L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Maître du jeu
Gestionnaire du temps, des évents et des règlements.
Date d'inscription : 22/02/2015
Nombre de messages : 21
Crédit Avatar : Image ancienne de google. Retravaillée. Source introuvable.
MessageSujet: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Dim 22 Fév - 23:41



La foire de printemps


~ Topic en cours de fermeture ~




Le contexte



Nous sommes le 20 Mars, le printemps bat son plein en cet équinoxe. C'est le moment de sortir se dégourdir les jambes, de flâner le long des quais et de venir voir sur le marché les fleurs et les légumes de saison.

A Londres, une grande foire est organisée. Stands de fleurs, de viandes, de fromages, de fruits et de légumes exposent leurs fabuleux trésors à côté d'un manège où l'on peut monter à cheval pour faire quelques tours avec les enfants ou se promener dans le quartier accompagné d'un palefrenier.

Cela fait neuf jours que l'attentat au théâtre sur la personne du Comte Kei a été perpétré et les esprits gardent en mémoire les articles des journaux qui cherchent encore les criminels. Cependant, le temps clément et les curiosités poussent les londoniens à commérer et à faire des achats. L'atmosphère est tranquille, en apparence...



Les règles



Topic libre pour tous les types de personnages, quels que soient leur classe, leur métier, leur âge ou leur race. Evidemment, si vous êtes un Vampire, vous ne pourrez venir à la foire qu'une fois le soleil couché (sachant que l'on va considérer que les derniers stands ferment vers 22h30 et que le soleil est déjà couché à 19h - des stands qui font bar peuvent rester ouverts plus longtemps).
Longueur demandée par poste: 15 lignes (une demi page) environ. Soyez actifs, faites courts et n'accaparez pas le sujet.  Wink



Bon jeu à tous !




~ Master of game ~


Dernière édition par Maître du jeu le Mer 10 Juin - 12:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adaline Maxwell
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 21/08/2014
Nombre de messages : 66
Race : Humaine.
Classe sociale : Petite bourgeoisie.
Emploi/loisirs : Fleuriste et chanteuse lyrique, harpiste.
Age : 25 ans.
Age (apparence) : 23 ans.
Crédit Avatar : Print Vintage by Jennifer Healy
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Mar 24 Fév - 18:45

[HRP/ Quelques temps après Une rose d'automne est plus qu'une autre exquise ./HRP]

Enfin. Ce long hiver Londonien venait de s'effacer afin de laisser place à un air plus doux, et fleuris.
Cette douceur printanière montrait petit à petit le bout de son nez, et durant plusieurs semaines, les artisans se préparaient tous pour le même événement : La Grande Foire de Printemps.
Cet événement ne pouvait que mettre du baume au cœur de chacun. C'est, en plus d'être un événement agréable, une occasion de se dégourdir les jambes, rencontrer de nouvelles figures.

Comme chaque années, depuis plusieurs générations, la famille Maxwell s'activait depuis plus de trois semaines afin d'achever leurs besognes et de créer de splendides créations florales. Adaline, enthousiaste par la saison douce arrivant, gardait un large sourire sur ses lèvres vermeilles. Ce n'était seulement en cette saison que la jeune femme à la longue chevelure blonde s'autorisait un peu de graisse rougeâtre sur ses fines lèvres.
Dorothea, la douce mère de notre jeune fleuriste attendait et fleurissait ses géraniums, aux incroyables panachées de couleurs et fragrances. Ces plantes indémodables et incontournables avaient le don d'embellir le visage creusé par le temps de Lady Maxwell Mère. Ses cheveux blonds aux reflets grisâtres étaient relevés en un chignon compliqué et sophistiqué. Ses joues rosées, son teint pimpant reflétait en elle le printemps à elle seule. Walter, quant à lui, se chargeait de passer les commandes afin de recevoir ses graines à temps, et de les stocker.

Très tôt le matin, lorsque le ciel était encore vêtue de son long manteau cobalt, la jeune femme portait à bout de bras de lourds boites en bois et divers carton à travers la place du grand marché qui s'éveillait au fil des artisans qui se préparaient, eux aussi. La chaleureuse jeunes femme saluait de sa douce voix timide les commerçants qu'elle connaissait et échangeait quelques mots avec ces derniers. Par ailleurs, un autre horticulteur aida la demoiselle qui peinait avec une caisse beaucoup plus lourde et imposante que les autres. Elle le remercia d'un sourire presque charmeur, alors que quelques mèches en batailles caressaient son visage aux traits doux. Son chignon semblait à présent négligé, et ses joues commençaient à prendre une teinte carmin.
Le stand Maxwell prit forme rapidement. Le ciel se teintait progressivement de couleur de plus en plus chaudes, et le chant des oiseaux animaient un peu plus la grand place de la foire. La jeune femme fredonnait, tel un murmure, une mélodie harmonieuse, un chant relatant la saison naissante.
Vêtue alors d'une longue robe à tournure, beaucoup moins encombrante qu'une crinoline, aux couleurs pêches et rosée, la jeune femme plaçait judicieusement ses pétunias orangées, ses fuchsias au parfum envoûtant, verveines et bégonias puis enfin les roses et autres fleurs en saluant d'autres confrères.

Il ne restait plus qu'à attendre que ses parents arrivent alors, afin de l'aider si le besoin s'en fait sentir. Lorsque son père arriva , elle s’éclipsa, après l'avoir chaleureusement embrassé, afin d'arranger sa longue chevelure blonde et bouclée. Elle tissa, de ses longs et fins doigts abîmés, une natte travaillées qui retombait avec aisance sur son épaule gauche. Ainsi, elle ne sera plus gênée par les mèches frivoles durant son travail.
Fin prête, Adaline regagnait le stand « Ephemeral Bloom » afin d'accueillir quelconque client, son éternel sourire aux lèvres. Divers parfums embaumaient la grande foire, et les couleurs embellissait le lieux. Ce dernier s'assombrissait peu à peu de la populace vêtue de couleurs fraîches.


Dernière édition par Adaline Maxwell le Mer 25 Fév - 22:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis H. Grant
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 26/06/2014
Nombre de messages : 27
Race : Loup-Garou
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Ancien militaire désormais à la tête de l'entreprise « Royston & Co », une fabrique d'armes à feu et de fleurets. Il adore la lecture.
Age : 36 ans
Age (apparence) : 34 ans
Proie(s) : Les Vampires, le meurtrier de son camarade de guerre, ceux qui s'attaquent à sa famille.
Résistance mentale : 4,5/5
Crédit Avatar : Henry Heartgold by sharandula sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Mar 24 Fév - 20:32

[HRP/ Rp chronologiquement situé avant Le Corbeau et les loups/HRP]

Enfin la foire de printemps s'ouvrait! Cela faisait des mois que Francis l'attendait. La douce fragrance des fleurs de saison, les fruits et légumes en pagaille, les confiseries, les jouets, les tours de chevaux...Ah comme il aimait ce marché exceptionnel! Il considérait toujours la foire comme une fête bienvenue dont le but premier était de ranimer les coeurs et de pousser les sourires à s'étirer après un hiver toujours plus rigoureux. L'agitation surnaturelle qu'elle provoquait et qui animait les rues de Covent Garden plus vivement qu'à l'accoutumée, enivrait le Loup-Garou de joie.

Ainsi fringuant, Francis traversait les allées bordées de stands plus colorés les uns que les autres. Les mains dans les poches de son pantalon, un chapeau melon un peu élimé sur les bords pour couvrir sa tête et une veste brune par-dessus sa chemise de laine crème, il paraissait tout à fait décontracté et pour cause: il ne travaillait pas aujourd'hui. La raison? Le mariage d'un de ses anciens camarades de guerre, Lionel Ferré, auquel il était invité à midi. Il avait laissé l'entreprise à ses coéquipiers et s'était arrangé pour retrouver son plus beau costume, qu'il n'enfilerait qu'à la dernière minute. Maintenant, il s'était donné pour mission de trouver le plus beau bouquet de fleurs possible pour l'offrir aux mariés et, pourquoi pas, une bouteille de bon alcool pour son ami, qu'il lui donnerait en douce à la fin des festivités, comme au bon vieux temps. Evidemment, pour un tel événement, il avait également prévu des cadeaux bien plus prestigieux comme un fleuret gravé au nom de Lionel et un petit diadème pour sa femme, acheté en Allemagne avec l'aide de quelques connaissances bien placées qui lui devaient un peu d'argent. Oui, ce serait parfait!

