L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Beuveries au Shoot&Boom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Beuveries au Shoot&Boom Lun 29 Avr - 2:11

[HRP : En provenance de Retrouvailles]

Le Shoot&Boom était un petit bar au sein d’un bateau. Le petit groupe avait mis un petit moment à le trouver. Il se trouvait sur le port, certes, mais il y avait tellement de bateaux que pour trouver le bon… Ce ne fut pas une mince affaire ! Les femmes avaient mis beaucoup d’aplomb pour le trouver ! Khorèn beaucoup moins… Il espérait que cette histoire de bateau ne serait pas vraie, ou bien que l’établissement soit quelque peu exotique et adopte la forme de ce seigneur des océans… Mais il n’en fut rien. Il se présentait devant lui, sur les flots, bien arrimé au port et prêt à servir des whiskys et autres consommations alcoolisées à qui se présentait devant lui. C’était déjà un beau bateau, certes pas aussi grande que celui d’Achkhène, mais il était déjà d’une taille respectable… Et suffisamment flottant sur l’eau pour que le loup se sente nauséeux à l’idée de monter à l’intérieur. C’était simple comme de l’eau de roche… Ce n’était pas par plaisir que Khorèn restait à Londres loin de sa sœur, mais bien parce qu’il en avait une peur bleue… L’idée de se retrouver piégé à son bord était pour lui effrayante. A chaque fois qu’il avait vu sa mère et sa sœur monter à son bord, il craignait qu’un jour l’océan les emporte en son fond. Une seule fois il avait été obligé de monter à bord… Il ne l’oublierait jamais… Il avait passé tout le trajet proscrit dans la cale, malade comme jamais, osant à peine sortir sur le pont… Il se souvenait encore comme Achkhène s’était moqué de lui… Mais il ne pouvait pas se contrôler, l’idée même de sentir le bois tanguer sous ses pieds lui était insupportable.
Il tourna donc son regard vers les deux femmes son visage soudain plus pâle. Sa voix se fit ferme :


- Il est hors de question qu’on aille ici… Cherchons plutôt un autre bar !

Sur son visage rien ne le trahissait… Et pourtant… Olivia et Achkhène devaient sans doute savoir les raisons pour lesquelles il ne voulait pas y entrer ! Il comptait bien rester planté là jusqu’à ce que les deux jeunes femmes. Mais il fut alors bousculé par deux hommes qui s’approchèrent d’Olivia et d’Achkhène sans lui prêter la moindre occasion. A voir leur nez rouge et le sourire hagard qui courait sur leurs lèvres, ils n’en étaient pas à leur premier bar… Et a priori un peu de présence féminine ne semblait pas leur déplaire. L’un, un grand brun à l’allure désinvolte s’approcha d’Achkhène tandis que son comparse, un homme plus petit roux et au visage hautain s’intéressait à Olivia.

- On peut vous inviter à prendre un verre Mesdames ? dit le premier.

Il lorgnait alors très largement sur le décolleté de l’Arménienne.


- Allez venez, on va bien s’amuser…, renchérit le roux.

La réaction de Khorèn ne se fit pas attendre. Prenant les deux femmes par le bras, il planta son regard glacial dans celui des deux hommes avant de leur parler d’une voix sèche mais calme.


- Merci pour la proposition mais ces deux dames sont déjà accompagnées.

Il embarqua alors fermement les deux femmes avec lui pour passer la passerelle du bateau d’un pas rapide. Le tout était de ne pas y penser… garder la tête haute devant ces deux importuns. Il le fit plutôt bien, retenant sa respiration jusqu’à ce qu’ils arrivent dans la cale où s’élevait déjà le brouhaha des conversations. Au final cela donnait un espace plutôt confortable à la pièce. Plusieurs tables étaient disposées dans la salle au fond de laquelle se trouvait le bar. Il y avait déjà foule, mais Khorèn repéra plusieurs tables de libres. Il se dirigea naturellement vers la table qui lui permettait de voir au maximum ce qu’il se passait autour. Il tira les chaises pour les deux femmes avant de se laisser choir sur la sienne d’un air las et de couler un regard ferme vers sa sœur.

