : Classe moyenne
Emploi/loisirs : Détective privé/ chercher des informations
Age : 43
Age (apparence) : 38
MessageSujet: Re: Affaire classée. Ven 30 Mai - 10:56

Joël termina son verre et la posa sur le coin de la bibliothèque à laquelle il était adossé, quand Tom se mit à raconter ses salades, pas si fausses que ça d'ailleurs, en faisant de grands gestes, naturels et même pas alcoolisés. Le détective acquiesca silencieusement, opinant seulement du chef, plus que conscient que les choses allaient mal dans les ombres de Londres. Les cadavres, il en arrivait toujours plus au cimetière, même que dernièrement certain prêtres ne voulaient pas mettre en terre ceux qu'ils pensaient touchés par le diable. Ce qui bien sur était plus fréquent maintenant. Mais Joël n'avait rien de concret pour justifier ses dires. En tous les cas, il était d'accord sur un point avec le vieux: les scientifiques ne faisaient pas grand chose pour venir en aide aux habitants de leur ville et même des alentours. Il faudrait donc trouver des aides ailleurs, mais où? La police de Londres était débordée et incompétente, lui même n'était pas du genre à chercher des noises aux "etres de la nuit", à la fois par peur, mais aussi parce qu'il ne se sentait pas capable d'en affronter. Il ne savait pas vraiment q'il existait des tueur d'êtres sombres, mais si quelqu'un était au courant, cela devait bien être Tom.

- Hé, tout doux Tom, on est encore vivant. Mais, t'as pas une petite idée de qui pourrait se charger de détruire ces tueurs?

Joël espérait que le vieux soit encore assez nette pour lui dre ce qu'il voulait, mais il semblait qu'il avait prit un sacré coup dans l'aile. D'un geste un peu contrarié, il prit la bouteille, vide, des mains du matelot, et la posa sur la table. Il l'aida à se rasseoir et se reposa lui même contre la bibliothèque. Juste après, à son grand étonnment, le petit rouquin, pas si pett que ça en fait, montra son désacord avec Tom. D'une certaine manière il avait raison, mais le détective n'en revenait pas de la manière dont il avait dit ça. Il vit le rouquin d'un autre oeil. Lui aussi avait apparament souffer des Loups et des Vampires, ces hypothétiques tueurs que l'on nommait ainsi, mais après tout, c'était peut-être le fruit des hommes. Rien ne pouvait le leur dire pour le moment.
Curieux, Joël demanda à mi-voix:


- Mais en fait, que se passe-t-il justement dan sla campagne? Ici, on entend parler que de petits potins, mais t'as l'air bien informé, éclaire notre lenterne et on y verra mieux.

D'en savoir plus les amèneraient certainement à voir les choses autrement. Il restait encore à savoir s'ils porraient agir ensuite. Car en effet, le détective comptait bien faire quelque chose. Il ne voulait plus en rester là à attendre que des hommes se fassent trucider sous ses yeux et que lui ramasse les cadavres. Un jour se serait lui qui serait confronté à ces créatures diaboliques, et à ce moment laà, il lui faudrait se défendre où faire quelque chose. A moins qu'un fait on ne puisse rien faire contre eux. Qu'ils soient des tous puissants, présents pour mettre fin au règne des hommes te prendre leur place. Que de suposition et pas une qui soit vraie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le vieux Tom
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 20/11/2007
Race : Humain
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Marin pêcheur
Age : 56
MessageSujet: Re: Affaire classée. Dim 8 Juin - 13:25

Lorsque l'irlandais ouvrit la bouche, celle de Tom se ferma: il parlait beaucoup mais il savait aussi écouter et ainsi glaner des informations qu'il gardait précieusement en mémoire. Pour lui, tout ce qui pourrait l'aider à survivre dans ce monde de fou était le bienvenu. D'ailleurs, il ne savait pas du tout ce qui se passait à la campagne. Lui, qui pourtant était au courant de tous et faisait presque office de journal pour les habitués des bars, était à Londres depuis plusieurs années et ne bougeait pas de la ville. Aussi s'il avait déjà entendu des histoires terribles sur les campagnes, il n'y avait pas prêté réellement attention.

- T'y s'rais mort ? Ouai remarque c'est vrai qu'il n'y a pas beaucoup d'endroits où on peut se planquer pour échapper à ces trucs...marmonna-t-il d'une manière presque inaudible avant d'écouter le jeunot continuer.