Sortant une main de ses poches, Francis se gratta un peu le bout du nez et vérifia du bout des doigts que son ruban tenait encore ses cheveux. Il était toujours élégant, même si sa barbe de trois jours manquait de précision et que son immuable cicatrice qui lui barrait le visage lui donnait un aspect belliqueux qui ne déteignait pourtant pas dans son coeur.

Au bout d'un moment, après avoir flâné le long des ruelles déjà bondées de monde et avoir acheté une pomme verte pour finir de petit-déjeuner, le Loup-Garou aperçut un stand de fleurs plutôt attrayant. De loin, il paraissait déjà très coloré, ce qui laissait présager un grand choix de fleurs et plus de possibilités de compositions que sur les stands insipides qu'il avait déjà évités. Une fois devant l'étalage, il se mit à observer les fleurs, touchant rapidement les feuilles et les pétales pour s'assurer de leur fraîcheur.
Croquant nonchalamment dans sa pomme, il apprécia le goût acide et sucré de son jus et la fermeté de sa chair. Elle devait venir de France, voire de plus loin, ce n'était pas la saison de ce genre de fruit. Alors qu'il réfléchissait à ce qu'il mâchouillait tranquillement tout en laissant son regard glisser sur les pétales les plus blanches qu'il pouvait trouver, il s'étouffa en avalant de travers. Son regard venait de croiser celui d'une jeune femme dont les iris magnifiques attendaient apparemment des questions.

Toussotant rapidement avant de baisser son bras pour arrêter de manger, Francis lui sourit, un peu gêné.


- Bonjour! Je cherche des fleurs blanches, pour faire un cadeau à des mariés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willhelm Grindhouse
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 12/03/2009
Nombre de messages : 40
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Etudier à la bibliohèque
Age : 29 ans
Age (apparence) :
Proie(s) : Le temps...
Crédit Avatar : The Alchemist de yuumei sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Jeu 26 Fév - 10:36

[HRP/ RP avant celui de la chapelle. /HRP]

Sous sa lourde cape de laine anthracite, Willhelm passait dans la foule comme une ombre. Il écartait doucement tous ceux qui entravaient sa route, sans pour autant s'excuser, afin d'avancer à sa guise au milieu des badauds. Son regard brillant était dissimulé derrière ses étranges lunettes en demi-lune dont les verres teintés obscurcissaient encore d'avantage son visage encastré dans sa capuche tendue par-dessus sa tignasse blonde. L'Alchimiste du Temps ne sortait jamais à visage découvert. Il avait bien trop d'ennemis pour se le permettre et il détestait attirer l'attention sur lui avec ses tatouages très particuliers qui ne cessaient d'attirer la curiosité. Même ses mains étaient gantées, histoire de ne pas laisser l'opportunité aux vendeurs de s'interroger sur ses poignets lorsqu'ils tendait le bras pour payer une bricole.

Willhelm était là pour compléter une liste d'ingrédients destinés à nourrir une de ses Chimères. Il voulait faire des tests sur sa capacité à manger des légumes et il cherchait également des condiments pour ses propres potages. Il voulait aussi trouver de l'huile pour graisser les rouages de la dernière horloge qu'il avait fabriquée. La foire de printemps était l'occasion pour lui de trouver des produits qu'il aurait dû aller chercher à l'autre bout de la ville, voire dans un village alentour. Autant en profiter, même si la foule ne lui plaisait guère.
Il était encore tôt ce matin lorsque l'Alchimiste s'était pointé. Certains stands n'étaient même pas encore ouverts. Mais, peu à peu, la population londonienne avait envahi les lieux et il était désormais très difficile d'accéder à certains étalages sans marcher sur la bottine d'une lady ou bousculer un gamin qui cherchait à voler une pomme ou une bande de soie pour l'offrir à sa soeur.

Après quelques achats peu satisfaisants, l’Écossais finit par s'asseoir en terrasse pour boire un thé en lisant le journal. Ce n'était pas dans ses habitudes mais il avait décidé d'attendre que le stand de condiments ne se libère un peu à l'approche de midi pour pouvoir y sentir les épices sans risquer de s'énerver. Trop de monde. Il avait déjà une envie folle d'utiliser son Alchimie pour dégager la place de tout ce beau bordel.
Ouvrant le journal d'un geste sec tandis que le serveur lui apportait son thé, il se plongea dans la lecture des nouvelles du jours. Il n'y avait pas grand chose d'intéressant. Un article sur deux parlait encore des aristocrates en fuite après l'attentat du théâtre et le reste ne valait rien.
Cependant, après avoir feuilleté plus de la moitié du journal, Willhelm tomba par hasard sur une petite annonce qui l'intrigua énormément. L'Alchimist Room cherchait des domestiques. On aurait tout vu! Comment est-ce qu'une telle institution pouvait-elle manquer de cire-bottes? C'était tellement drôle que l'Horloger ne put retenir un petit rire au fond de sa gorge. Gardant un rictus à la fois méprisant et amusé, il continua sa lecture sans se soucier de l'agitation de la foire qui l'entourait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 88
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Dim 29 Mar - 18:45

[HRP/ Rp situé après "Souffrir face à des mots"/HRP]

Asher était sorti de chez lui. Eléanore avait tenu à l'accompagner mais lui même n'avait pas eu la joie de lui annoncer qu'elle pouvait venir. Oh elle ne l'écoutera pas, elle ira voir les fleurs mais restera simplement à distance du jeune maître pour ne pas le déranger. Elle savait qu'il y allait pour Elle. Pour cette femme dont elle connaissait simplement le prénom et la place qu'elle prenait dans le cœur du jeune homme. Le jeune homme s'était mis à marcher dans les ruelles se rendant vers Trafalgar Square, il ne recroisera jamais cette femme dont on avait prédit la mort. Jamais elle ne viendrait lui parler et lui demander si elle pouvait rester un peu avec lui. Il ne reverrait peut-être plus jamais cette Swan Carthew et ne pourrait la garder à son bras pour l'emmener n'importe où du moment qu'elle rit et qu'elle apprécie ces quelques instants.

La foire devait se déroulait à Covent garden, aussi se dirigea t-il vers ces lieux dans lesquels il trouvait très certainement un présent à offrir à cette demoiselle même si son vœux était de ne plus le revoir. Prenant un fiacre il y arriva bien plus vite que prévu et paya l'homme en descendant. La foule l'inondait. Il avait l'impression que cette marée humaine allait finir par le noyer. Il haïssait ça, du moins pour le moment il n'était pas d'humeur à se réjouir du temps et des gens qui se contaient fleurette. Son regard dérivait sur les différents stands. L'espace d'une seconde il apperçut la jeune Eléanore qui se penchait vers un bouquet de fleurs d'un étalage peu cher et en respirait l'odeur. Soupirant de désespoir il se dirigea vers elle doucement, elle avait mis sa plus belle robe pour sortir, et lui prit son bras. La jeune femme se mit à rougir et se confondit en excuse mais il la fit taire en lui souriant et l'emmena un peu plus loin. En réalité, même s'il l'avait à son bras il en oubliait presque sa présence. Il cherchait une autre femme du regard, il cherchait un présent à lui offrir. La domestique aux cheveux bruns se mit à tirer doucement sur son bras, c'était involontaire, elle traînait un peu en voyant les bijoux artisanaux. Doucement il se tourna vers elle et arrangea son chignon qui semblait presque vouloir s'échapper. Finalement elle le força à la suivre et souffla après être arrivée devant un stand de fleurs :


- Je suis certaine Monsieur qu'elle aimerait les fleurs.

