L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 622
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Ven 23 Mai - 4:25

[HJ: Provenance: Regent's Park Une attente pénible]

La nuit commençait à doucement tomber sur les alentours du pont de Londres. Les derniers rayons du Phébus condamner se noyant dans les reflets verdâtre de l’eau était un véritable spectacle que peu de gens avait l’occasion de contempler. En effet a cet heure la plus part des habitants était rentré chez eux et les autres se pavanait dans les salons de la ville.

Le temps était moins risquait et humide et rien dans les apparences ne laissait deviner la pluie des derniers jours. Une jeune femme aristocratement vêtue était accoudée à l’un des remparts du pont. Ses long cheveux bouclé était rattacher en un chignon qui laissait tomber plusieurs mèches rebelle emporter par le vent. Les yeux bleus de la belle fixaient le vide devant elle tandis que des reflets ardents dansaient dans ses iris. Perdue dans les pensées l’aristocrate réfléchissait.

Plutôt dans la journée Sarah avait pus rencontré une des ses connaissance qui travaillait au palais de la reine victoria. Elle cherchait des informations sur un certain comte qui se prétendait ami avec sa majesté. La jeune femme avait pus la renseigner grandement. Le comte était en effet le conseiller particulier de la reine et celle-ci accordait une grande importance à son opinion. Pourtant ont voyait rarement le jeune homme au palais. Le reste n’avait été que du babillage de la part de la jeune femme qui vanta les nombreux attraits du comte en questions.

En soupirant la chasseuse passa une de ses mains diaphane a la base de son cou. Ont sentait encore les marques laisser par une morsure plutôt fraîche. Prenant soudainement consciente que le soleil c’était couché depuis un moment, Sarah sortit de sa torpeur et tourna les talons dans un froissement de robe. Après le discours ennuyeux de sa mère sur l’importance d’avertir les gens de ses déplacements, la jeune aristocrate n’avait pas envie d’un nouveau sermon. Il fallait que sa mère s’habitue au fait qu’elle ait 20 ans...

Les pas de la jeune femme résonnaient sur le pavé de l’endroit. Les rues déserte n’était guère accueillante mais Sarah avait l’habitude des parcourir la nuit. Seulement se soir elle n’était pas en chasse et la présence rassurante de son épée en argent sur son flan était absente. Un bruissement fit retourner la jeune femme en un sursaut. Depuis sa dernière rencontre avec un vampire elle ce montrait méfiante et légèrement nerveuse.


*Cela ne peut être lui... il doit être ailleurs...Il ne peu certainement pas m’avoir retrouvé...*

Une légère paranoïa troubla les pensée de la jeune femme tendis quelle reprenais sa route. Ramassant son courage et son instinct de défis Sarah s’engagea dans l’un des chemins principal qui conduisait à chez elle.




Dernière édition par Sarah Spencer le Lun 18 Nov - 20:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Sam 24 Mai - 14:29

[HRP/Depuis la cathédrale Saint Paul: "De bien sombres projets"/HRP]

Une voix grave, inconnue de la jeune femme, résonna dans sa tête en un murmure profond:

- Les pavés sont faits de telle sorte que le sang versé dans la rue s'écoule jusqu'aux égouts et nourrisse les rats.

Puis le silence, pesant, laissa place à nouveaux aux pensées de l'aristocrate, seule.
Une brise caressa ses cheveux et parmi les lampadaires de la rue qui venaient de s'allumer, le plus proche grésilla et s'éteignit. L'obscurité grandit: le soleil avait fini de se coucher depuis plusieurs minutes et la pâle et pourtant douce lumière que l'horizon lointain laissait passer un moment auparavant abandonna la ville aux tourments de la nuit nouvelle.

Un bruit plus loin dans la rue brisa le silence avant de lui laisser reprendre ses droits comme si un chat ou un rongeur avait mal calculé son mouvement et s'était reprit très vite. Seulement, loin d'être un mauvais calcul, le bruit se fit entendre de nouveau beaucoup plus près cette fois mais sur le côté. Un bruit de pas résonna: quelqu'un marchait mais on ne savait pas d'où il venait et plus terrifiant encore, il semblait venir de l'air lui même comme si le possesseur de ces bottes distinguées était partout.


- L'heure de la Grande Horloge appelle à la prudence.

La voix était revenue plus susurrante dans la tête de la jeune femme et fut suivie de plusieurs autres bruits comme si elle était encerclée par des ennemis invisibles.

- Par ici...
Comme des rats.
Surprenant.
Goutte par goutte...


La voix murmura des mots et brides de phrases parfois superposées les uns sur les autres, provenant de milles endroits différents et toujours accompagnés de bruits étranges et lugubres.

- Le hasard.
Chance.
Quel destin?
Fatalité...
Où vas-tu?


Un souffle passa dans les cheveux de Sarah et des lèvres effleurèrent sa joue gauche tout près de son oreille sans la toucher.

- Je t'ai retrouvée...

Cette-fois c'était la voix de Jirômaru. Mais il disparu avec ses mots avant que Sarah ne pu le voir. Ce soir, les nerfs de la pauvre chasseuse allaient être mis à l'épreuve de façon épouvantable...


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink


Dernière édition par Comte Keï le Sam 24 Nov - 6:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 622
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Dim 25 Mai - 3:05

Sarah laissait ses pensées vagabondées de façon naturelle lorsque soudain une voix qui sembla être une sorte de murmure résonna dans sa tête.

- Les pavés sont faits de telle sorte que le sang versé dans la rue s'écoule jusqu'aux égouts et nourrisse les rats.

Croyant à un hasard la jeune femme s’arrêta de marcher la respiration soudainement silencieuse. Après de nombreuse nuit passer à traquer des créatures de toute sorte, la chasseuse avait apprit une leçon très importante. Dans ce monde il n’y avait jamais de hasard. Le silence, lourd et insoutenable remplissait les rues. Une brise légère s’engouffra dans les mèches libres de Sarah déclanchant par la même occasion un immense frisson. Le lampadaire le plus proche, la source même de lumière, s’éteignit dans un grésillement peu coutumier.

Un bruit sourd surgit de l’obscurité faisant sursauté la chasseuse. Il semblait loin mais cet hypothèse fut de courte durée car au même instant un bruit similaire se fit de nouveau entendre mais cet fois plus proche beaucoup plus proche. Instinctivement la magicienne posa la main sur sa hanche cherchant la garde de son arme. Le bout de ses doigts ne frôlèrent que le doux tissu dont elle était vêtue. La chasseuse ouvrit la paume faisant apparaître une flamme. Celle si éclaira les alentours ne dévoilant que les paliers des maisons environnante. Soudain un nouveau bruit surgit du noir. Cette fois, Sarah distingua le son familier de botte. Quelqu’un devait sans doute approcher. Tournant sur elle-même la magicienne esseilla d’éclaire autours d’elle... Rien.


- L'heure de la Grande Horloge appelle à la prudence.

Encore une fois la voix surgie des pensées de la jeune femme qui porta aussitôt une main à sa tempe puis presque aussitôt à la base de son cou qui c’était mit à lui brûler légèrement. Des voix, d’abord discrète et presque inaudible se firent plus oppressante comme si elles encerclaient rapidement l'aristocrate.

- Par ici...
Comme des rats.
Surprenant.
Goutte par goutte...


Incompréhensible, les brides de phrase résonnaient lugubrement à l’oreille de la belle faisant monter sa tension rapidement. Sarah tentait de rester concentré mais les voix l’en empêchait.

- Le hasard.
Chance.
Quel destin?
Fatalité...
Où vas-tu?

Une brise ou un souffle passa dans les cheveux de la jeune femme tandis qu’un effleurement de lèvre se faisait ressentir sur la joue gauche de la belle.

Citation :
- Je t'ai retrouvée...

Les yeux de Sarah s’agrandirent tandis que tout son corps se figeait indéniablement. La flamme dans la main de la jeune femme s’éteignit soudainement comme happer par un vent mystérieux.

-Jirômaru...

La voix de la jeune femme résonna dans le silence presque comme un appelle. Reprenant soudainement conscience d’elle-même la chasseuse repoussa une des ses mèche de cheveux derrière ses oreilles avant de relever le bas de sa robe et de se mettre a courir. Elle ne possédait aucune arme en argent sur elle et sa demeure restait encore loin à atteindre. Sa seule option était donc de fuir mais une voix dans la tête de Sarah lui murmurait que c’était l’effet attendu. Comment le comte avait-il pus la retrouver si vite? Un souvenir de la discussion avec la servante royal lui revint en tête.

*Sieur Keì est parfois étrange. Il apparaît toujours à l’endroit ou ont si attend le moins. Il est si discret que, pendant juste deux seconde d’inattention il apparaît devant vous comme par magie.*

La magie? Les vampires avait-il la possibilité de faire de la magie? Si c’était le cas l’ennemi était encore plus dangereux qu’il ne laissait paraître. S’engageant dans une rue principal grandement éclairer Sarah cessa de courir. Courir avec une robe était totalement différent que de courir avec un habit de chasseur. En effet, malgré la légèreté du tissu de la robe, celui-ci restait encombrant. Durant sa course le chignon rapidement fait le matin même c’était dénoué laissant les cheveux ondulés de la jeune femme retomber en cascade sur ses épaules.

Les yeux bleus de la belle regardèrent la lumière du lampadaire au dessus de sa tête pendant une seconde avant de fixer l’obscurité d’une maison. L'amour de la lumière trahis.Changeant rapidement d’endroit, la chasseuse alla se vautré dans l’entrebâillement d’une boutique abandonner. Elle savait que les vampires avait une visibilité nettement supérieur à celle des humains mais également limité.

Une idée traversa l’esprit de Sarah tendis que ses doigts tâtait sa chevelure rebelle. Enfin les doigts diaphane de l’aristocrate touchèrent l’objet rechercher. Il s’agissait d’une petite broche en forme de fleur de lotus japonais offert par Abigail pour l’un de ses anniversaires. L’objet était entièrement faite d’argent. L’aiguille de la broche quoi que peu coupante pouvait servir d’arme en cas de besoin. Gardant l’objet dans sa main, Sarah releva la tête pour scruter la rue déserte. Pourquoi fallait t’il qu’il n’y aie aucun passant dans ses situations? Gardant courage, la chasseuse ralentit sa respiration pour la rendre inaudible.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Dim 25 Mai - 16:16

Le silence se fit maître des lieux lorsque Sarah s'enfuit. Les ruelles sombres paraissaient appartenir à quelque ville fantôme oubliée des dieux et des hommes. Seule une brise légère effleurait les rares arbres qui agrémentaient le trotoir et faisait froisser doucement leurs feuilles souples. Maintenant que le soleil était couché et que les nuages de pois s'amassaient dans le ciel, seuls les lampadaires permettaient de voir encore quelque chose.
Une fine brume commença à s'élever lentement: la pluie de l'orage de l'avant-veille ne s'était pas encore évaporée et du sol gorgé d'eau montaient quelques volutes grisâtres, humides et froids. On eu dit pourtant que cela n'avait rien de naturel: jamais la brume n'était arrivée si rapidemment dans les ruelles et ne s'était mise à onduler aussi mystérieusement que ce soir là.

Plus rien.
Un silence de mort.
Durant de longues minutes, aucune voix, aucun bruit suspect ne vint troubler le calme nocturne. C'était comme si la chasseuse avait tout rêvé, comme s'il n'y avait jamais rien eu et que seule son imagination avait été à l'origine de sa crainte.

Brusquement, tous les lampadaires de la rue et de la rue voisine s'éteignirent. La brise gagna en intensité et on pouvait maintenant l'entendre chanter dans les creux des cheminées et des fenêtres mal calfeutrées.
L'obscurité presque complète.
Un silence dérangé seulement par la brise mortuaire.
Une pesante impression de malsanité dans l'air...