- Aucun commentaire…

Il sentait déjà le bateau tanguer sous ses pieds. Il avait fait le fier, mais il n’en menait pas large actuellement… Cloué à sa chaise, il n’osait plus en bouger à présent… Il ne rouvrit la bouche que lorsque le gérant du bar vint à leur rencontre.

- Bonjour ! Qu’est-ce que je peux bien vous servir ?

Le loup laissa le soin aux deux jeunes femmes avant de conclure lui par un thé, et régler la somme due. Son regard glissa alors sur toute la salle. Comme à son habitude, il surveillait tout ce qu’il se passait autour de lui. Après tout, il n’était pas à l’abri d’un éventuel retour à l’assaut des deux hommes d’il y a quelques instants…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Beuveries au Shoot&Boom Mer 5 Juin - 12:26

Achkhène fut étonnée de voir la tenancière de la boutique et Olivia discuter, comme si elles étaient de bonnes amies. En réalité, l'arménienne comprit bien vite qu'elles se connaissaient depuis longtemps. Elle gratifia sa seconde d'un sourire amusé sans pour autant ouvrir la bouche, et la suivit avec son frère hors de la boutique. Le corps cintré de sa robe lui broyait les côtes et elle peinait à marcher convenablement avec ses chaussure, d'autant que la jeune femme se sentait vraiment ridicule dans cette tenue. Le commentaire de son frère lui avait fait plaisir, c'était indéniable, et elle n'avait pas envie de le décevoir, mais elle ne pouvait nier que l'inconfort certain de sa tenue l'empêchait d'avoir l'air naturelle et à l'aise. Elle se dérida pour donner une tape dans le dos d'Olivia en guise de remerciement.

-Et bien Olivia, je suis fière et heureuse de t'avoir à mes côtés ! Tu as un véritable talent de négociante ! Lui dit-elle d'une voix enjouée.

Puis elle suivit la grande femme blonde et tira son frère par la manche pour l'inciter à les suivre. Après ses déboires avec la robe et le corset, l'idée de s'asseoir autour d'un verre la réjouissait, et elle ne comptait pas laisser son frère dire quoi que ce soit à ce sujet. Mais lorsqu'ils arrivèrent devant l'établissement devant lequel elles s'étaient rencontrées, avec Olivia, Achkhène constata avec une grand déception que celui ci était fermé... Le patron semblait avoir mis la clé sous la porte depuis bien longtemps, et en se penchant à la fenêtre, l'arménienne ne vit qu'une grande salle poussiéreuse, avec des tables éventrées et des chaises branlantes au bois dévoré par l'humidité et les champignons. L'endroit n'avait jamais été réputé pour sa propreté, mais l'ambiance y était agréable et on pouvait en apprendre bien plus en dix minutes à l'intérieur qu'en une semaine dans n'importe quel autre troquet de Londres.
Achkhène se redressa et croisa les bras en fixant un point invisible dans le décor, comme si elle réfléchissait. Il y avait bien d'autres endroits pour boire à Londres, mais il en fallait un où deux femmes comme elles ne se feraient pas trop remarquer, ou du moins ne serait pas regardées de travers...

-Faisons demi tour, il doit bien y avoir d'autres endroits sympathiques sur les quais !

Mais alors qu'ils allaient rebrousser chemin, un jeune mousse engagé à Boston lors de leur dernière escale en Amérique vint à leur rencontre et les héla. Le terme qu'il employa pour désigner Olivia fit sourire Achkhène, qui resta néanmoins silencieuse. Elle hocha ce pendant la tête lorsque le gamin eut fini de leur parler du Shoot & Boom, et lui ébouriffa les cheveux affectueusement.

-Merci matelot ! Tu sauves notre journée ! Et ne tardes pas trop à rentrer ! Les rues de Londres ne sont pas sûres, à la nuit tombée !