Le jeune homme posa son regard sur le stand que tenait une jeune et jolie blonde, il ne pouvait le nier. Il se laissa alors traîner et sans un sourire il se retrouva à côté d'un homme qui tenait dans sa main une pomme grignotée. La jeune femme l'avait bousculée doucement et se confondait en excuses. Le jeune maître intervint alors doucement et ramena Eléanore près de lui :

- Veuillez excusez mon amie Messire, la précipitation et la joie de voir de belles fleurs semblent avoir eu raison d'elle.

L'ancienne fille de joie se mit à rougir et se plaça un peu en retrait s'agrippant à la chemise d'Asher de ses fines mains. D'un geste de la tête il salua la fleuriste et souffla :

- Bien le Bonjour Mademoiselle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adaline Maxwell
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 21/08/2014
Nombre de messages : 66
Race : Humaine.
Classe sociale : Petite bourgeoisie.
Emploi/loisirs : Fleuriste et chanteuse lyrique, harpiste.
Age : 25 ans.
Age (apparence) : 23 ans.
Crédit Avatar : Print Vintage by Jennifer Healy
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Mar 7 Avr - 21:39

Quelques bourgeois et aristocrates passaient devant le stand bien garnis et parfumé de la jeune femme. Quelques uns s'arrêtaient pour lui échanger quelques mots, quelques conseils. Parfois même, pour lui acheter un auguste bouquet de fleur, ou encore des herbes destinées aux épices, ainsi que pieds de lavande. Son large sourire aux lèvres, Adaline servait ses clients tels des Aristocrates, avec souplesse ainsi que tendresse dans ses gestes et paroles. Ses grands yeux d'un vert profond scintillaient et brillaient de bonheur. Voir autant de foule ranimait son cœur sensible.
Ses pommettes se rougissaient quelque peu, à force aller retours et piétinements à travers l'échoppe éphémère. Sa robe à tournure dansait au grès de ses pas sportifs bien qu'élégants. Sa longue natte blonde tissée gambillait sur son épaule gauche avec aisance. Quelques mèches frivoles s'échappaient afin de caresser le front de la jeune femme qui s'activait avec grande jovialité.

Alors qu'elle s'occupait de replacer quelques pots de fleurs garnis, et autres fleurs à saisir individuellement, la jeune blonde remarqua un nouveau client, bien plus serein que les précédents. Ce dernier était charmant, elle ne pouvait le nier. Le voir ainsi vérifier la qualité ainsi que la fraîcheur de ses fleurs lui arracha un authentique sourire. Les yeux profonds de la chanteuses lyrique se perdait tantôt dans ses fleurs qu'elle arrangeait, et tantôt vers la foule. Cependant, son regard se fixait sur ce nouveau client qui croquait nonchalamment dans une pomme qui semblait être juteuse et rafraîchissante. Adaline se tenait droite, toute sourire, tout en observant ce charmant homme vêtu de couleurs brunes. Elle attendait que ce dernier relève le bout de son nez afin de lui demander s'il désirait quelque chose. Ce grand brun fut plus rapide qu'elle, bien qu'il toussota après avoir croisé les prunelles pétillantes de la jeune femme.



« Bien le bonjour, Messire. Des fleurs blanches pour des jeunes mariés ? Je vous prépare cela ! » Lui répondit-elle, d'une voix chantante dont la bonne humeur et douceur embaumait sa voix doucereuse.

La tête blonde s’exécutait tout en fredonnant et sélectionnant ses plus belles fleurs banches. Elle effectuait un somptueux panaché, composant alors un bouquet inspirant le raffinement et l’élégance.
Le bouquet comportait des Freesias blancs, quelques branches de Trachelium blanchâtres ainsi que quelques roses branchues blanches et fraîches. Quelques calas et Orchidée « phalenopisis » du même coloris ponctuaient la composition florale. Cependant, Adaline trouva le bouquet trop plat. Elle agrémentait se dernier de quelques feuilles de Dragonnier de Madagascar ainsi qu'autre feuilles et petites fleurs exotiques dans les mêmes camaïeux. Enfin fini, la belle enrobait soigneusement le bouquet dans un papier blanc limpide et fluide, y glissant une petite carte au nom de la boutique familiale au creux des fleurs, et le tendit gracieusement à l'homme mangeant une pomme. Elle lui glissa dans un léger murmure le prix de la composition dans un large sourire, plantant son regard dans le sien.


« Cela vous fera Vingt-cinq Livres Sterling, Monsieur. En vous souhaitant une agréable journée, ainsi que tous mes vœux de bonheurs pour vos amis ! »

A peine eut-elle de finir sa composition que d'autres potentiels clients montrait le bout de leurs nez. Il s'agissait d'un grand homme à la longue chevelure noirâtre ainsi qu'une jeune femme aux airs joyeux. Le regard de cet inconnu, si vide et si triste affectait la jeune fleuriste. Son regard émeraude croisait le sien, espérant éveiller un peu de douceur dans les pensées de cet homme. Adaline le saluait avec politesse et douceur, et fit de même avec la jeune demoiselle vêtue d'une jolie robe. Les dires de ces deux personnes la faisait sourire. Il fallait dire que son échoppe était relativement coloré et bondé de toutes sortes d'espèces florales. Il semblerait que la commande serait un bouquet de fleur destiné à gracier un comportement envers une femme aimée. Un sourire tendre s'empara de ses lèvres habillées de carmin avant de questionner le client aux regard électrisant.

« En quoi puis-je vous aider, Messire ? »

[HRP/ En espérant que le post ne soit pas trop long et que je puisse me permettre répondre maintenant ! >w< /HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis H. Grant
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 26/06/2014
Nombre de messages : 27
Race : Loup-Garou
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Ancien militaire désormais à la tête de l'entreprise « Royston & Co », une fabrique d'armes à feu et de fleurets. Il adore la lecture.
Age : 36 ans
Age (apparence) : 34 ans
Proie(s) : Les Vampires, le meurtrier de son camarade de guerre, ceux qui s'attaquent à sa famille.
Résistance mentale : 4,5/5
Crédit Avatar : Henry Heartgold by sharandula sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Mer 8 Avr - 19:51

Francis avait bien fait de se pointer à la foire de printemps. Lui qui cherchait un beau bouquet à offrir à son ami qui se mariait venait de tomber sur le stand le plus joli qu'il soit. Les fleurs qu'il exposait étaient toutes de première fraîcheur et on voyait que la main qui les avait arrangées sur les étals et dans des vases de présentation était une main experte, ou du moins méticuleuse et précautionneuse avec ces demoiselles éclatantes de beauté.
Ce que trouva d'abord le Loup-Garou, ce ne furent pas les mains de la jeune âme qui s'en était occupée mais bien les yeux. Et il les trouva magnifiques. Tellement que, perturbé par son regard pétillant, il s'était soudainement redressé, comme un gamin pris sur le fait, et avait cessé de mâchouiller sa pomme. Il avait alors toussoté pour exposer à la jeune femme son humble requête d'une voix qu'il aurait espéré plus posée.
Il s'était fait surprendre et, avant même de se décider sur le produit qu'il désirait acheter, il avait laissé la belle prendre la relève et préparer un bouquet. Tout était allé un peu trop vite à son goût, mais c'était amusant. Ce genre de quiproquo était toujours drôle dans un pareil environnement. La jeune femme semblait vouloir bien faire et son bouquet commença à prendre une belle allure. C'était le principal.


- C'est une bonne idée les feuilles de Dragonnier...Se risqua Francis pour lancer la conversation. Vos fleurs sont magnifiques. Ajouta-t-il en laissant son regard glisser sur son étalage. Vous m'avez l'air experte, je vous fais confiance.

C'était vraiment parler pour ne rien dire et c'était évidemment pour entretenir un semblant de conversation histoire de ne pas jouer simplement au client, même si c'était réellement le cas. S'il avait été plus audacieux, il aurait sans doute souligné le fait que de trouver son regard au milieu des fleurs l'avait surpris et qu'il avait pris ses mires pour les boutons de rose les plus divins, mais ce n'était pas dans son caractère. Il ne s'approchait généralement pas trop des femmes pour mille raisons personnelles qui lui tenaient à coeur.

