L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Svend Terjeson - Un tendre coeur de pierre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Svend Terjeson
Nouveau membre
avatar
Date d'inscription : 23/09/2014
Nombre de messages : 2
Race : Humain (Alchimiste)
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Garder le bétail.
Age : 35 ans
Age (apparence) : 32 ans.
Proie(s) : Tout ce qui ce mange.
MessageSujet: Svend Terjeson - Un tendre coeur de pierre. Mer 24 Sep - 17:03

Svend Terjeson

Fiche d'identité

Nom
Terjeson

Prénom
Svend

Sexe
Masculin

Âge réel
35 ans et toutes ses dents !

Âge d'apparence
32 ans, comme disait maman, l'effort rend plus jeune.

Origine
Norvège, que voulez-vous, le froid n'est pas un trait de pays !

Classe sociale
Ouvrière, le bétail est toujours plus humain que l'être vivant à conscience propre.

Emploi
Alchimiste d'Etat, mais je tiens une petite ferme aux landes, je ne peux me résoudre à quitter mes terres.


Race

Humain
 

Essence
Alchimiste d'Etat.   


Description physique

Taille
1m84. (Et oui je suis béni par le double de 42...)

Poids
90 Kilos, et je ne compte pas mon bouclier !

Yeux
Bleus comme le ciel.

Cheveux
Des cheveux ? Ou ça ? Je suis désolé mais je ne vois pas le sens de votre question monsieur.

Description détaillée
Comme disait maman : Ne te vante pas. C'est ainsi qu'il ne faut pas exagérer sur le physique. Pour un homme du nord ma composition reste bien banale reste bien normale avec le métier que je pratique. Dépassant le mètre de quatre-vingts-quatre centimètres. Le tout s'assortissant d'un poids acceptable de quatre-vingts-dix kilos.
Concernant cette bouille que vous observez avec un regard intrigué j'aimerais vous demander d'arrêter de forcer le regard ! Comme disait maman : Soit poli ! Et donc, je reprends. J'ai toujours eu le visage le plus marqué de la famille, je n'ai jamais compris pourquoi parmi la fratrie j'étais l'unique à avoir hérité de la mâchoire carrée de mon père. Après il n'y a pas tromperie sur le produit, étant chauve par choix depuis mes quinze ans je ne vois comment vous pourriez vous imaginer une autre forme de tête pour moi. Quoi qu'il en soit, je garde des indices concernant ma chevelure, il est rare d'être blond et avoir les sourcils châtains foncés comme moi si vous voyez ce que je veux dire. Quoi qu'il en soit je suis fier de ces épais sourcils que je possède. Ils sont épais, robustes et résistants au froid comme mes muscles ! Ils s'accordent si bien avec mes yeux d'un bleu éclatant. Maman se perdait souvent dans ce regard aussi profond que les mers et le ciel. Elle me disait aussi que l'éclat d'innocence dans celui-ci me rendrait naïf à force de le garder. Elle est elle-même bien naïve, personne n'a trompé Svend ! Plus personne ne pourra me tromper. Mais je me perds une fois de plus. L'autre fierté de ce visage et la plus grande de toute c'est... ma moustache ! Et oui, depuis l'âge de dix-sept ans j'en prends le plus grand soin, peu-être même plus que ce bouclier. Cette moustache c'est mon identité, essayez donc de couper un poil de cette forme homogène, généreuse épaisse et garnie et je crains fortement que mon regard devienne relativement mauvais. Mais je comprends la jalousie relative aux autres imberbes d'Angleterre. Il n'est pas donné à tout le monde d'avoir la joie d'entretenir sa barbe avec de la graisse de bélier pour l'hydrater et l'entretenir, à défaut de perdre du temps sur des cheveux je le passe sur ma barbe. Et enfin, sous cette barbe délicate et robuste ce cache un sourire complet et blanc comme la neige de Norvège, haha, excusez-moi pour la rime, mais je la trouve si facile à faire pour un homme qui n'a presque jamais goûté à vos beautés littéraires !