Achkhène n'en avait pas l'air, mais elle se souciait beaucoup de la santé et de la sécurité de ses matelots. Elle savait les corriger et exécrait l'insubordination, mais elle ne faisait jamais preuve de dénis ou d'injustice. Et le mousse était si jeune... Il avait une tante à Londres, il avait prévu d'aller la retrouver pour la soirée, mais il semblait avoir choisit d'errer un peu dans les rues avant, comme un enfant partant à l'aventure.
Après l'avoir regardé s'éloigner, la jeune femme suivit Olivia et son frère en direction du Shoot & Boom. Elle se sentait nue sans ses rapières, et n'avait gardé que son pistolet à percussion sur elle, accroché à une lanière de cuir à sa cuisse droite. Khorèn avait gardé ses armes, mais cette habitude qu'elle avait de toujours les avoir sur elle ne la rassurait pas. Elle ne sentait tout simplement pas en sécurité, et superstitieuse comme elle était... Elle était persuadée qu'il lui arriverait quelques malheurs dans la soirée. Chose paradoxale, elle se sentait plus respectée et crainte lorsqu'elle arborait son attitude masculine et ses deux rapières à la ceinture que lorsqu'elle se retrouvait dans la peau d'une innocente jeune fille portant une robe à la mode...

Se hâtant elle releva les innombrables volants de sa robe pour pouvoir marcher plus facilement, en pestant contre le tissu qui la gênait. Lorsqu'ils furent arrivés devant le Shoot & Boom, elle coula un regard en direction de son frère, un léger sourire aux lèvres.


-Oups... Il semblerait bien que l'endroit soit... Sur l'eau... Ca va aller, tu ne vas pas tomber en pâmoison ?

Elle ricana et le tira par la manche pour l'inciter à avancer.

-Alleeeeer ! Il est amarré, tu vois bien ? Tout ce qui peut t'arriver c'est d'en sortir un peu soul et encore ! Tu ne vas ni couler, ni te noyer, ni...

Elle n'eut pas le temps d'ajouter quoi que ce soit que deux hommes s'étaient déjà approchée, visiblement intéressés par Achkhène et Olivia. Le grand brun qui approcha l'arménienne empestait un mélange d'alcool frelaté et de transpiration, et seuls ses vêtements semblaient encore à peu près en bon état. Il avait tout de l'ivrogne et du voyou... Et la lueur mélancolique dans le regard d'un homme conscient d'avoir raté plusieurs étapes de sa vie. Achkhène avait apprit à faire la différence entre un véritable hors la loi et un homme regrettant certains de ces actes. A son allure, elle reconnu un membre de la deuxième catégorie. Elle aurait pu avoir pitié de lui s'il ne l'avait pas abordée d'une manière aussi pataude. Pourtant, elle lança un regard entendu et amusé à Olivia, et entra dans son jeu, minaudant d'une voix faussement aiguë.

-Ooh... Ce serait avec plaisir mais... Je ne suis pas certaine que notre cher compagnon soit enchanté...

Elle jeta un regard amusé à Khorèn, qui regardait la scène avec une certaine froideur. Il ne manqua pas d'intervenir, et entraîna les deux demoiselles à l'intérieur, loin des deux ivrognes qui semblaient déçus.
A l'intérieur, la rumeur des bavardages les saisit, et c'est dans un brouhaha indéfinissable qu'ils cherchèrent une table où s'installer. Non loin du bar, un pianiste s'évertuait à faire entendre sa musique, à laquelle un piano légèrement désaccordé ne rendait vraiment pas honneur.
Les trois compères trouvèrent un table au fond de la pièce, un peu en retrait, et s'y installèrent. La remarque de Khorèn fit rire Achkhène qui posa sa main sur son bras dans un geste affectueux.


-Tu te fais trop de soucis, petit frère ! Je sais me défendre, même avec toutes ces fanfreluches sur le dos ! Tu n'as aucun soucis à te faire, je t'assure ! Dit-elle d'un ton enjoué.