Lorsqu'elle lui tendit son bouquet, Francis le prit avec un grand sourire satisfait et accueillit son prix avec le même enthousiasme.


- C'est magnifique! Je me répète mais vous avez du talent! Tenez, fit-il en lui tendant quelques pièces, gardez la monnaie, ce sera pour votre sourire, le plus charmant que j'aie eu l'honneur de rencontrer aujourd'hui.

La flatterie était sincère, quoi qu'un peu enrobée de ces mièvrerie bourgeoises que l'on imputait facilement à la société policée dans laquelle ils vivaient. Tout n'était que convenances.
Alors qu'il soulevait son chapeau melon pour saluer une dernière fois la jolie vendeuse, Francis se fit percuter par une jeune femme. Cette dernière se confondit en excuses et bientôt un homme la rejoint pour s'excuser à sa place. Sans doute son mari.


- Il n'y a pas de mal! Répondit Francis en saluant le couple d'un haussement de chapeau. Vous avez raison de venir vous fournir à ce stand, tout y est d'une grande délicatesse. Francis rit un peu en lançant un coup d'oeil à la vendeuse.

L'homme auquel il faisait maintenant face faisait au moins dix centimètres de plus que lui et en imposait réellement par sa haute stature et sa large carrure. Mais ce qui attira l'attention du Loup-Garou ce furent ses yeux: ils étaient d'un gris profond. Étrange couleur...
Commençant à s'écarter pour laisser le couple commander des fleurs, Francis réalisa qu'il avait déjà croisé cet homme-là dans un salon.


- Dites-moi...Excusez-moi...Je ne vous aurais pas déjà vu quelque part? Ne seriez-vous pas pianiste? Osa-t-il demander en faisant deux pas en arrière pour revenir à sa hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 88
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Lun 13 Avr - 10:03

Asher avait commencé à se balader à cette foire, l'air maussade et le sourire triste. Du moins non, il ne souriait plus, toute chaleur humaine semblait avoir abandonné son corps. Il déambulait tel un cadavre parmi cette foule incroyable. Seule sa couleur de peau permettait de le différencier d'un mort. Tout ceci n'était cependant plus pour lui. Cette gaieté l'agaçait presque, il en aurait arraché quelques têtes à mains nues. Pourquoi toutes ces personnes étaient-elles heureuses ? N'avait-il plus le droit de rire et sourire à son tour ? Ne pouvait-il plus fréquenter qui que ce soit sans que la situation ne dégénère en formidable scène de crime ? Être heureux était-ce trop demander ? Même son cœur le lâchait peu à peu, sa volonté de survivre dans cet enfer s’amoindrissait. Sa bien-aimée le rejetait. Heureusement la belle Eléanore ne l'avait pas écouté et elle l'avait tout de même rejoint pour observer les délicates fleurs et les merveilleux bijoux qui attiraient ses prunelles éblouissantes. La jeune femme s'était parée de sa plus jolie robe pour sortir et ce fut en la voyant qu'Asher se fit une petite réflexion. Il délaissait ses domestiques, peut-être que cela lui ferait plaisir s'il lui laissait choisir une nouvelle robe et un bijoux pour orner son corps.

Les deux jeunes gens déambulaient désormais ensemble mais ce fut la domestique qui attira son maître vers un superbe étalage de fleurs toutes des plus fraîches et colorées. Mais il n'y prêtait point encore l'attention nécessaire, c'était comme si un océan de glace c'était emparé de son cœur et que sourire lui vaudrait le gel entier de son âme. La petite blonde s'affairait déjà à préparer un bouquet, très certainement pour l'homme qu'Eléanore venait de percuter. Elle s'excusait mille et une fois mais rougissait de honte. Elle ne savait plus où se mettre. Finalement ce fut Asher qui vint à son secours et s'excusa à sa place. Elle, elle s'était réfugiée dans son dos comme pour se cacher. Les hommes l'impressionnait, du moins ceux de l'extérieur et elle avait peur également, mis à part la différence de classe sociale, de retrouver un de ses anciens clients. Heureusement il semblait ne rien être pour elle. Le bourgeois hocha la tête face aux dires de l'homme sans réellement y porter attention et continua d'observer le stand. Son cœur se serra à l'idée que ce bouquet devait être pour Swan et la jeune femme semblait l'avoir bien compris. Mais Swan aimait-elle les fleurs ? Très certainement... Soudain une petite voix attira son regard, la jeune fleuriste lui souriait et lui demandait s'il avait besoin de ses services. La gorge serrée il jeta un regard à Eléanore qui se penchait à nouveau vers les fleurs et bientôt il réussit à s'exclamer d'une voix douce mais toujours assez distante :

- Je voudrais... Un bouquet pour une Lady, pour le choix des fleurs je vous laisse faire, je suis ignare tandis que vous semblez experte en la matière. Je désirerais simplement que ces fleurs durent et qu'elles témoignent de mon affection à son égard. Peut-être pourriez vous y glisser des roses rouges ? Je voudrais lui exprimer mon amour.

Son regard glissa vers Eléanore qui ne s'occupait plus de lui. Un poids semblait peser sur lui et bientôt il se retourna vers l'homme que la domestique avait percuté. Fronçant les sourcils en l'entendant parler il finit par plonger son regard d'acier dans le sien et glissa une main dans ses cheveux avant de la reposer sur son arme.

- Si je vous dis quelque chose, vous en revanche vous ne m'inspirez rien mais peut-être avez-vous raison. En effet, je suis pianiste, je joue quelques fois dans les salons.

Asher était presque surpris de voir qu'un homme le reconnaissait en pleins milieu d'une foire, cependant aucune marque de chaleur ne perçait son beau visage. Il n'arrivait plus à se montrer agréable.

- Devrais-je vous connaître Messire ?

Cet homme ne lui disait absolument rien, en réalité quand il jouait de la musique il semblait s'évader dans un autre monde, plus rien ne comptait mis à part les douces notes qu'il produisait. Il aimait les salons mais n'arrivait plus à apprécier leur chaleur et leur ambiance, il n'avait plus le coeur à cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adaline Maxwell
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 21/08/2014
Nombre de messages : 66
Race : Humaine.
Classe sociale : Petite bourgeoisie.
Emploi/loisirs : Fleuriste et chanteuse lyrique, harpiste.
Age : 25 ans.
Age (apparence) : 23 ans.
Crédit Avatar : Print Vintage by Jennifer Healy
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Dim 3 Mai - 21:53

Tant d'agitation embaumait le sourire joyeux de la jeune fleuriste qui valsait entre quelques commandes florales. Ses longues mèches blondes s'échappaient petit à petit de sa natte tissée logée sur son épaule gauche. Doucement, sa coiffure semblait moins domptée mais cette dernière lui donnait un air d'autant plus champêtre et printanier.
Tout en arrangeant à nouveau quelques primevères sur son stand, Adaline glissait sa longue et fine main dans sa chevelure, afin de la dégager de son visage, ainsi que son regard pétillant. Ses pommettes étaient pivoines et son front se couvrait de perles salées. La jeune bourgeoise sentait la chaleur l'envelopper. Elle s’efforçait de garder son sourire jovial, et cela n'était point compliqué car la vue d'autant de monde profitant du beau temps l'émerveillait.

Lors de la conception du bouquet floral destiné à être offert pour un mariage, Adaline osait glisser de temps à autre son regard sur l'élégant homme ayant passé cette commande. Par ailleurs, la fleuriste s'était un peu trop mise en avant lors de cette conception. Sur le coup, la Belle n'y avait pas pensé, mais lorsque son client engageait délicatement la conversation, elle s'en rendit compte. Garnissant avec allure le bouquet, le regard profond de la tête blonde croisait, un instant, le regard aux éclats noisette du charmant homme.


