L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Rencontre sous une lune d'été

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Swan Carthew
Citoyen de l'Ombre
Date d'inscription : 08/05/2014
Nombre de messages : 144
Race : Humaine
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Jouer de la musique / courir les rues la nuit / lire et s'instruire
Age : 26 ans
MessageSujet: Rencontre sous une lune d'été Mer 30 Juil - 14:46

La journée avait été longue, très longue. Ses parents étaient morts une semaine au par avant et avait été enterrés aujourd’hui. Elle n’était pas triste, bien au contraire. Ses parents n’étaient que des négriers sans scrupules qui n’avaient jamais fait preuve d’amour à son égard. La belle jeune femme aux yeux vairons aurait préféré assister à l’enterrement de l’homme qu’elle avait aimé et de ses amis qui eux devaient croupirent dans une fosses communes.
La jeune aristocrate avait passé une semaine éreintante, cette journée avait été la pire à ses yeux. Sourire au gens, faire semblant d’être brave alors qu’un terrible chagrin était sensé l’assaillir. Remercier chaque personne qui lui proposer ses services pour gérer sa fortune ou pour s’occuper d’elle avec politesse. Cette société d’hypocrisie la répugnait. Swan haïssait tout ses gens, mais elle leur avait bien fait comprendre qu’elle ouvrait s’occuper d’elle seule comme de sa fortune.
Pourquoi une femme serait-elle moins capable de gérer ses affaires qu’un homme ? La belle Comtesse détestait également cette société patriarcal diriger par les hommes quelque soit leurs qualités et défauts. C’était scandaleux, mais elle se taisait. Choquer l’opinion publique ne servait à rien, il valait mieux observer et se taire, mais agir.
Swan se promenait dans les rues dans sa tenue d’homme habituelle, la nuit était sombre, la lune et les étoiles cachées par de sombres nuages. Mais il faisait chaud, très chaud et la belle étouffait sous le chapeau qui cachait son visage et ses hautes bottes de cuirs. Elle avait abandonné son manteau chez elle, incapable de le revêtir. Mais c’était désagréable car on reconnaissait sans problème sa féminité grâce à ses formes voluptueuses. La jeune femme finit par s’arrêter devant un bar. Elle n’y était jamais allé avec Leigh, ce qui la soulageait. Elle ne supportait plus de se rendre dans des lieux où ils avaient partagés des choses. Il lui manquait terriblement, elle se souvenait de chaque instant passé avec lui. De cette promesse qu’il lui avait fait la dernière fois. Elle avait dit qu’elle serait là à leur côté. Mais non, la jeune femme n’avait pas été à cet endroit. L’aristocrate n’avait pas été là pour mourir à leur côté, pour tuer ses négriers. Elle se haïssait, elle pensait que c’était de sa faute si ils étaient morts, que peut être si la belle avait été là ça aurait changé quelques chose.
Swan pénétra dans le bar. Il était assez sale. Ça semblait être le genre de bar où les marins se rendaient lorsqu’il cherchait de quoi se réchauffer. Il y avait une odeur de tabac froid, de rhum et de... d’homme ayant oublié que l’eau existait. L’ambiance était joyeuse malgré tout, des hommes jouaient de la musique, des catins offraient leurs charmes, c’était à peine si ils ne le faisaient pas à même la table. La belle Comtesse s’assit à une table au fond de la pièce et déposa son chapeau sur la chaise de bois brute. Elle s’en fichait en réalité qu’on voit son visage. Elle commanda une bière qu’elle bue rapidement avant d#en commander presque immédiatement une seconde. La jeune femme avait envie d’oublier ses soucis. Peut être qu’après elle se rendrait dans une des fumeries de la ville. C’était le beau chasseur de négrier qui l’avait amené la faisant découvrir l’opium et ses soi-disant vertus selon lui. C’est vrai que ça permettait d’oublier et de se détendre, mais y aller seul était dangereux car on perdait tout sens de la réalité.
Une catin tira la belle jeune femme de ses pensées en s’asseyant sur ses genoux.

- Alors ma belle qu’est ce que tu fais là. Tu viens chercher de quoi assouvir tes bas penchant ?

Lui demanda-t-elle en riant tout en caressant sa poitrine. Swan la repoussa doucement ne voulant pas lui faire mal. La jeune Comtesse n’avait rien contre les prostitué, elle les aimait bien pour leur franc parler, mais de temps en temps elles étaient vraiment trop collante à son gout. Elle bue une gorgée de sa bière et répondit à la fille de joie d’un ton froid.

- Non je suis juste venue boire, et je ne cherche pas de femmes. Mais si vous voulez prendre une pause discrètement je vous autorise à rester sur mes genoux pour faire semblant de travailler.

La belle bue encore une gorgée, mais la catin s’en alla sans demander son reste avec un air de déception qui fit sourire la jeune aristocrate. Elle n’avait rien contre les femmes, cependant elle préférait les hommes.
La jeune femme sorti un cigare de la boite qui se trouvait dans ses poches et l’alluma. Sa pipe était cassé, il allait falloir qu’elle en achète une nouvelle. C’est dommage elle l’aimait bien. Mais elle n’allait pas non plus faire du sentimentalisme pour une vulgaire pipe. L’odeur du cigare était un peu forte, mais pas désagréable. Beaucoup de personnes la regardaient de travers. Après tout ce n’était pas commun une femme dans un bar, et encore moins une femme seule qui fume le cigare. Cela choquait moins les gens lorsqu’elle faisait autrefois la tournée des bars dans les bras de Leigh et qu’ils se partageaient la même pipe ou le même cigare. Swan se sentait mélancolique, tout lui rappelait l’homme qu’elle avait aimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 88
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Rencontre sous une lune d'été Lun 4 Aoû - 18:54

Asher avait toujours été un jeune homme comme les autres. De longs cheveux blonds qui cascadaient en boucles sur ses épaules ainsi que des yeux bleus perçants faisaient son charme quasiment irrésistible. Il n’était pas forcément un jeune homme des plus musclés, mais du haut de ses un mètre quatre-vingt-six il fallait bien avouer que sa stature pouvait paraître assez impressionnante pour l’époque. Toujours bien apprêté, il aimait être propre et il pouvait presque passer pour coquet. Son apparence comptait beaucoup à l’époque, son narcissisme pouvait parfois l’emporter sur sa gentillesse débordante et ô combien envahissante ! Toujours prêt pour aider, il n’aimait cependant pas se salir les mains, il restait dans son petit monde de bourgeois haut classé envahit de luxe et des plus belles perles de la bourgeoisie victorienne. Ayant toujours idolâtré les femmes, jamais il n’aurait osé se montrer désagréable envers ces personnes. Elles comblaient sa vie et faisaient de lui un petit Dom Juan très apprécié de son entourage. Il s’entourait régulièrement de deux ou trois demoiselles pour discutailler, boire le thé, danser, se balader mais aussi pour les plus audacieuses monter. Il savait l’art de monter à cheval avec élégance, en réalité on lui avait appris l’équitation depuis son plus jeune âge. Certaines acceptaient, d’autres se contentaient de le regarder montrer ses exploits de petit voltigeur mais d’autres Ladies lui offraient des excuses pour s’en aller et éviter ainsi une petite balade sur un de ses chevaux.