En réalité, il pouvait se faire du soucis. Si Achkhène était une bretteuse hors pair, elle était aussi étourdie et avait un don naturel pour se mettre dans l'embarras et se créer des ennuis. A choisir entre un chemin dégagé et lumineux, et un serpentin escarpé et obscur, elle aurait choisit le second sans hésiter ! Et elle ne s'en rendait même plus compte !

Le barman vint alors prendre leurs commandes, et haussa un sourcil lorsque Khorèn lui demanda un thé. Achkhène offrit à Olivia le fameux whisky dont le jeune mousse leur avait parlé, et prit la même chose. Le barman repartit en marmonnant quelques mots au sujet des buveurs de thé... Et de quelques autres termes bien moins reluisants.


-Je crois que ton choix a fait de l'effet au barman, Khorèn, répliqua sa sœur avec un sourire. Du thé, franchement... Ici les gens n'ont pas de sang dans les veines mais du thé à la menthe ou au citron, j'en suis certaine ! Londres te donne de drôles d'habitudes ! D'ailleurs parles m'en un peu ! Que fais-tu, que deviens-tu ? Je veux tout savoir ! NOUS voulons tout savoir avec Olivia !

En réalité, Achkhène était morte d'inquiétude pour son frère. Il ne pouvait jamais répondre à ses lettres, puisqu'il ignorait toujours où le vent pouvait la mener, et elle ne savait finalement que peu de choses sur ce qu'il avait vécu ces dix dernières années. Elle espérait que ce soir, il se montrerait un peu plus ouvert et bavard que d'habitude... La jeune femme avait besoin d'être rassurée, même si elle se connaissait par cœur : Elle ne résisterait pas à l'envie d'aller fouiner un peu pour en savoir plus au sujet des occupations quotidiennes de son frère. Elle jeta même un regard entendu à Olivia, qui comprendrait tout à fait ce que cela signifiait.

Le barman leur rapporta leurs commandes, et laissa même la bouteille de whisky aux deux jeunes femmes. Achkhène en servit un verre à Olivia, remplit le sien, et elles trinquèrent. Mais pendant que Khorèn leur faisait son récit, les deux ivrognes qui les avait abordées un peu plus tôt revinrent à la charge.

-Allons, mesdemoiselles... Ne faites pas vos timides ! Accordez donc une danse aux gentilshommes que nous sommes, répliqua le roux en s'approchant dangereusement d'Olivia.

Il semblait avoir un faible pour la jeune femme, ses traits magnifiques et ses beaux cheveux blonds n'avaient pas manqué d'attirer son regard. A vrai dire, l'exotisme de son amie arménienne ne semblait pas l'avoir convaincu. Un sourire se peignit sur les lèvres d'Achkhène tandis qu'elle se levait, jetant un regard à son frère. Après tout une danse... Pourquoi pas ? Le grand brun sembla d'un coup plus enjoué, et entraîna sa cavalière près du piano.

-Tu as de quoi le payer ? Demanda Achkhène en passant à un net tutoiement et désignant le pianiste d'un mouvement de tête.

L'homme acquiesça et lui tendit une pièce, que la jeune femme lança au musicien.


-Vas-y l'artiste ! Joue nous les derniers airs à la mode !

Les regards se tournèrent vers la jeune femme, dont la désinvolture et l'insolence faisaient souvent réagir. Le pianiste réfléchit un instant pu entonna un air enjoué, que les cordes usées et désaccordées du piano faussaient d'une façon presque grotesque. Sans vraiment se soucier du rythme de la musique, les danseurs commencèrent à se mouvoir, le plancher du bateau craquant sous leurs pas.

-Alors dis-moi, belle étrangère... D'où viens-tu donc ? Et qu'est ce qui t'amène à Londres ? Demanda-t-il.

Achkhène pinça les lèvres un instant. Ainsi donc c'était ce qui l'intriguait : Savoir d'où elle venait. On lui avait maintes fois posé la question et dans certaines contrées, elle avait l'impression d'être une bête de foire, avec sa peau hâlée et ses yeux mordorés. Pourtant, elle se força à sourire et répondit d'un ton énigmatique.