Une nouvelle fois, l'immobilité semblait avoir figé le temps et l'espace.
Soudain le cri lointain d'un chien errant brisa l'ambiance mortifère. Cependant, ce cri n'avait rien de rassurant, bien au contraire: il paraissait appartenir à un rescapé maudit, un être désespéré, galeux, blessé et enragé qui cherchait à se mettre sous la dent n'importe quelle vie.
Puis le silence retomba comme un voile opaque sur les lieux.


- L'onde à la surface du lac se propage docilement mais sur la mer la pierre lancée reste projectile grossier dont l'harmonie recherchée est brisée par les orgueilleuses vagues...

Un bruit de bottes sur les pavés de la rue accompagné du bruit caractéristique d'une canne se mit à résonner. Le lampadaire le plus proche se ralluma et dans la brume un homme dont le manteau frôlait le sol s'avança. Il portait un haute de forme et avait la démarche de tout gentilhomme distingué. Cet homme aurait pu paraître rassurant en d'autres circonstances mais pour celle qui savait son identité, il était tout sauf un signe salvateur.
Il s'arrêta au milieu de la rue sous le lampadaire appuyé de sa main droite sur sa canne ouvragée. Jirômaru, car c'était bien le Vampire qu'avait rencontré Sarah, voulait apparemment être vu et ne redoutait aucun mauvais coups. Assuré comme toujours, l'esprit insondable, le Comte se complaisait certainement dans ce petit jeu sournois et la mise en scène théâtrale qu'il faisait subir à Sarah. Il ne la regardait pas, peut-être même ignorait-il sa cachette, mais il s'adressait à la chasseuse avec une pointe de mesquinerie dans sa voix grave et froide qui paraissait irréelle dans la brume qui l'enveloppait:


- Quel accueil chaleureux...Je m'attendais à plus de démonstration affectueuse de votre part...

Un sourire ironique accentua le dedain déjà marqué sur les lèvres étirées du Vampire découvrant ainsi ses longues canines d'ivoire. Il leva la tête et respira profondément l'air frais de la nuit nouvelle.

- La peur...douce senteur...

Arogant, méprisant, Jirômaru rit et resta là au milieu de la rue comme une statue faite d'ombre. Ainsi il écoutait battre le coeur de Sarah et attendait qu'elle réagisse: lui, il pouvait rester dans cet état de siège jusqu'à l'aube, sans bouger, mais la jeune femme, combien de temps allait-elle supporter cette pièce dont les scènes et les actes s'étireraient en de longues heures d'angoisse?


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 622
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Lun 26 Mai - 4:48

La brume envahis soudainement la rue devenue silencieuse et noirâtre. Les lampadaires au par avant allumer s’était étendue de manière surnaturel. Restant dans l'entrebâillement de la porte Sarah ferma les yeux pour laisser ses iris s’habituer a la pénombre dans laquelle elle venait d'être plonger. C’est avec sursautement quelle les rouvrit en entendent le hurlement d’un animal. Le cri d’agonie ou encore de haine s’éleva au milieu de la brume mystérieuse faisant glacer le sang de tout ceux qui l’attendait depuis leur maison.

La respiration accélérer de la jeune femme devint sifflante au fur et a mesure que la brume doublait d’intensité. Se maudissant intérieurement Sarah se mordit la lèvre inférieure pour l’empêcher de trembler. Elle se retourna légèrement et elle aperçus un lampadaire qui venait de se rallumer. Dans sa lumière se tenait une silhouette que trop reconnaissable. Le visage blanc, les traits illuminer, sa grande cape rouge flottant dans le vent... Le comte Keì était la. Il resta immobile avant de lancer comme si il s’adressait à la rue elle-même.


Citation :
- Quel accueil chaleureux...Je m'attendais à plus de démonstration affectueuse de votre part...

Sarah se rabattit dans l’encadrement de la porte en soupirant. La voix, SA voix... Elle l’avait entendue depuis leur dernière rencontre dans ses nuit ponctuer de rêver étrange. Comme si elle avait attendue se moment sans vraiment savoir si il allait se réaliser ou non. Un murmure étrange emporter par une brise de nuit lui parvint aux oreilles de la jeune noble.

Citation :
- La peur...douce senteur...

Respirant profondément la jeune aristocrate baissa la tête. Ses cheveux détacher retombait le long de son visage au trait parfait tandis que sa robe bleu lui donnait l’air de la jeune noble qu’elle était. Rien a voir avec son apparence de la dernière fois et pourtant la même histoire se répétait, inlassablement comme si la fin de la dernière fois n’avait pas plus au narrateur. Haussant la voix, la jeune femme parla fortement dans la rue déserte.

-Apres notre dernière rencontre... je ne croyais pas vous revoir d’aussitôt...

Il y avait une sorte de tremblement dans la voix de la belle. Quelque chose qui ne ressemblait a rien a de la peur. En effet elle avait espéré quelques jours de répits avant d’être de nouveau chassé. La chasseuse, chassé. Quels mauvais jeux de mot. Pourquoi le comte s’acharnait t’il sur elle ? Au nombre de jeune femme qui n’attendait qu’un signe de sa part pour tomber dans ses bras pourquoi la suivait-il ?

Restant silencieuse dans la pénombre qui l’entourait Sarah détaillait les trait enjôleurs de Jirômaru. En aucun cas elle devait de nouveau céder à ses charmes. Rester ici ne servait a rien. Maintenant qu'elle avait parler, le vampire l'avait repêrer. Reprenant constance, Sarah sortit de sa cachette avançant dans la rue déserte et silencieuse. Toute peur avait quitté ses yeux et l’ombre d’anxiété qui planait sur son esprit quelque instant plus tôt avait totalement disparut. S’approchant du comte d’un démarche assurer elle s’arrêta a une grande distance de lui. Malgré son air amical, la chasseuse avait entrevue la grande force, et la rapidité dont le comte était capable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Mer 28 Mai - 7:43

Lorsqu'il entendit la voix de Sarah, le Comte ne tourna pas la tête dans sa direction mais un sourire de satisfaction laissa entrevoir ses longues canines d'ivoire: si la jeune femme l'intéressait, c'était bien pour son côté intrépide, sauvage et insolent...
Enfin elle sortit de sa cachette et le Vampire daigna poser les yeux sur elle. La chasseuse était certes assurée dans sa démarche et impétueuse dans son esprit mais elle n'était pas folle et, avec prudence, elle s'arrêta de manière à rester dans l'ombre et à ne pas se trouver trop près de lui. Ce petit détail fit tiquer le Comte:


- Humph! Qu'espères-tu donc à rester si loin? Oublierais-tu que mes yeux ne sont pas ceux d'un homme et que l'obscurité m'est aussi claire que le jour? Hahaha !

Son rire était moqueur mais pas méprisant: dans tout cela, il comprenait tout à fait la réaction de Sarah. Il ne faisait que jouer avec sa nature humaine.

- Et puis...

Le temps d'un battement de cil, il se trouva à quelques centimètres de la jeune aristocrate la dominant de sa taille avec un sourire provoquant.

- Les distances ne nous sont pas un problème.

Ha comme il aimait la supériorité de sa race sur celle de ces créatures mortelles! Cela se lisait dans ses yeux de brume maintenant voilés d'obscurité.
Pour ne pas briser la bienséance, du moins pour l'instant, il recula d'un pas en s'inclinant et en enlevant son haut de forme: théâtralité burlesque d'un immortel débauché et emprunt de folie...
Se redressant, son chapeau sous le bras gauche et s'appuyant de sa droite sur sa canne d'aristocrate, il regarda de haut en bas Sarah et émit un jugement critique:


- Cette robe te rend sublime...

En effet, Jirômaru n'avait pas oublié de laisser ses yeux glisser le long des courbes graciles de la belle dont l'étoffe d'azur soulignait les traits, un peu jeunes il est vrai mais magnifiques.
Sans chercher à avancer plus loin ses propos ni à porter la main sur la chasseuse, il resta la tête haute et demanda:


- Sais-tu que l'on ne tue pas impunément les membres de ma race? Asman était un imbécile et je doute que je lui aurais laissé plus longtemps la vie: tu n'as fait qu'écourter ce qui lui restait dans le sablier ternit de son être. Et je t'en remercie.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Jirômaru exécuta une nouvelle courbette devant Sarah avec un sourire charmeur. Cependant, lorsqu'il releva sa tête, il paraissait plus dur que jamais:

- Mais je voudrais savoir ce que tu as fais hier soir...à la pleine lune.

Qu'était-ce? Une véritable question dont il voulait la réponse ou bien une nouvelle forme de son jeu diabolique qui consistait à affirmer ce qu'il savait déjà?
Chose encore étrange: il n'avait pas parlé de la surprenante survie de la chasseuse. Comment était-elle sortit du cercueil soudé? Comment s'était-elle tirée indemne de sa dérive à travers les égouts? Le savait-il ou bien ne voulait-il pas le savoir?
Et encore une chose à laquelle il n'apportait pas de réponse: comment l'avait-il retrouvée? Le hasard avait-il conduit ses pas dans cette rue ou bien l'avait-il cherchée? Etait-il possible qu'ainsi il l'ai retrouvée sans recherche dès le couché du soleil?


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 622
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Mer 28 Mai - 23:18

Sarah resta de marbre face à la réplique du comte. Ce n’était pas pour l’obscurité qu’elle restait dams l’ombre mais bien parce qu’ainsi elle gardait une distance raisonnable entre elle et le comte. La chasseuse haussa les épaules avec désinvoltude et murmura pour elle-même :

-Qui m’en voudrait?...

La jeune femme redressa légèrement la tête et réprima un sursaut de surprise. Le comte, qui était encore sous le lampadaire quelque seconde plutôt, était maintenant à quelque centimètre devant elle. La surplombant de sa taille, le vampire avait un sourire mystérieux sur les lèvres et les yeux plus brillant que jamais. Ils restèrent ainsi quelques secondes, l’un en face de l’autre en silence puis contre toute attente le comte retira son haut de forme avant de s,incliner devant la chasseuse qui resta muette de stupeur.

Citation :
-Cette robe te rend sublime...

La chasseuse ne pus s’empêcher de rougir. Peu encline à la flatterie elle s’en souciait guère mais pour une raison inconnue le regard indécent du comte qui la détaillait sans aucune retenue lui faisait monter le rouge au joue. Sans doute était-ce parce qu’elle était habituer a la haute société et dans laquelle un regard aussi directe n’était pas permis. Continuant sur un ton plus dur le comte poursuivis.

Citation :
-Sais-tu que l'on ne tue pas impunément les membres de ma race? Asman était un imbécile et je doute que je lui aurais laissé plus longtemps la vie: tu n'as fait qu'écourter ce qui lui restait dans le sablier ternit de son être. Et je t'en remercie.


Le fait est surtout que vous ne pouvez le tuer vous-même songea Sarah. L’une des raisons qui faisait que la chasseuse était aussi habile sur le terrain lui venait du fait qu’elle avait beaucoup lut sur ses ''Ennemi''. Celons les lois mit en place par les vampires les plus anciens, un vampire ne pouvait tuer un être de sa race. Voila pourquoi certain engageait des humains pour s’en débarrasser.

Le comte semblait a la hauteur de sa réputation du palais royal, Courtois et bien élever il avait un coter sans pudeur que les femmes de l’entourage de la reine semblait apprécier grandement. Mais que cherchait t’il donc à faire? Toujours méfiante, la jeune femme plongea son regard dans les iris brumeux du jeune homme esseillant de déterminer le but de ses paroles. Comme d’habitude, les yeux du vampire restèrent silencieux et brillant d’une façon menaçante et dure. Détournant son regard, la magicienne fit quelque pas pour se sortir de l’aura attirante que dégageait le comte. Une brise froide s’abattit doucement sur le visage de la jeune femme tandis que la pénombre l’enveloppait de nouveau. Se retournant vers le vampire, la chasseuse le regarda avec défis.


