L'Ombre de Londres
Bienvenue à Londres!

La capitale entre dans le chaos: les Vampires complotent, les Hunters s'allient et s'organisent, les Alchimistes se réveillent doucement, les Lycanthropes s'assoupissent et les Loups-Garous recommencent à errer.

Citoyen de l'Ombre, te voilà revenu dans nos sombres ruelles...


Forum RPG - Londres au XIXème siècle. Incarnez Vampires, Loups-Garous, Lycanthropes, Homonculus, Chimères, Alchimistes, Hunter...et choisissez votre camp dans une ville où les apparences n'ont jamais été aussi trompeuses....
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Une nouvelle vie (deuxième partie) [PV Charlotte Pitt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Une nouvelle vie (deuxième partie) [PV Charlotte Pitt] Lun 2 Juil - 16:52

[Suite de Une nouvelle vie (PV Daniel Blake)]

Londres de nuit avait cette apparence naturellement chaotique réservé en grande majorité aux grandes villes de ce monde, au milieu de ce XIXème siècle. Les hautes maisons ou les taudis suivant les différents quartiers se dressaient au milieu des rues sombres et des coupes-jarrets, en faisant des repères de choix pour des criminelles fort peu aimables et recommandables. De longues fumerolles s'échappaient des cheminées et formaient un imposant masque dans le ciel de la cité, comme si la ville entière malgré la nuit épaisse qui était tombée sur elle, continuait de fonctionner et de cracher ses fumées comme une vieille usine aux fourneaux encrassés.
Mais l'orage n'avait en rien arrangé cette allure, secouant les arbres avec violence sous un vent de tempête, martelant les maisons et les pavés d'une pluie abondante et cinglante, par moment illuminée par des éclairs brefs qui tonnait comme la fin du monde. Et au milieu de ce déluge, courrait deux silhouettes assez atypique. Daniel Blake, malgré son imposant et long manteau qui était censé le protéger de la pluie, était trempé comme une soupe. Resserrant son col d'une main pour se protéger de la pluie, son autre bras tiré par Charlotte Pitt, sa toute nouvelle servante, le jeune homme avait du mal à courrir sans manquer de glisser sur une flaque d'eau tous les trois mètres. Mais plus ils mettaient de distance entre eux et la maison des Blake, plus il sentait une certaine euphorie étrange l'envahir.
Comme quand il était enfant et qu'il séchait un cours avec son instructeur pour aller jouer dans le jardin, il se sentait comme pousser des ailes. Comme si renoncer à l'interdit le rendait plus qu'heureux. Aussi, un rictus apparut sur son visage malgré la pluie, le vent et le tonnerre ainsi que la perspective de se faire attraper. C'était idiot, complètement idiot même mais ce n'était pas un sentiment désagréable.

Bientôt, finalement, les deux jeunes gens s'arrêtèrent prêt des grilles du parc. Daniel haletait, éreinté et complètement trempé, continuant de serrer son imperméable fermement au niveau de la gorge pour que l'eau ne rentre pas. Cependant, ses cheveux noirs étaient déjà trempés et des gouttes continuaient de dégouliner sur son visage. Un oeil extérieur l'aurait sans doute trouvé bien pitoyable à cet instant.
Daniel tapota doucement l'épaule de Charlotte pour lui montrer un endroit de la grille où un chêne dépassait, ses longues branches formant un barage léger contre la pluie. Le jeune homme s'y réfugia, peiné de voir sa compagne d'aventure complètement trempée.


- Vous allez attraper froid ainsi ! Il vaut mieux que vous preniez un aspect animal ! cria t-il en essayant de couvrir les fracas de la pluie et du tonnerre.

Daniel s'ébroua un moment pour enlever le trop plein d'eau sur son manteau sombre puis sortit un objet de sa poche, une montre à gousset argentée qui reposait dans un petit écrin et la lui tendit.

- Il fait nuit, mon père Mircea ne doit pas être loin. Il m'a dit qu'il serait là pour me protéger mais... j'ignore où il se trouve. Mais cette montre, il me l'a donné il y a peu quand nous nous sommes croisés à l'église et je n'y ai pas touché depuis de peur que mon père ne la trouve. Cela sera-t-il suffisant pour le retrouver ? L'eau a peut être effacé ses traces et... il a la capacité de se changer en nuage de poussière.