Dans sa tête qui lui tournait un peu, une idée monta: et si les plus grandes créatures de la nuit habitaient dans les campagnes et envoyaient en ville leurs serviteurs? Non c'était stupide...Et si plutôt les charognard qui terrorisaient les campagnes étaient en fait leurs victimes inachevées et réduites à l'état de goules?
Le vieux marin eut un hoquet et se rendit compte par là qu'il pensait n'importe quoi: ha oui il était un peu sous l'effet du rhum...D'ailleurs Joël n'en avait pas ouvert une autre de bouteille...il n'avait même pas répondu à sa demande...Au fond il était vexé dans son orgueil: il s'imaginait sûrement qu'il ne tiendrait pas avec une autre bouteille...Ridicule...
Bah peut-être qu'il en sortirait bientôt une autre quand même...

Tom allait réagir face à la dernière phrase de l'irlandais qui parlait de combattre ces créatures mais Joël le devança en lui posant des questions. Oui, Tom aussi voulait savoir ce qu'il se passait dans les campagnes. Aussi il se pencha un peu et tapa du poing sur la table avec un air de révolte:


- Ouai aller le cabossé! Raconte-nous un peu ce qu'y s'passe là-haut! Mieux en les connaîtra, mieux on pourra les bannir de nos malheurs!

Puis il se redressa et, la tête haute, il clama un poing serré et l'autre tirant en avant une croix chrétienne accrochée par une chainette à son cou et dont l'existence avait été jusqu'ici dissimulée par son col:

- Il est de notre devoir, à nous, les éclairés, d'ouvrir les yeux à ceux qui sont dans l'obscurité et de réduire à néant ces créatures nées dans une terre que Dieu n'a pas façonnée! Et parce que cette terre était impure et pleine de caillasses, elle a été mise au ban de la foi lorsqu'un impie y a plongé les mains et lui a donné forme humaine pour nous tromper!

Eclairé, Tom ne l'avait peut-être été dans sa jeunesse mais il était certainement bien plus un fanatique et un paranoïaque qu'un philosophe à l'heure actuelle. Mais au fond, si on le prenait pour un fou, il avait certaines idées bien en place...

- Aller! raconte nous donc ce que tu sais sur ce ramassis d'hérétiques et dis-nous si tu serais prêt...justement...à te battre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Affaire classée. Ven 11 Juil - 17:42

La lueur des chandelles à moitié consumées éclairaient les visages des trois personnes présentes dans ce bureau tandis qu'au dehors, le ciel s'assombrissait lentement mais sûrement... jetant la terre dans un abîme qu'elle ne connaissait que trop bien, celui de l'ombre menaçante dont ils étaient en train de parler. L'ambience alcoolisée les confinait dans une chaleur confortante et leur donnaient le rose aux joues, éclairant leur conscience et libérant les méandres de leur liberté trop longtemps cachée.

Dorian, qui était toujours assis sur son tabouret près du bureau avait appuyé son coude sur le meuble et regardait alternativement ses deux interlocuteurs qui semblaient intéressés. Si le secret qu'il cachait sur sa vie aurait été dévoilé avant tout, il savait bien que sa voix n'aurait pas été écoutée... et certaines fois, mieux valait garder le silence afin d'éviter tout jugement de valeur basé sur le néant de la méconnaissance.
Les deux inconnus qu'il avait en face de lui semblaient bien différents: l'un faisait partie de la tribu des vieux séniles alcooliques et l'autre semblait plus calme... peut être même un peu trop, ce qui donc n'incitait pas Dorian à leur faire confiance. Aux premiers abords bien entendu ils n'avaient tout deux pas l'air de bêtes horribles et féroces, mais sachant que l'habit ne faisait pas le moine, l'Irlandais hésita avant d'ouvrir la bouche afin de répondre aux deux hommes qui semblaient ligués.


"Je ne sais pas exactement à quel rang appatiennent ces bêtes, mais ce que je sais, c'est qu'elles n'y vont pas de main morte. A vrai dire j'ai l'impression que la campagne est pour eux un terrain de jeu... Elles s'attaquent autant aux villages qu'aux cultures et aux autres acivités vitales au peuple."

Il marqua une pause, se maudissant d'avoir terminé son verre. Il aurait voulut s'en sevir comme de gagne temps pour se ressaisir... la plaie qu'il cachait n'avait pas encore eu le temps de se refermer. Comment cacher une haine monstrueuse et une tristesse accrue alors que l'ambiance confinée de la pièce ne deandait qu'à l'attirer vers le fond?

