L'Ombre de Londres
Bienvenue sur l'Ombre !

La capitale vit dans le chaos : les Vampires complotent toujours, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se révèlent, les Lycanthropes se regroupent et les Loups-Garous recommencent à tuer !

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...

Bon jeu !
L'Ombre de Londres
Bienvenue sur l'Ombre !

La capitale vit dans le chaos : les Vampires complotent toujours, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se révèlent, les Lycanthropes se regroupent et les Loups-Garous recommencent à tuer !

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...

Bon jeu !
L'Ombre de Londres
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses...
 
AccueilPortailRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où acheter le coffret dresseur ...
Voir le deal

Partagez|

Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sidka
Membre de l'Ombre
Sidka
Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Empty
MessageSujet: Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Icon_minitimeVen 9 Avr - 14:29

[HRP/ Revenant de "Autour d'un ragoût"/HRP]



Un loup en promenade

Jana, Adrian et Sidka

"Pour une bouffée d'air
En voilà une affaire !"


Rerent's park, 12/06/42

Il était déjà 19h et pourtant les ombres n'étaient pas encore suffisamment avancées pour que l'on puisse dire qu'il était tard. La nuit mettait beaucoup de temps à tomber. C'était une de ces douces soirées de juin, où l'air chaud perdure autour des vivants et où le ciel dégagé annonce encore une belle journée.
Au-dessus du Rengent's park, quelques pigeons regagnaient leurs perchoirs préférés pour se reposer. L'heure de se cacher pour les proies était bientôt là. Le coucher du soleil peignait sur l'horizon une rivière rose et or. Une paire de promeneurs l'observaient, fascinés par ces magnifiques couleurs. La nature semblait parfois un tableau d'artiste.

Sidka profitait lui aussi de ce phénomène. A travers les petits yeux de Cocoa, son totem colibri, il se réjouissait d'être arrivé à l'heure pour assister à son spectacle favori. L'oiseau-mouche voletait sur place, entre les branches touffues de quelques buissons fleuris. Il appréciait la chaleur de la saison et le nectar des fleurs qui l'environnaient, mais il prenait garde à ne pas être obervé des Humains. Un colibri au milieu de Londres n'était pas normal. Sans doute qu'on chercherait à l'attraper pour l'offrir à un scientifique afin qu'il puisse l'étudier. Très peu pour lui ! Il fallait donc rester prudent.


* C'est trop tôt pour sortir. Je vous l'ai dit...* grogna Koulaï, le loup du trio.

Le totem se trouvait dans le Monde des Esprit, avec Sidka lui-même, pendant que Cocoa évoluait dans le monde tangible.


* Je fais attention ! * transmit le colibri.

* Vivement que le soleil se couche...*

Sidka était évidemment celui qui évoluait le plus souvent dans le monde tangible. Cocoa et Koulaï ne pouvaient pas se promener tranquillement dans un monde pareil, à cette époque, dans ce lieu. S'ils avaient été dans la nature, cela aurait été différent. Mais Sidka avait besoin de rester auprès de son frère qui dormait au Saint Thomas's Hospital, donc de demeurer en ville.

* Patience...et prudence, mes amis.*

L'Iroquois comprenait l'impatience du loup. lui non plus il n'aimait pas rester dans le Monde des Esprits. Bien sûr, il pouvait se reposer dans cette dimension parallèle, mais puisque c'était son esprit et son caractère qui donnaient vie à ce monde nébuleux, il n'était pas très accueillant.
Son espace mental était un désert dont les contours demeuraient flous, comme si au-delà d'une dizaine de mètres tout n'était que tempête de sable. Dans cette espèce de bulle au milieu de rien, se dressait une roche, comme un promontoire, et un arbre mort qui la surplombait.
Sidka et ses entités avaient l'habitude de s'installer au sommet de cette roche et d'attendre que ce soit leur tour de retourner dans le monde tangible. L'Iroquois sortait la journée, Cocoa au crépuscule et le matin très tôt, Koulaï ne sortait que la nuit.


* Les gens s'en vont...* sifflota Cocoa en sortant un peu de ses buissons.

Le petit oiseau virevolta encore un peu par-ci par-là, à grande vitesse quand il passait d'un endroit à un autre, en faisant du sur-place pour butiner un peu. Puis le soleil s'en fut lentement derrière la ville. Bientôt, il fit tout à fait gris et Cocoa soupira :


* Les fleurs se ferment...*

Sidka sourit à Koulaï qui venait de se redresser. Le fier loup noir se secoua un peu pour dégager le sable qui encombrait sa fourrure, puis il poussa un grognement de satisfaction. Il passa près de l'Iroquois, se frotta contre lui, reçut quelques caresses et disparut lentement, comme s'il se désagrégeait. Cocoa apparut à sa place.

* Bon retour mon ami...

Dans le monde tangible, l'oiseau s'était posé dans un coin sombre. Il avait perdu ses plumes, s'était étiré jusqu'à obtenir la taille d'un grand chien et était devenu un loup noir. Koulaï avait prit le relais.

Mettant la truffe au vent, le loup huma l'air tiède du soir et observa les alentours. Personne n'avait pu voir la transformation. Les quelques promeneurs s'étaient éloignés depuis un moment. Il avait du temps devant lui. Même s'il allait sans doute devoir se cacher à plusieurs reprises pour éviter d'autres promeneurs, Koulaï était confiant : il connaissait le terrain, il savait se cacher facilement dans l'ombre et on le prenait pour un chien quand on l'apercevait de loin.


* Que vas-tu faire, mon frère ? * demanda Sidka depuis le Monde des Esprits.

* Chercher un lapin pardi ! * répondit le loup en ricanant un peu.

C'était une habitude chez lui : tous les soirs, il lui fallait chasser un lapin. Ce n'était pas ce qui manquait dans les parcs londoniens ! Il attrapait parfois des écureuils aussi ou des rats. Mais les lapins étaient ses préférés. Chasser était pour lui une façon de se dépenser, de vivre, de respirer et surtout de rester dynamique. C'était également pour satisfaire ses instincts de prédateurs et sa soif de chair fraîche. Koulaï avait faim quand venait son tour de sortir...