Pour ce qui est de la carrure c'est là aussi très étonnant, toute la famille est constituée en H, c'est-à-dire un corps toujours droit et le bassin constitue l'équivalent de la barre. Quant-à moi je suis plutôt en V, voir même un peu trop, c'est-à-dire que mes épaules sont plus larges que mon bassin. Que dire sinon que j'ai les épaules solides et les tendons bien à leur place, s'il y a bien une partie du corps sur lequel je devrai me focaliser ça serait bien mes bras. Ha ! Observez cette musculature, robuste, marquée, impressionnante délectable à la vue ha si vous sav... Bref ce n'est pas le sujet, donc, oui ces bras sont la preuve d'un passé de pauvre paysan c'est certain, qui a passé bon temps de sa vie à devoir diriger le bétail, retirer les mauvaises herbes des champs pour avoir des bêtes en bonne santé, couper les arbres puis les ramener à la maison en morceau pour le bois, car il fait froid en Norvège ! Après avec tous ces travaux que j'ai effectué à la maison pour maman, est évident que mon buste est aussi marqué d'une musculature utile, il n'y a pas besoin d'une loupe pour voir les contours de chaque muscles n'est-ce pas ? Bien nous sommes d'accord, mais arrêtez de baver s'il vous plaît, c'est gênant et vous allez énerver le bouclier... Côté jambes... bon, faut quand même avouer qu'elles ont des appuis solides, mais je ne pense pas tenir le choque d'un jeune bébé loup-garou en furie qui me fonce dessus. On ne peut pas avoir des bras et un buste à tout épreuve et des jambes de montagnards ! Après n'allez pas croire qu'elles sont fines mes jambes ! Elles sont légèrement musclées, mais rien en comparaison des champions de boxe anglaise !

Vêtements
Faut-il vraiment en parler ? Les habits, sincèrement ça sert pas à grand chose, juste à pas avoir froid au tronc franchement, regardez vous et moi ? Vous êtes habillés comme un aristocrate et moi... ha, vous êtes aristocrate ? Bon et bien vous êtes un peu trop habillé ! Regardez-moi. Buste nu, simplement habillé d'une épaulière à l'épaule droite ainsi que d'un morceau de tissu pour les jambes, pas de quoi être choqué. Hein ? Pourquoi une épaulière ? Parfois vous savez, il faut calmer le bétail, alors un coup d'épaule juste ici sur ce nerf et ils se calment d'un coup, c'est efficace, essayez avec votre femme ! Puis je continue, mais après je conçois qu'il faut des bottes, au moins pour les zones caillouteuses ou brûlantes de l'état, c'est pourquoi j'en porte, mais j'apprécie plus que tout les tours de fourrures, ça fait beau et en plus ça tient chaux aux mollets, c'est bon pour la circulation sanguine !
Particularités
Et bien, ça ne se voit pas ? Les paysans ne savent pas parler, mais aristocrates ne savent pas y voir, bien qu'en toute théorie en temps qu’alchimiste d'état j'ai une certaine noblesse, mais c'est une autre affaire ! Donc, mon gaillard, j'ai sur ma partie gauche de mon buste et mon bras gauche des tatouages linéaires bleus, et bien c'est simplement une marque d’appartenance pour le lieu d'éducation que j'ai fréquenté, un petit souvenir à vie . gros.


