L'Ombre de Londres
Bienvenue sur l'Ombre !

La capitale vit dans le chaos : les Vampires complotent toujours, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se révèlent, les Lycanthropes se regroupent et les Loups-Garous recommencent à tuer !

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...

Bon jeu !


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses...
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez|

Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sidka
Membre de l'Ombre
Sidka
Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Empty
MessageSujet: Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Icon_minitimeSam 8 Juin - 0:48

[HRP/ Revenant de "L'inattendu peut parfois ranimer une âme froide"/HRP]



Autour d'un ragoût

Emrys et Sidka

"Le coeur peut trouver de l'empathie
Là où les ténèbres prennent vie."


Appartement de Sidka, près des tanneries de l'East End, 05/05/42

Sidka n'avait pas pour habitude de ramener des invités dans son appartement. C'était un homme asocial, particulièrement méfiant et farouche. Ses relations se limitaient à quelques ouvriers, au tenancier de l'auberge qui lui servait de propriétaire et à ses patrons. Ce n'était pas des amitiés susceptibles de finir autour de sa table pour partager une volaille. Tout n'était que professionnel, avec intérêts réciproques, sans partage de sourires sincères.
Mais, depuis que son petit frère avait été pris en charge par l'hôpital Saint Thomas, il demeurait effroyablement seul. Malgré la présence de ses entités, qui suffisaient généralement aux Lycanthropes, il ne parvenait plus à accepter le silence de sa misérable chambre. C'était pour cette raison qu'il travaillait plus qu'à l’accoutumée et qu'il se fatiguait beaucoup à l'extérieur. Ainsi, lorsqu'il rentrait "chez lui", il n'avait plus qu'à manger et à dormir, sans avoir le temps de réfléchir et de se morfondre sur le sort de son frère ou sur sa solitude.

Aujourd'hui, pour la première fois depuis qu'il était arrivé à Londres, se tenait à ses côtés un jeune homme (du moins en apparence). C'était Emrys, une Chimère, mi-homme mi-renard, qu'il venait de rencontrer sous la pluie d'une ruelle délavée de l'Est End. Il ne le connaissait pas depuis plus de deux ou trois heures, et pourtant il venait de l'inviter à partager avec lui le poulet qu'il avait acheté dans la semaine et qui constituait son premier vrai repas depuis quelques jours.
Pourquoi un tel revirement ? N'était-ce pas une prise de risques inconsidérée ? Et si cet homme n'était pas ce qu'il lui avait annoncé ? Et s'il le vendait à ces fameux Alchimistes dont ils avaient parlés tantôt ? Confirmer sa Lycanthropie, entre deux inconnus, dans une ruelle, n'était pas si grave en soi. Il était possible de disparaître ou même de tuer le gêneur. Par contre, l'emmener dans son appartement, lui montrer le chemin de sa vie et lui parler de son frère...c'était autre chose.


* Il n'est pas méchant. *

* Il faut rester prudent. *

Les deux entités du Lycan s'équilibraient une fois encore. Mais que se passait-il exactement dans le cœur de Sidka ? Avait-il peur d'Emrys ? Etait-il heureux de pouvoir partager son toit et sa pitance avec un inconnu ?

* Il me semble sincère. *

L'Iroquois possédait un don que bon nombre pourrait lui jalouser : celui de connaître le cœur des gens. D'un regard, il savait s'il avait affaire à un homme sournois ou à un gaillard digne de confiance. Emrys faisait partie des malins qui obtenaient toujours ce qu'ils voulaient mais qui ne cherchaient pas à faire du mal à ceux qui ne lui en avait pas fait. C'était un solitaire, un renard égarré dans une forêt de briques et de suie, pas un chacal en quête d'un cadavre à ronger.

* Il est un peu comme toi. * fit Cocoa en sifflotant doucement.