Le jeune homme regarda autour de lui, cherchant l'entrée du parc des yeux, prêt à y entrer si il le fallait. Ils avaient eu de la chance et avait réussi à sortir de la maison sans problème mais Daniel ne pouvait s'empêcher de craindre une machination de la part de William Blake. Peut être avait il fait tout ça pour avoir une bonne excuse pour l'envoyer à l'asile.... ou pour retrouver Mircea ?!
Daniel réalisa soudainement et pâlit, avant de se pencher vers Charlotte pour lui parler à l'oreille.


- Je crains que mon père ne nous suive pour retrouver le vampire. Il vaut donc mieux que je reste ici et que vous alliez chercher Mircea sous forme animale. Il ne pourra pas vous suivre si vous êtes rapide et vous dissimulez dans l'ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Pitt
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 25/06/2012
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Effectue de menus travaux à droite et à gauche pour gagner un peu d'argent.
Age : 20 ans
Age (apparence) : 23 ans
Proie(s) : Charlotte ne chasse pas. Elle essaye de survivre, c'est déjà bien.
Entité n°2 : Un écureuil roux baptisé Matt
MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (deuxième partie) [PV Charlotte Pitt] Mar 3 Juil - 14:23

L'eau tombait à verse. Charlotte avait l'impression que c'était toute une mer qui leur tombait dessus. Sa chemise de nuit blanche totalement trempée lui collait au corps et ses cheveux cachaient en partie son visage. Mais elle s'en moquait pas mal à vrai dire. Daniel tapota son épaule et lui désigna un abri précaire, contre les grilles du parc. Ils s'y réfugièrent, trempés. Les pieds nus de la jeune femme était maculée de boue. On aurait dit une souillon... Elle le regarda et essora la masse de ses cheveux pour évacuer la majorité de l'eau qu'ils avaient absorbés. Néanmoins, elle constata avec une certaine fierté que, contrairement à son maître, elle n'était pas essoufflée. Ce dernier lui conseilla de prendre une apparence animale, craignant qu'elle ne prenne froid. C'était vrai qu'avec son teint cadavérique et sa maigreur affolante, elle devait avoir l'air plus morte que vive. Mais ce fut en souriant qu'elle lui répondit :

- Oh, ne vous en faites pas pour moi, en vingt ans d'existence, je ne suis jamais tombée malade !

Elle le regarda s'ébrouer comme un chien. Cette pensée la fit sourire et lui donna un regain de courage. Même si son nez ne coulait pas et qu'elle ne ressentait aucun signe précurseur de la maladie, elle avait terriblement froid. Son maître lui tendit une montre à gousset délicatement ouvragée. Il ne l'avait en possession que depuis peu de temps... C'était encore mieux que ce qu'elle espérait ! Elle la prit délicatement entre ses doigts gourds et la porta à son nez. Elle ne sentait pas grand chose, les odeurs extérieures la bloquaient... Elle ferma les yeux et se concentra autant qu'elle le put. Petit à petit, l'extérieur disparut. Daniel s'effaça et il ne resta qu'elle et la montre. Elle commença à discerner une odeur... Un parfum lourd et discret, non dénué de caractère... Quelque chose d'ancien et... de terrifiant aussi, qui lui fit se dresser les poils. Elle avait trouvé l'odeur de Mircea. Celle-ci s'imprima dans sa mémoire, grâce à l'aide de ses dons chamaniques puissants. Elle rouvrit les yeux, un instant éblouie par la luminosité étrange qui baignait Londres et rendit la montre à Daniel.

- C'est parfait. La montre est restée dans l'étui. Heureusement, sinon, toute trace aurait été perdue. Je vais pouvoir le retrouver sans trop de difficultés à présent...

Le jeune homme chuchota alors à son oreille qu'il resterait ici, au cas où son père aurait machiné tout ceci... Sage précaution de sa part. Elle acquiesça et laissa Matt prendre les commandes de son corps. Celui-ci se réduisit à une vitesse folle et se couvrit de poils roux et soyeux. Une longue queue touffue apparut à son tour, des moustaches, des oreilles... L'écureuil, se tenait à la place de l'humaine. Il fixait de ses yeux noisettes le jeune homme qui le toisait de toute sa hauteur. En un bond, ses muscles se tendirent et il se retrouva sur l'épaule de l'aristocrate. Il murmura alors dans son oreille :

- Si il vous arrive quoi que ce soit, surtout n'hésitez pas à hurler.