-Asman a commis l’erreur de me sous-estimer. Ne faite pas la même...

Elle fit quelque pas ignorant la questions du comte, Sarah avança jusqu’au lampadaire encore allumer. Au dessus de sa tête plusieurs papillons et insecte de nuit se bousculaient pour trouver une place à la lumière. Une des petites créatures aux ailes diaphane vint se poser sur le doigt de la magicienne qui le regarda doucement. L’autre main avait déposé la broche d’argent dans l’une des poches de la robe. La jeune femme redressa la tête et regarda le vampire d’un air moqueur.

-Surment moins de dégât et de folie que toi, Jirômaru... Pourquoi cet question?

En effet elle ne voyait pas en quoi ses activités pouvaient concerner le comte. Oubliant la politesse du vouvoiement la noble avait appelé Jirômaru par son prénom, chose que les aristocrates faisaient rarement. Gardant son regard insolant sur celui du vampire. Sarah laissa le papillon s’envoler attendant une réponse du comte.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Sam 31 Mai - 14:40

Le Comte resta droit et froid face à la menace de Sarah: certes il ne fallait jamais sous-estimer un adversaire, il le savait que trop bien, mais il sentait que dans la confiance que la jeune femme avait d'elle-même se cachaient des étrangetés et surtout que la chasseuse avait pris devant lui une confiance qui se faisait trop insolente.

Il la laissa s'éloigner sous le lampadaire et se contenta de la regarder jouer avec un papillon de nuit. Sa robe lui saillait réellement et les instincts de mâle du Vampire dominèrent un instant son esprit. Au fond, qu'étaient les Vampires si ce n'était des bêtes à visage humain? Qu'était le Comte si ce n'était un animal doué d'une intelligence sournoise?
Ces réflexions, il se les était déjà faites il y avait longtemps alors qu'il traversait la France. Mais jamais depuis la Transylvanie il n'avait renié sa nature et, au contraire, il s'était accordé avec elle jusqu'à avoir sa propre vision de sa race. Les années l'avaient assagie et renforcé de telle manière que sa puissance dépassait parfois sa raison et pervertissait son esprit.

Au regard provoquant de la jeune aristocrate, à sa question "Pourquoi?" et surtout à son soudain tutoiement, Jirômaru sourit de toutes ses dents l'air sadique:


- Je crois que tu n'imagines pas encore à quel point mes actions peuvent être folles...

Il s'approcha de Sarah tranquillement. Son regard perçant et glacial se posa sur le cou et le sternum découverts de la jeune femme sans retenu avant de remonter vers ses yeux plein de défit.

- Que t'avais-je dit lors de notre dernière entrevue? demanda-t-il avec une note ironique dans sa voix tout en glissant sous son propre menton une main qui lui donnait un air pensif, comme s'il réfléchissait justement pour retrouver les mots qu'il avait prononcés quelques jours plus tôt.
Ah oui...fit-il comme s'il avait retrouvé la mémoire.

Il se redressa et, sans prévenir, il tira de sa canne une épée. Le fourreau n'avait pas encore résonné sur le sol alors qu'il l'avait lâché que la pointe acérée de larme piquait doucement le creux de la gorge de Sarah.


- Je t'ai dit que je te tuerai...

Le Vampire ne souriait plus. Il n'avait pas répondu à la question de la chasseuse et n'y répondrait pas. Il la tenait à sa merci et comptait bien la faire disparaître. Elle avait refusé sa proposition, elle ne s'était pas laissée aller à la débauche, elle tuait des Vampires et avait certainement le projet de le poursuivre depuis leur première rencontre et constituait pour lui un obstacle de plus: son insolence ajoutée à tout cela, Jirômaru ne voyait plus pourquoi il la laissait en vie.
Appuyant un peu la pointe de son épée sur la peau tendre de la jeune femme, il lui murmura:


- C'est hélas ainsi que les choses doivent se passer...une si belle femme... La pointe de son épée souleva une bretelle de la robe que portait Sarah et la fit tomber sur son épaule.
Sais-tu seulement ce que tu perds ce soir?

Il s'approcha en positionnant sa lame sous le menton de Sarah et fit glisser sa joue glaciale contre une des siennes avec douceur pour lui parler dans l'oreille:

- Ce n'est pas seulement la vie...ce n'est pas seulement ton honneur car je jouerai avec ton corps...non...c'est aussi ton âme...


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 622
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Dim 1 Juin - 0:59

Sarah garda un silence implacable. La joue du comte contre la sienne rendait la peau de la jeune femme glaciale. Comme si la froideur enivrante du vampire se répercutait contre la nature humaine de la chasseuse. Celle-ci avait le souffle couper. Un des symptôme de se qu’ont appelait la peur. En effet elle avait peur. Perdu au milieu de cette rue, elle n'avait aucune chance de s’en sortir vivante. La réalité frappait en plein visage de la magicienne comme la brise soudainement froide qui c’était levé.

Une larme coula le long de la joue de Sarah glissant jusqu'à celle du comte. Consciente du danger la chasseuse fouilla dans sa poche subtilement attrapant la petite fleur de lotus graver. Profitant de l’approximer qu’elle avait avec Jirômaru, la jeune femme laissa tomber la broche dans le large collet du comte. Repoussant la main qui tenait la lame, Sarah profita de la diversion pour se sauver.


’’ Une fois qu’une proie se sent prise au piège, elle fuie. Ses se qui passionne le chasseur. Sentir la peur de l’animal avant de le poursuivre...’’

Esseillant d’oublier les phrases d’enseignement qu’elle avait apprise par cœur de la part de son maître, l’aristocrate s’enfonçait au hasard dans les rues et ruelles sombres. La seule qui comptait a présent était de mettre le plus de distance entre elle et le comte. Dans sa précipitation elle n’avait pas remarquer que la lame effiler de l’arme lui avait en tenailler le haut du cou. Une blessure superficiel mais très sanguinolente. Sarah s’arrêta au détour d’une rue et fit apparaître un loup de brume. L’animal sauvage était presque invisible dans la blancheur de la brume environnante. Seuls ses yeux noirs comme l’encre était visible.

-Trouve Abi et dit lui que j’ai besoin de son aide!

Le loup hocha la tête en signe de confirmation avant de disparaître de nouveau. Le souffle saccadé, La jeune femme se rendit alors compte de la blessure qu’elle avait au cou. Sa manche toujours retomber sur son épaule laissait sa gorge a découverte a la morsure du vent. Essuyant sa joue encore humide de sa larme, Sarah respira profondément. Elle s’en voulait énormément de réagir ainsi mais pour une fois, vêtue en noble et sans arme. Elle se sentait faible. Reculant dans l’obscurité la jeune femme se mit à avancer silencieusement. Aucun de ses pas n’était audible de même que sa respiration. L’une des mains diaphane de la chasseuse était posé sur son cou esseillant d’arrêter le saignement de sa petite blessure. Son loup ne pouvait rester former a l’infinie. Il fallait qu’il ait trouvé Abi... Son amie serait en mesure de l’aider mais d’ici la...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Dim 1 Juin - 13:40

Il respirait son doux parfum et jouait avec ses nerfs...Oui, Jirômaru adorait cet instant, celui où il savourait d'avance la terrible délivrance qu'allait lui apporter la mort de sa victime.
Contre sa joue il sentit couler une larme de la chasseuse, froide, salée, pleine de peur et de colère contenue. Un sourire anima le visage du Comte: il la tenait à sa merci, elle était sans défense, sans espoir et terriblement seule...oui seule...Comme il aimait ainsi dominer les humains...C'était l'ordre des choses pour beaucoup de représentants de sa race mais pour lui qui préférait le chaos et la débauche à l'ordre, c'était le symbole de sa réussite personnelle, de sa montée dans l'évolution et sa supériorité aux choses établies.

Soudain, Sarah laissa tomber sa broche et une immense douleur le fit hurler. Tout se passa très vite: la chasseuse repoussa son épée et s'enfuit alors que Jirômaru reculait instinctivement et fouillait dans son col d'une main. Mais bientôt, il lâcha son épée qui tomba sur les pavés dans un tintement clair et, plié en deux, chercha de ses deux mains l'objet de sa souffrance. Il saisit la broche, l'enleva de son col et la jeta au loin dans une rigole irrégulière. Une main contre son torse, l'autre sur son front les doigts agrippés à ses cheveux d'argent, il se redressa essoufflé et plein d'une rage mortelle.


- Fuis !! FUIS !! Hurla-t-il dans la rue à Sarah qui était déjà loin. CAR C'EST MAINTENANT QUE LA VRAIE CHASSE DÉMARRE!!

Le Vampire ramassa son épée et sentit, plus qu'il ne constata, immédiatement que l'extrémité était très légèrement emprunte de sang. Il lécha ce dernier et dans une colère folle, se mit en marche. Il suivait Sarah sans courir, il n'en avait pas besoin. Ses pas de géant et sa vitesse brutale faisaient de lui un meurtrier décidé. Jamais il n'avait fait une telle erreur. Jamais! Humilié, belssé dans son orgueil, Jirômaru comptait bien faire souffrir Sarah avant qu'elle ne rende son dernier souffle. Imbécile qu'il était! Se faire ainsi avoir par une telle catin! Jamais! Non jamais...La broche devait vraiment être en argent pur car, s'il avait déjà été blessé par cette matière, le simple contact à travers les vêtements ne lui avait jamais fait autant de mal que ce soir!

Le lampadaire qu'il quitta s'éteignit et le noir de la nuit devint à ses pieds un véritable océan de néant. Dans sa fureur, les pires tortures qu'il possédait passaient dans ses pensées et la Salle Noire se distordait dans le monde parallèle généré par son esprit.
Il allait l'y enfermer et la condamner à y mourir en compagnie du cadavre squelettique de son maître et de sa dernière victime interdite. Il lui rendrait des visites violentes et pleines de jeux éprouvants! Jusqu'à se qu'il s'en lasse, il la garderait en vie dans des conditions misérables et rongerait petit à petit sa raison pour la conduire à la folie!

L'ombre s'étendait dans la rue et avalait chaque parcelle de lumière. Les yeux du Vampire rougeoyèrent alors et se mirent à briller de cette couleur sanguine comme deux flammes infernales envoyées sur terre pour demeurer les seules maîtresses du néant. Jirômaru utilisait son pouvoir de vision spéciale: certes il pouvait être repéré mais ce n'était rien à côté de ce qu'il voyait lui.
A terre, les pas de Sarah lui apparurent bleutés et crayeux comme de la poudre de roche. Il accéléra le pas et suivit les traces de la jeune femme. La pauvre chasseuse était une nouvelle fois du mauvais côté de l'arc...

Une fine brise lui apporta l'odeur du sang. Incomparable, ce parfum piqua les sens du Comte déjà surdéveloppés: il la trouverait, plongerait ses dents dans sa gorge et laisserait libre cour à ses pulsions! Excité par toutes ces perspectives de violence et de sensualité, le Vampire quitta la rue pour escalader la maison la plus proche et se retrouver sur les toits. Les lampadaires de tout le quartier subirent le même sort que ceux de la rue qu'il venait de quitter et bientôt l'ombre s'étendit sur le sol, les murs, les toits, rampante, sournoise, dévorante...annihilant toute luminosité.

L'épée à la main, le Comte sauta soudainement d'un toit et atterri devant Sarah dans un bruissement de cape. Seuls ses yeux rouges et sa voix pouvaient, dans cette obscurité effroyable, indiquer à la jeune femme où il se trouvait. Le Vampire se redressa et dit d'une voix sifflante, grave et résonnante:


- Le cauchemar ne fait que commencer, Sarah...