Sidka sourit à cette pensée. Oui...Sans doute Emrys était-il un peu comme lui...Seul et plus sage que ne voulait bien le dire son apparence. Très seul au milieu des Humains et des véritables monstres...
Il repensa alors aux dernières paroles qu'ils avaient échangées avant d'entamer leur marche vers son antre. Apparemment, le renard n'était pas heureux de voir sa vie se prolonger dans le temps. Pour lui, c'était particulièrement pénible puisqu'il voyait les gens grandir, vieillir et mourir en le laissant en arrière. Maintenant qu'il y songeait, Sidka était bien d'accord avec lui. A quoi bon vivre des siècles si c'était pour voir ses proches disparaître et leur survivre dans la solitude absolue ? Cependant, à part Cheveyo, lui-même n'avait rien ni personne. Ne pas vieillir et voir les siècles passer lui permettrait au moins d'avoir la chance d'observer l'évolution du monde, depuis la traite des Noirs jusqu'à leur suprémacie. Etait-ce seulement possible ? Ce doux rêve qu'il carressait du bout des lèvres dans ses courtes nuits de réminescence vaporeuse...


* La porte, petit frère...*

Sidka sursauta. Ils étaient effectivement arrivés devant la porte de l'auberge qui cachait son lieu de vie. Il ne s'était pas rendu compte qu'ils avaient marché si vite. Heureusement que Koulaï l'avait sorti de ses rêveries éveillées.
Emrys avait raison : c'était parfois difficile d'être trois en un. Mais cela présentait également quelques avantages non négligeables. Le Lycanthrope sourit doucement en tournant sa clé dans la serrure rouillée. Emrys avait été très curieux concernant leur façon de communiquer. Que lui avait-il dit déjà au sujet du Monde des Esprits ? C'était si compliqué à expliquer !


- Nous pensons à trois. Koulaï et Cocoa me parlent, je leur réponds, tout ça par la pensée. On ne peut pas dire qu'ils « vivent » là-bas...dans ce lieu qui nous rassemble...Ils y attendent. Il n'y a pas besoin de manger dans le Monde des Esprits tu vois...On y attend que notre frère nous laisse sa place.

Oui, c'était ce qu'il lui avait répondu. Et c'était vrai, du moins pour lui. Vrai et affreusement difficile à expliquer autrement. Sidka était quelque peu limité dans son langage et articuler une telle notion lui demandait bien des efforts. Emrys ne devait pas avoir tout compris.

La porte s'ouvrit avec un grincement et Sidka la poussa un peu pour faire entrer son nouvel ami. L'auberge était totalement vide. C'était inhabituel. En temps normal, son patron, Oliver Foreign, la fermait bien après les heures autorisées. Mais il était malade depuis trois jours et gardait le lit comme un enfant. Une mauvaise fièvre. Rien de bien dramatique. Un mal tout juste suffisant pour le mettre au tapis un moment. C'était aussi pour ça que Sidka osait inviter quelqu'un dans la chambre miteuse qu'il louait au vieil homme.


- Suis-moi...J'habite à l'étage...

Une fois que Ermys fut entré dans la salle principale de l'auberge, qui était composée d'un petit salon, d'un bar et d'une estrade bancale, Sidka prit le soin de refermer la porte à clé derrière eux et de passer devant pour guider la Chimère.
En jetant un coup d'oeil sur les verres vides et les bouteilles abandonnées près du bar, l'Iroquois songea aux paroles que son comparse avait prononcées concernant les Alchimistes. Ce dernier l'avait mis en garde contre leurs pratiques sournoises et quant au fait qu'ils utilisaient beaucoup de cobayes humains. D'après lui, ils ne pouvaient guère avoir de bon fond. Ils étaient même pires que les Loups-Garous à ses yeux puisqu'ils étaient conscients de leurs actes. Sidka avait écouté son avis d'une oreille doublement attentive. Pour sauver Cheveyo de son état léthargique, il avait besoin de se renseigner sur ces étranges magiciens. Tout serait bon à prendre pour savoir s'il avait un espoir ou non de retrouver son frère.


- Je comprends ton envie de faire justice. J'ai fait pareil pendant un temps avec les esclavagistes. Mais cela ne sert à rien. Ils reviennent toujours tremper la main dans le sang qui les a modelés : celui du profit. Avait alors répondu Sidka. Je compte me renseigner avant de les mener à mon frère. Je veux des garanties.