-D'ici, de là... J'aime voyager, je ne puis donc dire d'où je viens... Je suis venu retrouver de vieux amis à Londres...

Elle n'ajouta pas que Khorèn était son frère, elle ne voulait pas risquer de le mettre dans l'embarras, au cas où quelqu'un aurait découvert les véritables activités de la jeune femme.

-Et toi ! Dis m'en plus sur ton compte ?

-Il n'y a pas grand chose à dire, je vis ici depuis toujours. Je gagne ma vie en jouant aux cartes ou... En revendant de beaux objets.

Se disant, il passa une main dans les cheveux de la jeune femme qui en frémit de dégoût. Combien de fois avait-elle au affaire à ces individus aux goûts étranges, considérant les humains comme des objets ? En Egypte, elle avait même eut affaire à un couple particulièrement dérangé qui lui avait proposé une sommes astronomique et quelques chameaux en échange... D'Olivia, dont le teint et la blondeur ravissait les regards en orient. Eprise de liberté, Achkhène ne comprenait pas que l'on puisse vendre un humain ou le posséder pour en faire un simple ornement.
Plus elle l'observait, plus elle trouvait son cavalier répugnant. Mais en y repensant, une information la fit tiquer. Il était joueur...


-Oh... Voilà de bien curieuses activités ! Et à quoi joues-tu ? Demanda-t-elle d'une voix ronronnante.

L'homme sembla se gonfler d'orgueil, et alors qu'ils tournaient, il désigna une table de joueurs au fond de la salle.


-Je plume les meilleures tables de Londres, ma chère ! A commencer par celle-ci... J'ai quelques... Atouts en poche !

Achkhène prit cette remarque au pied de la lettre, et fit mine de se rapprocher un peu plus de son cavalier. Elle plongea discrètement sa main dans la poche intérieure de la veste élimée de l'homme, en sortit trois as, et d'une élégante pirouette elle se détacha de l'étreinte de l'ivrogne.
Celui-ci n'eut pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait que déjà, la demoiselle hélait les joueurs à la table du fond.


-Messieurs les joueurs de poker et autres farces ! Je me dois de vous dire que... Vous vous êtes fait avoir ! Je crains que cet homme ici présent de se soit moqué de vous ! Tricher c'est voler, et le vol est répréhensible il me semble... Non ? Ajouta-t-elle avec un clin d'oeil.

Aussitôt, les joueurs se tournèrent vers la demoiselle, et alors que l'ivrogne s'apprêtait à lui faire regretter son attitude, le barman et d'autres joueurs plumés et déçus se jetèrent sur l'homme pour lui donner une bonne correction et le mettre dehors. Satisfaite, la jeune femme regagna sa table, où elle ne trouva que Khorèn.


-Où est Olivia ?

Elle la chercha du regard, mais avec l'agitation qui régnait, elle ne la trouva pas. Elle était sûrement partie faire un tour avec le petit roux.
Achkhène se rassit tranquillement, mais elle entendait déjà son frère la réprimander pour son attitude...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Beuveries au Shoot&Boom Sam 15 Juin - 9:29

Il leur fallut quand même un petit moment pour trouver le fameux Shoot&Boom, mais voir Achkhène galérer à trottiner en tenant les différentes couches de sa robe était si drôle qu'Olivia ne pouvait s'empêcher de faire quelques détours. Mais finalement, ils trouvèrent le bar. Un bar dans un bateau ! Quelle idée de génie ! Enfin, tout le monde ne semblait pas penser la même chose... Le pauvre Khorèn avait soudainement pâlit, et la londonienne se rappella alors qu'il ne supportait absolument pas d'être sur un objet sur l'eau. Alors que sa soeur se moquait ouvertement de lui, la blonde choisit plutôt de le réconforter, en posant une main douce sur son épaule, un sourire se voulant rassurant aux lèvres.

- Allez t'en fais pas, je suis sûre que ça va bien se passer et que tu ne va presque rien ressentir...