« Vous avez raison, ces agréments floraux donnent vraiment de l'ampleur à un simple bouquet de fleur. »  Un nouveau sourire illuminait son  visage rougit. « Pardonnez mon enthousiasme... Je ne vous ai pas laissé le plaisir de choisir les fleurs que vous souhaitiez. Mais l'idée d'offrir un bouquet de mariage m'a rendu si enchantée que mes bonnes manières se sont envolées ! »

Un léger rire s'échappait aux dires de demoiselle vêtue de couleurs doucereuses. Son sourire était toujours présent, et les compliments de ce client, de cet inconnu la touchèrent. Mais étaient-ils sincères ? Adaline l'espérait. Elle lui répondait brièvement, par spontanéité et simplicité, ainsi que beaucoup de sincérité, que ces fleurs n'étaient que le fruit du labeur de ses chers parents, en vantant avec naïveté leurs mérites. La harpiste en était fier, et son regard parlait pour elle.
Son regard pétillant d'émotion se plongeait à nouveau dans le regard du grand brun lorsqu'elle lui tendit le bouquet. Quelques mèches glissaient sur son front ainsi que ses joues rougies par l'effort et la chaleur arrivant avec douceur et prudence.


« Je vous remercie, avec grande sincérité, Monsieur. » Elle lui glissait un nouveau sourire, alors que d'une main libre, elle vint loger une rose blanche dans la main de cet inconnu. Puis, elle repris, posément, dans un doux sourire. « Tenez, pour le client le plus agréable et le plus charmant que j'ai eu l'honneur de servir en ce jour. »

Son sourire s'élargissait un peu plus tant cette flatterie était sincère. Pourtant, en y réfléchissant à deux fois, Adaline pensait que cette dernière était un peu déplacée... Mais qu'importe, cela était fait et il fallait se remettre au travail. Par ailleurs, elle accueillit un nouvel inconnu avec un sourire quelque peu contrarié.
Adaline écoutait attentivement la demande ce grand homme aux fiers allures. Ce dernier était imposant tant par son charisme que par sa taille, ainsi que ce regard envoûtant et glaçant. Les traits de la jeune femme à la longue chevelure blonde s’attendrissaient. C'était un homme éperdument amoureux et la bourgeoise voulait rendre honneur aux sentiments de cet homme.


« Les roses rouges sont plus belles fleurs d'un Amour ardant. » Glissa-t-elle, alors que ses fines mains altérées par les épines donnait petit à petit naissance à ce bouquet passionné.

Son regard était plongé dans son œuvre aux couleurs vibrantes. Le rouges profonds de ses roses se mêlaient à quelques Lys blanches relativement parfumées. Le blanc  nacré de ces fleurs royales épousaient parfaitement les formes des pivoines quelques peu rosées, poudrées, que la jeune femme ajoutait, en complétant cela avec une pincée de gerbera rosées. Le camaïeu tendre contrastait avec quelques agréments floraux d'un vert éclatant. Avec délicatesse, Adaline finissait par habiller ce bouquet amoureux d'un fin film rouge et blanc, cintré d'un ruban rouge afin de souligner les courbes de ce dernier.
En glissant la petite carte de la boutique, Adaline écoutait d'une oreille la discussion des deux gentilshommes. Le charme fou et froid du second inconnu avait percuté la mémoire de la jeune musicienne. Elle l'avait également croisé dans un salon comme le soulignait le charmant bourgeois.
La jeune femme posait son regard sur le pianiste alors qu'elle se penchait vers lui en lui tendant son bouquet destiné à une grande Lady, sans doute à la hauteur de la beauté de ce regard si impressionnant.


« Voici votre bouquet, Messire. » Sa voix semblait plus posée et plus discret, alors qu'elle osait plonger son regard dans le sien, électrisant et effrayant à la fois. « En espérant, avec sincérité, que cette Lady apprécie vos sentiments les plus respectueux. » Adaline lui adressa un sourire, penchant quelque peu la tête sur le côté. « Si je puis me permettre de vous complimenter sur votre technique musicale, votre doigté est admirable, Monsieur. »

Elle fit ensuite une pause, avant de reprendre. « Cela vous fera donc trente-cinq livres Sterling, je vous pris. » La joyeuse vendeuse adressa un large sourire à la compagne de ce pianiste, en lui tendant discrètement une rose branchue et aux couleurs rosées et pêches. « Prenez donc cette rose, Mademoiselle, et n'oubliez pas de la tremper dans un vase d'eau fraîche pour la garder aussi éclatante comme votre charmant sourire. »

De plus belle, un large sourire s'empara de ses lèvres charnues vêtues de graisses rougeâtres. Son regard pétillant se noyait dans la foule qui se remuait un peu plus. Il glissait ensuite vers la grande horloge située sur l'un des murs de la grand-place de la foire. Il était bientôt l'heure de la petite pause de la jeune femme qui lui permettait de se rafraîchir et donner un coup de main supplémentaire que demandait sa chère mère.

[ HRP / J'espère que mon post n'est pas trop long... / HRP ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willhelm Grindhouse
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 12/03/2009
Nombre de messages : 40
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Etudier à la bibliohèque
Age : 29 ans
Age (apparence) :
Proie(s) : Le temps...
Crédit Avatar : The Alchemist de yuumei sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Lun 8 Juin - 19:49

Sur une terrasse, Willhelm sirotait son thé en pouffant discrètement sur les articles insensés qu'écrivaient les journalistes dans le "torchon" qu'il lisait. Ce petit moment de détente, au milieu d'une foule en mouvement, lui faisait plus de bien qu'il ne l'aurait jamais crû. Lui qui détestait systématiquement autrui et qui cultivait la solitude la plus austère, appréciait étrangement la foire de printemps. Certes, s'il s'était rapidement isolé pour attendre l'ouverture des stands de condiments c'était bien pour tâcher de conserver son calme et éviter de céder à ses pulsions empruntes de violence et d'égoïsme, mais au moins apprenait-il ce jour à observer le monde d'une autre manière...

Ici une marchande de poissons beuglait que ses barbeaux étaient si frais que l'on pouvait encore voir leurs yeux frétiller dans leurs orbites. Drôle de façon d'attirer le pèlerin. Là, un gros bonhomme drapé d'une toile safran offrait aux dindes de passage une démonstration de la qualité de ses étoffes. Un gamin courait en pleurant derrière sa mère parce qu'il n'avait pas eu le droit d'acheter des pommes avec son argent de poche, un bourgeois ne cessait de regarder l'heure sur sa montre à gousset, une vieille femme se mouchait dans une dentelle jaunie sans quitter des yeux un monticule de tubercules terreux...C'était un véritable zoo et l'Alchimiste posa bientôt son journal pour en observer les animaux s'ébattre derrière ses lunettes teintées et le bord de sa tasse en porcelaine.


*Tsssss...Masse grouillante...Pourquoi tant de bruit?*

Cela l'amusait autant que ses poils se hérissaient à la vue de tant de crasse et de richesses réunies. Au fond de lui, il avait toujours voulu dominer les autres et ce n'était pas aujourd'hui, alors qu'il était à l'aube de nouvelles découvertes sur les Chimères, que cela changerait.

Alors qu'il commençait sérieusement à songer qu'il pourrait se servir d'humains pour mêler des bêtes et leur apprendre à parler et à obéir au doigt et à l'oeil, dévorant du regard une paire d'enfants et un pauvre paysans à la recherche d'un sac de graines à semer, l'Alchimiste s'arrêta sur une scène des plus mondaines: un homme de large carrure, portant moustache et queue de cheval, était en train d'entretenir une vendeuse de fleurs à laquelle il achetait visiblement un grand bouquet. Il avait été rejoint par un duo étrange, composé d'une jeune femme pulpeuse, un soupçon trop enthousiaste aux vues de son attitudes déplacée, et d'un homme aux cheveux sombres dont la démarche dénotait une grande noblesse.

Levant un sourcil, Willhelm se mit à observer ce petit groupe sans réellement en faire un centre d'intérêt grandiose. Il était simplement là à attendre et la robe de la jeune femme avait attiré son oeil. N'était-ce pas le patron de Royston & Co? Il l'avait déjà vu dans le journal...