Avec toujours la même prudence, le loup erra dans le parc à la recherche de sa proie journalière. Il visita du museau quelques trous dans le sol et suivit de nombreuses pistes dans l'herbe. La nuit tombait mais il n'en avait que faire : ses yeux lui assuraient une bonne vision dans le noir...


Made by Neon Demon


Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Sidka_12
Envoyer un mp au Comte. / Voir sa fiche de liens.
Revenir en haut Aller en bas
Jana Taylor
Membre de l'Ombre
Jana Taylor
Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 08/05/2020
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Voleuse / Escalade / Informatrice / Messagère / "Espionne" // Violon, Danse, Chant
Age : 19 ans
Age (apparence) : 19 ans
Entité n°2 : Karvaan, chatte noire aux yeux jaunes
Crédit Avatar : xaiisu, Deviantart
Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Empty
MessageSujet: Re: Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Icon_minitimeSam 10 Avr - 0:12

Karvaan leva sa petite truffe humide au vent pour s’imprégner des nombreuses odeurs régnant en maître dans l’immense parc où elle se trouvait. Le printemps et son fumet particulier, celui des fleurs en pollen, en charriait bien d’autres : celui des feuilles vertes, des bébés campagnols, des poissons frétillants dans l’eau de la rivière. Tout un bal de senteurs diverses et alléchantes parvenait à la petite chatte noire, qui évoluait prudemment sur un tapis d’herbe douce, à l’écart de tout Bipède susceptible de la surprendre et de lui donner la chasse.
Il y en avait encore quelques-uns un peu plus loin, malgré l’heure tardive. Elle apercevait plusieurs adultes, accompagnés d’enfants babillant et courant en tout sens. Elle grimaça. Son ouïe sensible supportait très peu les cris geignards des rejetons, qui atteignaient des records dans la gamme des aigus. Elle poussa un grognement.


*Bon sang ce qu’ils sont agaçants !* grommela la voix d’Eiwya dans sa tête. *Ils font autant de bruits qu’un troupeau d’éléphants, on peut dire au revoir à toutes les proies des environs !*

Karvaan se pourlécha les babines et marqua une pause dans sa marche prudente, s’abritant dans un buisson fourni de fougères pour continuer à suivre les enfants des bipèdes de son regard d’or. Ils gambadaient si vite en tous sens qu’elle craignait qu’ils ne s’approchent trop près d’elle si elle relâchait sa vigilance une seconde. Elle battit de la queue, agacée.

*C’est quoi un éléphant ?* demanda-t-elle soudain.

Ne s’attendant pas à cette question, la louve, qui se reposait dans le Monde des Esprits en compagnie de Jana, ne répondit pas tout de suite, s’agitant simplement. Même si elles n’étaient actuellement connectées que par leurs sens, Karvaan put la sentir hausser une de ses larges épaules musclées.

*T’occupes*, répliqua-t-elle. *Je t’en montrerai un quand Jana sera aux commandes.*

La petite chatte hocha la tête puis hérissa subitement le poil quand un des enfants s’avança trop près d’elle. Elle cracha avec hostilité et avisa un bosquet plus loin. Sans attendre de voir si on l’avait vu, elle bondit hors de sa cachette improvisée et fila sous le couvert des arbres, ne s’arrêtant qu’une fois que le bruit des humains fût moins fort que celui du sang battant dans ses oreilles. Elle s’arrêta brusquement et pivota pour scruter l’endroit d’où elle venait, le cœur battant. Personne ne l’avait suivi. Elle poussa un soupir de soulagement et se reposa quelques minutes avant de s’enfoncer dans la partie touffue du parc, et par conséquent beaucoup plus giboyeuse que les carrés d’herbes ceignant la rivière dont elle venait de s’éloigner.
L’obscurité était plus marquée sous les cimes des arbres qui masquaient les dernières clartés du ciel. Heureusement, Karvaan pouvait compter sur ses sens développés et n’était pas affectée par le changement de luminosité. Elle reprit sa marche, avançant plus rapidement et moins prudemment à présent qu’elle s’éloignait un peu plus du danger à chaque pas.


Elle bondit au-dessus d’une grosse branche échouée et atterrit sans aucun bruit de l’autre côté, ses coussinets étouffant les sons qu’elle aurait pu émettre. Le fumet d’un animal effleura son bruit délicat. La chatte entrouvrit la bouche pour mieux appréhender cette odeur.

*Une musaraigne*, déclara brusquement Jana d’un ton enjouée.

Karvaan sursauta. Elle était si concentrée qu’elle avait presque oublié la présence de ses sœurs. Elle claqua la langue, agacée. Heureusement son mouvement de surprise n’avait pas alerté la proie. Elle ne la voyait pas mais ne l’entendait pas non plus, signe qu’elle devait être immobile et ne s’enfuyait donc pas.

*Je sais*, feula-t-elle. *Je l’ai senti bien avant toi.*

*Désolée.*

L’animal roula les yeux, un brin amusée malgré tout. Sa sœur ne disposait jamais d’un flair si développée que lorsqu’elle communiait avec elle ou Eiwya, et elle aimait bien s’entraîner à reconnaitre les différentes odeurs, notamment celles de leurs proies. Parfois elle se montrait seulement un peu trop enthousiaste.

*Ce n’est rien.*

Roulant les épaules, elle avança silencieusement et extrêmement lentement en direction de l’odeur qui titillait toujours son ventre affamé. Elle n’eut pas à suivre la piste trop longtemps, et repéra bientôt son dîner, qui grignotait une baie au pied d’un arbre. Elle se ramassa sur elle-même, prenant soin de se placer contre le vent pour ne pas transmettre sa propre odeur, et immobilisa sa queue. Tendue jusqu’au bout des muscles, elle resta immobile une seconde, puis se relâcha d’un seul coup en jaillissant de sa position. La martèlement de ses pattes alerta la souris, mais elle n’eut pas le temps de faire trois pas que la mâchoire du chat se referma autour de son cou, le brisant d’un coup sec. Karvaan sourit en sentant le frisson de dégoût qui effleura Jana dès qu’elle commença à croquer les os de son innocente victime. Elle dévora sa proie en quelques bouchées puis se lécha les babines, ne résistant pas à l’envie de railler un peu sa sœur.