D'une main puissante il attrapa l'aristocrate par le cou et avança ses crocs d'ivoire comme un tigre assoiffé de sang s'apprête à égorger sa proie déjà blessée.


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Raphaël Veneziano
Citoyen de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 12/05/2008
Nombre de messages : 184
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 67 ans
Age (apparence) : 26 ou 29 ans
Proie(s) : Les Vampires
Secte : Indépendant
Clan : Aucun
Lignée : Aucune
Rang Pyramidal : Ordinaire à tendence Dégénéré
Crédit Avatar : Soma Cruz de Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Dim 1 Juin - 15:43

Derrière le Vampire, au milieu de la rue plongée dans une obscurité mystique, une allumette fut craquée, une lanterne fut allumée et sans prévenir, avec une rapidité déconcertante, l'objet fut lancé au pied de la créature qui s'apprêtait à se rassasier. Le verre de l'objet se brisa et un liquide se répandit au sol créant un trait de flamme surprenant et qui permettait à la jeune femme de voir son assaillant.
Dans le même temps une voix impérieuse résonna:


- Ad impossibilia nemo tenetur!

Un étrange cliquetis évoqua l'ouverture d'une petite boîte et une petite croix en or atterri près de l'humaine.

- Prenez ceci mademoiselle !

Une épée sortant de son fourreau tinta et le Vampire qui était devant la jeune femme reçu de plein fouet un homme qui s'était jeté l'épaule en avant pour le pousser et l'éloigner brusquement d'elle.
Dans la lueur du feu au sol, le long manteau blanc bordé de fourrure, les cheveux et le regard perçant du jeune homme purent être aperçus de la jeune femme. Il sembla que ses yeux avaient voulu lui assurer qu'il avait le contrôle.
Tout ceci s'était déroulé en quelques secondes et bientôt les deux adversaires disparurent dans l'obscurité. Un cri de rage résonna et deux épées se rencontrèrent dans une étincelle qui écarta un instant l'obscurité autour des visages des deux combattants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Olswan
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 14/04/2008
Nombre de messages : 51
Race : loup-garou
Classe sociale : bourgeoise
Emploi/loisirs : fabriquer des armes
Age : 21
Age (apparence) : 21
Proie(s) : loup-garou et vampire. Un loup-garou blanc en particulier
Résistance mentale : 1
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Dim 1 Juin - 22:29

[ HRP / En provenance d'Una attente pénible/ HRP ]

Abigail marchait dans les rues de Londres quand sans cirer gare toutes les lumières s’éteignirent, la jeune bourgeoise sursauta. Vêtue de ses habits de chasseuse la jeune femme arrêta sa marche, écoutant autour d’Elle pour avoir des indices dût aux origines du l’obscurité de la ville. Abi prit son arc et décocha une flèche, sur ses garde la hunter marchait silencieusement, son visage d’albâtre restait de marbre.

Abigail sursauta soudain quand un énorme loup de brume apparût devant-elle, la flèche qu’elle avait prise avait été tirée dût au sursaut que la bête lui a provoqué. La flèche passa aux travers sans lui causé aucun dommages et alla se planter dans un mur de pierre derrière le loup.
Abi ne prit pas le temps d’en rire et écouta le loup envoyé par Aelynn lui raconter avec des mots courts et des images ce qui s’était passé. La jeune femme suivit le loup qui partait déjà retrouver Sarah, elle reprit sa flèche en courant, son cœur battait la chamade, la peur l’étouffait, mais la faisait courir deux foie plus vite. Son animal blanc se cacha dans le collet d’Abi, la vitesse pouvant le faire tomber, on ne voyait qu’une ombre noir poursuivre de la brume, une boule de poil dans son cou.
La jeune bourgeoise suivit l’apparition brumeuse dans toute la ville, Abi aurait pût chasser les vampires en grand nombre se soir, car juste avec cette course elle en avait vue plusieurs, mais son objectif était d’aller retrouver Sarah et de lui venir en aide. Abigail savait que si sa meilleure amie avait besoin de son aide s’était une affaire grave, Sarah était plus forte qu’elle quand il s’agissait de combat et Abi le savait, ce devait être un être effroyablement fort et Abigail en avait conscience, mais rien au monde ne pourrait lui faire obstacle pour aider sa meilleure amie.

Abigail arriva près du lieu où s’était déroulé tout ses événements, un frisson parcourût la peau blanche et glacé de la jeune japo-britanique. Elle voulût crier le nom de son amie pour qu’elle l’entende, mais s’était une suggestion idiote qu’elle se faisait à elle même, crier donnerait sa position à Sarah, mais aussi au vampire qui poursuivait son amie. Se ne serait pas intelligent de venir secourir son amie et d’être dans le pétrin quand elle n’avait encore rien fait.

Abi marcha silencieusement, son arc prêt à tirer, son arme favorite attaché derrière son dos et en cas de besoin son pouvoir lui serait peut être utile. La jeune femme vue une lumière à plusieurs mètres de sa position, elle resta en retraie, évaluant la situation. De son point de vue rien n’était visible mi à pars cette lumière, des bruit d’épée se firent soudainement entendre et ses à se moment qu’Abi décida de marcher rapidement vers la silhouette qu’elle voyait et qui était Sarah.

-Sarah…est-ce bien toi?

L’obscurité de la nuit diminuait dangereusement la vue de la jeune chasseuse, son arc toujours prêt à tirer elle s’approcha de son amie, vérifiant si s’était bien elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arwennou.skyrock.com/
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 622
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Lun 2 Juin - 0:49

Sarah resta interdite pendant plusieurs instant, esseillant de se repérer dans se qui était un tourbillon d’obscurité et de rue. Les sens en alerte la jeune femme sentit le danger lui tomber dessus en même temps que le comte sautait majestueusement du toit atterrissant devant elle. Usant de sa rapidité d’immortelle, le vampire saisis la chasseuse par la gorge avançant dangereusement la tête prête a la mordre a tout instant. L’instant fut justement choisi car au même moment une flamme intense s’alluma obligent la jeune femme a détourner la tête pour ne pas être aveugler par la soudaine lumière.

-Ad impossibilia nemo tenetur!

Sarah resta interdite quelque seconde. La voix, masculine, s’exprimait en une langue ancienne. Peut être du latin? Quoi qu’il en soit ce n’était pas Abi. Il y eu un cliquetis et la seconde plus tard un objet tomba au pied de la chasseuse. Voyant de quoi il s’agissait, la jeune femme le ramassa pendant que son ''Sauveur'' était au prise avec le comte.

La chasseuse repris rapidement son instinct de défis et tandis que toute peur disparaissait de son regard ses iris se durcirent. Elle serra la petite croix en or finement ouvragé dans sa main cherchant des yeux son propriétaire. Impossible de le voir dans cet noirceur pas plus que le comte. La seule chose quelle avait pus voir du jeune homme était ses yeux perçant. Désormais seul le bruit des lames qui s’entrechoquait était audible. A vrais dire non...


-Sarah…est-ce bien toi?

Se retournant, l’aristocrate entrevit son amie qui marchait vers elle. D’un geste rapide, la chasseuse rejoint Abi et avant que celle-ci n’ai pus faire le moindre geste elle vola habillement la dague que son amie gardait toujours à sa ceinture. Il était vrai que dans un sens Sarah était meilleur en combat que son amie mais Abi avait certain atout en plus.

-Abigail! Suis moi en silence et tien toi prête!

La chasseuse avait murmuré cette phrase mais son ton, plein d’autorité et de pressance laissait deviner l’urgence de la situation. S’assurant que son amie la suivait, la magicienne se mit en route vers l’endroit ou l’ont percevais le bruit des armes. La nuit, étrengère à l'agitation qui se poursuivait en son sein, laissait le temps accroitre son droit de même que la lune poursuivre son assencion. D'un geste rapide d'un rever de main, l'aristocrate fit disparaitre les flammes ardante causé par un éclat d'alumette. Malgré la claireté de la lumière les combattants demeurait invisible, seule le bruit de leur lame permettait de les repêrers. Sarah fit apparaitre une petite sphère de feu dans sa main avant de la laisser partir en direction du bruit. La lumière éclaira la scène rapidement. Le mieu était de ne pas esseiller de séparer les hommes pour l'instant, combat féroce, l'une des chasseuses risquait de se faire blesser. Vue la rage du comte, Sarah espèrait que l'autre jeune homme était habile de la lame...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Mar 3 Juin - 21:45

Le Comte l'avait sentit depuis un moment mais il n'y avait pas prêté attention: qui pouvait l'empêcher d'agir en cet instant ? Qui avait donc la force de l'arrêter dans son geste ? Cet intrus dans son champs d'action lui était aussi insignifiant qu'une chauve-souris...

Mais alors qu'il allait enfin gouter à nouveau au sang de Sarah, le bruit d'une allumette aussitôt suivie par l'éclatement d'une lanterne à ses pieds coupa court à son entreprise.
Avec un grognement de rage, il lâcha Sarah et se protégea les yeux du revers de son bras gauche. Le Comte entendit une invocation qu'il connaissait bien et s'écartant du feu, il recula et brandit son épée. Un bruit de métal précieux sur les pavés et la voix de son nouvel adversaire lui parvinrent clairement. Jirômaru ouvrit grand ses yeux redevenus gris: il était aveugle. Avec son pouvoir de vision ses pupilles avaient reçu un coup violent du au feu.

Il n'avait pas encore eu le temps de se réhabituer à l'obscurité qu'il fut percuté par le défenseur de Sarah. Brusquement il se campa sur ses jambes et para son attaque dans un éclair d'étincelles. Le combat était engagé, ses yeux retrouvaient peu à peu leurs fonctions et c'est surtout grâce à son ouïe surdéveloppée qu'il pu esquiver plusieurs coups experts de son adversaire.
Le feu s'éteignit, ou plutôt fut éteint, et le Comte aperçu brièvement Sarah usant de sa magie avant de prendre définitivement pied dans le combat et parer de nouvelles attaques.
Avec rage et violence, maintenant qu'il avait retrouvé presque totalement sa vue aux pris de grands efforts intérieurs, il riposta et la fine lame de son arme ripa plusieurs fois le long de l'épée bien plus massive de son adversaire menaçant d'atteindre ses jeunes doigts. Car il était jeune, le Comte le savait...


- Comment oses-tu t'attaquer à moi!? tonna-t-il au milieu de deux estocs loupées.

A dire vrai, ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait à affronter l'un des siens mais de cette manière-là, en traitre, par surprise, sans prévenir, jamais encore il n'avait été attaqué. Cet homme était un Vampire. Un Vampire jeune! Un inconscient! Quels motifs avait-il pour ainsi attenter à sa vie et violer la plus grande de leur loi? Pourquoi défendait-il Sarah?
Avec un cri de colère, Jirômaru croisa le fer avec lui et s'approcha tout près de son visage.


- Si tu la désires, tu arrive trop tard, elle porte déjà ma marque!!

Brusquement il recula en sifflant entre ses dents: quelque chose l'avait menacé, quelque chose de douloureux: la lame de son adversaire était en argent! Réellement hors de lui, face à la volonté certaine du jeune Vampire à le terrasser, agacé une fois encore par l'échappatoire qui s'offrait à Sarah, le Comte devint un véritable fléau. Il enchaina des bottes terribles destinées à liquider son adversaire en un coup mais le jeune Vampire était apparemment une fine fleur des arts du duel. Une voie plus loin lui indiqua que Sarah n'était plus seule et qu'une autre personne l'avait rejointe: le Vampire était-il donc venu accompagné? Etait-il à la botte de ces deux humaines? Impossible! Les Vampires utilisent les humains pour leurs plans et non l'inverse!