"En campagne ils forment des groupes et s'approprient les terres qu'ils semblent d'après ce que j'ai pu comprendre, se partager entre clans. Les hommes leur doivent une certaine somme sous peine d'ennuis..."

Des ennuis, oui son père en avait eu pour s'être rebellé contre ce clan qui régissait son village natal et ses allentours. Il avala sa salive en pensant à sa pauvre soeur qui, témoin de toute cette scène était restée désormais seule et regardait Tom, les yeux brillants à la lueur des chandelles qui parfois crépitaient sur un morceau de mèche alliéné à la fabrication.

"Mon combat a déjà commencé. Je préfère faire preuve de patience et agir au bon moment en connaissance de tout élément salvateur, au lieu de frapper dans le tas et me retrouver encerclé sans aucune porte de sortie."
Revenir en haut Aller en bas
Joël Harman
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 24/02/2008
Race : Humain
Classe sociale : Classe moyenne
Emploi/loisirs : Détective privé/ chercher des informations
Age : 43
Age (apparence) : 38
MessageSujet: Re: Affaire classée. Jeu 17 Juil - 18:17

Pendant que le vieux matelot encourageait à sa manière le rouquin, le traitant de cabossé, le détective se laissa aller tout contre la bibliothèque, les yeux à demi-clos, comme s'il n'en avait rien à faire. Mais ce n'était qu'une simple façade, il écoutait attentivement et les mouvements de ses invités ne lui échappaient pas non plus. Pendant un instant, Joël eût la nette impression que Tom lui lançait un regard en coin, mais sur le coup il ne comprit pas pourquoi. Ce n'est que quand il aperçut la bouteille vide qu'il avait reprise de mains du vieux qu'il se dit qu'il n'avait pas encore ouvert de quoi remplir leurs gosiers. Il se tâta, se demandant s'il allait satisfaire son ami, puis se rétracta, le matelot était déjà assez énervé comme ça, à brandir sa croix et à faire des grands gestes inutiles. Joël souleva intérieurement la question que son Dieu avait-il vraiment quelque chose à voir dans cette histoire de monstres? Ou même le Diable. Il avait l'impression que les instances divines elles aussi étaient mise de cotés dans ce combat entre les hommes et les créatures.
Peu après que Tom se soit tue, Dorian prit la parole et le détective resta suspendu à ses lèvres tout au long de son discours, parfois même gêné par les longues pauses qu'il lui faisait subir. Ce jeune homme était leur seule source d'information venant du dehors de la ville, il était un atout précieux, qui d'ailleurs menait lui aussi sa guère muette contre les fantômes qui le hantaient. Tom, cela faisait des années qu'il avait l'intention de montrer à tous que les créatures du Diable existaient réellement et qu'elles étaient dangereuses, son combat avait déjà débuté. Par contre Joël venait seulement de s'initier, jusque là, il n'avait affronté que des hommes, jamais de Loup-Garous ou autre, enfin pas de manière distincte. Il avait eût de nombreuses affaires insolvables, qui maintenant trouvaient peut-être une raison d'exister. A vraie dire, il est difficile pour un homme de se confier sur des faits surnaturels, surtout quand on est un détective et que les victimes et leurs proches veulent entendre la vérité et non des idioties sur d'hypothétiques êtres mythiques, ayant assassiné une personne qui comptait pour eux.
D'après Dorian, les créatures étaient organisées en clan, elles devaient donc avoir des chefs, une hiérarchie, peut-être similaire à celle des hommes, ou bien des loups.


- Je vois, dit Joël en se massant le cou, j'ai tout de même l'impression que ces monstres contre lesquels nous devons nous battre ont à leur tête un ou plusieurs maîtres qui savent ou et quand frapper. Des êtres doués d'une intelligence plus développé que leur prédécesseurs. Cela ne fait pas plus de dix ans que l'on voit proliférer autant de meurtres inexpliqué, autant de violence. Tout du moins en ville.
Il marqua un léger temps d'arrêt et porta son regard sur le rouquin.
Si nous voulons en venir à bout, il est certain que les attaquer tête baissée ne servirai strictement à rien, sauf à alourdir encore le nombre de victimes qui gisent dans nos cimetières. Se serait courir à notre mort. Le mieux, se serait de trouver une stratégie, de collecter des informations, de trouver des hommes qui puissent nous en dire plus. J'imagine que nous ne sommes pas les seuls à les combattre, il doit bien y avoir des professionnels. Personne ne devrait en faire plus que ce qu'il est capable de faire, se ne serait qu'affaiblir nos rangs déjà bien maigres. Comment dire, oui, nous devrions nous réunir pour confronter nos idées et parvenir à améliorer les conditions des habitants de Londres et éventuellement des alentours.

