L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Description du lieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Description du lieu Mar 13 Aoû - 15:59

Chinatown et la "Divine"

L'ambiance du quartier se fait moins discrète ici qu'ailleurs. Beaucoup de groupes de gens occupés à discuter, tous typés, petits, le regard malicieux se pressent en tous sens. Nombreux sont pauvres, leurs vêtements en lambeaux en témoignent, mais beaucoup sont aussi ivres morts dans les rigoles, braillards et rieurs. Ils mangent tous ensemble dans des bols éméchés. C'est une de ces ambiances mal famées où pourtant l'on a l'impression d'être entré dans une grande famille aux airs festifs. Les lumières sont tamisées, des milliers de petits lampions rouges sont pendus entre les maisons et des draps ocre se volettent entre eux. On pourrait croire que la rue, pourtant très étroite, regorge de choses et d'autres, comme dans un marché, et cela malgré la nuit tombante.

Des hommes et des femmes la saluent de loin en baissant vite-fait la tête en signe de politesse, Azami leur répond de la même manière muette mais courtoise. C'est elle, la "Divine". Une des femmes les plus riches du quartier.

"L'Antre des Anges" – un bar en couverture

A Chinatown, un bar affiche une enseigne penchante : "L'Antre des Anges". La porte ouverte laisse entendre le vacarme des soiffards avides de blagues et de hauts faits. Mais sous couvert de boisson, cet établissement cache en réalité un véritable réseau de prostitution et une fumerie d'opium. Azami Monoko, connue dans les réseaux sous le nom de la "Divine" de Chinatown, est la réelle propriétaire des lieux. On l'y respecte pour son argent et ses formes depuis neuf ans.

Les escaliers et le souterrain

On accède à la fumerie et aux chambres de plaisirs par une petite porte de bois, à l'intérieur du bar, directement sur la droite en entrant. Un escalier fort sombre descend d'environ un étage sous l'établissement. Ainsi, l'isolation phonique est à son maximum d'autant que le murs s'avèrent terriblement épais. Un long couloir gris, sans autre source de luminosité qu'une série de deux torches de chaque côté du mur, fixées à intervalles réguliers, tourne quelque peu sur la droite et mène le visiteur à une anti-chambre dont la porte d'entrée n'est qu'un simple rideau.  

L'anti-chambre

Derrière le rideau cousu de fils rouges et or, porte imaginaire écartée par une jeune femme d'un revers gracieux de la main, une pièce carrée de petite taille accueille le client. Ici, le brouhaha du bar ne devient plus qu'un mauvais souvenir. Agréablement tapissée de mille et une tentures chatoyantes, pleine de poufs et de sièges confortables installés devant de petites tables basse, c'est une salle d'attente qui offre un confort impressionnant au client après la fraîcheur du tunnel qu'il vient de franchir. Quelques vases asiatiques ornent ses angles. Perchés sur de petites colonnades ouvragées, ils portent des bambous et des lys.
La chaleur du lieu contraste énormément avec le couloir et les rues sombres de Londres. Il est impossible de ne pas s'y sentir à l'aise d'autant que rien ne semble suspect en ce lieu. Des femmes en kimono servent les arrivants avec grâce et humilité. Leurs noms et leurs requêtes sont pris en notes avant qu'un homme ne les appelle un par un.

La pièce principale – la fumerie

L'univers débauché qui sert de repaire, de lieu de jeux et de revenu à Azami se trouve derrière une large porte ouvragée de motifs japonais bleus et or. Après l'anti-chambre, c'est un véritable tableau de débauche qui s'ouvre au client. Lits, plumes, draps et voiles multicolores accueillent les invités au milieux de bijoux, d'éventails, de vases d'opium, de plateaux de raisins et de jarres de vin...Accueillis par des hommes de mains, les clients se débarrassent de leurs effets et, contre monnaie trébuchante, se voient ouvrir le paradis de l'opium et des filles.

Trois comptoirs sont ouverts : celui de la fumerie, celui des prostituées et celui du thé et autres boissons.

Le client peut fumer en public ou s'arrêter sous des chambrettes ouvertes, réservées pour un usage personnel ou convivial. Pipes et herbes sont mises à constante disposition.
Le client peut aussi s'adonner au plaisir de la chair avec une quinzaine de filles. Pour cela, les réservations sont de mise si l'on souhaite obtenir les plus belles. Une multitudes de portes donnent ainsi sur de petites chambres bien isolées où les désirs s'épanchent sans limite.

Le couloir caché

Dans la pièce principale, derrière le comptoir des prostituées, une porte imperceptible, cachée derrière une tenture, donne sur un nouveau couloir. Son sol est couvert d'une moquette souple et moelleuse. Le long des murs se tiennent quelques bougies au milieux de torches et de fresques ornementales. Ces dernières donnent un petit quelque chose à la fois oriental et Antique. En effet, les scènes représentées sont toutes sur le même thème: l'orgie, la musique et les festivités. Elles mélangent les esquisses japonaises et les peintures Grecques, ce qui peut paraître étrange pour celui qui s'y connaît en art.