Parleraient-ils encore de tout ça ce soir ? A voir...Pour le moment, les marches de bois vermoulu grinçaient sous leurs pas et seule la pâleur des réverbères au gaz illuminaient sporadiquement leur lente progression. Enfin, ils arrivèrent sur un palier où s'alignait une dizaine de portes. Sidka se dirigea vers la plus éloignée du centre de la maison et ouvrit bientôt la porte de son univers à Emrys.

- Voilà, c'est chez moi, fit-il dans un soupir peu enjoué.

Les murs défraîchis du lieu et l'humidité qui régnait dans l'air laissaient supposer au visiteur que rien n'était isolé et que l'air glacé du soir s'infiltrait par différents interstices au niveau des fenêtres qui donnaient sur la rue. Cependant, malgré le côté très spartiate et délabré de la chambre, il y régnait une atmosphère singulière. Des breloques de verre et de bois étaient accrochées un peu partout, à la manière de fétiches primordiaux que l'on aurait pendus çà et là pour éloigner les mauvais esprits. Il y avait des tissus qui pendaient du plafond pour boucher les trous entre les lattes disjointes. Certains étaient tachés de peinture rouge ou bleue. D'ailleurs, des bols de pigments traînaient au sol au milieu d'innombrables copaux de bois tout près du lit. Un objet, mal dégrossi, trônait sur la table de nuit, ébauche d'une figurine de chat. Apparemment, Sidka avait un certain sens de l'esthétique : il aimait peindre, sculpter et fabriquer des choses de ses mains.


- Installe-toi sur la chaise, je vais chercher le poulet.

En quelques enjambées, Sidka traversa la petite pièce et récupéra un plat de mauvaise facture dans lequel se tenait la volaille tant attendue. Il l'amena au milieu de la table, saisit le couteau qu'il portait à la taille et commença à découper des morceaux grossiers de la carcasse.

- Je n'ai que quelques carottes pour l'accompagner. J'espère que tu aimes ça. Finalement je n'ai pas de quoi faire une tourte. Je vais tout cuire ensemble si ça ne te dérange pas...

Bien vite, le poulet fut découpé, les carottes aussi et le tout fut balancé dans une marmite cabossée au-dessus du feu de la minuscule cheminée qui brillait dans un coin de la pièce. Pendant que Sidka mélangeait l'ensemble dans un fond d'eau, il laissait Emrys découvrir ses objets. Une étagère de figurines de bois, toute zoomorphes, mettait en valeur ses créations. Des peintures sur des morceaux de tapisseries arrachés représentaient des symboles tribaux forts étranges mais sans doute pacifiques.

- Ne fais pas attention au désordre...Je n'aime pas ranger.

L'odeur du poulet qui cuisait commençait à envahir la pièce et à détendre les deux hommes. Sidka finit par enlever sa veste et par la poser sur le dossier de sa chaise. Imperturbable, malgré le fait qu'il dévoilait entièrement son torse bandé de muscle et son dos couvert de cicatrices, l'Iroquois continua sa tambouille en songeant qu'il allumerait bien sa pipe.

- Raconte-moi ton histoire, mon frère, et je te raconterais la mienne, fit-il soudain en goûtant le ragoût avant de plonger ses yeux clairs dans ceux d'Emrys.

Made by Neon Demon


Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Sidka_12
Envoyer un mp au Comte. / Voir sa fiche de liens.


Dernière édition par Sidka le Mar 1 Oct - 19:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Neo
Membre de l'Ombre
Emrys Neo
Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 19/08/2018
Race : Chimère
Classe sociale : ouvrier
Emploi/loisirs : observer le monde , lire , la musique, dessiner et sculpter (de temps en temps)
Age : 100 ans
Age (apparence) : la quinzaine, visage enfantin mais regard dure
Proie(s) : Il n'aime pas se fatiguer donc n'a pas de proie, sauf si vous le menacez directement ou indirectement. Il a pleinement confiance en son instinct donc s'il ressent qu'il est en danger vous devenez son ennemi tant qu'il n'aura pas de raison de vous considérez comme sans danger vous le resterez. Il garde cependant toujours un œil sur les alchimistes.
Crédit Avatar : google, image retouchée.
Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Icon_minitimeDim 22 Sep - 16:03