La disparition de ses parents l’avait toujours affectée, il les avait aimé et chéri plus que tout ! Heureusement que Sandrine avait été là à ses côtés, il aimait cette femme qu’il considérait presque pour sa mère. Elle avait fini de l’éduquer malgré le fait qu’elle ne pouvait pas parler. Les parents du jeune homme étaient partis un beau jour, lors d’un voyage d’affaires pour le commerce. Seulement la traversée à bord du navire n’avait pas été des plus calmes et Dieu seul sait encore ce qui a bien pu se passer à bord du bateau. Un naufrage ? Des pirates ? Un missile ennemi ? Une prise d’otages ? Ou bien le paquebot avait-il coulé ? Toujours en était-il qu’il n’avait eu,  depuis ce jour-là, aucune nouvelle de ses géniteurs. Ce qui le chagrinait était le fait qu’il n’avait pas eu le temps de bien les connaître, une dizaine d’années passées avec eux ne suffisait pas pour qu’il puisse prétendre avoir connu correctement ses parents. Il ne connaissait ni leur secret, ni leur relation. Est-ce que père et mère s’était réellement aimé ? ou bien n’était-ce qu’un petit mariage arrangé ? Avaient-ils eu des dettes un jour ? Avaient-ils désiré leur enfant ? Pourquoi était-il fils unique ? Ne voulaient-ils plus de bambins qui leur courent dans les pattes et leur posent un millier de questions les plus insensées les unes que les autres ? Quel dommage, lui qui aurait rêvé d’avoir une petite sœur à ses côtés pour pouvoir montrer qu’il était fort et courageux et qu’il l’aurait protégé plus que lui-même ! Malheureusement ce petit rêve ne se réalisera jamais, ses parents étaient très certainement morts et si ce n’était pas le cas sa mère serait bientôt ménopausée…

Sortant de sa demeure, le jeune homme avait embrassé Sandrine sur les deux joues et rejoignait un homme un peu plus petit que lui mais d’un physique assez agréable. Il portait des cheveux très courts, une fine moustache trônait au-dessus de ses lèvres fines et joueuses. Ses petits yeux bruns semblaient rieurs, cet homme avait l’air d’être quelqu’un de bien. Asher l’avait rencontré dans un petit salon de thé, non loin de Trafalgar Square, lieu de sa résidence. Vêtu d’une simple chemise blanche en soir possédant quelques dentelles au niveau du col et des manches, il portait également un pantalon noir coupé par des grandes bottes sombres de cuirs qui lui montaient jusqu’aux genoux. A cette époque le jeune bourgeois ne portait pas encore de foulard, sa fragilité ne vint qu’après au fur et à mesure des meurtres et de son cœur brisé. Le jeune garçon ramenait souvent une main dans ses cheveux, faisant glisser ses gants blancs de soie dans ses belles boucles aux reflets dorés. Ses yeux bleus se fermaient régulièrement sous l’effet d’un éclat de rire assez cristallin. Etant un homme il possédait cependant quelques petites manières assez efféminée et pour cause, il avait perdu son père assez jeune. Sa chemise n’était pas des plus viriles mais elle lui sied à merveille. Cela ne faisait que le rendre un peu plus masculin. Un fleuret ainsi qu’un pistolet à percussion se pendait à sa ceinture de cuir simple, il n’y avait aucun ornement. Le jeune homme n’en avait pas besoin, les deux jeunes gens comptaient aller dans un bar pour prendre du bon temps, parler, boire un petit quelque chose et se jouer une petite partie de poker en compagnie d’autres messiers. Asher ne buvait pas et ne fumait pas, il avait pris quelques bonnes habitudes pour ne pas finir accroc et bourrins comme tous les autres hommes.

Sur le chemin les deux jeunes hommes croisèrent quelques personnes vêtues uniquement de noires. Ils savaient tous deux qu’un enterrement avait eu lieu dans la journée mais Asher ignorait toujours de qui il pouvait bien s’agir. En réalité cela lui était un peu égal, c’était triste mais il ne les connaissait pas et des cadavres on en retrouvait tous les jours. La vie était semée d’embouchures mais il ne pouvait pas s’arrêter au premier problème venu. S’il s’écoutait il donnerait une poignée d’argent à chaque vagabond désespéré qu’il croise mais il ne pouvait se le permettre. Il fallait être un peu plus réaliste dans la vie, on ne pouvait pas sauver tout le monde. Haussant tous les deux les épaules ils avaient continué leur discussion qui était cependant un peu moins gaies. Deux demoiselles passèrent dans la rue et les deux jeunes gens plongèrent dans une grande révérence qui les fit rire. Asher esquissa un sourire aux ladies de Londres en faisant un petit signe de la main avant de continuer son chemin.  Ces demoiselles les avaient ragaillardies. Le beau blond se dirigea alors vers le pub vers le port en compagnie de son ami. Ce fut Will qui poussa la porte en premier pour se diriger vers une table vide. Bien vite ils découvrirent tous deux ce que le bar avait à leur offrir. Ils s’installèrent alors dans la première table vide qu’ils croisèrent. S’installant non pas silencieusement, Asher prit l’initiative d’aller au comptoir pour commander leurs deux boissons. Son ami prenait du Scotch, très bien, lui se contenterait d’une bière pour faire honneur. En générale il ne prenait pas d’alcool, ce liquide n’était pas très fort, cela suffirait. L’élégant blond se redirigea vers sa table et se mit à rire lorsqu’il aperçut son ami avec deux catins sur les genoux. Il lui donna son verre et repoussa gentiment une demoiselle pour pouvoir jouer tranquille. L’atmosphère du bar n’était pas des plus agréables mais ils n’étaient pas venus pour noter sur dix la convivialité des lieux. L’odeur n’y était pas des plus agréables. Des catins proliféraient dans les salles en quêtes d’un nouveau jeune homme (ou pas) à attirer dans le pécher de la chaire. La partie commença.