Sur ces mots, l'animal sauta et disparut dans les feuilles du chêne. Ses griffes se plantèrent dans l'écorce pour ne pas glisser et il commença à courir agilement le long de la branche. L'odeur était encore ténue, et il cherchait de quelle direction elle pouvait venir. Sa queue en panache lui servait de balancier, pour ne pas être déstabilisé par le vent. Il sauta sur un autre chêne et agita la tête en tous sens, fébrile, les naseaux en alerte. Il décida ensuite de descendre à terre pour poursuivre ses recherches. L'odeur semblait plus présente... Le rongeur poursuivit, faisant rouler le gravier sous ses pattes. C'était encore loin mais il progressait...

Un grognement interrompit son pistage. Un buisson bougea. L'animal se redressa et attendit, tous muscles tendus. Deux yeux jaunes le fixaient... Il plissa ses petits yeux pour voir de quoi il retournait. Un chien errant, maigre à faire peur, d'un pelage tellement sale qu'il était d'une couleur indéfinissable se jeta sur la pauvre bête. Le canidé bavait, taillait dans le vif et manquait de précision. Il était affamé, sans aucun doute... La petite bête se démenait mais elle se retrouva soudain impuissante car trop petite. Le chien l'avait manqué jusqu'à maintenant mais il allait probablement lui trancher la gorge s'il ne faisait rien. En un éclair, le loup pris sa place et Kiara se dressa de toute sa hauteur, toisant le pauvre chien soudain intimidé. Mais cela ne dura pas longtemps. Peu lui importait de vivre ou de mourir, il avait trop faim. Alors, il se jeta sur la louve, qui lui envoya un violent coup de patte dans la tête, lui arrachant l'oeil au passage. Le chien gémit de douleur et battit en retraite. Le globe oculaire, plein de sang et encore attaché aux fils qui le reliaient aux nerfs, semblait fixer l'animal. Froid, gris, insensible. Charlotte en fut toute chamboulée. Cette pauvre bête ne méritait pas ça...


* Charlotte, l'heure n'est pas au sentimentalisme. Il faut retrouver ce vampire le plus vite possible. Nous n'avons pas de temps à perdre avec ce genre de problèmes. Est-ce que tu te rends compte qu'il a failli nous tuer ? Bon... Nous devons continuer... Et, Matt, par pitié, soit prudent... *

L'écureuil roux reprit les commandes et continua de chercher l'odeur, qui se faisait plus précise. Il remonta dans les arbres, pour chercher une silhouette potentielle dans le parc. Heureusement, il possédait une vision très large... Ne voyant rien, il sauta d'arbres en arbres, épluchant chaque recoin, ne laissant rien au hasard. Il se rapprochait, il en était certain... Au bout d'un long moment de recherche, l'animal désormais trempé aperçut une silhouette sur un banc. Le coeur battant à toute allure, il sauta jusqu'à l'arbre le plus proche et huma l'air... Oui, c'était bien lui... Il descendit le tronc et sauta agilement sur le dossier du banc, puis se hissa sur l'épaule de l'homme. Il devait avoir la trentaine. Il possédait un visage séduisant, encadré par de longs cheveux noirs et une petite barbiche. Il devait sans doute venir de l'Est... Peut-être de Roumanie... Ses yeux étaient étranges. L'un était rouge, comme le sang, flamboyant tel un feu ardent qui semblait l'animer de l'intérieur. L'autre, un peu moins atypique, avait une couleur qui évoquait la mélancolie... La Lycan se demanda quel âge il pouvait bien avoir.

- Mr Bassarabas ? Je viens de la part de Daniel. Il s'est échappé de la demeure de son père et vous attend à l'entrée du parc. Suivez-moi, s'il vous plaît...