Soudain, alors que l'Allemand était perdu dans ses pensées, un cri le réveilla brutalement:


- Attention Monsieur!!

Une pression sur sa hanche et c'était trop tard: un gamin s'enfuyait avec son dernier carnet de notes. Poussant un grognement terrible, Willhelm se leva se sa chaise, manquant de tomber en arrière et se lança à sa poursuite pendant que le garçon au service criait par-dessus son plateau en montrant du doigt la fine silhouette qui s'échappait dans la foule:

- Au voleur! Attrapez le petit!

L'Alchimiste dû se retenir de ne pas utiliser son art en pleine foule pour stopper le gamin et récupérer son précieux journal. Heureusement, il ne lui fallut pas longtemps avant de rattraper le petit voleur. Sur ses talons, la capuche tombée, il tendit la main pour le saisir par le col. Mais le gamin lui asséna un coup de pied dans le bras et se retourna pour continuer son chemin lorsqu'il percuta de plein fouet le stand de fleurs. Les vases éclatèrent au sol, les tiges se brisèrent et bientôt il se retrouva étalé de tout son long sous une myriade de pétales colorées.

Sans se soucier des gens autour, Willhelm se baissa et saisit le gamin par le col d'un air terriblement furieux.


- Rends-moi ça petit...sinon...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis H. Grant
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 26/06/2014
Nombre de messages : 27
Race : Loup-Garou
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Ancien militaire désormais à la tête de l'entreprise « Royston & Co », une fabrique d'armes à feu et de fleurets. Il adore la lecture.
Age : 36 ans
Age (apparence) : 34 ans
Proie(s) : Les Vampires, le meurtrier de son camarade de guerre, ceux qui s'attaquent à sa famille.
Résistance mentale : 4,5/5
Crédit Avatar : Henry Heartgold by sharandula sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Sam 25 Juil - 15:25

Francis était aux anges. Depuis que le soleil avait décidé de pointer ses rayons sur la grande foire de printemps, il déambulait à sa guise au milieu des chalands. En quête d'un bouquet de fleurs pour le mariage d'un ami (et éventuellement d'une bonne bouteille d'alcool), il venait de rencontrer la fleuriste la plus charmante qu'il lui ait été donné de voir. C'était une jeune et jolie donzelle dont la peau blanche et nacrée faisait frétiller de jalousie ses lys les plus immaculés. Ses grands yeux bleus l'avaient immédiatement envoûté à l'instar des sirènes légendaires qui peuplent encore les livres de contes.
Un sourire, quelques amabilités ponctuées de galanteries formelles et de regards osés, et le Loup-Garou s'était retrouvé avec un bouquet de fleurs grandiose entre les mains. Francis trouvait que la belle avait du talent et son enthousiasme croisait le sien avec tant de perfection qu'il l'aurait volontiers invitée à dîner s'il n'avait pas été aussi pressé par le temps.

Mais alors qu'il allait quitter cet éclatante preuve que les petites bourgeoises n'avaient rien à envier aux aristocrates les plus raffinées en terme de beauté, une autre femme percuta sa vie, au sens littéral. Heureusement, Francis était bien campé sur ses jambes robustes et la jeune étourdie n'était pas arrivée assez vite pour le faire tomber. Son mari vint présenter des excuses pendant qu'elle s'extasiait déjà sur les fleurs, et Francis les accepta avec un grand sourire.
Cet homme, austère et froid, possédait un regard aussi glacé que son ton et le Loup-Garou finit par crisper un peu la mâchoire face à sa raideur tandis qu'il lui demandait s'il n'était pas pianiste (car Francis était persuadé de l'avoir déjà aperçu quelque part). La tension inutile qu'instaura entre eux le gentilhomme perturba grandement le bourgeois. Mais il montra bonne figure et continua sur un ton aussi enjoué:


- Ah! J'avais donc raison: vous jouez bien du piano! Bien, bien...J'ai dû vous entendre un soir dans un salon. De là à me souvenir lequel...Mais ce n'est pas grave!

La jeune femme venait de conclure son affaire avec la belle fleuriste et possédait maintenant elle aussi un superbe bouquet dans les bras. Francis lui jeta un coup d'oeil amusé et revint à son interlocuteur.

- Si vous devriez me connaître? Ma foi, non, je ne suis pas de ceux qui marquent les hautes sphères. Fit-il en riant un peu pour tenter de détendre l'atmosphère. Francis Harvey Grant, un des trois patrons de Royston & Co, pour vous servir. Annonça-t-il en tendant sa main libre vers le pianiste. Vous avez peut être quelques armes provenant de notre entreprise...?

Soudain, un grand cri attira le regard de tous les badauds du coin: un voleur! Francis tendit le cou au même moment où un jeune garçon déboulait de la foule pour venir percuter de plein fouet le stand de fleur. Le Loup-Garou poussa un cri de surprise et laissa échapper son bouquet pendant qu'un vase trempait sa jambe droite et qu'un fracas terrible accompagnait la chute du jeune brigand.
Un homme se précipita aussitôt sur lui pour le relever par le col et le menacer. Sa stature athlétique et ses cheveux d'un blond presque blanc faisaient froid dans le dos. Son timbre vibrait de colère et la cape grise qu'il portait lui donnait l'allure d'un voyageur. Mais ce qui attira le plus l'oeil du Loup-Garou, ce furent les tatouages qu'il portait sur ses joues. Ils étaient légers mais l'on distinguait clairement des signes tribaux, très étranges...

Voyant la détresse du petit à moitié étranglé par la poigne de sa victime, Francis ne put s'empêcher d'intervenir. Une main en avant pour lui intimer de se calmer, il s'approcha du grand blond.


- Ola! Doucement! Ce n'est qu'un gamin!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 88
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Sam 25 Juil - 17:23

En ce jour si gracieux, le jeune bourgeois s'était retrouvé dans cette foire en compagnie de sa domestique, Eléanore, qui n'avait, de toute évidence, pas pu rester tranquillement au domaine familiale. A peine étaient-ils arrivés au stand, que la brunette avait trébuché et percuté assez violemment un homme qui se trouvait là pour commander très certainement un bouquet, séduire la fleuriste ou bien admirer les multiples pétales qui s'offraient à lui. Auparavant Asher en aurait été un quelque peu sensible, la beauté, la douceur et la finesse des fleurs l'avaient toujours ébloui, cependant là, l'ancien soldat n'avait plus la tête à ça. Une seule pensée venait hanter son esprit et il avait l'impression de dépérir un peu plus chaque jour. Swan.
Peu de temps après avoir percuté l'inconnu à l'allure des plus sympathiques, Asher s'empressa de s'excuser au nom de sa compagne qui rougissait de honte et essayait presque de se cacher derrière son maître. Et si elle le connaissait ? Et si elle l'avait déjà vu ? Et si jamais... Si jamais il la reconnaissait ? Elle ne voulait plus avoir à faire avec ses anciens clients. De plus il était déplacé pour une femme de son rang d'importuner un bourgeois ou un aristocrate et elle était assez bien gênée comme ça. Cependant elle s'était bien vite détournée d'eux, déterminée à se faire toute petite, et dévorait déjà du regard les plantes colorées que la fleuriste vendait.

Asher fut assez surpris de voir qu'on pouvait le reconnaître ainsi dans une foule si grande. Pianiste ? Lui ? Bien entendu.


- Il est fort probable, Monsieur.

Se retournant vers la ravissante bourgeoise, il l'observa confectionner gracieusement le bouquet qu'il venait de commander. Des roses et des lys, tout ceci entrelacés pour ne former qu'un magnifique bouquet romantique, elle réussit à lui en mettre pleins la vue. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas vue de choses aussi belles et il espérait secrètement que Swan aimerait ce présent. Il représentait tout l'amour qu'il pouvait lui porter, sa détresse, une sorte d'excuse à demi-dévoilée mais surtout la passion qu'il nourrissait à son égard.
Prenant sa commande avec un geste de remerciement de la tête, il le tendit à Eléanore et lui demanda si elle voulait bien le porter. La demoiselle releva la tête avec un sourire et prit les fleurs dans ses mains avec un « oui Monsieur » , relevant le bouquet pour y respirer les délicieuses odeurs qui s'y mêlaient. Il finit par sourire faiblement à l'égard de la fleuriste et lui répondit d'une légèrement moins froide :


- Merci bien pour votre bouquet tout à fait magnifique, j'espère de tout cœur qu'il lui plaira. Me voilà ravie de constater que vous appréciez les mélodies que je mets à votre disposition, Mademoiselle...