Le débat ne fut cependant pas très long, puisque deux hommes, certainement deux ivrognes, vinrent aborder les jeunes femmes, certainement alors qu'ils cherchaient de la chair fraiche. C'est vrai que non seulement elles étaient belles (quoi ? Faut voir la vérité en face !) mais en plus, elles n'avaient pas des allures de prostituées de bas étage de Whitechapel, elles étaient propres, bien coiffés et légèrement parfumés. De quoi attirer tout les pseudo-prédateurs de Londres. Mais Olivia n'avait pas peur. Si le rouquin qui semblait l'a préféré avait un petit air sournois qui ne lui plaisait guère, le grand brun avait surtout l'air d'un ivrogne à qui il manquait quelques cases, pas un méchant en somme. Un regard entre les deux pirates suffit à ce qu'elles se mettent d'accord, et chacune s'accrocha à un bras de leur pauvre garde du corps.

-Ooh... Ce serait avec plaisir mais... Je ne suis pas certaine que notre cher compagnon soit enchanté...
- Une prochaine fois peut-être mes chéris !

Et Khorèn les emmena à l'intérieur du bateau-bar. A peine avaient-elles franchit les portes qu'elles éclatèrent de rire. Ce n'était pas gentil de se moquer des autres, mais qu'est-ce que c'était drôle !

L'ambiance, au yeux d'Olivia, était chaleureuse. Bien sûr ce n'était pas du grand art, le piano était désaccordé, il y avait foule et pas que d'honnête gens, mais toute les auberges qu'elle avait pu découvrir autour du monde avaient le même style, et ça lui faisait dire que tout les êtres humains étaient les mêmes: ils aimaient tous se retrouver entre amis boire un verre dans une ambiance chaleureuse et conviviale. Et ça lui donnait du baume au coeur.

Ils trouvèrent enfin une table libre et s'assirent. Olivia avait beaucoup moins de soucis à se déplacer et à s'assoir, car sa robe était très simple, contrairement à celle de son amie. Achkhène tentait de rassurer son frère mais sa seconde n'était pas tout à fait d'accord avec son discours.


- De toute façon, il n'y aura pas besoin de se défendre, puisque tu va rester sage ce soir et ne pas faire de vagues...

Olivia connaissait son capitaine par coeur. C'était une femme formidable, avec de nombreuses qualités, mais c'était une enfant. Une enfant bagarreuse. Elle aimait provoquer des bagares sans intérêt, surtout si c'était dans un bar. D'ordinaire, la jolie blonde la suit sans rechigner, mais d'ordinaire, elles ont leur tenue de pirates et toute leurs armes. Là, elles portaient des robes, Achkhène n'avait qu'un pistolet sur elle, et Olivia un poignard dans sa manche. De plus, elles étaient à Londres, là où Olivia était connue, et elle ne voulait pas faire trop de vagues.

Le serveur vint prendre leur commandes, et la capitaine du Ragnarok demande à son frère de lui faire le récit de ces dix dernières années. Olivia se fit soudainement très attentive. Londres lui avait manqué. C'était une ville brumeuse, sale, mal famée, mais c'était sa ville, et elle voulait savoir ce qu'elle avait raté en dix ans. Elle voulait savoir ce qui était arrivé à Khorèn, elle s'était aussi inquiété pour lui, après tout c'était aussi son ami !

Le serveur arriva avec leur commandes, ils trinquèrent, mais alors que le jeune homme reprenait son récit et que la blonde savourait le whisky qui coulait dans sa gorge, les deux hommes qu'elles avaient repoussé à l'entrée revinrent à l'attaque.


- Allons, mesdemoiselles... Ne faites pas vos timides ! Accordez donc une danse aux gentilshommes que nous sommes...
- Désolé mais nous sommes déjà accompagnées comme vous pouvez le voir et....Ach..Mary où tu va ?!