***

Une heure plus tard la porte s’ouvrit sur une silhouette assez efféminée. Asher n’y avait pas tout de suite fait attention, bien trop absorbé par ses cartes. Il avait déjà remporté une partie mais ce n’était pas encore fini. Ils devaient en faire au moins deux dans la soirée. Deux vagabonds les avaient rejoints. Un parfum délicat sembla alors s’envoler vers lui. Il ferma doucement les yeux et se retourna en même temps que son ami en posant les cartes. Will avait toujours ses deux demoiselles sur ses genoux.  Le jeune homme vit bien son allure déterminée mais la belle semblait triste, mélancolique. Ce n’était pas un lieu pour une femme et encore moins lorsque celle-ci était seule. De plus elle ne semblait pas faire partie de la classe ouvrière. Une bourgeoise très certainement ! Peu d’aristocrate se rendait dans ces pubs . Le délicat jeune homme se leva alors et laissa sa mise sur le plateau de jeu, en réalité il se fichait complètement de son argent. Doucement il prit sa bière et se dirigea vers la demoiselle qui renvoya net une catin qui désirait « jouer » un peu avec elle. Le jeune homme eut un sourire, il avait fait de même un peu plus tôt dans la soirée. Il avisa alors les verres qui se tenaient sur la table, elle buvait, beaucoup, voir un peu trop même. Un cigare était pendu à ses lèvres. Doucement il se glissa derrière elle et murmura un :

- Puis-je ?

Il désirait s’asseoir en sa compagnie, rien de plus ni de moins. Parler un peu, elle semblait avoir des problèmes. Il eut un triste sourire avant de prendre place en face d’elle. De derrière il n’avait vu que ses longs cheveux bouclés noirs de jais mais en face… il était ébloui par la beauté de son visage et de ses yeux si singuliers. Il cligna alors ses perles bleutées avant de lui sourire agréablement en posant son verre sur la table. Il semblait réellement soucieux. Il n’aimait pas voir les demoiselles ainsi. Peut-être avait-elle été mariée à un homme qu’elle n’aimait pas ? Dans ce cas il n’y pouvait pas grand-chose, cela ne relevait pas de ses capacités. Il pouvait simplement réchauffer un peu son cœur, lui parler, lui changer un peu les idées, lui prêter de l’argent si nécessaire. Peut-être avait-elle des dettes ? Cependant il restait stupéfait, elle fumait le cigare et ne semblait pas se préoccuper des regards qu’on osait lui jeter. Il avait rarement vu des femmes fumer et encore moins le cigare. Elle semblait spéciale, différente de toutes les autres… originale. Son cœur s’emballa ses yeux étaient splendides. Cependant il n’osait plus rien lui dire de peur de la déranger, de la troubler peut-être ou bien de l’offenser…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swan Carthew
Citoyen de l'Ombre
Date d'inscription : 08/05/2014
Nombre de messages : 144
Race : Humaine
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Jouer de la musique / courir les rues la nuit / lire et s'instruire
Age : 26 ans
MessageSujet: Re: Rencontre sous une lune d'été Mar 5 Aoû - 1:25

En entrant, la belle jeune femme à la longue chevelure de jais avait accrocher le regard d’un jeune homme. Cet homme avait de longs et beaux cheveux blonds. Elle ne fit pas plus attention, détournant rapidement le regard.
Elle ne voulait pas voir d’hommes, elle ne voulait plus. Swan voulait juste boire pour oublier et ne plus voir à chaque fois qu’elle fermait les yeux l’images de l’homme qu’elle avait aimé, mort une semaine au par avant. La jeune femme réprima ses larmes comme à chaque fois qu’elle pensait À son ancien amant.
La jeune aristocrate s’était assise à une table au fond de la salle espérant qu’on la laisse tranquille, elle n’était pas d’humeur. Non absolument pas. Perdues dans ses pensées, la belle femme aux yeux vairons avait bu un verre, puis deux, elle en était à présent à son troisième. Et les second n’avaient pas été de la bière, mais du whisky. Bien plus fort. La belle était donc en partie saoul.
L’ivresse, qu’elle sensation incroyable. Elle faisait oublier et en même temps resurgir chaque sentiments. Swan était dévastée par le chagrin. Elle si gaie et insouciante n’était plus qu’une pale copie d’elle même.
La jeune femme renversa sa tête en arrière, laissant les larmes couler sur son visage de poupée de porcelaine tout en continuant de fumer son cigare. Elle n’avait plus aucun repaire.
La jeune Comtesse en était à espérer qu’un coupe bourse la tuerait dans une ruelle alors qu’elle essayerait de rentrer.
Soudain, la belle senti une présence derrière elle, une personne lui demandait si elle pouvait s’asseoir en face d’elle. Vu la voix cette personne était un homme, et vu sa politesse un bourgeois ou un aristocrate. Elle allait refuser poliment, elle souhaitait rester seule, mais l’homme c’était assis en face d’elle. L’homme souriait tristement et semblait soucieux.
Il avait de magnifiques cheveux blonds et de superbes yeux semblable à l’océan un jour de soleil. C’était l’homme qu’y avait accroché son regard alors qu’elle était entrée dans la salle.


- Je ne vous ai pas donné mon accord. Mais puisque vous êtes ici, restez.

Lui dit-elle en se redressant et en le fixant de ses yeux différents. Certaines personnes avaient peur d’elle à cause de ses yeux. On l’avait déjà prise pour une sorcière, il ne lui manquait plus que des longs cheveux roux selon certaine personnes. Mais elle n’en avait que faire.
Swan bue encore une longue gorgée d’alcool avant de sortir sa boite à cigare et d’en offrir un à l’homme.


- Qui êtes vous et que me voulez vous ? Si vous voulez me vendre quelque chose ce n’est pas la peine, si vous souhaitez m’entraîner dans une ruelle sombre pour me tuer ce n’est pas la peine de restez. Je vous tuerais avant que vous ayez pu faire quoi que ce soit.