*Tu ne t’y fais toujours pas, n’est-ce pas ?*

*Tais-toi. Je préfère manger ma bouffe chaude. Et sans os si possible. Question de préférence vois-tu…*

Karvaan renifla et entreprit de faire sa toilette à grands coups de langue. Ceci fait, elle s’enfonça encore plus avant sous les arbres, en quête d’un autre encas. Elle attrapa une autre souris un peu plus loin, puis plus rien pendant un moment, ce qui la poussa à continuer encore. Elle sentit Eiwya s’agiter dans le Monde des Esprits.

*Qu’y a-t-il ?* s’enquit Jana avant qu’elle n’ait le temps de demander.

*On devrait faire demi-tour. Tu as assez mangé, Karvaan, tu ne crois pas ? Il va faire nuit, on risque plus que de se perdre, ce n’est pas un endroit sûr.*

La petite chatte haussa une épaule en battant de la queue. Le ton de la louve n’était pas offensant, mais elle le prit mal. Elle avait certes cessé de se taire et d’éviter ses sœurs, mais elle ne leur avait pas encore pardonné pour ce qu’elles s’étaient infligées à la chapelle face à l’aristocrate. Le monde entier était leur ennemi, elles avaient toujours dû se débrouiller entre elles, résolument seules face aux dangers rencontrés sur leur route. Elles survivaient parce qu’elles se serraient les coudes, et si elles entraient souvent en conflit, comme dans toute relation fraternelle normale, c’était allé beaucoup trop loin cette fois-ci. Que leur resterait-il si elles ne pouvaient plus compter les unes sur les autres ? D’autant plus qu’elles allaient devoir se montrer encore plus prudente depuis leur fuite du Leonticon ce matin. En effet, craignant une visite prématurée de Sarah Spencer, Jana l’avait convaincu de prendre le contrôle et de s’enfuir par la fenêtre. Or, la jeune femme ne semblait pas du genre à abandonner, et même si Londres était grande et recelait de cachettes diverses, il fallait être vigilant. Et elles seraient bien moins efficaces si elles se montaient les unes contre les autres.
Elle était donc toujours un peu remontée, et comptait bien le leur faire savoir jusqu’à ce qu’elle digère l’épisode.


*J’ai encore faim. C’est la saison verte, celle où les proies sont meilleures. Et puis je sais ce que je fais, moi.*

Sans attendre de réponse, elle s’engouffra plus loin encore, évitant les brindilles et privilégiant les tapis de douce mousse qui poussait un peu partout. Elles ne répliquèrent rien, acceptant son argument et sa pique non dissimulée. Karvaan se rendit compte qu’elle aurait aimé qu’elles répondent, ne serait-ce que pour crever l’abcès. Elle passa donc sa frustration dans la chasse, se concentrant à chaque pas qu’elle faisait.
Bientôt, elle repéra l’odeur caractéristique d’un lapin. La trace n’était pas fraîche mais loin d’être vieille, il devait être passé un peu plus tôt. La nuit tombait, avec un peu de chance il avait regagné son terrier. Elle se lécha les babines ; le premier lapin de l’année. Peut-être même qu’il avait des lapereaux. Elle décida de suivre la piste.

Elle venait de s’engager sur le côté d’un sentier de terre quand elle sentit une odeur inconnue. Elle fronça son petit nez. Cette odeur lui rappelait…


*Stop !* s’écria Eiwya.

…celle d’un loup ! Karvaan, qui s’apprêtait à poser sa patte, immobilisa son geste, avant de la poser malgré tout très doucement. Le rythme de son cœur s’accéléra. Depuis quand des loups trainaient-ils ici ? Lors de leurs soirées ici, elles avaient toujours été seules, jamais Eiwya ou elle n’avaient senti de loup !
Karvaan se força à inspirer l’air pour examiner la trace qui y planait. Elle était fraîche, bien trop, il n’était pas loin. Elle sentit un feulement monter dans sa gorge et le retint. Dans sa tête, ses sœurs étaient aussi tendues qu’elle.


*Tu veux que je prenne la place ?* demanda Eiwya d’une voix grondante et rauque.

Malgré l’urgence de la situation, la petite chatte constata que la louve devait avoir retenu la leçon de la chapelle, pour un temps du moins. Elle proposait, n’ordonnait pas et n’essayait pas de forcer pour prendre les rênes. Elle secoua la tête.

*Pas tout de suite. Tu as une patte en vrac, je te rappelle. Economise tes forces, tu en auras besoin s’il nous attaque…je te cèderai la place dès que le danger nous y forcera.*

*Même avec une patte en moins je suis plus que capable de nous défendre et de me battre !* protesta la grande louve au pelage tricolore.

*Elle ne remet pas tes capacités en doute*, soupira Jana, fatiguée par sa susceptibilité, *mais il vaut mieux mettre toutes les chances de notre côté tu ne crois pas ?*

Après un instant d’hésitation, la louve se rendit à leur jugement, demeurant toutefois aux aguets et prête à bondir. Prudemment, Karvaan entreprit de faire demi-tour, se rendant compte un peu trop tard qu’elle s’était tant égarée dans les sous-bois du parc qu’elle ne savait plus où aller. Qui plus est, l’odeur âcre du loup empestait dans ses narines, elle n’arrivait pas à retrouver sa propre trace, pas plus qu’elle ne pouvait déterminer dans quelle direction il était. Elles devraient y aller au hasard.
Karvaan secoua la tête en poussant un petit soupir. Ce n’était pas comme ça qu’elle imaginait la fin de sa partie de chasse ! Prudente, elle s’engagea au hasard entre les branchages, espérant ne pas croiser le prédateur mais gagner une sortie.


"Clever Devil Devil
How quickly they do sell their souls, for the feast and the promise of gold? But Devil, that won't be me !"