Sortant sa bourse, il en sortit un peu plus que le prix initial et lui donna donc l'argent, son regard s'attardant sur Eléanore qui prenait la rose d'une main tremblante mais elle était ravie, de toute évidence. Respirant son doux parfum elle salua la jeune femme en s'inclinant doucement et lui souffla :

- Je vous remercie de votre gentillesse, je prendrai grand soin de cette fleur...

Un autre sourire se forma sur son visage tandis qu'elle se tournait vers Asher qui avait repris sa discussion avec l’homme qu'elle avait percuté. Le bourgeois serra la main tendu du dénommé Francis :

- Asher Rosebury, ravi de faire votre connaissance. Possible, maintenant que vous le dîtes votre entreprise m'est familière.

Il sortit son pistolet à percussion et le lui tendit :

- Viendrait-il de chez-vous ?

La scène se déroula si vite devant les yeux d'Asher, qu'il ne vit qu'une petite silhouette maigrichonne plonger dans l'étalage de fleurs. Des vases s'étaient cassés et il récupéra vivement Eléanore qu'il mit derrière lui pour éviter qu'elle ne se prennent quelques débris. La belle avait poussé un petit cri et regardait les yeux écarquillés la scène. Un homme avait fait son apparition et tenait en sa main le col du jeune garçon qui se débattait. Un voleur ? Lui ? L'inconnu avait une allure des plus singulière, des cheveux si clairs... Comment était-ce possible ? C'était bien la première fois, mis à part certains nobles qu'il avait pu croiser, qu'il voyait une chevelure se rapprochant au blanc. Etait-il un albinos ? Non, il n'en avait pas vraiment l'air mais il pouvait toujours se tromper. Eléanore ramassa le bouquet de Francis et le garda contre sa poitrine tandis que son maître arrachait le livre fin des mains du jeune garçon et l'époussetait. Il arqua un sourcil et grogna :

- Lâchez le. Vous allez finir par lui faire mal. Est-ce donc cela que vous voulez ? Lui demanda t-il d'un ton froid et méprisant tout en lui désignant le journal.

Il était prêt à reprendre son pistolet à percussion si l'homme refusait d'obtempérer. Au fond de lui, sa deuxième facette s'agita, elle n'attendait que cela, qu'il commette l'erreur de s'énerver et de tirer sur l'homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Willhelm Grindhouse
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 12/03/2009
Nombre de messages : 40
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Etudier à la bibliohèque
Age : 29 ans
Age (apparence) :
Proie(s) : Le temps...
Crédit Avatar : The Alchemist de yuumei sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Dim 20 Nov - 10:09

Willhelm n'avait jamais rien eu de très précieux. Ce n'était pas un homme matérialiste. A part sa montre à gousset et ses lunettes teintées, rien ne pouvait réellement l'émouvoir au milieu des objets qu'il possédait. Ce qui faisait la richesse de l'Alchimiste du Temps, c'était son intellect et les résultats de ses recherches. Il craignait toujours qu'on les lui enlève, qu'on les lui vole ou qu'on les fasse disparaître. Des années de furieux labeur ne pouvaient pas ainsi être laissées à n'importe qui, d'autant que la moitié de ses expériences restaient interdites aux yeux de l'Etat. Ce carnet que le gamin venait de lui voler conservait une grande partie de ses dernières trouvailles en terme de Chimères: c'était assez pour qu'il lui donne envie de le tuer.

La main au col du gosse, le grand blond serrait les dents en le menaçant avec froideur. Sans se soucier des badauds qui lui jetaient des regards choqués, il raffermit sa prise sur le jeune cou qu'il tenait presque comme l'on tient une volaille en vue de l'étrangler.


- Rends-moi ça...

Mais alors que le petit voleur se mettait à pleurer en bégayant qu'il n'avait pas voulu le froisser, l'homme qu'il avait déjà identifié comme l'éventuel patron de Roston & Co intervint pour lui demander de le relâcher. Willhelm l'ignora d'abord, mais lorsque le grand aristocrate qui l'accompagnait s'avança vers lui avec son carnet dans la main, l'Alchimiste se tourna vers le duo et considéra les deux hommes d'un air passablement hautain.
Puis, le regard focalisé sur ses précieuses recherches, il abdiqua enfin. Lâchant le col du gamin qu'il repoussa en arrière dans les vases brisés et les fleurs en vrac, il épousseta sa cape, comme s'il venait d'avoir affaire à un chien errant qui l'aurait souillé de sa présence, et tendit la main pour reprendre son bien. Son geste, un peu trop vif pour être respectueux, laissa transparaître son profond mécontentement.


- Merci. fit-il sèchement en rangeant le carnet dans une poche intérieure de sa veste sous sa longue cape grise. Mais que ce soit un enfant ou non, ajouta-t-il en jetant un regard noir au gamin qui s'éloignait maladroitement, cela ne change en rien sa condition de voleur. D'ailleurs, regardez donc ce qu'il a fait à cet étalage...

L'Alchimiste jeta un coup d'oeil à la fleuriste dont le stand était ravagé. Il déclinait apparemment toute responsabilité.

- Navré pour votre stand, mademoiselle.

Sur ces mots, et sans en ajouter un de plus, l'Allemand rabattit sa capuche sur sa tête et s'en fut dans la foule qui s'était pressée autour de l'événement. Un homme de la marée-chaussée tentait de se frayer un passage pour attraper le petit bandit qui avait causé toute cette agitation mais il arriva trop tard: le gamin avait déjà disparu. Face à Asher, Francis et Adaline, l'agent sortit son calepin pour prendre leurs témoignages. L'affaire fut rapidement classée et le bonhomme repartit comme il était venu en dispersant la foule afin que le marché reprenne vie.

Willhelm se rendit au stand d'épices et de condiments divers qu'il convoitait depuis le matin et fit ses achats en vitesse avant de quitter Covent Garden. Il rumina longtemps cette histoire, songeant qu'il devrait mettre une chaîne à ce carnet afin de l'attacher à sa ceinture. De nombreux projets dépendaient des notes qu'il y conservait, il n'avait pas le droit à l'erreur.


[HRP/ Fin du RP avec Willhelm. Suite de ses aventures dans Hurlements de la chapelle des murmures./HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francis H. Grant
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 26/06/2014
Nombre de messages : 27
Race : Loup-Garou
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Ancien militaire désormais à la tête de l'entreprise « Royston & Co », une fabrique d'armes à feu et de fleurets. Il adore la lecture.
Age : 36 ans
Age (apparence) : 34 ans
Proie(s) : Les Vampires, le meurtrier de son camarade de guerre, ceux qui s'attaquent à sa famille.
Résistance mentale : 4,5/5
Crédit Avatar : Henry Heartgold by sharandula sur Deviantart.
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Dim 20 Nov - 10:44

Passant une main sur sa jambe trempée, Francis poussa un long soupir en regardant s'éloigner l'énergumène qui venait de récupérer son carnet. Le grand blond ne s'était même pas présenté et il repartait brutalement, comme il était venu, en rabattant la capuche grise de sa cape sur ses cheveux en pagaille. Le Loup-Garou avait senti chez lui une animosité particulièrement prononcée. Preuve, s'il en est, qu'ils venaient d'avoir affaire à une raclure de première. Francis cernait assez rapidement les gens, même s'il lui arrivait souvent de se tromper, et cet individu, excentrique, glacial, impoli, capable de faire du mal à un enfant en public, ne lui avait pas plu du tout.

- Bon...je suppose que personne ne paiera pour les dégâts...fit-il en regardant avec dépit le stand ravagé de la belle fleuriste.