Elle était froide, presque cassante. La jeune femme s’en voulu d’un coup. Il semblait vraiment soucieux, elle n’avait pas besoin d’être aussi désagréable. Mais elle se protégeait, elle craignait d’aimer à nouveau. Aimer cela faisait tant souffrir. Swan préférait ne plus s’approcher de personne. Elle ne voulait plus connaître un jour la souffrance qu’elle subissait aujourd’hui. Elle vida son troisième verre et en commanda un autre à la jolie serveuse qui passait. La serveuse fit un clin d’œil au séduisant homme qui se trouvait en face d’elle. Il était un peu trop efféminé aux yeux de la belle jeune femme.
Elle l’avait rapidement aperçu entrain de jouer au poker avec un autre homme bien habillé qui avait deux filles de joies sur ses genoux. D’une certaine manière elle enviait les hommes pour cela aussi. Ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient sans qu’on leur en tienne rigueur.
La belle, elle tout le monde la regardait dès qu’elle faisait un pas dans une taverne, Qu’elle sortait sa pipe, son cigare, qu’elle buvait.
Swan reporta son regard sur l’homme à la longue chevelure blonde et bue une gorgée de son verre tout en l’observant avec insistance, attendant sa réponse.


Dernière édition par Swan Carthew le Dim 26 Oct - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 88
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Rencontre sous une lune d'été Jeu 7 Aoû - 11:24

La soirée du jeune homme avait très bien commencé si l’on excluait le cortège de personnes habillées de noires circulant dans les rues « charmantes » de la ville victorienne. L’élégant bourgeois avait entamé une première partie de Poker qu’il avait remporté haut-la-main. Son ami, Will, avait en quelque sorte fait la tête, il était un très mauvais perdant et haïssait perdre son argent dans les jeux. Cependant c’était bel et bien lui qui avait insisté pour faire une partie ! Ce n’était pas comme si les deux jeunes hommes comptaient sur cet argent pour vivre… Il avait remisé par la suite l’argent qu’il avait gagné pour commencer une seconde partie en compagnies d’autres hommes du bar. Ils n’étaient pas tous d’excellente compagnie, cependant, cela faisait passer le temps. De temps à autre les deux jeunes catins caressaient le torse de Will. Celui-ci était déjà presque ivre et avait un sourire badaud sur les lèvres. Le jeune homme devrait soit le ramener chez lui, soit le laisser dormir auprès des deux filles de joie, ce qui n’était pas plus mal en soi puisque son compagnon avait l’air de se réjouir de leur compagnie. Le jeune bourgeois ne se permettrait jamais de se dégoter une catin, il avait bien trop peur des maladies qui circulaient dans la rue pour cela… Et s’il attrapait la syphilis ? Il n’osait se l’imaginer… Asher, quant à lui, n’avait pas encore terminé sa bière. En réalité l’alcool n’était pas son fort, il avait peur un jour de terminer ivrogne et de faire du mal inconsciemment. Une personne saoule était difficilement contrôlable, et si lui était un véritable chien après avoir bu ? Il ne voulait pas le savoir, ce serait peut-être bien trop désagréable à découvrir. Une demoiselle avait pourtant chamboulé tout son jeu, cette beauté… Cette élégance… Et pourtant elle était habillée à la mode masculine. Ses formes gracieuses ne trompaient pas, il s’agissait bel et bien d’une  Demoiselle, peut-être pas très commode. Que faisait-elle dans ce bar si tard ? N’avait-elle donc pas peur des badauds qui tournaient dans les rues en quête d’une proie facile comme les jeunes femmes sans défense ? Les rues de Londres n’étaient pas les plus sûres du royaume, que cherchait-elle donc ? Elle semblait si triste… Si triste qu’Asher eut envie de la rejoindre. Ce qu’il fit quelques minutes plus tard.

Asher n’avait jamais aimé voir les jeunes demoiselles tristes, qu’il la connaisse ou non il allait toujours les voir. Peut-être subissait-elle des violences conjugales ? C’était souvent le cas et il n’hésitait jamais à se jeter tête baissée vers le mari pour le fracasser un bon coup même si généralement c’était lui qui encaissait le plus. C’étaient quelques petites erreurs de sa vie qui valaient la peine d’être vécues. Il était réellement un militant pour les femmes, il était contre la violence contre les femmes et cela pouvait se sentir par ailleurs. Asher haïssait ceux qui osaient faire du mal au sexe féminin. Comment un homme pouvait-il un jour frapper son épouse ? C’était quelque chose qui lui était inconcevable. Pour se sentir plus fort peut-être ? Montrer qui pouvait diriger la maison ? Dans ces cas-là ce n’étaient que des lâches, des hommes faibles qui s’en prenaient aux femmes pour tenter de se consoler : oui ils étaient plus fort que quelqu’un, oui… Leur épouse. Il n’avait pas une stature aussi imposante que les hommes mûrs en réalité il ne s’en préoccupait pas réellement du moment qu’il rentrait encore dans ses chemises et ses vestes, que ses gants lui allaient encore et que son pantalon lui seyait à merveille. Coquet ? Oui très certainement. Il aimait toujours être bien propre et cela se voyait. Par ailleurs, lui et son ami faisaient un peu tâches dans le bar de par leurs accoutrements mais aussi leurs manières de se tenir. Désormais ils n’étaient plus seuls, la demoiselle qui était rentrée dans l’établissement publique avait l’air tout aussi propre et distinguée que lui si ce n’était pas plus.

Le jeune homme s’était placé derrière elle, la belle semblait presque désespérée. Asher aurait presque eu envie de la prendre doucement dans ses bras pour la bercer et la consoler. Il doutait cependant qu’elle se laisse faire malheureusement. En réalité elle aurait eu raison, elle ne le connaissait pas.  Peut-être aurait-il pu être un assassin, un violeur, un vagabond richement habillé de par ses vols en série ? Rien ne pouvait prouver son identité. Peut-être sa gentillesse débordante. Il lui avait demandé gentiment de s’asseoir, se doutant qu’elle allait refuser il prit place en face d’elle. Elle avait réussi à le fasciner, c’était réellement une très belle femme. De longs cheveux de jais retombaient en boucle sur son visage de poupée, encadrant d’hypnotisant yeux vairons. Les larmes avaient doucement coulé de ses yeux. Il aurait bien aimé les lui essuyer mais le prendrait-elle mal ? Elle avait un cigare entre les lèvres et semblait presque ivre. Lui n’avait toujours pas fini sa bière. Surpris il l’observa sortir sa boite à cigare et lui en tendre un de ses longues et fines mains. Doucement il enleva ses gants de soie et prit le cigare. En règle générale il ne fumait pas mais il voulait se montrer poli envers elle, il ne refusait donc pas cette petite attention de sa part. D’une voix agréable il lui demanda si elle n’avait rien pour la lui allumer. Il n’avait ni allumette ni petit briquet de l’époque pour produire une petite flamme. Peut-être accepterait-elle de le faire ? Il eut un petit sourire en l’entendant parler puis un petit rire. Lui un vendeur ? Lui un assassin ? C’était bien cherché mais non, il n’était rien de tout cela. Will lui risqua un regard et siffla alors pour qu’il revienne continuer sa partie déjà bien entamée. Le jeune Asher lui fit un signe de la main pour lui dire de prendre sa mise et de continuer sans lui. Il parlait à une demoiselle désormais, il n’allait pas interrompre leur conversation pour aller continuer sa partie de poker. Reportant son attention sur la femme qui lui faisait face il répondit alors d’un ton agréable :