Au milieu d'une attaque adverse, Jirômaru se baissa et pivota sur un pied. Sa cape tourbillonna et il envoya un violent coup dans l'estomac du jeune Vampire avant de le choper par le col et le tenir fermement tout près de lui. Son épée abaissa la sienne, redoutable arme contre tout ceux de leur race, et il la bloqua contre son adversaire.


- Plus de cinq siècles d'existence et tu croyais pouvoir me faire tomber?! Pesta-t-il entre ses dents serrées. Misérable puceau! Qu'espérais-tu donc!?

Il jeta à terre le jeune Vampire et s'apprêta à enchainer par une attaque lorsqu'une lueur imprévue éclaira leur combat. Ce petit détail anodin perturba un instant la concentration du Comte, ce qui suffisait à son adversaire pour agir...


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Raphaël Veneziano
Citoyen de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 12/05/2008
Nombre de messages : 184
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 67 ans
Age (apparence) : 26 ou 29 ans
Proie(s) : Les Vampires
Secte : Indépendant
Clan : Aucun
Lignée : Aucune
Rang Pyramidal : Ordinaire à tendence Dégénéré
Crédit Avatar : Soma Cruz de Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Mer 4 Juin - 7:51

Il avait réagit vite, très vite. Le Vampire auquel il s'attaquait semblait avoir un contrôle sur lui-même terrible. Aveugle à cause des flammes qu'il avait projetées à ses pieds, il esquiva tout de même ses premières attaques avec habileté et soudain se mit à riposter: la vue lui était certainement revenue, sa capacité de régénérescence était surprenante!
Le combat était serré et plusieurs fois le Hunter eu peur pour ses doigts. La dextérité de son adversaire était effrayante mais il tiendrait bon! Il le devait!

Il ne répondit pas à la première intonation du Vampire mais lorsqu'il lui expliqua que l'humaine lui appartenait déjà et qu'il était inutile qu'il la désire à son tour, le Hunter, déjà animé d'une véritable haine envers cet être tout de cape et d'épée, entra dans une colère plus grande encore. Il profita d'être tout près de lui pour répondre à ses paroles odieuses:


- Cette humaine n'appartient à personne! Tu n'as aucun pouvoir sur elle et ne t'imagines pas que je songe à la faire mienne! Maudit sois-tu!

A cet instant, il frôla le Vampire de son épée l'obligeant à reculer face au métal précieux de sa lame. Un sourire ironique se dessina sur les lèvres du Hunter. Mais soudain le Vampire l'atteignit d'un violent coup à l'estomac. Le souffle coupé, le Hunter n'eut pas le temps de réagir et bientôt il fut coincé entre sa propre lame et la poigne de fer de la créature. Son épée fut ramenée contre lui-même et il sentit la morsure de l'argent à travers ses vêtements. Il se mit à souffrir et à respirer plus durement entre ses dents tandis que le Vampire lui crachait des insultes.
Cinq cent ans d'existence...Cette fois-ci il s'était réellement mit dans de beaux draps...Jamais encore il n'avait rencontré de Vampire plus âgé que celui-ci et qui plus est non dégénéré. Il s'attaquait à bien plus gros que lui...
Sa souffrance pris soudainement fin lorsque le Vampire le jeta à terre. Tenant toujours son épée, le Hunter allait se relever lorsqu'il vit que le Vampire s'apprêtait à l'achever. Si une lueur étrange et inconnue n'avait pas marqué une hésitation chez le Vampire, nul doute qu'il aurait essuyé une terrible blessure. Profitant de l'occasion, il se releva brusquement et trancha l'air horizontalement avec un cri de rage pour faire reculer son ennemi.


- Raaa! Les immortels ne sont pas invincibles!!

Il n'avait pas le temps de mettre ses gants et d'utiliser ses aiguilles, il n'avait plus sa croix en or, et seule son épée ou ses pouvoirs pouvaient l'aider dans ce combat. Le Hunter enchaina plusieurs coups et choisit une brèche entre les coup pour jeter un regard paralysant au Vampire: ses yeux bleus-pâle rencontrèrent les iris grises du Vampire une fraction de seconde. Mais rien ne se passa: ce Vampire était trop puissant pour subir ce pouvoir de domination.

- Tout vieillard que tu es, j'aurai ta peau et exposerai tes cendres nauséabondes au milieux des autres!! gronda-t-il en continuant ses attaques et esquives.

Trop pris par le combat, le Hunter n'avait pas vu se rapprocher les deux jeunes femmes. S'il avait bien entendu comme son ennemi que la victime avait été rejoint par une amie, il n'avait plus prêté attention ensuite à leurs activités. Son but principal était de sauver la jeune femme mais surtout de tuer le Vampire: veiller sur les humaines n'était pas dans son optique. A partir du moment où elles étaient écartées de la créatures, il ne se préoccupait plus d'elles.
Malheureusement, il reçut soudainement un coup d'épée dans le flanc gauche. Avec un cri de douleur, il recula et para de justesse un nouveau coup qui aurait pu lui être fatal. C'était clair: le Hunter ne faisait pas le poids même s'il était fort doué aux armes. Les techniques qu'utilisait le Vampire lui étaient inconnues et il ne possédait pas autant d'expérience...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Olswan
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 14/04/2008
Nombre de messages : 51
Race : loup-garou
Classe sociale : bourgeoise
Emploi/loisirs : fabriquer des armes
Age : 21
Age (apparence) : 21
Proie(s) : loup-garou et vampire. Un loup-garou blanc en particulier
Résistance mentale : 1
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Jeu 5 Juin - 1:35

Abigail regarda sans bouger son amie lui prendre en un geste souple et rapide sa dague à la lame d’argent, sa dague préféré, pour autant que son arme revienne en bonne état après cette soirée Abi n’avait aucune objection à ce que Sarah la prenne.
La jeune femme voulu riposter à l’ordre presque silencieux de Sarah, mais elle garda sa pour elle et se promit de montrer son désaccord plus tard car l’heure n’était pas aux rigolades. Abi entendit enfin le bruits des armes qui s’affrontaient, ses yeux d’humaine ne lui permettait pas de voir parfaitement les deux hommes qui se combattaient, mais elle en discernait leurs silhouettes massives. Au même moment que son amie fit apparaître une sphère de flamme au dessus des deux combattants un humain apparût de l’autre côté de la rue, il s’arrêta de bouger, il n’en eu pas plus le temps après car une sphère glacée le frappa sur la poitrine, le gelant complètement. Abigail sourie à Sarah, un sourire moqueur qui faisait briller ses yeux verts comme les émeraudes.

- t’inquiète, il est pas mort…Si il fallait en plus de ses deux là un humain dans nos pattes on en sortiraient jamais.

Abigail arrêta de sourire et regarda Sarah, son arc toujours en main, prête en en tirer un d’une flèche à la pointe d’argent.

-Alors, que faisons-nous?

Sa question était plus un façon de dire à sa meilleure amie qu’elle était prête à se battre, mais Abi attendait Sarah pour voir ce qu’elle faisait. S’était elle qui était venue la chercher, elle était là plus longtemps qu’elle et savait sûrement plus de chose sur ses deux hommes qu’Abi. La jeune femme regarda alors la lune, cet astre si magnifique, mais pourtant porteur de si grands malheurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arwennou.skyrock.com/
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 622
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Jeu 5 Juin - 7:00

Sarah regardait la scène d’un air dur. Le combat semblait très inégal. D’avance ont pouvait prévoir le triomphe du comte. Néanmoins le jeune homme a qui il se mesurait se débrouillait plus que très bien. La chasseuse savait qu’un vampire en colère et de surcoit le comte, s’avérait plus que dangereux. L’instinct de la jeune femme l’avertie d’un autre danger, plus subtile mais tout aussi présent. Tournant la tête la magicienne aperçus un humain qui se dirigeait dans leur direction. Abigail usa de ses pouvoirs pour stopper l’homme avant qu’il ne puisse réagir. Tournant son regard sombre vers les yeux de son amie, Sarah y décela une forme de plaisir à user ainsi de ses pouvoirs. Une mauvaise chose en somme.

L’arrivé imprévu de ce visiteur mit les idées claire dans la tête de l’aristocrate. Le combat devait prendre fin et maintenant.

-Alors, que faisons-nous?

Sarah ignora la question de son amie. Ses pupilles se contractèrent de façon à former une petite flamme au milieu de ses iris. D’un geste rapide, la noble se leva en faisant apparaître un loup de brume qui sauta aussitôt sur le comte pour le déstabiliser.

-Ont agis...

La magicienne alla se poster entre le vampire et se qui était sans doute sa prochaine victime. Celle-ci était atrocement blesser sur le flan gauche mais semblait encore déterminer a ce battre. L’orgueil masculin sans doute. La jeune femme fit apparaître une sphère de flamme bleuâtre autour d’elle et du comte. La sphère de sa couleur, dégageait une température presque insoutenable. Le loup de brume abandonna sa proie pour venir se poster au coté de Sarah qui regardait le vampire droit dans les yeux.

Le visage de la chasseuse demeurait inexpressif malgré la dureté de son regard. Les reflets bleus des flammes éclairaient ses traits enjôleurs accroissant ainsi sa beauté de mortelle. La bretelle de sa robe c’était déchiré dans les précipitations des dernières minutes dévoilant son épaule de même que son cou. A la base de celui si, ont percevait les deux petite blessure du a la morsure perlé de sang. La morsure donnait une sensation de brûlure à la jeune femme qui ne laissait rien paraître. La coupure qui ornait le dessous de son menton parfait avait cessé de saigner.

Si Sarah voulait attaquer le comte c’était ici et maintenant. Prisonnier de la sphère il ne possédait aucune échappatoire apparente. Pendant plusieurs secondes le temps sembla suspendu entre les deux adversaires qui s’affrontaient du regard. Sarah savait qu’elle était visée particulièrement par le comte. D’après se quelle avait entendue, le vampire refusait qu’elle puisse appartenir a un autre mais quelque instant plutôt il n’allait pas hésiter a la tuer.

-Jiromâru...

La jeune femme murmura le prénom du vampire d’une voix éteinte. Usée ainsi de ses pouvoir diminuait rapidement ses réserves d’énergie. Reculant d’un pas, la chasseuse permis au vampire de voir la bouche d’égout qui se trouvait au milieu du pavé. C’était la seule issus possible. Aussitôt que la sphère disparaîtrait, il y avait deux Hunter qui sauterais sur le comte et eux n’hésiteraient pas à le tuer.