Devil Devil , MILCK
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Foster
Citoyen de l'Ombre
Adrian Foster
Nombre de messages : 130
Date d'inscription : 21/11/2016
Race : Homonculus
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Courtiser, plaisanter, pas de boulot fixe.
Age : 25 ans
Age (apparence) : 15 ans (c'est jeune)
Proie(s) : Les Alchimistes...mais je ne veux pas les tuer s'ils sont pacifiques...Mis à part Declan...
Crédit Avatar : Hunter, par LAS-T sur deviantart.
Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Empty
MessageSujet: Re: Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Icon_minitimeMer 21 Avr - 12:45

HRP: Revenant de : L'appât de l'Innocence [Azami, Adrian] [05,06,42]

Dans le Regent's park, Adrian se promenait. C'était rare. Vraiment, vraiment rare. Il n'avait pas pour habitude de se balader dans ce coin de Londres. Trop proche de la prison, trop proche de la colère des hommes. Mais de mémoire, de mémoire, il aimait ce coin de la ville. Il s'en rappelait bien, oui, au moment où, plus jeune, il se baladait doucement, regardant le monde, ne le connaissant pas. Avait-il douze ans à cette époque ? Sûrement, dans ces eaux-là, il ne s'en rappelle plus trop. Le temps passe doucement, s'effilant dans les airs comme un nuage, s'effilant, s'effilant. Et le jeune homme aimait, oui, il aimait cet instant d'innocence qui l'accompagnait, qui lui rappelais les vieilles histoires. Les anciens mots jetés aux visages, pouvant être froid pour un insolent petit orphelin ne lui était plus un véritable problème. Il s'en moquait, oui. Il s'en moquait, car maintenant, le monde avait changé pour lui. Et pour les autres, sûrement.

L'orphelinat n'était pas proche. Mais toujours, dans ce coin-là, il ne savait pourquoi, mais il avait peur. Peur de croisé un ancien camarade, vieillissant, dans leurs belles vingtaines d'années, tandis que lui, a jamais coincé dans son corps d'éternels adolescents, ne pouvait pas vieillir. Un prix pour l'innocence, semble-t-il. C'est dommage. Ça blesse. Ça déchire au niveau du cœur. Et bien plus encore au bas du dos, là ou l'homonculus fut a jamais gravé. Ça blesse. Détruis. Bien plus encore que l'oubli qui s'installe petit à petit dans la tête.

Cet endroit. Il est beau, pas majestueux, pas spécialement majestueux, juste beau. Il n'as pas la folie des grandeurs semblable au zoo. Ni l'élégante beauté du parc floral. Il est juste beau. D'une beauté un peu triste, comme si c'était juste... Beau. Neuf. Naturel. Rien ne l'est dans cette ville de Londres. Mais on pourrait y croire. Il est beau.

Il n'y a pas beaucoup de monde ici. En cette soirée. L'heure du thé, si caractéristique des Anglais d'une classe plus élevé que notre cher Homonculus, était déjà passé. Lui se baladait, réfléchissant doucement à ce qu'il devait faire. Ce soir, il ne travaillait pas. Il avait pris congé, prétextant se sentir nauséeux. Remerciant le patron du Dark crow de le laisser partir, il reviendrait le lendemain comme une fleur, comme si tout allait bien. Mais après tout, ce n'est pas faux. Il se sentait vraiment à la limite du nauséeux. Dans sa tête, se cachaient encore les effluves d'une dame. Une dame qu'il ne connaissait pas vraiment. À vrai dire, il ne savait rien d'elle, autre qu'elle était fortunée... Et particulièrement séduisante. Son nom aussi, même s'il ne pouvait être sûr que ce soit un vrai nom. Azami.

Manipulée par son innocence, malédiction de la jeunesse, il ne s'en voulait pas vraiment, pourtant. Pas pour ça. Il s'en voulait d'avoir joué avec elle comme on joue avec un lapin. Le problème avait été qu'Adrian, chasseur amateur, était devenu la proie. Encore une fois, ce fut la malédiction qui le sauva. Le jeu est cela après tout. Mais le voilà, seul, dans un parc. Des bruits semblaient sortir des fourrés. Mais rien de bien important, si? Peut-être un chien errant.

En effet, cela semblait être un chien errant. Mais auquel cas, un gros chien errant, qu'Adrian remarqua, non loin de lui. Adrian, enfantin et n'ayant pas assez de connaissance sur les chiens, ne pensa pas au sens olfactif puissant. Le gros chien ne semblait pas l'avoir vu. Donc lui... Et bien, il le regarderait. C'est bien, les chiens. C'est loyal. Mais dis moi, mon doux innocent, connais tu la différence entre un chien et un loup ? Les deux ont cette loyauté, certes, mais l'un pour la meute, l'autre pour le maître. Adrian, doux Adrian, t'est tu perdu une fois de plus ?


Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
Sidka
Membre de l'Ombre
Sidka
Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Empty
MessageSujet: Re: Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Icon_minitimeMar 29 Mar - 23:30



Un loup en promenade

Jana, Adrian et Sidka

"- Voudriez-vous me dire, s'il vous plaît, par où je dois m'en aller d'ici ?
- Cela dépend beaucoup de l'endroit où tu veux aller.
- Peu m'importe l'endroit...
- En ce cas, peu importe la route que tu prendras."


Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll


Rerent's park, 12/06/42

Cela faisait une petite demi-heure que Koulaï chassait le lapin. Le loup en avait déjà attrapé deux. Il les avait dévorés comme un glouton, sans se soucier des piaillement que poussait Cocoa dans le Monde des Esprits. Le colibri jouait toujours l'oiseau outré à chaque scène de chasse de son comparse et c'était presque devenu un rituel entre eux.
Non loin du minuscule oiseau-mouche, Sidka taillait un bout de bois dans une branche morte tombée de "son arbre". C'était la première fois qu'il se lançait dans ce genre d'activité dans le royaume des Lycans.
D'habitude, il se contentait d'attendre, perché au sommet de son promontoire rocheux, en observant le désert qui s'étendait à l'infini devant lui. Il méditait, ruminait les événements qui chamboulaient sa vie depuis tant d'années, réfléchissait à sa situation actuelle, pensait à son frère Cheveyo, à Swan et ses soucis avec le Cavalier, aux Chimères comme Evelin et Emrys...Il avait tant de questions à se poser ! Et si peu de réponses...