Caractère


Général
Se définir mentalement, elles sont de plus en plus personnelles vos questions mon gaillard ! Mais bon, si c'est qu'une fois. On avait un dicton comme ça, tout ce qui est mal est interdit, sauf une fois, au chalet ! Ça veut dire en réalité que l'erreur est humaine, c'est j'apprécie beaucoup ce dicton, il me correspond bien, beaucoup disent que je suis trop tolérant, moi je me considère comme ne l'étant pas assez, premièrement à cause de mes valeurs et aussi parce qu'il peut m'arriver de faire l'erreur d'oser juger les gens. C'est mauvais ça de juger, mais je trouve que le jugement d'autrui sert juste à se rassurer, cracher du venin pour se convaincre qu'on est pas si mal. Pourtant moi j'ai tendance à beaucoup pardonner, mais je ne pardonne qu'une erreur car celle-ci est humaine, c'est pourquoi il y a exceptions aux créatures non-humaines puisqu'elles ne le sont pas. Suis-je clair ? Bah les personnes considérées comme inhumaine ne méritent pas le pardon car il y a une limite à l'erreur. Après que dire... ha oui ! Maman disait toujours que je donnais trop pour ce que je reçois et que ça me jouera des tours ! Peu-être même un peu trop ! Jusqu'à preuve du contraire ça ne m'a pas beaucoup attiré de problèmes ma foi. Concrètement je trouve ça stupide de penser que faire du zèle pour les autres peut conduire à être manipulé, être généreux ne veut pas dire naïf. Autre point important à savoir sur moi et heureusement ce n'est pas un défaut c'est que j'ai un rire contagieux, un rire qui vous plonge dans les entrailles pour faire ressortir le votre deux fois plus fort ! C'est beau le rire, ça rend les gens heureux, ça crée des liens basés sur les points communs ça fait passer le temps et c'est la seule fois ou une crampe vous paraît bienvenue !Bon après je n'ai toujours pas réussit à faire rire une vieil homme sénile, prochain défi !  Il ne m'est jamais arrivé de trahir une personne, à moins que celle-ci est trahit ma confiance, dans ce cas là il est difficile pour celle-ci de se relever.  Je ne suis pas parfait, mais je considère comme Sophocle, oui un des rare auteur que j'ai lu, que le bonheur est partout et qu'il faut savoir le saisir à chaque instant. Par exemple là, je me dis que je suis heureux de faire cette discutions, alors je suis heureux !

Après il faut aussi comprendre que nous avons tous des défauts, les miens ne sont pas pire, mais disons que ma spontanéité, si je ne la contrôle pas peut, m'attirer quelques ennuis, par exemple je me contrôle depuis le début pour éviter de paraître pour le rustre intellectuel et physique que je suis à moitié ! Hein ? Vous voulez que je sois spontané pour une phrase ? Et bien... Sachez que le bouton qui vous pousse sur le cou vous ferez presque ressembler à la grenouille de la fable le Fontaine ! ... Mais non, ne me regardez pas comme cela vous l'avez voulu quand même ! Quoi qu'il en soit cela ne fera jamais de moi un hypocrite, sachez qu'un coup de couteau de face surprend moins que dans le dos non ? Alors nous sommes d'accord ! On peut considérer aussi cette extrême joie de vivre comme pénible à supporter, imaginez votre femme vient de mourir et au quel cas je vous demande d'être heureux et de profiter de ce nouveau statut pour aller aux rues du bonheur, vous voudriez me frapper ? Bah voilà l'exemple type ! Svend est au final un homme simple qui veut juste profiter de la vie. Mais je vous déconseille de mal parler de maman, sinon je crains que votre vie ne s'arrête rapidement.

Loisirs
Ho ! Ils ne sont pas nombreux mon gaillard ! Garder le bétail occupe mes semaines, mes recherches occupent mes soirées et chasser occuper tout le temps ou je devrais dormir. Il faut bien nourrir la maison que voulez-vous ? Ma femme m'aide la plupart du temps, mais elle a des choses à faire elle aussi vous savez.

Religion
Je ne crois qu'en la capacité de l'homme à être heureux, je suis désolé, mais dans mon pays on croit encore en Odin ! Et c'est bien le seul dieu qui peut être prié à mon sens.

Qualités
Vous radotez ! Mais disons : Heureux – rieur – blagueur – franc – généreux et travailleur !

Défauts
Même principe ? Et bien : Trop heureux – Trop spontané et peu-être même trop protecteur, surtout pour maman.