La petite bête remonta prestement dans les branches et courut aussi vite que ses petits membres le lui permettaient. Son regard se porta le plus loin possible, vers les grilles de fer forgé. Un regard vers le manoir des Blake... Et son sang se glaça. La lumière était allumée ! Nul doute que William avait découvert leur petit manège. L'écureuil se mit alors à faire des bonds extraordinaires, sautant de cimes en cimes sans aucun répit. Son coeur battait à toute allure et la pluie brouillait sa vue. Un éclair tomba tout près. La lumière blanche l'aveugla. On aurait dit que Dieu en personne venait appliquer son châtiment. Le bruit était insupportable. On aurait dit que le ciel se déchirait vraiment, comme un vulgaire bout de tissus. La pauvre bête, complètement désorientée, n'entendait plus rien. Elle avançait à l'aveuglette, cherchant à se rattraper à une branche, un tronc. Un autre trait de foudre s'abattit, cassant l'arbre sur lequel elle se trouvait, déclenchant un début d'incendie. L'écureuil sentit que quelques uns de ses poils avaient grillés. La douleur le mordit, vive et brève. Le rongeur lâcha un cri et continua de sauter, jusqu'au chêne de la grille. Heureusement, Daniel était encore là. L'animal sauta sur le jeune homme et se réfugia dans une de ses poches avant de se rouler en boule, terrifié. La conscience de Charlotte était toujours présente mais la peur avait été tellement vive que Matt avait presque pris le contrôle total du corps, pour le moment. Elle avait vu l'orage dans toute sa grandeur. Ses oreilles bourdonnaient affreusement et sa tête lui faisait mal. Mais là, au moins, elle était à l'abris de la pluie.

Plus loin, une porte s'ouvrit, laissant sortir un homme, la cinquantaine bien tassée, rouge de colère. Celui-ci criait, appelait son fils d'une voix de stentor. Il commença lui aussi à marcher sous la pluie, menaçant, proférant menaces et injures. L'atmosphère se fit très oppressante et le petit corps de l'écureuil se tassa encore plus. Cet homme était mauvais. Il le sentait. Il ne méritait pas de posséder tout ce qu'il possédait. Il ne méritait pas de vivre dans un tel luxe. La petite bête se hissa sur la pointe des griffes et passa son nez à l'extérieur :


- Il faut partir messieurs. Tout de suite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (deuxième partie) [PV Charlotte Pitt] Mer 4 Juil - 12:51

Cela faisait quelques heures déjà que Mircea était sortit de son sommeil vampirique. La nuit avait recouvert la capitale londonienne et tous ses vampires sortaient de leur torpeur pour se nourrir... ou pour d'autres activités plus ou moins enrichissante. Mais Mircea ne faisait pas partie de ses vampires qui dévoraient ou tuaient par pur plaisir et par goût du sang. La plupart du temps, il ne se nourrissait pas par plaisir mais uniquement parce que c'était nécessaire à sa survie. Une fois sortie de son sommeil donc, il s'était rendu dans les bas fond de la ville pour se nourrir d'une pauvre courtisane aguichant quiconque passait devant elle. Il avait laissé le corps dans une ruelle sombre où il faudrait bien deux jours à la police pour le trouver, la plaçant sur le dos et les mains sur le ventre par respect envers la vie qu'il venait de prendre puis continua son chemin.
Avant cela, Mircea prenait des médicaments pour calmer sa soif, comme tout vampire hunter qui se respectait mais depuis leur trahison, il ne les utilisait qu'en dernier recours. Car rien ne valait le sang frais qui jaillit des artères d'une personne vivante et ainsi il gardait son énergie et réussissait à échapper à ses poursuivants. L'aristocrate vampire, vêtu de son habituelle cape et de son chapeau haut de forme noire, marchait paisiblement dans la rue pour rejoindre le quartier où séjournait son fils. Pas une seule fois dans son existence il ne cessait de penser à lui, peut être était ce une contrepartie du lien qu'il avait créé entre eux par le biais de la marque : plus il était loin de lui, plus il souffrait. Et cela durerait jusqu'à ce qu'ils soient l'un avec l'autre. C'est donc le coeur douloureux et empli de remord que Mircea se dirigea vers un grand parc, son pouvoir agissant sur le temps suivant ses émotions rendant l'orage encore plus brutal qu'il ne devait l'être. La pluie le trempait, le tonnerre éclatait, les éclairs lacéraient le ciel mais le vampire n'en avait cure. Il avait mal, un sentiment étrange entre la colère et la tristesse naissait dans son âme et il n'arrivait pas à le contenir.