* Tu fais quoi ?* demanda Cocoa en se perchant sur son épaule pour se pencher sur la sculpture de bois encore très grossière.

Sorti de ses nouvelles pensées obscures, Sidka sourit : pour une fois, il allait s'adonner à son passe-temps favori et oublier tout ça. L'air frais du soir commençait à remplacer la chaleur de la journée et les sensations que Koulaï ressentait en chassant lui faisait un bien fou. Inutile de gâcher ce moment: le colibri avait bien fait de venir le questionner.


* Un renard...* répondit l'Iroquois au petit colibri.

* Ah ! Comme Emrys ! C'est un cadeau pour lui ? *

Sidka rit un peu. Cocoa était si enfantin parfois ! Il était aussi naïf que généreux, bavard, agité et aussi curieux qu'un gamin de 5 ans. C'était parfois très fatiguant ou irritant, mais c'était surtout souvent amusant.

* Tu devrais faire un loup, c'est tout de même plus noble qu'un renard...*

Sidka ne releva pas la remarque de Koulaï. Il se contenta d'un petit soupir d'habitude et lui rappela que s'il voulait attraper un troisième lapin il ferait mieux de se concentrer un peu.
La nuit était presque complètement tombée. Le parc s'était vidé et le soleil avait disparu. Seules quelques lueurs crépusculaires permettaient encore aux gardiens de vérifier les lieux avant d'en fermer les grilles. Grilles dont le Lycan et ses deux entités ne se préoccupaient aucunement.

Le trio était ainsi bienheureux de se détendre un peu. Tout se passait à merveille, lorsque Koulaï s'immobilisa soudain, le coeur battant.


* Il y a quelqu'un là...On m'a repéré.* fit le loup en se couchant un peu pour espérer disparaître en douceur aux yeux du visiteur tardif qui l'observait de loin. *Je ne l'ai pas senti ! Comment c'est possible ça ?!*

Sidka avait lâché son petit bout de bois et s'était levé. Cocoa avait quitté son épaule et zigzaguait maintenant dans les branches de l'arbre. Koulaï détaillait de son regard perçant l'homme qui l'avait repéré. Ce n'était pas un homme mais plutôt un adolescent d'une quinzaine d'années, de taille moyenne, les cheveux en bataille, le nez fin, la peau légèrement mate. Il était élancé, mal vêtu, l'air un peu hagard. C'était-il perdu ? Avait-il raté la fermeture du parc ?

* Le pauvre, il faut le raccompagner chez lui...C'est dangereux dans les environs le soir...* gémit le colibri en prenant immédiatement le parti de l'aider.

Sidka et Koulaï, eux, ne songeaient pas du tout à l'aider pour quoi que ce soit pour la simple et bonne raison que c'était la première fois qu'un gamin repérait le loup avant lui-même. Jamais Koulaï ne s'était ainsi fait voir. Cette fois, son odorat, pourtant fort développé, n'avait pas du tout senti la présence de cet intrus. Comment expliquer une telle chose ?


* Recule dans le buisson...* conseilla l'Iroquois à son entité lupine.

Koulaï avait déjà amorcé le mouvement avant même que Sidka ne le lui suggère et, bientôt, il disparut complètement dans l'ombre d'un noisetier au feuillage particulièrement dense.


* Je ne l'ai pas senti...Tout ce que j'ai senti c'est des lapins, un écureuil, un chat...Il y a le gardien qui s'en va, quelques souris, un hibou...Mais, lui, je ne l'ai pas senti...* grommela le loup très perturbé.

* Tu n'aurais pas senti une mauvaise plante ? * réfléchit le colibri.

* Peut-être...*

* Partons. Maintenant.* insista Sidka.

Pour sortir du parc, la grille la plus proche était de l'autre côté du chemin. Pour y parvenir, il fallait forcément traverse le-dit chemin, devant l'adolescent qui, sans doute, les cherchait. Koulaï prit le parti de s'enfuir en courant le plus vite possible. Il ne laissa pas le temps à ses compagnons de disserter du pour ou du contre : il sortit de sous le noisetier, se jeta sur le chemin et, sans s'arrêter pour regarder le gamin, il passa de l'autre côté du chemin. Mais, à peine eut-il franchi la limite entre le sable du chemin et l'herbe du bas-côté, qu'il heurta de plein fouet une boule de poils qui se trouvait là. Dans la précipitation, le loup noir sortit les crocs pour se défendre d'un ennemi potentiel et se campa sur ses quatre pattes, griffes dehors, prêt à déchiqueter l'animal qu'il venait de bousculer.
C'était un chat. Ou plutôt une chatte. Son pelage était d'un noir si profond qu'il ne l'avait pas repérée avant. Seuls ses grands yeux d'ambre brillaient dans l'obscurité.


* Attends ! * rugit Sidka depuis le Monde des Esprits.

* Je sais ! * haleta le loup.

Cette chatte n'était pas n'importe quelle chatte : c'était une entité lycane.


- Qu'est-ce que tu fiches là toi ? gronda Koulaï en s'adressant à la chatte noire. T'es avec l'humain bizarre là-bas ? Il montra davantage ses crocs. Qu'est-ce que vous voulez ?

Sidka et Cocoa étaient prêts à prendre le relais à tout instant si la situation dégénérait et que Koulaï avait besoin de leurs capacités physiques. Au fond de lui, Sidka sentit monter une espèce de joie qu'il avait déjà ressentie en présence de Sahale et Eveline : celle de ne pas être le seul Lycan de la région. Mais la prudence ne devait pas s'effacer devant cette joie. L'heure, le lieu et ce duo étrange n'étaient pas pour le rassurer...