Tout était allé si vite...Alors qu'il tenait un bouquet magnifique pour le mariage de son camarade et qu'il venait de se faire offrir une merveilleuse rose blanche par la charmante demoiselle, Francis avait fait la rencontre du pianiste Rosebury, un homme réputé dans le domaine, et leur conversation commençait à devenir intéressante d'autant que le pistolet que le grand aristocrate lui avait présenté était bel et bien sorti des ateliers de Roston & Co. Le petit voleur et cet homme étrange avaient tout gâché et le Loup-Garou déplorait l'état des fleurs de la douce marchande.


- Je vais vous aider.

Avec quelques passants bien aimables, le chef d'entreprise se mit à ramasser les vases qui n'étaient pas brisés et à rassembler les fleurs qui n'étaient pas écrasées.
Un policier se présenta alors avec son calepin et leur demanda ce qu'il s'était passé. Franci fut patient, comme à son habitude, et très aimable avec l'agent qui ne semblait pas très dégourdi. Il lui fit une description complète du gamin qui avait fini le derrière dans le stand, ainsi que du bourgeois qui l'avait poursuivi afin de récupérer son carnet. L'homme de loi sembla perplexe un moment puis il rangea ses observations, les remercia tous et fit de l'ordre sur la place en demandant à la foule de se disperser et de reprendre ses activités.

Au bout d'un quart d'heure, le stand de la belle fleuriste avait repris forme. De nombreuses plantes étaient gâchées, mais la jeune femme avait encore largement de quoi faire le marché. Satisfait du résultat, Francis regarda sa montre à gousset et grimaça.


- Je suis navré mais j'ai rendez-vous à l'église...Encore merci pour ce magnifique bouquet et...Oh! Mon bouquet ! Le Loup-Garou chercha ses fleurs du regard et fut heureux de voir la jeune femme qui accompagnait le sir Rosebury les lui tendre. Ah! Merci beaucoup my lady ! Récupérant avec précaution son bouquet, il remercia encore la fleuriste et la jeune femme puis il se tourna vers le grand pianiste. Au plaisir de vous revoir monsieur Rosebury.

Francis s'éloigna alors du stand d'un pas pressé et regagna les ruelles dans lequel l'attendait son fiacre. Une fois dans sa voiture, il posa le bouquet sur la banquette devant lui et remarqua une fleur qui dépassait de sa structure organisée: c'était la rose que la jeune fleuriste lui avait offert. Un petit sourire anima ses lèvres et son coeur lui parut soudainement plus léger.

[HRP/ Fin du Rp avec Francis. Suite de ses aventures à venir./HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asher Rosebury
Membre de l'Ombre
Date d'inscription : 15/11/2013
Nombre de messages : 88
Race : Humain
Classe sociale : Bourgeois
Emploi/loisirs : Pianiste/Enquêteur sur des meurtres qu'il a commis lui même inconsciemment...
Age : 28 ans
Age (apparence) : 25 ans
Proie(s) : lui même
MessageSujet: Re: Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42] Jeu 24 Nov - 23:13

Asher se mourrait lentement. Son déclin ne faisait que commencer. Il se sentait incapable de survivre seul dans cette jungle sans elle. Elle avait ranimé en lui tous les moments passés et l'amour infini qu'il éprouvait à son égard. Douloureusement il tentait à peine de remonter à la surface. Il se noyait petit à petit, il se perdait. Tout semblait jouer en sa défaveur. Pendant un instant il se demanda ce qu'il avait fait au bon dieu. Pourquoi était-il obligé de souffrir ainsi ? Avait-il été mauvais un jour ? Assez mauvais pour mériter une pareille punition ? Son monde s'écroulait. D'abord le criminel puis Swan… Que pouvait-il faire face à cela ? Heureusement sa foi envers Dieu et son amitié pour la jeune domestique qui se tenait à ses côtés le maintenaient en vie. Du moins en quelque sorte. Ce n'était plus vraiment vivre mais survivre. Ayant commandé un bouquet il avait la ferme intention de le faire parvenir à Swan, oui il voulait qu'elle sache qu'il tenait toujours à elle malgré la distance qu'elle avait imposé. Malgré sa disparition si soudaine. Puis le jeune bourgeois avait fait la rencontre du patron de Royston & Co. C'était étonnant son visage ne lui rappelait rien. Enfin, il n'avait pas vraiment la tête à cela et ne se désolait qu'à peine qu'il ne le reconnaisse pas à son tour. Lui tendant son pistolet à percussion il attendit le verdict sagement mais un gamin déboussolé avait terminé la tête la première dans le stand de la fleuriste. Rattrapé sauvagement par une tête blonde peu agréable l'enfant se voyait brutalement menacé ce qui ne plaisait guère aux deux hommes. Serrant les poings Asher récupéra le carnet des mains du garçon et somma au persécuteur de le lâcher. Certes un voleur mais un enfant avant tout. Il ne méritait pas un tel acharnement. Une punition oui, mais pas plus.

Son regard méprisa l'inconnu qui repartait d'un air hautain tandis que le petit vagabond s'échappait à nouveau. De marbre Asher contempla l'ampleur des dégâts. Une belle pagaille. Des bases brisés, des fleurs éparpillés, la table renversée. La jeune fleuriste avait perdu une partie de son commerce à cause de tout ce raffut. Sans dire mot il se baissa à son tour et les aida à tout remettre en ordre du moins à peu près. Eléanore n'osait bouger, elle tenait le bouquet du bourgeois dans ses mains et remettait en place les fleurs qui le composaient. Elle jetait parfois quelques regards inquiets envers la foule et baissa la tête lorsqu'elle crut reconnaître l'un de ses clients réguliers. Lorsqu'elle releva les yeux il avait disparu. Ce n'était certainement pas lui.
Asher finit par se redresser et épousseta ses vêtements comme si la moindre souillure pouvait encrasser sa journée, ce qui avait déjà été fait par ses sombres pensées… Se tournant vers la fleuriste il lui adressa un faible sourire et souffla :


-Espérons que vous pourrez toujours en tirer quelque chose Mademoiselle…

Observant l'étalage abîmé son regard se posa cependant sur les quelques fleurs qui étaient restées intactes malgré le choc. D'autres possédaient des pétales aux tendances suicidaires… il ne répondit au question que partiellement. Il était peu loquace ce jour-là et n'avait aucune envie de se perdre dans des détails de ce genre. L'enfant était parti et les chances de le retrouver étaient bien maigres.
Se frottant les mains il observa finalement le bourgeois et d'une manière un peu plus agréable il lui adressa un sourire qui se voulait chaleureux :


- Au plaisir Monsieur Grant.

Eléanore avait rendu timidement le bouquet à son propriétaire et vira à l'écarlate lorsqu'il l'appela « my lady ». C'était bien la première fois de sa vie ! S'emballant elle lui adressa un large sourire et le salua gaiement avant de dire au revoir à la fleuriste à son tour. Asher se tourna vers la petite blonde et s'inclina doucement :

- Il est temps que je m'en aille également. Puissions-nous nous revoir bientôt.

Donnant son bouquet à sa domestique, le jeune homem prit son autre bras galamment et l'emmena plus loin. Ils allaient faire un tour peut-être puis repartir. La jeune servante semblait si joyeuse d'être à l'extérieur à croire qu'il l'obligeait à rester enfermée…

Derrière lui il laissa quelques pièces sur l'étalage en réparation pour les dommages causés par les deux voyous.


[HRP/ Fin du rp avec Asher suite à venir (à marquer)/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Event n°1 - La foire de Printemps [en phase de fermeture] [20/03/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Event n°1] La foire "Foireuse"» Event - La foire de Printemps [ouvert] [20/03/42]» [Event Chasse au trésor]Un indice, un écureuil et un problème ! [Kaya - Ahito - Jaky]» Foire d'Eghezée avec rassemblement vieux tracteurs 14 Août 2011» L'épi des mies du piou vert [Event Medjaii And Tachy Show]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Covent garden et le Strand :: Coven garden (marché)-