Trop tard, elle s'était éloigné avec le grand brun, et en plus, Olivia avait failli oublier qu'elle devait l'appeller "Mary" quand elles étaient à Londres. Mais quel imbécile celle là... La blonde soupira, surtout quand elle vit l'homme roux s'assoir à la place de sa meilleure amie. Il ne l'allait pas la lâcher hein ? La blonde se pencha à l'oreille de Khorèn.

- Essaye de garder un oeil sur ta soeur. Je me débarrasse de ce jeune homme et je la ramène en lui bottant les fesses.

Ils échangèrent un regard entendu, puis elle se leva, prenant un air charmeur en direction du rouquin.

- Mon compagnon est d'accord pour une danse...

Sans se faire prier, l'homme se leva et prit le bras de la blonde pour l'entrainer vers les danseurs. Ils commencèrent à tournoyer et il tenta une conversation.

- Je m'appelle Ryan Grand.
- Olivia.
- Que faites vous à Londres chère Olivia ?
- Je viens voir de la famille.
- Vous n'êtes pas très bavarde.
- Je...préfère l'action... répondit-elle avec un petit sourire entendu.

Vu l'étincelle d'envie qui s'était allumée dans les yeux du roux, il avait comprit son sous-entendu. D'ailleurs, leur danse dériva de plus en plus sur le coté, puis finalement ils se trouvèrent dans un couloir à l'écart, vide. Il plaqua Olivia contre le mur et l'obligea à l'embrasser avec fougue. La pirate détestait ça, ce genre de baisers lui donnaient envie de vomir, elle pouvait sentir les mains de l'homme caresser ses hanches puis ses cuisses. Mais alors qu'il allait remonter ses jupons, il sentit quelque chose de pointu sur sa gorge. Il se figea, ouvrit les yeux, et rompit le baiser en voyant qu'Olivia pointait son poignard sur sa gorge. Elle ne souriait plus, et son regard de glace le pétrifia. Sa voix se fit dur, sans appel.

- Tu ne t'approcheras plus jamais ni de moi, ni de mon amie, ou la prochaine fois que je te vois, je te découpe ce qui permet de montrer ta virilité. Dis que tu m'a vu à qui que ce soit, et c'est ta gorge que je tranche. Compris ?

Il hocha la tête, un peu tremblant. Elle sourit. Puis lui donna un coup de genou dans l'estomac, ce qui le fit se plier en deux, et elle put ainsi l'assommer d'un coup sec sur la nuque. Cette autorité naturelle et ce pouvoir de se faire obéir d'un regard et de quelques mots étaient bien pratiques sur un navire de pirates, même si elle aurait aimé que ça fonctionne aussi sur Achkhène. D'ailleurs, c'était quoi ce soudain brouhaha ?

Laissant là le corps gisant du pauvre rouquin, elle retourna dans le bar...et put apercevoir que quelqu'un avait déclenché une belle bagarre. Et vu qu'elle arrivait à apercevoir l'air satisfait d'Achkhène, elle savait exactement qui était le coupable.... Olivia se fraya un chemin dans la mêlée sans prendre un seul coup, la force de l'habitude, et arrivée à sa table, elle posa violemment ses mains sur le pauvre meuble de bois, et fusilla son amie du regard.


- Est-ce que tu te foutrais pas un peu de ma gueule par hasard ?! Je t'avais dit de rester tranquille ! Tu n'écoutes jamais rien espèce de sale gosse ! Bon dieu, je t'ai dis qu'on devait rester discrètes, on risque toute deux la pendaison ici, alors pourquoi tu va encore te bagarrer ?! T'a de la bouillie de poisson à la place de la cervelle !

Et c'était partit pour une de leurs nombreuses et longues disputes....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Beuveries au Shoot&Boom

Revenir en haut Aller en bas

Beuveries au Shoot&Boom

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Tic Tac Boom» sonic boom [ en cours]» Boom Beach» you shoot me down but i won't fall › Ilian Oms» "Konkour Gros Boum" fin d'année Apocalypse
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: La City :: Le Port: St Katharine's dock :: Shoot&Boom (bar et demeure de Brandy)-