Made by Neon Demon


Dernière édition par Sidka le Dim 24 Mar - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jana Taylor
Membre de l'Ombre
Jana Taylor
Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 08/05/2020
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Voleuse / Escalade / Informatrice / Messagère / "Espionne" // Violon, Danse, Chant
Age : 19 ans
Age (apparence) : 19 ans
Entité n°2 : Karvaan, chatte noire aux yeux jaunes
Crédit Avatar : xaiisu, Deviantart
Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Empty
MessageSujet: Re: Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Icon_minitimeSam 6 Aoû - 17:57

Sentir la présence d’un loup avait affolé Karvaan, Jana et Eiwya. La petite chatte s’était mise à courir avec l’énergie du désespoir. Les sens embrouillés, elle ne savait même pas si elle allait dans la bonne direction, mais tôt ou tard elle tomberait forcément sur une grille qu’elle n’aurait aucun mal à escalader pour passer de l’autre côté, traverser la route en évitant les fiacres et s’enfuir dans les méandres de la ville, où elle serait en sécurité. Affronter le loup était la dernière chose qu’elle voulait, car cela signifiait céder la place à Eiwya ou Jana, et les deux étaient blessées, pas de taille à affronter un ennemi en pleine possession de ses moyens.

Elle venait de bondir par-dessus un vieux tronc d’arbre quand quelque chose la heurta de plein fouet. Le souffle coupé, elle fut éjectée un peu plus loin, trop sonnée pour retomber sur ses pattes. Elle fit une ou deux roulades et secoua la tête en se redressant lentement. Humant l’air, elle n’eut pas besoin de se tourner vers son opposant pour savoir qu’il s’agissait du loup qu’elle avait senti. Le dos courbé, le poil hérissé et les griffes sorties, elle se campa férocement sur ses pattes et lui fit face. Dans la pénombre, elle ne pouvait distinguer son poil avec certitude, mais il semblait sombre. Elle grogna et cracha, la posture tout aussi hostile que le loup. Un loup avec une odeur plus particulière que tous les Stupides (Eiwya appelait ainsi les loups qui n’étaient pas comme elles, les simples animaux des landes et des forêts aux alentours de la grande ville) qu’elles avaient déjà rencontrées.

Les griffes plantées dans la terre, elle ne réagit pas quand elle sentit sa sœur s’agiter dans le monde des Esprits pour se connecter pleinement à elle. Il y eut un instant de silence durant lequel elle ne quitta pas son opposant du regard, puis Eiwya annonça le résultat de son observation :


*C’est pas un Stupide. Il est comme nous !*

Les trois sœurs partagèrent la même surprise. Au fil des années, elles se disaient bien qu’il devait y en avoir d’autres comme elles, mais elles avaient fini, à force, par se dire qu’ils étaient bien trop rares pour qu’elles espèrent en rencontrer, qui plus est dans l’énorme ville où elles se trouvaient. Et maintenant il y en avait un juste, devant elles !

Mais il se montrait hostile, babines retroussées, crocs bien visibles. Karvaan était partagée entre laisser la place à Eiwya en exposant une faiblesse de chair dont l’autre pourrait profiter, et garder le contrôle pour bluffer au besoin, puisqu’elle était la seule à ne pas être blessée.

Le loup parla. Les trois sœurs n’étant toujours pas remise de leur découverte, partagèrent le même sursaut, comme si l’entendre parler ancrait la réalité et la vérité qu’un lycan se trouvait juste devant eux.

Mais très vite, Karvaan ignora la surprise et la méfiance d’Eiwya, ainsi que l’enthousiasme et la curiosité de Jana. Elles souffraient tant de solitude que l’occasion de rencontrer quelqu’un vraiment comme eux était une aubaine…et malgré cela, le manque de sympathie de l’inconnu les inquiétait réellement.

Karvaan se replia sur elle-même en grondant, puis répondit sur le même ton :

Quoi, aux dernières nouvelles c’est TON parc ? Ce n’est pas ton territoire, il n’est pas marqué par ton odeur, loup. Je vais où bon me semble. J’ignore tout de l’humain dont tu parles. Et je te rappelle qu’aux dernières nouvelles, c’est toi qui m’a foncé dedans, pas l’inverse. Nous voulons que tu nous fiches la paix, si tu veux à tout prix une réponse à ta question.

*Sois moins agressive*, ordonna Jana dans sa tête. *C’est le premier comme nous, je veux parler avec lui.*

*Il est hostile*, répliqua la petite chatte. *Tu veux vraiment devenir copine avec un lycan psychopathe ?*

*Pas un lycan psychopathe*, intervint Eiwya. *Mais Jana a raison. Pendant toutes ces années à errer, nous n’avons jamais rencontré quelqu’un comme nous. Et tu voudrais le laisser filer, sans lui poser de question, sans lui parler, alors qu’il a peut-être beaucoup à nous apprendre ?*

La chatte soupira, toujours en alerte, mais reconnut qu’Eiwya avait raison. Ce qui ne l’empêchait pas de se méfier profondément de l’intrus.

Et toi alors ? s’enquit-elle en reculant de quelques pas. Qu’est ce que toi tu fais là ?

En attendant une réponse, elle se ramassa sur elle-même, prête à bondir soit sur son ennemi soit pour prendre la fuite. Ses sœurs, tout comme elle, avaient beau être intéressées par le puits de savoir qui se trouvait peut-être juste devant elles, mais la sécurité avant tout était un adage que des années de pratiques malencontreuses leur avaient enseignées.


"Clever Devil Devil
How quickly they do sell their souls, for the feast and the promise of gold? But Devil, that won't be me !"