Le vampire s'installa sur un banc, retirant son chapeau haut de forme pour regarder vers le ciel et laisser la pluie tomber sur son visage, les yeux clos. Certes, en tant que vampire il ne sentait plus grand chose mais la colère de la nature était encore une des seules choses qu'il appréciait en ce monde. Qu'importe si le parc était fermé à cette heure, les vampires ne connaissaient pas de barrières, pas de frontières et pas de limites.
Mircea rouvrit les yeux en percevant grâce à son ouïe fine des bruits dans les buissons mais ne bougea pas, ne sentant pas de danger. C'était un petit animal il en était sûr et ne s'en soucia plus... du moins jusqu'à ce que ce dernier se pose sur son épaule et lui chuchote des paroles à l'oreille. Daniel s'est échappé ? Quel inconscient ! Cela ne pouvait que lui attirer des ennuis ! Mircea se leva et répondit de sa voix suave et grave, roulant légèrement les "r" à cause de ses origines.


- Je te suis, petit être.

Bien peu de mot pour exprimer ce qu'il ressentait à présent. De l'inquiétude, de l'angoisse et de la crainte, des sentiments qu'il n'avait pas éprouvée depuis longtemps. Mais Daniel était tout pour lui, même si ce n'était pas son fils de chair et de sang, il restait son enfant et il avait juré de le protéger. Sans doute le côté paternel de Mircea était une des seules choses qui lui était resté de son humanité.
Le vampire se changea en nuage de poussières et suivit l'écureuil grâce à sa vue perçante, porté par les vents qu'il manipulait à sa guise. Son angoisse rendait les éléments au dessus d'eux déchaînés et l'écureuil manqua de peu de se faire entièrement grillé par un éclair, ce qui incita le vampire à essayer de se calmer. Bientôt, il vit l'endroit de l'intrigue : sous un arbre, Daniel semblait terrifié alors que William Blake sortait d'une calèche et se dirigeait vers lui, menaçant le jeune homme avec un Bloody Rose. Cette fois, il ne pouvait le laisser faire. Jamais il ne ferait du mal à son enfant !
Mircea se matérialisa devant le chasseur pour qu'il s'attaque à lui et laisser le temps à son fils de s'échapper. Il ne craignait plus le Hunter, il n'était rien comparé à sa puissance qu'un petit homme ridicule qui gesticulait dans tous les sens pour atteindre celui qu'il qualifiait de créature du diable. L'aristocrate vampire disparut de nouveau dans un nuage de fumée pour apparaître derrière le chasseur et le désarmer. Ce dernier poussa un grognement de rage en voyant que Daniel commençait à s'échapper et, dans son accès de folie, sortit un nouveau pistolet qu'il pointa sur le jeune homme en fuite. Mircea grogna et tenta de l'en empêcher mais il ne fut pas assez rapide et la balle fusa alors qu'il attrapait la main du chasseur et qu'il lui assénait un coup de coude dans la mâchoire.


- Ne touche pas... à mon fils, monstre ! éructa le Hunter, la bouche en sang.
- C'est toi le monstre, William. répondit Mircea de sa voix sombre avant de lui asséner un nouveau coup pour l'assommer définitivement.

Puis, il le porta comme un sac de pomme de terre et le jeta dans la calèche avant de frapper sur l'arrière train des chevaux qui partirent en hennissant.

- Tu ne mérites pas que je m'abaisse à te tuer... murmura le vampire avant de se tourner vers son fils.

Il eut un hoquet d'angoisse en le voyant inanimé sur le sol et courut vers lui, appelant son nom. Visiblement, la balle l'avait atteint dans le dos et avait traversé son épaule. Mais rien de grave n'était touché. Pourtant il perdait beaucoup de sang et s'était évanoui, sans doute plus de peur que de mal. Il fallait cependant le soigner d'urgence.

- Jeune lycanthrope, merci pour ton aide. Connais tu un endroit où nous pourrions soigner mon fils et le laisser se reposer..? J'ai peur qu'il ne tienne pas si je le déplace trop.
Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Pitt
Membre de l'Ombre
avatar
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 25/06/2012
Race : Lycanthrope
Classe sociale : Ouvrière
Emploi/loisirs : Effectue de menus travaux à droite et à gauche pour gagner un peu d'argent.
Age : 20 ans
Age (apparence) : 23 ans
Proie(s) : Charlotte ne chasse pas. Elle essaye de survivre, c'est déjà bien.
Entité n°2 : Un écureuil roux baptisé Matt
MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (deuxième partie) [PV Charlotte Pitt] Jeu 12 Juil - 21:10

Charlotte était ballottée en tous sens dans la poche de Daniel. Visiblement, il avait commencé à courir. Pour plus de sécurité, elle dut accrocher le tissus de sa veste avec ses griffes et attendit, en équilibre précaire. Le vieil homme éructa un chapelet de jurons si originaux et hauts en couleur qu'elle en resta coite une seconde. Les nobles ne savaient plus se tenir, de nos jours. Un bruit sourd retentit et quelque chose percuta les pavés dans un bruit métallique étouffé par la cacophonie des éléments. Le Vampire devait avoir désarmé son adversaire... Un claquement. Une odeur étrange, comme de la poudre. Elle se sentit tomber en avant et sortit de la poche de Daniel avant de se faire écraser sous son poids. Il avait été touché par une balle !