Le détective soupira longuement, comme si le fait d'avoir autant parlé lui avait coûté beaucoup d'énergie. Il était certain, en son fort intérieur, que ce qu'il venait de dire était la meilleure chose à faire. Pas de risques pour les faibles, tout du moins pas en apparence, des tâches réparties selon chacun, un groupe soudé où tout auraient le droit d'exposer ses idées, même les plus idiotes.
Bien sur, ils n'étaient encore que trois, mais il y avait de forte chance pour qu'ils ne le restent pas longtemps, il suffisait de s'adresser aux bonnes personnes. Ici, ses relations et celles de Tom seraient plus qu'utiles.
Après tout, cette entreprise pourrait peut-être prendre forme, si seulement ils s'en donnaient les moyens. Il leur faudrait bien sur des fonds, il n'y avait que ça pour faire parler les hommes de nos jours. Il auraient besoin de temps aussi et de courage, ils ne devaient pas baisser les bras. S'ils avaient la foi, ils vaincraient.

Le détective se décolla de la bibliothèque et partit chercher une autre bouteille. Sa dernière cette fois-ci. Il faudrait qu'il aille se ravitailler, surtout s'ils venaient à se revoir plus souvent. Il revint avec de l'eau de vie, il ne savait même pas si c'était encore bon. Il n'était pas du genre à boire tout seul.


- Bon, je vous ressers? Sans attendre de réponse de la part de Tom, il lui remplit son verre, et fit de même avec le sien, tout en jetant un regard interrogateur à l'irlandais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le vieux Tom
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 20/11/2007
Race : Humain
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Marin pêcheur
Age : 56
MessageSujet: Re: Affaire classée. Mer 30 Juil - 9:35

Le vieux Tom ne se rassit que lorsque le jeune "cabossé" prit la parole. Ha enfin il allait leur apporter quelques nouvelles et informations sur ces êtres haïssables que le marin ne connaissait que trop bien, d'après les mythes et légendes mais surtout depuis son voyage interminable en Afrique et sur les mers.
Ecoutant le rouquin avec toute l'attention que pouvait lui accorder l'alcool qui coulait déjà en grande quantité dans ses veines, Tom se posa de manière confortable sur sa chaise et tourna, retourna encore et encore sa croix en argent dans sa main droite comme si c'eût été un porte-bonheur ou plutôt un éloigne-malheurs.
Le rouquin ne leur apporta pas beaucoup d'informations se ce n'était le fait que les créatures aimaient réellement la campagne et qu'il semblaient se partager les lieux qu'ils envahissaient de manière organisée. Comme le souleva Joël avant lui, leurs ennemis devaient donc avoir une hiérarchie bien définie: des chefs, des sous-chefs et ce que l'on pourrait appeler des hommes de main.
Le rouquin affirmait qu'il avait déjà commencé "son combat" et, comme Joël l'acquiesça, il pensait qu'il fallait absolument faire preuve de patience et d'organisation...


- Je suis d'accord. dit le vieux marin d'une voix étonnement grave.Il faut les éradiquer avec le maximum de précautions et de préparations. Ce que tu nous dis-là, mon jeune ami, fit-il en s'adressant à Dorian, nous permet maintenant de savoir où frapper: si vous voulez tuer un arbre et éviter qu'il ne repousse, il faut que vous vous attaquiez aux racines. Je pense que trouver et tuer les chefs provoquerait un temps de flottement dans les activités nocturnes de ces bêtes assoiffées de sang et nous laisserait le loisir de les frapper ensuite plus facilement.
Tuez le bélier dans la bergerie et le troupeau s'affole, ne réfléchit plus et se perd lui-même dans un ravin...ça le campagnard doit le savoir...héhéhé...