Autour d’un ragoût

Sidka, Emrys



Appartement de Sidka, près des tanneries de l'East End, [05/05/42]


Emrys avait l’habitude d’observer les gens et de déduire quel genre de personne ils sont. Malgré cette habitude d’être un observateur, il commençait avec le temps à s’approcher des gens qui semblait intéressant et Sidka en faisait partie. Même si le renard était de nature à ne pas faire confiance et à rester sur ses gardes, il s’était depuis quelques années isolées du monde extérieur et n’avait plus vraiment de contact dans le monde extérieur préférant dormir.
Trouver un être qui l’intéressé qui semblait avoir un bon fond dans la définition que la chimère en avait été une bonne chose. La vie d’Emrys depuis sa transformation se limitait principalement à dormir et manger.  Emrys n’avait plus l’habitude de communiqué si facilement avec les autres et il ne s’attendait pas à une rencontre avec un lycanthrope ni à être invité… Mais bon il avait faim et étonnamment Sidka était de bonne compagnie, puis il était en compagnie de 3 être plutôt que d’un.
Emrys eut un sourire en coin en voyant l’hésitation et le doute dans les yeux et le comportement du lycan, le renard eut un petit rire pour calmer le lycan… On verrait presque son cerveau fumer tellement il se prenait la tête. Si Sidka avait peur d’Emrys ce n’était pas le cas pour le renard, il ne voyait pas vraiment le lycanthrope comme une menace, il était même plus qu’heureux de manger avec un être avec lequel il pouvait communiquer… L’homme n’était pas collant ni trop curieux et ceci ne fit que faire qu’Emrys l’apprécier, comme ses parents lui disent souvent qu’il devrait avoir plus de gens autour de lui cependant le caractère du renard n’était pas compatible avec les connaissances.

Le renard avait l’espoir de se faire un potentiel ami avec lequel il pourrait être tranquille, il comprenait bien l’hésitation du jeune homme il aurait sûrement les mêmes craintes de dévoiler sa vie à une personne qu’il ne connaît pas et comme d’habitude il ressentit la sensation qu’il avait finie par caractériser par le fait que Sidka parlait dans sa tête. De quoi ? Le renard n’était pas encore capable de lire dans les pensées malheureusement.


*C’est drôle de savoir qu’il parle mais ça serait plus sympathique de savoir de quoi il parle tout de même*

Emrys avait un instinct incroyablement développé mais ce n’était pas assez puissant pour lui faire pleinement confiance, la façon dont il voyait l’iroquois était que c’était un homme capable de faire ce qu’il faut quand il faut, qui vivait dans la solitude mais il ne pourrait pas en affirmer plus cependant il semblerait que son acolyte semblait avoir une petite confiance en lui ce qui étonnait le renard.

Le renard se voyait à un certain point en Sidka quand il avait encore que quelques années de chimères, il espérait juste que le jeune Iroquois réussirait à s’approcher d’autres gens et de ne pas trop s’isoler… Il connaissait de nombreuses personnes qui avait mal fini à cause de ça.  Il fallait dire que son temps de vie avec son apparence lui avait permis de voir de nombreuses choses notamment comment les gens peuvent changer en vieillissant ou en s’isolant.


*Nous sommes déjà arrivés ? Ce fût rapide*


Il semblerait que Sidka s’était perdu dans ses pensées,  l’endroit semblait assez vieux mais ce qui fit légèrement rire le renard était sa réaction lorsqu’il s’en rendit compte…. Heureusement qu’il n’était pas seul dans sa tête.

-Je vois le genre, frère ?