Horrifiée, elle reprit son apparence humaine pendant que Mircea mettait Lord Blake hors d'état de nuire. Sa chemise blanche lui collait au corps, moulant ses formes minces plus qu'elle ne l'aurait voulu. Grelottante, elle se pencha vers son maître. Il respirait encore... Une vague de soulagement l'envahit et elle s'employa à relever le jeune homme, le soutenant du mieux qu'elle pouvait. L'homme l'avait rejointe et la remercia avant de proposer judicieusement de transporter Daniel ailleurs. Elle parut pensive un court instant et regarda timidement l'homme.


- Eh bien... ça ne va pas être simple... Il va nous falloir prendre une calèche et rejoindre l'East-End. Je connais une femme là-bas. Elle tient une auberge et pourra sans doute nous accueillir pour une nuit... Bien sûr, ce ne sera pas l'endroit rêvé pour traiter une plaie de ce genre mais les habitants sont discrets et la police ne nous trouvera pas là-bas... Car je ne doute pas qu'il appellera Scotland Yard dès qu'il se réveillera.

La jeune femme jeta un regard dégoûté à l'homme à terre. Le tonnerre pétarada au-dessus de leurs têtes. Comme descendu du ciel, un cab passa dans la rue à ce moment là. Charlotte lui fit de grands signes afin qu'il s'arrête et traîna Daniel jusqu'à lui, aidée de Mircea. Une fois qu'il l'eurent chargé à bord, la bonne fouilla dans les poches de la veste de son employeur en quête de menue monnaie, non sans une certaine honte. Elle trouva largement de quoi payer, à son grand soulagement. Elle préleva une infime partie des économies assez conséquentes. Cela suffirait à régler la course et à acheter le silence de l'homme.

Laissant le jeune maître aux bons soins de son père, elle alla donner l'argent au conducteur en lui donnant une adresse. Le quadragénaire fouetta ses chevaux qui partirent à toute vitesse vers l'East End. La voiture tanguait à droite et à gauche et ils étaient baladés en tous sens. La jeune femme s'employa à tenir Daniel pour qu'il ne bouge pas trop. Au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient, les maisons devenaient moins luxueuses, moins éclairées. Les rues également, devenaient de plus en plus étroites et sales. On pouvait voir, sous le porche d'une maison, des enfants regroupés sous une maigre couverture avec leur mère. C'était une femme qui avait l'air encore jeune mais que la maladie avait profondément défigurée. Elle ne pouvait plus travailler et vendre son corps était hors de propos. Ils allaient probablement tous mourir dans la rue... Les plus petits ne passeraient pas l'hiver et la pauvre fille n'en avait plus pour longtemps. Le coeur de Charlotte se serra. Par expérience, elle savait que la survie dans les taudis de Londres était difficile. Dans la rue, elle s'avérait impossible. Elle prierait pour eux...

Les rues se succédèrent et bientôt, le cab déboucha sur les quais, s'arrêtant devant une ruelle. Ils descendirent tous les trois et la voiture repartit, disparaissant dans la brume...

[HRP/ Suite du post : Dans l'ombre des Docks /HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une nouvelle vie (deuxième partie) [PV Charlotte Pitt]

Revenir en haut Aller en bas

Une nouvelle vie (deuxième partie) [PV Charlotte Pitt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Nouvelle histoire de personnage "Charlotte" - A partir du 15/12» [Mission de rang B] Une escorte pas très reposante. Deuxième partie (PV: Fuketsu Sakki Lilith)» [Deuxième Partie Mission,Privé Atios] La chasse au monstre et ouverte !!!» Mission à deux (deuxième partie)» Fessée royale - Deuxième partie
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ombre de Londres :: Whitehall et Westminster :: Emminent's park-