- Un vendeur moi ? mais peut-être que vous avez raison, peut-être vais-je vous conduire dans une ruelle sombre pour vous tuer juste après, Mademoiselle (il avait dit le dernier mot en un français parfait). Et vous, qui êtes-vous My Lady ?

Le ton de la jeune femme n’avait pas été des plus agréables mais il se doutait que cela n’était pas réellement dirigé contre lui, il se disait que jamais il ne pourrait en vouloir à une femme. Elles étaient en quelque sorte, celles qui rythmaient sa vie, ces déesses, les personnes qu’il vénérait du plus profond de son cœur. Quoi de plus beau qu’une femme ? Que peut-il réchauffer notre cœur un peu plus que l’amour qu’une Demoiselle nous offre ? Rien…
La belle finit son verre et en recommanda un. La serveuse le lui apporta et offrit un clin d’œil à Asher qui lui fit un petit sourire. Il n’était nullement attiré par elle mais si c’était la seule chose pour lui faire plaisir… pourquoi buvait-elle autant ? décidément elle n’était pas comme les autres mais il ne voulait pas l’embêter en lui demandant s’il y avait des problèmes dans sa vie, bien sûr que oui… la jeune femme paraissait différente des autres demoiselles de Londres… oui.
Le jeune homme voyait bien que la belle était au centre de l’attention générale. Quelques regards de sa part et les voilà débarrassés des coups d’œil  indiscrets qui pesaient sur la nuque de la Demoiselle. Pourquoi était-elle habillée en homme ? Etait-elle une vagabonde ? A priori non, ses manières issues d’une société assez haute. Une bourgeoise ? Une aristocrate ? Si tel était le cas, que faisait-elle seule dans la nuit. Les larmes qu’elle rejetait lui fendaient le cœur, elle était affreusement triste, que s’était-il donc passé ? Il aurait tant aimé le savoir et pouvoir la consoler du mieux qu’il le pouvait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swan Carthew
Citoyen de l'Ombre
Date d'inscription : 08/05/2014
Nombre de messages : 144
Race : Humaine
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Jouer de la musique / courir les rues la nuit / lire et s'instruire
Age : 26 ans
MessageSujet: Re: Rencontre sous une lune d'été Lun 11 Aoû - 1:36

Pourquoi était-elle entrée dans ce bar ? C’était la question que ce posait la jeune femme assise sur sa chaise à enchaîné verre sur verre sous le regard inquisiteur des gens. Elle avait envie de se lever et de leur crier à tous que oui elle était une femme habillé en homme, qu’elle pouvait tous les battre en combat à l’armes blanches. Elle avait envie de dire à ses hommes qui jouaient au poker , dont un qui accueillait deux prostitués sur ses genoux, qu’ils feraient mieux de retourner voir leur femme et de leur montrer comme ils les aimaient.
Oui la belle vivait affreusement mal la mort de ses amis. La belle jeune femme avait alors rejeté sa tête en arrière tout en fumant son cigare et avait laissé ses larmes coulées sur ses joues pales. Mais on la dérangea. La voix venait de son dos. C’était une voix de jeune homme. Il lui demandait la permission de s’asseoir, elle allait refuser mais l’homme eu le toupet de le faire tout de même sans attendre sa réponse.
Un très beau jeune homme avec longs cheveux blonds et vêtu d’une élégante chemise au manche bordé dentelle. Pas très masculin mais ça lui allait fort bien, et toute sa tenue était impeccable. Un très beau jeune homme, ce n’était pas discutable. Cependant, ce n’était pas Leigh.
Swan avait alors offert tout de même un cigare à l’homme. Il lui demanda de quoi l’allumer, c’est vrai qu’un cigare éteint n’avait pas une grande utilité. Elle avait rapidement craqué une allumette et avait allumé négligemment son cigare avant de recommander un quatrième verre pour elle. La servant avait ramasser les autres et était répartie.
La séduisante aristocrate avait alors posé des questions à l’homme d’une voix glaciale. c’était des questions assez légitimes mais elles manquaient de finesses.
Mais qui était donc cet homme qui se trouvait en face d’elle ? Pourquoi était-il venu la trouver ainsi sans raison apparente ? Elle ne comprenait pas vraiment et il l’intriguait de plus en plus. Surtout qu’il avait commencé à jouer avec elle sans répondre à ses questions et en osant lui en pauser une. Une question pertinente, certes. Elle même ne connaissait pas la repense enfin ne la connaissait plus. D’une certaine manière avec la mort de Leig, Swan avait l’impression que tout son avenir s’était écroulée. Ils avaient tant rêvé de s’enfuir ensemble, de se marier et de fonder une famille. Un doux rêve qui avait soudainement volé en éclat avec la mort de l’homme qu’elle aimait. Oh comme elle aurait voulue mourir avec lui.
La jeune aristocrate perdue dans ses pensées prit du temps avant de répondre au jeune homme. Elle finit enfin son quatrième verre, elle était complètement ivre à présent. Ses yeux étaient vitreux et elle avait un air hagard sur le visage. Elle finit par répondre.

- Il serait plus poli de d’abord vous présenté avant de me demander mon nom. Mais si vous tenez tant à mettre un nom sur mon visage, appelez moi Swan.

En réalité à ce moment sa tête lui tournait, elle avait presque envie de s’asseoir sur ses genoux comme elle faisait avec Leigh et de l’embrasser avec passion. Mais elle chassa bien vite cette idée. Mais que lui arrivait-il ? Elle aurait eu l’impression de tromper son ancien amour. Même si il était mort. Quel mort affreux, il était agressif et inspirait tant de sentiments aux humains.
La belle ressentait également de la peur à l’idée de mourir, mais après tout c’était une chose naturelle. Mais injuste ...
Swan posa son regard sur le séduisant homme une seconde fois, il semblait soucieux. L’était-il pour elle ? Cela l’aurait étonné.
La belle aristocrate finit par lui dire d’un ton un peu moins froid que lors de ses premières paroles.