*était-ce leur façon de s’appeler les uns des autres ? On dirait bien que le paresseux était vraiment intrigué par cette nouvelle race qu’il venait de découvrir*


Emrys imaginé ça comme une espèce de pièce plus ou moins grande qui ressemble à la personnalité de la personne… même si c’était compliqué à imaginer mais il n’avait pas de problème à imaginer des choses invraisemblables. La première chose qu’Emrys remarque c’était le vide, il n’y avait personne, ses sens ne captaient personne dans les alentours directs, le renard marcha en ne faisant quasiment aucun bruit comme à son habitude, il ne le remarquait même plus mais peut-être que son acolyte trouverait ça assez bizarre. Emrys fit un signe de tête à l’iroquois pour lui affirmait qu’il le suivait. L’endroit était pour Emrys plutôt agréable, il aimait ce genre d’endroit ses yeux firent un tour rapide de la pièce en s’arrêtant quelques secondes sur certains détails, c’était naturel d’observer les endroits qu’on visite mais en plus de ça la chimère enregistrer tout sur ses rétines… Il serait presque capable de redécrire la pièce à la perfection.
Sidka prit à nouveau la parole, et ses dires étaient exactement ce que pensait Emrys mise à part qu’il pensait que le renard voulait et faisait encore justice aux alchimistes.


-ça doit faire 60 ans minimums que je ne fais plus justice, je suis juste un observateur qui les surveille… Je ne dis pas que je n’agis pas si quelque chose est trop grave à mon goût. Je suis d’accord avec toi cependant.

*Enfin on verra si on continuera cette discussion plus tard, les marches sont assez sensibles ici…*


Emrys avait beau se déplacer de façon quasiment silencieuse il ne pouvait pas non plus modifier les planches de l’escalier pour qu’elle ne fasse plus de bruit, cependant les planches avaient un grincement très faible et court lorsqu’il marchait. L’endroit n’était pas parfaitement illuminé et se trouvait même être assez sombre ce qui n’était pas une gêne pour le renard qui voyait aussi bien de jour que de nuit. L’Iroquois avait fini par ouvrir une des portes du couloir et invita Emrys chez lui, et cela ne semblait pas enjouer le lycan.
Emrys n’avait rien dit au début observant juste la pièce, l’endroit n’était aucunement isolé mais il semblait que cela ne gênerait pas le renard qui ne ressentait pas le froid avant des températures atteignant les -80 degrés...Chose qu’on pouvait comprendre en voyant sa tenue légère et ses pieds nus.  Mise à part la fraîcheur des lieux que d’ailleurs le renard appréciait énormément, l’endroit était comme isolé du reste de cette auberge, l’endroit collait parfaitement avec son propriétaire ce qui donna le sourire à Emrys… C’était un lieu agréable à voir et dans lequel le renard n’aurait aucun mal à vivre. Emrys prit quelques statuettes dans ces mains, il appréciait aussi sculpter et donc observait ce que son acolyte avait bien pu sculpter mais ce qui intriguait vraiment le renard était ces attrapes rêves pendu un peu partout, il ne les déplaçait pas mais les observait tous un par un avec détails.
Sidka finissait par aller s’occuper du poulet tout en proposant au renard de s’assoir qui refusa pour le moment préférant observer ce qu’il faisait ainsi que le reste de la petite pièce. Emrys finissait par se déplacer assez rapidement jusqu’à ce qu’on pourrait appeler une fenêtre pour observer la vue de dehors, il n’avait pas pris la peine de prévenir l’Iroquois qui savait déjà qu’Emrys était rapide.


-honnêtement je mange de tout, je ne suis pas vraiment difficile.

Emrys était revenue à la table, s’asseyant finalement en face de Sidka… Qui semblait bien cuisinier et manipuler le couteau, le tout finissait dans la cheminée ce qui fit tourner la tête de la chimère vers l’étagère où il avait ramassé la figurine de bois.

-Je ne suis pas vraiment ordonné non plus, mais comme je n’oublie jamais où j’ai posé quelques choses ce n’est pas un problème… Que des animaux en sculpture hein ?

L’odeur du poulet fit presque baver le renard qui n’avait pas eu de vraie repas depuis quelque temps… puis les renards aime le poulet de toutes façons. Finalement Sidka se détendit et la chimère en fit donc de même attendant le plat et en observant Sidka qui semblait avoir vécu pas mal de chose au vu des marques de vieille blessure qu’il possédait.