Les iris de Sarah perdaient rapidement de leur couleur prenant des reflets grisâtre. Elle n’avait pas la volonté de tuer le comte, du moins pas se soir. Si il l’attaquait néanmoins... Le loup a ses coté nésiterait pas a le tuer...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Comte Keï
Admin
avatar
Date d'inscription : 01/11/2007
Nombre de messages : 1678
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Lord / Comte de Scarborought / Metteur en scène
Age : 589 ans
Age (apparence) : 28 ans
Proie(s) : Les Humains (pour se nourrir) et tout ceux qui se mettront en travers de son chemin.
Secte : Indépendant
Clan : Ventrue
Lignée : Kyasid (les ombres)
Rang Pyramidal : Premier
Crédit Avatar : White Snake by Zeilyan sur Deviantart
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Sam 7 Juin - 14:42

Avec une assurance effroyable, le Comte enchainait des coups et parait les attaques de son adversaire. Ce dernier était redoutable mais face à lui, il ne faisait pas le poids que ce soit en âge, en force physique, en pouvoir ou même en esprit. Il était jeune: pour Jirômaru, c'était un véritable jeu, comme celui du maitre et de son élève...
Cependant, il savait parfaitement que le maitre n'était jamais le plus fort jusqu'au bout. Ho oui il le savait...Aussi, si au début il avait fait trainer le combat pour parler, s'il s'était contenté de riposter furieusement sans pourtant chercher à le tuer pour tenter d'en apprendre un peu sur lui, bien vite sa colère avait pris le dessus et son orgueil l'avait poussé dans cette situation peu banale à agir. Au bout d'un moment, le Comte atteignit le Hunter avec violence au niveau de son flanc gauche...
Qu'il était bon de sentir le choc entre la lame et l'étoffe du manteau blanc puis la chair de son ennemi...Cet insolent allait connaitre sa fureur! Bientôt il allait l'expédier d'où il ne reviendrait jamais!
Prêt à tuer le Hunter, Jirômaru fut interrompu par l'arrivée inopinée d'un loup de brume suivit directement par Sarah. La chasseuse se mit entre le Comte et sa victime présupposée dans un élan qui le surpris. Elle usa presqu'aussitôt de magie. Dans un sursaut de haine, le Vampire brandit sa fine épée au-dessus de sa tête prêt à donner un coup fatal à la jeune aristocrate qui osait une fois encore se dresser devant lui. Cependant, il arrêta son geste à temps et baissa son arme pour regarder d'un air suspicieux la sphère qui s'était formée autour d'eux deux. Il sentit sur sa peau la châleur redoutable de la chose et s'il avait songé un instant toucher de la pointe de son épée la paroi magique, il oublia aussitôt cette idée.

Avec un regard noir, il dévisagea Sarah et la regarda murmurer son nom en reculant légèrement. Ses yeux de brume tombèrent alors sur la plaque d'égout qu'elle venait de lui dévoiler. Etonné, il leva un sourcil et releva la tête pour reporter son attention sur la chasseuse. Un sourire ironique sur les lèvres, il s'approcha d'elle l'épée toujours pointée vers le sol.


- ...Une échappatoire...Tu me proposes une échappatoire...

Dans sa voix, quelque chose comme de l'amusement nuançait sa réelle surprise. Il s'approcha encore et, ignorant littéralement le loup de brume aux côtés de Sarah, il approcha sa main gauche gantée du visage de l'aristocrate. Lentement, il lui glissa l'index sous le menton et doucement caressa de ses autres doigts le haut de son coup. Dans ses yeux cette fois l'on pouvait lire un mélange de sentiments descriptibles: la compassion, la douleur morale, l'affection même...un étrange méandre de pitié et d'affliction mais aussi une impression de cruauté...

- Si belle...

Le Comte tourna la tête pour regarder le Hunter blessé à travers la paroi translucide et brûlante. Un sourire de méprit sur les lèvres, il lui jeta un regard amusé et presque...triomphant.
Du sol son ombre grandit alors brusquement et engloutit son corps imposant, celui de Sarah, celui du loup de brume et en un instant, ce fut toute la sphère qui fut submergée par l'encre aussi profonde que celle qui avait envahit les rues. Soudain, l'ensemble disparu complètement de la rue, comme volatilisé, et tous les lampadaires se rallumèrent. Dans la rue, tout semblait être redevenu normal et l'aura maléfique qui avait pesé dans l'air avait disparu complètement: le Comte n'était plus ici et il avait emmené avec lui Sarah.


***************

Dans la sphère, un torrent d'air souleva les cheveux d'argent du Comte et ceux de Sarah. Le Vampire jeta un regard ferme à la jeune femme pour lui signifier qu'elle n'avait rien à craindre et en même temps, il lui attrapa un bras de sa main gauche comme pour éviter qu'elle ne bouge. La densité de l'air semblait s'être faite plus lourde et la pression devint écrasante. Un vertige naquit dans le ventre des deux êtres faits de chair et soudain, le Comte lâcha Sarah: l'air était redevenu normal et le "voyage" semblait s'être arrêté.
Le Vampire recula et rangea son épée dans son fourreau. La sphère et le loup avaient disparus.
Ils étaient arrivés dans un espace étrange, entre la réalité et le rêve, le palpable et l'intangible, une salle au bord invisibles mais dont on savait l'existence de manière innée, une salle dont les murs transparent donnaient sur un espace infini et d'un noir synonyme de vide...
Ses bottes résonnant sur un sol invisible, Jirômaru marcha en s'éloignant de Sarah et leva les bras:


- Bienvenue dans la "salle noire", Sarah !

Etrangement, le Comte était clairement visible dans le noir et Sarah également. C'était comme s'ils étaient collés sur un fond d'encre ou qu'ils marchaient dans un univers qui n'était pas le leur.
Dans un coin au loin, une forme humanoïde assise contre un mur invisible semblait figée dans une position d'abandon. En y regardant de plus près, on pouvait constater que c'était en réalité le squelette d'un homme d'où pendaient ses vêtements en lambeau dévoilant tibias et restes de coude ou d'avant-bras. A l'opposé, près du mur d'en face, un autre corps sans vie et sec était allongé dans une position grotesque comme si c'était un pantin abandonné là sans fil.
Jirômaru revint devant Sarah et d'un air sérieux qui montrait bien qu'il ne riait plus, il lui expliqua:


- Tes pouvoirs et les miens n'ont plus d'effet ici. Personne ne nous entend. Personne ne nous voit. Personne ne peut entrer ni ressortir sans mon accord. Tu es ici dans un monde de néant créé par mon esprit.

Le Comte s'arrêta et reprit en jetant un regard au cou de Sarah:

- Ecoutes-moi bien, Sarah...Ce soir, j'ai failli te prendre la vie et j'en aurait été certes soulagé mais aussi grandement affligé. Sais-tu que je ne te tuerais que si tu m'y pousses ou que j'y suis contraint par des forces plus grandes que nous tous?

Jirômaru sourit d'un air étrangement triste et comme emprunt de nostalgie. Il fixa ses yeux dans ceux de la jeune femme et la prévint en désignant d'un coup de tête les deux corps au loin d'un air dégoûté:

- Ne laisse pas ce Hunter t'approcher, ne laisse aucun homme de son espèce te toucher. Je n'hésiterai pas à le pourchasser et à le tuer sans pitié quel qu'il soit...
Retiens bien ceci: nous sommes liés par cette nuit au parc d'une manière que tu ne peux pas encore comprendre.


Le Comte s'approcha tout près de Sarah et la prit dans ses bras pour la serrer contre lui et approcher son visage de son cou où trônaient les deux petites blessures de ses crocs. Sans y toucher, juste en l'effleurant légèrement de son souffle, il murmura:

- Un jour, je te ferais goûter à cette sensation...je l'espère.

Soudain tout tourbillonna et Sarah se retrouva au milieu de la rue où se trouvait son amie et le Hunter. Le Comte et la salle avaient disparus, tout était redevenu normal. Ainsi le Vampire avait-il dénigré de s'enfuir par les égouts d'où il était sortit pour tomber ensuite sur Sarah et s'était évaporé dans quelque dimension de son esprit que même Ilsa ne connaissait pas.

[HRP/ Le Comte est partit. Prochain post "Reflexions" dans le repaire du Comte, à l'Opéra/HRP]


> Jirômaru Keisuke <

Shakespeare, Macbeth, I, 4 (1605).
Spoiler:
 

Voir sa fiche de liens et ses autres personnages.
Votez sur le portail! Wink


Dernière édition par Comte Keï le Sam 24 Nov - 7:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nelendark.forumactif.com
Raphaël Veneziano
Citoyen de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 12/05/2008
Nombre de messages : 184
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 67 ans
Age (apparence) : 26 ou 29 ans
Proie(s) : Les Vampires
Secte : Indépendant
Clan : Aucun
Lignée : Aucune
Rang Pyramidal : Ordinaire à tendence Dégénéré
Crédit Avatar : Soma Cruz de Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Sam 7 Juin - 15:17

Le Hunter tituba et se maintint le ventre sentant sur son flanc le sang couler et souiller son manteau de neige. Le Vampire l’avait bien atteint et s’il ne réagissait pas vite, il allait l’achever. Une nouvelle fois, l’intervention magique d’une des deux humaines lui permit d’éviter un mauvais coup.
Lorsqu’il vit alors la jeune femme à qui il portait secours s’élancer entre lui et l’être de la nuit, il poussa un cri et se redressa une main en avant pour la rattraper :


- Non ! Ne faites pas ça !

Mais déjà l’humaine l’avait coupé du combat et il se retrouvait derrière l’étrange et surprenante sphère de flammes bleues qu’elle avait généré. Le Hunter jura et se mit à tourner autour de la sphère les yeux plissés comme pour voir à l’intérieur ce qu’il se passait et détecter une faille mais en réalité ses yeux étaient blessés par la luminosité et la chaleur intenable du feu magique. Il voyait nettement la jeune femme et le Vampire face à face. Il entendait également ce qu’ils se disaient : peu de choses…
Il craignait pour la vie de l’humaine et ruminait sa colère de ne pas tenir le Vampire sous sa lame.
Ses yeux croisèrent ceux du Vampire et il se figea sur place. Le Vampire invoqua alors les ténèbres et sous les yeux du Hunter et la jeune femme derrière lui, il disparu avec sa victime. Les dents serrées il hurla en s’élançant en avant :


- NOON !!

Mais c’était trop tard, la créature de la nuit avait disparue et la jeune femme avec lui.

- Maudit !!

Hors de lui, le Hunter serra les poings et planta avec rage son épée dans les pavés de la rue avec une puissance insoupçonnée. Il se tint alors le flanc et grogna. Sa blessure se refermait grâce à son pouvoir de régénération mais il souffrait tout de même et bientôt il sentirait amèrement le manque de sang: lui qui en avait déjà très peu à la base et qui n’était qu’à moitié rassasié en général, savait que cette blessure aurait des répercutions sur son état et ce, bientôt.
Il se retourna soudainement se rappelant de la présence de l’autre humaine. Ramenant le col de son manteau sur sa poitrine pour éviter qu’elle ne voit sa blessure et ne s'étonne, il soupira. Malgré lui, dans une pareille situation, il ne pu s’empêcher de constater intérieurement qu’elle était d’une grande beauté. Il aurait voulu lui parler, lui dire quelque chose à propos de son amie, la rassurer pour sa propre sécurité à elle maintenant que le Vampire était partit…mais il n’y parvenait pas. Comment lui dire que son amie était sans doute perdue ? Comment pourrait-il lui dire qu’il fallait qu’il la raccompagne chez elle et qu’elle oublis tout ça ?
Evitant au maximum son regard, il récupéra son épée et s’avança vers elle. Il s’arrêta près d’elle et murmura d’une voix étouffée et tremblante de colère:


- Je suis désolé…

Alors qu’il allait continuer son chemin et s’en aller, il vit un humain complètement figé dans de la glace. Surpris, il s'arrêta et au moment où il allait demander à l'humaine si elel pouvait faire quelque chose pour le pauvre homme, un pressentiment le fit se retourner. Côté à côte avec la jeune amie de la victime, il vit en même temps qu’elle réapparaître cette dernière. Surpris et s’attendant à quelque feinte de leur ennemi, il mit un bras devant la jeune femme à côté d’elle pour l’empêcher d’avancer et leva son épée à lame d’argent les sourcils froncés.

- Attendez…Laissons-la venir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Olswan
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 14/04/2008
Nombre de messages : 51
Race : loup-garou
Classe sociale : bourgeoise
Emploi/loisirs : fabriquer des armes
Age : 21
Age (apparence) : 21
Proie(s) : loup-garou et vampire. Un loup-garou blanc en particulier
Résistance mentale : 1
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Dim 8 Juin - 16:44

Abigail regarda avec surprise son amie partir entre les deux combattants une rage insoupçonné l’envahit, et elle, que fera-t-elle tandis que son amie allait séparer les deux hommes. Abi voulu aller la rejoindre, son arc toujours en main, mais Sarah fût entourée, elle et le combattant encore debout d’une sphère de feu. La jeune bourgeoise grogna de frustration, elle savait son amie forte, mais si s’était ce vampire là qui lui avait infligé toute les blessures que son amie avait reçu ne journée plus tôt, Abi avait peur pour sa meilleure amie. La jeune femme remarqua l’autre hunter qui tourna autour de la sphère, Abigail marcha un peu plus vers lui, mais elle s’arrêta car la sphère de flammes devenait sombre, toute trace de feu ayant disparût. Abigail se précipita vers eux, mais ils disparurent, Sarah et le vampire, la jeune femme recula de quelques pas, le visage ayant perdu toute expressions.