Devil Devil , MILCK
Revenir en haut Aller en bas
Adrian Foster
Citoyen de l'Ombre
Adrian Foster
Nombre de messages : 130
Date d'inscription : 21/11/2016
Race : Homonculus
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Courtiser, plaisanter, pas de boulot fixe.
Age : 25 ans
Age (apparence) : 15 ans (c'est jeune)
Proie(s) : Les Alchimistes...mais je ne veux pas les tuer s'ils sont pacifiques...Mis à part Declan...
Crédit Avatar : Hunter, par LAS-T sur deviantart.
Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Empty
MessageSujet: Re: Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Icon_minitimeMer 21 Fév - 22:53

Le chien s'était couché. Était il fatigué? Pauvre petit chien, perdu dans le présent, perdu dans le monde. Il avait décidé de se coucher. Ce chien était peut être comme lui? Perdu dans un monde qu'il ne comprenait pas entièrement, il semblait avoir disparu, avoir besoin d'une attache. Après tout, certains oiseaux ne trouvèrent jamais de branche pour se poser. Peut être était-ce de même pour ce chien? Peut être était-ce de même pour cette pauvre créature, symbole de loyauté et d'amour? Il voulut d'abord se rapprocher, rempli d'une forme d'inquiétude. Mais le chien... Partit. Il existe des créatures qui perdent l'amour, Adrian, certains s'oublient dans la douleur et en perdent les ressentis, en perdent leurs cœurs, envolés comme un ange dont les ailes ont été arrachés. Est ce si grave, est ce si triste? Non. Le monde change. Il change aussi. Adrian avait changé. Et si le chien devait vivre sa vie, vivre son monde, sortir de ce parc... Et bien, peut être vivrait il un jour ou deux... En tout cas, ce chien s'était mis à courir, devant lui... Avant de se tomber contre une affaire plus particulière que les yeux d'un enfant... Ou d'un prétendu enfant dans tout les cas.

Pour ce chien, le plus grand des adversaires ne seraient ils pas un chat? Vivre comme chien et chat... Ou alors, comme on le dit dans notre bien belle et triste ville de Londres "Raining like cats and dogs?" Mais en tout cas... Les deux semblaient s'énerver l'un contre l'autre. Cela rendait un peu triste le pauvre ingénu, perdu dans ses pensées. Mais il savait que les chiens mordaient. Il savait que les chats griffais. Donc... D'un pas doux, il avançait. Pas rapidement vers eux, juste un peu... Pour s'interposer si les deux décidèrent de se quereller. Lui pouvait endurer surement un croc ou une griffe grâce au cadeau de Declan dans son dos. Mais pouvait il voir un animal souffrir? Oh, peut-on se moquer de la cruauté de l'humain, celui de croire que l'animal est pur et innocent quand le plus présent de ses villes est une créature sauvage. Pauvre Adrian. Pauvre chien. Pauvre chat. Mais est ce la tristesse, est ce la réalité? Ou les choses avaient changés doucement...?

Quelque chose de poétique existait dans cette soirée. La lune grande au dessus d'eux, offrant une lame de lumière pâle sur leurs existences, semblaient leurs montrer une réalité qui n'était pas celle de l'Innocence. Mais le monde aujourd'hui, semblait être d'une tristesse. La guerre des animaux semblaient déclarer dans la vision du jeune homme. Il regardait ses créatures, et d'un pas doux, très doux, s'approcha encore.

Qu'est ce que cela faisait peur! Cela était terrifiant de s'approcher de créature bien plus grande, bien plus terrifiante... Un chien mord, un chat griffe. Un chien joue, un chat se prélasse. Qu'est ce qu'on lui avais pris à l'orphelinat? "On peut souvent voir un chat sans sourire mais jamais un sourire sans chat?" Cela n'était toujours pas très compréhensible. Mais bon. Il faut faire son travail pour empêcher les combats.

Bonjour les gars...

Parler à un animal, c'est comme parler à un miroir. Ils ne te comprendront pas, mais parfois, on dirait presque que si. C'est beau... Les animaux détiennent dans leurs cœurs cette pureté, une prudence naturelle...

Vous battez pas, hein? Qu'est ce que vous êtes beaux...

Un sourire doux. La béatitude de voir ces animaux. N'étaient ils pas trop propres pour être de la rue? Ils semblaient ne pas avoir la poussières et la douleurs, les blessures qui font qu'on nait de la rue et qu'on y reste aussi longtemps que nécessaire... Ils sont beaux, si beaux. Les animaux et leurs puretés.

Vous devriez rentrer chez vous, les gars... Il fait froid ici, même en été!

Il ne savait pas, pauvre idiot, qu'il passait pour un fou ou un imbécile pour parler comme ça a des créatures aussi impressionnante. Mais mon cher Adrian, tu sais que tu ne connais rien du monde...


Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
Sidka
Membre de l'Ombre
Sidka
Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 29/01/2013
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrier
Emploi/loisirs : Tanneur
Age : 29 ans
Entité n°2 : Colibri mâle du nom de Cocoa.
Crédit Avatar : Jimmy Neon by DocWendigo sur Deviantart.
Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Empty
MessageSujet: Re: Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Icon_minitimeDim 24 Mar - 11:28



Un loup en promenade

Jana, Adrian et Sidka

"La nuit les ombres dansent,
Innocence ou démence ?"



C'était impressionnant comme, en plein coeur de la nuit, des créatures aussi variées pouvaient ainsi se rencontrer au milieu d'un parc dont l'accès était interdit. C'était à croire à un coup du destin ! Ou à l'inutilité évidente des grilles et des lois de ce monde.

* C'est un Humain, lui ? *

Le petit colibri s'interrogeait avec justesse. Si la chatte noire était bien une Lycante, l'adolescent, lui, avait tout d'un Humain à ceci près que son comportement n'avait, pour l'heure, aucune logique. Quel gamin de son âge s'approcherait ainsi d'un chat et d'un loup sans en avoir peur ? Quel gamin sain d'esprit oserait venir ainsi à leur contact pour leur parler ?

* Il n'a pas l'air perdu. Prudence...* fit Sidka à ses deux entités.

* Il est juste curieux ! * frétilla Cocoa dont la perspective de se faire un nouvel ami rendait plus joyeux que méfiant.

Sidka jeta un regard légèrement agacé au petit colibri qui virevoltait autour de lui dans le Monde des Esprits.