Heureux que Joël lui ai resservit un verre, de l'eau de vie de bonne qualité qui plus est, Tom n'avait pas attendu que le jeune irlandais soit servit pour y tremper ses lèvres. Déjà bien attaqué par l'alcool, il était surprenant de voir qu'il était aussi soudainement sérieux. Si la couleur de son nez et la lourdeur de ses paupières ne le trahissaient pas, on aurait pu penser que le marin était sobre.
Tom rangea sa croix dans son col comme s'il eu soudainement prit conscience de la tripoter depuis un moment devant les deux autres et fit ainsi disparaitre la chaine d'argent de leur vue.
Fortement appuyé sur le bureau, le vieux marin continua:


- Par contre Joël, je n'ai jamais vu de "professionnels" dans le domaine de la lutte contre ces créatures. Tellement peu de gens connaissent leur existence et tellement peu veulent le croire...Tu sais, pour moi qui vit sur les Docks et qui entend bien des choses terribles même sur le lieu où j'ai élu domicile, je n'ai jamais entendu la moindre information sur de soit-disant professionnels. S'ils sont là, alors ils ces bouffons se cachent bien et ne veulent pas qu'on les trouve. A part nous déguiser en Vampires, je ne vois pas comment leur tomber dessus! HahahhHAHAHA

Tom partit dans un fou rire. Au fur et à mesure de ses paroles, sa voix avait commencé à perdre de son sérieux: l'eau de vie et le reste de sa consommation précédente refaisaient effet et l'image du vaillant combattant venait de se briser.

- HahahHAHA oui, oui, se déguiser en Vampires...Arf arf arf! J'te voit bien avec ton air de gamin montrer tes dents aux passants le soir! fit-il en bousculant de son coude celui de Dorian. Qu'est-ce que t'en pense Joël?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joël Harman
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 24/02/2008
Race : Humain
Classe sociale : Classe moyenne
Emploi/loisirs : Détective privé/ chercher des informations
Age : 43
Age (apparence) : 38
MessageSujet: Re: Affaire classée. Mar 25 Aoû - 11:49

Joël bailla. Il commençait à fatiguer, surtout que leur conversation ne menait à rien. Même Tom n'avait jamais entendu parler de professionnels de la traque de créatures nocturnes. Eux même ne pourraient jamais prendre ce fardeau, c'était trop risqué pour des hommes de leur gabarit: un jeune homme qui semblait plus capable de faire l'amour que la guerre, un vieux fou aux idées farfelues embuées d'alcool et un homme dépassé par les évènements qui croulaient dans ses fiches.
Il écouta le matelot déblatérer des idioties à trois shillings et conclu qu'il devait être l'heure pour lui de quitter le navire, la coupe était pleine. Son rire rocailleux avait rapidement remplacé le sérieux de ses paroles, la liqueur avait fait rapidement effet.


- Ce que j'en pense, c'est qu'il est bien tard, faut comprendre j'ai ma journée sur le dos et j'commence à saturer avec vos histoires. J'voudrais pas vous mettre à la porte tous les deux, mais il faut que je termine de ranger mon bureau et tout ce qui s'en suit. Il se leva. J'vous raccompagne jusqu'à la porte, et toi tiens, il tendit la bouteille à Tom, j'en ferais rien ce soir, m'est avis qu'elle te servira plus qu'à moi.

Il patienta près de la porte de son bureau que les deux hommes rassemble leurs affaires, puis il les mena jusqu'à la rue. Ils se dirent à bientôt, chuchotèrent qu'ils allaient se revoir pour élaborer un plan, qu'ils chercheraient des informations. Puis après toutes ces paroles bénies, ils laissèrent Joël sur le pas de sa porte. Ce dernier la ferma d'un claquement sec et partit chercher les clefs, il ferma le vétuste vérou et partit éteindre la bougie de son bureau. Le rangement, se serait pour plus tard.
Après avoir monté à tâtons les marches qui menaient à son appartement, éclairé par la lumière de la rue qui traversait la vitre fumée au dessus de la porte, il pénétra dans son douillet refuge. En quelques instants il fut prêt pour se mettre au lit, sur le rebord de la fenêtre, il fuma une dernière cigarette, puis ferma les volets en laissant la fenêtre entrouverte. Il prit place sur son lit et le sommeil ne fut pas long à venir le rejoindre.

[ RP clôturé. Suite des évènements sur le Velvet-Black pour Dorian et Joël. et Prout pour Tom. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Affaire classée.

Revenir en haut Aller en bas

Affaire classée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Gianni (RP: Nom connu) - HT - Double tentative de révolte - 21/02/1462 (Affaire classée)» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô» Interdiction de depart dans le cadre de l'affaire Socabank» Le rapport sur l'affaire de drogue a Tiburon disponible...
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Covent garden et le Strand :: Coven garden (marché) :: Bureau du Détective Harman-