-J’ai au moins la chance de ne pas vraiment être marqué par mes blessures depuis ma modification n’est-ce pas ? Pour mon histoire par où veux-tu que je commence ?

Il entama le repas avec un petit sourire en coin et en profitant de la chaleur de ce repas fraîchement préparé et qu’il n’avait pas non plus volé pour une fois…




Made by Neon Demon


Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Creepy21
Revenir en haut Aller en bas
Sidka
Membre de l'Ombre
Sidka
Nombre de messages : 63
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Icon_minitimeMar 1 Oct - 19:51



Autour d'un ragoût

Emrys et Sidka

"Un renard, un poulet, un loup et un colibri :
Ceci n'est pas un zoo mais un regroupement d'amis."


Appartement de Sidka, près des tanneries de l'East End, 05/05/42

Enfin installés devant le poulet et les carottes qui l'accompagnaient, Emrys et Sidka pouvaient reprendre leur conversation avec plus de confort. Manger un ragoût bien chaud après une dure journée de labeur (du moins pour Sidka) et une soirée pluvieuse allait leur faire le plus grand bien ! Mine de rien, l'Iroquois savait y faire avec les volailles. Sa marmite semblait certes miteuse mais le Lycanthrope avait l'habitude de faire à manger. Lorsque son frère était encore là, c'était ce dernier qui s'occupait des repas, mais lui-même n'était pas pour autant dénué de talent dans ce domaine. Emrys n'était pas difficile de toutes façons et il accepta volontiers son assiette avant de l'entamer avec appétit. Son air réjoui et reconnaissant fit plaisir au grand basané.

- Bon appétit l'ami. Je n'ai pas de vin mais j'ai un peu de pain si tu veux. Sers-toi, fais comme chez toi, fit-il en lui tendant une corbeille dans laquelle trônaient trois quignons de pain un peu durcis.

Partager un repas avec quelqu'un faisait grand bien à l'Iroquois. Cela le changeait de sa solitude et lui permettait d'échanger avec sympathie plutôt que de bougonner en fumant sa pipe dans un coin.
Malgré ses réticences premières et sa méfiance naturelle, Sidka était heureux de s'ouvrir un peu et de faire découvrir son univers à la Chimère. Il avait remarqué à quel point Emrys aiait observer les choses et combien il s'était attardé sur ses statuettes en bois ainsi que sur ses tissus au plafond. Y comprenait-il quelque chose ? Sans doute pas. Mais son oeil avisé de renard avait au moins remarqué que son hôte appréciait l'art. D'ailleurs, il ne se priva pas de lui poser des questions à ce sujet et le Lycanthrope accepta avec bienveillance de lui répondre :


- Oui, uniquement des animaux. Je suis né d'une africaine et d'un iroquois. Dans la tribut de mon père, et chez tous les Lycanthropes je suppose, les entités qui nous guident sont comme des totems : le loup et l'autre animal, colibri pour moi, sont des amis très chers et nous les respectons presque comme des dieux...

* Oh ! Tu le penses vraiment ? * chanta Cocoa en faisant une pirouette au-dessus de la tête de Koulaï.

- Ce sont des âmes avec lesquelles nous partageons notre existence. Leurs apparences d'animaux m'inspirent : à travers mes sculpture, je veux leur rendre hommage.

Sidka tira de sa poche de pantalon un pendentif avec un colibri en bois au bout et le passa autour de son cou. Puis, il le tint dans sa main, un peu en hauteur, pour le montrer à Emrys.

- Tu vois, j'ai représenté Cocoa ici. Mon frère, lui, possède un cerf.

* N'en dis pas trop non plus... *

Sidka réprima un peu son loup. Pour lui, il était temps de parler et de partager un peu. A force de s'enfermer dans le travail et cette vie de misère, à force de pleurer son frère à l'hôpital et de se contenter de fumer en sculptant dans son coin, il allait finir par devenir fou. Il avait besoin de dialoguer et de s'ouvrir. Emrys n'était pas comme les autres : c'était une Chimère, un être mi-homme mi-renard. Ce n'était pas un Lycan, certes, mais il semblait tout de même prêt à l'écouter et à le comprendre.