Abi posa alors son regard d’émeraude sur le jeune homme qui était la seule compagnie qui lui restait, elle ne fit aucun pas dans sa direction, mais elle remarqua qu’il était blessé. Compatissante Abi serait allée l’aider, mais sans grande surprise la jeune bourgeoise vît qu’il s’était relevé et semblait ne pas trop en souffrir.

Abigail laissa le jeune homme avancer vers elle, le laissant s’arrêter. Elle le regarda avec son regard presque inexpressif, mais lui fuyait les yeux verts de la jeune violoniste, il fuyait le regard froid où on pouvait voir une petite parcelle d’inquiétude. Elle ne répondit pas à ses excuses, pourquoi devrait-il s’excuser, il avait essayé et avait malheureusement échouer, mais Abi n’avait rien fait et était restée là tandis qu’une flèche de son arc aurait pût changer quelques chose. La jeune femme était rongée par les remords, elle se mordilla nerveusement la lèvre inférieur, espérant qu’un miracle survienne. Elle avait peur pour son amie, mais sans savoir comment elle savait que la vie n’avait pas quitté le corps de Sarah et s’il fallait que la jeune femme fouille toute Londres ou toute la planète cela ne serait pas un problème. Abigail regarda un instant le jeune homme s’en aller, mais au bout d’un moment il s’arrêta. La jeune bourgeoise allait lui demander pourquoi il s’était arrêté, elle se retourna sen en savoir la raison vers l’endroit où quelques minutes plutôt se trouvait son amie.

À sa grande surprise Sarah était exactement au même endroit, Abi voulût aller la voir, mais le bras du jeune homme lui bloqua le passage. La jeune femme fronça les sourcils et poussa son bras et de ce fait poussa sans vraiment le vouloir le hunter. Son esprit avait évalué la possibilité d’un piège, s’était sûrement pour cela que le jeune homme lui avait barré la route de son bras, mais Abigail s’en moquait.
La jeune femme coura vers sa meilleure amie, les yeux mouillés pars les larmes de bonheurs qu’elle éprouvait. Elle s’arrêta pourtant devant Sarah, un léger sourire sur ses lèvres , toute trace de frustration disparût elle prit Sarah dans ses bras en riant.

-J’ai tellement eût peur pour toi, sil te plait, promet moi de ne plus me faire des peurs pareils.

Abigail savait que cela ne pouvait pas être prédit à l’avance, mais le fait de plaisanter, même si sa plaisanterie était très mauvaise, la rassurait. Abi serra une foi de plus Sarah dans ses bras, tandis que la peur desserrait tranquillement son ventre noué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arwennou.skyrock.com/
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 622
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Dim 8 Juin - 23:41

Après quelque instant, Sarah baissa la tête épuisée. Ses iris avaient perdu leur teinte de vivacité et de défis. Elle semblait à présent terne et grise. Le loup de brume à ses coter devenait de plus en plus pale presque sur le point de disparaître. User de sa magie rendait la jeune femme faible. Elle sentit une légère pression sous son menton. La magicienne redressa la tête, plongeant son regard éteint dans celui du comte. Étrangement elle y décelait plusieurs émotions dont une qui lui donna un léger frisson. Une légère ombre d’affection avait traversé les yeux brumaire du vampire. Elle n’eu pas le temps de réfléchir d’avantage a tout cela car au même moment la chasseuse sentit un danger s’accroître sous elle. Baissa la tête elle n’eu guère le temps de laisser un petit gémissement s’échapper de ses lèvres, qu’elle était déjà disparut de la rue.

Un vent violant fouetta le visage de Sarah soulevant les mèches rebelles de sa coiffure. Tournant aussitôt un regard alerté en direction de Jirômaru elle le sentit la soutenir par le bras. La respiration sifflante, la chasseuse demeura parfaitement immobile pendant que sa robe voletait dans tout les sens. La jeune femme manqua de s’évanouir tant l’air et la pression des alentours était devenue insoutenable. Puis tout redevint normale. Enfin, presque. L’endroit dans lequel l’aristocrate était a présent semblait des plus anormales. La chasseuse avait l’impression d’être soutenue dans le vide. Autour, au dessus et en dessous d’elle que du noir synonyme de vide et pourtant elle sentait le sol sous ses pieds. Elle voyait parfaitement le comte de même qu’une forme qui lui sembla être un pantin. Plissant des yeux, Sarah s’aperçus que c’était un corps. Depuis combien de temps était t’il la? Combien de temps pouvait ont rester dans cet endroit qui ressemblait a un cauchemars? D’ailleurs les paroles du comte donnèrent toute cette impression à la jeune femme qui se sentait encore plus faible dans cet endroit.


Citation :
-Tes pouvoirs et les miens n'ont plus d'effet ici. Personne ne nous entend. Personne ne nous voit. Personne ne peut entrer ni ressortir sans mon accord. Tu es ici dans un monde de néant créé par mon esprit.

Sarah sentit sa respiration se stopper comme si il n’y avait plus d’air dans la pièce. Une légère pointe de claustrophobie envahissait l’esprit de la chasseuse qui tentait de la repousser.

Citation :
-Écoutes-moi bien, Sarah...Ce soir, j'ai failli te prendre la vie et j'en aurait été certes soulagé mais aussi grandement affligé. Sais-tu que je ne te tuerais que si tu m'y pousses ou que j'y suis contraint par des forces plus grandes que nous tous?

La jeune femme aurait aimé reculer d’un pas ou encore s’enfuir mais ses jambes refusaient de l’écouter. Tout son corps était engourdi et froid comme si elle se trouvait au milieu d’un mauvais rêve.

Citation :
-Ne laisse pas ce Hunter t'approcher, ne laisse aucun homme de son espèce te toucher. Je n'hésiterai pas à le pourchasser et à le tuer sans pitié quel qu'il soit...Retiens bien ceci: nous sommes liés par cette nuit au parc d'une manière que tu ne peux pas encore comprendre
.

*De son espèce?*

Cette phrase tiqua dans l’esprit de Sarah. Que voulait dire le compte par espèce? Il avait mit l’emphase sur le mot espèce. Beaucoup plus que sur le simple homme. Il connaissait donc le jeune homme qui avait voulu sauver Sarah. Celle-ci sentit une douce chaleur se répandre au niveau de la base de son cou. Elle ferma les yeux se laissant aller contre le large torse de Jirômaru qui la serrait dans ses bras. Un nouveau tourbillon enveloppa la jeune humaine qui se sentit arracher des bras rassurant du vampire. Lorsqu elle ouvrit de nouveau les yeux elle se trouvais au beau milieu de la rue qu’elle avait quitter quelque instant plutôt.

Sentant ses forces l’abandonner, la jeune femme s’écroula au sol dans un froissement de robe. La douce chaleur quelle avait ressentit au cou quelque instant plutôt c’était transformer en brûlure ardente. Grinçant des dents silencieusement, la chasseuse se releva rapidement regardant avec appréhension autour d’elle. Avant qu’elle n’ai pus réaliser se qui lui arrivait, elle se retrouva coincer dans les bras de Abi qui lui parlait de façon trop rapide pour être comprenable. La repoussant d’un grognement accompagner d’une poussé de bras, Sarah inspira profondément. Son regard grisâtre lui donnait un regard de loup féroce. Une étincelle dangereuse apparut lors de la nuit fatidique de sa rencontre avec le comte animait ses iris. Reprenant son air noble et civiliser la jeune aristocrate haussa les épaules.

-Je fais rarement des promesses que je ne tiendrai pas...

Elle accentua ses dires d’un sourire chaleureux. Abi savait que dans ce métier il était impossible de savoir si a la fin de la nuit ont s’en sortait vivant ou non. Sarah réussit à faire quelque pas et elle rejoint rapidement Raphaël. Restant a une distance respectable, l’aristocrate détailla du regard son sauveur. Plutôt grand et d’apparence frêle il semblait pourtant posséder une grande force. Ses cheveux blancs contrastaient énormément avec ses iris d’un bleu, gris. Sarah tendis la main et l’ouvrit pour montrer au jeune homme une croix en or finement ouvragé qui reposait dans sa paume.

-Je crois que ce-ci vous appartient... Et je vous remercie de votre aide...

Sarah fixa le jeune homme dans les yeux esseillant de déterminer sa nature. Le mot ‘’espèce’’ prononcé par Jirômaru résonnait encore a ses oreilles. Elle cherchait a savoir se qu’il avait voulue dire par cela. Haussant intérieurement les épaules, la chasseuse garda son soupir derrière ces lèvres.

-Puis-je savoir qu’elle est votre nom?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaël Veneziano
Citoyen de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 12/05/2008
Nombre de messages : 184
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 67 ans
Age (apparence) : 26 ou 29 ans
Proie(s) : Les Vampires
Secte : Indépendant
Clan : Aucun
Lignée : Aucune
Rang Pyramidal : Ordinaire à tendence Dégénéré
Crédit Avatar : Soma Cruz de Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Lun 9 Juin - 14:41

Le Hunter tiqua face à l'imprudence de la jeune amie de la victime qui avait repoussé son bras et s'était élancée vers elle. Heureusement, rien d'anormal ne semblait à signaler dans le comportement de la "survivante", comme il pensait, et sans déranger les retrouvailles affectueuses des deux humaines, il s'avança d'un pas un peu raide vers elles.
Il s'arrêta à une distance respectable, rengaina sont épée et attendit qu'elles desserrent leur étreinte. Il voulait examiner un peu la victime et surtout lui demander ce qu'il c'était passé et où le Vampire s'en était allé.
Lorsqu'elle se dirigea d'elle-même vers lui et qu'elle lui tendit sa croix en or, il sembla surpris et lui sourit:


- Ho merci. Je l'avait complètement oubliée.

Il prit de sa main droite la petite croix et sentit, par contraste avec la chaleur de la peau de l'humaine, qu'il avait les doigts gelés. Aussi il n'attarda pas sa main contre la sienne et rangea l'objet précieux dans un petit étui de plomb après l'avoir enroulée dans de la soie.
Il releva la tête alors qu'elle lui demandait son nom.


- Excusez-moi c'est un manque de courtoisie de ma part, fit-il une main dans les cheveux un peu gêné. Mon nom est Veneziano Raphaël, il fit une petite courbette et continua: chasseur de Vampires...Il marqua une pause et demanda: Comme vous n'est-ce pas?

Le hunter redressa encore le col à fourrure de son manteau blanc maintenant un peu déchiré sur le flanc gauche et taché de sang. Il fixa la jeune femme dans les yeux et descendit le long de son coup. Il n'était pas aveugle et savait pertinemment ce qu'étaient ces deux petits trous caractéristiques.

- Vous jouez à un jeu dangereux...

Son regard dur se posa sur son amie puis revint sur elle.