La chambre d'Azami

Au bout du couloir se trouve une ultime porte avant le lieu de repos et la véritable maison d'Azami. C'est une porte de bois bardée de fer à l'aspect cependant doux et léger grâce aux draperies qui la recouvrent. Une fois devant, il faut une clé pour entrer. Seule Azami peut la posséder, il n'existe pas de double.
La pièce est rectangulaire mais des tentures, des meubles et des draperies cassent cet effet d'angle. C'est une sorte de boudoir, avec un coin penderie caché par plusieurs paravents aux motifs orientaux de fleurs de cerisiers et d'oiseaux. Une table basse et des poufs servent de lieu de repas et, plus loin, au fond de la pièce, trône un lit à baldaquins rougeoyants. Partout des meubles et des vases orientaux, des objets typiques et des lampions, des plateaux de bambou, des symboles, des dragons en bois et en papier, de la calligraphie et des éventails...Tout un univers fait de grâce et de mollesse attrayante s'offre au visiteur. Des parfums s'y mêlent, l'encens y brûle, les torches et les bougies rendent le lieu chaleureux et tout semble fait pour que l'on s'y assoupisse en rêvant.

Il faut noter que derrière les tentures se trouve également un petit renfoncement invisible à celui qui ne le connaît pas. Azami n'est jamais totalement seule dans sa chambre. Depuis qu'elle a eut des soucis avec un gang de chinois (la "Perche d'or"), qui lui réclamait de l'opium à bas prix contre des objets de valeur, et qu'elle a essuyé une attaque au couteau, un garde du corps veille toujours sur elle. Ils sont trois à se relayer: deux chinois (Lin Fin, Ushi Hon) et un anglais d'origines irlandaises (Phelan "petit loup" Kearney). Leur maîtresse n'a rien à leur cacher, ni ses tasses de thé, ni ses comptes, ni son sommeil, pas même son corps et ses ébats...

- Lin Fin: Chinois, 29ans, 1,69m, élancé, finement musclé, incroyablement souple et fort, ancien contorsionniste d'un cirque d'Allemagne, cheveux noirs et courts, yeux bruns.
- Ushi Hon: Chinois, 36ans, 1,73m, très carré, musclé comme un athlète, visage fin, cheveux aux épaules, fins et noirs, yeux bruns très foncés.
- Phelan "petit loup" Kearney: Irlandais, 41ans, 1,76m, brun très clair, cheveux ébouriffés, mains très larges, bâtit pour lutter.


(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Ce schéma est à imaginer avec une foule d'objets supplémentaires comme dans la description ci-dessus...Tapis, tentures, vases...etc.

Salle d'eau et cuisine personnelle

Vers le fond de la pièce, à droite du lit à baldaquins, une tenture sert encore de porte. Azami possède-là sa salle d'eau personnelle avec une grande baignoire, ainsi qu'une petite cuisine pour faire le thé, préparer l'opium et ses poisons. Vapeurs et odeurs agréables de boisson s'en dégagent et divers instruments pour le maquillage s'y accumulent sur une commode.

Les filles de "L'Antre des Anges"

Au nombre changeant (entre 6 et 15), les prostituées d'Azami la prennent pour une véritable maîtresse. On peut en reconnaître certaines:
- Annie, jeune française de 21ans, brune aux formes généreuses, spécialiste des massages divers et variés.
- Samaël, égyptienne de 28ans, cheveux noirs et raides, peau hâlée, filiforme, exotique très demandée pour ses charmes et son savoir-faire.
- Nadia, anglaise de 19ans, cheveux noirs bouclés, peau très blanche, bien portante, réclamée pour sa souplesse et ses mélodies.
- Xiong-Mao, chinoise de 23ans, cheveux noirs très longs, petite et fine, spécialiste des petits plaisirs forts coûteux.
- Evène, allemande de 17ans, cheveux blonds, rondelette, appréciée pour ses excès.
- Atrachka, russe de 34ans, cheveux châtains, forte et grande, demandée pour ses massages et sa complicité.
- Liv, anglaise de 24ans, rousse, parfaite, un petit bijoux de Londres qui se vend à prix d'or pour ses formes, son charme et ses techniques plus novatrices les unes que les autres.
- Kate, anglaise de 18ans, jeune et intrépide, vive, élancée, acrobate recyclée, elle attire par son regard noir et provoquant, c'est une catin dépossédée de son âme mais gardienne de ses élans capricieux.

Azami les aime comme une mère et les protège malgré leur statut. Elle ne permettra à personne de leur faire du mal.


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com

Description du lieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Description du lieu» Description du lieu» Description des Lieux et monstres présents» ? description du lieu» Description du lieu
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Soho et Trafalgar Square :: Chinatown :: « L'Antre des Anges», fumerie d'Azami-