- Vous devriez retourner avec votre ami et cette charmante compagnie. Ils le seront bien plus que moi.

En réalité elle ne souhaitait pas qu’il la laisse. Elle voulait avoir un peu de compagnie mais pour rien au monde ne l’aurait avouée. Pourquoi toujours vouloir être si fière ? Elle ne se comprenait plus elle même, Swan pensa alors aux responsabilités qui l’attendaient. Gérer sa maison, son argent, sa vie sociale et sa vie nocturne. Rien d’insurmontable, mais elle était tout de même anxieuse.


Dernière édition par Swan Carthew le Dim 26 Oct - 17:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 88
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Rencontre sous une lune d'été Ven 22 Aoû - 22:44

Les jeux n'étaient pas des divertissements que le jeune homme chérissait par dessus tout et pourtant qu'était-il entrain de faire lorsque la (délicieuse) jeune femme entra dans le bar ? Il jouait au Poker en compagnie de Will et de... Vagabonds ? Marins ? Bouchers ? Serveurs ? Domestiques ? Soûlards ? Deux catins ? Bon il était vrai que pour les deux filles de joie il n'y avait pas de question à se poser. Elles étaient bien à table sur les genoux de son ami et s'amusaient à lui offrir des mots doux ou bien crus et caressait son torse. C'était vrai que c'était un beau jeune homme mais Asher n'aurait jamais accepté des jeunes femmes comme celles-ci sur ses genoux. Elles répétaient les mêmes choses à qui voulait bien les entendre et les payer pour la nuit, et plus si les clients étaient convaincus de leurs services. Asher ne les haïssait pas, non, il restait aimable et courtois mais il les rejetait lorsqu'elles lui faisaient des demandes peu délicates. Il n'aimait pas tellement les femmes de petites vertus, il préférait celles qui jouaient... Qui étaient élégantes, celles qui l'aimaient...
Il s'était levé... puis dirigé vers elle. Que lui voulait-il ? Will avait eu l'ai désemparé devant cette scène. Il lui avait même demandé où comptait-il se rendre. Il n'avait répondu qu'une chose « se rendre utile pour une fois dans sa vie ». Le cœur de cette femme semblait trop gros, bien trop lourd pour une demoiselle. Elle s'était assise et elle... non elle faisait quelque chose qu'Asher détestait voir. Elle se libérait de ses sentiments. Elle pleurait, devant lui et des tas d'autres personnes, des badauds en tous genres. Et puis la Demoiselle fumait, rejetant la tête en arrière et buvait. Signes qu'elle désirait oublier. Mais oublier quoi ? Un amant ? Un crime ? Son passé ? Ses actes ? Sa voix mélodieuse avait atteint les oreilles de la belle et il s'installa en face d'elle bien qu'il put voir qu'il n'était pas le bienvenue. Elle était triste, affreusement triste. Avait-elle appris un décès ? Le jeune bourgeois détestait vivre ainsi dans l'ombre, il ne connaissait pas ce qui la rendait dans cet état et il aurait tant aimé lui venir en aide, l'aider, lui dire qu'il pourrait être un ami si elle désirait bien de lui.

Assis en face d'elle il avait été subjugué... Par sa beauté mais aussi par la magnificence de ses yeux vairons, si peu ordinaire qui faisaient tout son charme. Il n'avait su d'abord que dire. Il était presque sous le choc qu'une telle femme puisse exister. Enfin il esquissa un sourire qui se voulait bien veillant. Elle n'avait pas été des plus agréables à son égard pourtant ne s'était-il pas montré assez courtois et avenant ? Lui tendant un cigare il l'accepta bien sûr en sachant cependant qu'il ne touchait ni à ça ni à l'alcool en temps normal. Que lui arrivait-il ? Il n'aurait su le dire... Peut-être désirait-il lui plaire ? Elle semblait être quelqu'un de bien, quelqu'un qu'il ne fallait jamais décevoir pour rien au monde. Un cœur en or ? Peut-être mais brisé, il le voyait dans ses yeux. Un petit bruit se fit et la chaleur envahit ses doigts, elle avait allumé le cigare. La belle recommandait encore un verre, à en voir les différentes choppes qui se trouvaient sur la table il s'agissait très certainement de son quatrième verre. Il ne désirait pas la voir boire autant, l'alcool noyait les problèmes mais ne les effaçait pas. Les questions de la demoiselle l'avait surprit. Lui un voyou ? Un charlatan ? Un badaud ? Un Assassin ? Lui un meurtrier, un violeur, un criminel, un sociopathe ? Un marchand ivrogne ? Pour qui le prenait-elle ? Elle ne le connaissait pas et émettait des doutes déjà à son sujet, se demandant s'il allait l'emmener au coin d'une rue pour la dépecer. Pourtant Asher ne ferait pas de mal à une femme, oh non certainement pas, il n'en survivrait pas. Il serait capable de s'en prendre à un homme mais une Lady hors de question ! Qu'elle soit ouvrière, fille de joie, petit ou grande bourgeoise ou bien aristocrate, Dieu non ! Oh grand jamais il ne touchera à une femme pour une raison quelque ce soit...

Son nom oui, elle le lui avait demandé, du moins elle lui avait posé quelques petites questions dénuées de finesse,après tout, combien de verre avait-elle bu ? Quatre ? Était-ce le premier bar de la soirée ? Asher avait inversé les rôles lui demandant qui elle était... Il eut un sourire en entendant sa réponse et se pencha en avant pour se noyer dans ses yeux irrésistibles. Swan... C'était un charmant prénom qui lui allait bien il devait l'avouer. Il hocha doucement la tête en finissant sa bière avant de lui dire doucement :


- Swan... c'est un prénom qui vous va à ravir. Dans ce cas, pour vous, je suis Asher.