- Si tu veux, je te sculpterai un renard...Après tout, on peut presque considérer que c'est ton totem.

L'Iroquois sourit à son compagnon en poursuivant son repas. Un petit silence s'installa, le temps d'avaler quelques bouchées et de boire un verre d'eau. Puis, la conversation reprit. Emrys avait remarqué les blessures qui couvraient le corps de Sidka. Ce dernier haussa un peu les épaules, ayant appris à ne plus s'offusquer des regards, et accepta une fois encore de dévoiler un peu plus sa vie :

- Les esclavagistes...Tu n'imagines pas comme ils peuvent être brutaux de l'autre côté de la mer...En Amérique, on nous traite comme des moins que rien. J'ai eu le malheur de m'opposer un peu trop vivement aux maîtres. J'ai aussi souvent défendu mon petit frère. J'ai hérité de ce dos affreux, mais je peux te dire que j'ai la couenne bien plus dure que beaucoup d'hommes. Au moins, je peux encaisser ce que d'autres ne supporteraient pas. Il fallait bien y trouver un peu de positif... Le reste, c'est des coupures dues à mon exil, des bagarres, des accidents...Bref, des détails.

* Ils ont été méchants...* chouina le colibri d'un ton éminemment triste. Koulaï lui permit de s'installer sur sa tête, entre ses deux oreilles, pour le rassurer. Le trio avait très mal vécu cette période de sa vie.

Sidka se révélait donc un peu plus bavard mais il n'en voulait pas moins connaître l'histoire de son invité. Aussi le pressa-t-il de raconter son histoire à son tour.

- Par où commencer ? Hé bien...D'où tu viens déjà, non ? Tu es né ici, à Londres ? Comment les Alchimistes ont mis la main sur toi ?

Made by Neon Demon


Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Sidka_12
Envoyer un mp au Comte. / Voir sa fiche de liens.
Revenir en haut Aller en bas
Emrys Neo
Membre de l'Ombre
Emrys Neo
Nombre de messages : 53
Date d'inscription : 19/08/2018
Race : Chimère
Classe sociale : ouvrier
Emploi/loisirs : observer le monde , lire , la musique, dessiner et sculpter (de temps en temps)
Age : 100 ans
Age (apparence) : la quinzaine, visage enfantin mais regard dure
Proie(s) : Il n'aime pas se fatiguer donc n'a pas de proie, sauf si vous le menacez directement ou indirectement. Il a pleinement confiance en son instinct donc s'il ressent qu'il est en danger vous devenez son ennemi tant qu'il n'aura pas de raison de vous considérez comme sans danger vous le resterez. Il garde cependant toujours un œil sur les alchimistes.
Crédit Avatar : google, image retouchée.
Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Empty
MessageSujet: Re:L'inattendu peut parfois ranimer une âme froide [Sida et Emrys] [05/05/42] Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Icon_minitimeJeu 28 Nov - 20:03



Autour d’un ragoût

Sidka, Emrys



Appartement de Sidka, près des tanneries de l'East End, [05/05/42]

Le sourire d’Emrys était sincère, la sensation de chaud et le goût du poulet faisaient danser ses papilles qui étaient assez sensibles… Puis s’il ne rentrait pas le soir chez lui alors il ne mangeait soit rien soit ce qu’il « trouvait ».

-Honnêtement l’alcool ne me fait pas grand-chose et le pain est amplement suffisant !

Il mangeait gratuitement chez une personne fraîchement rencontrée qui n’avait aucune obligation de lui offrir ce repas, en général il ne se plaindrait pas mais encore moins dans ce cas… Il savait se montrait respectueux, sympathique et redevable quand il le faut. Il semblait que lui et son ami le lycanthrope s’ouvrait l’un à l’autre et se remplissait le ventre.

Les pensées d’Emrys avaient dérivé, il se disait que peu de gens devaient s’approcher du jeune homme et c’était bien dommage, son apparence ne correspondait pas vraiment à la personne qu’il est pour Emrys en tout cas. Le repas en compagnie de quelqu’un autre que sa famille était appréciable.