Background
Résumé
J'ai vécu dans une ferme au nord de la Norvège, dernier arrivé d'une famille de huit enfants, trois adultes et deux cent brebis et béliers. À peine savais-je marcher que j'aidais à la maison, ainsi jusqu'à mes quinze ans ou je me suis rasé la tête pour partir étudier à la capitale car mon père cartographe voulait d'un fils instruit. J'ai donc fais mes classes dans une école privée ou j'ai appris à lire, écrire, compter, analyser et décrire jusqu'à mes vingt ans, si monsieur, j'ai fais majoritairement des études scientifiques en rapport avec l'artisanat pour pouvoir gagner ma vie autre que par la ferme que je voulais absolument avoir. Après quand je suis rentré à la maison, tout le monde avait grandi et certain étaient devenus plus petits, ainsi j'ai découvert la tombe de mon père bien aimé. Sur son lit de mort il avait rédigé une lettre pour moi, une invitation à reprendre ses travaux d'alchimie, mot inconnu jusqu'alors j'ai du tout apprendre moi-même en suivant ses livres et travaux, il travaillait pour l'était d'après la thèse suivante : L'alchimie peut donner une personnalité à un seul et unique objet par alchimiste. Je comprenais mieux pourquoi son carnet de note parlait parfois seul. Mon avenir s'orienta donc sur l'alchimie et ce n'est qu'à vingt-quatre ans après avoir tout lu concernant ses recherches que je me suis mis à la pratique d'un alchimie basique. C'est à vingt-huit ans que je pars pour la capitale à nouveau pour aller chercher un objet très spécial qui demandera deux ans de création au forgeron que j'ai supplié. Ainsi à trente ans j'ai rencontré ma femme et j'ai pu commencer à donner vie à ce bouclier qui est aujourd'hui ma seule arme. À trente-deux ans je passe avec succès mon diplôme d'alchimiste d'état et on vient à me muter à Londres à mes trente-cinq ans dans une ferme avec du bétail dans les landes de la ville.

Enfance
Je suis né dans un mélange de température, bercé entre la chaleur d'une cheminée et le froid mordant de mon pays natal. Pour ma maman ce ne fut pas un violent effort, étant le huitième de la lignée j'ai dû glisser comme un poisson dans l'eau ! J'étais bien costaud pour un bébé, je dépassais les quatre kilos, pas mal non ? Mon premier aîné avant deux ans de plus que moi et le plus âgé environ quinze de plus. Jolie fratrie ou presque car j'avais quand même une soeur de dix ans.

J'ai fais passer des nuits blanches à toute la famille, il semblerait que j'avais un tempérament très vorace, demandant sans cesse du lait à maman, ha... quand j'y repense le lait chaud et crémeux me manque ! Je ne peux que m'imaginer les cernes de ma famille et leurs paroles sanglantes à mon écart car ces derniers devaient travailler la terre pendant que moi je dormais dans des fourrures douces et confortables. J'étais un sacré veinard ! Mais la joie fut de très courte durée, quand mes premiers pas furent confirmés, que je n'avais plus besoin de maman ou de mes frères pour marcher, et bien j'allais aider à mettre la table, prenant fourchettes et assiettes en bois, allant déposer les choppes d'eaux et de bières à table. C'était long à mettre dix paires de couverts ! Mais nous étions sept hommes et deux femmes, mais il manquait toujours la onzième assiette pour mon père. Les adultes parlaient souvent de son travail et des lettres qu'elles recevaient de lui. Les repas se faisaient ainsi à dix, avec une prière individuelle à Odin père des dieux.

Les années qui suivent n'ont rien d'extraordinaire, juste une croissance régulière jusqu'à mes quinze ans et la croissance du travail qui allait avec. Au début c'était les poussières dans la maison, puis on ajoutait le balais, puis à six ans je devais aller faire les courses avec mes deux aînés de sept et huit ans pour la journée, deux heures de marche chaque jour à éviter les trous, les pièges à ours et j'en passe, c'était vraiment joyeux comme marche. Puis on revenait avec légumes, épices et quelques morceaux de viandes même si les brebis et les béliers avaient la chaire tendre... un régal ! Puis, en grandissant encore j'ai commencé à travailler les réparations de la maison, le toit les fondations, les murs, les portes, les volets. S'ajoutait à mes onze ans mes premières journées dans les champs, à gérer le bétail, mes trois premiers frères et soeurs étaient partis pour faire leur vie ailleurs, je devais donc aussi aider à la maison quand les travaux physiques étaient encore trop difficiles pour ma constitution. Jusqu'à mes quinze ans j'ai ainsi aidé aux champs et à la maison, le tout ponctué par quelques rares visites de mon père qui devait cartographier avec quelques unités du pays, les limites du pays dans le détail afin de l'aider. Il ne restait qu'une semaine tout au plus, mais ces semaines étaient rythmées par des récits héroïques, dangereux et effrayant, mon père était le héros de la famille, celui qui, par ses grands revenus pouvait apporter beaucoup d'or à la famille. J'étais bien heureux d'avoir un père comme ça. Je le fus d'autant plus le jour de mes quinze ans, mon père était ici et il m'avait fait la demande de partir étudier à la capitale. C'est quelque chose qu'avais accepté dans la seconde qui suivait, je ne pouvais rien refuser à un héros qui croyait en moi il faut bien le comprendre.