* Il n'est pas normal, Cocoa. Personne ne viendrait parler comme ça à un chat et à un loup au beau milieu d'un parc...*

* C'est pas un Lycan...* grogna Koulaï à leur intention. * C'est pas un Humain non plus : il n'a pas d'odeur.*

Sidka réfléchit rapidement. Si ce n'était ni un Lycan, ni un Humain, c'était peut-être un Vampire...En tous cas, ce n'était pas un Loup-Garou, ils l'auraient senti.

* Qu'est-ce que je fais ? Je me sauve ? * demanda le loup quelque peu en rogne d'avoir été ainsi surpris par deux fois. Non seulement il avait été vu par ce gamin avant même qu'il ne le remarque lui-même, mais en plus il avait percuté la chatte sans l'avoir repérée elle non plus. C'était humiliant !

* Calme-toi mon frère, il n'ont pas l'air hostiles.*

L'Iroquois était curieux, mais il savait qu'il devait également être prudent. Déjà, il ne fallait pas que Koulaï réponde. Il allait devoir jouer l'animal.

* Super...* ragea le loup.

A l'approche de l'adolescent, Koulaï était resté campé sur ses quatre pattes, dans une position de défense. Il montrait les dents, comme un chien aux abois. Il finit par reculer légèrement et par s'adoucir visiblement. Peu à peu, il tâcha d'adopter l'attitude d'un chien amical, la queue agitée, le regard curieux. Il cessa de montrer les dents et avança sa truffe comme pour sentir le nouveau venu.

* Doucement...On ne sait jamais.*

* Je sais.*

Le petit coeur de Cocoa battait la chamade. Il était excité comme une puce, impatient de voir ce que l'adolescent allait faire, mais il était également très inquiet. Coincés dans le Monde des Esprits, Sidka et lui ne pouvaient que conseiller l'entité lupine quant à sa démarche : ils ne pouvaient pas intervenir. De toute façon, Sidka avait bien signifié que cet étrange gamin ne devait pas assister à leur échange : Koulaï allait rester dans le Monde Tangible sans passer le relais aux deux autres.

* Merde, ça aurait été plus facile avec moi !* S'exclama Sidka.

* Mouais...* répondit le loup.

Sous la forme humaine, Sidka aurait pu engager la conversation avec le petit, mais là Koulaï n'allait certainement pas parler.

Discrètement, le loup jeta un coup d'oeil à la chatte non loin de lui. Et elle, allait-elle briser leur secret et répondre au gamin ? Elle risquait de dévoiler leur nature.


* Il nous dit de rentrer chez nous, c'est l'occasion ! *

En effet, l'adolescent venait de leur intimer de rentrer chez eux parce qu'il faisait "froid". Apparemment, il avait simplement craint que les deux animaux ne se battent.

* Vous voyez, il est sympa !* sifflota Cocoa

Sympa ou complètement à côté de la plaque ? C'était vraiment étrange comme comportement.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Jana Taylor
Membre de l'Ombre
Jana Taylor
Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 08/05/2020
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Voleuse / Escalade / Informatrice / Messagère / "Espionne" // Violon, Danse, Chant
Age : 19 ans
Age (apparence) : 19 ans
Entité n°2 : Karvaan, chatte noire aux yeux jaunes
Crédit Avatar : xaiisu, Deviantart
Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Empty
MessageSujet: Re: Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Icon_minitimeMar 9 Avr - 1:13

Alors que la petite chatte attendait anxieusement la réponse du lycanthrope face à elle, ramassée sur elle-même dans l’éventualité d’un combat ou d’une fuite, des bruits feutrés lui parvinrent. Elle se tendit davantage, si c’était possible, et osa un œil prudent sur le côté. Elle ne voulait pas quitter le loup des yeux au cas où il l’attaquerait, mais elle voulait savoir ce qui se passait. Ce qui avait tout l’air d’un humain venait de les rejoindre, et leur parlait d’une voix douce. Avait-il conscience qu’il faisait face à un loup ? Un chat, niveau danger, passait encore, mais un putain de loup ? Et le parc n’était-il pas censé être fermé, au juste ?

*Euh…il fait quoi là lui ?* demanda Karvaan, perdue.

Elle avait failli parler à voix haute avant de s’interrompre pour ne pas ébruiter le secret de leur nature.


*Sens-le*, la conseilla Eiwya. *Y a un truc pas net mais on n’est pas connectées pleinement, je peux pas mettre la patte dessus.*

Karvaan eut une pensée sympathique pour sa sœur, qui ne s’imposait pas en se connectant totalement mais lui demandait simplement, et s’exécuta. Ce qu’elle sentit – ou plutôt ce qu’elle ne sentit pas – lui fit hérisser le poil.

*Il n’a pas d’odeur !* clama-t-elle.

*Ce n’est pas un humain*, observa Jana calmement. *Quelle est la probabilité pour qu’on rencontre deux créatures surnaturelles en même temps ?*

*Tu penses à un piège ?* fit Eiwya, pragmatique.

*Je n’en sais rien. Le loup n’a pas l’air de son côté.*

Et de fait, le lycan en face d’elles choisit prudemment de jouer l’animal idiot. Les sœurs l’observèrent renifler l’inconnu comme tout chien banal le ferait.

*Imite-le*, ordonna Jana.

La petite chatte d’un noir de jais revint à une position normale, détendant ses muscles lourds de tension, et émit un miaulement timide. Toutefois, elle ne s’aventura pas plus près. Il ne fallait pas tenter le diable. Elle repéra du coin de l’œil un arbre, auquel elle pourrait grimper si les choses dégénéraient.



"Clever Devil Devil
How quickly they do sell their souls, for the feast and the promise of gold? But Devil, that won't be me !"


Devil Devil , MILCK
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Empty
MessageSujet: Re: Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Un loup en promenade [Jana, Adrian, Sidka] [12/06/42]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Promenade nocturne... (PV Rosalia)» Une promenade éternelle ( PV : Sladd Nordj )» Adrian Foster - L'Innocence» L'appât de l'Innocence [Azami, Adrian] [05/06/42]» Les délires d'un loup et d'un vampire
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Regent's park et Marylebone :: Regent's park-