- Que s'est-il passé? Que vous a-t-il fait si n'est cela? Il faut que je sache...où est-il allé et que projette-t-il? Si vous le savez, éclairez-moi...même si vous le considérez comme votre proie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Olswan
Membre de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 14/04/2008
Nombre de messages : 51
Race : loup-garou
Classe sociale : bourgeoise
Emploi/loisirs : fabriquer des armes
Age : 21
Age (apparence) : 21
Proie(s) : loup-garou et vampire. Un loup-garou blanc en particulier
Résistance mentale : 1
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Mar 10 Juin - 23:14

Abigail eût un léger soupir de soulagement, rien d’anormal se produisit. Sarah la repoussa et la jeune hunter craignait avoir fait un geste qui aurait pût contrarier son amie, mais quand Abi vit le sourire remplit de chaleur de sa meilleure amie elle fût rassurée.

La jeune bourgeoise suivit lentement Sarah vers l’homme qui avait sûrement sauvé la vie de son amie, elle regardait la démarche de Sarah, son comportement ou autres gestes suspects qui aurait pût l’éclairer, car Sarah avait tout de même été enlevée par un vampire pour ensuite revenir ici saine et sauve, s’était un peu louche. Abi ne s’occupa aucunement de l’échange de la petite, mais magnifique croix d’or, elle regardait plutôt le jeune homme à qui elle appartenait. La bourgeoise détailla les trait de l’homme avec attention, il était un très bel homme, mais Abi ne s’occupait jamais de ses détails si importants au yeux des demoiselles qui ne cherchaient qu’un bon partie pour ne pas finir ruinée par leurs dépenses trop excessives.

La jeune femme baissa les yeux, ne sachant que faire pendant leurs échanges de mots tout en écoutant attentivement. Elle garda en mémoire le nom du hunter, cela ne sera pas difficile, s’était un nom qu’Abi trouvait jolie…Raphaël. La jeune femme passa doucement sa main dans ses cheveux brun-roux, elle s’ennuyait drôlement en cet instant, la pleine lune était passée et en ce moment l’action était remplacé par des échanges plutôt ennuyeux auquel Abigail ne pouvait pas y prendre part.
Abi fût tirée de son absence par les paroles du jeune homme, qu’avait fait ce vampire à Sarah? Pourquoi jouait-elle à un jeux dangereux?
Abigail se sentait perdu et le fait que sa meilleure amie ne lui avait pas dit tout lui serra le cœur, pourquoi ne lui avait-elle rien dit?

La jeune hunter se sentait dépassée par les événements, son humeur se noirci et son doux sourire qu’elle avait presque vingt quatre heures sur vingt quatre sur son visage de porcelaine disparût laissant place à une expression de frustration et de doute.

-Pourquoi…pourquoi ne m’as-tu rien dit? Je ne suis pas assez digne de confiance pour toi? Pourquoi ne m’as-tu pas dit que tu le connaissait déjà, qu’il voulait ta peau?

La colère froide d’Abi voulait sortir, la jeune hunter voulait crier se qu’elle ressentait, mais la présence de Raphaël ainsi que le fait qu’ils étaient dans une ruelle de la grande ville fit taire les cris de frustration et de détresse des lèvres d’Abigail. Elle regardait Sarah, ses yeux habituellement représentatif d’aucune expression était remplit de colère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://arwennou.skyrock.com/
Sarah Spencer
Super-Modératrice
avatar
Date d'inscription : 29/12/2007
Nombre de messages : 622
Race : Humaine (Hunter)
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 21 ans
Proie(s) : Les êtres de nuits mais plus particulièrement les vampires.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Mer 11 Juin - 3:19

Sarah resta un petit moment la main tendue en direction du jeune homme avant qu’il ne prenne la croix. Au contacte de sa main, celui-ci la chasseuse aperçus un étrange ombre traverser le regard claire de son sauveur. Gardant ses remarques pour elle-même la chasseuse jeta un coup d’œil entendue a Abi avant de se présenter de même que son amie puisque celle si ne semblait pas se soucier de ce détail.

-Sarah, et oui je suis une chasseuse... De vampire surtout, tandis que la demoiselle là, Abigaïl se spécialise dans le domaine des loups garous.

La jeune aristocrate avait gardé silence sur les noms de famille. Elle ignorait si se Raphaël était digne de confiance. Maintenant le jeune homme en savait autant sur elle que le comte. Son prénom exclusivement. Sarah vit le regard du jeune homme glisser le long de son cou. Sa blessure bien qu’ancienne avait toujours le même aspect.

Citation :
-Vous jouez à un jeu dangereux...
-La vie en général est dangereuse, la prendre comme un jeu n’est qu’une autre façon de la considérer...

La réponse rapide avait fusé de la bouche de la jeune femme avec une pointe d’agressivité. Elle détestait que l’ont se mêle de ses affaires et surtout qu’ont essais de lui faire la moral. Reprenant l’étincelle de défis dans ses yeux l’aristocrate se redressa rapidement malgré la douleur qui traversait son corps. Raphaël devenait plus que assommant avec son lot de questions qui ne finissait plus. Rouge de colère la chasseuse serra les poings.

-Cette morsure est plus que veille pour le reste de vos questions j’en ignore la réponse!

Et même si elle aurait eu connaissance des réponses, cela aurait été par pur choix que la jeune femme aurait gardé silence. Elle n’était nullement obliger de répondre a ses questions. La voix de Abi dans son dos la fit calmer rapidement. Avec un soupir de lassement, Sarah se retourna lentement vers son amie.

-Parce que... Cela aurait pu être dangereux... Non pas que je te sous-estime Abi loin de la... Mais ce vampire fait tout se qu’il peu pour atteindre ses but et si l’un de ses but aurait été de me tuer tu aurait été la première personne sur sa liste Abi. Il est partout et il sait tout. Je ne voulais pas que tu sois en danger par ma faute...

L’image d’une jeune fillette blonde ensanglanter traversa l’esprit de la chasseuse tandis que ses yeux devenaient grisâtres. Malgré son jeune age, l’aristocrate avait déjà vécu plusieurs tourments. Perde son amie aurait été le comble du comble. Respirant profondément pour se redonner constance, Sarah se mit à chanceler et à vaciller doucement. Il fallait qu’elle retourne rapidement chez elle.

-Abi... Pourrais tu sil te plait redonner vie a se pauvre homme?

La jeune femme venait de se souvenir de l’était dans lequel l’homme devait être ainsi congeler.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaël Veneziano
Citoyen de l'Ombre
avatar
Date d'inscription : 12/05/2008
Nombre de messages : 184
Race : Vampire
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Hunter
Age : 67 ans
Age (apparence) : 26 ou 29 ans
Proie(s) : Les Vampires
Secte : Indépendant
Clan : Aucun
Lignée : Aucune
Rang Pyramidal : Ordinaire à tendence Dégénéré
Crédit Avatar : Soma Cruz de Ayami Kojima.
MessageSujet: Re: Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41] Mer 11 Juin - 11:49

Raphaël inclina la tête lorsque la jeune chasseuse lui révéla son nom et fit de même à l'intention de son amie. Cependant ses yeux clairs s'arrêtèrent un instant sur cette dernière:

- Dans le domaine des Loups-Garous? Voilà qui m'intrigue...

La pointe que lui lança Sarah l'arrêta dans ses considérations et il reporta son attention sur elle. Oui la vie n'était qu'un jeu pour certaines personnes et pas des meilleures...Cela il en avait l'intime conviction.
La morsure que la jeune femme avait au coup datait, oui, mais pas de longtemps. Aussi Raphaël se contenta de froncer les sourcils et, face à l'absence de réponse de Sarah, il ne chercha pas plus loin: soit elle ne savait rien, soit elle voulait dissimuler quelques éléments clés, mais qu'importe! Il trouverait seul les réponses s'il y en avait et, de toutes manières, le jeune Italien n'avait pas pour habitude d'être aidé dans ses intrigues de nuit.
Cela le choquait tout de même de rencontrer ainsi deux jeunes femmes qui se disaient chasseuses de créatures nocturnes, non pas qu'il pensait que les femmes ne général étaient incapables de tenir une arme et de se dresser, comme des hommes, face aux dangers, mais bien qu'il trouvait cela inhabituel. Pour dire la vérité, c'était la première fois qu'il voyait des femmes dans le rôle de Hunter. Les humains étaient vraiment surprenants!

Tandis que les deux jeunes femmes s'expliquaient, il resta muet et pensif. Sans rester trop longtemps le regard fixé sur les deux amies, il ne pouvait cependant empêcher ses yeux de les observer discrètement. Elles étaient belles, très belles. Les lampadaires éclairaient leurs silhouettes sveltes de leur lumière dorée et les petits insectes volants donnaient à la rue un air de jardin pavé. Depuis que le Vampire était partit et que l'air s'était purifié de son aura écrasante, Raphaël avait eu le temps de calmer sa fureur.
Maintenant qu'il s'était accordé avec lui-même d'ignorer l'énigme de la disparition et du retour de Sarah, il respirait pleinement l'air frais de ce début de nuit.
Lorsque Sarah évoqua l'homme congelé, Raphaël regarda ce dernier. Il avait l'air endormi dans une eau figée par le temps. Il ne semblait pas souffrir, c'était une bonne chose, mais il était vrai que le pauvre homme allait finir par attraper une pneumonie.


- Oui mademoiselle, fit-il à Abigail d'une voix calme, je pense moi-aussi qu'il est temps de libérer cet homme. Je me chargerai de le ramener chez lui et de lui donner une explication plausible sur son état...

En réalité, il avait simplement prévu de lui effacer une partie de sa mémoire si cela se révélait nécessaire et de le conduire dans un endroit sûr. Il commença à se dirigea vers l'homme mais se retourna presque aussitôt:

- Comptez-vous retourner chez vous ou bien continuer votre...chasse?

Le jeune homme avait demandé cela comme s'il avait longuement hésité avant de poser la question.

- En robe, aussi jolie soit-elle, et sans arme, j'avoue que je préfèrerais vous raccompagner jusqu'à votre demeure...

Dans sa voix se sentaient la timidité et à la fois la fermeté. Il était certain que c'était en gentilhomme qu'il venait de faire proposition et que ses intentions n'étaient ni plus ni moins de veiller à la sécurité des deux jeunes femmes.
Son regard croisa celui d'Abigail: au fond, il se sentait stupide d'avoir voulu s'en aller et la laisser seule...Même si son esprit était presque toujours tourné exclusivement sur l'anéantissement des Vampires, il aimait profondément les humains.
Non seulement il aurait oublié sa croix, précieux trésor à ses yeux, il n'aurait pas assisté au retour de Sarah, mais en plus, idiot qu'il était, il se serait comporté comme un vulgaire mercenaire qui ne voit que sa propre cause et aurait abandonné aux dangers de la nuit une jeune femme choquée par la disparition de son amie.
Il se rachèterait d'une manière ou d'une autre, mais il se rachèterait pour ce péché qu'il avait failli commettre.

Son caractère sauvage finirait certainement par le perdre un jour et, en attendant ce jour, il devait faire preuve de raison et tenter de rester social. Aussi il revint sur ses pas en oubliant presque le pauvre homme vers qui il allait et, touchant la garde de son épée sur son côté, il dit avec foi:


- Je ne doute ni de votre courage ni de votre habileté au combat mais je ne pourrai souffrir de vous savoir seules dans ces rues à cette heure. Excusez ma maladresse mais je vous conjure de rentrer chez vous: même avec une épée, Dieu sait ce qui se cache dans cette ville de damnés...Je pense que votre âme a subit assez d'épreuves ce soir. Remettez votre chasse à demain, je partirai le coeur plus serein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Couchée de Soleil sur la Tamise [Sarah, Comte, Raphaël] [15/09/41]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Lune solitaire [Sarah, Comte] [11/10/41]» Seconde visite [Sarah, Comte, Sébastian] [11 et 12/10/41]» Un démon révélé [Sarah, Comte, Ilsa] [12/09/41]» « L'heure la plus sombre est celle qui vient juste avant le lever du soleil. »» C'est si beau un couché de soleil... (StarLight-Vadael)
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: La City :: Le Pont de Londres-