Non il n'y aurait pas de Monsieur Rosebury pour elle, sa tristesse se lisait sur son visage et il lui fallait quelqu'un de franc, quelqu'un à qui elle puisse se confier librement sans crainte d'être jugée. Il continuait de lui sourire, il était réellement soucieux pour elle. La serveuse revint pour qu'ils paient tous deux leur consommation et il sortit négligemment de sa poche quelques belles pièces, il payait aussi pour la Demoiselle, après tout il s'en fichait, il en avait largement les moyens. Il reporta doucement son attention sur Swan et se tourna vers son ami Will, les ouvriers et les deux catins. Il eut alors un petit rire. Oh non il ne voulait pas retourner auprès de ces gens bien que Will lui faisait des grands signaux pour lui demander de rejoindre la partie. Il l'ignora délibérément, il devait être l'homme le plus sain d'esprit du bar... tous avaient du prendre une bonne cuite. Il lui répondit alors d'un ton aimable en croisant les jambes :

- Je peux vous assurer que votre compagnie est bien plus charmante que la leur... Mais... Si vous le désirez nous pourrions les rejoindre ensemble, peut-être aimez vous jouer au poker ?

Il se leva de sa chaise doucement se postant à ses côtés avec un sourire amicale aux lèvres. Il s'inclina alors devant elle et daigna enfin prendre une bouffée du cigare qu'elle lui avait gentiment offert. La fumée s'enroula agréablement autour de sa gorge lui laissant un arrière goût âcre mais agréable. Le volute s'échappa doucement de ses lèvres tandis qu'il observait la demoiselle déguisée en homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Swan Carthew
Citoyen de l'Ombre
Date d'inscription : 08/05/2014
Nombre de messages : 144
Race : Humaine
Classe sociale : Aristocrate
Emploi/loisirs : Jouer de la musique / courir les rues la nuit / lire et s'instruire
Age : 26 ans
MessageSujet: Re: Rencontre sous une lune d'été Sam 27 Sep - 13:05

Elle était pitoyable. Il n’y avait aucun autre mot pour la décrire en cet instant. N’était ce pas pitoyable de se rendre ainsi dans un bar, seule, uniquement pour boire encore et encore et pour pleurer ? Pleurer devant des inconnus ? Des hommes, des catins !
Swan s’en voulait d’avoir pousser la porte de ce bar, elle n’avait rien à faire ici. Et qu’espérait elle en venant dans ce genre de lieu ? Que Leigh débarque avec les autres en riant et en racontant quelques blagues salaces ? Qu’il la forcerait à s’asseoir sur ses genoux et qu’elle le ferait de bonne grâce comme autre fois ? Qu’ils tenteraient de recruter certaines personnes ?
Tout cela était pitoyable, pathétique, risible.
La jeune aristocrate avait bien vu qu’un des homme assis dans le coin de la salle et qui jouait avec des amis à lui et des badauds la regardait avec attention. Oui elle ne s’était pas caché ce jour là. Elle avait laissé ses longs cheveux noirs détachés, sa chemise moulait sa poitrine généreuse. Cela surprenait, et le patron avait commencé par refuser de la servir, mais elle avait juste laissé voir son couteau et il avait céder.
Elle s’était donc assise, et avait commencé à boire et à fumer. Un verre, deux verres, trois verres, quatre verres. Un cigare, puis deux etc.
Et en pleurant encore et encore.
Le séduisant jeune homme était alors venu, lui demandant si il pouvait s’asseoir, et sans attendre sa réponse il l’avait fait. Swan n’avait pas l’énergie de ce battre ce soir là, elle le laissa donc faire et lui proposa un cigare, si déjà il était là. Elle commanda encore un autre verre, elle allait finir par passer la nuit dans la ruelle derrière le bar.
La séduisante jeune femme n’avait pas été très agréable avec le bel inconnu, bien au contraire. Elle lui avait bien montré qu’il la dérangeait.
Finalement, la belle lui avait demandé qui il était. Pourquoi il était ainsi, assis en face d’elle. Elle avait bien vu qu’elle lui plaisait, enfin physiquement. Elle avait l’habitude de tout cela.
La jeune femme à la longue chevelure de jais lui avait posé plusieurs questions sans aucunes diplomaties. Mais il avait totalement inversé les rôles. Et c’est lui qui avait obtenu ce qu’il voulait en premier. La nouvelle Comtesse Carthew lui avait offert, en haussant les épaules. Ce n’était qu’un prénom après tout. Mais il suffirait qu’il demande si on savait qui était une femme aux yeux vairons qui se prénommait Swan pour qu’il ai son identité.
Elle le regarda avec désespoir quand le jeune homme à la longue chevelure blonde la complimenta sur son prénom. On lui avait déjà dit une chose de ce genre au par avant ...
Swan fut heureuse qu’il lui donne son prénom également. Elle n’était pas d’humeur à jouer.


- Votre prénom est très beau ...

Murmura-t-elle également. La serveuse était venue pour les faire payer et avant qu’elle ai pu atteindre sa bourse, le jeune homme avait payé pour eux. Elle maugréa qu’elle payerait les prochaines. La belle se rendit compte que l’ami de l’homme qui se trouvait en face d’elle faisait des grands signes pour qu’il revienne.


- Votre ami semble réclamer votre présence. Seriez vous un bon joueur ? Mais pourquoi pas, cela me permettra de me distraire un peu.

Lui dit-elle en se levant à son tour et en faisant passer ses longs cheveux noirs sur son épaule droite. Elle prit son verre et tira elle aussi sur son cigare, se dirigent vers la table des joueurs.
Swan les salua d’un hochement de tête.

-Puis je me joindre à vous Messieurs ? Ou vous avez trop peur pour votre bourse pour me laisser jouer ?

En effet la séduisante aristocrate était une très bonne joueuse, mais elle s’enrichissait rarement et préférait payer des tournées avec l’argent obtenus. Elle n’en avait pas vraiment besoin. L’argent ne lui manquait pas. Elle tira une nouvelle fois sur son cigare et laissa échapper un volute de fumée au même moment que le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 88
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Rencontre sous une lune d'été Jeu 8 Jan - 18:38