Éducation

- La musique: Ha non, ne me parlez pas de vos compositeurs qui ont besoin de cent instrumentistes pour jouer, nous la musique ça se joue avec le corps, des grandes percutions locales et autour d'un feu en dégustant des côtelettes de bélier !

-Les sciences: Je connais beaucoup sur les sciences artisanales, je sais compte correctement, réaliser des plans en perspectives, tout ce qui est utile à un homme manuel.

- L’alchimie: Pour sur que je la connais ! C'est mon métier ! Mon alchimie pour résumer c'est donner la vie et une personnalité à un objet, certains ne font que manipuler des créations, la mienne est vivante et très vorace...

- Les langues: Je n'ai pas eu la chance d'apprendre le français ou l'allemand, cependant je connais bien le norvégien, quelques insultes en suédois, des bribes de hollandais et je parle couramment l'anglais.


Histoire
Spoiler:
 
 


En société

Famille

-Maman : Restée en Norvège je lui envoie des courriers chaque semaines.

-Frères et sœurs, on ne se voit plus, surtout depuis que je suis à Londres, je ne peux pas vraiment soucieux de leur santé, nous sommes tous robustes dans la famille !

-Audrey : Ha, ma douce femme, avec ses longues cheveux bruns... elle est si belle, sauf quand elle se met en colère car j'ai oublié le ménage, elle devient une furie ! (cf image)

Ennemis
Les ennemis de l'état, mais parfois ceux qui souhaitent m'attenter.

Alliés
Ma femme dans un premier temps, puis mes alliés alchimistes d'état.

Situation
J'ai rencontré vampires, loups-garous, chimères, homonculus, et lycanthropes. Tous rencontré lors de mes missions au service de l'état. Mais concernant les vampires je sais uniquement qu'il semble exister les visuels, ceux qui s'affichent aux humains et les plus discrets œuvrant pour ou contre les humains en cachette.


Localisation sur l'Ombre


Demeure
Une ferme, dans les landes, avec du bétail et ma petite femme, un endroit visible depuis lequel on voit tout arriver à au moins une kilomètre.

Endroits les plus fréquentés
Je me retrouve souvent dans les parcs mon gaillard, j'aime bien l'odeur de la nature, après les landes restent l'endroit le moins pollué, mais je dois beaucoup aller en ville pour les affaires !


But(s)

Je n'ai pas de but plus noble que d'être heureux, après tout que faut-il de plus pour vivre que le bonheur.


Arme(s), équipement

Je suis désolé, mais je n'en utilise pas, pas même une dague, toute arme létale et même griffes ou crocs me répugnent, je trouve que la force d'un homme se mesure à sa moustache... et sa boucle de ceinture et non pas une arme plus ou moins tranchante.

Objets spéciaux
Odin ! Mon bouclier, d'une taille capable de dépasser quelques femmes à talons cet objet est toute ma thèse en alchimie. Ce bouclier en fer et en métal est d'un poids... relativement élevé, heureusement avec le pacte alchimique qui nous unit lui et moi je peux le soulever comme un lourd bouclier de taille normal en acier, sinon pour une autre personne c'est presque mission impossible. Cet objet à la capacité de pouvoir croquer n'importe quoi, même l'acier, ce qu'il mange, il peut le transformer pour le recracher en une sphère de matière, comme un boulet de canon. Il peut aussi utiliser ce qu'il mange pour régénérer les paries de son « corps » endommagées pour qu'il puisse garder une santé de fer !

