L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

L'Ombre en littérature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Comte Keï
Admin
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1545
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : Kunzite: Last Rose by kir-tat sur Deviantart
MessageSujet: L'Ombre en littérature Sam 1 Mar - 16:54

Voici un topic que j'ouvre grâce à Link qui m'a conseillée de lire ce petit conte d'Andersen et qui concerne une certaine Ombre. A vous de nous trouver d'autres lectures qui mettent "l'ombre" à l'honneur! Wink

Extrait:

L’OMBRE.

C’est terrible, comme le soleil brûle dans les pays chauds ! Les gens y deviennent bruns comme de l’acajou, et, dans les plus chauds, noirs comme des nègres. Un savant était arrivé de son pays froid dans un de ces pays chauds, où il pensait pouvoir se promener comme chez lui ; mais bientôt il fut persuadé du contraire. Comme les gens raisonnables, il fut obligé de s’enfermer toute la journée chez lui ; la maison avait l’air de dormir ou d’être abandonnée. Du matin jusqu’au soir, le soleil brillait entre les hautes maisons, le long de la petite rue où il restait. En vérité, c’était insupportable.
Le savant des pays froids, qui était jeune encore, se croyait dans une fournaise ardente ; il maigrit de plus en plus, et son ombre se rétrécit considérablement. Le soleil lui portait préjudice. Il ne revenait véritablement à la vie qu’après le coucher du soleil.
Que d’agréments alors ! Dès qu’on allumait la bougie dans la chambre, l’Ombre s’étendait sur tout le mur, même sur une partie du plafond ; elle s’étendait le plus possible, pour reprendre ses forces.


Texte entier: L’Ombre (Andersen-Soldi)

Bonne lecture! Wink


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Hawthorn Feathersigh
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 18/07/2015
Nombre de messages : 69
Race : Humain
Classe sociale : Aristocratie, noblesse disgracieuse
Emploi/loisirs : Écrivain ; faire discrètement disparaître des cadavres / Lire, écrire, jouir des défuntes beautés nocturnes, fréquenter les salons, jouer du violon ...
Age : 23 ans.
Age (apparence) : Milieu de la vingtaine, en soit son age propre.
Proie(s) : Les reliquats de vie, les éclats d existence ... Cadavres exquis.
Crédit Avatar : Iayetta83, Deviant Art
MessageSujet: Re: L'Ombre en littérature Mar 5 Avr - 19:49

Je n'ose imaginer combien d'années recouvrirent ce sujet de poussière. Je me fraie un chemin entre les toiles tendues par les arachnides de la décrépitude pour vous faire offrande à mon tour de quelques lignes, en cet inquiétant autel dédié à l'obscurité.
Voilà un long moment que j'avais lu cette nouvelle d'Edgar Allan Poe ... Et ce sujet me l'évoque à cette heure. Aussi tenais je à vous la faire partager. J'espère qu'elle vous plaira comme elle me séduisit.

Extrait :

Ombre.

Mais graduellement mon chant cessa, et les échos, roulant au loin parmi les noires draperies de la chambre, devinrent faibles, indistincts, et s’évanouirent. Et voilà que, du fond de ces draperies noires où allait mourir le bruit de la chanson, s’éleva une ombre, sombre, indéfinie, — une ombre semblable à celle que la lune, quand elle est basse dans le ciel, peut dessiner d’après le corps d’un homme ; mais ce n’était l’ombre ni d’un homme, ni d’un dieu, ni d’aucun être connu. Et, frissonnant un instant parmi les draperies, elle resta enfin, visible et droite, sur la surface de la porte d’airain. Mais l’ombre était vague, sans forme, indéfinie ; ce n’était l’ombre ni d’un homme, ni d’un dieu, — ni d’un dieu de Grèce, ni d’un dieu de Chaldée, ni d’aucun dieu égyptien. Et l’ombre reposait sur la grande porte de bronze et sous la corniche cintrée, et elle ne bougeait pas, et elle ne prononçait pas une parole, mais elle se fixait de plus en plus, et elle resta immobile.


Texte intégral : Ombre (Edgar A. Poe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angus MacLeod
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 27/08/2016
Nombre de messages : 25
Race : Humaine
Classe sociale : Bourgeoisie
Emploi/loisirs : Médecin, tératologue
Age : 36
Age (apparence) : 36
Proie(s) : Loups-Garous, principalement.
Crédit Avatar : Deathless Male Hunter, par Fernando Acosta
MessageSujet: Re: L'Ombre en littérature Lun 29 Aoû - 11:16

Extrait :
Il lui disait : - Vos chants sont tristes. Qu'avez-vous ?
Ange inquiet, quels pleurs mouillent vos yeux si doux ?
Pourquoi, pauvre âme tendre, inclinée et fidèle,
Comme un jonc que le vent a ployé d'un coup d'aile,
Pencher votre beau front assombri par instants ?
Il faut vous réjouir, car voici le printemps,
Avril, saison dorée, où, parmi les zéphires,
Les parfums, les chansons, les baisers, les sourires,
Et les charmants propos qu'on dit à demi-voix,
L'amour revient aux coeurs comme la feuille aux bois ! -

Texte intégral : L'ombre (Victor Hugo, Les rayons et les ombres).

Du même auteur, il existe également Ce que dit la bouche d'ombre (Les contemplations), beaucoup plus long et marqué par la spiritualité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'Ombre en littérature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !» les animaux ds la littérature» Club Littérature» MALAISE DANS LA LITTÉRATURE. Ou les poètes Lwijanboje.» Un cours particulier s'il vous plait ... (pv David Lord)
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Au delà de l'Ombre (HRP) :: Le Salon des joueurs :: Littérature-