Asher était arrivé dans le bar ce soir-là sans savoir qu'il allait faire une merveilleuse rencontre. Cette sublime jeune femme aux yeux vairons allait chambouler tout son cœur en l'espace d'un soir avec un seul regret : il n'aura pas pu rester indéfiniment avec elle pour sa plus grande tristesse. Son plus grand malheur viendra plus tard, lorsque son corps sera devenu l'objet d'une manipulation aussi sombre que l'âme de certains hommes et qu'il la verra le rejeter parce qu'il avait tenté de la protéger. Le beau blond affichait perpétuellement sur ses fines lèvres insouciantes. Non il ne connaissait pas encore le monde, ni la vie, ni ce que pouvaient être l'horreur de certaines personnes. Il ne savait rien, il n'avait encore rien vu de ce que serait sa vie. Il faisait simplement connaissance avec la tranquillité. Seul avec son ami, ils s'étaient tous deux assis à une table avant d'être bien vite rejoints par de potentiels joueurs de cartes et de poker. Des catins s'occupaient déjà de Will alors que la partie venait à peine de commencer. Cela n'avait pas l'air de lui déplaire, en réalité il en profitait un peu, mais était-il à blâmer ? Ils étaient jeunes, ils pouvaient profiter de la vie sans encore être confrontés à ses tourments.
Une jeune femme avait fini par faire son entrée, du moins elle paraissait des plus étranges. Tout d'abord elle était masculinisée par ses vêtements qui ne la rendait déjà que plus séduisante aux yeux du jeune bourgeois qu'était Asher. Celui-ci s'était alors levé un petit sourire aux lèvres avant de s’apercevoir qu'elle pleurait. Pourquoi tant de larmes creusaient ses joues de sillons transparents ? Que lui arrivait-il ? Qui avait donc osé faire du mal à une créature aussi belle et fragile que celle-ci ? La détresse de la jeune femme se voyait comme un nez au milieu d'une figure, c'était flagrant et pourtant elle tentait de se montrer forte. Puis elle se réfugiait dans l'alcool. Dans ses bières et dans ses sombres pensées. Qui aurait bien pu savoir ce qui la taraudait à cet instant ? Rien ni personne. Des cigares reposaient non loin d'elle, le désir de l'aider frappa soudainement le cœur du jeune homme. Il ne pouvait pas la laisser comme ça, seule... Dans un bar rempli d'hommes. Et elle semblait demander à ce qu'on lui foute la paix. Pourtant...

Le jeune homme avait imposé sa présence quitte à se faire rejeter de la demoiselle. Il voulait essayer, non pas de conquérir son cœur mais d'alléger ses peines. Faire du mal à une femme lui était inconcevable. Assis en face d'elle il avait alors débuté une conversation. Elle ne paraissait pas aimable vue comme ça mais il mettait cela sur le compte des fines gouttelettes qui creusaient ses joues blanchâtres. Elle avait alors voulu savoir à qui elle s'adresser. Lui-même lui avait retourné la question pour connaître son nom. Swan... Ainsi elle se nommait Swan. C'était un prénom aussi gracieux que ce qu'il pouvait signifier. Et pourtant il semblait l'agacer. Elle n'avait pas envie de parler, cependant il continuait... Pourquoi s'arrêter maintenant ? Peut-être avait-elle besoin de réconfort. Il avait également fini par se prononcer. Tout était désormais posé, tous deux s'étaient présentés, rapidement certes mais il pouvait mettre un nom sur ce visage. Il eut un léger sourire en l'entendant commenter son prénom :


- Pas aussi charmant que le vôtre...

Et puis... La serveuse arriva, il paya l'addition pour la jeune femme qui dans son désespoir aurait presque fini par dévaliser le bar de tout son alcool... Ses yeux se plantèrent dans ceux de la belle tandis que ses doigts passaient discrètement sur le cigare. Il n'avait pas l'habitude de fumer, tout comme boire en réalité. Et pourquoi ne viendrait-elle pas jouer avec eux ? Au moins cela lui ferait passer un moment et elle pourrait se vider un peu l'esprit en jouant aux jeux.

- Et bien je ne peux me vanter d'être un bon joueur, je me débrouille. Et vous ? Êtes vous une adversaire de taille pour mon ami ?

Il eut un sourire et se déplaça à ses côtés. Son regard se portait sur ses cheveux et ses yeux surprenants, c'était décidément une femme hypnotisante. Asher marchait un peu à l'allure, n'oubliant pas ses bonnes manières en présence d'une demoiselle. Il adressa un sourire à son ami Will qui se tournait vers cette Swan. Un immense sourire se forma sur ses lèvres :

- Bien sûr Mademoiselle, vous semblez si sûre de vous... Comment vous le refuser ? Votre audace me tente... C'est une amie à toi Asher ?

Certains des joueurs encore un peu sobres se tournèrent vers les deux nouveaux venus. Certains adressèrent un « charmant » sourire à Swan puis l'indifférence totale à Asher. Il n'existait presque plus, elle accaparait toute leur attention mais il pouvait le comprendre, comment ne pas vouloir séduire la créature si belle qui se trouvait devant eux ? Le jeune homme haussa les épaules en regardant Swan :

- Je le serais seulement si Mademoiselle le désire.

Il tira sur son cigare doucement, la fumée s'enroulant dans sa gorge pour finir par filer entre ses lèvres. Finalement il tira une chaise devant lui s'apercevant qu'il s'agissait de la dernière dans le coin. Il murmura une excuse à la jeune femme s'apprêtant à faire demi tour pour prendre un tabouret qui se trouvait sous la table à laquelle ils se trouvaient un peu plus tôt mais grimaça. Deux badauds avaient fait leur entrée dans le bar, mains dans les poches, béret sur la tête et mine affreuse encrée sur leur visage. Ils ne paraissaient pas être des hommes des plus agréables. Peut-être avaient-ils eu une longue journée de travail devant eux ? Asher revint vers la belle et tira la chaise pour lui permettre de s'asseoir :

- Je vous en prie Swan asseyez vous.

Derrière elle, il posa ses mains sur ses bras avec douceur et glissa à son oreille :

- Ou bien installons nous ensemble. Venez sur mes genoux si l'envie vous prend...

Ses cheveux frôlaient le cou de la délicate demoiselle. Il s'était rapproché pour lui murmurer ces quelques mots. Asher n'avait pas d'idée derrière la tête. Si Swan concédait à s'asseoir sur ses genoux il en profiterait pour lui parler un peu en jouant et peut-être même rire avec elle, entendre quelques confidences et la consoler si besoins. Une de ses mains se posa sur le dossier de la chaise en bois. Il attendait sa réponse. Si elle refusait, il se mettrait derrière elle quitte à rester debout. Il restait tout de même un gentleman. Les joueurs, quant à eux, commençaient à s'impatienter. Ils tripotaient les cartes, vidaient leur bière ou passer à nouveau la commande. Avaient-ils donc tous décidé de finir ivre ce soir-là ? Le jeune bourgeois, lui, avait posé sa bière sur la table, son cigare entre ses doigts.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rencontre sous une lune d'été

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Solitude sous la Lune (PV Miriane Lonira) [ ABANDON ]» Sous la lune éclatante [Libre]» Cynthia» Rendez-vous sous la lune (PV Mymy =3)» Lyra M'angil
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: In your head :: Flashback-