Objets personnels
Actuellement je n'ai gardé du passé que les ouvrages de mon père, mes plans et mes souvenirs. Je possède bien sûr la montre confirmant mon statut d'alchimiste d'état, elle est toujours sur moi, cachée dans une de mes bottes.


Pouvoir(s)



- Haine Létale.: En raison de la mort de son père, Svend déteste les armes tranchantes, faux, épées, rapières, dagues, haches, et même griffes et crocs, en soit tout ce qui coupe. De ce fait en présence de celle-ci, sa force physique se décuple et ses coups de poings font bien plus mal. Ses réflexes sont aussi accrus, comme un instinct de préservation et l'envie absolue. S'il est accompagné d'un allié cette capacité fait de lui un bouclier absolu, il n'hésitera pas à prendre un coup d'épée pour un ami, avec ou sans le bouclier.
Inconvénients: Le pouvoir ne s'active pas devant les armes comme marteaux, masses, poings américains, fouets. De plus si le pouvoir s'active, il rend le corps de Svend moins endurant.


- Alchimie du vivant.:Il est difficile de pouvoir nommer cette alchimie. Car elle est définie de plusieurs manières d'après quelques alchimistes. Cette alchimie repose entièrement sur le bouclier de Svend. Ce dernier peut tout manger, même l'acier, mais à condition de pouvoir croquer à portée ce qui insinue que Svend toi mettre le bouclier à portée de sa nourriture. Ce que le bouclier mange il peut s'en servir pour le recracher son dîner comme une sphère de matière concentrée à grande vitesse (celle d'une flèche). Le repas peut aussi servir à régénérer le bouclier des dégâts subits à cause d'armes à feu, armes tranchantes ou contenantes. Ce bouclier possède une vraie personnalité, une parole, une conscience. C'est une personnalité humaine dans un bouclier.
Inconvénients: Si Svend donne à manger à son bouclier ce dernier ne peut rien faire, ainsi il est sans défense. Le pouvoir offensif de cette alchimie est quasi nulle, à part des coups de boucliers il n'y a pas grand chose à faire. Sachant que le bouclier ne peut pas manger de chaire humaine ou animale, par contre donner des coups de tête c'est largement possible.


Autres personnages


Liens vers leurs fiches


[url=URL VERS VOTRE FICHE1][/url] 
[url=URL VERS VOTRE FICHE2][/url]
...ETC

- [url=URL VERS VOTRE FICHE1]NOM DE VOTRE PERSO 1[/url]DESCRIPTION DU PERSO , RACE EMPLOI
- [url=URL VERS VOTRE FICHE2]NOM DE VOTRE PERSO 2[/url]DESCRIPTION DU PERSO , RACE EMPLOI
...ETC


Questions IRL


Comment avez-vous découvert le forum? Qu'est ce qui vous a attiré?
C'était en février 2012 avec mon premier personnage Josh Aéris, bon maintenant je reprends à  0 car je ne peux plus jouer les 5 bourrins que j'ai créais, mais je vais éditer leurs fiches pour les rendre « PNJ » à disposition des joueurs comme les quelques persos du compte.

Votre niveau de RP approximatif?
Avec 2 ans et demi de pratique je pense avoir un niveau potable en fait, bien meilleur que celui avant ma pause rp sur ce forum Smile Si mon alchimie semble très confuse faut pas hésiter à me demander des précision.

PS : La femme inrp de Svend lui a fait don d'une de ses petite chimères, car c'est adorable, mais il ne dispose nullement d'alchimie capable de les rend dangereux, c'est la mascotte on va dire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Svend Terjeson - Un tendre coeur de pierre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Corps de verre et coeur de pierre» Cours N°1 - Coeur de pierre / Coeur de glace» Coeur de pierre - Vinicia Rigborg & Lurco» Une poigne de fer mais un coeur de pierre [PV Ares et Timothy Parker]» Hayleen Blackburn, un dinosaure au coeur tendre.
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Au delà de l'Ombre (HRP) :: Archives :: Fiches perso inactives-