Il apprit les origines de son acolyte, il ne connaissait pas grand-chose sur les peuples d’Africains ou autres mais ça ne l’intéressait pas non plus. Cependant la seconde partie assouvit un peu sa curiosité et ça confirmait ses pensées sur les relations entre l’homme et les animaux que la race de Sidka avait.

Et maintenant il apprit le totem de son frère, un cerf donc… Un bien bel animal et il en profita pour bien fixer la sculpture de son nouvel ami, il la trouvait vraiment bien faites. Le renard sortit de sa sacoche une sculpture de lézard qui semblait fixer une proie sous lui, alors qu’il n’y avait qu’une ombre.


-C’est un bien beau colibri et cerf, et c’est assez profond ce que tu me dis… Pour moi c’est une simple envie et un simple passe-temps.

La sensation revint, mais il ne fit aucune remarque après tout c’était la tête de Sidka et il n’avait pas envie de réagir à chaque fois. La proposition de Sidka n’était pas spécialement utile puisqu’il pouvait lui-même le faire, mais c’était moins intéressant les surprises peuvent parfois avoir du bon.

-Avec grand plaisir ! Oui même si je n’ai pas de renard avec qui parlait malheureusement.

Emrys le laissa manger et il fit de même, il avait faim et puis c’était vachement bon pour un repas simple et il savait se satisfaire de peu dans le pire des cas donc se faire plaisir parfois n’était pas vraiment grave.

Il finit par en venir au sujet des cicatrices car mise à part celle à son œil le renard n’en possédait pas grâce à sa régénération rapide. Il semblait que mise à part l’homme, les animaux n’avaient pas apprécié le sujet, et le renard arrêta donc d’en parler même s’il envoya un sourire de compassion au lycanthrope.

Ce même lycanthrope qui commençait à réellement parlait et ne plus se méfier, ce qui donna envie au renard de donner un peu de matière à celui qui l’avait invité…

Il pouvait après tout parler de sa vie puisqu’elle n’avait rien de secret et qu’il ne cherchait pas non plus à mentir, il décida donc de répondre honnêtement et assez précisément à la question de Sidka même si la flemmardise d’Emrys ne lui permettrait pas de parler trop longuement.


-Non je ne suis pas Londonien de naissance, je suis greco japonais et oui c’est bizarre ! J’ai vécu en Grèce principalement avec ma famille et surtout mon frère jumeau avec qui j’avais la chance d’être extrêmement proche… Même si ton frère est actuellement dans un état ne permettant pas de dire que tu es chanceux…
Mais je me permets de te dire que l’avoir encore en « vie ». [/i] il mima des guillemets avec ses mains est une chance que d’autre n’ont pas.


Emrys fit une petite pause pour manger un bout de pain et surtout reposer sa gorge, avant d’enchaîner.

-Le jour où je suis arrivé en France pour un voyage en famille, je me suis retrouvé sur un bateau seul avec mon frère qui était le plus force et intelligent de nous deux d’ailleurs… Je ne me souviens plus vraiment clairement de ce jour à vraie dire.
Je me suis réveillé dans une maison insalubre en Angleterre et j’étais avec mon frère mais surtout avec de nombreux autres enfants.
Ma mèche blanche est un héritage de cette période… Je suis devenu ce que je suis par la suite et je perdis mon frère dans la « fuite » chanceuse que nous avons eue….


Emrys bu un grand verre d’eau, il aimait parler quand il pouvait vivre des choses intéressantes mais ça restait fatigant pour lui.

-léger résumé mais à ton tour Sidka. Je veux aussi savoir le début de ton histoire.

Les yeux du renard étaient pleins de curiosité et il avait hâte de connaître un peu l’histoire de la personne face à lui.    

Made by Neon Demon


Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Creepy21
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Empty
MessageSujet: Re: Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Autour d'un ragoût [Sidka et Emrys] [05/05/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Whitechapel (East End) :: Les Fonderies et les tanneries :: Chez Sidka-